RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

My rules for your love. With Stefan Salvatore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: My rules for your love. With Stefan Salvatore Lun 12 Aoû - 18:08

My rules for your love

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quel gâchis, comment un look pareil pouvait sied à une telle silhouette? C'était affligeant et terriblement dégradant, du moins pour elle et non pas pour cette fragile petite chose qu'était Elena Gilbert. Devant le miroir sur pieds de sa chambre, Katherine parfaisait son image ou plutôt celle de ce double Petrova sans plus d'utilité, désormais vampire -créé par ses soins- la petite brune pour qui se battaient les frères Salvatore n'avait presque plus rien à craindre de Niklaus. Presque oui, car maintenant qu'il savait cette niaise tout aussi morte que lui, l'hybride Originel avait la haine grandissante au fond des tripes et il ne ferait qu'une bouché du nouveau né qu'était Gilbert si elle se mettait en travers de son chemin. D'ailleurs en lissant ses dernières boucles, histoire de sublimer son image de poupée triste, Katherine esquissa un sourire de complaisance, la fiole, la cure, appelez cela comme vous le voudrez, ce pourquoi Pierce avait conclus un marché -bien entendu factice- avec Damon, était ce que désirait l'ainé Mikaelson plus de tout au monde depuis qu'il savait Elena vampire, oui il y avait bien la jeune Isabella, elle aussi détentrice du fluide tant prisé de ce chien de Klaus, mais deux fontaines Petrova pour le prix d'une n'était-ce pas alléchant? Voilà donc pourquoi la brune souriait aux anges malgré l'image déplaisante que lui rendait son reflet, uniquement car elle trouverait la fiole avant l'ainé Salvatore et la confierait à Niklaus pour entrer dans ses bonnes grâces et ainsi se laver de tout actes passés ayant nuit à ce dernier. Peu folle, Katherine savait qu'il pourrait usé de ce breuvage horrible sur elle, étant elle même un ancien double, si elle buvait le contenu de cette fiole, elle redeviendrait la petite bouteille mouvante de l'originel et c'était pourquoi elle avait préparé son échappatoire. Lorsqu'elle détiendrait le remède, elle le ferait livrer à Mikaelson par personne interposée avec une carte de visite, cela va de soit, pour assurer ses arrières face aux hardeurs de ce chien en chaleur prêt à tout pour obtenir de ce flux vitale créateur d'Hybrides.

Terminant ses préparatifs en s’aspergeant copieusement du même parfum que son sosie, Katherine vérifia sa tenue : jean slim, petit haut d'un horrible bleu et veste noire aux manches relevées, une parfaite Elena si on ajoutait ces converses hideuses qui lui retiraient quelques bons centimètres. Une grimace aux lèvres tandis qu'elle empoignait son sac et dissimulait son lapis lazuli à la ceinture de son jean, arborant ensuite une bague similaire à celle qui protégeait Gilbert du soleil, et la voilà partie en direction du lieu de ses convoitises les plus chers, ou de SA convoitise la plus prisée : Le manoir Salvatore où, elle le savait grâce à son mini-moi en herbe -Rachel-, Stefan était seul et triste à en mourir. D'après Mcferson, Elena avait fait son choix entre les deux mâles qui se jetaient impunément, et ce depuis trois ans déjà, à ses pieds comme de pauvres bêtes quémandant caresses et amour de sa part, c'était pathétique bien entendu mais le fait que Gilbert ait enfin choisi, suite au retour inespéré de Stefan, ravissait Pierce à un point inimaginable, enfin elle tenait sa revanche et obtiendrait le seul et unique homme qu'elle avait toujours aimé. Elijah? Oui elle avait en quelque sorte une relation avec lui, mais là encore dans l'unique but de se protéger et rien de plus, jamais elle n'aimerait cet homme et jamais elle ne l'avait aimé mais tant que lui s'éperdait d'amour pour elle, le change était parfait et elle n'avait rien à craindre des autres Originels, il lui servait simplement de garde du corps sans même le savoir. L'homme, ou plutôt le vampire, qui aurait fait battre le cœur de Petrova s'il en fut encore capable, n'était autre que Stefan Salvatore et c'est donc pour cela, après avoir reçu les informations de sa blonde favorite, qu'elle allait lui rendre une petite visite surprise en habits d'Elena, histoire qu'il ne la repousse pas et, surtout, dans le but de se jouer de son double une fois encore.

Après quelques minutes de marche, Pierce se trouvait devant le seuil qu'elle avait tant de fois franchi et la dernière en date lui revint comme un moment plaisant qui lui arracha le dernier sourire malicieux de la journée. Devant endosser le rôle de la petite niaise, Katherine devait s'infliger pire encore que la tenue qu'elle portait, un visage triste au possible et pour parfaire le tout, ce légendaire regard de chienne battue propre à l'ancienne humaine. Une fois la chose parfaitement maitrisée -ce qui n'était pas difficile en soi étant donné s'y était pliée à plusieurs reprises par le passé- Katherine riva l'index dans la sonnette du battant et attendit. Les yeux presque embués de larmes, les lèvres tremblantes et ses doigts jouant nerveusement les uns avec les autres, elle redressa les iris sur le sublime jeune homme qui lui ouvrait la porte. Si elle n'avait pas dû porter ce masque stupide, Pierce aurait esquissé son plus large et magnifique sourire, il était toujours aussi beau et n'avait changé en rien si on lui retirait les derniers massacres occasionnés en Nouvelle Orléans. Sans doute abasourdi par la présence de celle qu'il pensait être Elena, même un aveugle s'y serait trompé, Katherine en profita pour se jeter contre lui et laisser déferler des pleurs totalement fictifs jusqu'à ce qu'il la fasse rejoindre le salon.

"Je suis terriblement désolée Stefan..." Pleurait-elle dans ses bras en lui maintenant le cou pour loger ses iris dans les siens. "Je ne pouvais pas... Pas devant Damon, mais je t'aime, je t'aime tellement... Je suis navrée de t'avoir fait endurer le pire lors du bal." Feintant s'étrangler un instant, elle retint son souffle et fit mine de chercher une présence dans le manoir. "Dis moi qu'il n'est pas là j'ten supplie, il a été ignoble avec moi lorsque je suis allée le voir sur le parking, il m'a jeté des choses affreuses au visage, si je n'avais pas été tel que je suis désormais, il m'aurait giflé Stefan... ton frère a fait taire ses émotions à cause de moi!... Je ne veux pas que ça t'arrive Stefan, je me suis trompée pardonne moi mais c'est toi, ça a toujours été toi et le sera toujours..." Frémissante de peur, sans que ça ne soit pourtant le cas, elle laissa le beau brun l’envelopper de ses bras et sourit malicieusement, son plan fonctionnait à merveille et, dans peu de temps, Stefan serait sien et Elena n'aurait plus qu'à se maudire pour lui avoir infliger tant de mal...

© .JENAA



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 0:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Assit dans le fauteuil en cuir devant la cheminée, Stefan faisait tourner dans sa main, le liquide blanc déversé dans son verre. Fixant tristement les flammes qui dansaient dans l'antre du cachot, quelques larmes coulant silencieusement et doucement de ses yeux, venant finir leur courses à la commissure de ses lèvres. Il était anéantit devant ce foyer qui autrefois brulait pour réchauffer sa bien aimée. Sa rose, celle dont il était éperdument amoureux et dont il était trop douloureux de se défaire. Malgré toutes les atrocités qu'elle venait de lui infliger, entre sa déclaration d'amour dans cette chambre, où il avait posé à de nombreuses reprises ses lèvres sur les siennes, où il avait le privilège de caresser du bout des doigts son corps nu, son baiser au bal avant de se raviser par amour pour son propre sang, il lui pardonnait. Salvatore ne voulait que son bonheur et celui ci était loin de lui. Pour preuve, elle semblait avoir mis les voiles avec son jumeaux maléfique, il était loin de se douter ce qui se tramait en ce moment même à des centaines de kilomètres de lui. Engloutissant ce fond de vodka, qui brula un instant sa gorge, Stefan regardait le pieu qu'il avait déposé sur la petite table à ses côtés. Il alluma la lampe de chevet afin de pouvoir contempler cette arme de bois, le manoir étant plongé dans l'obscurité la plus total. Stefan avait besoin de cette atmosphère pour penser, cette noirceur qui était égale à son coeur meurtrit. Avalant difficilement sa salive, prenant son visage entre ses mains pour pleurer tel un enfant qui venait de perdre la chose la plus essentielle dans sa vie, Sefan était perdu. Shawna n'était même pas là pour l'aider à se reprendre, pour l'amener chasser. Oui car chasser était passé au second plan, dans ses états de névralgie, il devenait incontrôlable et pouvait mettre au grand jour sa nature pourtant caché aux yeux de tous. Ne voulant pas commettre d'erreur et compromettre la couverture de certains de ses proches, c'est terré dans son habitation qu'il cherchait à se contenir, de cette soif vengeresse qui pourtant serait un apaisement.

Les heures filèrent comme les étoiles filantes en un clin d'oeil et c'est le derrière river au tapis devant la cheminée pieu en main que Stefan songeait à toutes ses erreurs. A ses côtés, sur du papier ancien, avec une écriture ancienne, il avait énoncé ses dernières pensées à ses proches.

A mon frère Damon, je t'aime et je t'ai toujours aimé. Malgré nos différents tu as toujours été la première personne pour qui je me suis sacrifié. [...] Je te laisse Elena prend soin d'elle comme d'un diamant inestimable. A jamais ton frère Stefan

A ma belle rose Elena, je t'aimerais même dans les ténèbres, mon coeur souffrira de ton absence. Mais c'est pour cette raison que je te laisse être heureuse et vivre ton amour pour lui. [...] Quoiqu'il arrive ne me pleur pas, je ne pourrais supporter cette image de toi, reste souder à Damon. Ecoute le, apprend de lui, et à jamais tu seras la plus merveilleuse vampire. Ton ancien amour..

A mon Guizmo adoré. Tu as énormément compté dans ma vie, et je t'en prie ne me prend pas pour un lâche, mais je ne pouvais plus vivre ainsi. [...] Profite, vie, voyage, fait tout ce qu'on t'a empêcher de faire en tant qu'humaine. Retrouve ton humanité ils t'aideront si besoin est. La vie ne vaut pas le coup de gâcher des vies. A jamais ton boucher Stefan


Trois enveloppes, trois lettres pour les trois personnes les plus chères à son coeur. Toutes étaient scellées par la cire et l’emblème de leur famille. Bien sur il n'oubliait pas Caroline et Lexi, mais, le temps était compté, et il ne savait si il aurait encore la force de faire ce qu'il avait prémédité. Prenant le pieu entre ses doigts, le serrant de toutes ses forces à tel point que des morceaux pénétrèrent dans sa chaire, lui infligeant une douleur infime comparée à ce qu'il connaissait dans son coeur. Le sang coulait le long de cette arme de bois, celle qui serait son bourreau, son exécuteur, mais déjà ses plaies se refermaient. Il chercha du bout des doigts son coeur, avant d'y apposer le pic tranchant de ce morceau. Fermant les yeux, respirant comme si il avait été humain, alors que les flammes s'éteignaient comme allait se finir sa vie. Il poussa un grognement en éloignant le pieu prêt à achever son existence de lui même. Mais la sonnerie de la porte le freina à l'entrée du pic. Celui ci avait déjà perforé une partie de son être mais pas assez pour le tuer. Stefan secoua de la tête, retirant cette chose de lui. Il devait ouvrir, non pas pour repousser l'échéance, non juste pour que personne ne l'empêche d'atteindre son but... celui de mettre fin à ses jours. Il se redressa, ne prenant pas la peine de tirer les rideaux pour faire entrer la lumière, il pris juste le soin de mettre à l'abri des regards les enveloppes dans un tiroir. Retirant sa chemise immaculée de son sang, se nettoyant rapidement pour tournée la poignée de la porte.

Torse nu, le visage surpris, les yeux ronds il regardait intrigué la jeune femme qui se dressait devant lui. Son parfum lui revenait aux narines, l'empêchant de sentir toutes autres odeurs. Sa rose, le visage emplit de larme le contemplait avec des yeux presque suppliant. La réceptionnant dans ses bras, il l'encercla, soufflant dans ses cheveux comme pour la calmer. Il fit claquer la porte de la maison et l'entraina dans le salon, ne comprenant pas pourquoi elle était dans un état pareil. Les flammes mourant dans la cheminée éclairaient très peu la pièce mais suffisamment pour qu'il se sustente de son visage.

"Je suis terriblement désolée Stefan..."

- Chuttt, Elena que t'arrive t-il?

"Je ne pouvais pas... Pas devant Damon, mais je t'aime, je t'aime tellement... Je suis navrée de t'avoir fait endurer le pire lors du bal."

Stefan ne comprenait plus, il commençait à être perdu dans sa tête. Mais le fait de l'entendre encore dire je t'aime lui faisait tambouriner la poitrine. Mais l'air effrayer qu'elle affichait lui glaçait le sang.

"Dis moi qu'il n'est pas là j'ten supplie, il a été ignoble avec moi lorsque je suis allée le voir sur le parking, il m'a jeté des choses affreuses au visage, si je n'avais pas été tel que je suis désormais, il m'aurait giflé Stefan... ton frère a fait taire ses émotions à cause de moi!... Je ne veux pas que ça t'arrive Stefan, je me suis trompée pardonne moi mais c'est toi, ça a toujours été toi et le sera toujours..."

Le boucher tiqua un instant, son frère était certe un homme parfois abjecte. Mais il avait peine à l'imaginer frapper Elena. Néanmoins, vu dans l'état dans lequel elle se trouvait il ne mit pas en lumière ses doutes et se contenta de la prendre contre lui. Posant son menton au dessus de son crâne la berçant doucement dans ses bras pour la calmer.

- Ma rose, calme toi, il n'est pas là... Viens avec moi..

Il entremêla ses doigts au sien, essuyant avant les larmes qui jonchaient ses joues pour l'attirer vers le fauteuil de cuir. Il la poussa doucement pour qu'elle s'assit avant de s'agenouiller devant elle, caressant d'un air inquiet son visage.

- Tu es en sécurité ici... Explique moi Elena je ne comprend plus... Tu m'as dis que tu t'étais trompé que c'était lui et personne d'autre... je suis perdu...

Et il l'était vraiment, comment pouvait elle changer d'avis en un claquement de doigt. Etait elle si perdu que ça? OU alors ne voyait il pas les signes évidents qu'elle lui lançait tel des signaux de fumées. Il planta un baiser sur son front, lui adressant un tendre sourire attendant qu'elle reprenne ses esprits. Il détestait la voir ainsi, ça lui brisait le coeur. Mais le fait qu'elle aurait pu le trouver mourant dans le salon quelques secondes plus tard, faisait saigner davantage son coeur. Comment avait il pu lui infliger ça?



Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 12:52

My rules for your love

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Effaçant tout sourire de ses traits poupins lorsqu'il la lâcha pour lui prendre la main, Katherine laissait encore et toujours des larmes de crocodiles déferler sur ses joues. Son petit tour de passe passe fonctionnait à merveille, elle aurait Stefan quoi qu'il lui en coute et si pour qu'il l'aime autant qu'elle l'aimait, et ce depuis plus d'un siècle, elle devait se faire passer pour celle qu'elle détestait alors soit, ce n'était pas si cher payé pour obtenir la passion dévorante du cadet Salvatore qui était sienne bien avant d'être offerte à Elena. Elle prit place sur l'assise de cuir lorsqu'il l'y invita et considéra rapidement les rideaux fermés qui plongeaient le grand salon dans l'obscurité la plus totale, uniquement le chevet, sur le guéridon voisin au sofa, donnait un peu de lumière à la pièce et ainsi elle pouvait se délecter du visage angélique de son vampire. Ravie qu'il s'agenouille pour que ses mains si douces effleurent son visage maculé de sanglots, Pierce garda pourtant sa joie au fond d'elle même et se contenta de continuer à jouer la niaise Gilbert à la perfection.

"Tu es en sécurité ici... Explique moi Elena je ne comprend plus... Tu m'as dis que tu t'étais trompée que c'était lui et personne d'autre... je suis perdu..." En effet d'après ce que lui avait raconté Rachel, cette dernière ayant laissé trainer une oreille curieuse sur la conversation que Stefan avait eu avec l'ancien double Petrova, Elena avait bel et bien envoyé sur les roses le doux et jeune buveur de sang, Satanée garce! Pensa Katherina en apposant une main faussement tremblante sur la joue sublime de celui qu'elle désirait plus que toute autre chose en ce bas monde.

"Pardonne moi Stefan, je n'ai pas mesuré mes propos, j'avais peur de la réaction de Damon..." Elle hoqueta en parfaite petite fille prise à la gorge par les pleurs et reprit. "...mais son attitude m'a convaincu que je faisais erreur, Stefan, c'est avec toi que je veux passer l’éternité et avec personne d'autre.

Les yeux rivés dans les siens, déviant parfois les iris pour contempler ce torse parfait, où roulaient des muscles taillés dans la roche des plus précieuses, ce corps qu'elle avait serré tant de fois jadis à l'aimer au point de le transformer pour que jamais il ne la quitte, Katherine le désirait ardemment mais quelque chose la fit tiquer, là sur le sol, certainement placé pour que personne ne puisse le voir, un pieu taché de sang sur la pointe. Immédiatement Pierce se raidit, d'une peur réelle tout autant qu'en aurait fait son sosie mais, bien que sadique, manipulatrice et habitée par toutes les tares qu'on lui appropriait, la belle n'en était pas pour autant sans cœur lorsqu'il s'agissait de la vie de Stefan. Se redressant d'un bond sur ses jambes, elle se saisit de l'objet de bois et se tourna vers lui, triste au possible, bien plus que de rigueur car son rôle lui sommait d'user de mille et une jérémiades stupides. Considérant l'endroit où avait battu son cœur autrefois, Katherina ne vit rien, la régénération avait sans doute fait son office ou, encore, il n'avait eu le temps de faire ce geste de trop grâce à sa visite improvisée. Quoi qu'il en soit, Petrova fut soulagée d'être présente, bien qu'il ne sache pas qu'il s'agissait d'elle et non de Gilbert, une fois encore elle lui avait sauvé la vie, "ELLE" et pas cette gamine chouineuse et sans intérêt.

"Ne me dis pas que..." C'était tout autant elle que son double qui parlait désormais, elle ne faisait plus de différence mais, sa voix étant la même que son sosie, elle ne craignait pas que Stefan remarque le subterfuge. "Stefan non... non, je t'en prie ne pense plus jamais à ça!" En jetant le pieu dans la cheminé qui tentait à s'éteindre, les flammes montèrent de nouveau nourries par le bois sec de l'arme blanche.

Retenant son souffle comme l'aurait fait Elena, Katherine revint sonder son regard avant d'avancer vivement vers lui pour ne plus hésiter une seconde. Elle le désirait, il y avait trop longtemps qu'elle n'avait plus senti ses lèvres contres les siennes, l'odeur enivrante de son corps lui emplir les narines, sa peau de givre embrasant son épiderme, trop de temps passé loin de son être sans pouvoir le toucher, sans avoir le droit de lui offrir quelques preuves de son amour véridique, c'était intenable alors qu'il était là, face à elle. Sa poitrine se heurtant à celle de Stefan, rivant les mains aux mèches de cheveux à sa nuque, Katherine scella ses lèvres aux siennes dans un baiser empli de tendresse et de passion déchirante, elle l'aimait et le désirait, elle voulait qu'il lui revienne et alors jamais plus elle ne le laisserait partir, jamais plus...

© .JENAA



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 16:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Pardonne moi Stefan, je n'ai pas mesuré mes propos, j'avais peur de la réaction de Damon... mais son attitude m'a convaincu que je faisais erreur, Stefan, c'est avec toi que je veux passer l’éternité et avec personne d'autre.

Un sourire naissait sur son visage, pas un sourire victorieux, non un sourire de bien être. Au fond de lui, il était triste pour son frère, il comprenait les émotions que celui ci devait ressentir car il l'avait vécu. Le rejet de sa rose avait été une épreuve insurmontable, mais bien qu'elle lui disait en ce jour tout ce qu'elle éprouvait pour lui, il avait peine à le réaliser. C'était tellement spontanée, tellement inespéré, qu'il avait l'impression d'être dans un rêve. Ou pire, peut être était il mort, et qu'en ce moment il errait dans une sorte de paradis, où son imagination dessinait une scène qu'il aurait voulu vivre de son vivant? Stefan était un peu perdu face à tout ça, mais sentant ce parfum qu'elle chérissait lui revenir aux oreilles, le poussait à croire que tout était bien réel. Il prit délicatement le visage de sa rose entres ses mains, et se sustentait de son regard bien qu'emplit de larmes qu'il s'empressa d'essuyer du pouce. Il colla son front au sien, sentant la proximité de leurs lèvres le bruler. Mais il ne devait rien bousculer, elle n'était pas dans un état de clarté, il devait respecté ça, et surtout ne pas se bruler à nouveau les ailes.

Elena rompit ce moment si parfait pour bondir du fauteuil et ramasser quelque chose qu'il avait omit de dissimuler. A genoux encore sur le sol, il ferma les yeux alors qu'elle tenait entre ses mains le pieu imprégné de son sang. Il se redressa, son ombre jouant sur les murs du manoir, par le biais des flammes, les bras le long de son corps à moitié nu, il fixait le visage décomposé de son aimée.

"Ne me dis pas que..."

- Je suis désolé...

"Stefan non... non, je t'en prie ne pense plus jamais à ça!"

Il passa sa langue à la commissure de ses lèvres, gêné par ses révélations. Jamais il n'aurait pensé qu'elle le découvrirait, il avait été faible mais ne regrettait en rien son envie de disparaitre à tout jamais. De toute façon mort, il n'aurait jamais su, que sa rose avait changé d'avis alors pourquoi se torturer. Non, il s'en voulait surtout pour la souffrance qu'il infligeait dans le coeur de sa belle. La regardant s'approcher de lui, dans son jeans et ses converses, il ne bougea d'un poil. Leur deux corps se rencontrant pour une étreinte plus brulante. Leurs visages collés l'un à l'autre, leurs regards plongés dans l'autre, leurs mains se touchant, il était ébahit comme la toute première fois qu'il avait pu l'enlacer. Elle riva ses lèvres aux siennes partageant un baiser délicat comme les pétales d'une rose. La fièvre le gagna subitement, son corps frémissant d'envie et d'amour. Le souffle haletant, entremêlant leurs langues ensemble avec subtilité et intensité. Quelque chose fit subitement tiqué Stefan, cette fragrance de mandarine qui se glissait dans le parfum qu'elle portait. Néanmoins sans être sur de ses doutes, il continua de laisser ses mains glisser et ses lèvres embrasser les siennes. Arrivant à ses hanches il perçu du bout des doigts, quelque chose qu'il connaissait que trop bien sur le corps d'une autre femme. Salvatore dévia ses lèvres dans le cou frissonnant de cette femme et il planta ses crocs délicatement pour faire couler son sang et le gouter. Il poussa un grognement de colère, saisissant les épaules de Katherine pour la repousser de son étreinte. La colère le gagnait et les veines apparurent rapidement.

- KATHERINE COMMENT AS TU PU?

Il fit valdinguer dans la pièce la lampe de chevet qui les éclairait, et partit ouvrir un rideau avec une colère impressionnante. Il se tourna vers elle, faisant des gestes avec ses mains qui exprimaient son exaspération.

- Tu croyais vraiment que je ne me rendrais pas compte que c'était toi en m'embrassant? Pourquoi? Pourquoi me torture tu ainsi? POURQUOI!!! RÉPOND!!!

Dit il en faisant voler un nouvel objet dans la pièce, Stefan était gagné par une fureur inconnue de ses proches. Une fureur que seule Shawna avait pu connaitre.

- Tu veux me blesser? Me faire payer mon amour pour elle hum?

Stefan cassa la table basse, prenant en main un des pieds de bois qui avait le craquement était aussi pointu que son ancien pieu.

- Tu veux me le faire payer? Tu veux me tuer? ALORS TUE MOI!!!

Il lui tendit le pieu et quand elle l'eut pris il frappa sur son torse, lui indiquant avec ses mains avant de lever les bras vers le ciel.

- VA Y KATHERINE TUE MOI!!!



Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 18:53

My rules for your love

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce baiser avait le gout d'autrefois, il était parfait comme ceux que jadis Katherina avait échangé avec lui, l'aimant d'une réelle passion qui embrasait tout sur son passage à tel point qu'elle n'eut la force de laisser Stefan perdu dans l'humanité qui lui tendait les bras. Oui, elle avait dû user d'hypnose pour qu'il daigne boire son sang à l'époque tandis que son frère, ce cher Damon, trop amoureux d'elle l'avait fait de son plein grès, ainsi lorsqu'ils donnèrent leurs vies pour la sauver d'un destin qu'ils imaginaient tragique alors que tout avait été orchestré pour qu'elle en réchappe, l'homme qu'elle avait aimé et aimait encore depuis tout ce temps, ainsi que son ainé dont elle s'était jouée, étaient devenus à leur tour des vampires. La langue de Stefan épousait la sienne en une douce étreinte qui lui faisait raidir les muscles, au fil de ce baiser, elle repensait aux adieux qu'elle avait dû lui faire avant de fuir la traque des vampires, elle avait juré sur le corps froid de son amour, qu'elle l'aimerait éternellement et qu'ils seraient réunis dans les années à suivre. Les paupières closes pour savourer un instant dument espéré, longuement attendu, Katherine se plaqua plus fiévreusement contre lui, il la rendait ivre comme toujours, elle se controlait encore cependant pour ne pas faire éclater au grand jour son identité factice, mais au delà de ses réserves, la belle s'offrait corps et âme aux lèvres chaudes de Stefan dont les mains glissaient de ses joues à ses hanches et lui offraient mains spasmes d'impatience quant à la suite qu'il lui offrirait d'ici peu. Rapidement, en un geste plus bestial dû à leur nature, Katherine le fit rejoindre le mur voisin pour se sustenter d'avantage du parfum délicat de ses lèvres jusqu'à ce qu'il relâche l'embrassade pour lui mordre le cou, aussi délicatement qu'il le faisait sous hypnose auparavant, elle ne put donc réprimer un soupir extasié face aux ardeurs du jeune vampire qui l’apprêtait à s'offrir à lui sans pudeur. Ce dont elle ne prit pas conscience de suite, par mégarde et bien trop emportée par cet océan passionnel que conférait le cadet Salvatore au creux de ses entrailles, c'est que cette unique et douce morsure venait de la trahir. Le souffle chaud du vampire fila contre la plaie, qui cicatrisait, et le feulement émanant de sa gorge la fit reprendre ses esprits mais il était déjà trop tard, son petit masque parfait de Gilbert tombait pour se briser en mille morceaux. Avec la force qui lui était propre, Stefan la repoussa et Pierce rejoignit le sofa le souffle coupé, refroidie soudainement, elle se contenta de passer les doigts contre sa bouche et son rictus habituel dévora la commissure de ses lèvres. Replaçant le bras contre l'accoudoir du canapé, elle considéra le mâle en furie face à elle avec une plaisance sans pareil, une véritable bête prête à bondir, crocs et toutes griffes dehors.

"KATHERINE COMMENT AS TU PU?" Pierce ne répondit pas de suite et le laissa lâcher sa haine.

Elle connaissait Stefan et son côté sombre, bien qu'elle ne l'avait jamais vu que de loin lorsqu'il massacrait ses victimes lorsqu'on le surnommait l'éventreur, en parfaite spectatrice, Katherina avait appris qu'il ne fallait pas le contrarier lorsque sa fureur prenait le bas sur son romantisme. Une lampe valdingua dans la pièce et se brisa sur les pierres de la cheminée ce qui ne la fit pas sursauter pour autant, elle était plus puissante que lui bien qu'elle n'avait pas dans l'idée de lui faire du mal, ça jamais! Mais, si il s'en prenait à elle, la belle se défendrait avec fougue.

"Rhaaa, c'que t'es sexy quand la fureur te prend Stefan... j'aime ça!" Se languit-elle d'une voix suave à faire flancher un homme de foi.

"Tu croyais vraiment que je ne me rendrais pas compte que c'était toi en m'embrassant? Pourquoi? Pourquoi me torture tu ainsi? POURQUOI!!! RÉPOND!!!" Un soupir quitta la gorge de Katherine tandis qu'elle rejetait, comme exaspéré, la tête en arrière avant de se redresser un peu plus sur l'assise et plonger son regard dans le sien. "
Tu veux me blesser? Me faire payer mon amour pour elle hum?"
Roulant des yeux un moment, la belle se racla la gorge et considéra la pauvre table basse qu'il brisait sous son coup de sang avant de reporter un regard amusé sur l'un des pieds de celle-ci, aussi acéré que le pieu qu'elle avait jeté au feu précédemment, qu'il brandissait devant elle. "Tu veux me le faire payer? Tu veux me tuer? ALORS TUE MOI!!!" Hurla-t-il en lui collant brutalement l'arme de cèdre entre les mains pour ensuite prendre une pause de crucifixion tout à fait délectable pour la belle qui pouvait désormais savourer chaque muscles de ce torse tendus sous son épiderme laiteux.

Katherine joua une mini seconde avec le pieu entre ses doigts et posa pieds à terre pour se relever, sans hésiter une seconde, cette nouvelle arme tranchante finit sa course dans l'âtre voisin tandis qu'elle se tournait vers Stefan, ce dernier les yeux clos comme pour éviter le regard de la faucheuse -ici Petrova dans ses atours de Gilbert- qu'il en était sûr allait lui ôter la vie sans aucune considération pour son existence. Une main rejoignant ses cheveux pour tenter de retirer ce lissage immonde lui donnant l'allure de son double, la belle s'empara d'une cerise dans la coupelle du buffet, dans le dos du jeune homme, qu'elle apposa contre ses lèvres et croqua sans attendre.

"J'ten prie Stefan c'est pathétique... Tu penses vraiment que je serai capable de te planter un pieu dans le cœur après tout ce que nous avons vécu toi et moi?" Ne se tournant pour autant pas vers lui, elle sentait qu'il reprenait une pose acceptable et que son regard noir fondait sur elle. "Je t'aime Stefan, ne l'oublies jamais, tu as une tendance masochiste à te rapprocher de cette Elena que ça en devient méprisable... j'ai su ce qu'elle t'avait fait au bal..." Marquant une pause, cette fois Katherina tourna le visage vers le sien et fronça les sourcils comme écœurée. "... son cœur est bel et bien mort avec elle il y a quelques mois, comment a-t-elle pu oser te blesser de la sorte, toi qui l'a sauvé à maintes reprises, toi qui l'a chéri au point de t'en rendre... suicidaire ma foi, voilà donc ce qu'elle t'offre en retour?" Reprenant sa marche inutile, empoignant parfois quelques bibelots sans grande importance pour les reposer ensuite, elle continua. "Tu m'as rayé de ton existence pour elle et malgré ça, je suis là, certes j'ai un peu usé de subterfuges pour t'approcher mais... Soyons honnêtes, si tu m'avais vu tel que je suis sur le pas de ta porte, m'aurais-tu laisser entrer?" Sourire inversé au visage lui donnant une moue des plus ironique, Katherine sonda les traits de Salvatore. "Il semble qu'on ait tous deux la même réponse à cette question... N'y vois donc aucune menace de ma part, j'avais simplement envie de sentir ton corps puissant et tes lèvres chaudes contre les miennes, sentir combien tu peux aimer cette fille qui ne veut plus de toi alors que moi je te désire depuis... hum combien de temps déjà?" Elle leva les yeux au ciel comme pour réfléchir et le pointa à l'aide d'un stylo récupéré sur le buffet. "Haaa oui, plus d'un siècle et demi... c'est très long non?"

Pierce continua son ascension dans cet immense salon, sa main libre filant contre les tranches de cuir des tonnes de livres que contenait le meuble ancien et bientôt, à son plus grand entonnement, les doigts fins de Petrova rencontrèrent un mot, écrit de la main de Damon. Les sourcils arqués, la jeune femme retira lentement le billet des pages d'un livre que Stefan avait plaisir à lire et relire depuis qu'elle le connaissait, visiblement trop occupé à vouloir mettre fin à ses jours d'âme damnée, le beau Salvatore n'avait pas pris connaissance des lignes rédigées par son ainé. Ce fut donc avec un amusement plutôt tranchant, que la belle entonna les quelques phrases inscrites noir sur blanc tout en jouant du stylo, battant le rythme de ces mots pour le moins tristes et ennuyeux à mourir.

"Stefan, je sais que je n'ai pas été celui que tu aurais voulu avoir près de toi durant ces longues années, je n'ai jamais su de pardonner, pourtant, malgré son choix, je le fais désormais." Katherine sourit amusée par tant de niaiseries et de crédulité de la part de Damon, Rachel avait raison, le ténébreux vampire qu'elle avait connu jadis, fort et machiavélique, n'était plus qu'une vulgaire guimauve entichée de Gilbert. "Mon dieu, mais c'est à en devenir dingue, visiblement ton cher frère pense qu'il a été lui aussi abandonné, quelle terrible méprise!" Minauda la buveuse de sang en une moue boudeuse totalement fictive avant de reprendre sa lecture. "Je te pardonne mon frère, uniquement car sans ce que tu m'as poussé à faire il y a plus d'un siècle désormais, je ne l'aurai jamais rencontré, je ne l'aurai jamais aimé comme j'ai pu l'aimer, comme je l'aime encore et comme je l'aimerai pour... Bla bla bla..." Termina Pierce en accentuant ses onomatopée à coups de menton vers la droite puis la gauche.

Remettant la pièce de papier entre les mains de Stefan, la belle s'affala gracieusement dans le canapé, comme si les lieux étaient siens, avant de grimacer quant au reflet ignoble que lui offrit le miroir du chevet face à elle puis, de se redresser d'un bond. Sans considérer le corps pourtant adoré de son vampire, Petrova s'emparait de la demeure qui autrefois l'avait accueilli pour quelques recherches, elle savait que dans l'une des chambres se trouvaient quelques vêtements qu'elle avait laissé lors de son séjour, et se changer était primordiale pour elle depuis que Stefan avait compris son manège. Poussant la porte de la pièce où elle fut hébergée par le passé, Katherine retira la veste et le top qui la couvraient, les balançant sur le lit et ouvrit l'armoire de merisier en un sourire ravi, rien n'avait été jeté et par chance, un haut violet parfaitement moulant, un slim noir et une paire d'escarpins vertigineux lui tendaient des bras réconfortants. Se tournant pour s'affairer à redevenir elle même, elle se heurta au torse de Stefan qui l'avait rejoint dans la pièce et sourit en un regard lubrique.

"Je te manquais déjà Stefan? il fallait le dire si tu voulais passer directement aux choses plus sérieuses..." Le regard désireux mais pas moins folle pour autant, Katherine le testait, s'il acceptait ou refusait, ce qui était fort probable, la belle s'en contenterait mais qui ne tentait rien n'obtenait rien.

© .JENAA



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 21:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cette femme à qui il implorait de le tuer, il l'avait aimé dans le passé. Il se souvenait de chacun des moments en sa compagnie, de chacun de leurs jeux, de la séduction dont ils avaient usé l'un envers l'autre, de leur moment romantique et charnelle dans une époque où l'homme avait une place plus importante qu'une dame. Katherine avait une beauté à couper le souffle, beaucoup d'hommes la courtisaient et pourtant la brunette aux cheveux bouclés, avait jeté son dévolu sur lui. Se jouant de son frère, et ayant promis sur son corps froid et sans vie, qu'elle l'aimerait à tout jamais. Les deux hommes avaient donné leur vie pour sauver ce petit bout de femme, il se souvenait du regard de leur père qui les avait exécuté sans une once de peine dans le regard. Presque comme si ils étaient de parfaits inconnus. Stefan n'en voulait pas à Katherine de l'avoir hypnotisé pour le rendre ainsi, il avait aimé sa vie de vampire mais aujourd'hui il voulait en finir. Sentir son esprit et son coeur être libérés, se sentir mieux et libre. Et non pas berné comme les femmes se jouaient de lui en ce moment. Les bras levés, le torse à découvert, les yeux clos il espérerait qu'elle réponde favorablement à sa requête. Après tout n'était ils pas presque des ennemis après tout ce qui s'était passé ces derniers temps?

"J'ten prie Stefan c'est pathétique... Tu penses vraiment que je serai capable de te planter un pieu dans le cœur après tout ce que nous avons vécu toi et moi?"

- Oh oui je t'en crois capable, tu es pire que le boucher que je suis... Qu'attends tu? Ainsi tu n'auras plus jamais le poids de me voir avec d'autres femmes que toi

La pousser dans sa direction était la meilleure solution à adopter pour acquérir ce qu'il voulait. Mais elle semblait se jouer de lui comme à son habitude. Katherine était une femme que Stefan avait de plus en plus de mal à cerner, elle jouait tellement avec les gens qu'il lui devenait impossible d'avoir confiance en elle.

"Je t'aime Stefan, ne l'oublies jamais, tu as une tendance masochiste à te rapprocher de cette Elena que ça en devient méprisable... j'ai su ce qu'elle t'avait fait au bal... son cœur est bel et bien mort avec elle il y a quelques mois, comment a-t-elle pu oser te blesser de la sorte, toi qui l'a sauvé à maintes reprises, toi qui l'a chéri au point de t'en rendre... suicidaire ma foi, voilà donc ce qu'elle t'offre en retour?"

- Cette histoire ne te regarde pas! Cesse de te mêler de ma vie, nous ne sommes plus ensemble nous n'avons plus aucun lien!

"Tu m'as rayé de ton existence pour elle et malgré ça, je suis là, certes j'ai un peu usé de subterfuges pour t'approcher mais... Soyons honnêtes, si tu m'avais vu tel que je suis sur le pas de ta porte, m'aurais-tu laisser entrer? Il semble qu'on ait tous deux la même réponse à cette question... N'y vois donc aucune menace de ma part, j'avais simplement envie de sentir ton corps puissant et tes lèvres chaudes contre les miennes, sentir combien tu peux aimer cette fille qui ne veut plus de toi alors que moi je te désire depuis... hum combien de temps déjà? Haaa oui, plus d'un siècle et demi... c'est très long non?"

- Non je ne t'aurais pas laissé entrer, et j'aimerais que tu quittes ce manoir... s'il te plait merci!

Dit Stefan en perdant une totale patience envers la jeune femme qui était autrefois l'élu de son coeur. Jamais elle ne serait comme sa douce rose, Katherine n'était que fourberies, tromperies, méchanceté, et illusion. Une femme dont il ne pouvait retomber amoureux comme dans sa vie d'humain, où il en était persuadé aujourd'hui, il avait été manipulé. Il la regardait de loin alors qu'elle approchait sa bibliothèque pour visualiser ses bouquins qu'il connaissait sur le bout des doigts. Elle sortit un papier dont il n'avait jamais pris connaissance pour la simple et bonne raison qu'il n'avait pas mis le nez dans ses ouvrages depuis fort longtemps.

"Stefan, je sais que je n'ai pas été celui que tu aurais voulu avoir près de toi durant ces longues années, je n'ai jamais su de pardonner, pourtant, malgré son choix, je le fais désormais."

Écarquillant les yeux, Stefan fixait Katherine, elle usait d'une audace et d'une impolitesse qui le dépassait totalement. Ces mots semblaient être ceux de Damon et à en voir le sourire qui ravageait le visage de Katherine et ses propos il avait vu juste.

"Mon dieu, mais c'est à en devenir dingue, visiblement ton cher frère pense qu'il a été lui aussi abandonné, quelle terrible méprise!"

- Tu n'imagines pas à quel point j'ai envie de te faire bouffer ce morceau de papier pour étouffer ta langue de vipère. Peux être même te la couper mais malheureusement elle repousserait comme la mauvaise herbe que tu es.

Stefan n'appréciait qu'elle se moque ouvertement de son frère, son sang, une partie de lui. S'en prendre à lui c'était comme le toucher lui même. Malgré tous les différents qui ont opposé les deux frères, Stefan l'aimait d'un amour infini, et jamais il ne laisserait cette peste l'atteindre à nouveau. Même si pour cela il devrait se sacrifier.

"Je te pardonne mon frère, uniquement car sans ce que tu m'as poussé à faire il y a plus d'un siècle désormais, je ne l'aurai jamais rencontré, je ne l'aurai jamais aimé comme j'ai pu l'aimer, comme je l'aime encore et comme je l'aimerai pour... Bla bla bla..."

Stefan tourna le dos au démon qui était dans sa maison pour fixer la fenêtre, il avait fait du mal à son frère en le transformant. Et il lui avait rendu en retour en lui prenant la prunelle de ses yeux, mais il ne lui en voulait pas, il comprenait les sentiments qui habitaient son frère pour la belle brune fragile et sensible. Il fini par se tourner vers elle un peu plus serein et fixa ses iris en plongeant ses mains en poche.

- Tu sais Katherine pourquoi toi et moi jamais nous ne formeront à nouveau un couple? Car tu n'as pas l'esprit de famille, tu te fiches des gens qui t'entoure, toi seul compte. Tu ne connais pas la notion de sacrifice, tout n'est qu’égoïsme chez toi. Ma famille, mon frère, c'est important pour moi, mais ça tu ne pourras jamais le comprendre coeur de pierre comme tu es!

De son air hautain elle lui donna le morceau de papier avant de filer dans le manoir comme si il était le sien. Il poussa un long soupire quelle plaie cette femme. Il toucha du bout des doigts l'écriture de son frère.

- Damon où es tu?

Un instant perdu dans ses pensées, il fini par rejoindre Katherine qui se changeait dans une chambre avant de percuter son torse. Un air déconcerté face à son attitude il poussa un long soupire d'exaspération.

- Que n'as tu pas compris dans ma phrase. J'ai pourtant été courtois, quitte le manoir, avant que je ne me remette en colère. D'une pour avoir essayer de me berner, deux pour avoir tué ELENA! Trois pour oser venir te pavaner ici comme si tu étais chez toi? Je n'ai pas peur de mourir Katherine alors te défier ne m'effraie pas!

Il la poussa lorsqu'il prononça les chiffres un peu plus dans la pièce pour lui faire prendre conscience qu'il ne plaisantait pas.

- Tu ne m'aimes pas, tu veux juste que je t'appartienne et devienne ton jouet... Les temps ont changés, sors d'ici avant que je perde patience!!!



Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 22:13

My rules for your love

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Katherine n'eut cure des menaces qu'il proférait à son encontre, après tout que pouvait-il bien lui faire à elle qui avait plus de quatre cent ans de plus que lui? Le repoussant de l'index, pas sans un sourire exquis qui aurait fait monter le mercure à plus d'un homme, la belle enfila le top qu'elle venait de trouver dans l'armoire et s'affaira à déboutonner son jean après avoir retiré, assise sur le lit immense, les converses qui ne lui saillaient guère. Terminant par retirer le pantalon hideux qui lui couvrait les jambes, la belle le jeta dans les bras de Stefan qui perdait pourtant patience, sourire tentateur et lueur séductrice aux lèvres, avant de renfiler le slim qui lui irait parfaitement, Katherina se riva ventre sur la couche fraiche, les jambes battant l'air dans son dos et poings sous le menton.

"Tu ne m'aimes pas, tu veux juste que je t'appartienne et devienne ton jouet... Les temps ont changés, sors d'ici avant que je perde patience!!!" La belle laissa échapper un rictus amusé, dieu qu'il était sublime vue sous les pâles lueur du soleil qui filtrait par delà les stores lamés.

"Comment peux tu en être si sûr Stefan? j'ai toujours été honnête avec toi et tu le sais!" Dit-elle subitement blessée par les paroles qui quittaient les lèvres gourmandes de son beau vampire. Elle se redressa d'un bond, se rivant devant lui, sondant son regard si doux malgré la rage qui le contenait, elle l'aimait Ô que oui elle l'aimait en à en mourir si elle n'était pas déjà froide comme la mort. "Je t'aime Stefan et tu le sais tout autant que moi, pour la simple et bonne raison qu'ici..."

Elle cessa subitement de parler et apposa la paume contre le cœur du beau brun, les yeux premièrement rivés sur ses phalanges, elle fut surprise et électrisée au contact de sa peau contre la sienne. Ça n'avait pas changé depuis leur rencontre, cette sensation de chaleur à son toucher, cette fièvre grandissante qui lui emplissait les organes et l'esprit, rien n'avait bougé depuis le siècle dernier et ce fut en cet acte, pourtant insignifiant pour une autre qu'elle, qu'en redressant les prunelles, dénués de sarcasme et de toutes autres intentions malveillantes qui la possédaient depuis toujours, dans le gris des yeux de Salvatore, qu'elle fut entièrement convaincue qu'il restait des traces de leur idylle en lui, tout autant qu'en elle. Se mordant la lèvre inférieur, Stefan étant sa plus grande faiblesse, la belle termina par enfiler slim et escarpins en feignant ne pas avoir faibli une seconde, pourtant, le souffle frais du sublime jeune homme dans son dos, lorsqu'elle remua ses cheveux pour faire réapparaître ses boucles soyeuses, lui arracha un frisson qu'il put facilement voir naître à la naissance de sa nuque. Continuant à se rendre sa propre image, Katherina retira son collier du jean que Stefan avait jeté au sol et se planta devant lui, les yeux brillants et dénués de mauvaises intentions.

"Peux tu...?" Elle ne termina pas sa phrase et lui tendit le bijou avant de se tourner vers le miroir sur pieds qui ornait la chambre.

Lentement, elle souleva ses mèches brunes et le laissa opérer à la remise en place de son Lapis Lazuli, fermant une courte seconde les paupières pour les rouvrir dans le reflet des yeux de son amant passé. Pierce retint son souffle, un tas de choses lui revenait en mémoire, ses souvenirs l'empêchaient d'agir comme elle en avait l'habitude et malgré tout, ça ne l'agaçait guère. Elle se plaisait à nager dans l'océan métallique qu'étaient les prunelles de Stefan, son romantisme, sa voix, son corps, sa douceur, tout en lui manquait à sa vie depuis bien longtemps et, par delà le miroir qui lui rendait l'image parfaite de son amour, Katherine prenait doucement conscience qu'il ne serait peut-être plus jamais sien. Ses baisers, ses caresses et la cour qu'il lui avait faite dans les années 1800, lui revenait à la figure comme une punition immonde, mais pas seulement... Bientôt, alors que les doigts habiles du vampire terminaient de boucler le fermoir du bijou, elle se remémora le soir où il était venu rencontrer Niklaus, ce dernier la retenant prisonnière, pour sauver la vie de son frère. Pour ce faire, il avait dû ingérer maintes poches de sang humain alors qu'il ne s'en était plus nourri depuis des années, uniquement pour obtenir le fluide vitale de Klaus afin de soigner Damon. Cette nuit là, Katherine s'en souviendrait toujours, car lorsque l'hybride Originel lui avait tendu la fiole contenant de son flux en lui sommant de la ramener à l'ainé Salvatore, elle avait hésité pour Stefan, ne sachant comment toute cette horreur terminerait. Battant des cils comme pour chasser ces souvenirs douloureux, Pierce passa les mains contre les pans de sa tunique, satisfaite de retrouver une image plus que potable, secoua ses boucles pour leur redonner un peu de volume puis, se tourna vers Stefan. Si son cœur en avait été capable, il se serrait extirpé de sa poitrine haletante, cette proximité soudaine la conviait à s'éprendre de lui bien plus qu'elle ne l'était déjà, elle qui avait réprimandé Rachel pour s'être faite avoir pas Damon, devait avouer que l'amour était le pire sentiment qu'un vampire pouvait éprouver, car lorsqu'il était réciproque c'était puissant et pur, mais lorsqu'il n'était pas partagé, la douleur qu'il faisait naître en vous était impossible à vivre. Voilà pourquoi, sachant aimer Stefan au point d'en oublier le reste, Petrova avait éteint ce peu d'humanité et ce depuis que son ange s'était entiché de Gilbert, mais ici, devant lui, sentant son regard intense lui percer l'âme, la buveuse de sang la laissait s'exposer au grand jour.

Sans s'en rendre compte, au fil des pensées et souvenirs qui lui revenaient à l'esprit, la belle s'était rapprochée de lui et pouvait désormais sentir son souffle plus chaud contre le derme de sa joue. Redressant une nouvelle fois les yeux dans les siens, Katherine déposa une paume emplie de tendresse sincère contre la mâchoire puissante de son aimé puis, hésitante au possible, sachant parfaitement qu'il la repousserait et ce pour le restant de l’éternité qu'ils avaient à vivre, déposa délicatement les lèvres contre celles du cadet Salvatore. "...Je t'aime Stefan, je t'ai toujours aimé et t'aimerai toujours, à jamais à toi..." Susurra-t-elle contre les pétales frais du jeune homme. Reculant timidement, son front scellé au sien, Katherina entrouvrit les lèvres et tenta de percer l'âme de son ancien amant, uniquement quelques secondes, dans le but de savoir si son instinct ne la trompait pas, et, pour retrouver en lui ce sentiment puissant qu'il avait eu à son égard autrefois. Il était sans doute là, quelques part au fond de son cœur, et elle se serait donnée corps et âme pour qu'il rejaillisse enfin.

© .JENAA



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mar 13 Aoû - 23:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Comment peux tu en être si sûr Stefan? j'ai toujours été honnête avec toi et tu le sais!"

Un rictus s'échappa de ses lèvres, il roula des yeux croisant ses bras sur son torse, ayant laissé le pantalon tomber sur le sol. Il planta son regard dans le sien, son attitude dévergondée et suffisant lui sortaient par les yeux mais il tâchait de se contrôler.

- Honnête, vraiment? C'est honnête tu trouves que de te faire passer pour une autre afin de m'atteindre? Tu ne peux pas faire comme les autres, essayer de te racheter une conduite pour te faire apprécier? Toujours dans l'excès ma chère Katherine, ceci te perdra un jour.

"Je t'aime Stefan et tu le sais tout autant que moi, pour la simple et bonne raison qu'ici..."

- Quoi ici?

Stefan ne bougea pas d'un centimètre, la laissant poser ses mains sur son torse, du moins où se trouvait son coeur, les bras le long du corps désormais, il la regardait de haut. Un regard peu amicale, et pourtant dépourvu de toute haine, bien qu'elle ait pris la vie de la belle Gilbert. Il n'avait rien à lui dire, et n'avait certainement pas envie de la toucher. Malgré tout l'amour qu'il avait pu éprouvé pour elle, tout ça était loin derrière eux. Néanmoins quand elle lui tendit son collier, en homme bien élevé il hocha de la tête.

"Peux tu...?"

- Bien sur... tourne toi.

Katherine releva ses cheveux bouclés pour laisser place à la vue de sa nuque, il passa délicatement le collier autour de son cou, plaçant le pendentif au centre de son être, pour accrocher ensuite le crochet. Il riva un instant son regard sur la poupée parfaite qui reflétait dans le miroir. Ses mots sans réponse résonnaient encore dans son esprit "ici".

**Flashback**

Oui ici, dans cette couche, le corps dénudé de sa déesse enveloppé dans les draps de soie, bouillonnait sous les mains fiévreuse de Stefan. Ses lèvres parcourant la moindre parcelle de son corps pour l'embrasser. Fourrant son nez dans ses cheveux bouclés tombant en cascade sur ses épaules lorsqu'il la redressa sur lui, ses mains glissaient le long de son buste, se satisfaisant des sensations qu'il produisait sur sa poitrine, pour finir par maintenir ses hanches. Les halètements de sa poupée, s'évaporant dans les airs, alors que son bassin se mouvait contre lui dans une danse sensuelle, tendre, et à la fois endiablée. Les soupirs du boucher se perdant dans les baisers qu'il lui offrait sur sa divine poitrine, remontant le long de son être, se déposant sur ses épaules, sa langue glissant le long de son cou. Lui dévorant la mâchoire, le nez ce qui produisit un petit rire divin de sa compère, avant qu'il ne s'empare de ses lèvres dont il raffolait. Il finit par coller son dos aux draps se sustentant de la vue enchanteresse qu'elle lui offrait avant de l'obliger à rejoindre sa peau. Leurs deux corps collés ne faisaient qu'un, se donnant tout l'amour qu'ils ressentaient l'un pour l'autre, se satisfaisant mutuellement comme jamais à l'abri de tous les regards. Les mains de Stefan enveloppaient son divin visage, ses lèvres effleurant les siennes pour la faire languir de ses baisers. Son corps froid contre le sien chaud, lui donnait tant de sensations, son coeur pulsait dans sa poitrine alors qu'il redoublait d'effort pour la combler comme jamais. C'était à chaque fois le même manège, Stefan y mettait du sien pour que chaque moment passé dans cette couche soit un renouveau, que jamais elle ne se lasse, qu'elle soit toujours surprise et réjoui. Son corps tremblant contre le sien, ses muscles se crispant alors qu'il serrait entre ses doigts les draps du lit, laissant couler son plaisir pour elle. Un sourire radieux vint s'inviter sur ses lèvres, profitant des dernières étreintes, la gardant contre lui sans dire un mot. Juste en se contentant de la serrer dans ses bras, de caresser du bout des doigts sa peau, de déposer des baisers sur le haut de son crâne alors qu'elle avait migré dans ses bras. Une attitude de protection envers elle, comme si il voulait la préserver de toute la cruauté habitant ce monde. Elle était son monde...

Les minutes filèrent, et Katherine avait revêtu sa longue robe bleu, Stefan s'activait à lui lacer le corset, alors qu'elle brossait sa sublime chevelure. Aucun mot, juste des frissons, des petits rires, une complicité parfaite. Salvatore était loin de se douter que son conte de fée s’éteindrait comme sa vie. Elle lui tendit son collier, qu'il pris soigneusement entre ses doigts. Lui passant autour du cou, fixant leur reflet dans le miroir, alors qu'il mettait le crochet. Posant ensuite ses mains sur le ventre de sa douce, plantant son menton sur son épaule en la fixant avec un sourire admirateur. Sa beauté était irréelle, et pourtant elle était en chaire et en os.

- A jamais mienne.

- Tienne pour l'éternité.

Un sourire éclaira leur deux visages, alors qu'elle lovait sa tête contre la sienne. C'était l'époque de l'insouciance, loin de tous les ennuis, juste eux, leur amour, leur passion, leur complicité.

**Fin flashback**

La bouche entre ouverte, il contemplait cette femme qui était sienne, qui lui avait promit d'être à lui pour l'éternité. Ses mots étaient ils sincères? Stefan n'en savait rien, elle avait tellement changé, elle avait perdu son humanité, lui aussi un moment mais il se battait pour la retrouver. Lachant le collier il se recula, buta contre un livre au sol, mais garda ses yeux dans les siens comme sonné par ce souvenir qui n'avait jamais refait surface avant aujourd'hui.

- M'as tu seulement aimé un jour Katherine? Ou tout était hypnose et tour de passe passe?

Ne bougeant pas de sa place, il la regardait se retourner et sonder ses iris, les frissons qu'il lui avait provoqué, il les sentait encore sur le bout de ses doigts. Cette sensation le bouleversait au fond de lui, essayant de ne rien laisser paraitre. Pourtant son visage, son regard sur elle, tout le trahissait. Stefan Salvatore encore perdu dans les sentiments qu'il pouvait ressentir à son égard, il l'avait aimé, choyé, détesté, avait souhaité sa mort mais aujourd'hui? Se faisait il encore manipuler pour un but qui servirait à Katherine. Un détail vint tâcher l’atmosphère. Un soupir accompagné d'un rictus accompagna ses nouvelles paroles.

- Bien sur que tout n'était qu'illusion, tes promesses... "Tienne pour l'éternité". Éternité que tu as choisi de passer aux creux des bras d'Elijah.

Une boule se forma dans sa gorge, il se sentait trahit par toutes les femmes qui avaient traversé sa vie, toutes lui servant de belles paroles mais aucune ne les avaient vraiment pensé ou ressentit. Sa proximité faisait qu'il sentait sa respiration sur son être, voyant les filaments scintillants qu'étaient ses cheveux, les étoiles qui migraient dans ses yeux. Ses lèvres finirent par se poser sur les siennes, l’électrisant, elle se recula d'elle même laissant le boucher perplexe.

"...Je t'aime Stefan, je t'ai toujours aimé et t'aimerai toujours, à jamais à toi..."

Il s'approcha d'elle, collant son torse à sa poitrine, collant son front au sien, prenant son visage dans une de ses mains, l'autre se migrant sur son bassin pour la rapprocher encore plus de lui. La serrant comme si elle allait s'enfuir. Son nez frôlant le sien pour un baiser d'esquimau, ses lèvres touchant les siennes sans pour autant l'embrasser. Il ré ouvrit ses yeux, lâchant une larme, caressant son visage avec son pouce.

- Tu es à lui aujourd'hui... L'aimes tu?

Il ferma à nouveau ses yeux, peur d'entendre sa réponse, mais pourquoi? Pourquoi était il dans un état pareil en sa présence? Sa gorge se serrait, proche des sanglots qu'il ne laissera pas pour autant tomber. Il les berçait au creux de ses bras, comme il le faisait autrefois sur de douces mélodies au claire de lune dans sa chambre. Il remonta sa main autrefois sur sa hanche et la posa sur son coeur mort, caressant entre son index et son pouce le pendentif qu'elle arborait.

- Ton humanité me manque...

Une ou deux minutes s'écoulèrent où Stefan était transporté dans un autre monde, un monde où seule Katherine et lui régnaient. La bulle qu'ils s'étaient tissés autrefois, où juste leur rire et leur bonheur rugissaient.

- Je ne sais pas où... où j'en suis, je suis perdu ma poupée...

Il embrassa la commissure de ses lèvres, ses yeux s'ouvrant sur les siens, l'envie de baiser la chaire de ses lèvres le déchirait mais il ne ferait rien. Il remontant ses lèvres sur son front pour lui déposer un baiser plein d'émotion, sa main serrant ses cheveux délicatement dans sa paume avant qu'il ne se recule pour se défaire de cette emprise où il était prisonnier. Les yeux larmoyants, la voix tremblante mais fidèle à celle qu'elle avait connu, douce et enivrante. Son regard torturé dans le sien il lâcha ses dernières paroles.

- Part Katherine, je t'en prie ma poupée laisse moi seul, j'ai besoin d'air...

Tout se bousculait en lui, trop d'émotion en quelques jours, perdu dans ses sentiments entre Elena et Katherine il ne savait plus où donner de la tête. Il lui fit néanmoins une promesse pour la rassurer.

- Je ne me ferais pas de mal, je t'en donne ma parole.

Stefan ne lui avait jamais fais de parole en l'air, il avait toujours tenu ses promesses. Il glissa ses mains en poche, une larme noyant à nouveau son regard, sa mâchoires serrée, il ne pouvait pourtant cesser de fixer ses iris hypnotiseuses.



Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mer 14 Aoû - 9:43

My rules for your love

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sa plus grande faiblesse se tenait devant elle, le torse libéré de tout vêtement, beau comme autrefois, sublime comme à chaque fois qu'elle avait eu la chance de poser les yeux sur lui. La création dont elle se ravissait d'être à l'origine, depuis tout ce temps et par delà les rancœurs, les coups bas, les blessures et les mots brutaux qu'ils avaient pu se jeter au visage, Katherine faiblissait encore devant celui que son sang avait engendré. Tandis qu'elle se défaisait de cette étreinte dangereuse auprès du corps et de ce visage tant aimé, un homme qui doutait depuis toujours de ses sentiments pourtant réels à son égard, Katherine se vit tendrement ramené contre lui. L'index et le pouce de Stefan emprisonnèrent délicatement son menton alors que son autre main venait presser sa taille contre la sienne. Le souffle court, le front de son vampire rivé au sien, Katherina se laissait bercer par sa voix douce et son attitude protectrice, des gestes délicats qu'il n'avait eu depuis longtemps à son intention lui faisant se remémorer la fragile humanité de Salvatore, lorsqu'il était fou d'elle au point de donner sa vie pour la sauver alors qu'elle n'en avait nul besoin. Consciente qu'elle perdait pieds face à ce romantisme qui avait toujours possédé le jeune homme, Pierce se laissait pourtant voguer au grès vagues dangereuses des sentiments, comment en vouloir à sa blonde fétiche désormais alors qu'elle même se laissait attendrir par celui qu'elle avait toujours aimé et ce depuis plus d'un siècle?

"Tu es à lui aujourd'hui... L'aimes tu?" Elijah, en imaginant le regard accusateur de celui-ci sur elle, s'il savait ce qu'elle faisait à l'instant précis, Katherine redressa les yeux dans les prunelles de Stefan et le coin de ses lèvres se fendit en un sourire. Tandis qu'il attendait une réponse qui tardait à venir, Stefan ferma de nouveau les paupières et ses phalanges glissèrent contre le cœur de Petrova, lui arrachant un soupir étouffé tandis qu'il caressait tendrement la pierre bleue qu'il avait replacé à son cou plus tôt. "Ton humanité me manque..."

"Tu penses réellement que j'aime Elijah?" Interrogea-t-elle amusée, jouant des doigts contre le thorax de son vampire. "J'assure simplement mes arrières auprès de lui, énormément de monde... surtout les autres Mikaelson, voudrait me voir morte pour de bon, je ne l'aime pas, je ne l'ai jamais considéré comme mon avenir, le temps qu'il pense que je lui suis dévouée m'offre une protection inestimable de sa part Stefan..." Redressant les doigts contre ses lèvres alors que ces dernière baisaient le coin des siennes, Katherina frémit en sentant ce regard tendre s'apposer sur son être.

"Je ne sais pas où... où j'en suis, je suis perdu ma poupée..." Se libérant de l'étreinte qu'il lui offrait depuis quelques minutes, Stefan recula, désolé de devoir lui demander ce qui allait suivre. "Part Katherine, je t'en prie ma poupée laisse moi seul, j'ai besoin d'air..."

"Ma poupée", depuis combien de temps ne l'avait-il plus nommé ainsi? des années... des siècles, une éternité et, à la simple prononciation de ses mots, Stefan venait inconsciemment de lui prouver qu'il avait encore des sentiments à son encontre, ils étaient bien là et ne demandaient qu'à se livrer au grand jour. Ravie, peut-être même heureuse, après tout Pierce refoulait sa part humaine depuis tellement de temps qu'elle ne savait plus exactement quelle émotion lui noyait le cœur à la seconde précise, la belle plongea une dernière fois ses prunelles ambrées dans le gris larmoyant des siennes. Le cadet Salvatore était la seule personne pour qui elle avait encore de la considération, de la tendresse et surtout un amour puissant encré aux tripes, mais tant de temps avait passé depuis la fin de leur idylle, tant de choses qui, malgré l'honnêteté dont elle faisait preuve envers lui, le faisait douter comme jamais. Certes Katherine était venue dans le but précis de récupérer son cœur, profitant du mal qu'Elena lui avait quelques jours plus tôt pour percer son âme et le pousser dans ses bras mais, bien que perfide, manipulatrice et opportuniste, elle en était bien plus amoureuse et alors que le plan qu'elle s'était imaginée fonctionnait à merveille, elle se rendait compte que Stefan avait encore plus d'importance à ses yeux qu'elle ne pouvait le penser, elle l'aimait et ne pouvait se jouer de lui comme elle s'était amusée avec Damon. Ses sentiments pour lui étaient sincères et, alors qu'il lui suffisait d'un geste pour le faire flancher, elle n'en fit rien et préféra laisser parler le temps pour qu'il n'y aucune manipulation entre eux. Seul l'avenir lui dirait si elle avait eu raison ou tort de laisser place à son humanité plutôt qu'à ses plans mais, au moins, si Stefan lui revenait enfin, ce ne serait pas suite à un jeu malsain et mensongé de sa part, ça serait vrai... Alors qu'elle tenait ce qu'elle désirait depuis tout ce temps entre ses doigts, Petrova préféra laisser parler son cœur, pour l'une des rares fois dans son existence, peut-être le regretterait-elle par la suite, elle n'en savait rien, mais son amour pour le cadet Salvatore lui dictait cette réserve bienveillante. Sans plus de mot, la belle saisit la veste encore sur la couche et l'enfila avant de se diriger vers le couloir et de se retourner vers lui, quelque peu inquiète quant à ce qu'il pourrait faire une fois qu'elle aurait franchi le seuil du manoir.

"Je ne me ferai pas de mal, je t'en donne ma parole."

Ces mots avaient une valeur inestimable, jamais Stefan ne lui avait menti, désormais elle pouvait partir tranquille bien qu'elle ne désirait qu'une chose : sentir son amour posséder son corps comme à l'époque. Les lèvres entrouvertes, tournant les talons pour quitter la demeure dont elle avait tant de fois foulé le sol, subitement, aussi vive que l'éclair, aussi rapide que le lui permettait sa nature, son corps emporta celui de Stefan contre le lit. Le surplombant de sa silhouette svelte, sondant une dernière fois ses yeux intrigués, Katherine l'embrassa avec tout l'amour qu'elle lui portait. Lorsqu'elle quitta ce sanctuaire frais, plaçant l'index contre ce dernier pour qu'il ne dise mot, ses lèvres frôlèrent l'oreille du jeune vampire. "Tienne pour l'éternité." Lorsqu'il rouvrirait les yeux, elle serait déjà loin du manoir, s'évitant ainsi trop de tentations. Dehors, dans les bois qui entouraient la bâtisse, qu'elle pouvait encore voir au loin tandis qu'elle lançait un ultime regard vers elle, Katherine sourit et apposa les doigts contre ses lèvres portant encore les marques de celles se Stefan...

© .JENAA



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore Mer 14 Aoû - 15:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La voyant passer l'encadrement de la porte, Stefan serra des poings, fermant les yeux pour se retenir de la rappeler. Il était perdu ce n'était pas le moment de flancher pour regretter plus tard. Le jeune homme ne savait pas ce qu'il lui arrivait, son coeur n'avait battu que pour Elena ces dernières années, vouant une haine à son ancien amour. Est ce que quelque part au fond de lui, il refoulerait bien des sentiments pour celle qu'il appelait autrefois sa poupée. Les larmes coulants sur ses joues, le boucher n'avait aucune réponses à toutes les questions qui se bousculaient dans sa tête. Pris dans un tourment d'émotion, il fut projeté avec habilité sur son propre lit, ouvrant les yeux intrigués sur Katherine qui le surplombant. En ce début de soirée, il ne voyait aucune malice en elle, mais surtout de la pureté. Comme si elle était aussi torturée que lui. Leurs lèvres se scellant, obligeant à Stefan de fermer les yeux comme pour ressentir au maximum le bien être que ça lui procurait. Un mélange brulant et froid, aussi torturant qu'appréciable. Le son de sa voix dans ses oreilles, le berçait.

"Tienne pour l'éternité."

Lorsqu'il ré ouvrit les yeux, elle avait disparu, le laissant seul comme il lui avait demandé. Il se redressa sur son lit, ses deux mains se joignirent, ses avants bras posées sur ses cuisses, il fini par prendre son visage en main, laissant ses phalanges partir dans ses cheveux. Que lui arrivait il? Longtemps il n'avait eut d'yeux que pour Elena, voyant il en Katherine une façon d'être comme avec elle? De revivre ce qu'il lui manquait? Ou aimait il tout simplement son premier amour humain? Est ce que quelque part enfoui dans son coeur, il avait des sentiments qu'il enfermait dans un coffre. Stefan savait qu'il était plus facile de détester quelqu'un que d'assumer ses sentiments. Mais là, trop de chose se bousculait dans sa tête, il ne savait presque plus qui il était, et c'est seul avec lui même qu'il devait affronter ce flots d'émotions, d'incompréhension, sans avoir un avis juste et neutre pour l'aiguiller sur la bonne voie. Les paroles de Katherine sur Elijah résonnaient dans sa tête comme si on tambourinait avec un marteau.

"Tu penses réellement que j'aime Elijah? J'assure simplement mes arrières auprès de lui, énormément de monde... surtout les autres Mikaelson, voudrait me voir morte pour de bon, je ne l'aime pas, je ne l'ai jamais considéré comme mon avenir, le temps qu'il pense que je lui suis dévouée m'offre une protection inestimable de sa part Stefan..."

Mentait elle pour se satisfaire d'une nouvelle lubie, était il en pleine manipulation comme elle aimait le faire quand il était humain. Il n'en savait rien, mais savoir qu'un autre homme touchait sa peau le rendit soudainement jaloux, il grimaça de dégout. La souvenance d'une partie de leur passé, le rendait il sensible à bien des émotions. Probablement, Stefan ne voyait pas d'autre solution. Il avait faiblit en ce jour. Il était tellement malheureux, au point de vouloir mettre fin à ses jours, qu'il a vu en elle sa rose, pour se s'apaiser. Non, impossible sinon pourquoi ce souvenir délicieux lui était revenu en tête alors que depuis des années, il ne s'en remémorait aucun. Serrant sa main dans ses doigts, il rageait tout seul, poussant des petits cris d'énervement. Avant de bondir de son lit, les bras le long du corps, les mains crispées, la tête vers le ciel, un hurlement strident et effrayant sortant de sa bouche, alors que son regard changeait. Son visage humain laissant place à celui du vampire. Il se jeta par la fenêtre, la brisant en éclat, courant en direction des bois, la bête était en route pour décimer sous son passages, les vies humaines croisant son chemin.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: My rules for your love. With Stefan Salvatore

Revenir en haut Aller en bas

My rules for your love. With Stefan Salvatore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Manoir Salvatore-