RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

You are in my house (Katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Angeline R. Aberline

avatar
Messages : 144
Emploi/loisirs : Parler à sa poupée
MessageSujet: You are in my house (Katherine) Lun 2 Sep - 15:58




"You are in my house"
Edena

Une journée bien sombre, qu'elle voyait au travers de la fenêtre de sa chambre. La pluie, le vent et le froid se mêlait à la partie, Angeline poussa un petit soupir. Constamment seul dans le manoir, elle s'ennuyait fortement, Wonda depuis quelques jours ne lui adressait même plus la parole, comme si elle s'était éteinte pour la période d'hivers qui ne tarderait à s'installer. Pipo, son petit cardinal rouge, lui, vaquait à ses occupations au travers du manoir, elle fit une petite moue. Elle voulait aller dehors, mais depuis qu'elle avait croisé Klauss, qu'il l'avait torturé pour mieux la laisser rentrer ensuite elle angoissait. Descendant au salon, elle se posa sur le long sofa rouge, prenant son journal, aux apparences très vieillit et commença à feuilleter ce qu'elle avait écrit les jours précédents... Le nom d'Agron lui sauta au visage comme un doux souvenir, caressant du bout des doigts ses lèvres où il lui avait laissé un souvenir impérissable, elle songea à lui, leur rencontre, les merveilleux moments qu'elle avait passé, très rares en ses trois cents cinq printemps. Angeline mourrait d'envie de le revoir, mais elle n'avait eu ce luxe. Une petite voix résonna dans le manoir, de l'étage supérieure.

- Ce n'est pas en restant ici que tu le reverras, même si il sait où tu vis.

- Tu ne boudes plus?

- Hum, sors Angeline, Jack ne va pas rentrer avant d'avoir fini sa cuvée de rhum.

Mâchouillant ses lèvres, elle scrutait les pages, en caressant son nom avant de le poser ouvert sur la table basse et de filer s'habiller. Elle attrapa une robe dans le style rétro, blanche et noir, moulant sa silhouette, une petite cape rouge et ses vertigineux escarpins. Elle parfit sa franche, et attacha ses cheveux en une délicate queue de cheval, avant de sortir. La pluie tombait finement sur sa peau blanche, un régal qu'elle n'avait pas connu depuis longtemps. Mettant sa capuche sur la tête elle partit en direction des bois. Angeline ne s'était pas nourrit depuis un petit moment, son attaque et tous les chamboulements dans sa vie lui avait noué l'estomac, elle était loin de se douter qu'elle en payerait amèrement le prix dans les jours à venir, suite à une attaque de chasseurs.

Elle retraça d'après ses souvenirs ineffaçables, le trajet qu'elle avait parcouru avec Agron, la maison en ruine où ils s'étaient cachés, le banc naturel où ils s'étaient tenu la main, le champs où ils avaient contemplés les étoiles, et le haut du ravin, où il lui avait évité in extremis de tomber. Collant son dos et la paume de ses mains à un arbre, elle resta de nombreuses minutes à savourer tous ses flashs, l'odeur qu'il dégageait, sa douceur, et la gentillesse dont il avait fait preuve avec elle. C'était un homme bien, un homme qui avait réussit à réveiller quelque chose chez elle, le premier à avoir posé ses lèvres sur les siennes. Étrangement elle ne l'avait pas repousser comme tous les autres, était ce un signe?

Ce fut quand l'orage s'installa, que les éclairs montrèrent le bout de leur nez, accompagné d'une vague de pluie déferlante, qu'elle couru à vitesse humaine jusqu'au manoir. Elle poussa la lourde porte d'entrée, ses talons aiguilles résonnant sur le marbre, alors qu'elle avançait en direction de l'escalier. Elle se stoppa net en sentant une présence, elle respira doucement, cette odeur lui était inconnue. Elle tourna son visage sur la droite, et découvrit une femme assise sur son canapé. La bouche entre ouverte, elle la scrutait avant de se tourner en sa direction et de froncer timidement les sourcils.

- Bonjour...

Que faisait cette femme chez elle, Jack n'était point présent, c'était troublant. Voyant son cardinal perché en silence au dessus de la cheminée, comme statufier. Elle claqua des doigts.

- Pipo

Son petit oiseau s'envola pour se poser sur son le revers de sa main, et elle le déposa délicatement dans une des nombreuses cages du manoir. Elle attendait la réponse de cette femme, mais surtout ce qui la fit tiquer fut son journal ouvert sous les yeux intriguées de cette brunette.

- Que faite vous ici?

Comme à son habitude, Angeline ne faisait preuve d'aucune agressivité, elle était douce et calme mais se préparait à tout. Depuis qu'elle avait vu de ses yeux de biches que mêmes ses semblables pouvaient être cruels envers elle, elle se méfiait grandement.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/





--


Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mar 3 Sep - 10:57

You are in my house

Les temps étaient bons ces dernières semaines, Katherine reprenait doucement mais surement le dessus sur les Mikaelson grâce à Stefan. Affublée de la broche qu'elle portait désormais en permanence, la superbe brune n'en oubliait pas moins d'avaler quelques fioles de verveine diluée chaque vingt-quatre heures, personne ne savait pour le bijou et ses effets mais il valait mieux être prudente et placer toutes les chances de son côté lorsque nous étions l'une des cibles numéro une de la famille Originelle. Satisfaite du reflet qu'elle se rendait dans le miroir sur pieds de la chambre de son Vampire, parfaisant sa cascade de boucles, lissant son jean saillant et le corsage ciel qu'elle portait sous une veste de tailleur cintrée, Petrova enfila ses talons et ajusta le lapis lazuli à son cou en un léger froncement de sourcils. Ce collier n'avait pas la même valeur que celui que lui avait arraché le sbire d'Elijah mais, elle songeait déjà à récupérer son bien, ce camée désormais à la gorge de Rebekah... Imaginant le plan qu'elle perfectionnait afin de reprendre ce qui était sien, Katerina esquissa un sourire mutin, l'unique fille Mikaelson était certes forte mais bien moins rusée que Petrova, chose qui, pour Pierce, était un atout sans pareil pour mettre à bien sa stratégie contre cette blonde sans plus de cervelle qu'un oisillon. Elle traversa le manoir, l'absence de Stefan la pesant en ce jour, elle avait en projet de passer dans ce manoir étrange abandonné depuis des lustres, ses talons martelant le sol impeccable elle évita Damon dans le salon, celui-ci déjà occupé à plisser le front quant à sa sortie, et prit le chemin des bois dans la direction qu'elle convoitait. Il ne lui fallut que très peu de temps pour se retrouver face à cette battisse aux allures de mausolée gigantesque, souvent quelques jeunes y venaient pour se faire des frayeurs, c'était donc une sorte de garde manger immense qui à la fois lui permettait d'étancher sa soif mais aussi de se distraire en admirant les tas de vieilleries s'y trouvant. La météo n'étant pas au beau fixe, elle ne tarda pas à entrer, remarquant sans mal que quelqu'un, ou quelque chose, avait dû y pénétrer depuis sa dernière visite...

Attentive au moindre bruit, Katherine frôla des doigts l'immense buffet jusqu'à ce qu'un livre, ou plutôt un journal, attire son œil depuis sa place. Ouvert en page centrale, cet ouvrage n'avait jamais été parcouru par la belle qui, déjà, voyait en ce bouquin une manière de tuer le temps et d'en savoir d'avantage sur un propriétaire sans doute décédé depuis des siècles. S'emparant du livre, se laissant tomber dans le sofa ancien, coude ancré au coussin le plus proche et les talons épousant déjà l'extrémité du meuble de confort, elle feuilleta les pages où il lui sembla que l'encre, ayant griffonné quelques mots, était aussi fraiche que si on avait écrit ces lignes il y avait peu de temps. Un air boudeur fiché aux lèvres, elle laissa échapper quelques soupirs quant aux mots, sans nul doute féminins, retranscris dans l'ouvrage. Celle à qui appartenait ce journal était d'une douceur et d'une innocence à faire peur, ce qui amusait Katerina au plus les yeux se délectaient des niaiseries s'y trouvant jusqu'à ce sa curiosité soit d'avantage piquée par la description d'un homme, vampire d'après ce qu'elle pouvait décoder entre les lignes, qui lui rappelait une vieille connaissance croisée dans les années mille neuf cent. Rien n'était sûr concernant la similitude avec les mots et cet allié qu'elle n'avait revu depuis, mais Pierce fut subitement plus intriguée par le livre qu'elle tenait d'une main, l'autre jouant avec une boucle de ses cheveux jusqu'à ce qu'un parfum délicat lui parvienne aux narines et lui fasse relever le nez afin de dépeindre une jeune fille aussi pâle qu'une poupée de Porcelaine.

"Bonjour..." Arquant un sourcil, Pierce ne changea pas d'attitude en jaugeant ce qui n'était autre qu'une semblable étant donné le silence que lui rendait la petite poitrine gracile de son interlocutrice. "Pipo." Lorsque ce nom quitta les lèvres fines de cette femme enfant, un magnifique cardinal couleur sang voleta dans le salon pour finir sa course contre la main de sa maîtresse qui l'enferma dans une cage dorée décorant la pièce. Petrova fit basculer ses jambes contre le sol, journal encore en main et se redressa de toute sa hauteur. "Que faite vous ici?" La laissant parler pour juger du ton de sa voix, à savoir si oui ou non il valait mieux pour elle d'être sur ses gardes, Katerina la décrivait à l'oreille tout en parcourant la salle, empoignant ça et là quelques bibelots qui attiraient son attention, jusqu'à enfin se tourner vers la jeune file.

"Je pensais que cet endroit était abandonné depuis longtemps..." Un sourire étrange figea les lèvres de Katherine lorsqu'elle constata le regard affolé qu'apposait cette vampire contre la couverture de cuir qu'elle détenait encore. "C'est à vous je suppose?" Levant un sourcil, l'un de ses bras croisé sous sa poitrine et l'autre tendant vers la jeune femme l'ouvrage, Katherine attendit qu'elle vienne le récupérer sans avancer d'un pas. Inutile de tenter le diable, elle ne savait pas encore l'age de cette créature ni même si elle était dangereuse, il valait mieux s'en assurer au delà des apparences fragiles que la brunette lui rendait. "Angeline Rose? hum?" Interrogea Pierce en replaçant le bouquin, que la jeune fille frôlait du bout des doigts, contre sa poitrine comme pour la faire avancer d'avantage. Lorsqu'elle fut assez proche, la buveuse de sang riva sa main libre au poignet fin de celle qui réclamait son dû, uniquement pour savoir l'avis de sa broche à l'égard de cette dernière, rien d'hostile, simplement une délicatesse sans défaut émanait d'elle. Un sentiment doux se logea dans les entrailles de Katerina, grâce à la magie du bijou que lui avait offert Stefan, elle ressentait parfaitement les natures de chaque être la frôlant, ici, la douceur sans faille de cette demoiselle la fit sourire jusqu'à ce qu'elle lui remette son ouvrage et la relâche afin de caresser, par delà le grillage la séparant de lui, l'animal à plumes enfermé dans sa cage. "Katerine Pierce." Dit-elle sans soucier du reste, la maison qu'elle aimait parcourir lors de ses quelques temps libre n'étant plus aussi vide qu'elle le pensait, Pierce n'allait sans doute pas rester d'avantage, prête à quitter les lieux, elle se tourna une dernière fois vers la brunette, intriguée par ce qu'elle avait lu dans les pages d'époque. "... Tes lignes sont... intrigantes, un instant j'ai cru reconnaitre une vieille connaissance dans la description de l'homme dont tu sembles éprise... c'est amusant non?"

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Angeline R. Aberline

avatar
Messages : 144
Emploi/loisirs : Parler à sa poupée
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mar 3 Sep - 20:07




"You are in my house"
Edena

"Je pensais que cet endroit était abandonné depuis longtemps..."

Angeline hocha de la tête en regardant cette jeune femme tout droit sortit d'un catalogue de vêtement, tant elle avait du gout en la matière. Elle semblait prendre tout autant soin de son apparence que la poupée de sang qu'elle était, mais son regard était bien différent du sien. Une lueur froide et peu amicale planaient dans ses iris, ce qui ne rassurait guère Angeline. Mais ce qui la chiffonnait surtout, fut le livre à la couverture en cuir ancienne où son prénom était brodée en fil d'or. C'était son journal, où elle y écrivait les grandes lignes de sa vie, elle n'écrivait pas tous les jours, seulement certains souvenirs qu'elle ne souhaitait jamais voir s'envoler.

"C'est à vous je suppose?"

- Oui, et j'aimerais pouvoir le récupérer s'il vous plait.

Elle s'avança pour le reprendre alors que la brunette lui tendait à bout de bras. Elle ne lâchait pas du regard la personne devant elle, comme prête à se défendre si on l'attaquait encore et encore. A croire qu'Angeline attirait les mauvaises personnes. Elle sentait encore les crocs de cet homme se planter dans son cou, et son regard mauvais sur elle. Un instant tremblante, elle arqua un sourcil quand cette femme remit la couverture contre elle.

"Angeline Rose? hum?"

- Aberline, Angeline Rose Aberline. Puis je?

Angeline avança à nouveau sa main alors que la jeune femme effleurait son poignet. Quand elle eut son journal intime entre ses mains, elle le posa contre son coeur en regardant la jeune femme devant elle. Ses cheveux étaient magnifique, autrefois Angeline les avait aussi long en blond. Jack l'adorait d'ailleurs ainsi, et avait presque fait une syncope en la voyant arborer ce noir cendre.

"Katerine Pierce."
 
- Ravie de vous connaitre.

Dit elle par pure politesse. Jack lui avait enseigné ceci, et l'enguirlanderait si elle n'en usait pas devant autrui. Il avait toujours été très à cheval sur son éducation, ses bonnes manières et les principes de vie en communauté. Elle se recula regardant cette femme quitter la demeure par le même chemin qu'elle avait du emprunter. Cependant elle se retourna une dernière fois pour lui faire part de ce qu'elle avait pu lire au sein de son être.

"... Tes lignes sont... intrigantes, un instant j'ai cru reconnaitre une vieille connaissance dans la description de l'homme dont tu sembles éprise... c'est amusant non?"

Angeline manquait de s'étouffer en avalant sa salive, et ouvrit de grands yeux de biche surprise. Si elle avait eu un coeur, il se serait mis à battre à une vitesse inouïe mais là seules ses mains tremblotaient. Elle était démasquée par une totale inconnue et appréhendait que ses écrits se retournent contre elle. Pourtant elle ne pu s'empêcher d'être curieuse quant au nom de cet ami.

- Comment s'appelle votre ami?

Quand le nom fut soufflé par ses lèvres, Angeline se raidit et se sentit rougir. Elle s'avança vers la jeune femme doucement, ses talons résonnants contre le marbre, les pans de sa robe bougeant au rythme de sa robe. Devait elle avoir confiance, ou tentait elle de l'atteindre elle ou Agron. Après tout elle ignorait beaucoup de chose à son sujet, si il avait des ennemies ou amis dans le coin.

- C'est lui oui... rassurez moi vous ne lui voulez pas de mal?

Dit elle son regard plein de craintes, elle n'avait plus confiance en personne depuis que cet homme avait percer sa chaire pour la malmener. Elle qui pensait ses semblables solidaire, formant une unique famille, c'était royalement bercée d'illusions comme dans les histoires qu'elle lisait au couché. Elle posa sa main sur la porte d'entrée, en scrutant un court moment la pluie tombant en fine goute.

- Est ce que je peux vous offrir quelque chose à boire, plutôt que vous laissez vous mouiller sous cette pluie?

Elle voyait déjà dans son esprit, Jack se poser la main sur la poitrine, tourner sur lui même avant de tomber dans les pommes si il l'entendait. Mais elle avait envie d'en savoir plus, et si cette femme n'était pas hostile pourquoi ne pas faire connaissance d'un autre semblable?

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/





--


Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mar 3 Sep - 20:48

You are in my house

Quelle mignonne petite poupée de cire... Aucune aspérité sur son visage d'enfant, aucune veine ni vaisseau se profilant sous son regard charbon, tout chez cette enfant vampire intriguait lentement Petrova vers qui la petite revenait, pas sans hésiter, pour s'enquérir d'une réponse que Pierce tarda à lui donner par pur amusement. Dans le ton de sa voix enchanteresse, la belle brune pouvait détecter quelques traces d'inquiétude et la simple expression de son minois, sur lequel de grands yeux s'ouvraient quant à sa dernière phrase, laissait entendre le trop plein de sentiments et l'attache intense que ce fragile petit être -en apparence- portait à l'égard du vampire dont le journal faisait éloge. Ce petit jeu amusait grandement Katerina, il y avait fort longtemps qu'elle n'avait eu affaire à une telle crédulité mais, par delà la naïveté dont faisait preuve le petit bout de femme devant elle, Pierce ne s'en montrait pas le moins du monde sadique, au contraire ce qu'elle avait pu ressentir de douceur en frôlant simplement son être l'avait... comment dire?... touché sans doute? Sans plus la regarder, la façon qu'elle avait de la toiser la mettant visiblement mal à l'aise, Petrova préféra revenir marcher dans le salon, les mains derrière le dos, comme un professeur le ferait pour répondre à un élève bien curieux.

"Agron Duro!" Servit-elle tout en laissant filer le bout de son index contre la cage du dénommé Pipo.

"C'est lui oui... rassurez moi vous ne lui voulez pas de mal?" Katherine fit volte face, ses boucles fendant l'air en une corolle qui termina souplement sa course contre ses épaules.

Un sourire inversé rivé aux lèvres, elle revint s'assoir sur le sofa devant la jeune fille encore debout face à elle, le journal chéri contre sa petite poitrine. Un coude contre le bord du canapé, Katherine croisa les jambes et prit son air malicieux que beaucoup de gens connaissait, celui où elle intimait vérité maquillée en mensonge pour semer le doute dans leur esprit. Un jeu de rôle qu'elle maitrisait à la perfection et bien qu'elle fut face à une semblable, plus jeune en apparence mais bien plus âgée à en juger les dates auxquelles elle avait noirci ces pages, Pierce restait elle même, ne craignant rien d'une attaque qui, de toute évidence, tardait à venir si telles étaient les intentions de ce petit brin de brunette. Impérieuse comme à l'accoutumé, elle restait pour autant douce dans ses paroles qui, à l'oreille de sa voisine, devaient paraitre bien plus délicates et amicales que lorsqu'elle s'était premièrement adressée à elle.

"Du mal... Quel vilain mot!" Dit-elle avant de sourire véritablement. "Agron et moi avons partagé quelques repas ensemble, de ce que je peux me remémorer de lui..." Continua-t-elle en empoignant un coupe papier sur la table basse pour l'apposer contre ses lèvres et réfléchir. Lorsqu'elle sonda son esprit et se rappela parfaitement l'attitude de son allié, Petrova dirigea la pointe de la lame dans la direction de la brunette. ... c'est qu'il était plutôt fort et sanguinaire et que nous étions bons amis... mais, vu ce que tu notes dans cet ouvrage, je crains que cette bestialité sauvage ne le possède encore." Se redressant contre le bord des coussins, Katherine se fit plus curieuse, telle une enfant pleine de malice. "L'as tu apprivoisé petit ange?"

"Est ce que je peux vous offrir quelque chose à boire, plutôt que vous laissez vous mouiller sous cette pluie?" Katherina considéra ce visage poupin avec délice, jamais elle n'avait ressenti autant de curiosité pour un semblable si ce n'était pour Stefan.

"Tu es mignonne, ce que tu voudras je ne suis pas difficile, évite simplement la veine de vénus!" Souriante, elle tentait de mettre plus à l'aise cette brunette. Quoi qu'il ait pu lui arriver dans la vie, Pierce sentait combien elle était craintive face à elle et pourtant, pour une fois, Petrova ne se montrait en rien oppressante. "J'ai remarqué que ton cardinal était différent de bien des oiseaux... Son cœur ne bat plus, un fait inintéressant que ce dernier. Vis tu seule ici? Je ne voudrai pas m'imposer si ton temps est compté, mais si tu souhaites que je te divulgue d'avantage de choses sur ce cher Agron,... en ce qui me concerne j'ai du temps à tuer. Annonça Katherine, rivant le verre qu'elle lui servait à ses lèvres roses en un clin d’œil à l'intention de ce qu'elle voyait comme son nouvel intérêt.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Angeline R. Aberline

avatar
Messages : 144
Emploi/loisirs : Parler à sa poupée
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mar 3 Sep - 21:34




"You are in my house"
Edena

Angeline scrutait cette femme qui portait un peu trop d'attention à son cardinal. La poupée de sang adorait son oiseau et à juste raison, lui avait permis de vivre pour l'éternité afin de ne jamais la quitter. Il était un ami bien qu'il était dépourvu de toutes paroles. Cette femme arborait une assurance qu'Angeline était loin d'avoir, se baladant dans le salon prenant ses aises sur le canapé. Ecoutant attentivement ce qu'elle disait sur Agron, elle ne voulait pas que du mal soit fait à son attention, il l'avait sauvé, lui avait fait ressentir des choses qu'aucun hommes n'avaient fait auparavant, pour la simple bonne raison qu'elle ne leur avait jamais permis. Le coupe papier entre ses phalanges la fit frémir, allait elle lui balancer en plein visage? Restant immobile, elle fit un petit sourire en coin, des lumières éclairant ses yeux.

"L'as tu apprivoisé petit ange?"

- Non, je ne le connais que depuis peu de temps.

Angeline posa son journal intime dans un tiroir qu'elle s'empressa de refermer avant de se dévêtir de sa cape, la déposant sur le pendoir de l'entrée. Elle scruta un instant son cardinal et eut un petit rire quand elle entendit parler de veine de vénus, laissant échapper malencontreusement le nom d'un autre vampire.

- Tant que tu ne te nommes pas Mickaelson tu n'as aucune crainte à avoir sur ce que je te sers.

Elle s'évapora un court instant dans la cuisine pour préparer du café italien comme Jack le lui avait apprit. Angeline avait beaucoup apprit de son ainé, et l'en remerciait fortement, à défaut de la cloisonner dans cet immense manoir qui apparemment était le terrain de jeu de quelques voyeurs. Loin d'imaginer, que certains voyaient en lui un domaine hanté, habité de fantômes et esprits en tous genre. Ceci l'amuserait surement de savoir cette hypothèse sur sa maison qu'elle adorait au plus haut point pour avoir été le premier vrai foyer de cette suceuse de sang. L'orphelinat ne sera jamais considéré comme sa maison, elle y avait vécu les pires moments de sa vie humaine, et souhaitait à tout jamais enfermer ses affreux souvenirs dans une boite à multiples tours. Elle revint avec deux tasses sous des coupelles et une corbeilles de muffins fait par ses soins. L'art d'accueillir était une chose importante dans leur famille. Elle la déposa devant elle et s'assit sur le fauteuil en face de cette fameuse Katherine. Non pas affalée, mais assit tranquillement et sagement telle une enfant modèle.

"J'ai remarqué que ton cardinal était différent de bien des oiseaux... Son cœur ne bat plus, un fait inintéressant que ce dernier. Vis tu seule ici? Je ne voudrai pas m'imposer si ton temps est compté, mais si tu souhaites que je te divulgue d'avantage de choses sur ce cher Agron,... en ce qui me concerne j'ai du temps à tuer.

Angeline lui adressa un sourire radieux puis jeta un regard à son oiseau.

- Je suis attachée à cet oiseau, alors quand il se mourrait je lui ai permis de vivre éternellement.

Elle posa sa tasse sur la table pour la laisser refroidir un peu, elle détestait le café trop chaud.

- Ce manoir appartient à ma famille depuis des siècles. Je vis ici avec mon frère Jack mais il ne rentrera pas avant tard dans la nuit, de ce fait vous ne me dérangez pas... ça me fait un peu de compagnie.

Angeline ne savait pas vraiment ce qu'elle voulait savoir d'Agron, il lui avait conté les grandes lignes et elle n'avait pas posé de questions bien qu'il l'est encouragé, prétextant n'avoir rien à cacher. Pourtant, elle ne voulait pas jouer la curieuse, encore moins l'indiscrète, comment le prendrait il, si il apprenait qu'elle avait questionné une tierce personne?

- Je ne sais pas si c'est raisonnable d'apprendre des choses sur lui autre que de sa bouche... Mais vous semblez l'avoir connu sous un jour bien différent du mien... bien qu'il m'est expliqué avoir changé, j'ai du mal à l'imaginer en un homme cruel.

Elle remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille et fixa le regard amusé de la brunette devant elle.

- Vous avez lu mon journal et savez beaucoup plus de chose sur moi que je n'en sais de vous...

En ces termes, Angeline invitait Katherine à se dévoiler un peu plus afin qu'elle lui fasse davantage confiance. Même si elle était naïve à cause de son inexpérience, elle n'en était pas moins méfiante ces derniers temps et à juste cause. Toutes ses attaques à son encontre la forgeaient doucement mais surement.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/





--


Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mer 4 Sep - 18:43

You are in my house

Assise dans le sofa, Katherine était autant à ses aises que lorsque cette maison, dont ce bout de femme lui révélait l'appartenance, était encore vide. Étrange qu'elle n'y ait jamais rencontré personne alors que la dénommée Angeline lui assurait que cette battisse appartenait à sa famille depuis longtemps, des siècles précisément, intriguée par ce fait, Pierce n'en releva pas d'avantage pour autant, préférant se sustenter de ce café délicieux dont l'arôme lui rappelait quelques souvenirs d'antan. Le cardinal chanta un instant, ce qui fit sourire la belle dont la tasse quittait les lèvres pour rejoindre la coupelle afin qu'elle puisse pleinement écouter sa nouvelle curiosité.

"Je ne sais pas si c'est raisonnable d'apprendre des choses sur lui autre que de sa bouche... Mais vous semblez l'avoir connu sous un jour bien différent du mien... bien qu'il m'est expliqué avoir changé, j'ai du mal à l'imaginer en un homme cruel." Katherine arqua les sourcils face à tant de pudeur et d'éducation mais ,au delà de la réserve que cette poupée de cire froide portait à l'égard d'un vampire qu'elles avaient en commun, un autre nom, ayant quitté la gorge fine de ce petit être aux allures fragiles -alors qu'elle servait la boisson-, retint subitement l'attention de Petrova qui n'avait encore relevé.

"Oh, mais les gens change petit ange... En bien ou en mal tout dépend leur nature première." Un nouveau sourire intriguant fila contre ses lèvres roses.

"Vous avez lu mon journal et savez beaucoup plus de chose sur moi que je n'en sais de vous..." S'adossant contre l'assise moelleuse du sofa, Katherine riva le coude contre le rebord et redressa l'avant bras en une mine malicieuse.

"Si je te parlais de ce que j'ai fait durant les cinq siècles derniers, je pense que tu ne serais pas aussi gentille avec moi petit ange!" N'ayant guère l'intention de l'effrayer, Pierce restait tout de même sur ses gardes, on ne savait pas ce qui trottait dans la jolie petite tête de cette jeune fille et, même si son minois était aussi doux et bien plus encore qu'une icône de porcelaine, Katerina préférait lui insuffler subtilement son age afin qu'elle aussi lui indique le sien, peut-être sans mot, mais ses yeux ronds lui offrirent à eux seules l'assurance que Petrova était bien plus capable qu'elle de la laisser sur le carreau s'il le fallait. "Loin de moi l'envie de te faire peur... Tu es intéressante, je n'ai jamais rencontré de vampire d'expérience aussi doux que ta personne, est-ce un choix ou une obligation?" Sondant son regard, l'air malicieux de Katherine ne la quittait pas une seconde, elle était à l'image d'une poupée animée par des piles avec laquelle on aurait adoré jouer. "Concernant ma vie, tu sauras bien assez tôt qui je suis sans qu'un mot n'ait à quitter mes lèvres..." Marquant une pause, la brune avança le buste contre ses genoux comme pour intimer un secret à sa jeune amie. "... disons que beaucoup de monde sait qui je suis, tu entendras toutes sortes de choses à mon sujet, mais je te laisse le loisir de te faire ton propre jugement, sache simplement que je ne te ferai aucun mal étant donné ton attache avec ce cher Duro... Et surtout, car tu es l'ennemie de mes ennemis..." Un rictus dévora la commissure de ses lèvres lorsqu'elle vit l'interrogation dans les yeux sublimes de cette petite princesse. Se redressant sur ses jambes, Katherine croisa les bras contre sa poitrine et fit le tour de la pièce, lentement et aussi féline qu'à son habitude, jusqu'à se loger dans le dos du fauteuil qu’occupait son hôte. "Mikaelson hum? Lequel d'entre eux t'a-t-il menacé dis moi?" Les yeux pétillants, la bella riva le menton près de l'oreille de la demoiselle pour bien entendre ces prochains mots.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Angeline R. Aberline

avatar
Messages : 144
Emploi/loisirs : Parler à sa poupée
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Mer 4 Sep - 22:13




"You are in my house"
Edena

Bien qu'elle fut dans sa demeure, elle n'était pas rassurée quant à la présence d'une inconnue avec elle. L'expérience avec Mickaelson, l'avait refroidit, et même si elle était naive elle n'en restait pas moins méfiante avec cette brunette. Elle dégageait quelque chose de fourbe et dangereux, totalement l'opposé de ce que la poupée de sang reflétait.

"Si je te parlais de ce que j'ai fait durant les cinq siècles derniers, je pense que tu ne serais pas aussi gentille avec moi petit ange!"

- Vous n'êtes pas dans ma tête.

"Loin de moi l'envie de te faire peur... Tu es intéressante, je n'ai jamais rencontré de vampire d'expérience aussi doux que ta personne, est-ce un choix ou une obligation?"

Angeline arqua un sourcil, c'était une drôle de question qu'elle lui posait là. Elle n'avait jamais fait preuve de cruauté il est vrai, mais personne ne l'en avait forcé. Jack l'avait certes bien éduqué, pour qu'elle se tienne au mieux devant autrui, mais sa douceur, son innocence, et cette lueur enfantine dans ses yeux lui appartenaient réellement. Elle eut un petit sourire et un petit rire amusé.

- Non personne ne m'a forcé à être ainsi, j'ai juste eu une bonne éducation je suppose.

"Concernant ma vie, tu sauras bien assez tôt qui je suis sans qu'un mot n'ait à quitter mes lèvres... disons que beaucoup de monde sait qui je suis, tu entendras toutes sortes de choses à mon sujet, mais je te laisse le loisir de te faire ton propre jugement, sache simplement que je ne te ferai aucun mal étant donné ton attache avec ce cher Duro... Et surtout, car tu es l'ennemie de mes ennemis..."

- Sachez que je ne suis nullement influencer par les gens et me forge moi même ma propre opinion... Qu'entendez vous par ennemie?

Elle la regarda se redresser pour lui tourner presque autour avant d'entendre sa requête. Un frisson de crainte traversa son dos, la faisant se figer sur place. Elle resta muette un moment, baissant ses yeux sur la tasse de café posée sur la table. Les flashs de cette nuit, lui revenaient subitement en tête, sa morsure, ses paroles toutes aussi crues les unes que les autres, son corps martelé de coups et d'autre fourberies, jusqu'à ce qu'il se lasse et ne lui fasse boire son sang pour qu'elle conserve son existence. Une larme coula le long de sa joue, alors qu'elle susurrait le nom de son bourreau.

- Niklaus...

La brunette du nom de Katherine, ne semblait nullement étonnée d'entendre ce prénom, elle invita Angeline à en dire davantage. Mais pouvait elle avoir vraiment confiance en cette femme. Elle ne savait que de sa bouche qu'elle était une ancienne connaissance d'Agron, mais pas de la sienne. Si seulement il était pour lui intimer de se détendre. La poupée de sang remonta son regard terrorisé quant au nom qu'elle venait de trahir, encore bouleversé bien que des jours ne se soient écoulés. La patience n'était pas une vertus chez cette femme qui l'encourageait à lui délivrer les détails de cette nuit. Elle aimerait pouvoir enfermer ce souvenir dans une boite et l'ôter à tout jamais de son esprit, pourtant c'était impossible. Chaque nuit quand elle fermait les yeux, elle tremblait à l'idée qu'il la retrouve pour s'en amuser à nouveau. Raconter son histoire, c'était revivre ce moment... Elle ouvrit la bouche se ravisant une seconde avant de parler, de se livrer.

- Je... il faisait nuit au cimetière, j’observai les stèles d'un caveau. C'est à ce moment là qu'il est apparu, son regard noir et tranchant... Il m'a mordu, j'ignore si ce qu'il a avancé sur son sang est réel, mais je ne pouvais pas remettre sa théorie en doute. Il s'est amusé à me torturer jusqu'à ce qu'il en ait marre, et m'a fait boire son sang avant de m'abandonner où il m'avait trouvé...

Sa voix tremblait, alors qu'elle contrôlait ses larmes pour qu'elles ne déferlent pas de ses yeux. Elle poussa un soupir, comme une fois qu'on venait de livrer quelque chose qui bouleverserait. Elle monta son regard dans celui de cette femme, avant de pincer ses lèvres.

- Jamais vous ne devrez parler de cette histoire, si mon ainé l'apprend, il sera fou, et se jettera à sa poursuite... Je ne peux pas perdre mon frère pour une de mes désobéissances... il m'avait sommé...

Elle fut coupée par le coucou de l'horloge qui sonnait les dix huit heures. Angeline porta sa main sur son coeur mort, elle avait été surprise, elle oubliait bien souvent ce petit oiseau qui sortait de sa cage. Elle se leva de son fauteuil et scruta Katherine en joignant ses mains devant elle.

- Si vous êtes vraiment une amie d'Agron, vous devez me le promettre...


code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/





--


Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine) Jeu 5 Sep - 19:18

You are in my house

Niklaus, ce nom résonna à l'oreille de Katherine comme s'il fut la peste incarnée, l'Hybride ignoble et cruel n'avait donc de cesse de tourmenter les gens qu'il croisait, cela en devenait d'un pénibilité à faire peur. Pierce tira la moue quelques secondes en inclinant la tête, se redressant et revenant saisir le regard poupin de la demoiselle dont elle était l'invitée. Qu'avait cette petite chose pour que l'impulsif Mikaelson lui veuille du mal? La dénotant quelques temps, Pierce fronça les sourcils comme pour mieux cerner cette jeune fille au sang aussi frais que le sien, rien d'hostile, rien de bien méchant dans les prunelles, alors pourquoi diable Klaus s'en était pris à elle? avait-il l'intention d'élargir son cercle d'ennemis pour tester sa nouvelle "famille" créée à partir de reste du sang humain d'Elena ou encore celui de Tatiana -celle-ci étant visiblement bien vivante et sortie de son sommeil de plomb-? Intriguée par cette Angeline, Katerina le fut d'avantage après qu'elle eut soufflé le nom de son bourreau, en savoir d'avantage devenait aussi séduisant que s'il avait fallu saigner un humain, à un point tel que la poupée bouclée revint s'assoir dédaigneusement sur la petite table basse, repoussant d'un geste gracile la coupelle et la tasse de son hôte, pour croiser les jambes et joindre les mains sur ses genoux.

"Pourrai-je en savoir d'avantage? un nom n'est pas suffisant pour que je me fasse une idée de ce qu'il a bien pu te faire subir." Katherine détourna le regard un court moment, s'attardant sur les pâtisseries qu'avait amené la brunette, elle s'en saisit d'une et en croqua lentement un morceau qu'elle avala en pointant le doigt retenant le gâteau vers son interlocutrice. "J'ai tout mon temps... et, au passage, ces confiseries sont délicieuses!"

"Je... il faisait nuit au cimetière, j’observais les stèles d'un caveau. C'est à ce moment là qu'il est apparu, son regard noir et tranchant..." Pierce ouvrit grand les paupières, Klaus filait-il la jeune femme? "Il m'a mordu, j'ignore si ce qu'il a avancé sur son sang est réel, mais je ne pouvais pas remettre sa théorie en doute. Il s'est amusé à me torturer jusqu'à ce qu'il en ait marre, et m'a fait boire son sang avant de m'abandonner où il m'avait trouvé..." Reprenant un air impassible, la belle reposa le muffin sur la table près d'elle, coude sur le genou et le poing contre le menton.

"Son sang est particulier,... Ce qu'il t'a venté..." Commença-t-elle en reprenant une gorgée de la tasse qu'elle reposa ensuite. "... car Niklaus adore étaler ses dons et richesses, est tout a fait vrai. Il a rivé ses crocs dans ta peau, rien que cela aurait suffi à te tuer dans les jours qui suivaient, mais son fluide t'a épargné ce sort funeste... C'est étonnant d'ailleurs!" Cette dernière phrase dite à sa propre intention, Petrova leva les yeux vers le ciel, réfléchissant un instant aux motivations de l'hybride pour agir de la sorte.

"Jamais vous ne devrez parler de cette histoire, si mon ainé l'apprend, il sera fou, et se jettera à sa poursuite... Je ne peux pas perdre mon frère pour une de mes désobéissances... il m'avait sommé..." Un sourire naquit sur les lèvres de Katerina qui croisait de nouveau les yeux de son hôte.

"Oh... sage décision que de ne vouloir s'en prendre aux Originels, cela t'épargnera bien des troubles, sachant qu'ils ne peuvent mourir." Inutile de lui parler de l'unique pieu de chêne blanc que détenait ce cher papa vampire, il valait mieux éviter tout débordement de la part d'une jeune fille qu'elle apprenait doucement à connaître. "Ils ont une faiblesse comme tout a chacun mais, celui qui parviendra à les tuer sonnera le glas de la fin de notre race... Voilà pourquoi personne ne s'attaque à eux dans le but de les anéantir." Katherine joignit de nouveau les mains et inclina la tête en une moue boudeuse. "En ce qui concerne ce Niklaus, il n'est pas comme les autres membres de sa famille. Il sont cinq, mais uniquement lui n'est pas le véritable fils de son père, il est mi loup mi vampire, le premier du genre, unique il y a encore peu de temps jusqu'à ce qu'il lui prenne l'envie de se créer des petits copains..." Katerina reprit un morceau du gâteau et se redressa tandis que le coucou de l'horloge, sonnant dix huit heures, sortit de sa cachette en faisant sursauter la fragile Rose.

"Si vous êtes vraiment une amie d'Agron, vous devez me le promettre..." Un sourire dévora le visage de Petrova, s'approchant de nouveau au chevet de la brunette, elle baissa les lèvres près de son oreille.

"Je serai une tombe... Mais tu devrais en toucher quelques mots à Agron, il est aussi vieux que les Mikaelson, il saura t'offrir sa protection." Se redressant, La belle termina sa friandise et avala le tout avant de rejoindre le vestibule où elle se tourna une dernière fois vers sa curiosité. "Tu m'intrigue Angeline, je te rendrai visite de temps à autres, si cela te convient bien entendu... Tu es aussi la bienvenue dans mon manoir, je veillerai à ce que Klaus ne te fasse plus de mal, on dirait bien que nous sommes vouées à devenir amies non?" Un air enjoué se peignit sur les traits de Petrova qui, lorsque la jeune fille eut hoché la tête et reporta son regard contre elle, disparut dans le silence le plus totale.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You are in my house (Katherine)

Revenir en haut Aller en bas

You are in my house (Katherine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Manoir Aberline-