RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La vie ne tient qu'à un fil (Kyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 32
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Dim 15 Sep - 20:39


Jour "J", celui où il sortait enfin de l'hôpital, après une semaine d'observation pour son coeur. Il s'était fait royalement chier, heureusement Isa et Pond passaient beaucoup de temps l'une et l'autre avec lui. Isabella n'était pas bien du tout, il avait même l'impression qu'elle boudait, ça il en était sur, elle lui en voulait. Et malgré toutes les bonnes attentions qu'il avait envers elle, elle restait froide et distante dans ses gestes et paroles. Laisse du temps au temps se disait il. Bref, retour à la maison, Paul choppa les clés d'un vestige qu'il n'avait pas utilisé depuis bien longtemps pour la simple et bonne raison que sa sucrette détestait ça. Sa moto, sa petite R1 d'un bleu à croquer, avec laquelle il aimait aller se balader lors des beaux jours. Il attrapa son jeans renforcé, passa un simple tee shirt blanc, son cuir et casque, gants. Il déposa un baiser sur la joue d'Isabella partit se cloitrer sur la terrasse sans lui prononcer un mot. Paul la regarda un instant alors qu'elle était dos à lui avant de tourner des talons direction chez sa couille. Du moins ce qu'il restait de sa garçonnière. Paul n'avait encore rien dit à Kyle, il n'avait pas voulu l'inquiéter au téléphone, et préférait lui annoncer de vive voix. Le moteur grondant dans le garage, il sortit tranquillement de la cours pour foncer vers chez Kyle. Il adorait sa moto, pas autant que celle avec qui il partageait ses jours, mais quand même, cette sensation de liberté qu'il ressentait n'était nullement égalable.

Quand il arriva en dessous de chez Kyle, il se gara près de sa voiture, et retira son casque qu'il garda en main, avant de ranger ses clés dans une poche. Il traversa la route pour aller chez le petit épicier et prendre deux bières, ainsi qu'un paquet de feuille. Puis rebroussa le chemin pour entrer dans le hall d'entrée du bâtiment qui abritait la garçonnière de Jefferson. Il se souvenait de toutes leurs conneries ici, mais c'était une page qui se tournait, et il était content que Kyle ait trouvé une fille convenable pour lui faire sortir la tête de l'eau. Malgré son séjour à l'hôpital Paul avait une mine un peu fatiguée, ses mains tremblaient à cause de médoc parfois, mais il garda son sourire à la con sur les lèvres surtout quand il frappa. Il entendit la voix de Kyle résonner et entra dans cet appartement vide. Ca lui faisait bizarre mais il n'en dit rien. Il alla lui serrer la main et posa son casque dans un coin.

- Salut ma couille ça roule? T'as une sale gueule dis moi... ça change pas de d'habitude tu me diras.

Un sourire d'enfoiré se fendit sur ses lèvres avant qu'il ne retire son cuir pour le balancer dans un coin tendant une bière à Kyle.

- Tient je me suis dis qu'une dernière bière dans ta garçonnière ne serait pas du luxe.

Il décapsula la sienne et fourra une clope aux seins de ses lèvres avant de se diriger vers le balcon pour ne pas enfumer l'appart. Il ne savait toujours pas comment il allait lui annoncer mais il ne lui mentirait pas. C'était comme son frère et il avait le droit de connaitre la vérité.

- Alors quoi de neuf Kylinou? Toujours pas changé en hamster par ta copine?

Paul se hissa au dessus du muret, les pieds se balançant au dessus du carrelage du balcon.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Jefferson

avatar
Messages : 115
Emploi/loisirs : Arracheur de coeur (souvent de vampires mais parfois des filles aussi)
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Jeu 26 Sep - 13:05


-La vie ne tient qu'à un fil-


Terminer ce putain de déménagement, JK semblait se perdre dans un océan de foutoir en tout genre, depuis quand avait-il autant de conneries chez lui? C'était simple, depuis que Lewis avait passé pour la première fois la porte de cet appart' lorsque Jefferson avait enfin obtenu les clefs. Les cartons s'amoncelaient dans le salon vide de meuble, normalement il aurait dû boucler ça deux jours plus tôt, *normalement oui* mais quand on s'fait baiser de la sorte par une goule, qui plus est féminine, on avait pas forcément le temps, ni même l'envie en sortant d'une séquestration forcée, de venir emballer des bibelots inutiles dans du papier bulle. Fourrant encore et encore plus de bouquins, babioles et autres trucs, dont il ne connaissait ni la provenance ni même l'utilisation *merci Paul* Kyle songeait à ce qu'avait fait Rachel pour lui. Comment en était-elle venu à lui lâcher le lard alors qu'elle ne voulait que lui? La blondinette de son passé l'avait surpris au point qu'il en revenait lentement de l'envie première qu'il avait de lui faire la peau, encore un vampire à éviter, une canine à retenir comme un membre important, lui ayant sauvé la mise face à ce qui était pourtant une alliée, qu'il fallait épargner. Ça aurait été aisé s'il n'avait pas eu cette saloperie de marque sur le bras, cette chose s'étalait de plus en plus sur sa peau, comme la lèpre mise à part qu'il ne tombait pas en lambeaux mais ressemblait d'avantage à un biker ou encore à une map routière. Lui seul pouvait voir les contours de ce dessin étrange, personne d'autre à part Tia, mais la prudence de cette Pierce, ne lui ayant pas retiré sa chevalière et l'ayant buté à trois, voir quatre, reprises au court d'une même journée, lui mettait la puce à l'oreille quant au fait que des infos avaient dû filtrer à son égard. Si la garce à boucles avait pris soin de laisser en vie, c'était certes pour faire plaisir à celle qui devait être sa protégée, Rachel, mais aussi car elle était moins conne que son sourire niais le laissait paraître. Mort quatre fois en peu de temps et, alors qu'il aurait dû s'en taper comme de sa première pipe, les mots de cette sangsue aux traits de Gilbert, tournaient en boucle dans sa tête. La chevalière était soit disant dangereuse au delà de la protection qu'elle offrait, comme un retour de médaille en somme. Terminant de scotcher un carton de plus, Kyle fixa le doigt où il portait le bijou de famille, le tatouage filait dessous, ce n'était pas ça qui retenait son regard mais bien la bague. "Toi si tu merdes c'est direct le siphon pigé?" Lâchant un rictus, subitement il sentit comme un spasme en son être, lui saisissant la totalité des muscles au point de le faire rejoindre le mur derrière lui dans le but de souffler. Avait-il trop bossé? Impossible, il tuait et chassait des goules, alors c'était pas quelques rangements qui lui colleraient des suées. Tandis qu'il se redressait et collait une clope à ses lèvres, qu'il alluma et dont il souffla la fumée allégrement dans l'appart à baie ouverte, subitement un poing sur la porte d'entrée se fit entendre. Ni une ni deux, Jefferson empoigna une arbalète, sur laquelle un pieu finement taillé était armé et l'épaula afin de cibler le battant.

"Yep, allez y passez le seuil, l'accueil est toujours super ici!" Lança-t-il d'un ton dénué de joie. La porte grinça légèrement et Kyle plissait déjà l’œil dans le but de ne pas louper la goule potentielle qui entrait. Le chasseur se ravisa lorsqu'il vit la tronche de son pote et baissa l'arme qu'il tint à bout de bras. "Ptin connard, t'sais pas dire "C'est Paul!"? T'as failli t'faire embroché ducon!" Lewis serra la main qu'il avait de libre et Kyle fixa son visage blême. "Salut ma couille ça roule? T'as une sale gueule dis moi... ça change pas de d'habitude tu me diras." JK balança l'arbalète dans un des cartons et émit un rictus, tirant sur la clope qu'il avait au bec. "Et la tienne Lewis, t'as passé la nuit la gueule rivée aux chiottes ou quoi?" JK considéra les bières que son pote d'enfance avait ramené et réceptionna sans mal celle qu'il lui balançait après avoir retiré sa pelure. "J'ai la tronche d'un gars qui est mort... trois quatre fois dans la même journée et aussi celle d'un couillon qui a du sang de vampire dans le bide, j'te fais un dessin rapidos mec. Une tronche d'Elena s'est ramenée ici, m'a démoli le cou et a passé du temps à m'saigner pour me filer à Rachel! Mais t'inquiète, aussi con qu'ça puisse paraitre Mcferson m'a relâché, j'sais pas pourquoi mais ça fait zarb quand j'y pense." Inutile de tourner autour du pot et malgré ses déboires, Jefferson était plus inquiet au sujet de Paul qui, d'après les dires de sa cadette, avait passé un peu de temps à l'hosto. "La binouze c'est pour fêter ta sortie d'hosto?" Sans tact, le jeune homme lui colla un poing sur l'épaule avant que son interlocuteur campe sur le rebord du balcon, une clope fumante au coin de la bouche. Kyle décapsula la canette et le rejoint. "Alors quoi de neuf Kylinou? Toujours pas changé en hamster par ta copine?" Un rire connard quitta la gorge de Jefferson qui s'enfilait déjà une rasade de malte. "Non, elle s'appelle pas Isy, et c'est pas la sœur de Gates, en revanche j'ai failli finir en encas pour goule comme j'disais mais franchement on s'en tape t'sais quoi!" JK tira une nouvelle fois sur sa clope et balança le mégot pile poil sur la terrasse du proprio qu'il se plaisait à faire chier pour ses derniers instants ici. "Alors si ta bière c'est pas pour m'dire qu'tu vas mieux, que le poussin à sa môman lui a fait des frayeurs mais qu'ça va, j'en profite pour te dire un truc mec." Un sourire carnassier, tinté de malice, se colla aux traits du beau gosse. "J'ai filé un coup d'baguette magique à Edie et deux lapereaux pointeront leurs bouilles dans neuf mois! Tu vas être parrain Paulo!" Kyle se mit à rire mais lorsque le visage de son ami blêmit d'avantage, malgré le sourire et la joie qu'il affichait, JK fronça les sourcils. "Pt'in Paul, on dirait que j'viens de t'annoncer mon prochain suicide, ça va? T'as l'air à l'ouest vieux... T'es sûr qu't'as rien, Pond t'as pas trouvé d'merde quand t'étais en nuisette saillante là bas? t'as l'air crevé comme ton daron après une sieste de trois heures!" Le visage cerné de Lewis le laissait sur le cul, lui qui pensait qu'il manquerait de finir la gueule dans le benne du RDC suite à son annonce, trouvait ce dernier à mille lieux du type qu'il était d'ordinaire.



Post color = skyblue|DC : Aleister D. Madera

KYLE JEFFERSON

Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 32
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Jeu 26 Sep - 22:27


En voila un flot d’informations à traiter, en temps normal, Paul assimilait plutôt bien les choses, mais avec sa fatigue il peinait à piger quelque chose. Kyle aux mains d’une goule ressemblant à Elena, ne parlait il pas de Katherine Pierce ? Paul ne l’avait jamais vu de ses propres yeux, mais il avait entendu parler de cette jeune femme, son petit ami du moins celui qui l’était aux dernières nouvelles Elijah, donnait souvent des galas de charité en tout genre pour diverses œuvres caritatives. Un vampire avait le cœur sur la main, cette pensée le fit sourire, alors que Kyle, était telle une puce à trépigner partout autour de lui et à le charrier. En temps normal Paul aurait réagit à ses attaques mais là, il en était clairement pas capable, retournant encore et encore la façon dont il allait avouer à son frère qu’il allait passer l’arme à gauche.  Il chassa vite fait cette idée de la tête se concentrant sur le fait que Rachel l’ai libéré. C’était étrange elle qui ne souhaitait qu’avoir Kyle à ses côtés. Est-ce que ça cachait encore une merde ou bien avait elle fait preuve de bon sens pour une fois ? Oui car faut avouer qu’humaine ou vampire elle n’était pas aidée la cocotte mais Paul n’en pipait mot.

"Non, elle s'appelle pas Isy, et c'est pas la sœur de Gates, en revanche j'ai failli finir en encas pour goule comme j'disais mais franchement on s'en tape t'sais quoi!"

- Fais quand même attention quand on voit ce qu’elle a fait à ta lapine et à ta sœur, on n’est jamais trop prudent.

Paul Lewis qui donnait des conseils de prudence, lui qui enchainait toujours les gourdes ? Hé oui il grandit peut être qui sait. Il regarda un instant sa bière défaisant le papier autour comme un gosse anxieux.

"Alors si ta bière c'est pas pour m'dire qu'tu vas mieux, que le poussin à sa môman lui a fait des frayeurs mais qu'ça va, j'en profite pour te dire un truc mec."

- Je m’attends au pire quand tu dis ça tu sais ?

"J'ai filé un coup d'baguette magique à Edie et deux lapereaux pointeront leurs bouilles dans neuf mois! Tu vas être parrain Paulo!"

Paul releva le bout du nez de sa bière et regarda Kyle. Mon dieu Jefferson, l’anti conformiste, qui ne voulait pas de gosse, allait en avoir deux ? Il bugua un instant, avant de fermer les yeux et de passer sa langue contre sa lèvre. « Et merde » pensa t-il, non pas qu’il n’était pas content pour son pote, non juste qu’annoncer sa maladie maintenant relevait du truc le plus compliqué. Il allait casser la bonne humeur de son meilleur ami, alors qu’ils fêtaient avec une bière l’un des plus beaux jours de son existence. Et en plus il le nommait parrain. Paul avala difficilement sa salive, essayant de trouver un truc à dire mais Kyle le devança.

"Pt'in Paul, on dirait que j'viens de t'annoncer mon prochain suicide, ça va? T'as l'air à l'ouest vieux... T'es sûr qu't'as rien, Pond t'as pas trouvé d'merde quand t'étais en nuisette saillante là bas? t'as l'air crevé comme ton daron après une sieste de trois heures!"

Lewis eut un sourire et se laissa glisser du bord du balcon pour retomber sur ses pieds, il devait féliciter le futur père comme il se doit, et sans dire un mot il fit une accolade à Kyle. Il savait qu’il détestait ça mais Lewis là il n’en avait clairement rien à foutre. Quand il se recula il hocha de la tête avec un maigre sourire, pourtant il y mettait du sien, il tapa le bord de ses épaules avant de se reculer.

- Félicitation ma couillette en porcelaine, fini les conneries maintenant Kyle, t’as deux fabuleux petits monstres qui vont voir le jour. Inutile de te dire de prendre soin d’eux et de ta lapine, je sais que tu le feras.

Paul ouvra sa veste et en sortit un pétard qu’il alluma, une façon à eux de célébrer l’événement. Lewis s’en voulait intérieurement, non seulement il ne pouvait pas le cacher à Kyle car il lui en voudrait de ne pas avoir ouvert sa gueule, mais il culpabilisait de ne pas réussir à afficher sa joie, alors qu’à l’intérieur de lui des petits lutins en short de bain et chemises hawaïenne dansaient la samba. Kyle papa, un concept, aujourd’hui une réalité. Il remonta sur son perchoir, soufflant la fumée, avant de reprendre une longue taf qui lui chauffa la gorge pour le tendre à Kyle.

- Je serais peut être pas là pour voir leurs visages.

Dit il en avalant avec difficulté sa salive, baissant son regard sur le carrelage du balcon, alors que Kyle semblait chercher dans sa tête la signification de ses propos. Paul pris une grande inspiration le regard totalement vide, alors qu’il s’allumait une cigarette, laissant le pétard à son pote.

- Tu te souviens quand on était en Alaska, au moment où j’ai manqué de dire adieu à mes knacki balls, on s’est promis que si il arrivait quelque chose à l’un de nous, on se chargerait de veiller sur la moitié de l’autre. Kyle j’espère que t’auras pas à le faire, mais… il est probable que dans quelques mois tu ai à honorer ta promesse.

Paul remonta son regard dans le sien, un regard que Kyle n’avait encore jamais pu voir, un regard vide et annonciateur d’une très mauvaise nouvelle. Il l’intimait du regard de ne rien dire pour l’instant, de le laisser parler. C’était déjà assez horrible pour lui de devoir faire une telle chose. Il posa machinalement sa main sur son cœur, un geste qu’il avait de plus en plus fréquemment, comme pour s’assurer qu’il battait encore.

- J’ai fais un malaise cardiaque… les… les toubibs m’ont fait une ribambelle d’examens et…

La gorge de Paul était douloureuse, la voix tremblante, les mâchoires serrées et une larme tombant avec lenteur de ses yeux en roulant sur sa joue. Une unique larme, des larmes que personne n’avait jamais vu. Bon il avait déjà chialé de douleur, bah ouai Kyle lui avait cloué une visse dans le doigt une fois sans faire gaffe, ils avaient douze ans, et il se souvient de la maman de Kyle trainant son môme jusque chez Lewis avec un paquet de smarties pour se faire pardonner.

- Mon cœur n’est pas en forme, j’ai besoin d’une greffe… Ils sont incapable de définir le nombre de jours qu’il me reste à vivre, mais… si je trouve pas un donneur je ne passerais pas noël, et j’aurais peut être pas la chance de voir les petits têtards qui grandissent dans le ventre d’Edena.

Paul passa à nouveau sa langue sur sa lèvre, buvant une gorgée de sa bière avant de regarder son pote.

- Kyle je suis désolé de te l’annoncer aujourd’hui comme ça alors que tu avais une si bonne nouvelle à m’annoncer. Mais, je peux pas te mentir, ce n’est pas quelque chose que je peux te cacher. Mais crois moi je suis vraiment plus qu’heureux de savoir que tu vas être père, que tu as enfin trouvé une fille avec qui te poser, et vivre des choses fabuleuses… Je suis juste triste, car je serais peut être pas là pour voir cette vie que j’espérais pour toi.

Lewis regardait Kyle attendant une réaction de sa part. Comment allait-il réagir ? Croire que Lewis lui mimait une énième pièce de théâtre et qu’après il allait lui sortir « Hé je me suis encore payé ta tête » ou allait il tout simplement voir que Paul ne mentait pas. Sa façon de lui annoncer la chose était peut être maladroite, mais qui était vraiment adroit pour une telle chose ? Comment annoncer aux gens qu’on aime, qui compte pour vous, et pour qui vous compter, que peut être demain, vous ne serez qu’un corps sans vie, que vous les abandonnerez alors que votre seule envie et de perdurer.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Jefferson

avatar
Messages : 115
Emploi/loisirs : Arracheur de coeur (souvent de vampires mais parfois des filles aussi)
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Sam 28 Sep - 22:09


-La vie ne tient qu'à un fil-


La trogne que Paul tirait ne lui disait rien de bon, lui qui d'habitude aurait fait une démonstration de Pole Dance à l'annonce d'une nouvelle pareille semblait à des kilomètres de là. Blanc, livide, pâle comme si un mauvais pet ne passait pas, Jefferson en vint à se demander si tout tournait rond dans la vie de son frangin de cœur. Lewis descendit de son perchoir à moineaux et l'enlaça, là y avait clairement quelque chose de pas net, le mec savait que son pote détestait les effusions *hormis celles avec les nanas, ou plutôt LA nana* et le tenait dans ses bras comme si c'était la dernière fois qu'ils se parlaient. Après un court instant, où JK ne moufta pas une seconde, presque à se racler la gorge tant la situation était assez "spéciale". Lewis se dégagea et plaqua les deux paumes contre ses épaules, enfin un peu de virilité, ce qui fit souffler Kyle qui songeait déjà à devoir lui briser le cœur s'il lui annonçait haut et fort "Mec j'suis fou d'toi!". Des félicitations en bonne et du forme cependant, derrière ce semblant de sourire, autre chose taraudait Bernie Jr.

"Je serai peut être pas là pour voir leurs visages." Kyle manqua de s'étouffer avec sa binouze et cracha la moitié sur le balcon du dessous puis, tira une taf du pétard que lui tendait son pote comme pour avaler la nouvelle. "P'tin non, m'dis pas que tu retournes vivre chez môman? sérieux mec, j'vais avoir des gosses! MOI, pas n'importe qui t'es au courant? Tu piges?" Voyant le sérieux envahir le faciès de son pote, JK essuya ses lèvres d'un revers de main et fronça les sourcils alors que Paul s'en griller une. Perplexe, stoïque, Jefferson imita le geste de l'autre chasseur et tira une bouffée sur le bédot. "Tu te souviens quand on était en Alaska, au moment où j’ai manqué de dire adieu à mes knacki balls, on s’est promis que si il arrivait quelque chose à l’un de nous, on se chargerait de veiller sur la moitié de l’autre. Kyle j’espère que t’auras pas à le faire, mais… il est probable que dans quelques mois tu ai à honorer ta promesse." Un rire étrange quitta les lèvres de JK, pas le genre d'esclaffe à se tordre par terre mais plutôt un rire jaune et inquiet, comme pour calmer ses mains tremblantes *chose plutôt rare chez lui* le jeune homme tira une nouvelle longue bouffée comme pour s'éviter le pire. "J’ai fais un malaise cardiaque… les… les toubibs m’ont fait une ribambelle d’examens et…" S'il avait s'agit d'un autre type, Vince ou encore Spencer, JK n'aurait pas pris de gant et aurait gueuler un "Accouches!", mais, ici, alors qu'il fixait Paul qui lui intimait en de simples regards de fermer sa gueule afin de tout entendre, la pomme d'adam remonta en sa gorge lorsqu'il déglutit avec difficulté. Une larme coulait sur la joue de son pote, une putain de larme qu'il avait encore jamais vu. Pas le genre de chouinage lorsqu'ils se mettaient sur la tronche étant gosse non, une larme comblée de tristesse, du jamais vu qui faisait rapidement prendre conscience au chasseur que son pote, son frère, son meilleur ami, allait vraiment mal. "Mon cœur n’est pas en forme, j’ai besoin d’une greffe… Ils sont incapables de définir le nombre de jours qu’il me reste à vivre, mais… si je trouve pas un donneur je ne passerai pas noël, et j’aurai peut être pas la chance de voir les petits têtards qui grandissent dans le ventre d’Edena." Kyle laissa la fumée quitter ses narines.

Sa trachée lui faisait un mal de chien tant elle s'enserrait au point de l'empêcher de parler, sans s'y être préparé, JK assistait impuissant à ce qui serait la pire épreuve pour lui. Paul Lewis allait tirer sa révérence à vingt-huit piges... Paul allait se tirer pour batifoler avec les anges, plus jamais de conneries en forêt, plus jamais de soirées fendards, plus de fou rire... Un million d'informations traversa l'esprit de Jefferson qui vacilla subitement et du se retenir au rebord du balcon avant de se rétamer sur le carrelage. Ses jambes peinaient à le tenir debout et, là, sans jamais l'avoir subis, sans jamais avoir ressenti cette brûlure horrible dans les tripes, il pressa ses paupières avec le pouce et l'index de sa main libre. Ce n'était pas la fumée de clope qui lui piquait les yeux mais bien des larmes qui montaient sans qu'il puisse les retenir. "Kyle je suis désolé de te l’annoncer aujourd’hui comme ça alors que tu avais une si bonne nouvelle à m’annoncer. Mais, je peux pas te mentir, ce n’est pas quelque chose que je peux te cacher. Mais crois moi je suis vraiment plus qu’heureux de savoir que tu vas être père, que tu as enfin trouvé une fille avec qui te poser, et vivre des choses fabuleuses… Je suis juste triste, car je serais peut être pas là pour voir cette vie que j’espérais pour toi." Ces derniers mots paraissaient inutiles, comme un bruit lointain qu'il peinait à comprendre, sa gorge tremblait, sa tête tanguait et il peinait à rouvrir les paupières. Jefferson tentait de se réveiller, ça ne pouvait être qu'un cauchemar, il allait se reprendre et se marrer avec le gars face à lui, ou alors cet enfoiré allait lui sortir "Poisson de Septembre connard!", oui, il allait rouvrir les yeux et tout rentrerait dans l'ordre.

Soupirant, tâchant de remettre en ordre le bordel dans son crâne, toutes ces conneries impossibles que venait de lui servir son pote, Kyle soupira et laissa tomber sa main contre le bédot qu'il retira de ses lèvres avant de rouvrir les paupières. Paul était toujours là, toujours aussi blême, toujours cerné, toujours livide, cireux comme un de ces foutus mannequins de Grèvin... C'était vrai, rien que cette fichue larme contre sa mâchoire lui prouvait qu'il lui servirait pas un "Je t'ai eu mec!", tout était véridique et déjà, alors qu'il était encore face à lui, en vie, Kyle ne voyait plus que le mort en sursit et imaginait les pires heures que son frangin allait vivre jusqu'à passer l'arme à gauche. "Lewis, sérieux... dis moi qu'tu racontes d'la merde là. Steup, dis moi que tu t'paies ma gueule..." Lorsque Paul voulut répondre, JK redressa les paumes devant lui, le mégot créant de longues trainées de fumée sous ses gestes vifs."TA GUEULE!!!!!" Hurla-t-il à s'en époumoner, il se décomposait au fil du silence morbide qui s'installait entre eux, jusqu'à ce que la voix désagréable du proprio jaillisse depuis la terrasse en contrebas. Immédiatement Kyle se pencha par dessus la garde corps et balança la bière sur le carrelage du dessous. "FERMES LA SAC A VIN!!!!!! MON POTE VA CREVER J'EN AI RIEN A BRANLER D'TES GÉRANIUMS!!!" L'autre cloua son bec tandis que le chasseur serrait les rebords du balcon et baissait la tête vers le carrelage où les premières larmes s'écrasaient. Il mit un temps à se redresser, mais le fit, et croisa la gueule du type avec qui il avait fait les quatre cent coups. "tu... tu peux pas Paul, bordel de merde t'as pas l'droit... tu t'souviens d'ça?" Interrogea-t-il, la voix railleuse, en redressant la manche de sa veste et pointant une cicatrice le long de son bras que le tatouage ne ravageait pas. Une blessure voulue, un truc de mecs, qu'ils avaient fait ensemble en se jurant une amitié à la vie à la mort alors qu'ils avaient à peine dix ans. "J'te jure que si tu claques, j'viendrai pourrir ta tombe connard..." Sans hésiter, Kyle se rua sur lui et le serra, c'était la première fois qu'il le faisait mais aussi la première fois qu'il souffrait tant, la première fois qu'il était sur le point de perdre un des êtres les plus cher à son existence. Paul, son pote, son frère...



Post color = skyblue|DC : Aleister D. Madera

KYLE JEFFERSON

Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 32
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Dim 29 Sep - 2:38


Paul voyait son pote se décomposer, être partagé entre l’envie de lui demander si il était sérieux, et le fait de le voir relativement franc. Annoncer ça était la chose la plus difficile qu’il ait eu à faire dans sa vie. Hormis le jour où il a demandé à sa maitresse d’école de bien vouloir sortir avec lui ! Lewis tremblant de nerfs contre la vie qui le condamnait alors que c’était un homme bien. Oui il était complètement déjanté, oui il était souvent entrain de faire des sales blagues, mais en aucun cas il n’avait fait du mal aux gens volontairement. Comparé à tous ces gens qui commettaient des crimes atroces et qui n’étaient pour la plupart jamais puni comme il se le devait. Tirant sur sa tige de tabac, il posa son regard sur la baie vitrée, préférant laisser à Kyle le temps d’encaisser cette mauvaise nouvelle ce choc. Il se mettait à sa place, lui aussi hurlerait et taperait du poing dans un mur si on venait à lui annoncer que Kyle était condamner à aller bouffer les vers de terre à son âge.

"Lewis, sérieux... dis moi qu'tu racontes d'la merde là. Steup, dis moi que tu t'paies ma gueule..."

Paul se mordit les lèvres avant de faire un non de la tête, il allait répliquer mais fut interrompu par un excès de rage de Kyle. Pas quelque chose contre lui mais plutôt contre quelque chose de non palpable.

"TA GUEULE!!!!!"

Lewis ferma un instant ses yeux, essayant de contrôler la tristesse qui le gagnait au fil des minutes en la compagnie de celui qu’il voyait depuis son enfance comme un frère. Ils avaient tant fait de choses ensemble, tant de conneries qui leur avait valu de jolis pieds au cul, tant de plan foireux lorsqu’ils partaient chasser des vampires et autres créatures sorties de livres rocambolesques. Son cœur se serrait à l’intérieur de sa poitrine, battant avec précipitation sans pour autant que ce ne soit mauvais signe. Le voisin vint ramener sa fraise, grave erreur et il prit un flot de remontrance des plus dignes de Jefferson. Ses yeux s’ouvrirent à l’entente de sa voix, et il porta son regard désolé sur lui. Il culpabilisait de lui infliger ça mais il n’avait jamais voulu une telle chose.

"tu... tu peux pas Paul, bordel de merde t'as pas l'droit... tu t'souviens d'ça?"

Serrant des mâchoires, il observa cette marque ce souvenant parfaite du pourquoi elle était là. Paul eut envie de dire qu’au moins il tiendrait cette promesse, « Frère jusqu’à la mort », mais c’était franchement pas le moment de balancer une saloperie et il n’en avait pas du tout le cœur. Il hocha simplement de la tête, glissant ses mains en poche après avoir jeté son mégot par-dessus bord sans savoir où il atterrirait.

"J'te jure que si tu claques, j'viendrai pourrir ta tombe connard..."

Paul eu un rictus, avant de le voir se ruer sur lui pour le serrer dans ses bras. Lewis ne pu retenir une seconde larme silencieuse le long de son visage, alors qu’il tenait aux creux des siens, son pote de toujours. Celui pour qui il avait fait des pieds et des mains dans les bagarres à la sortie du Winchester. Son cœur était lourd et empli d’un mal être que jamais il n’avait connu. Il allait être parrain et ne savait même pas s’il pourrait tenir dans ses bras ou même voir le minois des futurs gosses de Kyle. Il allait louper un moment à marqué dans les mémoires, Jefferson papa, rien que ça le fit sourire une seconde avant qu’il ne se détache de Kyle et lui rive une baffe sur la joue. Pas forte, juste un truc qu’ils faisaient dés fois quand les mots n’étaient pas assez fort pour exprimer ce qu’on ressentait.

- Je suis pas encore mort hein, et si tu la pourris fait le avec de la bière hum !

Il lui adressa un sourire avec toutes ses dents essayant de se reprendre afin de ne pas pleurer comme un bébé. Paul ne voulait pas qu’on le prenne en pitié, il ne voulait pas que les gens pleurent sur son sort, ou ne se sentent coupable de quoique ce soit. Il voulait juste que ses potes restent fidèles à eux même, l’appel pour les sorties, viennent le faire chier quand il est peinard devant sa console, en somme qu’ils ne changent pas leur habitudes pour lui. Mais Paul avait aussi une requête à faire envers Kyle et au risque de se prendre un coup, il lâcha sa bombe.

- Promet moi un truc Kyle ? On croit toujours que le monde est à nos pieds que rien ne peut nous arriver, qu’on a le temps de faire les choses et au finalement on se plante grave, alors…

Paul haussa des épaules en glissant ses mains en poche, jetant un regard au loin avant de le baisser sur le carrelage, puis de le remonter sur son pote.

- Le temps est précieux, alors profite… Profite de ta femme, de tes futurs monstres qui je l’espère seront aussi terribles qu’on l’a été, de ta famille. Apprend à pardonner, à mettre de l’eau dans ton vin, pour ne jamais vivre avec des regrets. Fais tout ce qui te passe par la tête, enfin Jefferson dans la limite du raisonnable hein, va pas tromper ta femme parce que tes yeux ont louché sur une paire de nibard siliconés !

Il eut un sourire.

- C’est dans les petites choses qu’on trouve notre bonheur, alors… vis…

Les minutes filèrent, les bières se vidèrent, les clopes s’écrasèrent sur le balcon du gueulard, et Paul fini par partir rejoindre celle qui allait brisé son cœur dans les jours suivants.

Quelques jours plus tard, il faisait nuit, pas une étoile dans le ciel, Paul n’avait pas donné signe de vie depuis plusieurs jours et c’était pas faute d’avoir reçu des appels et sms de ses proches. Il s’était enfermé dans sa bulle, n’avait pas remit un pied dans l’armurerie, restant dans son canapé à regarder sans vraiment la regarder la télévision sans même qu’il y ait du son. Lucky installé à ses côtés, la gueule rivée sur ses genoux, poussait son crâne contre la main de Paul pour se faire cajoler. Lewis baissa les yeux sur lui et eut un fin sourire en s’amusant avec ses oreilles, une bière dans sa main, il était tard. Les fleurs qu’il avait offert à Isabella lors de sa sortie d’hôpital, étaient fanées voir même noire de mort dans un vase sans eau. Paul lui était en jeans et un tee shirt noir à manches, ses yeux étaient cernés par la fatigue, son visage aussi pale que la neige, et que dire de la barbe qu’il arborait, pas taillée tel un zonard. La sonnette retentit une première fois ce qui fit aboyer son chien, mais il ne bougea pas. Avant d’entendre le résonnement de la sonnette en continue, il attendit un moment avant de soupirer et d’aller ouvrir la porte. La maison était en désordre comme auparavant, des assiettes trainant, des cadavres de bières, des souris de tabac un peu partout. Et c’est sur le visage de Kyle que la porte s’ouvrit le voyant déjà pester. Paul roula des yeux.

- C’est bon je suis pas mort…

Dit il en secouant la tête, alors qu’il désertait l’entrée pour rejoindre son canapé indiquant d’un index le frigo où se trouvaient des bières si il en voulait une. Kyle n’avait pas besoin d’approbation, il était ici chez lui, comme Paul était chez lui chez le couple Gordon Jefferson. Il posa son bras derrière sa tête, ses pieds sur la table basse en entendant les proliférations de son frère face au bordel de la maison. Il était comme sur le cul, évidemment la dernière fois qu’il était venu, ils auraient presque pu manger sur le sol, tant la maison était rangée et propre. Paul regarda la télévision avant de lâcher d’une voix faiblarde, et triste, une larme se tirant de ses yeux. Bordel mais qu’est ce qu’il pleurait en ce moment.

- Elle s’est tirée à New York… Elle me l’a annoncé hier par téléphone quand j’étais à l’hosto pour des examens si tu veux tout savoir.

Paul tendit le bras vers le cendrier pour rallumer son pétard qui s’était éteint.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Jefferson

avatar
Messages : 115
Emploi/loisirs : Arracheur de coeur (souvent de vampires mais parfois des filles aussi)
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Lun 30 Sep - 12:33


-La vie ne tient qu'à un fil-


Il n'y avait rien de pitié dans l'attitude de Jefferson simplement du stress, de la haine et surtout de l’incompréhension. Paul n'avait jamais rien eu, pas une seule connerie de maladie en vingt-huit ans, à part les rhume soit, mais au delà Lewis pouvait bien se vautrer dans les escaliers, se manger des murs ou encore se planter les fourchettes qui trainaient chez lui dans le pied il en sortait toujours indemne. Jamais il n'aurait cru possible une telle chose, un cœur défaillant... Si on ne lui en greffait pas un rapidement, le chasseur allait sombrer lentement jusqu'à fermer les yeux et ne plus jamais les rouvrir. Kyle soupira et posa le dos contre le mur face à son pote, dire qu'il venait de lui faire éclater sa joie à la tronche et, en un quart de seconde, tout tournait à la noirceur. " Promets moi un truc Kyle ? On croit toujours que le monde est à nos pieds que rien ne peut nous arriver, qu’on a le temps de faire les choses et au finale on se plante grave, alors…" Paul dévia le regard un moment, fixant un point lointain par le balcon avant de redresser le menton vers celui qui était plus qu'un frère. " Le temps est précieux, alors profites… Profites de ta femme, de tes futurs monstres qui je l’espère seront aussi terribles qu’on l’a été, de ta famille. Apprends à pardonner, à mettre de l’eau dans ton vin, pour ne jamais vivre avec des regrets. Fais tout ce qui te passes par la tête, enfin Jefferson dans la limite du raisonnable hein, vas pas tromper ta femme parce que tes yeux ont louché sur une paire de nibards siliconés !" Kyle émit un rictus, son thorax tressaillit une seconde tandis qu'il passait la pointe de la langue contre ses canines. "Pitié... T'es peut-être en sursit mais évites de parler comme un curé Lewis!" Malgré le malaise, les deux potes se fixèrent et esquissèrent un sourire. " C’est dans les petites choses qu’on trouve notre bonheur, alors… vis… " Une grimace d'exaspération envahit les traits de JK qui tendait le pétard au blond. "T'sais quoi? Ta gueule, fermes la vieux, t'es encore là et franchement autant te dire que si c'était une façon de t'débarrasser de ta minette, ma sœur, moi ou encore tes parents, ça marchera pas, l'hosto fera c'qu'il faut, t'as Pond dans le lot la connaissant elle va se démener pour te faire passer sur le billard et fissa!" La fin d'après midi continua sur les discussions en tout genre, parler de tout et de rien, faire fi de la vérité, inconsciemment Kyle ne pouvait pas se retirer du crâne la merde qui plantait ses saloperies de griffes dans la peau de son frangin mais il prit sur lui, chialer, regretter c'était pas le genre de la maison et Lewis était encore présent. Profiter des dernières tranches de rire, des derniers verres, des dernières conneries, Kyle comptait le faire et serait là si Paul avait besoin dans le pire comme dans la rigolade mais, intérieurement, JK redoutait de voir son pote dépérir sous l'effet de la maladie qui lui rongeait lentement l'organisme.

Un petit moment passa sans que Paul daigne répondre aux appels, sans qu'il laisse quelques sms merdiques sur son cellulaire histoire d'organiser une soirée glandage chez lui, c'était pas net et déjà Kyle tournait chez Edie comme un lion en cage. Sa lapine était devant la télèvision alors que lui fumait une clope sur le balcon histoire de pas voir ses monstres venir au monde avec des antennes ou encore des tronches difformes. Même s'il savait qu'elle était raisonnable, Jefferson vérifiait si la belle ne se tirait pas quelques taffes en douce, après tout il l'avait assigné à résidence et le temps devait être le long. Laissant un regard filer contre elle, un sourire figea le coin de ses lèvres, même ainsi elle était adorable, belle et désirable mais, ces derniers temps, pas mal de choses avaient créé de la distance entre eux et il sentait clairement que Gordon avait quelque doute le concernant. JK écrasa le mégot dans le cendrier et se planta dans l'encadrement de porte, vérifiant une ultime fois un smartphone qui n'affichait toujours pas la tronche beurrée de Paul *photo prise lors d'une chouille arrosée* lui indiquant qu'il avait tenté de le joindre. Le jeune homme remit l’appareil dans la poche de son jean et fronça les sourcils. Sans un mot, Edena sachant parfaitement ce qui le taraudait depuis quelques jours, il enfila une veste par dessus ses tee shirt superposés et l'embrassa dans le cou. "J'sais qu'on dit pas de nouvelle bonne nouvelle mais... il est pas top en c'moment, j'préfère y aller mon ange... J'vais peut-être passer une bonne partie de la nuit avec lui donc j'te dépose chez Dyl." Une fois la jeune femme prête il prit la voiture et la déposa chez sa soeur.

Quelques minutes lui suffirent pour rejoindre la casa Lewis où il gara la Dodge avant de sortir. Il ne faisait pas chaud ce soir là et la baraque avait des allures de bicoque de film d'horreur, des tas de saloperies sur la pelouse qu'on peinait à distinguer tant l'herbe avait pris possession de la devanture mais, au delà du bordel immonde, JK voyait les heures épiques qu'il avait passé là avec son pote à coller des pétards dans la merde des chiens en attendant derrière la caisse de Bernie que des gens passent et se retrouvent les jambes couvertes d'éclaboussures. Combien de fois le voisin, qui vivait encore là, les avait coursé? Un millier, deux millier de fois? Ses souvenirs n'avaient pas de prix tant c'était con et risible pourtant, dans peu de temps, si on ne prodiguait pas les soins nécessaires à son pote, il ne serait plus là pour s'en rappeler avec lui. La porte de la maison voisine grinça et lui fit relever le nez tandis que Kyle sonnait chez son frangin. Un mince sourire s'empara des lèvres de Jefferson qui hochait la tête en guise de salutation, le bougre d'à coté, la panse dégueulant par delà la ceinture d'un jean trop serré, le considéra avec une lueur étrange dans le regard, pas de doute, lui aussi se rappelait avoir eu les pattes de son futal couvertes de merde. Paul ne répondait pas et, à bout de patience, imaginant déjà devoir défoncer la porte et retrouver son pote étalé sur le carrelage avec le chien lui bouffant la poire à coups de langue, il planta l'index sur la sonnette et ne relâcha pas jusqu'à enfin voir la tronche déconfite du blond sur le seuil.

"Tu baises trop, ça rend sourd! Bordel Paul, ouvres quand on sonne surtout quand t'es à l'ouest, fais pas peur aux gens comme ça, c'est pas comme si Jéhovah allait d't'rendre visite à l'heure qu'il est..." Paul roula des yeux en le laissant rentrer. "C’est bon je suis pas mort…" Sans attendre, Lewis fila dans le salon et se vautra dans le canapé tandis que JK fermait le battant et le rejoignait, constatant par la même occasion que le bordel de devant était aussi présent à l'intérieur. "Isa a fait péter une potion magique?" Un rire connard quitta la gorge du chasseur qui s'emparait de deux bières dans le frigo, revenait dans la pièce et en balançait une sur le bide de son frangin. "C'est moi ou c'est encore pire que quand t'étais livré à toi même mec?" Amusé par ses propres conneries, Jefferson décapsula la canette et la porta à ses lèvres avant de visser le cul sur le bras du fauteuil face à Paul et de tirer doucement les babines de Lucky qui venait le saluer. "Elle s’est tirée à New York… Elle me l’a annoncé hier par téléphone quand j’étais à l’hosto pour des examens si tu veux tout savoir." A ces mots, JK avala difficilement la gorgée de binouze qu'il avait en bouche et considéra le chien qui posait sa tronche contre son genoux. Même ce clebs avait mal pour son maître. Kyle peina à réaliser mais ce fut lorsqu'il vit le bras de Lewis rejoindre le cendar, dans le but de rallumer son pétard, qu'il croisa la route d'un vase où un bouquet était en pleine décomposition. Stevens s'était tirée, alors qu'il avait besoin d'elle... Était-elle complétement cinglée ou avait-elle l'intention de le faire crever plus vite? Kyle la connaissait peu, voir presque pas étant donné qu'elle était un peu plus discrète que les autres nanas avec qui Paul était sorti mais, d'après ce que ce dernier lui rapportait sur le compte de cette sorcière, elle était comme son rayon de soleil... Désormais JK voyait plutôt la gosse comme un bourreau égoïste qu'autre chose. "J'vais pas te dire désolé... Ça sert à rien, elle reviendra pas pour autant mais ptin! Vache, sérieux elle à quoi en tête? D'la semoule? Un pois chiche?" Le chien aboya et JK réceptionna l'immense patte qu'il portait dans le creux de sa main. "Même ton clébard trouve ça très con... excuse mais t'as jamais songé qu'elle était méga conne? J'sais que t'as surement pas envie d'la dénigrer mais là y a de quoi mec!" JK lui piqua le pétard des mains et se tira une bouffée qui le fit tousser avant de lui rendre. "D'après c'que t'as dit tu lui es venu en aide! Bha merci la reconnaissance, sérieux Paul tu veux pas baver, j'vais le faire à ta place car là ça m'trou le cul..." Kyle empoigna les tiges fanées et les coll dans la cheminée près de la télé avant de jeter une boite d'allumettes sur le bide de son pote. "Si t'as autre chose à faire cramer fais le, j'te jure ça soulage mec!"



Post color = skyblue|DC : Aleister D. Madera

KYLE JEFFERSON

Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 32
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Mar 1 Oct - 21:55


Paul avachit sur son canapé fumait son tarpet en regardant Kyle qui comme il l’avait prédit commençait déjà à pester contre Isabella. C’est vrai la façon dont elle était partit était déplorable, le moment était mal choisi, mais c’était comme ça, il ne pouvait pas revenir en arrière. Et puis peut être qu’il valait mieux que ce soit maintenant que lorsqu’ils auraient eu un enfant. Au moins elle ne pleurerait pas sa perte, elle serait loin, ne le verrait pas, et il ne comptait pas lui donner de nouvelle pour la laisser reprendre une vie des plus normales loin de lui.

"J'vais pas te dire désolé... Ça sert à rien, elle reviendra pas pour autant mais ptin! Vache, sérieux elle à quoi en tête? D'la semoule? Un pois chiche ? Même ton clébard trouve ça très con... excuse mais t'as jamais songé qu'elle était méga conne? J'sais que t'as surement pas envie d'la dénigrer mais là y a de quoi mec!"

- Ca servirait à rien, elle a prit sa décision, elle est libre de ses choix, j’ai pas à lui en vouloir. On était peut être pas fait pour être ensemble et puis c’est tout.

Il lui pique son pétard des mains pour tirer une bouffée et la tousser. Oui oui désolé mais là il les chargeait pour oublier un peu la merde dans laquelle il se trouvait. Seul comme un con dans sa baraque qui retrouvait son image d’antan, à affronter une maladie qu’il n’avait pas souhaité à son si jeune âge. Paul parfois se demandait ce qu’il avait bien pu faire de mal pour qu’on le punisse ainsi. Après tout ces cons de religieux disaient bien que Dieu vous punissait, ou vous mettait des épreuves sur votre route. Ouai bin là c’était la grosse merde et Paul se serait bien passé de ça !

"D'après c'que t'as dit tu lui es venu en aide! Bha merci la reconnaissance, sérieux Paul tu veux pas baver, j'vais le faire à ta place car là ça m'trou le cul..."

- A quoi ça va servir hein ? Ca va pas la ramener, ça va pas la faire changer d’avis, et puis merde je suis bien comme ça, personne pour me faire chier, qu’on me laisse crever en paix bordel !

Dit il en tirant sur son calumet, posant ses mains sur son torse en fixant l’écran télé où il n’y avait aucun son qui sortait. Paul regarda Kyle empoigner les fleurs et les balancer dans la cheminée, bah ça lui évitera de les mettre à la poubelle tient. Un petit feu se fit voir dans l’antre de la bête et Paul se gratta la tête.

"Si t'as autre chose à faire cramer fais le, j'te jure ça soulage mec!"

- T’inquiète elle est pas stupide, elle a prit soin de tout embarquer. Tu vois elle a pas qu’un pois chiche…

Dit il sur un ton totalement désintéressé. Dire qu’elle ne lui manquait pas serait faux, mais il ne se sentait plus brisé comme au début. Il l’avait aimé certes mais peut être pas aussi fort que Kyle aimait sa lapine, pour la simple est bonne raison qu’il y avait beaucoup de chose que Paul n’avait jamais pu lui dire. A commencer par le fait qu’il était un génie, il savait pas pourquoi, mais il se sentait embarrassé de lui annoncer ça, alors il ne l’avait jamais fait. Y’a beaucoup de choses finalement qu’ils ne se disaient pas, et en y réfléchissant, c’était pas de super bonnes bases pour un couple dans la durée. Paul regrettait simplement qu’elle n’ai pu comprendre ses choix, la magie, le sang de vampire, tout ces trucs que lui tentait de combattre au quotidien, elle avait voulu qu’il les utilise. Elle lui avait fait la gueule de nombreux jours avant de se barrer, c’était sans doute ça qui lui avait fait prendre conscience inconsciemment qu’ils étaient plus proche de la fin que du début. Il se sentait seul, en faite c’était une présence qui lui manquait, il avait pris l’habitude de pouvoir dire des conneries à une personne qui n’aboyait pas comme Lucky le faisait. D’avoir une présence dans son lit, et quelqu’un qui s’occupait de lui. Ouai enfaite, c’était les attentions qui lui manquaient. Son cœur saignait encore un peu, mais la douleur était remplacé par l’amertume qu’il ressentait pour elle.

- Tu sais pourquoi elle s’est tirée ? Parce que j’ai refusé de faire usage de la magie pour m’alléger des souffrances. Parce que j’ai refusé de boire du sang de vampire pour me guérir. En gros elle me reproche de ne pas utilisé ces subterfuges… Je suis encore sur le cul bordel ! Je suis un chasseur ce serait contre nature de faire ça, et de toute façon la magie, les vampires et tout le reste c’est contre nature même si certains ont pas demandé à l’être. Personne à vu dans la bible que Jesus bouffait du poulet avec Dracula !

Paul poussa un long soupir en posant sa main sur son crane, il était désorienté tout de même, il tira sur son joint avant de regarder Kyle.

- T’y crois toi ? Les femmes nous reprochent tout le temps de pas assumer les choses, de jouer les enfants. Et là, je veux assumer ma maladie comme n’importe quel malade et elle me balance comme une merde. Même pas le cran de me regarder dans les yeux pour me dire qu’elle veut partir. Elle m’a téléphoner, m’a dit qu’elle m’aimait mais qu’elle pouvait pas supporter et clac elle a raccroché. J’ai rien pu dire, j’ai même pas pu plaider ma cause. Ca me rend fou !

Il secoua de la tête et pris sa bouteille de bière pour vider le reste avant de la poser sur la table et de se redresser. Posant ses coudes sur ses cuisses alors que le tarpet fumait entre ses doigts.

- Je lui en veux pas au fond, c’est pas une situation des plus simples. Et si elle est pas capable de faire face à un truc pareil, elle aurait jamais été capable de faire face à autre chose. C’est peut être mieux ainsi finalement, notre couple aurait pas tenu la route. Mais je lui en veux de la façon d’être partit… Je me sens comme pris pour un véritable con ! Je suis peut être débile, du moins c’est l’image que je laisse voir mais je suis loin d’être un connard… Et j’ai l’impression que je me ferai bouffer quoiqu’il arrive. Merde ! Regarde toi t’es le pire des connards avec les filles. Edena elle en a bavé grave et aujourd’hui vous allez avoir des momes ! Elle crève d’amour pour toi, ça se voit, ça se ressent quand on est avec vous, elle rit même à tes conneries pourtant t’es pas drôle ! Et moi ? Bin moi je me tape toutes les filles perdues qui savent pas ce qu’elles veulent qui m’usent jusqu’à la moelle. Je suis malade, je vais certainement crever et j’aurais personne pour me consoler quand ça va pas. Car ces putains de médocs de mes couilles, me retournent la tête au point limite que je suis comme une femme en cloque. Bordel j’ai chialé devant titanic l’autre jour alors que d’habitude je me fends la gueule ! Je tremble, au point que tous les matins je renverse la moitié de mon café sur le sol, je pane rien du tout à ce qui m’arrive. Pourquoi moi ? Qu’est ce que j’ai fais putain pour mérité un truc pareil ? Quand je regarde Alexander le fils de l’autre connasse de postière et sa tête de con qu’à rien dans le crane qui tire des nénettes à moitié alcoolisées pour tremper son biscuit et qui passe son temps à sucer l’argent du contribuable alors que moi putain j’ai rien demandé. J’ai la haine sérieux !! Je pourrais tuer quelqu’un tellement j’ai la rage. Pourquoi moi quelqu’un pourrait m’expliquer?

Paul était calme mais on sentait à quel point tout ça était pesant pour lui, il était complètement paumé, il savait plus où il en était. C’était difficile pour lui et pour la première fois de sa vie, il vidait son sac. Il se prit doucement le visage en main en poussant un long soupir, laissant deux ou trois larmes tomber de ses yeux avant de les essuyer et de secouer de la tête pour regarder Kyle.

- J’ai mentis, parfois t’es drôle… surtout quand t’as bu.

Dit il en lachant un rictus, avant de considérer sa bière et de se lever pour prendre un truc plus fort et d’apporter deux verres sur la table.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Jefferson

avatar
Messages : 115
Emploi/loisirs : Arracheur de coeur (souvent de vampires mais parfois des filles aussi)
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Ven 4 Oct - 21:48


-La vie ne tient qu'à un fil-


Kyle resta figé, assis stoïque face à l'attitude d'un Paul qu'il ne connaissait pas, ce n'était pas lui, pas le type avec qui il avait fait les pires conneries, avait tué une quantité de vampires, Lewis avait-il lâché prise à cause de cette saloperie de maladie et le départ d'Isabella? Il le connaissait parfaitement, il savait qu'il était capable de se relever des pires situations mais, ici, son pote d'enfance, celui qu'il avait toujours considéré comme son propre frère baissait les bras. Kyle passa la main sur ses traits tandis que son ami lui expliquait, tandis qu'il lui servait sur un plateau pourquoi la jeune fille, peut être trop jeune, qu'il aimait à s'en faire claquer les veines, tout comme lui était prêt à le faire pour Edie, l'avait lâchement laissé à son sort alors qu'il l'avait épaulé, qu'il lui avait offert une nouvelle vie et évité un destin aux mains de ce foutu hybride Originel. Beaucoup de chose échappait à JK, Bella, qui était la meilleure amie de son ange ne lui avait pas parlé de son départ prochain, personne ne semblait avoir vu venir le pavé qu'elle s'apprêtait à coller dans la gueule de son pote et, rien que ça, rien que ce qu'elle avait fait de Paul, qu'il fixait à morfle dans son canapé tandis que des larmes se faisaient la malle sur le carrelage jonché de bordel, collait les nerfs à Jefferson.

"...Et j’ai l’impression que je me ferai bouffer quoiqu’il arrive. Merde ! Regarde toi t’es le pire des connards avec les filles. Edena elle en a bavé grave et aujourd’hui vous allez avoir des momes ! Elle crève d’amour pour toi, ça se voit, ça se ressent quand on est avec vous, elle rit même à tes conneries pourtant t’es pas drôle ! Et moi ? Bin moi je me tape toutes les filles perdues qui savent pas ce qu’elles veulent qui m’usent jusqu’à la moelle. Je suis malade, je vais certainement crever et j’aurais personne pour me consoler quand ça va pas." Lorsqu'il parla de sa mort prochaine JK se redressa et essuya une nouvelle fois ses traits livides. Paul allait mourir, son pote... Alors qu'il le savait depuis quelques jours, le chasseur semblait vouloir faire fi d'un fait qui dans quelques temps serait bien réel, comment vivrait-il la chose? Kyle déposa sa main marquée à sa hanche et déforma ses paupières en les pressant avec hargne, comment des gens comme Lewis, des gens bien, luttant pour la cause de millier d'autres archicons, pouvait-il disparaître avant tous les connards de l'univers? Jefferson se sentait impuissant face aux phrases de son ami, tout ce qu'il en retenait, malgré les divers points qu'il abordait était "Kyle j'vais clamser, personne sera là, j'vais crever seul...". Ça le faisait bouillir, jamais il n'avait eu à considérer une telle chose avant et pourtant, sa sœur était morte pour tentait de l'aider, elle était devenue un vampire et avait failli y passer sous les doigts de leur père et ses propres mains, il avait su faire face aux pulsions de la marque, mais là... JK savait qu'il ne pourrait aucunement faire face à la mort de Paul car il ne reviendrait jamais d'entre les morts. "Pourquoi moi ? Qu’est ce que j’ai fais putain pour mérité un truc pareil ? Quand je regarde Alexander le fils de l’autre connasse de postière et sa tête de con qu’à rien dans le crane qui tire des nénettes à moitié alcoolisées pour tremper son biscuit et qui passe son temps à sucer l’argent du contribuable alors que moi putain j’ai rien demandé. J’ai la haine sérieux !! Je pourrais tuer quelqu’un tellement j’ai la rage. Pourquoi moi quelqu’un pourrait m’expliquer?" Blême, Kyle sentait le même syndrome qu'à l'appartement, avant que Paul vienne lui annoncer la nouvelle, refaire surface dans ses tripes et s'adossa au comptoir de la cuisine afin de reprendre une grande inspiration et que les tiraillements le quittent.

Le feu crépitait dans la cheminée et plus un mot ne quitta la gorge de Lewis un instant avant de le fixer les yeux remplis de larmes. "J’ai mentis, parfois t’es drôle… surtout quand t’as bu." Le blond lâcha un rictus qui fit sourire son pote, au moins il était honnête, le plus fendard des deux avait toujours était Lewis, Kyle lui, était drôle uniquement par son dialecte peu recommandable aux moins de dix ans et aussi car les nanas, voulant s'attirer ses faveurs, riaient comme des décérébrées à tout ce qu'il disait, blagues pourries y compris. Jefferson souleva quelques tas de bordel dans le salon et trouva un sac où du matériel de chasse trônait. "Tuer quelqu'un... Ouais, c'est sûrement plus défoulant que d'foutre le feu à ce que, de toute évidence, elle a rembarqué en s'tirant." Kyle soupira et prit place sur la table face à Paul, les bras ballant contre ses cuisses sur lesquelles il joignit ses mains et joua un instant avec la chevalière qui, ces temps-ci, semblait lui irriter la peau. "Paul." Commença-t-il en croisant les yeux de son pote. "J'veux pas qu'tu prennes du sang d'goule, j'veux que tu sois vivant pour... Enfin merde, que tu sois toi le temps qu'tu peux encore, oublies la, elle s'est barrée, elle s'en mordra les doigts tu peux être sûr, et si elle revient promets moi un truc!" JK se redressa et colla une main ferme sur l'épaule de son pote avant de lui balancer le sac d'armes aux pieds. "Envoies la chier par sms... Allez lève ton gros cul d'malade et j't'emmène traquer des vampires de mes deux comme dirait Tia." Il rit un moment et avança vers la porte jusqu'à sortir sur le chemin le ramenant à la Dodge. Le temps viendra Kyle..." JK arqua un sourcil alors qu'il voyait Paul rejoindre sa position. "Le temps de quoi connard? Tes médocs te font pas délirer?" Sûr qu'il s'agissait de Lewis, il fronça les sourcils lorsque cette phrase refit surface, visiblement il était le seul à l'entendre.



Post color = skyblue|DC : Aleister D. Madera

KYLE JEFFERSON

Revenir en haut Aller en bas
Paul Lewis

avatar
Messages : 204
Age : 32
Emploi/loisirs : Armurier/chasseur de vampires

We all have something to hide.

Race: Humain/Chasseur de vampires
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Dim 6 Oct - 22:11


Paul venait de vider son sac, tellement de pression, d’émotions qu’il avait subitement tout lâchées en bloc. Ses ressentis sur sa rupture, sa maladie, l’incompréhension qu’il ressentait. Paul était véritablement paumé, c’était comme si son monde s’écroulait, comme si tout lui échappait, il se sentait comme pris au piège, devant un mur dont il ne saurait graver la hauteur. Kyle était la seule personne à qui il pouvait en parler pour le moment, il ne le prendrait pas en pitié, userait surement de subterfuges pour lui remonter le moral, voir même l’insulterait qui sait. Il n’était plus maitre de son destin, et attendait sagement la faucheuse qui n’allait pas tarder à venir le saluer. Il poussa un long soupir tandis que Kyle venait se poser devant lui. Au fond Lewis s’en voulait, les mois heureux que Kyle devait passer auprès de sa femme pour la venue de leur enfant, était gâché par la nouvelle tragique d’une potentielle mort.

"Tuer quelqu'un... Ouais, c'est sûrement plus défoulant que d'foutre le feu à ce que, de toute évidence, elle a rembarqué en s'tirant."

"Paul."

- Oui mon lapin.

"J'veux pas qu'tu prennes du sang d'goule, j'veux que tu sois vivant pour... Enfin merde, que tu sois toi le temps qu'tu peux encore, oublies la, elle s'est barrée, elle s'en mordra les doigts tu peux être sûr, et si elle revient promets moi un truc!"

- Quoi ?

"Envoies la chier par sms... Allez lève ton gros cul d'malade et j't'emmène traquer des vampires de mes deux comme dirait Tia."

Paul hocha du bonnet, et se leva du canapé. Avant il éteignit la télévision et partit chercher un sac où quelques armes trônaient, il empila quelques bières et enfoui dans ses poches un morceau de chichon. Oui ils partiront bien armé. Arrivé sur le pas de la porte, laissant pour une fois le chien à la maison et verrouillant la porte, il arqua un sourcil en regardant Kyle.

"Le temps de quoi connard? Tes médocs te font pas délirer?"

- Jeanne d’Arc t’entend des voix ma couille en porcelaine ? Dis moi, ta femme est pas toute seule chez vous au moins ?

Demanda t-il en jetant son sac à l’arrière de son pick up pour se mettre côté conducteur. A la réponse, il hocha de la tête, et démarra le véhicule, estompant le son de la radio qui comme à son habitude était au maximum. Il jeta un œil à l’horloge présente dans l’habitacle, l’heure parfait pour chasser de la goule en ce samedi soir. Tous seraient entrain de ramasser les jeunes trop saoul étant de parfaites victimes. Il resta silencieux durant le long du trajet, posant son coude contre la vitre, en songeant encore et toujours aux mois qu’il avait devant lui. Prochainement ses parents allaient débarquer, ils ne lui avaient pas dit textuellement, mais il s’en doutait. Moman ne laisserait pas son petit poussin sans personne. Les bois filèrent à l’horizon, et c’est près de l’entrée du cimetière qu’il gara le véhicule. S’extirpant en choppant le sac, Paul pris une grosse bouffée d’air et commença à marcher en compagnie de son pote.

- J’ai concocté un truc après ma sortie d’hôpital, je sais pas ce que ça donnera mais rassure toi tu ne serviras pas de cobaye cette fois… Quitte à bientôt crever je peux l’être moi-même.

Dit il en riant doucement avant de s’enfoncer dans les bois pour trouver un coin calme. Il ouvrit son sac et fila une bière à son pote avant de s’ouvrir la sienne, mais le fait qu’elles aient été secoué dans le sac Paul eut une bien mauvaise surprise. Décapsulant sa boisson avec son briquet, il prit un jet de bière dans la tronche et fit une moue tout à fait déconfite et amusante. Il regarda Kyle d’une façon tout penaud.

- Je veux même pas t’entendre rire connard.

Il passa sa langue sur ses lèvres avant de s’essuyer la tronche sur son tee shirt et de boire une longue gorgée. Il sortit ensuite, une toute petite lampe de poche, ressemblant à un stylo et appuya sur un bouton qui activa un faisceau lumineux. Il hocha de la tête.

- C’est des UV… Les vampires craignent le soleil donc les UV, même si ça leur fera pas mal, un bon coup dans les yeux ça peut peu être les éblouir un instant pour nous permettre d’agir… Ca a l’air con non ? Mais j’ai pas eu d’autre idée depuis un moment.

Paul eut un petit rictus, son génie en prenait un coup avec sa maladie. Sans doute avait-il l’esprit trop occupé pour réfléchir à tous ses trucs qu’il fabriquait. Bien qu’en général il débordait toujours d’idées, en ce moment c’était le trou noir. Soudain le craquement d’une branche se fit entendre, Paul et Kyle échangèrent un regard. A coup sur c’était un vampire, s’armant d’un pieu, les deux compères se dirigèrent vers le bruit. Personne n’était visible ainsi Paul regarda en l’air machinalement avant de voir des crocs scintiller au dessus de sa tête. Le vampire était accroché à la branche telle une chauve souris.

- Fais chier..

Dit il en sentant ses mains sur sa joue, alors qu’il lui foutait son faisceau lumineux dans les yeux. Son idée semblait fonctionner mais Paul n’avait pas été assez vif pour réagir, et se retrouva la nuque brisée sur le sol. Mort, ce qu’il serait sans doute bientôt pour de bon. Il ne su ce qui se passait autour, mais il fit un drôle de songe…

Une plage de sable blanc, les mains en poche dans une tenue blanche, un pantalon à toile, une chemise ouverte de deux boutons. Il fixait les vagues qui venaient s’écraser à ses pieds nus, un sentiment de bonheur l’enveloppait, il sentit une main se poser sur son épaule et tourna la tête sur le visage de sa magnifique moman. Elle était apprêtée, comme elle l’était toujours pour les grands événements. Il passa son bras autour de ses épaules, alors qu’elle se blottissait dans ses bras, avant de lui prendre le menton et de plonger son regard apaisant dans le sien.

- Tu stresses mon poussin ?

Paul eut un petit haussement d’épaule avant de sourire.

- Tu n’as pas à avoir peur Paul, c’est la plus belle chose qu’il puisse t’arriver… On est fière de toi avec ton père, elle t’aime ça crève les yeux… et… Elle est magnifique en passant.

Lewis fit une moue surprise avant de ronchonner.

- Pourquoi moi j’ai pas le droit de la voir alors que vous la voyez tous ?!

- Parce que voir la mariée avant le mariage porte la poisse poussin. Aller viens tout le monde vous attend.

La mère de Paul était à son bras, et Lewis scrutait les visages dans la foule de personne tous habillés pour une belle occasion. Une voute de fleur était voyante sur la plage et il se dirigeait à cette endroit. Tous ses proches étaient présent, Ambre, Edie, Julian, Dylan, Elyan, son popa qui était entrain de parler à son cousin Shaun. Tous étaient présents sauf deux personnes, il manquait Candice et Kyle. Paul tiqua un instant avant d’entendre une douce mélodie être jouée par des violons, alors qu’il attendait sagement celle qui allait devenir Madame Lewis Bis. Une magnifique robe blanche légère flottait dans l’air, voilée il ne pouvait apercevoir le visage de la femme qui tenait Kyle par le bras. Bon déjà sa couille était là c’était rassurant. Paul se sentait étrangement heureux, une sensation qui n’avait jamais ressentit le couvrait de ses bras alors que Kyle lui faisait un clin d’œil avant de se tourner vers cette femme, pour lui relever son voile. La surprise était immense tant jamais il n’aurait cru ceci possible, il tendit sa main à la belle rouquine qui n’était autre que Candice, scrutant son visage poupin.  Avant de se prendre une gifle par Kyle.

Mais cette gifle était réelle, Paul ouvrit de grands yeux, voyant tout trouble. Il entendait une voix, impossible de discerner qui lui parlait, d’ailleurs il se souvenait même pas où il était, complètement paumé le père Lewis.

- Candice ?

Ce ne fut que lorsqu’il sentit une haleine de cendrier et de bière qu’il comprit que c’était Kyle. Il cligna plusieurs fois des paupières avant de discerner nettement le visage de son ami. IL secoua de la tête avant de se faire aider pour se relever, et de scruter Kyle qui le questionnait déjà.

- Moi j’ai parlé de Candice ? Arrête de fumer ma couille, ça grille tes neurones, aller viens on se casse, j’ai besoin de pioncer là.

En effet, Paul était très affaiblit par cette nouvelle mort, les cernes se creusaient sous ses paupières et il était de plus en plus blanc. Il ramassa ses affaires avant de songer un instant à ce songe digne d’un film romantique. Un sourire se figea sur ses traits avant qu’il ne saute dans le pickup pour décamper.


Paul Lewis|Julian Gates|Stefan Salavatore

-Paul Lewis-



Rire c'est vivre l'instant présent
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Jefferson

avatar
Messages : 115
Emploi/loisirs : Arracheur de coeur (souvent de vampires mais parfois des filles aussi)
MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle) Lun 7 Oct - 14:22


-La vie ne tient qu'à un fil-


Une fois n'était pas coutume, la Dodge resta sur place et Lewis ne put s'empêcher de prendre le volant de sa roulotte bordélique à souhait, un truc banal qui fit tout de même sourire JK, au moins il prenait déjà au sérieux les mots de son pote alors qu'il aurait pu se faire conduire. Pourtant, alors que d'habitude ils se marraient, chantaient et riaient le long du trajet *n'importe quel bout de chemin ensemble en vérité*, ici Paul resta muet, un mutisme de rigueur étant donné ce qu'il avait débité coté mots et salive alors que son meilleur ami ne lui en demandait pas tant, enfin, avec tout ça, même si la moitié ne le concernait pas, Jefferson était au courant et savait qu'il ne fallait pas le laisser pourrir dans son canapé. S'il restait à morfle à s'empiffrer de smarties, binouze et tout le panel du geek, le jeune chasseur savait que Môman Lewis viendrait lui affuter les oreilles pour avoir laisser son fils dans le fond du gouffre. Une fois garé Bernie Jr lui fit part d'une dernière invention qui le fit rire jaune lorsque Paul évoqua une mort malencontreuse, certes ils s'étaient déjà fait crever l'un l'autre histoire de chronométrer la résurrection mais, désormais, Kyle se demandait quel effet aurait cette magie spéciale sur un Lewis peu en forme et préférait être sur ses gardes. Bref, aller chasser était peut être con et dangereux au vu de l'état de Mister Bean, mais ils savaient y faire et n'étaient pas aux premiers jours de traques, ils en avaient au compteur des goules, d'ailleurs en y songeant, alors que le blond abandonnait le pick-up le plus loin possible dans les bois, JK se demandait depuis combien de temps ils n'avaient plus comparé le nombre de sangsues achevées, tenté de lui demander, il préféra cependant réceptionner la bière que lui tendait son pote et la poser contre une pierre plate. A observer la façon dont Lewis avait secouer le sac, il valait mieux attendre, un fait qui n'effleura vraisemblablement pas l'esprit de Paulo qui décapsula la canette et se fit gicler dessus telle une actrice de film dont ce cher chasseur guignard était abonné à la chaîne.

"Je veux même pas t’entendre rire connard." Forcément dites au singe de ne pas le faire et cet imbécile ne pourra s'en empêcher. Un rictus quitta les lèvres de Jefferson, déjà munies d'une cigarette magique. "T'as un peu de mousse sur la gueule, tu tests une nouvelle façon de chasser les goules?" Une grimace lui servit de réponse. "C’est des UV… Les vampires craignent le soleil donc les UV, même si ça leur fera pas mal, un bon coup dans les yeux ça peut peut-être les éblouir un instant pour nous permettre d’agir… Ça a l’air con non ? Mais j’ai pas eu d’autre idée depuis un moment." Kyle observa le stylo qu'il tenait dans les mains. "T'es grave en manque mon vieux, tu penses comme une nana, Totally Spies t'a inspi?" Un rire connard quitta sa gorge tandis qu'il débouchait sa bière et s'en rinçait le gosier. "Cloverrrrrrr" Éructa-t-il sous les rires de son pote tandis que, dans le bois plus profond, un craquement, inaudible pour une oreille peu entrainée, fit se redresser les deux frangins. Kyle s'affairait déjà à serrer les boucles de son bracelet fétiche puis s’empara d'un jouet fort sympathique qu'il ne doutait pas tout droit sorti de l'esprit du petit génie devant lui. Comme un lance pierre High tech qui, à son extrémité, était armé d'une balle de baseball dans laquelle des clous de bois, longs et bien taillés, trônaient fièrement. "T'as déjà essayé ou j'risque d'me prendre le truc en pleine poire?" Le hochement de tête de Paul lui indiqua la réponse, si il avait testé, et surement manger dans la tronche en le faisant, alors tout allait bien et l'arme, aussi space était elle, était fort capable de dézinguer de la goule ou encore de la coller dans une léthargie inintéressante pour l'achever. "Fait chier." Immédiatement JK se tourna et considéra la Canine qui, une fois descendue de son arbre, brisa la nuque de son pote. "Putain d'merde vous avez pas d'autres options?" Dit-il, les paupières à semi closes sous les effets des vapeurs de beuz.

Alors qu'il armait la sorte d'élastique, sans doute tout droit retiré d'un des vieux calbut' de Paul, ses entrailles le tiraillèrent sauvagement. Kyle recula jusqu'à rencontrer le tronc d'un arbre et lâcher prise sur la fronde. Sa tête tanguait comme une saloperie de cargo, la nausée le tenait comme il fallait et il redressa lentement les yeux vers la sangsue qui s'approchait de lui. Sans savoir ce qui lui prenait, Kyle sentit comme un coup puissant lui fendre l'être, comme s'il fut subitement contraint de passer au second plan et incapable de gérer son corps qui s'effondrait sans raison jusqu'à sombrer dans le pays des merveilles. Le tourment était particulier, il semblait rêver sans avoir main basse sur son propre esprit, noirceur, lueurs étranges et voix d'outre tombe furent ses uniques compagnes dans un songe dont il voulait à tout prix sortir avant de sentir les crocs de cette saloperie, sans doute penchée sur lui à l'instant, se planter dans la chair de sa gorge. Kyle subissait la chose sans pouvoir se redresser jusqu'à ce que sa gorge se dilate et qu'il fut contraint d'inspirer de grosses goulées d'air, tel un noyé remontant en surface. Le palpitant affolé, le chasseur rouvrit les yeux et redressa vivement son dos contre l'écorce derrière lui, le cul vissé dans la terre sèche, ahuris et surtout désemparé. Qu'avait-il? Que c'était-il passé? Aucun corps devant lui alors qu'il se réveillait à plusieurs mètres de Paul à côté duquel il s'était pourtant vautré comme une chiffe molle. Haletant comme une pucelle, de grosses perles de sueur maculant son visage, il passa la main contre celui-ci avant de ramper vers son pote et considérer sa montre, ces deux cons avaient pioncer une bonne heure. Plus inquiet pour Lewis qui ne revenait pas à lui, JK lui saisit la main et fixa la chevalière identique à la sienne pour sentir le pouls de sa couille. "Saques toi bordel!" Lâcha-t-il, le stress le gagnait quant à l'état de Paul, les résurrections n'étaient pas de tout repos et sachant l'état de son frangin loin du top Ten, il redoutait les séquelles. Lewis avait du mal à reprendre conscience et, subitement, sans avoir d'autre choix, Kyle redressa le bras et lui décolla une bonne torgnole. Bingo, la belle aux bois dormant reprenait conscience. "Candice?" Jefferson fronça les sourcils lorsque son pote sourit comme un demeuré et lui tendit la main. "T'es vraiment en manque bordel!" Rassuré que son cœur ait redémarré, Kyle lui colla une tape sur l'épaule et rembarqua tout le bordel, toujours aussi intrigué par l'absence du corps. Le vampire avait-il décampé? Pour quelles raisons? il le tenait, à moins d'être complétement con, Kyle ne comprenait pas vraiment l’intérêt ni même qui avait bien pu déplacer son propre poids sur une telle distance. "Y a quelque chose entre Pond et toi? t'as parlé d'elle." Kyle zippa le sac et ramassa le bédo trempé de binouze, une grimace rivée à la tronche. "Moi j’ai parlé de Candice ? Arrêtes de fumer ma couille, ça grille tes neurones, allez viens on se casse, j’ai besoin de pioncer là." Kyle ne releva pas, le front plissé en fixant les alentours puis le mégot qu'il tenait encore. Paul avait peut-être raison cette chère Marijane lui jouait sans doute de mauvais tours. Il resta un instant dans la clairière, Paul un peu plus loin rejoignant le véhicule. Rien à l'horizon à part les criquets et les hiboux, oui, les pétards le faisaient surement délirer... "Ouais j'arrive!" Lança-t-il à son pote qui le hélait depuis sa bagnole.



Post color = skyblue|DC : Aleister D. Madera

KYLE JEFFERSON

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La vie ne tient qu'à un fil (Kyle)

Revenir en haut Aller en bas

La vie ne tient qu'à un fil (Kyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Appartement Jefferson-