RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Sam 3 Aoû - 21:52


Le bal de fin d'année avait terminé d'achever Elena. Voir Damon au bras d'une autre femme l'avait pour simplement dire anéanti et le fait même que ses lèvres aient rencontrés celles de son frère sans qu'elle ne l'ait anticipé avait jeté un froid entre eux. Certes ils s'étaient expliqués sur le parking mais où allaient-ils tous les deux? La belle n'avait plus ressenti cette sensation électrisante qu'elle avait à chaque fois que Stefan l'embrassait et la prenait dans ses bras, cette sulfureuse envie de parcourir chaque parcelle de son corps, de sentir son odeur ainsi que son corps contre le sien ... rien. Dès lors la jeune Gilbert avait réalisé que le seul pour qui elle se mourrait n'était autre que le brun aux regard rieur, aux lèvres tentantes et à la voix dure emplie d'une douceur qu'elle seule pouvait déceler. Elle ne voulait plus que lui, elle avait enfin compris où elle se situait par rapport à ce triangle qu'ils formaient tous les trois. Bien que la belle ait tenté de se laisser tomber dans un comas éternel, elle était restée en vie malgré le manque de sang dans son organisme sensé se transformer en pierre. Cela jamais elle ne pu se l'expliquer mais les faits parlaient d'eux-même: elle se tenait encore là, debout dans sa chambre qu'elle ne quittait désormais que très rarement. Jenna était en bas, la brunette pouvait entendre ses mouvements, ses pas et sa discussion téléphonique avec Alaric. La vie avait en soit repris un cours normal bien qu'une boule demeurait dans son ventre à chaque fois qu'elle pensait aux frères Salvatore: l'un d'eux allait souffrir, et elle ne le voulait pas. Jamais Elena n'avait pu supporter de voir Stefan pleurer et l'indifférence flagrante qu'avait Damon vis à vis d'elle ne faisait qu'accroitre sa lassitude.

Pour lui, pour son sourire la jeune femme aurait été capable de tout, pourtant lui-même l'avait dit: plus rien de tout cela ne comptait désormais. Elle était seule, la mort dans l'âme et le cœur brisé. Son existence était insipide et le courage dont elle faisait preuve durant sa période humaine semblait s'être envolée en un battement cils dès le retour de celui qui avait partagé sa vie de mortelle. Assise sur son lit, vêtue d'un jean serré, d'un débardeur blanc et d'une veste en laine grise, la belle ne savait plus que faire pour que les frères puissent retrouver leur complicité méritée. Elle n'était qu'un obstacle dans leur amour fraternel, un sosie de celle qu'ils avaient aimé, de celle qui avait engendré cette bataille qu'elle avait elle-même perpétué par son incapacité à mettre au point ses sentiments. Sans faire de bruit Elena se leva et releva délicatement le tableau peint par sa mère à sa tête de lit: c'était ici qu'elle cachait son journal. Le posant sur l'unique bureau de la petite chambre, la brunette attrapa un stylo au vol, ouvrit une page au hasard et inscrivit à là va vite "Je t'aime Damon, je suis désolée" sur une page vierge où elle déposa sa bague de jour. Le symbole de leur amour, le premier présent qu'il lui avait fait afin qu'elle vive pleinement sa vie de vampire ... tout cela était terminé. Il l'offrirait à une autre - peut-être à cette femme qui l'avait accompagné et lorgné durant la soirée organisée par Caroline -. Peu importait, elle avait fait son temps ici, dans cette ville et tout comme l'avait fait Isobel, elle allait se livrer au soleil afin de mettre fin à son calvaire ainsi qu'à ses tourments. Laissant ses larmes perler sur ses joues, la jeune femme réalisa que c'étaient là les dernières qu'elle verserait, que d'ici peu Elena Gilbert rejoindrait ses parents au cimetière. Les deux amours de sa vie pourraient reprendre leur existence en main et n'auraient plus à se soucier de cette pauvre âme qu'elle était à leurs yeux. Damon n'aurait plus à jouer les baby-sitter et Stefan cesserait de nourrir des sentiments forts à son encontre: ils pourraient enfin passer à autre chose.

Une fois le bijou posé sur le journal, la belle brune d'ordinaire souriante et pétillante soupira, fermant les yeux un dernier instant afin de voir le sourire de l'élu de son cœur se dessiner. Elle voulait mourir avec tous les sentiments qu'elle pouvait ressentir à son égard, cette joie qu'elle avait pu avoir à ses côtés durant sa courte vie de vampire. Puis elle pensa à Elyan cette magnifique petite fille qui, elle l'espérait, vivrait une vie heureuse auprès de ses formidables parents. Julian était un homme droit et Dylan une femme aimante aussi ne doutait-elle pas du bonheur qui régnerait sur leur foyer. Enfin Elena rouvrit les paupières et c'est d'un geste vif qu'elle ouvrit les rideaux de sa fenêtre, laissant son corps tout entier se baigner de la chaleur consumante du soleil. D'abord rougie, sa peau fut bientôt recouverte de cloques puis vinrent les flammes qui lui léchèrent sa chaire brûlée en un hurlement guttural. La douleur était atroce, insoutenable et pourtant elle ne bougea pas, consciente que c'était tout ce qu'il lui restait à fait. Au bord de la mort la jeune Gilbert dédia sa toute dernière pensée, son ultime reste de vie à celui qui avait toujours été là pour elle, pour la protéger et la consoler. Cependant un coup encore plus fort se fit sentir au niveau de sous flanc droit, mais il était trop tard car déjà perdait-elle toute notion de vie. Tout devenait noir et terriblement chaud autour d'elle. La mort lui offrait une étreinte tant convoitée, une dernière danse avant la fatalité de son geste ...
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Sam 3 Aoû - 23:29


Depuis le bal, depuis cette fichue soirée où, par haine, rage et surtout par l'amour qu'il ne pouvait plus faire taire sans se consumer, Damon avait laissé son côté sombre reprendre dangereusement le dessus sur son humanité récemment dévoilée. Les mots d'Elena, ses actes, ses gestes, ce baiser qu'elle avait échangé avec son propre frère avant qu'il quitte les lieux sans regard en arrière et qu'elle tente de le retenir sur ce parking humide, tout cela l'avait poussé à redevenir le vampire froid, égoïste et sans cœur que tout Mystic Falls connaissait. Après tout, à quoi bon être à l'image de ce que les autres attendaient de vous lorsque l'unique personne qui vous était cher, inestimable même, disparaissait au bras d'un autre? A rien, à rien du tout. Ses émotions s'étaient tant de fois jouées de lui, tant de fois elles l'avaient contraint à se bruler au brasier vif de son regard, de ses lèvres, de son odeur, tant de fois il s'y était laissé prendre en imaginant qu'elle puisse être celle qui le ferait devenir meilleur et, alors qu'un côté de lui qu'il pensait disparu depuis sa mort refaisait surface après plus d'un demi siècle, Damon se voyait souffrir une fois encore, elle ne voulait plus de lui, ne l'aimait pas et, comme se fut le cas pour celle qui lui ressemblait, elle choisissait Stefan. Une sentence lourde, douloureuse, inenvisageable pour le ténébreux Salvatore qui n'avait plus qu'une solution en tête pour cesser de souffrir, quitter la ville pour un ailleurs sans elle, sans ses traits, sans sa voix douce, sans plus jamais la revoir et tenter de l'oublier, si cela fut au moins possible.

-Stefan, je sais que je n'ai pas été celui que tu aurais voulu avoir près de toi durant ces longues années, je n'ai jamais su de pardonner, pourtant, malgré son choix, je le fais désormais. Je te pardonne mon frère, uniquement car sans ce que tu m'as poussé à faire il y a plus d'un siècle désormais, je ne l'aurai jamais rencontré, je ne l'aurai jamais aimé comme j'ai pu l'aimer, comme je l'aime encore et comme je l'aimerai pour le reste de mes jours. J'aurai pu me planter un pieu dans le cœur, je t'avoue que ça m'a effleuré l'esprit mais tu es mon frère, tu es mon sang, mon unique famille encore de ce monde et malgré nos rancœurs, malgré le fait que ce soit toi qu'elle ait choisi, je n'ai aucunement envie de te faire payer ce dont tu n'es pas responsable. L'amour n'est pas maitrisable Stefan, je le sais et c'est pourquoi je préfère disparaître et te laisser la chérir comme je ne pourrai le faire... Sois heureux avec elle, tu le mérites, je t'aime.-

~Damon~

Voilà les derniers mots qu'aurait Stefan, des phrases écrites noir sur blanc qu'il pourrait garder à jamais, un dernier souvenir de son frère qu'il ne reverrait plus. Damon avait emporté le strict nécessaire avant de quitter le manoir au volant de sa Chevrolet. Il faisait un temps à tuer un mort ce jour là, maussade, grisâtre et pluvieux, à l'image de ce que ressentait Salvatore en s'éloignant dans les rues de la ville qu'il avait tant de fois parcouru. Malgré son empressement à vouloir quitter sa place natale, Damon ne pouvait se résoudre à le faire sans au moins passer une ultime fois devant chez "Elle", oui "Elle", désormais il ne prononcerait plus son prénom et tâcherait de faire taire ses sentiments pour oublier peu à peu, au fils des ans qui passeraient, son sourire et son visage poupin. Bientôt, celui qu'elle avait connu et peut-être aimé un jour, ne serait plus qu'un lointain souvenir car désormais le buveur de sang ne se fierait plus qu'à son instinct et survivrait ainsi, sans plus jamais vivre, jusqu'à ce qu'un beau matin, l'existence lui soit devenue trop pénible et qu'il abrège lui même son tourment. Pensant à ce dernier point, Damon laissa échapper un rictus, personne ne le regretterait, personne ne saurait qu'il aurait mit fin à son calvaire et c'était bien mieux ainsi, il ne peinerait plus personne hormis les famille des victimes qu'il ferait dans divers régions mais cela, il s'en contrefichait à présent.

Lentement, il braqua le volant dans "sa" rue, la maison était et serait toujours celle qu'il avait connu, laissant un dernier regard sur le chemin qui menait au seuil, il sentit son cœur se serrer avec force, il l'avait embrassé ici pour la première fois, désormais le gout de ses lèvres paraissait lointain et amer, une douce amertume qu'il voulait oublier pour ne plus ressentir ses émotions décuplées lui ravager l'esprit et le corps. Baissant les yeux contre le volant, il allait presser l'accélérateur jusqu'à rivé, inconsciemment, son regard sur la fenêtre de la chambre de celle qu'il aimerait par delà les âges bien qu'elle ne serait plus jamais sienne. Fixant les rideaux clos, Damon esquissa un mince sourire constellé de tristesse, si seulement elle pouvait ouvrir les pans de tissus et lui offrir un dernier regard, même désolé, il serait parti l'esprit plus libre en pouvant garder cet instant à jamais graver en lui, mais il en fut tout autre.

Elle ouvrit les rideaux et Salvatore se figea, étrangement les paupières de la jeune vampire étaient closes, ses bras tendus et ses joues rongées par des larmes qui fusaient encore. Le soleil l'entoura de sa chaleur et de sa lumière pour offrir à son ex vampire, une image iconoclaste qui subitement se mua en la pire chose qu'il pouvait encore vivre. Le corps fragile, qu'il avait maintes fois serré contre lui, fut léché par des flammes solaires. Sans savoir ce qui se passait, Damon quitta vivement l'habitacle, abandonnant son véhicule, il se rua dans la demeure tel un courant d'air et s'empressa dans la chambre de la jeune Gilbert pour la plaquer au sol sans ménagement aucun, recouvrant son corps chétif et brulé du dessus de lit qu'il avait saisi au passage. Elle n'ouvrit pas les yeux, pourtant elle était encore avec lui, car déjà, alors qu'il se hâtait d'étouffer les flammes immondes qui lui ravageaient l’épiderme, sa peau redevenait aussi blanche qu'une fine porcelaine. Si le cœur du vampire avait pu encore battre, celle qu'il resserrait contre son torse avec hardeur l'aurait sans doute senti pulser comme un dingue contre sa tempe. Malgré la peur, la haine et surtout le stress intense qu'il venait de ressentir à la simple idée de la voir mourir, Damon desserra subitement son étreinte lorsqu'elle ouvrit les yeux et, se raidit comme jamais face à elle.

"Je t'interdis de faire ça Elena!!!!! Tu joues à quoi???? t'as pensé à Jenna et Jeremy???? Tu n'as donc aucun respect pour ceux qui t'aiment!?" Ravalant des sanglots qui lui déchiraient la gorge et les entrailles, il referma les rideaux et fixa le doigt où elle était censée porter sa bague. "Remets là, si ça te dégoute autant d'avoir un bijou que j't'ai offert au doigt, alors attend que Bonnie t'en refasse un mais ne pense plus jamais à te donner la mort!" A bout de nerf, le vampire entendit la voix de la tante de la jeune femme au salon. "C'est rien Jenna, je passais simplement lui dire au revoir!" Les yeux grands ouverts plongés dans ceux de celle qui lui tiraillait l'être, Damon soupira et tourna les talons pas sans derniers mots. "Tu m'as fait juré un jour de te tuer si tu faisais souffrir tes proches, ne me force pas à le faire! Stefan et toi ne m'aurez plus dans les pattes, je te souhaite tous mes vœux de bonheur!"

Damon quitta la maison aussi vite qu'il l'avait pénétré et se riva au volant de sa voiture, bientôt il serait loin de ses tourments, loin de celle qu'il aimait, même si la douleur serait encore présente, il s'empresserait de l'étouffer pour ne plus jamais ressentir la moindre miette d'humanité en son sein...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Dim 4 Aoû - 0:23


Une voix au loin lui criait dessus, une voix qu'elle peinait à reconnaitre tandis que ses yeux s'ouvraient. D'abord indistinctes, les formes qui se révélaient à elle prirent petit à petit une netteté la faisant replonger dans la réalité: était-elle morte? A en croire les hurlements dont elle était sujette, Elena en doutait fortement et pourtant elle réussit à esquisser un sourire en sentant le contact du torse de Damon sur sa tempe, sa main lui caressant les cheveux comme il avait pour habitude de le faire lorsqu'elle était en proie à ses démons. La jeune Gilbert venait de s'offrir au soleil, elle aurait dû mourir une fois pour toute mais c'était sans compter sur le désir qui animait les deux frères quant à sa survie. Depuis que son chemin avait rencontré celui de Stefan, Elena avait été plus en sûreté que jamais auparavant, et bien qu'elle soit la cause du malheur actuel de la fratrie, ils continuaient à mettre un point d'honneur à ce qu'elle puisse fouler cette Terre qu'elle verrait changer pour toujours. Encore confuse elle se contenta de froncer les sourcils face aux propos de celui qu'elle aimait. Ce dernier se laissait tellement aller à sa haine qu'elle n'était même pas capable d'en placer une, résignée à écouter de façon muette le venin qui sortait entre ses lèvres pourtant si délicieuses.

"C'est rien Jenna, je passais simplement lui dire au revoir!" Cria-t-il lorsque sa tante demanda depuis le bas de l'escalier la cause de tout ce grabuge. Avec peine la jolie brune déjà défaite de ses brûlures se releva non sans devoir se plaquer contre le vampire de son cœur, sa tête lui tournait atrocement mais malgré cela elle avait parfaitement assimilé les paroles de son visiteur impromptu. "Quoi?" Demanda-t-elle en rivant son regard hagard à celui indéchiffrable de Damon "Tu pars? Tu comptais t'en aller comme ça, sans rien dire? Juste un au revoir bref? Que suis-je pour toi Damon?!" Cria-t-elle en lui donnant une gifle qu'elle aurait aimé pouvoir garder enfouie en elle. Elena venait de commettre un acte terrible par amour pour lui, elle ne souhaitait plus vivre parce qu'il avait joué avec elle tout comme il avait joué avec son ancêtre lors du retour de cette dernière à Mystic Falls. Sans lui, elle n'était que l'ombre d'elle-même et voilà qu'il partait comme le dernier des voleurs? Cela la jeune Gilbert ne pouvait décemment pas l'accepter. Elle ne le laisserait pas s'en aller, pas sans lui avoir dit tout ce qu'elle avait sur le cœur. Savait-il seulement qu'elle l'aimait plus que tout? Plus que sa propre vie? Ou alors s'en fichait-il tout simplement? Un tas de question tourbillonnait dans son esprit tandis qu'il s'en allait déjà, menaçant de la tuer. "Tu n'aurais pas eut besoin de dire de telles paroles si tu m'avais laissé faire ..." souffla-t-elle en tournant le regard vers la bague. Visiblement il n'avait pas vu le mot laissé à son intention et tandis qu'elle entendait les pas lourd du vampire dans les escaliers, Elena se rua vers l'unique bijou qui lui tenait à cœur désormais, et l'enfila à son annulaire droit avant de déchirer la page de son journal pour la fourrer dans la poche arrière de son jean. C'était décidée, elle ne le laisserait pas partir, pas sans elle.

Aussi vive que l'éclaire la brunette descendit à son tour les quelques marches et c'est en jetant sa veste trouée par les flammes qu'elle quitta la maison. Jenna ne lui en tiendrait pas rigueur, après tout c'était surtout pour Jeremy qu'elle avait repris sa place dans le domicile familial. Désormais transformée en vampire Elena n'avait plus besoin qu'on la chaperonne sans cesse, aussi la laissait-elle aller et venir à son grès sans jamais lui poser de questions. Le visage fermé et le regard profond la belle se retrouva en une seconde devant le véhicule de Damon déjà prêt à démarrer. Là, debout elle n'entendait pas bouger d'un poil et c'est avec une détermination qu'elle ne pensait plus être capable de ressentir qu'elle plaça ses deux mains sur le capot rutilant de la Chevrolet. "Arrête la voiture Damon" Dit-elle d'un ton défiant. Entendant le moteur ronronner de plus belle, elle haussa le ton "J'ai dis arrête la voiture!!" Rien. Damon semblait aussi têtue qu'elle, et il fallait bien admettre que sur ce point les deux vampires s'étaient relativement bien trouvés. Regagnée par l'envie de mettre les choses à plat Elena soupira et ouvrit la porte côté passager afin de s'engouffrer dans l'habitacle. Les bras croisés elle fusilla le conducteur du regard "Donc, où allons nous exactement, hum?" demanda-t-elle de sa voix froide et taquine que seuls quelques malheureux avaient le privilège d'entendre. La belle avait vu ses plans une fois de plus chamboulés par les instincts protecteurs de Damon et ce dernier agissant avec froideur à son égard la jeune Gilbert avait tout simplement décidé d'en faire de même, bien qu'elle souhaitait lui crier de but en blanc combien elle l'aimait. Cependant elle en était dans l'incapacité pour le moment, son amour propre lui interdisait formellement de faire une fois de plus le premier pas. "Tu m'as sauvé, merci, maintenant ... tu as une compagne de voyage" Dit-elle avant de faire la moue "Dommage". Une fois que l'ainé Salvatore eut enfin daigné démarrer la voiture, Elena riva ses yeux à sa bague: pour rien au monde elle ne demanderait à Bonnie de lui faire un autre bijou. Jamais! "Quel est ton plan? Partir de Mystic Falls et errer sur les routes des États-Unis sans but fixe? Bien, j'ai besoin de changer d'air aussi." S'exclama-t-elle avec une joie factice bien qu'elle sentait un regain d’énergie dans son être. La proximité de son corps avec celui du conducteur pour qui elle donnerait sa vie la faisait sourire de façon terriblement idiote. Elle l'aimait, lui le méchant frère Salvatore, elle l'avait choisit et le choisirait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Dim 4 Aoû - 1:39


Réenclenchant le contact de sa décapotable, Damon appuya une fois sur l'accélérateur jusqu'à sentir ses roues patiner. Redressant des yeux furieux sur une Elena tout aussi déterminée que lui, La belle, mains rivées sur le capot, retenait la carlingue avec la force qui la contenait, sans nul doute grâce à ses dons mais tout autant par la rage qui la consumait. Salvatore n'en eut cure et enfonça son pied une fois encore sur la pédale alors que, derrière la bagnole, une fumée blanche générée par la gomme hurlante contre le bitume, voletait dans le quartier. Quelques passants au loin stoppèrent leurs footing sous les hurlements de la belle qui ordonnait au conducteur de stopper son véhicule. Bien qu'en rage, désormais cette situation amusait le vampire qui, pour la première fois depuis des jours, esquissa son fameux sourire d'enflure née et continua à donner de la semelle sur le champignon. Sarcasme et lueur agaçante au creux des iris, il jouait avec elle comme il se plaisait à le faire lorsqu'il la connaissait à peine, un court instant qui lui fit se rappeler maintes choses vécues aux côtés de cette somptueuse tête de mule. Cependant, bien que décidé à quitter la ville pour ne plus jamais y remettre les pieds, Damon passa la tête par la vitre ouverte de la Camaro et considéra la jeune fille d'un air défiant.

"Hooo mais c'est qu'elle a de la force Wonder Woman malgré sa grève de la faim!" Lâcha-t-il tandis qu'elle se ruait dans l'habitacle.

"Donc, où allons nous exactement, hum?"Mademoiselle jouait dans le sarcasme elle aussi, décidément cette journée était pleine de surprise pour le beau vampire qui, ayant ses plans en tête, roula des yeux quant aux intentions de la jeunette qui n'allait pas le lâcher d'un pouce.

"Où JE vais? J'en sais rien, mais toi tu descends de suite." Lâcha Salvatore en un sourire forcé lorsqu'il tourna la tête dans sa direction. "Je ne t'ai pas convié au voyage..." Marquant une pause, il avança le buste vers elle et ouvrit la portière près de laquelle elle se trouvait. "Descend Elena!"

"Tu m'as sauvé, merci, maintenant ... tu as une compagne de voyage, dommage."

Cette moue cinglante faillit lui tirer un petit rire mais il se retint, hors de question de faire machine arrière, elle voulait le suivre et bien soit, roulez jeunesse après tout qu'avait-il à y perdre? Les oreilles sans doute... Le regard froid sur elle, il referma la porte et empoigna le volant pour faire, une fois encore, crisser les pneus, cette fois le véhicule avança et il s'empressa de quitter la ville. Malgré son envie de ne plus la revoir, Damon était soulagé de la sentir vivante -si on peut le dire ainsi- auprès de lui et bien qu'il ne se passerait plus jamais rien entre eux, elle avait raison, il aurait une compagne de voyage et malheureusement, finirait sourd une fois arrivé où le vent le mènerait, Elena n'allait surement pas l'épargner en questions et monologues pesants, mais entendre sa voix, bien que froide et dénuée de sentiment, le ravissait, elle était là près de lui et non pas en tas de cendres auprès de sa fenêtre, à croire qu'il avait un radar pour sentir lorsqu'elle tentait d'en finir avec l’éternité qui lui était donnée de vivre, une aubaine que de savoir celle qu'on aimait en danger, il l'aimait comme un fou malgré ses remontrances, malgré sa sensibilité trop humaine et surtout malgré la fierté qui le possédait et l'empêchait encore de lui clamer combien il avait besoin d'elle. Damon était empli d'amour, de passion et de fureur pour cette fille, jamais il n'avait ressenti cela pas même pour Katherine alors que dieu seul savait combien il avait été épris de cette garce, il l'avait pourtant rayé de sa vie, mais pour "Elle", aussi proche de lui -à l'instant- qu'il lui aurait suffi de stopper le véhicule pour l'embrasser avec fougue, tout serait différent, jamais il ne pourrait se l'ôter de la tête bien qu'il en était déterminé comme jamais.

Silencieux un long moment, l'ainé Salvatore fixait la route pour ne pas sentir son regard torturant peser sur lui, peine perdue, il avait l'impression que ses tendres prunelles noisettes l'embrasaient comme le feu de la saint jean et encore, il pesait ses mots, la belle lui donnait des frissons, une fébrilité dû à ce mélange de peine qu'elle ne soit plus sienne et de joie d'avoir pu la sauver une dernière fois avant de partir. A la fois ravi et furieux, Damon sentait ses propres émotions lui jouer des tours, une fois de plus il avait cédé à la jeune femme, était-il totalement incapable de gérer face à elle, était-il soumis à ce point? L'esprit embrouillé par tant de ressentis divers et variés, il tourna la tête vers le rétroviseur, du coté de la demoiselle, pour apercevoir le sourire niais qui dévorait ses lèvres et ne pu réprimer un rictus qu'il s'empressa de gommer une fois qu'elle s'adressa à lui.

"Quel est ton plan? Partir de Mystic Falls et errer sur les routes des États-Unis sans but fixe? Bien, j'ai besoin de changer d'air aussi."

"Ho, j'ignorai que tourner un remake de Into the Wilde, qui plus est, sans le moindre vêtement sous la main te faisait envie "Princesse"!" Les yeux écarquillés, il papillonna des paupières en lui délivrant son sourire de con fini.

Cette fois Damon déglutit quant à son dernier mot, il y avait des semaines qu'il ne l'avait plus nommé ainsi, ses sentiments refaisaient surface et il ne savait plus sur quel pied danser. Comment pouvait-il assurer ses intentions de fuir Mystic Falls avec elle en bagage? Devait-il s’arrêter et lui sommer de descendre? Un instant il tiqua en se mordant la lèvre inférieur, chose qu'il faisait très occasionnellement, quelque chose lui hurlait de passer ces dernières minutes avec elle, comme si c'était là ce que lui offrait le ciel pour ensuite lui retirer à tout jamais, quelques heures qui fileraient au rythme des mots qu'ils auraient à échanger pour se quitter sur des reproches ou encore des révélations, pour le moment Damon n'en savait rien, il n'attendait rien de cette conversation et de ce bout de route qui, pour l'instant, ne les menait nul par ailleurs que sur des kilomètres de bitume. Malgré tout ce qu'il avait pu ressentir en rancœur à l'égard de la belle ces derniers temps, Damon était soulagé et serein, elle était là, près de lui, son parfum venait lui saisir les narines et il lui semblait même qu'elle n'était pas si déçue que ça de s'être imposée dans l'escapade de son ex petit ami.

"Mais j'y pense!" Reprit-il pour tenter de lui faire oublier le mot doux précédent délivrer à son intention. "Stefan serait terriblement déçu s'il venait à apprendre qu'il te pousse au suicide, c'est affligeant..." Moue pleine de sarcasmes aux traits, il dévia le menton vers le visage de celle qu'il aimait encore au point de l'embrasser de suite s'il avait été sur qu'elle ne le repousserait pas. "...tu m'diras, on sera deux à avoir failli manger de la Gilbert rôti, j'aime la façon que tu as de vouloir en finir, la plus douloureuse, la plus spectaculaire..." Opinant du chef de façon cynique, il conclut enfin. " Il est vrai qu'un simple pieu dans la poitrine c'est du déjà vu... Pourquoi ne pas mourir comme sa génitrice pour que la boucle soit bouclée Hum?"

Ses mots étaient tranchants et pourtant il crevait en silence, lorsqu'il aurait trouvé où aller, Damon abandonnerait la belle à un taxi, elle rentrerait chez elle et il repenserait seul à tout cela plus tard, lorsqu'il se languirait de son visage à en mourir de tristesse. Salvatore était trop fier pour avouer quoi que ce soit, mais en lui une fêlure tentait à craqueler sa carapace et il était loin de se douter qu'au bout du compte, la route sur laquelle il roulait à vive allure en ne lui accordant pas la moindre tendresse, finirait par avoir raison de lui et qu'il lui délivrerait alors tout ce qu'il avait sur le cœur, depuis leur rencontre jusqu'à l'instant même ou il lui adressait la parole.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Dim 4 Aoû - 21:24


Malgré le sarcasme dont faisait preuve Damon à son égard, Elena ne bougea pas, décidée à être du voyage quoi qu'il puisse en penser. Elle avait besoin de passer un peu de temps avec celui qu'elle aimait, de lui faire comprendre qu'elle avait fait son choix et que ce dernier restait le même qu'avant sa mort. Pour elle c'était Damon, et ce serait toujours Damon quoi qu'il arrive. Si elle ne l'avait pas aimé, elle se serait laissée aller à la mort suite au sort que lui avait réservé Katherine or la brunette avait accepté l'éternité et sans l'aide du vampire au sourire ravageur sûrement serait-elle devenue un monstre animé par le sang, la haine et la vengeance. Cependant Elena avait su garder cette humanité qui la caractérisait, elle avait appris grâce à l'ainé Salvatore à réfréner ses envies ainsi que ses hardeurs pour continuer à vivre comme lorsque son coeur était encore capable de battre. Ces derniers temps avaient été pénibles pour la jeune femme qui avait voulu à maintes reprises cesser de vivre, mais maintenant qu'elle avait enfin l'occasion de discuter avec son vampire, celui qu'elle avait choisi en son âme et conscience, elle comptait sauter sur l'occasion. Le voir était devenu un luxe depuis le bal, cette terrible soirée où il s'était rendue au bras d'une autre alors qu'elle-même avait fait le choix de ne pas souiller son honneur en venant avec Caroline. A cette idée la belle voulut hurler, ils avaient terminé la nuit à se crier dessus comme ils avaient l'habitude de le faire à leur rencontre, et dès lors elle avait compris que l'ancien Damon avait refait surface.

Tout ce qu'ils avaient vécu, cette humanité qu'elle s'était efforcée de faire rejaillir de ses tripes avait disparu à partir du moment où Stefan était revenu. Certes elle l'avait embrassé, un baiser fougueux qu'elle ne regretterait jamais étant donné qu'il lui avait fait ouvrir les yeux sur ce qu'elle désirait vraiment. Soupirant, Elena posa son coude près de la vitre fermée et observa son reflet par delà les trombes d'eau qui tombaient dehors. Le pont Wickery serait bientôt traversé, marquant la sortie de Mystic Falls pour se rendre tête baissée vers l'inconnu. Un sourire heureux était fiché sur ses lèvres, elle avait réussi à s'imposer, elle était du voyage et comptait bien y être pour un bon moment encore. Soudain Damon se mit à évoquer un sujet qu'elle préférait ne pas aborder: à savoir Isobel. Sa mère biologique ne lui avait rien apporté de bon, elle avait joué avec elle, blessé Matt et bien qu'elle ait livré Katherine à Klaus jamais la belle ne pourrait la voir comme sa mère. Miranda Gilbert était celle qui l'avait élevé, éduqué, soigné lorsqu'elle était malade et réconforté durant ses peines. C'était elle sa mère, et elle le serait toujours peu importe les dires de celle qui lui avait donné la vie. Il fut difficile pour Elena de donner sa confiance à John mais ce dernier avait prouvé l'amour qu'il portait à sa fille en se sacrifiant pour elle et depuis son retour une complicité naissait entre eux. Évidemment il resterait à tout jamais son oncle dans son esprit, mais au moins la jeune femme avait réussi à passer outre sa haine envers lui.

"Pourquoi ne pas mourir comme sa génitrice pour que la boucle soit bouclée Hum?" Lâcha-t-il sans qu'elle n'ait besoin de tourner la tête pour imaginer son sourire satisfait. Immédiatement la vampire se crispa et serra les dents. Comment osait-il parler ainsi de sa mère biologique alors qu'il savait pertinemment que cela la touchait au plus profond de son âme? Elle avait pleuré la mort de cette femme qu'elle avait espéré avoir la chance de connaitre! Sans plus attendre alors qu'ils s'engageaient sur le pont où sa famille avait perdu la vie, Elena ouvrit la portière et hurla "arrête ta voiture ou je saute! Comment tu peux dire de telle choses?! Tu sais que c'est dur pour moi de savoir qu'elle est morte par ma faute, tu le sais car tu es celui qui m'a consolé alors ARRÊTE CETTE FOUTUE BAGNOLE!!!!!" Avant même que le véhicule soit à l'arrêt la jeune femme sortit dehors, son visage se faisant meurtrir sous les coups violent de la pluie qui tombait tel un rideau devant ses yeux. En un rien de temps la jeune Gilbert fut trempée jusqu'aux os, les gouttes d'eau masquant ses larmes tandis qu'elle s'agrippait comme à une bouée, à la rambarde du pont. Quand était-il devenu aussi mauvais? Aussi irritant et vicieux? Il tapait là où ça faisait mal, et le pire dans tout cela c'est qu'il le savait parfaitement. Se retournant elle fit quelque pas et lui lança pour dernières paroles en levant les bras "ok, tu sais quoi? Très bien, laisse moi mourir la prochaine fois et évite de me servir des excuses idiotes pour te donner bonne conscience!! Va t'en Damon, tu as gagné, c'est fini!" Cela la tuait de devoir clamer la fin de leur amour mais elle ne pourrait pas sauver le beau brun une seconde fois de ses démons. Il lui avait fallu du temps et beaucoup de patience pour que le vampire puisse ressentir des choses qu'il pensait perdus, mais maintenant qu'il avait éteint ses sentiments il n'y avait plu rien qu'elle ne pouvait faire. Tout à coup un camion déboula de nul part, prenant dans ses phares masqués par la pluie la silhouette d'Elena.

Prise au dépourvue et totalement apeurée la jeune femme ne pouvait plus bouger, comme figée dans son propre corps. Elle avait faillit mourir ici, Stefan avait tenté de faire d'elle une vampire lorsqu'il était sous la coupe de Klaus et voilà que son tour venait. Un bras posé sur son front comme si ce geste instinctif pourrait la sauver, la brunette regarda de ses yeux plissés et éblouis par la lumière le véhicule qui la chargeait à tout vitesse. Pourquoi n'arrivait-elle pas à bouger bon sang?! La peur lui prenait au ventre, son souffle pourtant inexistant semblait lui manquer et tout en elle lui intimait que la fin était proche. Alors qu'elle avait tenté à plusieurs reprises d'en terminer avec l'éternité c'était sur un accident que l'ainée Gilbert s'éteindrait pour de bon? Elle ne voulait pas mourir, elle ne l'avait jamais voulu et c'est exactement à cet instant qu'elle réalisa toutes les choses qui lui restait à accomplir. Damon n'aurait jamais l'occasion de savoir qu'il était celui qu'elle aimait, Jeremy perdrait sa sœur et ses meilleurs amies seraient seules. Non, elle ne voulait pas mourir, elle voulait vivre, rire, profiter! Mais cela n'avait maintenant plus d'importance car déjà l'impact devenait imminent. Fermant les yeux, la belle attendit le coup fatal ... qui ne vint jamais. Rouvrant un œil, puis l'autre, elle manqua de s'étouffer en se retrouvant une fois encore blottie dans les bras de son vampire. Comme reconnaissante elle se laissa aller à des pleurs pouvant être interprétés comme le contre-coup de l'accident tandis qu'elle se cramponnait à la veste du jeune homme, son front posé sur son torse trempé. Plus loin le conducteur du camion sortit et une voix s'éleva "Qu'est-ce qu'elle fichait au milieu de la route celle-là? Est-ce que tout va bien?" La brunette ignora totalement l'insulte implicite à son égard, encore apeurée de ce qui avait faillit lui arriver et heureuse de pouvoir une fois encore se trouver dans les bras de Damon.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Dim 4 Aoû - 22:48


Il avait piqué la où, il le savait, les mots lui feraient le plus mal, con arrogant, égoïste vicieux, sadique et sarcastique, mauvais dans l'âme tout autant que dans la parole, voilà comment Damon avait toujours été qualifié par les gens qui l'entouraient, à contrario, Stefan son propre frère, celui qui pourtant l'avait poussé à devenir cet homme sans aucun remord, lui était et serait encore perçu comme l'unique frère censé et droit de la famille Salvatore. Jamais le beau brun n'avait évoqué le point de sa transformation avec qui que ce soit, uniquement pour préserver la réputation de son cadet dont le visage torturant se dessinait à lui, lui offrant un regard de déception quant à l'attitude qu'il adoptait avec la fille qu'il aimait à s'en arracher le cœur. Va-t'en Stefan, je le fais pour toi, pour que tu ais ce que tu voulais, pour que tu sois enfin heureux avec elle... Délivra-t-il en une simple pensée envers ce mirage désagréable. Comme il le redoutait, la belle encore près de lui s'empressa de lui hurler dessus, ses mots piquants terminaient donc de l'achever et déjà, alors que le véhicule traversait le pont Wickery sous une averse infernale, elle ouvrit la porte passager en lui ordonnant de stopper sa course. Par peur qu'elle puisse se blesser mais tout autant car il désirait la faire fuir, pour ainsi abréger les tourments et la douleur qui lui retournait les tripes, Damon encra la semelle sur la pédale de frein et maitrisa le volant pour que les pneus ne dévient pas sur le bitume trempé. En peu de temps, Elena quitta la voiture pour se ruer contre la rambarde qu'elle enserra avec peine, même de dos, il pouvait voir combien la tristesse lui rongeait les sangs, lui se mourrait d'elle et pourtant, il baissa le torse dans l'intention de refermer la portière et de l'abandonner sur ces ultimes phrases blessantes. Ainsi elle l'oublierait sans grand mal et lorsqu'elle penserait à lui, il lui faudrait peu de temps pour se convaincre qu'elle avait à ses côtés le Salvatore qu'il lui avait toujours fallu : Stefan. Redressant ses iris aciers, humides de larmes, contre la silhouette rincée de la jeune fille, Damon déglutit, son palpitant s'enserrer et il ne put réprimer le mouvement suivant, poser une main tremblante contre l'endroit où jadis son cœur aurait battu la chamade.

"Ok, tu sais quoi? Très bien, laisse moi mourir la prochaine fois et évite de me servir des excuses idiotes pour te donner bonne conscience!! Va t'en Damon, tu as gagné, c'est fini!" Il lui avait transpercé l'âme à coup de souvenir douloureux et elle lui faisait exploser le cœur en millier de miettes qu'il lui serait impossible de recoller.

Tenté de s'enfuir, de la laisser là sans se retourner, Damon grimaça quant à cette souffrance intenable se logeant à son être. C'était surement mentale, mais la douleur physique était bien là, c'était elle qui désormais, alors qu'il avait été le premier à le faire uniquement pour lui épargner un choix pénible, sonnait la fin de leur idylle. C'était terminé, il ne restait plus rien de Delena, plus rien ne subsistait du flot de souvenirs brulants qui défilait à une vitesse irréelle dans l'esprit de Salvatore qui dû s'adosser contre l'assise de son siège et basculer la tête contre celui-ci, les yeux clos et mâchoires serrées à craquer, pour s'éviter des larmes qu'il n'avait plus verser depuis des lustres. Ce tourbillons d'images heureuses et pénibles, qui tournait en son esprit, lui ravageait la conscience, qu'avait-il encore fait? Était-ce là la meilleure manière d'agir pour ne plus jamais la faire souffrir? Damon se laissait emporter dans une tourmente de questions auxquelles il lui était difficile de répondre, ce ne fut que lorsqu'une lueur aveuglante lui parvint, par de là ses paupières closes, qu'il fronça les sourcils, dérangé dans une réflexion qu'il devait avoir coute que coute avant d'agir. Un bruit sourd de gomme humide s'imposa à lui et il rouvrit les yeux en blêmissant comme s'il venait de voir un spectre de plus. Par delà le par brise, martelé par la pluie battante, deux phares englobaient dans leurs faisceaux le corps fragile de la jeune femme à l'extérieur.

Malgré la vitesse à laquelle semblait arriver ce qui devait être un poids lourd, l'instant lui parut interminable, assez pour qu'il puisse tourner le menton, visage pâle comme jamais il ne l'avait été, vers celle qu'il aimait comme le damné qu'il était. L'avant bras rivé sur le front, Elena se tournait vers le destin funeste qui s'imposait à elle, la faucheuse venait la saisir et, incapable de bouger, à cause de lui, à cause des horreurs qu'il lui avait une fois encore jeté au visage, la jeune Gilbert s'offrait à la mort comme le plus beau cadeau que cette créature en aube noire n'aurait jamais pu espérer recevoir. Rapidement, aussi vite que lui sommait son cœur et son âme déchue, aussi vivement que le lui permettait sa nature, alors que le camion léchait déjà les vêtements qu'elle portait, Salvatore se rua contre elle et la serra contre son torse à l'en étouffer. Cette fois il haletait, nul besoin d'air pourtant, mais il en ressentait le besoin pour laisser échapper la terreur qui l'avait saisi aux tripes. Trempé tout autant que la belle lovée dans ses bras, alors qu'il s'accroupissait pour lui laisser reprendre ses esprits, Damon passa une main humide contre son visage parfait et riva celui-ci contre son poitrail tandis qu'il la sentait s'agripper à lui comme jamais. Par sa faute, et non par les pensées mornes de sa princesse, il avait failli la voir mourir, uniquement par sa faute, par ses reproches et ses sarcasmes brutes sans aucune pitié. Se maudissant silencieusement, le vampire resta ainsi un long moment, à bout de force tant il avait été pris au dépourvu, tant il avait cru la fin de sa belle venue, d'ailleurs il avait légèrement senti le métal de l'énorme véhicule contre son bras avant qu'il puisse la tirer de là. Salvatore plissa les paupières lorsque le conducteur de l'engin fou s'avança dans leur direction.

"Qu'est-ce qu'elle fichait au milieu de la route celle-là? Est-ce que tout va bien?" Les prunelles sombres, comme si ce crétin venait le troubler dans sa retraite, Damon le fusilla du regard, les crocs et veines bien visibles sur ses traits rincés par l'averse. Comme pour accentuer la scène horrible qu'il servait à son interlocuteur, un éclair fendit le ciel et fit sursauter l'imbécile qui reculait déjà vers la portière de son bahut.

"Dégage de là!" Tout aussi furieux contre lui même mais aussi contre cet incapable, Damon vociféra de plus belle. "J'T'AI DIT DE TE BARRER!!!!!"

Ne demandant pas à en savoir d'avantage, ignorant sans doute la nature même de l'homme face à lui, le conducteur reprit les commandes du camion et bientôt, Elena et lui furent seuls. Lorsqu'il reposa les yeux contre ses traits délicats, la haine ressentie s'effaça tout comme les traces de vampirisme, ne subsistait plus que lui, le Damon qu'elle pensait avoir perdu, le buveur de sang que lui même pensait avoir laissé fuir en ayant fait taire son humanité depuis quelques jours déjà. Blême, sa pomme d'adam remontant en sa gorge lorsqu'il déglutit, l'ainé des Salvatore laissa filer une unique larme de son œil, une perle saline qu'elle ne verrait pas tant la pluie ne cessait de lui laver le visage, ce signe qui se révélait à lui comme celui qu'il attendait depuis toujours, se générait en cette goutte qui venait mourir au coin de ses lèvres. La bouche entrouverte, aucun son ne s'en échappa et ce fut sans plus attendre, sans plus pouvoir contrôler son amour, que le ténébreux vampire scella ses lèvres à celles d'Elena. Un baiser tendre teinté d'amour, d'effroi, de peur, d'angoisse et de regrets dans lequel il lui offrait l'unique pleur qu'elle ne soupçonnerait pourtant jamais. Reposant subitement son front contre celui de son Elena, Damon souffla comme s'il n'avait pu se retenir alors qu'il avait juré ne pas interférer d'avantage dans son existence, ni même dans ses choix, il venait de rompre sa promesse mais ne le regretterait pour rien au monde. Je t'aime tellement Elena, si seulement tu le savais... Pensa-t-il en refermant les yeux pour finir par la remettre sur pieds. Les doigts de la jeune femme toujours crispés aux pans de sa veste de cuir, il posa le menton contre le haut de son crâne et ravala alors toute la haine qui l'avait habité durant ces dernières semaines.

"Remonte dans la voiture Elena, j'ai envie de passer quelques heures avec toi, qu'on ne se quitte pas sur ce que j'ai pu te balancer au visage..." Sur un ton neutre, qu'il tentait de maitriser coute que coute pour ne plus la faire souffrir quant aux sentiments intenses qu'il ressentait à son égard, Damon posa les mains contre les siennes pour lui faire lâcher prise sans brutalité. Retenant ses paumes quelques secondes, il baissa les iris dans les siens. "Je te ramènerai demain avant de repartir." Quittant, non sans regrets, le corps tant chéri de la belle, le vampire reprit le volant et se remit en route une fois qu'elle l'eut rejoint.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Mar 6 Aoû - 1:57


Encore sous l'effet de la peur, la brunette était incapable de se mouvoir, ressassant encore et encore cette image terrible qu'avait été celle de la mort lui tendant les bras. Oui elle avait essayé de mourir et ce à plusieurs reprises, mais il avait fallu que le sort s'acharne ici, sur le point où s'était engouffré la voiture de ses parents, pour qu'Elena réalise enfin à quel point elle tenait à la vie, à Damon ainsi qu'à tous ceux qu'elle aimait. La pluie torrentielle lui martelait le visage ainsi que la peau de ses bras nus. Fort heureusement les intempéries ne représentaient plus un problème maintenant qu'elle était une vampire, mais cela ne l'empêchait en rien de trembler comme une feuille. Cramponnée à l'élu de son cœur, celui qu'elle aimerait jusqu'à ce que son dernier soupire ne se fasse entendre, la jolie brune pleurait sans retenue, extériorisant cette peur mêlée de haine et de tristesse qu'elle avait accumulé depuis sa douloureuse rupture.

Au loin l'orage grondait comme si le ciel fut capable de capter ses états d'âmes pour parfaitement les reproduire sous forme d’intempéries, et bien qu'elle entendit la voix du camionneur la jeune femme ne bougea pas, ne le regarda pas et resta plaquée contre le torse de celui qui une fois encore l'avait sauvé. Bien qu'ils ne soient plus ensembles, le magnifique brun qui était sien n'avait de cesse de la sauver et de la protéger du moindre danger la guettant, allant même jusqu'à torturer la protégée de Pierce afin de se défaire de toute la hargne que lui avait inspiré la petite blonde au sourire satisfait. Inconsciemment il restait présent pour elle, il continuait à la veiller et c'était grâce à cela, grâce à ses actes emplies de tendresse malgré ses paroles tranchantes qu'Elena avait voulu garder espoir. Elle refusait de se faire à l'idée que celui qu'elle aimait, ce vampire doux et pourtant extrêmement violent lorsqu'il le voulait ait éteint à tout jamais son humanité. Cette facette de lui avait mis du temps à se révéler à la brunette et maintenant que c'était fait, maintenant qu'elle l'aimait à en perdre la tête, pour rien au monde elle ne voulait l'abandonner. Relevant le visage vers celui constellé de gouttes d'eau créant de magnifiques sillons sur sa peau lisse, l'ainée Gilbert entrouvrit les lèvres pour hurler combien elle l'aimait, qu'il était et serait toujours celui pour qui son cœur saignerait, pour qui son éternité était vouée et que jamais plus elle ne voulait avoir à subir une séparation douloureuse. S'il ne voulait plus d'elle alors il n'aurait qu'à le lui dire clairement, mais si tel était le cas alors il devait lui jurer de cesser de la sauver, d'arrêter de l'arracher aux griffes de la mort pour qu'elle puisse agir en son âme et conscience. C'était donc là, sous cette pluie battante qui les rinçait encore et encore que la jeune femme allait voir tous ses espoir s'effondrer, voir son vampire prendre la route pour la laisser seule à l'écart de son existence qu'elle ne demandait pourtant qu'à partager.

Soudain ses lèvres rencontrèrent celles de celui pour qui elle se damnait, entonnant une danse dont eux seuls avaient le secret. Ce baiser aussi léger qu'une pétale de rose et pourtant plus intense que nul autre lui gonflait le cœur d'un amour sincère, et sûrement son palpitant aurait-il battu à tout rompre s'il l'avait pu. Le sang lui serait monté aux tempes or seul le bruit de la pluie heurtant le sol goudronné parvenait à ses oreilles. Ses doigts toujours cramponnés aux pans de sa veste de cuir, Elena ferma les yeux pour se délecter de l'instant présent, un partage intime qu'elle n’espérait plus et qui n'avait rien à voir avec celui de son frère cadet. Lorsqu'elle avait embrassé ce dernier, la jeune femme avait de suite compris que cette étincelle, ce petit quelque chose qui rendait leurs contacts extraordinaires n'était plus. Leur amour avait péri tandis que celui pour l'ainé grandissait encore et toujours. Comme habitée par les sentiments qui la tiraillait depuis bien trop longtemps maintenant, la belle lui rendit son baiser avec une infinie douceur avant que l'unique véritable amour de son existence présente ne pose son front contre le sien, les laissant seuls au monde sous ce rideau d'eau qui les séparaient de tous les problèmes que pouvait représenter Mystic Falls. Était-ce un façon de se dire Adieu? Elena le craignait fortement, c'est pourquoi elle resserra sa poigne sur le cuir tandis que son regard rougit par les larmes qu'elle laissait rouler par delà la pluie torrentielle rencontrait celui de Damon. S'il partait alors elle ne le retiendrait pas. Ce ne serait pas juste vis à vis de lui mais par dessus tout la petit Gilbert voulait garder son visage magnifique gravé dans sa mémoire pour l'éternité: et cette dernière se révélait être très longue lorsque l'on était un être de la nuit.

Doucement, le vampire jusque là froid l'aida à se relever sans jamais la décoller de son buste réconfortant, posant ses mains sur ses doigts afin de lui faire lâcher prise. Docilement mais aussi terrifiée à l'idée de le perdre Elena se laissa faire, enlaçant son torse de ses bras comme pour l'implorer de ne pas partir, de ne pas la laisser seule sans lui à ses côtés pour la conseiller, l'aimer, la désirer et la choyer comme personne d'autre ne pouvait le faire. La belle sentit le menton de son vampire se poser sur le haut de son crâne et c'est dans cette ultime étreinte qu'elle laissa couler la dernière larme qu'elle verserait pour lui. Plus jamais elle ne voulait pleurer en pensant à celui qu'elle aimait, au contraire, elle souhaitait sourire et se rappeler combien elle avait été heureuse à ses côtés. Soupirant elle s'écarta peu à peu de lui, cet effort lui demandant tout le courage du monde alors que sa tête lui hurler de rester blottie dans ses bras. "Remonte dans la voiture Elena, j'ai envie de passer quelques heures avec toi, qu'on ne se quitte pas sur ce que j'ai pu te balancer au visage..." Fronçant les sourcils, la principale intéressée l'interrogea du regard sans bouger, laissant ses yeux se délecter de ses deux puits insondables qu'elle tentait en vain de percer. "Alors c'est vrai? Toi et moi c'est juste ..." elle haussa les épaules, refoulant la peine qui teintait sa voix "... fini?" Elle ne pouvait pas y croire, elle ne voulait pas y croire et pourtant les faits étaient là, sous ses yeux: le temps qu'elle passerait avec lui sonnerait la fin de leur couple qu'elle avait cru capable de tout surmonter mais au fond la brunette était heureuse. Heureuse de pouvoir lui dire au revoir dans de bonnes conditions, de pouvoir voir se dessiner une dernière fois son sourire en coin sur ses lèvres gourmandes avant qu'il ne disparaisse comme il était venu. "Je te ramènerai demain avant de repartir."

Sans dire un mot Elena retourna dans la voiture, les bras croisés sur son corps frêle dont le haut était mis à nu par la transparence de son top blanc. Aucune émotion ne venait éclairer son visage pour toujours éteint bien qu'elle fasse tout pour garder un semblant de joie, de courage et d'espoir. Une fois à l'abri du torrent d'eau qui faisait rage dehors la jeune femme se tordit de façon à attraper le plaid rouge laissé sur la banquette arrière de la Chevrolet. Aussi étonnant que cela puisse paraître c'était elle qui avais mis cette couverture sommaire là lorsqu'ils s'étaient rendu à la maison de ses parents, au bord du lac. S'enroulant dedans bien que n'ayant pas froid, la belle tentait de se rassurer en adoptant des attitudes humaines qui coulaient encore de source pour elle. Recroquevillée sur son siège, trempée comme un linge elle observait le conducteur du coin de l’œil. Son cœur était prêt à exploser sous l'effet de la douleur qui le compressait en son sein, mais à quoi bon lui avouer qu'elle l'aimait s'il avait déjà pris sa décision? Cela ne lui revenait plus, elle n'était personne pour entraver ses choix aussi se mua-t-elle dans un silence des plus pesant. Les kilomètres défilaient, le temps était toujours aussi maussade a l'instar de son âme lorsque finalement la jeune femme brisa la glace "Ou allons nous?" demanda-t-elle en posant son crâne sur la vitre à sa droite, le regard semi-endormi. Le contre coup de l'accident faisait son office et bien qu'épuisée Elena ne voulait pas sombrer, préférant déguster chaque seconde en compagnie de Damon. "Est-ce que si ..." commença-t-elle en se redressant "... si je n'avais pas tenté de me suicider ... est-ce que tu serais quand même venu me dire au revoir?" La question eut un mal de chien à passer la barrière que représentait ses lèvres, et la réponse n'en serait sûrement pas moins douloureuse.

Les heures passaient et lorsqu'Elena ouvrit les yeux - il semblerait qu'elle ait finalement cédé aux bras de Morphée - ses vêtements étaient déjà plus ou moins secs et ses cheveux légèrement ondulés à cause de la pluie qu'ils avaient essuyés à la sortie de Mystic Falls. Baillant en prenant soin de mettre sa main devant la bouche, la brunette encore plus ou moins dans le brouillard ouvrit cependant des yeux ronds comme des billes en voyant toutes ces lumières et ces bâtiments illuminer la nuit qui s'était installée. Jamais elle n'avait pensé pouvoir venir dans la ville de tous les vices et de tous les plaisirs, or il n'y avait aucun doute quant au nom de l'endroit où Damon les avait embarqué. Aussi impressionnée qu'une enfant devant une vitrine de bonbons l'ainée Gilbert posa ses mains sur le vitre pour mieux contempler les merveilles se dessinant sous son regard enfantin. Un sourire aux lèvres, elle tourna la tête vers le vampire avant de s'exclamer "Las Vegas? Sérieusement?! C'est magnifique!" Tout était nouveau pour elle, tellement différent de sa petite ville natale, tout était plus ... surprenant, plus grand, plus démesuré à tel point que la belle se sentait toute petite face à l'immensité des lieux. Après avoir serpenté dans diverses rues le véhicule se stoppa sur un parking de luxe ouvrant sur un casino des plus somptueux. Regardant le bâtiment d'un œil suspicieux la jeune femme descendit la seconde sans jamais cesser de contempler le monstre lumineux qui représentait une ruine pour tous les joueurs compulsifs. "Il ne me laisseront jamais entrer Damon, je n'ai que dix-huit ans." dit-elle en attachant ses cheveux en une queue de cheval parfaite. Puis elle se souvint d'un détail non négligeable: elle était une vampire et pouvait donc, par conséquent, se rendre où elle voulait quand elle le voulait. Or là elle comptait bien se rendre à l'intérieur pour profiter des dernières heures en compagnie du seul homme qu'elle pourrait aimer dans sa longue vie.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Mar 6 Aoû - 16:15


Les kilomètres de bitume défilaient sous les pneus, une route silencieuse vers l'inconnu où ni elle ni lui ne s'échangèrent un mot, uniquement quelques regards lorsque l'un ou l'autre fixait la route et le paysage qui s'enveloppait tendrement dans le manteau de nuit. La pluie avait cessé, sonnant sans le vouloir la fin des reproches entre les deux vampires, la lune, seule source de lumière filtrant dans l'habitacle, permettait à Damon de contempler ce visage, esquissé à la plus fine pointe de plume, encore rivé à la vitre passager. Il avait choisi son chemin, son destin était scellé ailleurs qu'à Mystic Falls, c'était pourtant une évidence qu'il ne voulait considérer depuis trop longtemps mais, désormais, après tous ses espoirs déchus, le beau brun voyait la vérité lui éclater au visage sans qu'il puisse, une fois de plus, surmonter cet obstacle. La magnifique brune sur le siège au côté du sien, cette fille si jeune, encore humaine quelques mois plus tôt, avait percé l’âme sombre de l'ainée Salvatore, elle l'avait rendu meilleur, plus humain qu'il ne l'avait plus été depuis son vivant, grâce à elle et à l'amour inconditionnel qu'il lui avait porté et lui porterait à jamais, Damon était dès lors capable de s'effacer du tableau pour lui offrir le bonheur qu'elle méritait, un bonheur auprès de son cadet dont elle était éprise depuis toujours. "C'est Stefan Damon, ça a toujours été et sera toujours Stefan... Si je t'avais rencontré en premier, les choses auraient été différentes... Ces paroles, celles de la sublime jeune fille pensive qui l'accompagnait dans une dernière escapade, Damon aurait dû d'avantage les considérer lorsqu'elles avaient quitté ses lèvres douces, humaine elle avait aimé son frère, pourquoi s'était-il donc acharné à penser que son cœur pouvait pencher pour lui une fois éternel? Lui l'avait aimé au premier regard, certes car la ressemblance avec celle qui s'était jouée de lui était impensable mais, au fil des jours, des heures, minutes et secondes passées auprès d'elle, il avait su : Ça serait elle, pour le restant des millénaires qu'il tiendrait encore debout, une évidence qu'il pensait pouvoir lui faire partager, une passion dévorante que le ténébreux vampire imaginait retrouver dans les sentiments d'Elena... Il s'était fourvoyé une fois de plus et l'avait blessé pour l'affront, il n'était pas celui qu'il lui fallait, il ne serait jamais la bonne personne pour elle et, désormais, au plus la voiture filait dans la nuit, au plus la terrible vérité, qu'il ne pouvait entendre ni même voir, lui explosait au visage.

"Ou allons-nous?" Cette question tira Damon de ses pensées et le fit soupirer, le silence se rompait enfin et allait lui permettre de jouir de cette ultime rivée avec celle qu’il chérissait tant.

« Je n’ai pas d’idée particulière, je m’arrêterai là où je penserai passer un moment paisible avec toi, tu pourras me dire tout ce que tu as sur le cœur, j’en ferai de même ainsi tu seras plus légère lorsque… » Déviant le regard vers elle, voyant le pincement de ses traits lorsqu’elle imagina l’instant où ils se quitteraient pour de bon, lui-même touché par ce point douloureux, Salvatore ne termina pas sa phrase.

"Est-ce que si… si je n'avais pas tenté de me suicider ... est-ce que tu serais quand même venu me dire au revoir?" Considérant la route, il soupira et passa une main dans ses cheveux.

« M’arrêter devant chez toi était déjà une façon de te faire mes adieux Elena, alors non… si pour toi un au revoir doit automatiquement se faire de visu, ce n’était pas mon intention. » Il ne voulait pas la blesser, il était honnête simplement, jamais il n’aurait pu lui avouer quitter la ville en contemplant ce visage qui lui creusait un canyon au fond du cœur, jamais.

Sans doute eut-elle du mal à avaler ses dires, sans doute oui, car bientôt sa voix ne résonna plus dans l’habitacle et elle s’endormit paisiblement tandis qu’il s’affairait à les mener dans un endroit neutre où chacune de leurs mésententes n’auraient ni place ni valeur quelconque. Quelques heures filèrent ainsi où, parfois, le ténébreux vampire se laissait aller à admirer son visage en un rictus aimant, de temps à autres, son index encore rivé au levier de vitesse, s’approchait de sa joue en une caresse imaginaire qu’il se contenait de ne pas lui servir. La toucher, effleurer sa peau halée, était sans doute au moins aussi douloureux, si ce n’était plus, que de sentir sa présence auprès de lui. Bientôt, il n’aurait plus à en souffrir, le lendemain lorsqu’il l’aurait ramené chez elle et lorsqu’il riverait ses prunelles aciers sur le cuir vide à côté du sien, il ne ressentirait qu’un simple pincement au cœur, une douleur terrible mais toutefois plus supportable que d’avoir à sentir son odeur et être tenté, une fois encore, de troquer toutes ses bonnes résolutions pour l’aimer à l’en faire souffrir ainsi que lui tirailler l’être entre son frère et lui. Des lumières dans la nuit, phares subliment d’une ville annonçant un moment tendre, se présentèrent enfin par-delà le pare-brise du véhicule : Las Vegas. Salvatore s’y était déjà rendu dans son existence, à l’époque il était seul et encore turlupiné par Katherine, ici, il avait Elena, bien qu’il aurait préféré l’y mener en se sachant attaché à elle et non pas sur le point de la quitter pour l’éternité à venir. De nouveau en éveil, considérant les multiples couleurs de la citée du jeu plongée dans la nuit, le timbre réconfortant de la jeune Gilbert teinta aux oreilles de Salvatore comme la fin d’une solitude pesante, enjoué et émerveillée comme une enfant, c’est ainsi qu’il parqua la Chevrolet devant l’un des plus grands Casinos de la ville et l’en laissa sortir et admirer ce qu’elle n’avait encore jamais vu de sa vie. Contempler son visage illuminé par la joie fit un bien fou au vampire qui se laissa aller à un sourire de coin charmant.

« Ils ne me laisseront jamais entrer Damon, je n'ai que dix-huit ans. » Les sourcils arqués de surprise, un rictus amusé fit tressaillir le thorax de Salvatore qui, en tout bien tout honneur, enroula le bras autour du cou de la jeune fille et approcha les lèvres de son oreille.

« Encore humaine, je me serai permis de t’informer que tu étais accompagnée d’un vampire, mais maintenant que toi aussi tu fais partie de la grande famille des buveurs de sang… » Ils s’arrêtèrent devant le gorille de l’entrée qui leur demandait déjà leurs pièces d’identité, Damon la poussa un peu vers le bougre histoire de la faire voler de ses propres ailes. « Fais en sorte de pouvoir rentrer, je t’attend à l’intérieur ! » Sourire complice aux lèvres, il lui offrit un dernier clin d’œil et passa l’immense sas.

A l’intérieur, le son des machines à sous, des voix humaines et des alcools en tout genre rinçant les gosiers secs, soulagea légèrement Damon. Il ne savait ni ce qu’ils allaient faire, ni autour de quoi leurs conversations tourneraient mais qu’importe, il partagerait ces derniers instants avec elle et les savourerait même si elle se murait dans un profond silence. Quelques femmes, serveuses court vêtues, saluèrent en quelques œillades pervers et admiratives le beau brun qui traversait la salle pour se river sur l’un des tabourets d’un bar de bois somptueux derrière lequel, un barmaid au costume parfaitement taillé, s’empressa de lui demander ce qu’il allait consommer. En bon gentleman, n’ayant aucunement perdu de sa galanterie, Salvatore commanda deux boissons sans trop d’alcool, inutile de passer ces ultimes heures auprès de celle qui faisait chavirer son cœur en se la mettant mal. Non, il tenait à rester sobre et surtout pouvoir répondre à quelle question qu’elle lui poserait et ce en toute franchise même si cela devait la faire souffrir, c’était pour elle, pour son bien qu’il faisait cela, pour qu’elle voit enfin qu’elle avait fait le bon choix en choisissant son frère. Etrangement Damon n’en voulait pas à Stefan, seul l’amour et les sentiments étaient responsables, aucun du trio n’était la cause de toutes ses douleurs, aucun, uniquement les émotions que les deux frères partageaient au sujet d’une fille extraordinaire les déchiraient, chose à laquelle le beau buveur de sang allait remédier définitivement en s’effaçant de ce triangle amoureux tortueux. Retirant sa veste de cuir pour la lâcher contre le dossier de son siège haut perché, Damon passa la main sur sa nuque, le moment serait aussi apaisant que douloureux pour lui mais, pour la sérénité de la jeune fille qu’il voyait le rejoindre, il n’allait laissé rien paraitre, ni haine, ni tristesse, uniquement la joie -aussi futile soit-elle- de pouvoir partager cela avec elle avant de ne plus jamais revoir ses traits parfaits. Saisissant son verre après avoir poussé celui de la belle dans sa direction, il le dressa en un clin d’œil équivoque propre à lui seul.

« Tu sais c’qu’on dit ? » Il se délecta d’une gorgée et reposa le récipient en un sourire serein. « Tout ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas ! » la dévorant du regard sans le laissait paraitre en son regard, Damon sentit son cœur saigner une fois de plus et s’empressa de terminer son verre. « Quoi qu’on se dise ce soir, aucune remontrance de ma part, aucun haussement de ton, je t’écouterai et ne te jugerai plus, ce n’est plus mon rôle Elena. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Mar 6 Aoû - 23:00


Hypnotiser les gens était contre les principes de la jeune Gilbert qui s'était jurée de ne jamais plus user de son don depuis le retour d'Isabella à Mystic Falls. Humaine elle avait détesté que Damon la contraigne à oublier des choses afin de la préserver d'un quelconque tiraillement entre les deux frères bien qu'au final elle avait découvert le fin mot de l'histoire. Sa transformation en vampire avait ravivé en elle des souvenirs jusque là enfouis comme le fait qu'il fut le premier qu'elle ait rencontré sur sa route ainsi que les mots d'amours qu'il lui avait susurré avant de tout lui faire oublier d'un regard sournois. Appelant le beau brun pour qu'il la fasse entrer, Elena soupira finalement en le voyant s'engouffrer seul dans le bâtiments tandis que les deux gorilles postés à la porte la toisaient d'une façon peu convenable. Vulnérable et pourtant plus forte que les deux humains la jeune femme n'osait pas les forcer à exhausser son désir c'est pourquoi elle leur servit un sourire crispé avant de lancer, gênée "Je suis avec lui, je peux entrer?" Évidemment les gardes lui firent part de sa jeunesse et de son incapacité à pouvoir passer le pas de l'antre du démon du jeu. "Désolée je devoir vous faire ça, vraiment, mais vous ne me laissez pas le choix. Je regrette de vous apporter des problèmes" Chuchota-t-elle en plongeant son regard dans celui vert du premier vigile "Tu vas me laisser entrer, tu ne poseras pas de questions et tu oublieras cette conversation. Tu ne m'as jamais vu." Puis elle servit le même discours à son compagnon non sans haïr Damon de la forcer à user de ce don qu'elle détestait avant de finalement passer le pas de la porte. A l'intérieur tout était époustouflant, digne des films qu'elle se plaisait à regarder en compagnie de Caroline et Bonnie durant les week-ends entre filles. Ébahie aussi bien par les lumières, la musique que le bruit des machines en tous genres, la brunette en oublia quelques minutes le pourquoi de sa venue en ces lieux, préférant scruter avec une attention particulière les divertissements qu'elle rêvait d'essayer.

Marchant à une allure lente pour être certaine de ne rien manquer à ce spectacle fabuleux, Elena esquissait un sourire enchanté quant à ces merveilles: jamais elle n'était venue à Vegas, la seule ville qu'elle avait pour ainsi dire visité n'était autre qu'Atlanta et ce contre son grès. Cet épisode de sa vie semblait terriblement lointain et c'était après une nuit torride dans les bras de Stefan que la brunette avait découvert sa ressemblance avec Katherine. Dès lors elle avait profondément détesté celui à qui elle avait offert son corps pour l'avoir dupé et trahie, usant de sa gentillesse à des fins peu louables. Seule et déboussolée Ben, un ancien ami de lycée transformé en vampire par Anna, avait engendré un accident terrible qui avait manqué de la tuer si Damon ne l'avait pas sauvé. Une fois de plus il était celui qui lui venait en aide. Celui qui assurait son existence et la poursuite de sa vie humaine. Une pointe de tristesse vint entraver son palpitant éteint en repensant à cet amour perdu voué à une fin des plus douloureuses une fois la nuit passée. Son vampire s'en irait, jamais plus elle ne reverrait ses beaux yeux bleus constellés de sarcasme adorable et cela la tuait à petit feu. Sa décision était prise, Elena ne reviendrait jamais dessus et pourtant elle souhaitait hardiment que son vampire reste à ses côtés pour gouter à l'éternité qu'elle lui avait offert en s'abreuvant de sang humain. Les lèvres pincées et toute trace de joie disparue, la jeune femme vit finalement l'objet de ses désirs et de ses envies se défaire de sa veste en cuir pour prendre place sur un tabouret face au comptoir. Après avoir une dernière fois soupiré, la belle afficha un sourire factice sur son visage poupin et se rendit de façon guillerette auprès de l'unique homme qui était encore capable de toucher son âme d'une seule parole.

"Sérieusement Damon? Me laisser seule dehors? Tu sais que je n'aime pas recourir à ..." elle baissa d'un ton tout en le fusillant du regard "l'hypnose." Prenant place à ses côtés elle prit entre ses doigts le verre préalablement commandé par les soins de celui qui serait bientôt une part de son passé. Au fond l'ainée Gilbert ne lui en voulait pas, il était juste lui-même et c'était ce trait de caractère imprévisible qui faisait là tout son charme. Contrairement aux autres Damon savait la surprendre et la rendre ivre d'aventures, agissant toujours avec nonchalance et naturel. Il était un homme remarquable et s'imaginer qu'il finirait avec une autre femme qu'elle la torturait. Son estomac se noua lorsque la voix suave et terriblement tentatrice du vampire à ses côtés retentit à ses oreilles, elle ne devait pas céder, cette soirée serait leur dernier souvenir ensemble et Elena souhaitait qu'il leur soit impérissable pour les plusieurs siècles à venir. Il méritait le bonheur, la joie et l'amour comme tout le monde en cette Terre, or elle n'était pas capable de lui fournir tout ce dont il avait besoin, c'était évident. "Quoi qu’on se dise ce soir, aucune remontrance de ma part, aucun haussement de ton, je t’écouterai et ne te jugerai plus, ce n’est plus mon rôle Elena." Plus son rôle ... ses paroles avaient une note de finalité qui lui faisait déjà monter les larmes yeux. Ne pas craquer était le maître mot et il lui fallait puise dans des ressources insoupçonnables pour ne pas tout simplement se laisser dévaster par la peine qui lui rongeait l'âme "Non, non, non, je ne vais pas avoir ce genre de discussion avec toi. Pas maintenant" Dit-elle en buvant d'une traite son verre "je ne suis pas assez ivre pour me laisser aller à des Adieux déchirants Damon donc ..." sur ses mots elle se redressa et monta sur son tabouret pour surplomber les joueurs présents. Jouer était la dernière chose qu'elle souhaitait faire mais elle se devait de laisser un souvenir amusant d'elle à celui qu'elle aimait plus que sa propre vie. "Concours de shooter? C'est l'homme à côté de moi qui régale! Des intéressés?" Cria-t-elle avant qu'un homme en costard ne vienne à son encontre pour la prier de faire profile bas avant de lui demander sa carte d'identité. Ravagée par toutes cette tristesse Elena n'eut aucun remord à plonger son regard noisette dans celui de son interlocuteur dont les pupilles se dilataient déjà "tu vas me laisser m'amuser ce soir, me saouler si cela me chante et tu vas prévenir tous tes amis qu'il faut me laisser faire. Compris?" Souriante elle relâcha le col de sa veste noire et fit mine d'épousseter une saleté fictive avant de se retourner vers celui pour qui son cœur hurlait "Quoi? Je ne fais qu'appliquer tes conseil." Son haussement de sourcils faisait d'elle l'être le plus innocent au monde alors que pourtant la belle n'avait plus rien d'innocent depuis bien longtemps ...

Plusieurs personnes se tassèrent autour du couple en plein déchirement sentimental pendant que la barmaid parfaitement habillée servait ses verres à la pelle. Prenant l'un d'eux au vol la brunette le leva en direction de son vampire et le défia ouvertement en buvant le liquide ignoble, la tête renversée en arrière. Plusieurs shooters furent ainsi ingurgités et alors que certains abandonnaient la partie la jeune Gilbert, elle, tenait encore la route. "Alors Damon, tu abdiques?" demanda-t-elle en faisant une moue moqueuse "tu t'es pas vraiment entrainée depuis Atlanta on dirait." Malgré ses dires la brunette avait la tête qui tournait et les idées embrumées par les effluves d'alcool: une gorgée de plus et elle se retrouverait par terre à rire comme jamais - chose qu'elle faisait à chaque fois qu'elle se laissait aller à ce genre de débauche -. Claquant ses mains comme pour sonner la fin du round Elena prit celle de Damon dans la sienne, le forçant à se lever sur ses deux jambes "J'ai envie d'essayer quelque chose comme ..." elle scruta la salle à la recherche d'un divertissement amusant "... un poker pimenté par exemple?" Dit-elle en s'avançant vers une table de poker dont elle avait décidé de revoir les règles. Bien que vampire sa tolérance aux boissons alcoolisées était restée la même, c'est donc à la limite de l'ivresse qu'elle posa ses mains sur la table de jeu, jouant de son jeu préféré pour la soirée à savoir l'hypnose "Chaque perdant devra se défaire d'un vêtement à partir de maintenant" Lâcha-t-elle avant de faire un petit saut afin de faire face au brun qu'elle rêvait d'embrasser en ce moment même "Juste une partie!" promit-elle en faisant son visage le plus craquant "s'il te plait?"
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas] Mer 7 Aoû - 0:53


Bien entendu, cette virée dans la ville de tous les vices lui rappelait un peu celle où il l'avait contrainte à l'accompagner : Atlanta. Damon, les yeux rivés sur une Elena joyeuse grâce à l'alcool qui coulait à flot, qui plus est payé de sa poche, souriait pourtant sans grand panache, son humeur habituellement sarcastique filait au rythme des aiguilles de sa montre, il était déjà tard, un peu plus de deux heures du matin et, dans à peine 7 heures, il ramènerait la belle chez elle avant de lui faire ses adieux. Amateur de soirées arrosées, qu'il passait avec Jude, Rick, Paul ou encore Julian, ici il n'avait vidé que trois verres et se plut donc à voir le regard ravie de la jeune femme, qu'il aimait à crever en silence, quant à son manque de descente face au concours qu'elle avait lancé une heure plus tôt. Retenant le bras de celle qu'il appelait jadis Princesse pour lui éviter de rater le sol, Salvatore considéra son regard lubrique où il lui semblait que le liquide transparent, et bien trop fort pour elle, s'était frayé un chemin afin de noyer la tristesse qui l'avait possédé jusqu'ici. Ne subsistait plus d'elle que la jeune humaine pimpante, qu'elle n'était pourtant plus part sa négligence, riant aux éclats et lui arrachant malgré lui un sourire amusé. Ce qui le ramena à la douloureuse réalité furent ses doigts fins enserrant les siens, il tiqua à cette seconde précise, tant qu'il ne put réprimer le geste suivant: baisser les yeux contre leurs mains enlacées et passer le pouce, en une caresse délicate et teintée de sentiments profonds, contre le dos de cette dernière.

"J'ai envie d'essayer quelque chose comme... un poker pimenté par exemple?"

Redressant les prunelles dans les siennes, Damon n'y voyait plus la lueur qu'il avait tant de fois admiré dans ceux-ci. L'alcool faisait tant de ravages mais ici, il ne lui en voulait pour rien au monde, c'était sa façon d'extérioriser la douleur, d'anesthésier tout ce qu'elle pouvait ressentir. Il ne répondit pas et la suivit à la première table de jeu sur laquelle elle jeta son dévolu, jouant d'hypnose encore et toujours pour parvenir à ses fins qui étaient d'entreprendre quelques effeuillages lorsque l'un des joueurs perdraient. Une très mauvaise idées en soit, que Salvatore avait pu tester lui même, qui pouvait finir très mal et qui, par conséquent, ficherait en l'air leur ultime escapade bien que, en fixant les traits sublimes de cette jeune fille qu'il chérissait à en suffoquer, Damon se rendit compte que le restant de la soirée ne serait plus qu'un silence morbide. Enfin, il veillerait sur ses rêves comme il le faisait depuis des jours déjà, la dernière fois avant de ne plus jamais revoir le sourire angélique qu'elle lui servait pour le convaincre de la laisser faire à l'instant précis. Les yeux grands ouverts, sourire pincé, Damon lança un regard peu aimable au tas d'hommes baveux qui se délectait d'avance de voir la belle en tenue d'Eve, une chose évidement impensable pour Salvatore qui se tourna ensuite vers elle et lui servit un sourire à sa sauce.

"Pas que je sois contre te voir en soutien gorge et autres dentelles affriolantes, mais je n'ai pas envie de devoir hypnotiser le millier de personnes présentes ici." La faisant se tourner vers le grand escalier qui menait aux suites, Damon passa le bras sous ses hanches et la riva à son épaule. "Évite simplement de vomir Elena, tu as surtout besoin de dormir et non pas de servir des crises cardiaques à ces pauvres vieux!"

Il traversa les couloirs avec la jeune fille ainsi portée, elle riait encore et rien que ce carillon adorable tirait quelques rictus à notre ténébreux vampire qui finit par passer un pass, préalablement réservé sur la route les ayant mené ici, dans l'une des serrures des chambres qui s'offrit à eux lorsqu'ils y pénétrèrent. Prévenant pour les derniers moments qu'il allait passer avec elle, Salvatore la déposa sur le lit et s'empressa de se servir un verre de remontant, une minuscule flasque de bourbon trônant dans le mini bar ferait l'affaire. Sans un mot, il se tourna vers elle et fut interpelé par un morceau de papier blanc au sol non loin de l'entrée, fronçant les sourcils une courte seconde, Damon s'en saisit et ne plus s'empêcher d'y voir l'écriture de la jeune fille alitée. Les mots écrits noir sur blanc lui saisirent le cœur, tout autant en joie qu'en déchirement intense, elle avait écrit cela sans doute avant de se décider à prendre un bain de soleil funèbre et, s'il n'avait pas eut dans l'idée de passer devant sa demeure, Elena ne serait plus là à ses côtés. Le palpitant serré à l'en faire tirer des yeux ronds comme des billes, constellés d'amour, de passion et surtout d'un soulagement intense quant aux réels sentiments de la jeune fille, Damon le garda en paume, serré comme le cœur de la belle qu'il ne voulait désormais plus laisser s'envoler. Il hésitait cependant encore, elle n'était pas en état d'entendre quoi que ce soit, presque endormit sur cette couche confortable mais, lorsqu'elle papillonna des paupières et scella son regard noisette à l'acier du sien, Damon vint s'allonger près d'elle, le front plissé et le souffle court.

La tentation était grande, bien trop lourde pour lui pourtant, au delà du désir qui le consumait quant à l'envie terrible de la lover contre son corps impatient, l'ainé Salvatore pensait encore au choix de la belle. Stefan, elle l'avait embrassé au bal, chose qui l'avait rendu fou au point d'assassiner froidement une pauvre innocente alors qu'il ne s'y était plus pris depuis des mois, malgré les mots écrits sur ce billet blanc qu'il pressait en sa paume comme le plus beau des présents, il ne pouvait oublier qu'elle était la petite amie de son frère, qu'elle l'avait toujours été et le serait pour le restant des siècles qu'il aurait à vivre. Plongés dans le noir, aucun chevet allumé, les lueurs de l'astre argenté pour unique source lumineuse, Damon fixa ses yeux un long moment, bouche entrouverte semblant manqué d'un souffle dont il n'avait pourtant guère besoin, déchiré par les sentiments incommensurables et douloureux qu'il portait en lui comme une punition pour avoir été si con envers elle, il finit par rivé les prunelles au plafond tandis que le visage de sa princesse terminait par rejoindre son torse haletant.

"Ne fais pas ça Elena..." Soupira-t-il sans jamais retirer ses bras de dessous sa tête. Son parfum, la douceur de ses cheveux, l'odeur de sa peau, lui criaient de se laisser aller comme ils avaient poussé la belle à s'offrir à ses lèvres lors de leur descente à Denver. Un flot de souvenirs brulants, torturants et pourtant sublimes se logea dans l'esprit de Damon qui sentait presque son cœur revivre face à la tendresse que lui imposait l’étreinte de la jeune Gilbert. Réalisant chaque instants à ses côtés, combien ils étaient importants, combien parfois il les avait rendu horrible par son comportement de petit con arrogant, il laissa tomber un bras contre la couche et ses doigts rencontrèrent ceux de sa belle en une délicate caresse, sonnant le début d'un nouvel air entre eux. "Tu te souviens de notre première rencontre? je sais que j'ai dû te paraitre cinglant, désagréable même, pourtant en toi j'ai vu la plus belle chose qui m'ait été donné de rencontrer, malgré ta ressemblance avec Katherine Elena, j'ai su que tu n'avais rien d'elle, tu es unique, merveilleuse, douce et attachante..." Jamais il ne s'était laissé aller à tant de mots révélateurs et pourtant ici, en cette place où tout les poussait à se laisser aller à leur dernière nuit ensemble, sans qu'il ne se passe quoi que ce soit, c'était un Damon à la voix tremblante, peu sûr de lui, loin de ce qu'il laissait voir de sa personne, un Damon sans masque, qui offrait à Elena ses plus douces pensées à son égard dans le but de l'apaiser quant à son départ prochain. "Denver, je crois que si tu avais pu faire exploser mon cœur là bas, on aurait frôlé un record du monde Elena, mais je t'aimais bien avant cela, je t'ai aimé dès ce premier regard, des que mes lèvres ont effleuré ta main." Les yeux toujours encrés au plafond, il inspira profondément. "J'ai tué une fille en sortant du bal, par rancune envers mon frère, envers toi, j'ai laissé mon côté sombre lui ôter la vie comme on coupe un mauvais film... Je m'en veux terriblement alors que j'devrais m'en contre carrer... Ce n'est pas moi tout ça!" Salvatore tourna enfin les yeux vers elle, une larme perlant au coin de ceux-ci. "Comment veux tu que ce Damon là existe loin de toi? A qui veux tu qu'il offre sa tendresse et son amour, comment puis-je ne serait-ce que songer à exister dans un monde où tu n'existerais plus Elena?" Le timbre tremblant, il enserra la main de la jeune femme qu'il aimait au point de se tuer si c'était ce qu'elle lui demandait. "Je suis coupable de te vouloir autant, j'ai été le pire con que la terre ait pu porter durant ces millénaires, uniquement par fierté, uniquement car je ne pouvais laisser se dérouler de nouveau un précédent scénario enduré avec mon frère, Elena, j'aime Stefan mais je t'aime tout autant et d'un amour plus puissant encore qu'il me ronge terriblement, alors... Pardonne moi pour ce qui va suivre mais il faut que tu le saches, il faut que tu saches ce que je voulais pour nous... Si tout avait été comme tu l'espérais, si Stefan n'était pas revenu, si tu n'avais pas douté un instant de ce lien unique entre nous, Elena je n'aurai eut de cesse de t'aimer, de te choyer..." Les paroles plus fortes que les actes, Damon se laissait prendre dans l'ambre réconfortant de ses iris, s'il n'avait pas connu la nature de sa princesse, il aurait été convaincu qu'elle l'hypnotisait à l'instant même. Comme pour accompagner les dernières phrases qui allaient quitter ses lèvres, la perle saline fila de son œil contre le bras de la belle. "...Je t'aime à en crever Elena, voilà pourquoi si le temps m'avait été donné, si j'avais eu encore assez de temps avant le retour de mon frère, je t'aurai demandé de m'épouser pour parfaire ton idée du couple, pour t'offrir au moins un souvenir de vie humaine alors que j'pourrais jamais te donner d'enfant, j'en crève si tu savais... Je meurs pour toi à chacun de tes regards, je meurs de t'avoir infligé l'éternité alors que tu rêvais d’être mère, de te marier... d'avoir une famille, je t'aurai offert au moins une des ses trois choses si tu m'en avais laissé le temps... Il est trop tard maintenant, Stefan fera peut-être mieux que moi je te le souhaite de toute mon âme princesse." Désormais les larmes fusaient sur le visage parfait du sublime vampire. "Je t'aime tellement, je t'aimerai jusqu'à un jour ne plus le supporter..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas]

Revenir en haut Aller en bas

I will always choose you [Damon Salvatore - Las Vegas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Manoir SalvatoreReste du monde-