RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Lun 22 Juil - 20:13


-Wheel of fortune-


L'âge d'or de la piraterie, ces années là jamais Aberline ne les oubliera, il se sentait en veine et glorieux, pourtant, c'est aussi à cette époque que notre bonne vieille goule à barbichette a quelque peu perdu la raison *abus de rhum et d'herbes à fumer, ça plus le cagnard, ça vous zingue un homme en trois mois à peine!* Le Squid, patronyme du navire qu'il avait dérobé lors de son enrôlement dans la piraterie quelques années plus tôt, était amarré à quelques encablures des côtes Américaines, près d'un village sans réel intérêt... Pourquoi me direz vous? Et bien car ce cher Capitaine Jack Aberline savait qu'une bague, soit disant clef d'un coffre, dit coffre qu'il ne détenait pas encore d'ailleurs, se trouvait ici ou du moins dans les terres éloignées de la ville, surement au doigt d'un être humain, et que le vampire la convoitait, comme un clodo bave sur un steak. Calé dans le nid de pie, lorgnette rivée à l’œil, Aberline s'attardait sur le décolleté plongeant, et fort bien fourni, d'une rombière attrayante. Malheureusement, une grimace lui rongea la mâchoire lorsqu'il redressa la longue vue sur la tronche enfarinée d'une... d'un... Poulpe?

"Yerrgh... Comme les crevettes ma foi, on retire la tête et ça pourrait aller." Refroidi par cette vision d'horreur, encore dix secondes et il se faisait péter la cornée, Jack laissa tomber son passe temps pervers et se pencha au dessus du rebord de bois, fixant l'un de ses gars qui le hélait depuis le pont. "Il me semblait t'avoir dit d'envoyer les autres chercher c'que tu sais!" Agacé par la réponse de ce rat de cale, il descendit aussi rapidement que lui permettait son état et toisa le jeune corsaire de toute sa hauteur, pas sans regards étrangement allumés et sourcils arqués abusivement. "T'es qui au juste?" Une main, en bec verseur de théière, sur le torse, il plissa les paupières pour remettre le matelot.
"Percey Capitaine..." Répondit l'autre complétement paumé.
"Percey!" Reprit Aberline en haussant le ton, ne parvenant toujours pas à savoir où il l'avait pécher celui là. "Hum... Tu sais ce que je sais que nous savons?" Jack arqua un sourcil et forma un cœur avec ses lèvres, histoire de savoir si le gamin était au courant d'une chose que, visiblement, lui seul comprenait.
"Heu non..." Les yeux ronds d'incompréhension, le gosse fixait son capitaine comme s'il était un hurluberlu sorti de nul part.

Jack se raidit subitement, surpris, outré, que le mousse face à lui puisse lui dire "non", "je ne sais pas", "de quoi parlez-vous?" Secouant la tête, les paupières grandes ouvertes, singeant une attitude impérieuse parsemée d'une folie qui l'habitait depuis quelques temps, Jack semblait faire face, vu la tronche qu'il tirait, à une chèvre qui parle. Les phalanges battant rapidement le vide devant la bouille déconfite de cette jeune face de raie, il s'adressa à son équipage qui n'était pourtant plus présent depuis plus d'une heure déjà.

"Mettez aux effluves ce bigorneau sans cervelle Messieurs!" Il sourit et attendit : aucune réponse forcement. "Bande d'encornés je..." Se tournant, le pont vide de vie, Jack cessa de hurler et croisa le regard d'une mouette sur le bastingage. "Au moins quelqu'un d'attentif. Madame!" Minauda le vampire, mimant une révérence en ôtant son couvre chef qu'il remit en revenant fixer le gosse derrière lui. "Passons; AU TRAVAIL!!! Et que ça saute pétoncle cramoisie!!!"

Tremblant comme une feuille, le dénommé Percey vaqua à quelconques occupations dont Jack se foutait éperdument, lui, ce qui l’intéressait était cette dite bague, qui tardait à venir en y songeant. Caressant les deux fines nattes qui sublimaient sa barbiche, son ouïe remarquable capta les bruissements de rames à la surface de l'eau et quelques couinements de femelle, mais ça, il s'en contrefichait car l'autre marmelade de thon, qu'il avait enguirlandé plus tôt et dont il ne savait déjà plus le nom, lui annonçait le retour de sa dizaine de membres d'équipage. Sourire ravi, entamant quelques pas d'une danse que lui seul semblait connaître, Jack retira sa redingote et son tricorne qu'il flanqua dans les bras tendus de son larbin. Excité comme une puce, il ouvrait et fermait les poings, à l'image d'un moufflet qui crevait la dalle, vers Flint, son second, qui remontait à bord.

"Je veux la voir de mes mains!" S'empressa-t-il avant qu'une expression morbide et le teint blafard lui rongent le visage. *Avait-il vu un spectre? en tout cas ça en avait tout l'air.*
"Un problème Jack?" Interrogea le grand brun au chapeau d'emplumé, se campant au côté du capitaine. Ce dernier ne bougea pas d'un pet, fixant avec horreur et désarrois, les index de ses deux mains en forme de croix devant lui, la créature aux cheveux roux dont deux des hommes tenaient fermement les bras. Affolé, il parvint néanmoins, sans quitter la donzelle des yeux, à pencher les lèvres à l'oreille de Flint.
"Elle... elle est rousse..." Informa-t-il d'une voix faiblarde emprunt à l'angoisse. Immédiatement, le second se marra en lui tapant brutalement le dos ce qui le fit grimacer.
"Mais elle a la bague!" Assura-t-il en empoignant la main de la rouquine, le regard emplie d'envie, chose à laquelle Aberline ne prêta guère attention, bien trop occupé à contenir sa frayeur et tenter de déglutir face à sa plus grande phobie. Cependant, il quitta le regard brun de la succube *comme il appelait les rousses depuis que l'une d'elles l'avait changé en vampire* et observa le bijou tant prisé. "Tu la voulais? Tu l'as!"
"Certes!" Approuva-t-il haut et fort, un œil de coin façon pigeon envers la demoiselle tandis qu'il s'adressait à son bras droit. "Mais, pas avec l'emballage et toutes,..." Jack battit des mains devant la rouquine, une grimace aux lèvres. "ces fanfreluches de l'enfer!"
"Que fait-on donc?" Aberline fronça les sourcils, elle détenait la bague mais hors de question qu'il touche ce démon.
"Coupez lui le doigt, récupérez la bague et mettez là aux fers, ou... Jetez la part dessus bord, mais VITE!!!"

Subitement, la créature prouva qu'elle avait une langue, chose qui fit sursauter Jack comme une pauvre chose, et le capitaine finit par se planquer derrière le mât central non loin d'eux. Ne dépassaient que ses yeux, toujours rivés sur elle.

"D'accord... On coupe rien! Mais je veux la bague!" Accepta le vampire en revenant, pas sans hésiter, vers le groupe au centre du pont. "Je hais les pourparlers, mais j'applique le code des pirates, quoi que tu me veuilles succube, j’accepte ta requête!" Il recula de trois pas et fit signe aux deux pirates qui la retenaient de la faire décamper direction la cale, en grimaçant de plus belle lorsqu'il fixa la silhouette de ce suppôt de Satan. "METTEZ LES VOILES, ON LÈVE L'ANCRE BANDE DE SARDINES AVARIÉES!" Hurla-t-il à l'intention des autres qui les regardaient comme de curieuses bestioles, une fois encore, la rousse objecta et fit trembler Jack qui se tourna, pas sans avoir pris de distance avec elle. "J'ai dit que j’acceptais ta requête, mais je n'ai pas précisé où, quand et comment je te rendrai ta liberté!" Sourit-il avant qu'elle fasse un pas en avant, menace ultime pour Aberline qui se mangea le bastingage et manqua de passer par dessus bord. Un mouvement de main dans les airs, indiqua aux duo de crânes de moules de la faire déguerpir.

Sans elle dans les pattes, enfermée à fond de cale, Jack se sentirait déjà plus serein, bien qu'une femme à bord, enfin même si celle-ci était une succube, portait malheur. Après tout, la bague était sur le navire, désormais il fallait convaincre l'une des bernicles qui l'entouraient et s'activaient comme des fourmis, tandis que le Squid reprenait la mer, de s'emparer du bijou.



Dernière édition par Jack Aberline le Dim 25 Aoû - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Dim 28 Juil - 17:54




"Wheel of fortune"
Edena

La vie n'était plus la même depuis le décès de sa mère, Cassie avait hérité de la demeure sommaire que son père avait construit à leur arrivée ici lorsqu'elle était encore un bébé. Tout deux au ciel, elle travaillait dure pour pouvoir s'acheter quelques grains de farine pour faire du pain. Elle vivait une petite maison de bois, loin de toute civilisation, une grange à côté composé de quelques bêtes tels que des poules, et une vaches. Mais ce peu d'héritage ne lui permettait pas toujours de manger, alors elle était amené à faire des ménages dans une battisse à quelques kilomètres de son domicile. C'est à pied qu'elle s'y rendit sous un soleil de plomb, une robe longue marron d'époque, un tablier au niveau de la taille et ses bottines abimées par le temps. Ses longs cheveux roux étaient attachés en un chignon et elle portait un petit bonnet avec ficelle revenant sous son menton, en tissu léger pour se protéger du soleil. Dix longs kilomètres plus tard, elle était chez le femme d'un richissime banquier, absente aujourd'hui elle lui avait laissé une liste de tâches à accomplir. Dieu merci, Cassie avait appris à lire dès son plus jeune âge grâce à son père qui était instituteur autrefois. Une fois le sol récupéré à la brosse et à la sueur de son front, elle partit vers la grange pour récolter les oeufs des poules. Elle monta une longue échelle, et se s'accroupit pour prendre les trésors que ces petites bêtes pondaient. C'est à ce moment là qu'elle entendit la porte de la grange s'ouvrir dans un fracas, des rires de femme émanant en contrebas. Cassie colla son dos à une botte de paille et se fit discrète. Cependant toute la scène qui se déroulait en contrebas se dessinait sous ses yeux noisette. Cet homme qui semblait amant avant son épouse semblait la tromper avec la catin du village.

Deux solutions s'offraient à elle, se montrer et partir comme si de rien était, ou alors se tapir dans l'ombre et conserver ce travail qui la nourrissait au quotidien? Le choix ne fut pas compliqué à faire, elle s'assit tranquillement dans la pénombre de l'étage, fermant les yeux pour ne pas voir cet acte charnel s'effectuer sous ses yeux. Non c'était pêché! Aldwin de son nom de jeune fille, était encore pure comme la majorité des femmes qui n'étaient pas encore mariés. Elle ne connaissait absolument rien à cet acte, après tout en son époque ce sujet était plus que tabou, et Cassie ne pensait pas qu'on y prenait du plaisir. Non cet acte barbare était simplement quelque chose amenant à la conception d'un enfant. Pourtant les soupirs de bien être, les gémissements et les encouragements de la catin la firent tiquer. Elle fini par écarter un doigt qui était devant son oeil lui masquant leur amusement. Monsieur Dromeline arrachait aux dents les ficelles du corset qui refermait la poitrine de la jeune femme, glissant ses mains sous ses jupons, alors que Caroline penchait la tête en arrière semblant fiévreuse. Mordillant la pointe de ses seins, palpant son derrière rebondit avant de la pousser sur une couche de fortune faite de paille. Remontant l'intégralité des jupons avant qu'elle ne voit l'entrejambe de l'homme. La bouche entre ouverte, Aldwin était scotchée, mon dieu que c'était long est assez gros pour entrer dans cette petite grotte. Passant ses mains alors qu'il lui soufflait des mots interdits par le seigneur, il fini par s'immiscer en la jeune femme. Lui arrachant des hurlements de bien être. Cassie se sentit soudain honteuse de fixer tout ceci, et aussi terriblement jalouse de ne pas sentir le bien être que cet homme semblait lui insuffler. Se mordillant la lèvre et gardant précieusement ses mains jointes elle se délecta de leur ébat jusqu'à la fin. Et apprit donc bien des choses sur l'anatomie masculine. Elle les laissa quitter la grange et s'y terra un long moment pour ne pas y être surprise. C'est alors qu'elle entendit des pas monter l'échelle extérieure, elle n'eut le temps de jauger la personne qui arrivait qu'elle sentit une odeur sous son nez avant de tourner de l'oeil.

C'est les mains ligotés sur un cheval installé en amazone dans les bras d'un parfait inconnu qu'elle se réveilla. Le regarde pervers et ce sourire étrange qu'il lui adressa ne la rassurèrent guère et elle ne tenta pas de se débattre, voyant au loin un bateau accosté au port. Terrifiée et sans défense, Aldwin se retrouva pris de force par un bras pour monter à bord de cette immense coque de bois. Le regard apeuré, elle n'entendait presque rien de ce qui se disait. Que lui voulait on?

"Tu la voulais? Tu l'as!"

"Certes! Mais, pas avec l'emballage et toutes,...ces fanfreluches de l'enfer!"

"Que fait-on donc?"

"Coupez lui le doigt, récupérez la bague et mettez là aux fers, ou... Jetez la part dessus bord, mais VITE!!!"

Qu'on lui coupe le doigt pourquoi? Pour la pauvre alliance qu'elle portait au doigt, une bague qui n'avait aucune valeur financière mais énormément à ses yeux. Hoquetant, le monde s'écroulant sous ses pieds, le ciel tournant autour d'elle, une poussée de peur lui fit enfin ouvrir la bouche.

- NON je vous en supplie monsieur je ferais tout ce que vous voulez! Mais laissez moi partir... pitié

"D'accord... On coupe rien! Mais je veux la bague! Je hais les pourparlers, mais j'applique le code des pirates, quoi que tu me veuilles succube, j’accepte ta requête!"

Elle poussa un long soupir de soulagement, bien qu'elle n'était pas encore tiré d'affaire. Aldwin se demandait pourquoi il voulait sa bague, elle était si commune à celle de tous les pauvres gens. Cependant, pour avoir la vie sauve et surtout ses doigts pour travailler hardiment, elle la lui laisserait contre sa liberté, chose qu'il semblait lui accorder.

"METTEZ LES VOILES, ON LÈVE L'ANCRE BANDE DE SARDINES AVARIÉES! J'ai dit que j’acceptais ta requête, mais je n'ai pas précisé où, quand et comment je te rendrai ta liberté!"

La bouche entre ouverte, terrifié elle le scruta alors qu'on la tirait vers les fond du bateau. Qu'allait il faire d'elle, la balancer à l'eau au milieu de l'océan? Elle jeta un rapide regard autour d'elle, découvrant un drapeau qui flottait, mon dieu elle était aux mains des pirates, elle allait finir dans leur lit avant qu'il ne la balance en guise de repas pour les poissons. Le corps tremblant, elle fut pousser dans un petit espèce qu'on referma avec une porte de bois et une clé. Elle se précipita aux barreaux pour les secouer avant d'implorer, les deux hommes qui venaient de la conduire ici de la laisser partir. C'était pas gagné. Elle entendit quelque chose tapé sur le sol, elle regarda droit devant elle, et fini par reculer doucement en voyant une jambe de bois cogner contre le sol. Un homme bedonnant, un foulard sur un oeil, sentant le whisky à vingt lieux la fixait comme un cafard à écraser. Puis il lui dévoila sa dentition, elle mit une main devant sa bouche pour étouffer un cri de stupeur, elles étaient noires ou cassées mais vraiment en mauvaises état. Le voyant tourner la clé de sa cellule avec un pot de vin qu'il collait à ses lèvres. Elle craignait le pire et se mit à hurler quand il lui saisit le bras. Que lui voulait il? Du mal? Ou tout simplement l'aider?

- Je veux voir le commandant du navire!!! JE VOUS EN PRIE AIDEZ MOI!!!!!!!!!

Hurla t-elle du plus profond de sa gorge avant d'entendre les rires masculins d'autres détenus la scrutant comme une bête de foire. Cassie avait peur, son corps tremblait et elle se laissa tomber sur le sol pour se protéger, ne connaissant toujours pas les intentions de ce bourru.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Dim 28 Juil - 19:54


-Wheel of fortune-


Loin d'être sourd et bien que la donzelle aux cheveux roux, créature des enfers venue pour lui faire payer ses crimes passés *chose dont était intimement convaincu Aberline*, soit désormais coincée à fond de cale, cela ne l'empêchait pas de l'entendre beugler comme un veau qu'on a pas traie depuis des lustres * et dieu sait que traire un veau relève de l'exploit*. Agacé et dérangé par les jérémiades de cette succube de malheur, Jack empoigna la bouteille de vin que l'un des marins avait ramené de leur escapade, la déboucha et se rinça allégrement la gorge pour ensuite s'emmurer dans sa cabine. Pour avoir chaud, bien qu'il soit mort depuis maintenant quelques temps, Jack avait chaud, sans nul doute les effets maléfiques de l'unique donzelle à bord. D'une avoir une femme sur un navire portait malheur, mais si elle était rousse, qu'adviendrait-il de lui? les yeux ronds, encore horrifié par ce que lui avait ramené Flint, il s'affala au siège près de son bureau et, collant un œil dans le goulot de la bouteille après avoir remarqué que plus aucun fluide ne dégoulinait de celle-ci pour apaiser sa gorge, il soupira en une grimace propre à lui seul.

"Pourquoi y a jamais rien a boire ici?" Intrigué par cette nouvelle chose, il parvint enfin à en oublier la présence de cette femelle satanique et observa quelques cartes où étaient griffonnés des tas de repaires en tout genre, des croix, des gribouillages de coordonnées et parfois, ce qui lui fit arquer un sourcils en une moue étrange, des bons petits hommes au sourire de demeuré. "Tu aurais dû songer aux beaux arts mon vieux!" Se congratula-t-il en empoignant le compas à dessin sur la table.

Langue sortie et placée contre le coin de ses lèvres, Jack entreprit de former un rond suite aux dernières indications que lui avait offert sa fée clochette, fée qu'il n'avait pas eu loisir de voir depuis la veille et, pour être honnête, sachant un démon à roberts à bord, il doutait fort que son ectoplasme favoris daigne faire une apparition. Les lèvres fendues en un sourire renversé, il continua son entreprise en prenant garde à ne pas riper sous les embardées que faisaient le navire depuis bientôt vingt minutes. Il détestait ça, qu'on ne sache pas manœuvrer était une chose, mais qu'on ne sache pas manœuvrer SON bâtiment, ça, Aberline ne pouvait le tolérer. Tiquant de temps à autres pour garder le peu de calme qui le possédait encore, il fronça les sourcils et tira sur les nattes de sa barbiche jusqu'à le faire trop fort lorsqu'une pétoncle, non désirée, rentra sans y avoir était invitée ni même avoir prévenu de sa présence, dans la cabine en faisant, bien entendu, voler les tas de parchemins rivés sur les divers meubles de la pièce. Une douleur au menton quant a son tirage de barbe, Jack redressa le nez sur cette face de congre.

"Capitaine? Il semblerait que la prisonnière veuille vous parler." Il l'avait oublié celle là, et rien qu'à imaginer sa tignasse orange, Aberline en fit un mauvais trait sur sa carte en se raidissant comme un gosse affolé. "Elle a demandé à pourparlers."
"Comment une cultérreuse connait-elle les termes nautiques propres aux pirates?" Ronchonna-t-il, grimaçant quant au traits de compas raté sur sa carte.
"J'en sais rien, mais ce n'est pas un terme nautique juste un terme du code Capitaine... Si je peux m'permettre!"
"J'ai mains animaux en réserve gamin, hier c'était la poule, tu veux tester la ménagerie entière?" L'abrutis fit non de la tête et Jack réfléchit un instant pas sans un sourire satisfait collé aux lèvres. "Bien, que Flint ramène cette grue de Satan, mais qu'on lui somme de n'pas me regarder ça porte malheur!"
"Ça porte aussi malheur d'avoir une femme à bord Capitaine!" D'un geste vif, Aberline se redressa, les instruments sur le bureau volèrent et, comme par hasard, un presse papier en argent massif lui termina sur le pied à le faire couiner sa dernière phrase. "Exécution!"



Dernière édition par Jack Aberline le Dim 25 Aoû - 18:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Mer 31 Juil - 13:33




"Wheel of fortune"
Edena

Cassie réclama à voir le capitaine, elle ignorait tout du code des pirates. Elle pauvre petite fille de la campagne, ne savait rien de ce monde dans lequel elle avait un pied. Du moins, elle n'avait entendu que des racontars sur ces hommes retranchés de la société. D'après les commérages, ils étaient violents, souvent alcoolisés, fourbes, voleurs et n'hésitaient pas à dérober des femmes pour s'assouvir de leur perversion avec ou sans consentement. Aldwin venait de découvrir que les plaisirs de la chaire existaient réellement mais elle ne voulait pas se laisser aller dans les bras de ce gros lard, dont l'haleine tuerait à coup sur le banc de poisson qui flottait à proximité du bateau. Non, elle s'était jurée, un seul et unique homme aura son amour et son corps dans sa vie. Ceci paraitrait sans doute stupide pour quelqu'un aujourd'hui, néanmoins à l'époque le divorce n'existait pas et l'infidélité des femmes étaient punis de manière exemplaire. Elle ignorait ce qu'était le capitaine à la barbiche en nattes, et était loin de se douter qu'elle finirait un jour dans le même corps que lui. Que son destin comme elle l'avait imaginé, entouré d'enfant et d'un mari dans une petite maison plus que modeste, n'arriverait jamais. Aldwin était vouée à devenir une vampire, à s'amouracher de son créateur, en devenant sa femme et restant pour l'éternité ensemble à deux.

Aujourd'hui, loin de cet avenir idyllique, elle repoussait les mains charnues de cet homme qui tentait de la redresser sur ses jambes, en riant. Elle ne savait pas ce qu'il lui voulait mais il fut rapidement interrompu par un homme, aux yeux perçants, à la voix suave. Ce même homme qui l'avait amené jusqu'ici à cheval, baissant des yeux intimidés, elle attendait son châtiment. Après tout elle était la seule femme sur ce bateau, le seul moyen pour les hommes de se divertir. Une boucle s'installa dans sa gorge, l'homme qui d'après son oreille se nommait Flint s'approcha d'elle. Dégageant une mèche de ses cheveux, qui obstruait son décolleté, elle sentit son souffle dans ses cheveux. Il sentait son odeur, bien qu'en règle générale ça aurait pu lui donner des frissons, là aujourd'hui c'était la peur qui l'habitait. La bouche entre ouverte, elle imaginait qu'il lui fasse ses choses qu'elle avait vu dans la grange quelques heures plus tôt. Mais, lui, ne serait sans doute pas tendre, mais violent comme le raconte les gens. Sa main effleura son cou alors qu'il le dégageait de sa chevelure rousse, sans prononcer un mot. Ils furent à son plus grand soulagement interrompu par un homme indiquant que le capitaine acceptait de la recevoir, mais pour seule condition, elle ne devait pas le regarder. Étonnée elle ne comprenait pas pourquoi elle semblait l'effrayer. Néanmoins peut sure de ceci, elle restera sur la réserve et n'en profitera pas. Elle termina dans une pièce alors qu'il était assis derrière un bureau compas en main. Elle fixa le sol et s'avança avant de se stopper au centre de la pièce.

- Monsieur, j'ignore pourquoi vous convoiter tant cette bague qui n'a aucune valeur financière, mais je vous en prie, laisser moi rejoindre la terre ferme. Je vous donnerais la bague et ne parlerais jamais de notre rencontre à qui que ce soit. Je vous implore Monsieur de me rendre ma liberté en échange de cet anneau.

Cassie retira son anneau de son doigt et s'avança près du bureau. Elle tendit l'anneau qu'elle tenait du bout des doigts, et quand il le prit inconsciemment elle monta son regard dans le sien. Une émotion de peur l'habitait, elle le scruta quelques secondes avant de baisser son regard sur les papiers du bureau et de murmurer.

- Je vous prie de m'excuser...

De nouveau pas résonnèrent derrière son dos. Qu'étais ce? D'autres bourreaux venus la renfermer dans la cale et la torturer? Elle ignorait ce qu'il allait prendre comme décision mais elle priait le bon dieu pour qu'il lui vienne en aide. Chrétienne, elle n'avait jamais commis de pécher, elle avait toujours été droite et correcte alors leur seigneur ne pouvait pas lui refuser une telle demande pour tous ce qu'elle avait accomplit dans sa vie. Fermant un instant les yeux, les bras le long du corps, sa poitrine tressaillante, elle avait peur.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Dim 25 Aoû - 18:56


-Wheel of fortune-


La succube lui fut amenée, un long et terrible moment s'opposait au Capitaine qui n'avait plus qu'une envie, disparaître dans cette cabine immense, se métamorphoser en sardine *pourquoi pas* et sauter par-dessus le vitrail ouvert derrière lui. Feintant un air sûr de lui malgré la constellation de sueur froide qui lui couvrait le faciès, Aberline resta figé devant elle, pas une mouche ne venait troubler le silence profond jusqu'à ce que la voix, trop aigüe, du démon résonne à ses oreilles comme le glas sonnant le début de la fin pour le pirate. Il grimaça, comme si ce flot de paroles suppliantes pouvait l'atteindre comme la lame des sabres de la marine royale, c'en était désappointant, tant qu'il planta son regard sur les groles de la donzelle à chevelure d'enfer, simplement pour ne pas se changer en statue de sel si *sait-on jamais* son regard malencontreux avait croisé ses iris noirs de nuit.

"Monsieur, j'ignore pourquoi vous convoitez tant cette bague qui n'a aucune valeur financière, mais je vous en prie, laissez-moi rejoindre la terre ferme." Dit-elle sans relever le regard tandis que lui se hasardait, sans doute curieux des méfaits dont était capable un corps si gracile malgré le Lucifer l'habitant, à toiser ses joues roses.
"Capitaine!... On dit Capitaine, c'est si difficile à retenir?" Il interrogea, en un regard propre au pigeon, les deux matelots présents près de la gamine. "Je suis entouré de fientes de mouette ma parole... Bref, continuez votre monologue... Hum...?" Après lui avoir donné son intitulé, la donzelle, fort bien fournis en mamelons, et ce malgré sa condition démoniaque, reprit.
"Je vous donnerais la bague et ne parlerais jamais de notre rencontre à qui que ce soit. Je vous implore Monsieur de me rendre ma liberté en échange de cet anneau." Sous les yeux écarquillés de bonheur du Capitaine, la greluche retira le fabuleux bijou qui tinta, en un enchantement de métal, lorsqu'elle l'apposa devant lui sur le bois de son bureau.

Immédiatement, par peur sans doute qu'elle puisse la lui reprendre en une vaste blague, Jack colla la paume contre le bout des doigts de cette Cassie et récupéra le bien en un geste vif. Inconsciemment, trop habité par la joie d'enfin tenir la convoitise tant espérée entres les mains, il en avait touché sa pire phobie et ce fut donc en une grimace d'horreur et un cri d'épouvante qu'il recula contre le siège, encore derrière, qui lui retint les miches une fois qu'il l'eut rejoint en perdant l'équilibre. Bien entendu, les deux mousses derrières elle pouffèrent comme des andouilles cuites jusqu'à ce qu'il croise le regard noisette de cette... fille. Subitement pris par la torpeur que lui inspirait cette silhouette, pourtant fine et sans défaut, face à lui, Jack en défaillit un instant, blême comme un linge de nourrisson *propre on s'entend* et baissa les yeux avant de se redresser tout en remontant l'écharpe qui lui servait de ceinture pendant qu'elle le suppliait encore. N'ayant cure de ses jérémiades, désormais il avait ce pourquoi elle était à bord et se foutait de tout, Aberline moulina l'air à l'aide de ses doigts libres, intimant ainsi aux deux pétoncles de le suivre avec la prisonnière sur le pont. Un simple coup de botte dans le double battant de chêne usé et notre goule à barbichette faisait une entrée triomphale au milieu du navire, sourire immense aux lèvres, brandissant au bout de son bras haut levé, ladite bague sans * soit disant*, aucune valeur.

Pas un "Hourra", pas une esclaffe, cela suffit au pirate pour rouvrir de grands yeux et considérer les hommes autour de lui. Un tintement de fer lui fit baisser le menton, qu'il avait encore rivé vers les cieux, et se rendre compte que les tas de moules bien apprivoisé qui l'entouraient, pointaient leurs sabres sur sa personne. Intriguée, muet comme une carpe, Jack arqua les sourcils et interrogea du regard Flint qui souriait aux anges. "Qu'est-ce qu'ils ont tous à me regarder comme si j'étais le repas?" Un coup de paume violent lui fit rejoindre le mat puis, ces mêmes phalanges entourèrent sa gorge avec puissance. Jamais Jack n'avait pensé un instant que son ami, celui en qui il avait toute confiance, était une goule, mais ici, sa température similaire à la sienne ainsi que les veines se dessinant sous ses yeux ne laissait plus de place au doute. "Jack, toi même vampire tu n'as jamais eu l'idée d'hypnotiser ton équipage, grossière erreur, pour ma part je l'ai fait, ils sont tours prêts à t'abandonner à ton sort..." L’agrippant au col de chemise, il l'amena au bastingage et pointa la léchée de sable près de laquelle le bateau venait de jeter l'ancre. "La rouquine a raison, cette camelote ne sert à rien, donc je veux bien te la laisser, en revanche le Squid et son équipage sont miens dès maintenant... Un petit tour de planche Jacky?" Un sourire niais aux traits, Aberline roula des yeux, pris d’angoisse lorsque Flint et les sabres de ses anciennes mouettes, l'activèrent vers la fameuse torture cher aux cœurs des forbans. D'un geste de main désinvolte, le second fit approcher la donzelle et lui lécha le visage sans aucune manière, ce qui fit grimacer Jack que l'un des mousses poussait sur la potence."Quelle sera ta requête Jack?" Interrogea Flint, son sabre pointé sur le thorax de notre vieux Aberline, celui-ci déglutit, mains en l'air, sourire niais au visage tandis qu'il zieutait, de temps à autres, l'océan sous la planche qui le tenait encore. Fixant Stewars depuis sa position, voyant la gosse en stress, malgré le fait qu'elle soit rousse et possiblement démoniaque, Jack n'eut pas le cœur à la laisser entre les mains de ce mérou puant. "J'attends Aberline, si tu es incapable de demander une dernière faveur tu sautes et rejoins ton nouvel empire!" Conclut le pirate, désignant du menton l'île à quelques encablures. L'équipage, hypnotisé comme de vieilles andouilles, se mit à rire aux éclats. "La fille!" S'exclama Jack, les paupières grandes ouvertes, tous se tournèrent vers la donzelle aux cheveux roux et revinrent fixer un Aberline tout sourire, enfin sourire peu enjoué uniquement pour faire bonne figure. "Elle? Celle que tu ne cesses d'appeler la succube ou encore le démon?" S'étrangla l'autre. "C'est exact!" Il déglutit et haussa les épaules avant de redresser les mimines au-dessus de son crâne lorsqu'un des matelots le menaça du regard "Dernière demande l'ami, tu peux pas refuser ça à ton vieux Jackot?" Souriant, minaudant même, Jack attendit qu'il pousse la donzelle sur la planche. "Tu m'en dira tant Aberline... La voilà, ton unique partenaire pour les quelques jours qu'il te reste à vivre avant de te dessécher sous le cagnard de cette léchée de sable brulant." Cassie à ses côtés, Jack recula de deux pas, bien qu'il venait de la libérer des futurs actes peu catholiques de son rival, il n'en était pas moins phobique de cette bonne-femme. Un pieux lui fut jeté entre les paumes tandis qu'il grimaçait à savoir pourquoi. "Juste au cas où la soif serait trop torturante, tu n'auras qu'à te l'enfoncer dans le cœur, si la donzelle le fait pas avant!" Il rit bruyamment, l'équipage fit de même ainsi que Jack qui ne faisait que gagner du temps. "Allez, bonne baignade vieux timbré!" En un coup de bottes violent, il fit vaciller la planche jusqu'à ce que le vampire, accompagnée de l'humaine, finisse à la mer...

Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Dim 25 Aoû - 23:46




"Wheel of fortune"
Edena

Voila, il avait désormais l'alliance de sa défunte mère, une bague à laquelle tenait Cassie, mais jamais sa mère n'aurait voulu qu'elle mette sa vie en péril pour un objet dépourvu de valeur financière. Sa gorge se noua, et elle eut envie de pleurer à chaudes larmes tant ça lui coutait de la lui donner pour dieu sait quelles raisons. Quand deux hommes l'attrapèrent par les bras pour la trainer dehors, elle lâcha des supplications, comprenant subitement qu'elle n'allait pas gagner sa liberté. Et puis il y avait cet homme, Flint, son regard sur elle, l’apeurait, la dérangeait comme si il voulait la bouffer toute crue. Voir même assouvir les pires perversions sur sa personne. Essayant de freiner des pieds pour ne pas passer la porte et se retrouver à nouveau dans cette cale puante à la merci de ces hommes étranges, elle se débattait avant de finir à l'extérieur du bateau, où le capitaine brandissait ce bijou. Personne ne semblait captiver par sa réjouissance, ce qui éveilla une certaine curiosité chez Cassie.

"Qu'est-ce qu'ils ont tous à me regarder comme si j'étais le repas?"

Elle fut surprise de voir le second du navire s'en prendre au capitaine, il en valait de sa liberté. Et si il renversait le pouvoir elle était bel et bien fichu... Angoissée, rongée par la peur de silencieuses larmes roulaient sur ses joues pâles.

"Jack, toi même vampire tu n'as jamais eu l'idée d'hypnotiser ton équipage, grossière erreur, pour ma part je l'ai fait, ils sont tours prêts à t'abandonner à ton sort... La rouquine a raison, cette camelote ne sert à rien, donc je veux bien te la laisser, en revanche le Squid et son équipage sont miens dès maintenant... Un petit tour de planche Jacky?"

Cassie ouvrit de grands yeux, avait elle bien entendu? Il parlait de vampire, ces êtres imaginés par un alcoolique au coin d'un bar? C'était improbable, que diable ces hommes avaient ils bu pour être dans un état délirant? Elle fut trainer par Flint qui jaugeait le capitaine sur la pointe de la planche prêt à servir de repas aux requins. Elle poussa un cri de surprise quand elle fut rivée au corps de cet homme grossier, et tenta de le repousser lorsqu'il lécha son visage, sa main empoignant une de ses fesses. Elle se permit même de le gifler, mais ceci semblait le faire rire, comme tous les autres membres du navire.

"Quelle sera ta requête Jack?"

Des larmes d'angoisse commençaient à noyer ses yeux, elle ne savait pas à quelle sauce elle allait être mangé, mais elle avait considérablement peur, cet homme ne serait pas tendre, surtout pas en vu de l'odeur de rhum qui émanait de sa bouche. Allait elle finir comme ses catins dans les bars, les jupons relevés jusqu'au ventre pour se faire violenter par un affreux personnage?

"J'attends Aberline, si tu es incapable de demander une dernière faveur tu sautes et rejoins ton nouvel empire!"

"La fille!"

Aldwin fut surprise, elle ne savait pas si elle devait se réjouir ou avoir peur. On le caractérisait de vampire et ça, ça sentait le roussie. Mais que choisir? Etre le jouet d'un homme, prisonnière d'un équipage sur les flots? Ou combattre un seul homme, et la mer? De toute façon on ne lui laisserait visiblement pas le choix.

"Elle? Celle que tu ne cesses d'appeler la succube ou encore le démon?"

"C'est exact! Dernière demande l'ami, tu peux pas refuser ça à ton vieux Jackot?"

"Tu m'en dira tant Aberline... La voilà, ton unique partenaire pour les quelques jours qu'il te reste à vivre avant de te dessécher sous le cagnard de cette léchée de sable brulant."

Elle fut poussée de force sur la planche de bois, et fixait avec angoisse les vagues s'écrasant sur la coque du navire. Terrorisée, immobilisée, elle tourna son regard sur ces hommes, ces bourreaux.

"Juste au cas où la soif serait trop torturante, tu n'auras qu'à te l'enfoncer dans le cœur, si la donzelle le fait pas avant! Allez, bonne baignade vieux timbré!"

Le pieu en main, l'ancien capitaine du navire, prit un pied au derrière et fini dans l'eau. Elle se tourna sur l'homme qui s'avançait vers elle un sourire malsain au visage, la faisant reculer, jusqu'à ce qu'elle tombe à l'eau. Son corps était oppressé sous cette masse d'eau, elle ne su comment elle réussit à regagner la surface de l'eau, mais la panique, la faisait boire la tasse. Elle voyait l'homme nager vers le rivage.

- Je vous en prie... je ne sais pas nager...

Peina t-elle à dire, en buvant cette eau salée par le nez, la bouche, voir peut être même par les oreilles. Elle riva son regard suppliant aux siens, et perçu comme un roulement dans les siens. Il s'approcha d'elle sans la toucher, baragouinant des propos dont elle ne prit en compte, complétement paniquée. Il la tira par les pans de sa robe sans jamais la toucher, jusqu'à ce que ses pieds sente le sable. Elle s'empressa de sortir de cette horreur, laissant son corps tremblant tomber sur le sable, alors qu'elle reprenait un souffle qu'elle avait totalement perdu. Elle fini par se retourner précipitamment quand le mot vampire résonna dans sa tête.

- Qu'allez vous me faire?

Demanda t-elle en fixant ses mains pour voir si il avait encore ce morceau de bois en main pour l'achever.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Lun 26 Aoû - 22:15


-Wheel of fortune-


Immergé comme un vulgaire mollusque emporté par la marais, avalant sans vraiment le vouloir quelques tasses bien trop salées qui lui firent tirer la langue en une grimace délirante, Jack revint en surface et zieuta rapidement SON bâtiment qui lui faisait bien le bonjour sous le commandement de cette murène de Flint. Son cher Squid voguait rapidement vers d'autres horizons et, malgré les vagues et l'écume qui lui éclaboussaient le faciès en de bon remouds, sa vue perçante lui permis de sourire niaisement quant aux signes de tricornes que lui faisait celui qui venait de l'entourlouper comme le premier des bigorneaux. Fort heureusement pour lui, le double qui en de pareils conditions sur la terre ferme se serait empressé de venir lui ravager les écoutilles à coup de "J'te l'avais bien dit l'ami" ne se présenta pas, à croire que cette cervelle de Tamara ne savait pas nager, un comble pour un pirate *enfin vous me direz, combien de fois Aberline a-t-il feinté ne pas savoir jouer les grenouilles en surface? Un bon millier de fois et pourquoi me direz-vous? Justement car il avait horreur de l'eau de mer.*.

Agacé, désappointé même, Jack le fut d'avantage lorsque la voix nasale de la rouquine, s'étouffant avec ce liquide abrasif, le héla. Nom d'un encorné, cette gourde démoniaque ne flottait pas? A croire que l'enfer était ravagé par les décérébrés, ce cher Lucifer se ramassait-il tous les rébus incompétents de la société pour en faire des démons? Roulant de grands yeux, laissant un regard filer vers la plage puis sur la rousse, le bon cœur de Jack tinta encore en sa poitrine et, rapidement, il attrapa les pans de la robe de la donzelle, inutile de la toucher, *on ne savait pas où ça avait trainé diantre!* pour lui faire rejoindre le sable brulant en peu de temps. A peine eut-il pieds qu'il relâcha les étoffes et s'essuya les paumes contre son corsaire pour enfin s'étaler dans le sable humide léché par les vagues, histoire de retirer ses bottes qui ne lui étaient plus d'aucune utilité. "Qu'allez-vous me faire?" Ne répondant pas, Jack se releva et se mit à courir vivement dans les grains blancs, cette cochonnerie était bouillante et donc désagréable pour les pieds délicats de notre goule à barbichette. Bondissant tel un cabri, s'empressant sous maintes enjambées abusives histoire de rejoindre quelques cocotiers plus loin, il plissa le nez en grimpant sur un rocher, main en visière uniquement pour voir s'il y avait encore un espoir pour son tant aimé rafiot. Plus rien, plus une voile, plus un sillon dans l'océan, il était voué à cuir ici et, en prime, accompagné par sa pire phobie. Reprenant conscience quant à ce dernier détail, toutefois très important pour lui, Aberline la considéra d'un œil de coin, façon poule, et grimaça d'horreur lorsqu'elle approcha.

"Ne me touchez pas vile mamelons sataniques!" Usant cette fois si de sa rapidité considérable, Aberline traça une rigole de la plage au cocotier où il se trouvait et se planta derrière la ligne avant de balayer l'air, à l'aide de ses doigts, devant elle. "Restez de votre côté... Cassie,… je reste du miens, inutile de vous dire que je saurai me montrer persuasif!" D'une, il l'avait nommé par son intitulé, de deux, il tentait de la menacer sans être convainquant une seconde, en effet ses œillades et sourires apeurés ne lui donnaient guère l'allure d'un forban sans âme et sans cœur.


Ne lui délivrant plus de mot, farfouillant de son côté à la recherche de quelque chose qui lui servirait de repas à la tombée de la nuit, qui pointait d’ors et déjà  le bout de son nez, Jack laissa un regard trainer sur la gosse une fois qu'il eut fait un feu au milieu de la frontière. Il faisait sombre, le soleil était mort à l'horizon et uniquement un perroquet lui servirait de repas bien qu'il aurait pu se sustenter du flux de la donzelle. Lorsqu'il la vit trembler comme une feuille, sans nul doute ravagée par la faim, Jack embrocha le Ara sur une branche, le dépluma rapidement et le colla dans les flammes. Lorsqu'il fut cuit, il souleva la broche improvisée et, en un soupir las, tendit le semblant de poulet à sa compagne. Ce qu'il lui prenait? il n'en savait strictement rien, toujours était-il qu'elle ne lui avait rien fait hormis le fait d'être rousse, cette pauvrette n'avait rien demandé et on était venu l'arracher à son logement, sa famille et ceux qu'elle aimait sans doute. Fixant discrètement la silhouette de cette dernière, Aberline considéra la bague encerclant désormais son doigt et la retira pour la faire glisser, avec hésitation et une précaution sans pareil, vers la succube qui, au fil des heures, n'était plus si effrayante que ça... Ce ne fut que lorsqu'elle l'interrogea quant au fait de son sauvetage que Jack se rapprocha et lui riva sa redingote aux épaules, ainsi, elle ne mourrait pas de froid.

"Allez savoir, je suis peut-être un vampire, mais j'ai moi aussi une personne, dans mon entourage, à qui je n'aimerai pas qu'on fasse pareil manière... c’est dégoutant…" Plissant le nez vers la lune, subitement il sentit la tête de Stewars tomber doucement sur son épaule, tenté de la délogé de là, il écarquilla les yeux et préféra la faire reculer avec douceur, pas sans lui servir un sourire niais au possible. "Restez là, nous ne sommes pas comme cul et chemise, cependant soyez tranquille, vous pouvez dormir, j'ai bien trop peur que vous me pieutiez dans mon sommeil, ensuite… » Dit-il en choppant un crabe qui filait de près de lui avant de lui croquer une patte. « Je n’ai nullement l’intention de vous sucer…. La gorge, sinon pourquoi avoir attendu tout ce temps ? »

Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars] Mar 27 Aoû - 21:38




"Wheel of fortune"
Edena

Cet homme était vraiment étrange, courant sur le sable comme si il se faisait pincer les pieds par des crabes. Encore une petite nature, mais qui était plus forte qu'elle alors elle n'en dira rien. Le voyant perché dans ses cocotiers, elle s'approcha de lui, elle voulait savoir quel sort il lui réservait.

"Ne me touchez pas vile mamelons sataniques!"

Elle ouvrit de grands yeux, il avait vraiment une façon de parler atypique et dérangeante. Pourquoi diable parlait il de ses mamelons? Encore un homme sans éducation et dépourvu de bonnes manières! La vitesse qu'il mit pour creuser un trou entre eux l'effraya, elle en tomba à la renverse en le regardant. Bon sang c'était quoi cet homme? Ah oui, un vampire. Elle déglutit, allait elle lui servir de repas?

"Restez de votre côté... Cassie,… je reste du miens, inutile de vous dire que je saurai me montrer persuasif!"

Elle hocha de la tête et resta de son côté, blottissant son corps sur elle même et ne prononçant plus un mot. Elle le fixait d'un yeux, pour s'assurer que rien ne lui arriverait, mais elle n'en était certaine. Le temps passa, la nuit tomba et le feu brula entre eux deux. Elle tremblait de peur, de froid et de faim, ses vêtements malgré le soleil était encore humide, et elle ne savait pas survivre dans un milieu aussi étranger. Et fouler le sable ne lui disait rien. Elle le regarda un instant écœurée entrain de bouffé un piaf, avant de le faire flamber pour lui tendre. Elle hésita un instant avant de le prendre et de tirer avec ses doigts quelques morceaux de chaire pour remplir son estomac, bien qu'elle mourrait de soif. Soudain l'invraisemblable se dessina sous ses yeux, il faisait glisser sa bague près d'elle. Elle regarda la bague puis lui, et la reprit délicatement.

- Pourquoi la vouliez vous?

Aucune réponse, ceci resterait un véritable mystère pour elle les siècles à venir. Elle était loin de savoir que dans les siècles se profilant elle serait de la même nature que lui et le retrouverait. Quand il déposa quelque chose sur ses épaules pour la réchauffer elle lui fit un sourire timide. Première fois seule avec un homme et c'était un suceur de sang, charmant!

"Allez savoir, je suis peut-être un vampire, mais j'ai moi aussi une personne, dans mon entourage, à qui je n'aimerai pas qu'on fasse pareil manière... c’est dégoutant…"

Alors il avait soit une femme dans sa vie ou tout simplement un proche à qui il tenait assez pour contrôler sa perversion sur les autres, incroyable. Elle laissa tomber sa tête sur son épaule, elle voulait s'endormir mais il la fit reculer. Pourquoi diable l'effrayait elle autant? Saurait elle un jour?

"Restez là, nous ne sommes pas comme cul et chemise, cependant soyez tranquille, vous pouvez dormir, j'ai bien trop peur que vous me pieutiez dans mon sommeil, ensuite… Je n’ai nullement l’intention de vous sucer…. La gorge, sinon pourquoi avoir attendu tout ce temps ? »

Elle fit un hochement de tête et se coucha sur le sol de sable, ses habits s'en imprégnant, la gorge la serrant tant la soif était présente. Ce ne fut que quelques heures plus tard qu'elle sentit quelqu'un la soulever, quand elle ouvrit les yeux, la peau rouge par le soleil de plomb, les lèvres sèches à cause du manque d'eau, elle remarque que c'était un autre homme que celui avec qui elle était sur la plage. Sans force, au loin, elle vit un bateau qui les attendait. Elle croisait les doigts pour que ce ne soit pas un bateau pirate qui allait encore la troquer contre dieu sait quel objet ou fantaisie. Elle fut rassurée en voyant le personnel à son bord, on lui donna une couverture pour se réchauffer, de quoi se nourrir et ils repartirent vers le rivage. Une fois sur le pont, Cassie remercia les membres de l'équipage et se retourna pour butter contre Jack. Ses yeux furent étrange et elle se mit à murmurer quelques mots.

- Les vampires n'existent pas c'est une légende...

Puis elle retrouva sa vie d'avant après plusieurs jours de marches et tombant sur quelques bons samaritains. Qui sait un jour peut être recroisera t-elle cet individu loufoque...

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars]

Revenir en haut Aller en bas

Flashback - Wheel of fortune [PV Cassie Stewars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Manoir SalvatoreReste du monde-