RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Somebody Save Me? [Paul Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Jeu 20 Juin - 10:40




Aucun cauchemar cette nuit là, c'était bien la première fois depuis le décès de ses parents, jamais depuis l'accident elle n'avait si bien dormit, chatouillée par le soleil qui filtrait par les lamelles du store, Isy sembla entendre Paul et une voix qu'elle ne connaissait pas, ouvrant timidement les paupières, elle sourit prête à offrir un doux regard à l'homme qu'elle aimait. Malheureusement cette effusion de bonheur cessa vite quand, au lieu de tomber sur le beau blond encore endormit près d'elle, Isabella se retrouva face à une femme d'age mure, cheveux vénitiens frisés, tunique bohème et lunette de soleil ronde glissée sur l'arrête de son nez pour apercevoir les deux tourtereaux, un sourire irradiant sur les lèvres."Bernie viens voir on a de la visite!!!" Elle n'était pas seule visiblement et une autre personne allait débarquer dans la chambre d'une seconde à l'autre. Isy tenta d'interroger Paul du regard, les yeux ronds et surtout affolée comme pas permis. Gênée, elle se redressa vivement dans la couche le drap rivé sur sa poitrine pourtant recouverte d'un top, et ce qui devait arriver arriva, elle se paya le mur à l'arrière du crâne, passant derechef pour une idiote sans nom.

"Bonjour moi c'est Roz." Une voix douce et agréable, mais pour autant cela ne mettait pas à l'aise la belle qui tendit une main hésitante vers celle qu'on lui dédiait.

"Euh... Isabella, bonjour mad..." Pas le temps de répondre qu'un autre homme débarquait dans la pièce, souriant. Isy le reconnu immédiatement et piqua un phare pas possible. SON ancien prof de chimie était là, à son réveil alors qu'elle venait de dormir avec son fils, quoi de plus embarrassant? Elle avait envie de se coller sous les draps tant elle avait honte et que ses joues rougissaient et chauffaient à ne plus pouvoir se contrôler.

"Oh mais c'est la petite Isabella Stevens... comment vas tu trésor depuis le temps?"

"Pas très bien..." Répondit-elle si doucement que personne ne dû entendre. Quelle situation embarrassante, on voyait ça dans les comédies et ça faisait rire, mais ici, la jeune fille avait envie de disparaître, morte de honte.

"Excusez moi c'est possible de... vous barrer ailleurs... loin même?" Oui Paul, pensa-t-elle, oui faites qu'ils s'en aillent, je crois que je vais mourir si ça continue... Un rictus crispé se peignit sur le visage de la belle qui dessous le drap, pressa la jambe de son petit ami pour l'intimer à faire sortir ses parents de grès ou de force. Il grimaça en la fixant les yeux écarquillés. Ce qui fonctionna car les Lewis désertèrent les lieux, refermant la porte derrière eux et la jeune femme souffla comme si elle retenait son souffle depuis le début de cette rencontre pour le moins gênante. Le battant se rouvrit subitement sur le visage de Bernie, son père, qui s'inquiétait de ce qui pouvait bien leur plaire au petit déj. "DEHORS!" Ordonna le blondinet tandis que son père, cette fois bien partit, se faisait du mouron quant aux performances sexuelles de son fils. Paul se fit un magnifique face-palm tant il était prit au dépourvu, pourtant ses parents avaient l'air larges d'esprit et adorables mais les voir ainsi débarquer dans votre espace intime n'était pas la chose la plus évidente à gérer.

"Je suis vraiment désolé... ils ont tendance à être un peu... envahissants."

"C'est pas grave, t'excuse pas pour quelque chose que tu ne peux pas contrôler! Sourit-elle le laissant s'approcher d'elle."Bonjour tout de même toi..." Ils s'embrassèrent sans trop d'effusion puis se levèrent.

Rejoindre les parents au rez de chaussé leur permettrait d'avoir l'air moins con et surtout ça ne jaserait pas quant à ce qu'ils pouvaient faire seuls. Le couple fraîchement formé descendit les escaliers et retrouvèrent un salon presque métamorphosé, Roz était en quelque sorte une fée du logis, sans broncher elle récurait, enfin rangeait le foutoir que son fils avait soigneusement orchestré depuis des mois. Lucky les suivit allant quémander une flatterie au père de famille qui revenait avec une chauve souris morte au bout d'un pic à barbecue. "Hé dis voir t'as testé en grillade pour voir le gout que ça avait?" Paul se mit à rire, tout autant que Bella même si elle n'était pas très à l'aise face à cette situation rocambolesque, son prof de chimie bon sang, il y avait de quoi rougir surtout lorsqu'on se trouvait en mini short et débardeur, tombé du lit tôt le matin. Pour la rassurer, le beau blond lui prit la main en vue de faire les présentations, bien qu'elle ne doutait plus de qui pouvaient bien être ces gens là.

"Bonjour, navrée d'avoir été si... muette tout à l'heure." Dit-elle en se pinçant les lèvres.

"Bella, ma toute belle, tu n'as pas à t'en vouloir pour ce que tu fais avec mon fils!" Tandis que les deux femmes entamaient une conversation, Paul fila à l'extérieur avec son chien et son paternel. "Il te comble?" Les lèvres entrouvertes et sourcils froncés, Isy inclina la tête sur le côté quant à cette question. "Sexuellement parlant comment se porte votre couple?"

"Pardon??" Rit nerveusement la jeune femme.

"Oh pas de ça avec moi, je suis psychologue enfin sexologue mais je n'aime pas ce mot c'est trop restreint, Continua madame Lewis en préparant un plateau contenant tout pour un petit déjeuner équilibré. "Mon fils est doué? Tu peux me le dire, c'est naturel de faire l'amour mon ange, il n'y a aucune honte à parler de ça!" Stevens manqua de s'étrangler avec sa propre salive tandis que Roz rejoignait la terrasse pour déposer son plateau sur la table du salon de jardin.

Il faisait un temps superbe, chaud à huit heures du matin on devait s'attendre à une journée radieuse, cependant la belle ne pouvait pas s'empêcher de rougir au fil de la conversation. Roz était franche, rien de pervers ni de curieux, elle gardait sans doute son statu de psy durant le quotidien rien de plus. Isabella se racla la gorge, droite comme un i sur la terrassa tandis que Paul discutait avec son père, Lucky la tira de ses pensées en frôlant sa jambe, ce qui la poussa à aider madame Lewis dans son entreprise. Préparant la table du petit déjeuner, la jeune femme n'ouvrit plus la bouche tentant de passer pour autre chose qu'une fille d'un soir, mais vu l'attitude de ses "beaux parents", elle ne pensait pas une seconde que ces derniers la jugeaient, ils avaient des horizons différents des autres gens, une chance pour elle, sinon se faire sortir du lit par une femme qu'on avait jamais vu de sa vie qui portait un jugement sur vous comme si vous étiez la prostituée du coin l'aurait achevé et, elle aurait pris la poudre d'escampette direction le manoir Salvatore. D'ailleurs en songeant à Damon, Isy s'éclipsa un instant après s'être excusée pour aller chercher son portable, Elena lui avait laissé un message auquel elle répondit. : Tout va bien, je vais surement rentrer dans la journée, je suis en sécurité avec Paul ne t'en fais pas. Envoyant le sms, la jeune fille, se retrouva de nouveau face à face avec sa belle maman, souriante, cette dernière lui tendait un verre d'eau.

"Paul vient de me dire pour ton petit soucis d'hier, tu as eu de la chance mon petit sucre!" Remettant le récipient dans les mains de la jeune femme, la mère Lewis rejoignit le salon de jardin où elle s'attabla en compagnie de sa belle fille. "Bois ça, ça t'évitera d'autres problème similaires avec ces fichus parasites!" Elle connaissait elle aussi l'existence des vampires? Décidément en débarquant de nouveau dans sa ville natale, Stevens devait être la seule à ignorer tout du surnaturel qui y avait élu domicile.

"Merci..." Répondit-elle en avalant ce qui devait être de la veine de vénus diluée.

Bernie et Paul revinrent près d'elles, le jeune Lewis s'installa près de l'élu de son cœur et elle ne put s'empêcher de le fixer inquiète, et si son père, surement ancien chasseur de démon le connaissant, savait pour elle? Sa gorge se noua rapidement tandis qu'elle s'empressait de beurrer une tartine, il valait mieux ne rien dire et surtout ne pas y penser, oui, se taire était la meilleure des solutions, Bella ne pouvait décemment pas leur dire : "Hey au fait, je suis comme qui dirait un Double Petrova, enfin par procuration, et je mets votre fils en danger en sortant avec lui!"
Non, elle devait la fermer quant à ce point et aussi sur le fait qu'elle était entourée de "parasites" comme l'avait évoqué Roz. Madame Lewis servit son fils en café, le gratifiant d'une petite caresse maternelle sur le contour de sa mâchoire, c'était touchant bien que Paul semblait mal à l'aise, puis, ce fut au tour de Bernie d'interroger son ancienne élève.

"Alors Bella, ma toute petite Bella, j't'ai connu tu devais pas être plus haute que trois pommes, et maintenant tu couches avec mon fils!!!" Une rasade de café en bouche, la jeune fille recracha le tout s'en collant partout sur le débardeur, s'empressant, Roz se redressa et colla un torchon sur le buste de la jeune fille.

"C'est pas grave Roz, Roz..."Dit-elle pour éviter à madame Lewis de se lever une fois encore. Tournant les yeux vers Paul, la jeune femme sourit, ses parents étaient spéciaux mais adorables et si leur relation n'en avait pas été à son commencement, elle lui aurait servit un "je t'aime" des plus sincères. Bella se contenta de ce simple sourire emplit d'amour et de joie de se sentir entourée d'une vraie fratrie, ses parents lui manquaient tellement alors même si le couple Lewis était "envahissant", comme l'avait dit Paul, elle s'en contrefichait cela lui faisait un bien fou de passer ce moment, aussi gênant soit-il, avec eux et surtout lui.

"Bernie... Je comprends pourquoi tu n'as jamais obtenu ton doctorat!" Sourit-elle en épongeant sa belle fille.

"Quoi le monde est petit, j'le fais juste remarquer!" Dit-il en collant un paquet de confiture sur sa biscotte. "Paul a enfin une partenaire sympa, j'suis fier de toi mon grand, elle est bien roulée et intelligente, de nos jours c'est soit l'un soit l'autre pourtant!"

Bella rougit de plus belle, tandis que Paul se marrait quant au propos de son père, visiblement ils étaient ainsi les Lewis, francs et ne tournant pas une seconde autour du pot, c'était embarrassant pour le moment, mais Stevens ne doutait pas qu'elle s'y habituerait, après tout on ne la jugeait pas de façon négative. Et, pour Paul, elle aurait supporté même les plus cons, mais eux étaient doux et tendres, certes directs mais qui ne l'était pas de nos jours? Pourtant, alors que la mère reprenait place à table, la jeune femme les fixa un à un, même le chien eut droit à ce regard étrange, qu'adviendrait-il de cette famille et cet amour naissant lorsqu'ils sauraient pour elle? Une boule se forma dans sa gorge tandis qu'elle esquissait un sourire à son petit ami, comment pouvait-elle le mettre ainsi en danger de part son statu et surtout, pourquoi lui dissimuler? Simplement car il était plus simple pour lui d'ignorer ce qu'elle était, ainsi personne ne serait blessé, du moins c'est ce qu'elle pensait, là, au petit déjeuner avec des gens formidables... Elle ne pouvait pas brisé le bonheur d'une famille qui se retrouvait après des mois de séparation en abordant un sujet aussi délicat qu'était son secret, pas maintenant, pas aujourd'hui...
[/color]


Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 31
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Jeu 20 Juin - 14:25

Isabella entre de bonnes mains, Paul s'éclipsa dehors avec le chien pour rejoindre son père qui contemplait les trouvailles dans le jardin. Ouai la pelouse était aussi en bordel que le salon, mais ses parents s'en foutaient et ne gueulaient jamais pour ça. Ils savaient qu'ils ne pouvaient rien faire contre ça, et que Paul avait bien d'autres qualités. Comme.... attendez je réfléchis... sa joie de vivre, sa fidélité, son sens de l'honneur? Oui je sais on a du mal à imaginer ça. Paul jeta un petit regard aux deux filles à l'intérieur qui discutaient et eut un sourire. Il savait qu'avec ses parents il n'y aurait aucun soucis, ils adoreraient Isabella, mais elle supportera t-elle ses envahisseurs? Voyant une bouteille de lait sur la table et des verres, Paul choppa la brique et commença à faire tomber le liquide dans sa bouche avant d'entendre.

- Je l'ai trouvé dans le jardin

Paul recracha tout dans un jet projetant tous individus qui auraient pu se trouver près de lui... pauvre Lucky qui le fixait l'air complétement dépassé. Paul sortit sa langue de sa bouche en grimaçant, clignant des yeux avant de prendre un verre de jus d'orange cette fois s'assurant qu'il était pas fichu. Puis il alla s'assoir sur le transat à côté de son père, qui continuait de fixer la chauve souris, lunette sur le bout du nez.

- Il parait que beaucoup de ses congénères rappliquent en ville

- Les chauves souris ne sont pas des vampires

Il retira ses lunettes et fit une tête ahurie.

- Dans les films d'horreur si! Et ils dorment dans des cercueils... laisse moi au moins y croire...

Paul explosa de rire en voyant le petit sourire niais sur le visage de son paternel. Décidément il avait vraiment un père hors du commun. Des deux hommes impossible de dire qui était le plus enfantin des deux, sa mère n'avait cessé de dire qu'elle avait deux enfants à la maison, sauf que l'un se transformait en machine à plaisir la nuit. Quand il était plus gosse, il ne comprenait pas le sens de cette phrase mais en grandissant et en entendant souvent sa mère faire le grand huit dans sa chambre, cette phrase eut un sens. Paul regardait depuis son transat en direction de la baie vitrée, Isabella qui abandonnait sa mère, celle ci venant les rejoindre après avoir déposé un plateau sur la table. Elle alla s'assoir sur les genoux de son époux en regardant la chauve souris.

- Elle est sublime.

- Elle est surtout morte Dit il en arquant un sourcil

- Je te parlais de la petite grand nigaud... Vous... depuis combien de temps? Et ça fonctionne bien? Ou vous avez besoin de quelques conseils?

- Maman par pitié je suis pas un de tes patients... et puis...

Alors que Paul et sa mère bataillait quant à sa relation avec Isabella, Bernie lui se caressait sa moustache imaginaire en fixant la baie vitrée. Paul se confiait toujours auprès de sa mère mais là ce matin avec la belle dans les parages c'était clairement pas le moment. Il fini par leur apprendre ce qui s'était passé dans le cimetière et sa mère fut stupéfaite et pris un air inquiet en voyant son mari.

- Paul regarde il fait le truc de la moustache

Quand la petite Isa pointa le bout de son nez dans le salon, sa mère partit la rejoindre. Paul savait déjà ce qu'elle allait faire, il la connaissait par coeur. Elle était très protectrice et s'occupait toujours de tout le monde surtout sous son toit.  Paul se gratta l'arcade et vit que son père fixait Isabella.

- Tu sens la même chose que moi?

- Oui sauf que moi je sais ce que c'est... tes sentiments t'influencent trop pour mettre le doigt dessus.

Dit il d'un air victorieux en levant les bras en l'air, la pique touchant une branche d'arbre, faisant tomber des pêches sur leur têtes. Paul jeta un regard à son père qui haussa des épaules. Vous comprenez maintenant d'où il tient sa poisse et sa maladresse? Il laissa son père rejoindre la table alors qu'il restait un instant seul avec Lucky qui venait se faire câliner.

- Tu crois que c'est vrai ce qu'il dit?

Le chien lui adressa un aboiement, Paul hocha de la tête et regarda en direction de Bella qui s'installait à table. C'est vrai qu'il l'aimait beaucoup, qu'elle réveillait en lui des choses jamais ressentit mais était ce vraiment de l'amour? Ou juste une passion débordante pour une personne. Quoique passion et amour font un bon mélange, il n'y a qu'à regarder ses parents. Il finit par se lever du transat et  s'installa au côté de la bella, caressant doucement son genoux avant que sa mère ne lui serve le déjeuner, lui donnant une caresse maternelle comme à son habitude. Ce n'était pas ce geste qui le mettait mal à l'aise mais les paroles servit par son père.

"Alors Bella, ma toute petite Bella, j't'ai connu tu devais pas être plus haute que trois pommes, et maintenant tu couches avec mon fils!!!"

Paul le regarda avec de gros yeux et vit le café de la belle se renverser. Il eut un sourire alors que sa mère venait à son secours. Son père toujours avec un air neutre sur le visage regardant sa femme qui secouait de la tête en sa direction. Paul partit chercher du sopalin puis en donnant à sa belle.

"Bernie... Je comprends pourquoi tu n'as jamais obtenu ton doctorat!"

"Quoi le monde est petit, j'le fais juste remarquer!"

Dit-il en collant un paquet de confiture sur sa biscotte.

"Paul a enfin une partenaire sympa, j'suis fier de toi mon grand, elle est bien roulée et intelligente, de nos jours c'est soit l'un soit l'autre pourtant!"

Paul explosa de rire alors qu'il avait une cuillère de nutela dans la bouche. Son rire se transforma en un cri de peur, Paul dégagea de la chaise de jardin partant en courant en rond dans le jardin. Le chien faisant de même sautant en l'air pour chopper quelque chose d'invisible à l'oeil nu. Sa mère regarda Isabella puis son mari avant de rire un peu.

- Oh c'est rien il a peur des guêpes.

- On aurait du lui filer la tondeuse, en courant en rond comme ça on aurait gagné du temps

Les deux parents pouffèrent de rire et après quelques minutes, Paul revint du chocolat plein la bouche la cuillère toujours en place, poussant un soupir en s'asseyant. Il les regarda tous en haussant des épaules.

- Je peux compter que sur mon chien...

- Gardez le bien vers vous, histoire de vous protéger des ennemies de Bella. Avoir du sang Petrova dans les veines n'est pas donné à tout le monde. Klauss va surement faire son apparition pour en prendre possession.
 


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Jeu 20 Juin - 20:50




La phobie du blondinet détendit l'atmosphère, ce qui n'était pas de trop, Bella se mit enfin à rire, un peu plus détendue du stress qu'il l'avait contenu jusqu'à lors, Paul était merveilleux et désormais elle savait de qui il tenait son humour et sa gentillesse. Monsieur et Madame Lewis étaient des gens authentiques, elle les appréciait déjà et ce sentiment ne ferait que s'intensifier au fil du temps et de leurs rencontres. Lorsqu'il revint enfin à table, après avoir jugé que seul son chien était digne de confiance, Isy lui sourit, radieuse comme il y avait fort longtemps qu'elle ne l'avait pas été, la belle se sentait bien, en sécurité et plus humaine que jamais parmi eux, elle n'aurait voulu pour rien au monde que cette journée prenne fin. Pourtant, un autre point fut lancé en débat, du moins comme une affirmation de la part de Bernie, celui-ci coupa net le souffle de la belle qui sentit les larmes lui monter aux yeux alors que tous présents la dévisageaient d'un regard bienveillant. "Avoir du sang Petrova dans les veines n'est pas donné à tout le monde. Klaus va surement faire son apparition pour en prendre possession." Bella en fut soufflée, comment savaient-ils? Depuis leur première rencontre Paul savait donc tout d'elle, ça ne faisait plus de doute, mais pourquoi ne pas l'avoir rejeté de peur d'être inquiété par celui dont le père venait de mentionner le nom? Muette, la jeune femme sentit la main de Lewis junior s'apposer contre celle qu'elle avait sur la table, les yeux rivés dans les siens elle y lut alors comme une compassion et surtout de l'amour ou, en tout cas, quelque chose de similaire.

"Je voulais t'en parler hier... Je suis désolée de t'avoir caché ça même si visiblement tu étais au courant." Elle déglutit, de peur qu'il lui en veuille mais aussi qu'il la rejette.

"Ce que veux dire Bernie, c'est que nous serons là pour toi mon ange, tu n'as rien à craindre de nous!" Assura Roz en quittant la table pour débarrasser. "Allez, tu vas venir avec moi un moment, les hommes ont surement des choses à se dire, pour ma part j'ai aussi quelque chose pour toi."

Hochant la tête, incrédule, la jeune femme attendit l'avale de son petit ami pour enfin suivre sa belle mère. Que voulait-elle dire par "j'ai quelque chose pour toi"? Légèrement rassurée de se savoir épaulé par la famille de son compagnon, Isabella n'en oubliait pas moins qu'elle avait déjà une clique de vampires qui assurait sa protection, comment les deux parties prendraient-ils le fait que d'autres pouvaient eux aussi veiller à ce qu'elle puisse vivre librement? Miss Lewis avança dans le hall où elle attrapa son sac à main puis en sortit un collier d'argent, un médaillon aux allures anciennes, il avait du entrer dans la famille avant même la venu au monde de Paul. Isy fixa ce pendentif, il était très jolie, assez épais d'ailleurs, mais la surface de métal blanc finement sculptée lui rappelait les bijoux qui pouvaient contenir deux minuscules photographies. Roz se tourna enfin et le lui accrocha autour du tout alors que Stevens obtempérait.

"Non, non, non ma belle." Ordonna-t-elle d'un ton doux avant de poser le plat de sa main contre la médaille qui reposait désormais sur l'épiderme doré de Bella. "Il est à toi, Bernie et moi avons eu le temps d'en discuter lorsque vous étiez encore à l'étage avec Paul, il avait senti ce que tu es!"

"Mais je ne suis pas de votre famille, je ne peux pas accepter." Reprit Bella en fixant les yeux gris, derrière les lunettes, de cette femme.

"Nous faisons ce que nous voulons de nos biens, il est à toi et croies moi, tête de linotte comme tu es, cette chose te seras plus utile qu'à nous!" Sur cette phrase, Roz rejoignit la terrasse ou elle gratifia le chien d'une caresse avant de prendre place dans la balancelle et de s'allumer une cigarette.

"Tête de linotte?" Rit la jeune femme en se tenant face à elle.

"Lorsqu'on vit ici il ne faut jamais oublier ses vitamines le matin, la veine de vénus, les vampires avec qui tu traines ne t'en donnent pas?" Voyant l'air surpris de son interlocutrice, Roz sourit tout en recrachant la fumée de son bâton de nicotine par les narines. "Bernie dit que tu as l'odeur des cadavres ambulants sur toi, visiblement Paul est insensible à cela, sans doute l'amour qu'il te porte." Madame Lewis conclut sa phrase sur un clin d’œil lorsque les hommes pointèrent le bout de leurs nez.

Plus sûre d'elle, sans pour autant avoir dit un mot, -visiblement ils savaient tout d'elle sans qu'elle n'ait à avouer- Isabella partit à la rencontre du beau blond et l'accapara quelques secondes loin des yeux de ses parents. Le tirant par la main, la jeune fille s’arrêta derrière un muret près d'un buisson qui leur bouchait la vue, l'endroit idéal pour un peu d'intimité. "Ton père, il est...?" En vérité la jeune fille se demandait si son ancien prof de chimie n'était pas lui aussi une créature de la nuit, mais Paul la rassura directement ce qui la fit souffler de soulagement. Puis, elle contempla son petit ami, parfait, il était à l'image de l'homme qu'elle souhaitait laisser entrer dans sa vie, et de plus, il semblait comprendre et vouloir partager son existence dangereuse, tout autant que ses parents. "Je t'a... J'adore ta famille, je t'adore, tu es formidable avec moi mais une chose Paul s'il te plait, ne te mets jamais en danger pour moi!" Supplia-t-elle tandis qu'il souriait, elle posa la main sur une de ses joues et fronça les sourcils. "Je suis sérieuse! Ne fais pas de conneries, tu as déjà eu beaucoup de chance de ne jamais te blesser gravement avec cette maladresse, ce n'est pas pour mourir pour les yeux d'une fille, d'accord?" Sur ces mots, la jeune fille lui adressa un sourire magnifique, jouant de son pouce contre ses lèvres avant d'y river les siennes. "Tu comptes déjà beaucoup pour moi..."


Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 31
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Jeu 20 Juin - 23:05

A cette annonce Paul ferma les yeux. Comment ne l'avait il pas su? Pourquoi son instinct ne lui avait rien dit? Il se sentait con pour le coup, et regardait son père qui arquait un sourcil amusé de le voir ainsi. Il lui dit un mot en silence juste en bougeant ses lèvres "l'amour". Il fronça des sourcils et porta son regard sur la belle qui semblait extrêmement mal à l'aise à en voir les mini tremblements dans ses mains et sa jambe sautiller sur place. Paul posa sa main sur la sienne et lui adressa un sourire. Elle n'avait pas à avoir peur ici, ni même à se sentir coupable de quoique ce soit. Elle n'y pouvait rien, elle ne l'avait pas choisit.

"Je voulais t'en parler hier... Je suis désolée de t'avoir caché ça même si visiblement tu étais au courant."

- En faite je...

Il fut soudainement coupé par sa mère qui avait toujours les bons mots dans toutes les situations. Paul avait tendance à mettre les deux pieds dans le plat et ne pas toujours avoir les mots pour apaiser des situations. Il adressa un sourire à sa mère.

"Ce que veux dire Bernie, c'est que nous serons là pour toi mon ange, tu n'as rien à craindre de nous!"

- Sauf quand je teste de nouveaux trucs.

"Oui là je te conseille de sortir de la maison, où cas où il la fasse péter.

- J'ai mis le feu une fois au garage, c'est les risque du métier

Dit il en secouant de la tête et levant les yeux au ciel. Paul se mit à rire et là vint une petite bataille entre les deux hommes avant que la mère décide de prendre avec elle la petite.

Allez, tu vas venir avec moi un moment, les hommes ont surement des choses à se dire, pour ma part j'ai aussi quelque chose pour toi."

Croisant le regard de sa douce Paul lui fit un petit signe de tête serrant un instant sa main avant de la relâcher. Une fois les femmes à l'intérieur son père se pencha un peu en avant comme pour éviter qu'elles les entendent. Son vieux croyait toujours que les oreilles de sa mère trainait. Il lui fit un signe de doigt pour qu'il s'approche ce que fit Paul. Le visage de son père s'illumina d'un sourire malicieux.

- Alors? Elle est aussi douée qu' à l'école

Paul qui était entrain de boire son verre de lait, se mit à tousser le liquide s'échappant de ses narines, se projetant sur le visage de son père qui s'essaya avec la nappe.

- J'en sais rien... on a rien fait... elle est... elle a pas encore.

- Ohhhh son petit bouton de fleur n'a encore jamais rencontré de tige? Je vais t'expliquer co...

Paul n'avait vraiment pas envie d'entendre parler de ça. Surtout que ça allait dévier sur ses performances sexuelles avec sa mère et il n'était pas d'humeur à les écouta il trouva donc une parade pour dévier de sujet.

- T'aurais pas grossis?

Son père fronça des yeux se redressa sur sa chaise posant ses mains sur son ventre aplatissant son tee shirt.

- Tu trouves? pourtant je manque pas d'exercice avec ta mère on... bin où tu vas Paul? Mais poussin reviens donc...

Dit il en sautant de sa chaise alors que Paul choppait son artillerie pour se rouler un joint allant s'assoir plus loin suivit de près par son père. Ils se chamaillèrent un long moment avant d'aborder le sujet de Klauss. Tout deux savaient qu'il allait finir par débarquer en ville, Isabella ne pourrait pas se cacher longtemps.

- Alors elle est chez Salvatore, que vas tu faire? Ne me dit pas que la petite Gilbert?

Paul hocha de la tête en s'allumant sa clope magique. Son père lui pris des doigts et tira de longues bouffées ne cessant de dire le mot "incroyable".

- Tant qu'ils ne s'en prennent pas à elle tout ira bien... Et si il faut que je m'allie à eux alors je le ferais pour sa survie.

Son père hocha de la tête trouvant que c'était une bonne chose avant de lui rendre son calumet. Son père n'était pas méchant il était un peu comme lui, tant que les vampires n'étaient pas très dangereux il laissait faire la nature mais quand ça dégénérait il montait au créneau. Contrairement à son attitude plaisantarde, Bernie était un chasseur hors paire, et assez connu sur le continent des chasseurs.

- Je pourrais l'entrainer la gosse

Paul se mit à pleurer de rire en s'étouffant à moitié, son père le toisa du regard pour plaisanté.

- Quoi? Ca t'as plutôt bien réussit

- Ah oui après m'avoir pété le nez, le petit doigt et m'avoir casser le coccyx... non je préfère m'en charger.

Le père haussa des épaules ponctuant par un "Comme tu veux", avant qu'ils ne rivent leur regard sur les deux femmes qui débarquaient pour s'assoir sur la balancelle. Ils finirent par les rejoindre et quand la belle se leva pour aller à son encontre son père lui vola son pétard courant en direction de sa femme comme un gosse.

- Hey!

Son père se gratta la tête en lui adressant un doigt d'honneur avant de s'installer confortablement avec sa femme la dévorant de baisers. Paul secoua de la tête et se laissa embarquer par sa belle. Alors qu'il rivait encore ses yeux sur ses parents il ne vit pas la branche d'un arbre et la pris en pleine gueule. Il resta sur place un instant secouant de la tête avant de continuer le chemin qu'elle traçait.

"Ton père, il est...?"

- Très con je l'admets (rires), c'est un chasseur comme moi. C'est transmis de générations en générations mais ne t'en fais pas.. il ne s'attaquera pas à Damon et Elena.

"Je t'a... J'adore ta famille, je t'adore, tu es formidable avec moi mais une chose Paul s'il te plait, ne te mets jamais en danger pour moi! Je suis sérieuse! Ne fais pas de conneries, tu as déjà eu beaucoup de chance de ne jamais te blesser gravement avec cette maladresse, ce n'est pas pour mourir pour les yeux d'une fille, d'accord? Tu comptes déjà beaucoup pour moi..."

Paul se rapprocha d'elle passant doucement une main sur sa hanche pour la rapprocher de lui et avec ses doigts il releva son menton pour qu'il puisse voir son regard. Il avait un sourire sur le visage mais avait un regard des plus sérieux.

- Isabella je peux pas te faire une telle promesse... c'est inscrit en moi je ne peux pas aller contre la mission qu'on m'a donné... Je dois protéger les innocents, je dois te protéger peut importe le prix à payer... Tu n'es pas une fille... tu es LA fille que j'ai choisi... et même si tu décides de t'éloigner j'aurais un oeil sur toi... Et en ce qui concerne ma maladresse en cas de réclamations merci de voir avec le service après vente

Dit il en pointant la direction de ses parents. Il fixa son regard et s'approcha doucement de son visage pour l'embrasser avant d'être interrompu par un aboiement.

- Toi j'aurais du te noyer à la naissance

Dit il sur un ton amusé. Son chien aboya de plus belle avant de partir en courant vers ses parents. Il scruta un instant sa montre il avait un truc à faire aujourd'hui mais il ne se souvenait plus quoi avant de voir une canne à pêche non loin de l'abri de jardin. Il se tapa le front.

- Salopette j'ai oublié Vincent... ca te dis de venir à la pêche avec moi?

Quand il eut sa réponse il lui pris doucement la main et marcha à ses côtés pour rejoindre la maison. Mais quand il tourna la tête en direction de ses parents, il les vit vautrés sur la balancelle entrain de s'embrasser voir même de s'enflammer. Paul ouvrit grand la bouche en fronçant des narines et sourcils. Il mis sa main sur les yeux de Bella

- Jesus de la marijuana regarde pas ça c'est dégueulasse... y'a des chambres pour ça! pensez aux autres

Il reçu une éponge en pleine face, un des nombreux objets qui trainaient sur la pelouse.

- C'est naturel poussin comment crois tu que tu es venu au monde... ton père et moi on...

Paul mis ses mains sur ses oreilles et traça à grande vitesse à l'intérieur entendant le rire de ses parents. Il se tourna ensuite vers Bella complétement abasourdie

- Vraiment désolé ils sont pires que des lapins. Les lapins doivent pâlir devant eux à mon avis... c'est pour ça que Chuck à du décider d'en finir

Chuck c'était son lapin nain qu'il avait en étant gosse, un matin au réveil Pau l'avait découvert pendu par le fil d'alimentation de la télé. Il avait toujours douté quant à une tentative de meurtre ou de suicide! Il avait sa réponse  [/color]


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Jeu 20 Juin - 23:59




Il n'avait pas l'intention de suivre ses indications et ce fut donc avec un air boudeur et les yeux mielleux -un peu à la chat potté- que la douce Isabella fit la moue pour tenter de le convaincre. Cependant c'était comme pousser un végétarien à manger de la viande : Impossible. Prenant cette défaite avec déception, Paul vint tout de même la rassurer en déposant un délicat baiser sur ses lèvres charnues, geste qu'il savait capable de lui rendre le sourire et, comme la veille, Lucky se mit à japper, rien de bien méchant mais l'animale semblait vouloir rappeler à son maître qu'il avait des choses à faire dans la journée. "Salopette j'ai oublié Vincent... ça te dis de venir à la pêche avec moi?" Bien entendu qu'elle acceptait, sa liste de choix était restreinte : Retourner s'ennuyer et entendre les sermons de Damon ou encore restait près de l'homme qui lui faisait chavirer le cœur ainsi que la tête? C'était vite vu! "Oui, je te suis!" Traversant donc le jardin main dans la main, les tourteaux croisèrent les parents sur la balancelle, cette fois ils n'en n'étaient plus à de simples échanges de tendresse mais plutôt aux préliminaires, ce qui fit détourner le regard de Bella alors que Paul déposait la paume sur ses yeux. Inutile que ce geste puisque, de toute évidence, elle n'était pas du genre à se rincer l’œil sur de telles effusions, qui plus était, il s'agissait des parents de son petit ami. C'en suivit un petit échange ironique et plutôt franc de la part de Miss Lewis avec son fils et les deux jeunes gens rejoignirent le salon.

"Vraiment désolé ils sont pires que des lapins. Les lapins doivent pâlir devant eux à mon avis... c'est pour ça que Chuck à du décider d'en finir."

"J'avais un Hamster, il s'appelait Norris, ma mère l'a aspiré par inadvertance et m'a fait croire qu'il était parti pour souris ville!" Elle pouffa de rire avant de monter les escaliers. "J'étais gamine, j'ai compris que lorsque j'ai vu La ligne verte."

Riant aux éclats, la jeune femme fila dans la chambre d'amie pour empoigner ses affaires de la veille et remarqua que sa lingerie trônait sur le lit, propre comme un sous neuf et joliment pliée. Maman Roz était passée dans le coin, d'ailleurs lorsqu'elle observa l'étage, tout était à l'identique hormis la salle de bain qui s'était vu rendre un éclat bien mérité. Nouveau rideau de douche et tapis de bain, ainsi plus de crainte qu'il ne se brise la nuque en glissant sur le savon, d'autant plus que lorsqu'elle observa le fond de la baignoire douche, elle remarqua la présence de petits poussins auto-fixant, un rictus amusé se logea au coin de ses lèvres tandis qu'elle se tournait vers Paul. "Je crois que ta mère veut te faire parvenir un message." Riant comme une enfant dont les problèmes s'étaient dissipés, la jeune fille sauta au cou de son partenaire et lui mordilla le cou gentiment, une idée lui traversa l'esprit mais elle n'était toujours pas prête à se lancer dans ce genre de chose, elle serait patiente et elle ne doutait pas que cela viendrait naturellement, aussi se laissa-t-elle taquiné par Paul avant de fixer leurs reflets dans le miroir au dessus de la vasque. "Tu es très attirant, on te l'a déjà dit je suppose?" Interrogea-t-elle en se tournant vers lui, activant le jet de douche. Lewis répondit puis voyant qu'il ne bougeait pas, elle croisa les bras, une moue amusante sur les traits. "Pour quelqu'un qui ne voulait pas faire quoi que ce soit avec moi hier, tu me sembles bien peu décidé à me laisser me doucher sans toi!" En un dernier baiser, la jeune fille le ficha à la porte et entreprit de prendre sa douche, tout sourire elle vivait, elle se sentait aussi importante que lorsque ses parents étaient encore de ce monde et bien qu'elle ne connaissait rien à la pêche, l'accompagner là bas lui ferait un bien fou.

Quelques minutes plus tard, la jeune fille se vêtit de son haut sans manche taupe et de son jean, enfila ses boots et farfouilla dans son sac à la recherche de sa trousse à maquillage. Peu de chose y était dissimulée mais tout de même, elle voulait être à son avantage que diable! Elle adopta donc un mascara discret, un léger trait d'eye liner pour agrandir son regard noisette et termina par un gloss transparent. Une main suffit à remettre sa crinière humide en place, puis elle sortit de la salle de bain et s'empressa de rejoindre le rez de chaussé. Paul était déjà près, il avait dû se préparer dans la salle d'eau qui se trouvait ici, bien, il anticipait le fait que le temps entre eux valait de l'or, elle n'aurait donc pas à l'attendre et lui ne l'avait pas attendu non plus pour pouvoir passer sous la douche, souriante et radieuse, rayonnante à l'image d'un petit soleil, la jeune fille empoigna sa veste de cuir caramel, au cas où le temps tournerait mal, puis le suivit jusqu'à la voiture. Après un sifflement, la montagne de muscles au pelage gris finit sa course sur la banquette arrière, posant sa patte énorme sur l'épaule de la jeune femme qui le flatte d'une caresse tendre.

"Qui est Vincent? Un ami, un chasseur de vampire lui aussi?"


Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 31
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Ven 21 Juin - 0:54

"J'avais un Hamster, il s'appelait Norris, ma mère l'a aspiré par inadvertance et m'a fait croire qu'il était parti pour souris ville! J'étais gamine, j'ai compris que lorsque j'ai vu La ligne verte."

Paul explosa de rire et jeta son mégo dans un cendrier avant de la regarder.

- Les parents ont parfois de drôle d'idée, quand mon second lapin Chuck 2 est mort, ils ont voulu me faire croire qu'il avait reçu une promotion et était devenu le lapin de pâque...

Il fit une mine tristounette avant d'avoir un immense sourire. Une fois à l'étage, Paul partit dans sa chambre pour attraper des vêtements laissant Bella faire de même. Quand il la vit à la salle de bain il alla voir si tout allait bien.

"Je crois que ta mère veut te faire parvenir un message."

- Je préfère pas décrypter.

Il se fit mordiller le cou ce qui lui donna des frissons et alors qu'elle se retournait pour se scruter dans le miroir il ne pu s'empêcher de passer ses bras autour d'elle, posant son menton sur son épaule en fixant son regard par le biais du miroir. Il la trouvait tellement belle que ses rétines manquaient de bruler à chaque fois.  

"Tu es très attirant, on te l'a déjà dit je suppose?"

Il fit un grand sourire et déposa un baiser dans son cou.

- Oui... ma mère arrête pas de me le dire

Répondit il sur le ton de l'humour. Il avait déjà eu des compliments de certaines femmes mais c'était des coups d'un soir. Alors il ne les prenait pas pour argent comptant. Il n'arrivait pas à défaire son regard du sien, elle du mettre fin à son calvaire en se retournant sur lui activant le jet de la douche.

"Pour quelqu'un qui ne voulait pas faire quoi que ce soit avec moi hier, tu me sembles bien peu décidé à me laisser me doucher sans toi!"

Il ria doucement avant de voir la paume de sa main se poser sur son torse pour le faire reculer avant limite de se casser le nez sur la porte qui se refermait devant lui. Si il avait eu des cheveux à coup sur le vent les aurait fait voler. Il secoua un instant de la tête et fila sous la douche du bas. Alors qu'il chantait cette fois ci "une souris verte qui courrait dans l'herbe" remastérisée à sa sauce, il entendit la porte s'ouvrir et une petite silhouette passer devant le rideau. Il fronça des sourcils avant de voir le rideau s'ouvrir et découvrir sa mère. Il se mit dos à elle et poussa un soupir.

- Dis moi Paul, tu sais où est notre coffre à jouet à ton père et moi?

- Je sais pas si tu as remarqué mais je suis sous la douche là?

- Oui je vois bien mais on le cherche

- Maman pitié sors d'ici

- Mon poussin ne soit pas gêné j'ai nettoyer ton popotin pendant des années.. Alors ce coffre à jouet?

Paul se tapa doucement la tête sur le carrelage de la douche.

- Bernie va falloir partir à la chasse au trésor!!!!

- Au pire on a de la chantilly

- Pitié sortez

Son père passa la tête par le rideau de douche et fit un sourire.

- Au faite j'ai pensé à un truc, rase toi le Bernard l’Hermite parfois ça plait aux femmes.

Les deux parents pouffèrent de rire et finirent par enfin sortir de la salle de bain. Paul poussa un long soupire et fini de prendre sa douche. A la sortie il enfila un tee shirt blanc moulant son corps et un pantalon style treillis. Il fini par aller prendre ses affaires dans l'abri de jardin chargeant son pick up, une glacière de bière et soda très important! Il enfila des bottes en caoutchouc et attendit sa belle en bas en fumant une clope. Quand il la vit descendre les marches de l'escalier son souffle se coupa. Elle était sublime, en faite elle l'était tout le temps mais à chaque fois ça lui faisait quelque chose. Il resta un instant sans mots juste en la contemplant avant de lui donner une paire de botte qui serait à sa taille pour qu'elle n'abime pas ses chaussures. Son père passa devant eux avec la bombe de chantilly et chantonna en montant les escaliers leur adressant un clin d'oeil rieur.

- A la pêche aux moules moules moules... lalalala  

Paul resta abasourdie un instant. Il connaissait son père c'était de l'humour mais il l'étonnait toujours autant. Même avec l'âge il continuait à être aussi débile que lui l'était. Il pris la main de sa belle.

- Quittons cette maison de fous... Lucky!

Il ne mit pas longtemps avant de sauter sur la banquette arrière, les deux autres montant en voiture et hop c'est partit mon kiki! Paul ouvrit la fenêtre, pour qu'elle ne soit pas enfumé et se dirigea vers l'étang près des bois, enfin dans les bois mais ils ne risquaient rien là bas.

"Qui est Vincent? Un ami, un chasseur de vampire lui aussi?"

- Non je suis même pas sur qu'il sache qu'ils existent... c'est un gars que je connais depuis quelques années il est venu ici pour s'occuper de sa grand mère avant qu'elle ne décède et il n'est jamais repartit.

Il lui adressa un sourire, et alluma la radio pour écouter les informations cette fois ci. Il se devait d'être informé de tout, une agression ou tout autre éléments pouvaient se rapporter à son "loisir" de chasseur. Il passa une main sur son crane et ils finirent par arriver à l'étang trente minutes plus tard. Un autre pick up était déjà garé, pas loin de là il y avait deux transats de posés, les cannes à pêches dans l'eau, une glacière et on entendait de la musique résonner. Sur un des transat se trouvait un brun bière en main, tee shirt kaki, pantalon de la même couleur, en chaussette une casquette rouge et des lunettes ray ban sur le nez qui les regardait.

- T'es en retard Parker Lewis!

Paul prenait ses clopes dans la voiture et fit le tour pour ouvrir la porte à Bella. Il la porta doucement pour qu'elle ne mette pas les pieds dans la flaque d'eau et la déposa à côté. Il choppa la glacière et les cannes à pêche. Vincent baissa doucement ses lunettes.

- Ha bin je comprends mieux pourquoi

- Tu sais que la musique effraie les poissons?

Dit il en lui serrant la main et posant la glacière pas loin.

- Depuis quand on pêche pour avoir des poissons?

Demanda t-il d'un air j'en foutiste comme Paul.

- Vincent, Isabella

Le jeune homme lui fit un signe de main et ouvra la glacière ouvrant une bière qu'il posa au pied du chien. Celui ci la fit tomber pour boire le contenu ou du moins le lécher.

- Tu veux une bière princesse?

- Elle a dix neuf ans

- Ohhhh... tu veux quand même une bière?

Paul secoua de la tête amusée et fit signe à Isabella de s'assoir dans l'autre transat il prendrait la glacière. Il jeta un regard à la barque.

- Pourquoi t'as pas préparé la barque?

Dit il en s'approchant d'elle. Vincent fit une grimace en se foutant de lui, genre blablabla et il secoua la tête en regardant Isabella pour la faire sourire. Paul posa sa canne à pêche et entrepris de monter sur la barque. Premier pied passé avec succès mais au second, son pied traversa la barque et il se vautre littéralement et en beauté s'il vous plait dans l'eau. Vincent éclata de rire en se tenant le ventre. Paul remonta à la surface, crachant un jet d'eau et ayant de la vase sur les cheveux. Vincent pris son téléphone et le photographia.

- Au faite fais gaffe la barque à vermoulue depuis l'année dernière, je crois pas qu'on puisse l'utiliser cette année...

Vincent fit une grimace en haussant les épaules un air innocent sur le visage une minute. Il continua de se marrer en voyant Paul grimacer en retirant la vase qu'il avait sur la gueule et revenir vers eux. Ses pas dans ses bottes firent jaillirent de l'eau en dehors et elles faisaient surtout du bruit.

- Envoyé sur Twitter...

Il regarda Isabella et lui fit un clin d'oeil amusé.

- Si tu veux voir de belles images de Paul, suis moi sur twitter... je suis panpan comme le lapin dans le dessin animé... Je suis un peu comme Perez Hilton sauf que je shoot que Paul... Un gag sur patte ce mec!

- Connard

Dit il amusé avant de prendre une bière dans la glacière et de laisser Isabella se servir. Il s'alluma une clope et s'assit.

- T'es vexé poussin?

Rajouta t-il avec une voix efféminée, maman t'as pas fais ton nutella ce matin.

- D'ailleurs j'ai vu qu'ils étaient rencontrés t'as eu la chance de les rencontrer Isa? Ils sont épiques!


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Ven 21 Juin - 8:16




Le temps d'une petite demie heure de route, à écouter les infos de la ville grâce à l'auto-radio,et les jeunes gens arrivèrent enfin près d'un lac entouré de bois, pas grand monde à l'horizon si ce n'était ce type aux cheveux bruns, solaires sur le nez et casquette rouge sur le crâne, étendu sur l'un des deux transats préalablement installés. Paul fit le tour de la voiture après avoir fait descendre ce bon vieux Lucky et s'être fait sermonné par ce qui devait être Vincent, puis, sans lui demander son avis, souleva sa belle pour la déposer au delà de la flaque boueuse près de la portière passager. "Merci!" Sourit-elle tout en se tournant vers le point d'eau.

"Ha bin je comprends mieux pourquoi!" Le grand brun fit glisser ses verres sur son nez pour décrypter la jeune femme en souriant.

"Tu sais que la musique effraie les poissons?" Informa Paul, ayant remarqué le crin-crin qui déferlait des hauts parleurs du poste de son ami, il s'avança ensuite vers lui pour lui serrer la main et déposer ses affaires, Bella se contenta d'un sourire polie et d'un léger signe de paume.

"Depuis quand on pêche pour avoir des poissons?" Ces deux là n'étaient pas amis pour des queues de cerises, le même genre d'expression j'en foutiste, la même zénitude, le genre de type qu'on avait du mal à croire qu'il vivait dans une ville remplie de vampires et monstres en tout genre sans savoir qu'ils existaient. Lewis fit de rapides présentations, et la jeune femme lui serra enfin la main."Tu veux une bière princesse?" l'interrogea-t-il après avoir servi une canette au chien qui ne demanda pas son reste pour la faire choir et en laper le contenu.

"Elle a dix-neuf ans!" La jeune femme fronça le nez en collant son coude dans les côtes de son homme, hier ça ne l'avait pas dérangé tant que cela de lui proposer une bière alors qu'est-ce que ça pouvait lui faire si Vincent faisait le même coup?

Un sourire aux lèvres, elle secoua pourtant la tête lorsque ce dernier lui proposa de nouveau, hors de question qu'elle boive, ce n'était pas son genre surtout en pleine journée mais elle ne jugeait pas les deux hommes qui l'entouraient de s'en déshydrater. C'en suivit une conversation "pêche" entre les deux amis, une histoire de barque dont Isy n'écoutait que les grandes lignes, Lucky à ses pieds, la jeune fille le gratifiait de quelques grattouilles aux oreilles alors qu'il dégustait sa binouze en bon chien alcoolique qui se respecte. C'était surprenant la façon que cette bête avait d'apprécier les choses adorées par les humains, en vérité, s'il avait pu parler cet animale aurait été peut-être plus intelligent que la plupart des gens. Les yeux fixes sur le pelage luisant de son ami à poils, Bella entendit soudain un gros SPLASH puis, le rire tonitruant de Vincent qui se fendait la poire comme un gamin se fichant d'un autre, ce dernier sortit son téléphone et photographia la scène qui se déroulait au bord du lac, près de la barque : Paul recouvert de vase, le pied bloqué dans l'embarcation vermoulue. La brunette pouffa de rire, et Lucky aboya pour s'y mettre à son tour, fixant, avec une lueur lassée dans les yeux, son maître qui venait une fois de plus de se mettre la honte.

"Envoyé sur Twitter..." Informa Vincent en un clin d’œil hilare vers la jeune femme. "Si tu veux voir de belles images de Paul, suis moi sur twitter... je suis panpan comme le lapin dans le dessin animé... Je suis un peu comme Perez Hilton sauf que je shoot que Paul... Un gag sur patte ce mec!"

"Je m'habituerai, le temps qu'il ne se tue pas en dégringolant les escaliers!" Les deux se mirent à rire alors que la jeunette allait tout de même, et ce malgré le fou rire qu'elle se payait, tendre la main au blondinet pour l'aider à revenir sur la terre ferme.

"Connard!" Lâcha Paul sans pour autant être désagréable.

"T'es vexé poussin? Maman t'a pas fait ton nutella ce matin?" Le ton de sa voix la fit automatiquement penser à la mère de Paul et elle étouffa ses éclats de rire dans la paume de sa main. "D'ailleurs j'ai vu qu'ils étaient rentrés, t'as eu la chance de les rencontrer Isa? Ils sont épiques!"

"Oui, en fait c'était assez gênant mais ils sont comme ça, Paul les trouve envahissants, pour ma part j'aimerai que les miens puissent encore m'abasourdir de questions, il a de la chance, ils sont géniaux!" Stevens eut une teinte triste dans les iris lorsqu'elle évoqua sa famille puis revint à elle lorsque Vincent lui montra les photos des fameuses "maladresses" de Paul, qu'il avait posté sur Twitter. Il y en avait de belles, un peu comme les aventures de Martine : Paul ratant le seuil d'un bar, Paul aux prises avec sa canne à pêche, Paul attaqué par sa canette de bière, Paul vautré dans la boue... Un véritable book comique qui ne manqua pas de faire rire sa petite copine, et faire incliner la tête de Lucky lorsqu'il entendit son maître râler. En bon toutou, le fidèle compagnon du jeune Lewis s'approcha de lui dans l'optique de le renifler et, à en juger par la tronche que tira le bestiaux, Paul n'aurait plus qu'à se doucher une fois de retour au bercail.

"Même son chien est plus doué que lui!" S’esclaffa le brun en rangeant son cellulaire avant de saisir sa canne à pêche près du transat. "Bon, mon chéri, faut s'trouver une barque, la poiscaille trainera surement plus sur le bord vu qu'tu les as dérangé en piquant une tête improvisée. Il fixa Isabella et se moqua de plus belle. "Fallait le dire si tu voulais prendre la flotte, on serait allé à la piscine puis j'aurai pu voir Isa en maillot et Rantanplan en bikini!" Suite à cette phrase, la jeune fille imagina automatiquement le chien en maillot rouge pétant et ce dernier soupira en collant les pattes sur son museau, il avait parfaitement compris qu'on se fichait de lui. "Allez Lewis, magne, on va faire le tour, voir si on peut se trouver de quoi aller sur le lac."

"Y en a une là bas, mais je pense qu'elle doit être au type qui fait la sieste sous son parasol..."Vincent la fixa en baissant ses lunettes, sérieux au possible, enfin du moins il en avait l'air mais, avec lui, on ne savait pas vraiment si c'était du lard ou du cochon.

"C'est pas un problème ça!" Il redressa le nez vers Paul qui se débarrassait des saletés qui le recouvraient. "J'aime ta copine, elle a le sens de l'observation, BON! Lucky, dis à ton maître qu'il se fera belle une fois rentré, pour le moment on a une embarcation à "emprunter". Sourit-il en mimant des guillemets, d'une seule main plait-il, car l'autre était toujours accaparée par sa clope ainsi que sa bière.

Isy se sentait bien, une journée mémorable et amusante lui tendait les bras, laissant son regard trainer sur Paul alors que Vincent prenait la tête des opérations, elle s'approcha de lui et lui retira une algue qui pendait à son oreille avant de l'embrasser et de grimacer lorsqu'elle sentit l'odeur qui émanait de lui. Pour en quelque sorte la punir, il la colla contre son corps en vue d'auréoler son top, se marrant comme un gamin suite à une connerie bidonnante. Humide à son tour, la jeune femme le chatouilla pour qu'il la lâche en ronchonnant gentiment.

"T'auras besoin d'une douche, tu sens pas la rose!" Elle fronça le nez et sourit ensuite. "Allez mon petit poulpe, finit de s'amuser ton ami t'attend!"


Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 31
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Ven 21 Juin - 15:17

"Oui, en fait c'était assez gênant mais ils sont comme ça, Paul les trouve envahissants, pour ma part j'aimerai que les miens puissent encore m'abasourdir de questions, il a de la chance, ils sont géniaux!"

A ses mots Paul compris que ses parents n'étaient plus de ce monde. Il la regarda tendrement alors qu'il constatait que son étincelle joyeuse se transformait en tristesse. C'était sans compter Vincent qui qui vint s'accroupir près d'elle pour lui montrer des photos de Paul. Un instant il arqua un sourcil les voyant se marrer avant finalement de laisser un sourire se dessiner sur son visage. Si ça redonnait le sourire à sa belle c'était le plus important. Son fidèle compagnon qui venait lui faire une tendre léchouille rebroussa vite chemin en sentant l'odeur qui englobait Paul.  Il fronça des sourcil et sentit une manche de son tee shirt avant de se mettre à tousser en grimaçant.

"Même son chien est plus doué que lui!"

Paul se frotta la tête en lui adressant un joli doigt d'honneur faisant mine de regarder ailleurs. Il fini par remonter son regard sur son ami qui se tenait dehors en le scrutant.

"Bon, mon chéri, faut s'trouver une barque, la poiscaille trainera surement plus sur le bord vu qu'tu les as dérangé en piquant une tête improvisée. Fallait le dire si tu voulais prendre la flotte, on serait allé à la piscine puis j'aurai pu voir Isa en maillot et Rantanplan en bikini!"

Son chien poussa un gémissement se cachant le museau avec ses pattes.

- Laisse le parler mon gros, il est frustré parce qu' à nous deux on attire les filles.

Dit il avec un sourire victorieux alors que son chien fit un jappement d'affirmation se mettant assit à ses côtés.

"Allez Lewis, magne, on va faire le tour, voir si on peut se trouver de quoi aller sur le lac."

"Y en a une là bas, mais je pense qu'elle doit être au type qui fait la sieste sous son parasol..."

Paul tourna la tête et regarda la baleine échouée sur la plage voisine, il eut un sourire avant de regarder son pote en hochant de la tête comme un con.

"C'est pas un problème ça! J'aime ta copine, elle a le sens de l'observation, BON! Lucky, dis à ton maître qu'il se fera belle une fois rentré, pour le moment on a une embarcation à "emprunter".

Il termina sa bière en regardant Vincent s'éloigner et choppant des branches d'arbres dans les mains. Bella vint lui retirer une algue sur l'oreille avant de l'embrasser et de grimacer quant à son odeur. Amusé Paul l'attira sur ses genoux collant volontairement son corps pour l'imbiber de cette odeur, déposant des baisers dans son cou.

"T'auras besoin d'une douche, tu sens pas la rose! Allez mon petit poulpe, finit de s'amuser ton ami t'attend!"

Paul la regarda un instant et scruta ensuite les alentours, il jeta un regard à Lucky qui aboya et s'assit près de la glacière. Lewis remarqua enfin le collier que la belle portait et le toucha du bout des doigts avec un sourire. C'était un bijou familiale qu'elle portait, il comprenait maintenant ce que sa mère lui avait offert. Aux Bahamas elle en avait moins besoin qu'Isabella. Il la regarda un long moment en caressant du bout des doigts ses cheveux avant de se relever.

- Lucky reste avec toi... Si tu as le moindre doute tu hurles et j'arrive.

Il déposa un baiser sur son front avant d'aller retrouver son acolyte. Ils firent le tour de la berge et durant le trajet Vincent lui jeta des regards amusés.

- Quoi?

Vincent hocha de la tête style "non rien" mais au bout de quelques secondes il reprit ses regards et Paul s'arrêta de marche, faisant un signe de main disant "déballe".

- Tu m'as jamais parlé d'elle enfoiré!

Dit il en lui cognant l'épaule, Paul se mit à rire comme un con en continuant d'avancer.

- Je la connais pas depuis longtemps et je t'ai pas revu entre temps.

- C'est quoi son nom de famille? Que j'en sache un peu plus sur elle

- Stevens.

- Ah merde! Je voulais la surnommer Isy mais ça fait très Grey's anatomie du coup... Isy Stevens... Elle porte la blouse blanche parfois?

Dit il en s’esclaffant avant d'arriver derrière un petit bosquet. Vincent fit un rond avec ses deux mains imitant qu'il regardait dans des jumelles.

- L'opération baleine débute je répète l'opération baleine débute

Ils manigancèrent quelques secondes silencieusement derrière leur bosquet et au loin Bella pu les voir se battre avec des brindilles de l'arbre avant de courir tout les deux dans l'eau pour faire bouger la barque, avant de monter dedans et de ramer jusqu'à leur rive à eux. Ils arrivèrent mort de rire et regardèrent au loin la personne n'avait pas bougé.

- Ca se trouve... il est mort

Il haussa des épaules d'un aire 'tant pis' et sortit de son sac un chapeau de pêcheur qu'il mit sur la tête de Bella.

- Le soleil tape cocotte je serait toi je mettrais de la crème soleil par comme ce gros nigaud qui avait fini aussi rouge qu'un homard... c'est aussi sur twitter

Dit il en se marrant. Quelques minutes plus tard les trois individus se trouvaient sur la barque Lucky ne pouvant pas monter avec eux car il n'y avait pas assez de place. Paul retira son tee shirt, ils ramèrent jusqu'à être dans un coin peinard et là ça ouvrit des cannettes de bières et ça fuma de nombreux pétards. Bella se trouvait entre les deux hommes. Un regard complice les deux compères se levèrent sur la barque montant sur les deux extrémités et commencèrent à la faire chavirer pour embêter Bella qui tanguait de droite à gauche. Puis les deux amis se mirent à chanter à en crever leur poumon une vieille musique que tout adolescent avait connu.

By the time you hear the siren (Au moment où tu entends les sirènes)
It's already too late (Il est déjà trop tard)
One goes to the morgue and the other to jail (L'un va à la morgue et l'autre en taule)
One guy's wasted and the other's a waste (Un mec a crevé et l'autre est un déchet)

Chantèrent ils en coeur en levant leur bière vers le ciel hurlant la mort et en se tapant par moment sur la poitrine. Et soudain Vincent se laissa tomber dans la barque en voyant une autre arriver.

- OH putain merde!!!!!!! Rame Lewis on a les flics aux culs

Dit il en s'asseyant dos à eux prenant les rames et ramant comme un connard en pleine panique.

- Aide moi je veux pas retourner en taule.

Paul pleurait de rire silencieusement en le regardant paniquer, à tel point qu'il perdit les rames au fond de l'eau et commença à ramer avec ses mains. Paul fit un petit signe aux pêcheurs qui passaient à leur côtés.

- On est fichu... Dis à mon raton laveur que je reviendrais vite...

Quand Vincent se rendit compte de tout ce qui l'entourait il se retourna sur eux et leur fit un sourire un peu.

- Je vous ai bien eu non?

- Bouhhhhhhhhhh... au faite depuis quand t'as un raton laveur?

Vincent lui fit un doigt d'honneur et adressa un sourire à Bella. Ils finirent par abandonner la barque à un endroit pour rejoindre à pied leur mini campement où Lucky devait toujours les attendre. Ils échangèrent quelques rapidement mots avant de trouver un campement sous la mousse... Oui la mousse de bière, le chien avait réussit à décapsuler toutes les bières et les avait vidé sur le sol.

- T'avais encore mal fermé la glacière?

- Merde man, ton chien est un véritable ivrogne faut l'envoyer aux alcooliques anonymes...

Paul se mit à rire et regarda rapidement sa montre. L'heure avait déjà bien tournée et la journée touchait à sa fin. Il savait qu'il allait devoir ramener Isabella chez Salvatore, il ne la laisserait surement pas une seconde nuit avec non pas un mais deux chasseur. Cependant il n'avait pas envie de la laisser partir du coup il la pris doucement dans ses bras pour déposer des baisers sur le haut de son crane.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Sam 22 Juin - 23:14




Un petit moment seule, du moins avec un chien de garde à ses côtés, Paul lui dit de hurler en cas de besoin, mais n'ayant pas un chat à l'horizon, elle doutait fort devoir recourir à ce moyen. De là où elle était, Isy voyait aisément l'approche des deux hommes, ça ressemblait à des jeux de gamins qui se prennaient pour des GI, morte de rire sans être près d'eux, la jeune femme fixa ensuite Lucky qui regardait dans l'autre direction, un air étrange sur son faciès plissé, pas de haine ni de méfiance dans son regard, mais plutôt de la curiosité. Isabella redressa les yeux vers ce qu'il observait, de loin, elle pouvait voir une silhouette familière à l’orée du bois, une femme visiblement, une robe blanche dont les pans légers volaient au grès du vent tout comme sa longue chevelure brune. "Maman...?" Susurra-t-elle la gorge nouée, les yeux déjà emplis de larmes et la tristesse déferlant dans son cœur. Hésitante, Bella tourna le visage vers Paul et Vincent, ils étaient encore occupés et ne reviendraient pas de suite, elle fit volte face de nouveau et faillit mourir sur le coup, là devant elle, se tenait bien sa défunte mère, aussi proche d'elle qu'elle aurait pu lui caresser la joue, mais avant que Stevens ne le fasse, Dena lui sourit.

"Bonjour Bella" Sa fille recula tandis que Lucky se postait près d'elle. "N'aies pas peur mon ange, c'est moi, tu n'as rien à craindre."

"Tu... Tu es un vampire?"

"Non, je suis bel et bien passée de l'autre côté, mais il y a une déchirure dans le voile." Rit tendrement sa mère.

"Le voile?" Sarah ne savait plus quoi penser, elle était face à elle et pourtant sa mère semblait si loin, presque volubile. "Tu es morte... Comment je peux.."

"Me voir?" Coupa-t-elle en un sourire délicat. "Lorsque tu as envie de me voir, lorsque ce désir est fort au point que tu voudrais me parler et que je tente de communiquer avec toi, alors il se créait une faille. Je peux ainsi t'apparaître." Dena lui effleura la main sans pour autant que sa fille puisse ressentir le contact. "Si seulement j'étais partie d'une cause surnaturelle, je pourrai te toucher, je serai encore là malgré ma condition... Bella, tu n'as pas à t'en faire, tu as des amis, ce garçon te porte beaucoup d'attention tout comme sa famille, il ne t'arrivera rien si tu restes entourée de ces personnes."

"Vous saviez papa et toi, vous saviez ce que j'étais?" La jeune fille retint ses larmes mais les sanglots formaient une boule douloureuse dans sa trachée et l'empêchaient de parler distinctement. "C'est pour ça qu'on a quitté Mystic Falls? Vous connaissiez ces créatures et ce qu'on me ferait si jamais on me mettait la main dessus... Pourquoi vous ne m'avez rien dit, j'ai perdu mes amis, j'étais perdue là bas, je suis perdue à l'heure actuelle!"

"Calme toi ma chérie, si nous ne t'avons rien dit c'est que nous avions des raisons de le faire, personne ne devait savoir, il y avait Elena et..."

"C'était plus simple de la sacrifier plutôt que votre fille?" Tonna la brunette. "Elena s'est donnée pour que je survive et ne pas la protéger vous semblait normal?!!! Vous connaissiez ses parents, vous saviez pour elle et vous avez fuit comme des lâches!"

Soudain, le vent se leva et à peine eut elle posée les yeux sur l'embarcation que ramenaient les deux hommes que, lorsqu'elle se tourna de nouveau pour sonder les yeux bruns de sa mère, la jeune fille se retrouva seule.

Plus l'ombre d'un spectre, plus rien, juste les feuilles avec lesquelles le vent jouait. Soufflée et les nerfs à vifs, quant au manque cruel d'information fourni pas le "fantôme" de sa génitrice, Stevens essuya ses yeux pour éviter à quiconque de la questionner. Elle se posait un tas de questions, était-elle folle ou encore extralucide? Ce sang si précieux pour tant de gens lui donnait-il des hallucinations? Non, c'était bien trop réel et concret pour ne pas l'être. Apeurée par elle même et ce qu'elle venait de vivre, ressassant les mots qu'elle avait jeté au visage, pourtant si doux, de sa mère, tout cela la rendit blême au possible alors que Paul et son ami venaient la chercher pour qu'elle les suive sur le lac. Ils purent parler de tout cette fois la jeune fille n'écoutait plus, n'entendait plus, elle se contenta de sourire pour éviter à Paul une inquiétude de plus à son sujet. Vincent l'afflubla d'un chapeau de soleil et la poussa au milieu de la barque avant que Lewis et lui ne se mettent à ramer vers un coin plus paisible de l'étendue d'eau. Plus sereine une fois éloignée de cette maudite berge où elle avait conversé avec sa mère pourtant morte et enterrée, la jeune fille ne s'en détendit pas plus pour autant, et le coup de couteau de plus fut lorsque les deux garçons, dans l'espoir de la faire rire, se mirent à chantonner une chanson parlant de morgue et de mort.

Insouciants, les deux amis vivaient leur journée comme un moment de retrouvailles sympathiques mais elle, pour elle, cette fin d'après midi avait un gout de cendres dans la gorge... Elle ne prenait plus garde à leurs conversations, aussi drôles soient elles, non, uniquement quelques sourires peu joyeux se logèrent sur ses lèvres pour leur éviter de comprendre qu'elle n'allait pas bien, cette fois, elle voulait rentrer, elle voulait ne plus être en cette place où le spectre de sa mère lui était apparu, les lieux lui donnaient la chaire de poule tout autant que l'échange qu'elle avait eut avec le fantôme. La reverrait-elle si elle le voulait? Il fallait qu'elle en sache plus, qu'elle comprenne pourquoi ils n'avaient pas daigné rester pour protéger la jeune femme qui avait sauvé leur enfant, et surtout elle aurait aimer voir son père, si elle y songer si fort, comme Dena l'avait dit, alors peut-être pourrait elle le faire apparaître? Lui, lui dirait ce qu'elle voudrait savoir, jamais son père n'éludait ses questions, il avait toujours été honnête et droit hormis sur ce point : le fait qu'elle portait du sang de Petrova dans les veines.

De retour sur la berge après que Vincent et Paul se soient encore fait quelques petites blagues auxquelles elle aurait rit aux éclats en temps normal, la jeune fille se figea, les yeux rivés sur l'endroit précis où elle avait eu l’apparition, tandis que le molosse se faisait sermonner pour avoir gaspillé la bière de son propriétaire. Malgré les réprimandes et blagues qu'il se prenait, le chien posa les yeux sur la belle et, suite à son "savon", qui n'en était pas vraiment un, vint passer le haut de son crâne contre la paume de Bella, ce qui la fit sortir de sa torpeur. Paul s'approcha ensuite et lui déposa un baiser qui lui fit un bien fou, là sur son front, c'était d'une tendresse particulière, il était là pour elle, elle se sentit mieux un court instant et eut la force de remercier Vincent pour le moment passé ensemble. "J'ai passé une très bonne journée!" Oui, c'était un soupçon mensongé étant donné les derniers événements et son attitude lointaine durant les dernières heures, mais elle avait apprécié le début d'après midi tout de même.

Le couple retourna alors vers le Pick-up et la jeune femme ne prit plus garde à la flaque près de la voiture, s'éclaboussant le bas du jean en prenant place dans l'habitacle, elle était ailleurs et si Paul le remarquait, elle ne pourrait lui mentir, mais lui dire ce qu'elle venait de vivre ne serait surement pas simple, il pourrait bien la prendre pour une dingue et ne plus jamais vouloir la revoir. "Je suis fatiguée, j'ai pas envie de rentrer..." Dit-elle lorsqu'il démarra le véhicule. "Paul, tu as déjà... cru voir quelqu'un de mort?" Lorsqu'il répondit Isabella sourit et secoua la tête de gauche à droite pour lui signaler que ce n'était rien, qu'il n'avait pas à s'en faire, un peu comme s'il s'agissait là d'une question parmi tant d'autres. "Tu es obligé de me ramener au manoir?" Comme pour le supplier, elle posa la main sur celle qu'il avait rivé au levier de vitesse. "Reste un peu avec moi lorsque tu m'auras ramené, s'il te plait, je ne me sens pas très bien."


Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 31
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis] Dim 23 Juin - 15:49

Paul trouvait que Bella s'était refermée comme un coquillage, elle qui débordait de joie de vivre quelques minutes avant qu'il la laisse sur la berge. Il se demandait ce qui avait pu se passer. Avait elle vu quelque chose ou même quelqu'un qu'elle n'avait pas envie de voir? Ou songeait elle tout simplement à la fin de cette journée qui était proche et à son retour au manoir? Il n'en savait rien mais il n'aimait pas la petite mine qu'elle affichait. Il s'approcha doucement d'elle posant une main dans ses cheveux alors que ses lèvres lui déposaient un baiser sur le front. Une toute petite étincelle se fit voir dans ses yeux. Il lui adressa un doux sourire et regarda au loin Vincent qui était allé déposer la barque là où ils l'avaient pris. Paul en profita pour charger rapidement le pick up puis vint l'heure des au revoir

"J'ai passé une très bonne journée!"

- Moi aussi j'espère qu'on se reverra bientôt pour les nouvelles aventures de Paul...

Dit il dans un clin d'oeil amusé avant de lui chuchoter.

- Oublie pas je suis panpan sur twitter je vais t'en poster de belles ce soir.

- Je t'ai entendu

Vincent fit une grimace provocante à Paule et remballa son transat.

- A plus dans le bus les gosses, te tue pas par inadvertance Paulinou

- A vendredi

Paul fit un petit signe de tête à Isabella pour qu'ils quittent l'endroit. Il voyait bien qu'elle n'était pas dans son état habituel, pour preuve elle marcha dans la flaque d'eau, éclaboussant son jeans et par la même occasion emportant de la boue dans sa voiture! Bon ok, elle est un peu comme sa maison mais les filles n'étaient elles pas plus maniaques que les hommes? Paul fit monter Lucky et ne tarda pas à démarrer la voiture, juste une clope à la bouche fixant devant lui. Il n'était pas un mec super doué avec les filles, en général il n'avait jamais les bons mots ou la bonne attitude à adopter. Alors il hésitait à lui demander ce qu'elle avait. Mais à son grand bonheur elle rompit d'elle même le silence.

"Je suis fatiguée, j'ai pas envie de rentrer..."

Il allait répliquer en lui demandant ce qu'elle avait envie de faire mais il n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'elle lui posait une question.

"Paul, tu as déjà... cru voir quelqu'un de mort?"

Etrange question, avait ce un lien avec son état? Il se gratta l'arcade et fit mine de réfléchir. Il eut un petit sourire.

- Heu... j'ai déjà vu chuck deux lors d'une soirée mais à mon avis c'est du aux nombreux joints que j'avais fumé donc non... Je ne crois pas avoir déjà vu quelqu'un de mort... pourquoi?

Elle secoua de la tête en faisant mine que ce n'était pas important. Mais il n'était pas stupide bien qu'il soit complétement déjanté. On posait pas une telle question subitement sans qu'il ne se soit passé quelque chose. Néanmoins, il préféra ne pas poser de question, elle lui parlerait quand elle le voudrait inutile de forcer les choses et qu'elle se braque. Il tira une nouvelle bouffée sur sa cigarette, regardant un instant par le rétroviseur gauche en riant doucement. Voyant la tête de Lucky par la fenêtre, les oreilles volantes, la bouche grande ouverte, ses babines flottant dans le vent comme la bave qui en dégageait. Il tourna ensuite sa tête vers la belle.

"Tu es obligé de me ramener au manoir?"

Il scruta un instant sa main qui s'était déposée sur la sienne, la caressant doucement avec son pouce. Il crevait d'envie de la garder avec lui, mais Salvatore allait certainement venir jouer des claquettes chez lui pour le provoquer à nouveau. Paul voulait éviter une confrontation avec ses parents, car même si ils étaient drôles sur tous les sujets de conversation ils pouvaient se montrer cruel pour défendre Paul et Isabella. Il lâcha doucement le volant passant une main sur son crâne avant de le reprendre. Il la regarda à nouveau.

- Si je te ramène pas il va débarquer chez moi et ça pourrait mal tourner... Je préfère la jouer plus subtilement, le temps qu'il voit qu'il peut me faire confiance en ce qui te concerne. Ainsi on sera plus tranquille après.

Damon n'allait pas la tracer toute sa vie, un jour ou l'autre il en aurait marre. Paul savait qu'en la jouant cool, il finirait par lâcher la grappe à la belle. Et ils pourraient ainsi se voir quand ils le voulaient sans avoir l'impression d'être deux adolescents surveillés et limités par des parents. Quoique Paul n'avait jamais eu ce problème là lui.

"Reste un peu avec moi lorsque tu m'auras ramené, s'il te plait, je ne me sens pas très bien."

Paul planta son regard dans le sien avant de ralentir alors qu'il était en ligne droite. Il passa sa main droite dans les cheveux de la belle, scrutant devant lui avant d'amener son visage près du sien pour lui déposer un doux baiser. Il acceptait ainsi sa demande, de toute façon il ne partirait pas tant qu'elle ne lui demanderait pas. Il était bien trop accroché à elle. Ils finirent par retourner au manoir des Salvatore, il n'avait pas besoin qu'on lui indique la route il la connaissait très bien. Arrivant devant la devanture, il scruta un instant les fenêtres voyant un rideau bouger et le regard du brun se planter sur lui. Paul secoua de la tête amusée avec un sourire en coin. Il fini par sortir de la voiture avec la belle et partit s'assoir en sa compagnie sur un arbre couché au sol. Ils restèrent ainsi de nombreuses minutes à parler de tout et de rien, sachant très bien qu'il était surveillé, Paul évita donc soigneusement de parler de l'état de Bella à leur partie de pêche.



Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Somebody Save Me? [Paul Lewis]

Revenir en haut Aller en bas

Somebody Save Me? [Paul Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Old Topics :: Archives-