RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le combat final (Ayden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emma Renzoni

avatar
Messages : 68
Emploi/loisirs : Etudiante

We all have something to hide.

Race: Humaine
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Le combat final (Ayden) Lun 30 Sep - 14:48

Les lumières de la ville en contrebas, alors qu’il était perché dans sa tour de verre, lui donnait une impression de pouvoir. Un verre de whisky en main, Matis dans son costard sans cravate, fixait l’horizon d’un air serein. Un sourire en coin sur son visage, une main en poche, il ressassait les derniers événements dans sa tête. Emma, son élixir, son épouse, avait pris à nouveau la fuite mais avec vampire. Il l’avait cru morte, comme bon nombre de gens, lorsque les informations avaient donné la description de son véhicule, et comme un bleu il avait couru, avait même organisé des funérailles. Il ne l’aurait jamais pensé aussi inventive, mais en y réfléchissant, elle ne devait pas être à l’origine de cet accident mais Mattews oui. Ancien flic, il semblait lui rester des traces de ses enquêtes. Son frère Chris, était à Chicago, et n’avait pas l’envie de se mêler à sa guerre, il lui avait même dit de laisser couler. Passer outre, un fait impossible pour cet homme de poigne, Emma était à lui, depuis le premier jour, depuis qu’elle lui avait juré fidélité et amour devant ce foutu prêtre. Menteuse, manipulatrice, en somme, il avait parfaitement formé sa femme à devenir sa pâle copie. Au fond, il était fière d’elle, mais sa rage était telle, qu’il voulait lui faire payer amèrement de s’être amouracher ainsi d’un être lunaire. La tuer serai jouissif, surtout que sa mort entrainerait celle de ce traitre ! Mais ce n’était pas la meilleure des punitions, lui faire payer tout au long de sa vie en la rendant à l’état d’esclave, en était une bien meilleure, mais avant de l’atteindre il devait anéantir ce sans cœur. Un rire amusé de ses plans, Matis vida son verre en entendant des pas sur le plancher, il ne pris pas la peine de tourner la tête.

- La voiture vous attend en bas Monsieur Demmarey. Joshua m’a chargé de vous dire que le paquet a été réceptionné comme convenu, et qu’il est au bar dans les étages supérieurs. Il a également coupé la tête du coq, il ne sera plus nuisible.

- L’enfant ?

- Je n’en sais pas plus à ce sujet Monsieur.

Matis se tourna vers celle qui était son assistante et lui donna son verre alors qu’il enfilait son imper pour rejoindre les ascenseurs. Une fois en bas, le portier fit son office en lui ouvrant la portière de la limousine qui le menait à son club. Une cigarette en bouche, Matis fixait les lumières défilant, se réjouissant d’avance de la tournure des événements. Avec ce flic mort, le kidnapping d’Alan, Ayden pointerait à coup sur son nez ce soir. Un rictus s’échappa de ses lèvres quand il prit entre ses doigts, un tissu délicat que son élixir se plaisait à porter pour ses prunelles lors de leurs jeux charnels. Bientôt son corps délicat, serait revêtu de cette étoffe et il pourrait à nouveau remanier à sa guise sa poupée de porcelaine. Les minutes filèrent et il fini par faire son entrée au club, ce soir pas de client juste lui et ses hommes de mains. En arrivant dans la grande pièce tous se tut, et le regardèrent alors qu’il se dirigeait vers le bar en retirant son long manteau qu’il fourra dans les mains d’une hôtesse. Joshua lui tendit son verre alors qu’il s’asseyait au comptoir.

- Où en sommes nous ?

- Alan est dans les étages Matis, deux de nos hommes sont avec lui. Ils attendent vos ordres. Stanley n’est plus de ce monde, il a récupéré l’enfant.

Matis hocha de la tête, en faisant tourner le glaçon dans son verre, une petite moue sur le visage. Il se sentait bien à cet instant même.

- Mattews ?

- Auprès d’Emma pour le moment, l’un de ses semblables l’a repéré dans un quartier de la ville, il attend tes instructions.

- Elle ne fera pas deux fois la même erreur, envoi des hommes à nous avec un cœur battant, ils n’auront aucun mal à entrer. Qu’ils attendent sagement que je leur donne le feu vert.

Joshua hocha de la tête avant de filer pour passer quelques coups de téléphone. Matis lui retira le bouton de sa veste et bu tranquillement son verre, demandant un peu de musique juste en bruit de fond. Il piqua quelques olives avec un cure dent dans un bol, et laissa le temps faire son œuvre. Les minutes défilaient sur le cadran de sa montre, et Matis soupira, avait il sur estimé l’impact que la mort de Stanley aurait sur Mattews ?

- Il est là Matis.

Matis frappa dans ses mains, enfin la partie allait débutée. Il se tourna un instant avec son sourire de connard et regarda Ayden pénétrer dans son club. Il demanda un verre à l’hôtesse pour lui et lui pria de quitter les lieux.

- Je me demandais quand tu allais venir. Toutes mes félicitations aux jeunes mariés, Emma a-t-elle apprécié mon présent ?






Emma Renzoni



Revenir en haut Aller en bas
Jane Kelley

avatar
Messages : 102
Emploi/loisirs : Conseillère au lycée de Mystic Falls
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Lun 30 Sep - 21:02



Combat final.
Peu de temps lui prit pour rejoindre le véhicule laissé devant chez le flic. Mattews sentait déjà le flot de fureur rejoindre chaque organes en son être, chaque veines, chaque vaisseaux mais son visage était aussi serein que d'ordinaire. N'importe qui aurait croisé son chemin n'aurait pu déceler la psychose intense qui s'emparait de lui. L'homme n’existait plus ne subsistait que la créature qui prenait lentement les commandes d'une vengeance terrible, il devait mettre un terme à cet océan dangereux dans lequel Emma peinait à retrouver la surface. Elle avait subi, les coups, la violence, les viols, mais elle n'était plus seule désormais, en l'épousant Ayden avait juré veiller sur elle et par cela, il entendait briser quiconque oserait lui faire du mal. Matis était allé bien trop loin, il avait fait tuer un père, une petite fille était désormais livrée à elle même et le blondinet n'osait imaginer ce qu'elle aurait subi s'il ne l'avait pas tiré de ce cauchemar. La mafia, Mattews en avait filé quelques membres à son époque et il connaissait bien la chose pour savoir que jamais les types ne laissaient de témoin, pour sûr, s'ils n'avaient pas trouvé la petite la première fois, ils seraient revenus pour terminer le travaille, hors, désormais, c'était le vampire qui allait leur faire la peau, ainsi plus personne ne souffrirait, tous seraient libres et aptes à construire une vie meilleure. Lorsqu'il arriva aux abords de la Mustang, la pluie le rinçant plus que de raison, son téléphone se mit à vibrer lui indiquant un message qui fit se hérisser le duvet contre ses bras au point qu'il en vint à briser l'appareil entre ses mains, les morceaux lui arrachèrent des brides de sang et, sans plus de mot mais la fièvre haineuse logée aux entrailles, le vampire se pressa dans l'habitacle et fit vrombir le moteur en direction du club de ce rat. Cet enfoiré tenait Alan, un point auquel Mattews n'avait pas songé une seconde et qui le faisait bouillir comme jamais, ses mains se crispaient contre le volant tandis qu'il accélérait sans prendre garde à être flashé ou non. Chaque vitesse qu'il passait faisait craquer le levier et tressaillir le moteur qui donnait son maximum, les essuies glaces battaient en retraite contre les gouttes massives s'écrasant sur le par-brise. La vitesse de la bagnole semblait le rendre ivre, possédé par la haine tant il ne contrôlait plus l'once d'humanité en lui. Emma existait, là, quelque part dans son cœur, mais il ne parvenait pas à y songer, ne subsistait plus qu'une œuvre, une tâche sanglante à achever : Demarrey. Les traits de ce monstre à visage humain s'offraient à lui et au plus il roulait, au plus il songeait au divers façons de le faire périr, ce ne serait pas sans souffrance, ça, le vampire mettait un point d'honneur à se le jurer, il crèverait mais pas sans hurler et le supplier de mettre fin à un clavaire qu'Ayden savait long et intenable pour en avoir subis le sort auprès de la sorcière qui l'avait sevré.

La silhouette du club se dessina au loin et quelques voix, malgré le concert de pluie et d'orage, se firent entendre des tympans fins de la créature qui coupa les feux de la bagnole après avoir perçut deux hommes sur le chemin d'entrée du parking. Ils fumaient tranquillement, nullement inquiétés et, surtout, s’esclaffaient en relatant les faits atroces commis, de leurs mains, sur l'homme qu'Ayden avait vu mourir plus tôt dans la soirée. Le damné approcha le véhicule, assez pour voir leurs visages déformés par le rire, des odieux monstres qui n'auraient jamais du voir le jour. Le vampire n'accéléra plus et considéra ces insectes sans le moindre mot, uniquement une cigarette rejoignit ses lèvres, lentement son tempête, avec lequel il jouait patiemment en attendant le moment propice, lui offrit enfin une flamme qui vint griller l'extrémité du tube de tabac. La fumée ne lui brouilla pas pour autant la vue lorsqu'il tira lentement sur le mégot, une main ancrée au volant, il attendait, ainsi durant de longues minutes durant lesquelles ses phalanges couvertes de cuir se pliaient et dépliaient contre la commande. Il entendait les cœurs de ces gars, la façon dont ils avaient de vibrer tandis que leurs gorges hoquetaient sous les rires, les phrases et conneries qui quittaient leurs lèvres. Une dernière cigarette leur fut offerte, un dernier fou rire, une ultime discussion et, lorsque leurs tiges terminées rejoignirent le bitume lavé, Mattews apposa la paume retenant la cigarette contre le levier et passa la première avant d'accélérer d'un trait, la seconde offrit sa puissance tandis que les pneus crissaient et laissaient derrière la voiture un écran de vapeur d'eau généré par la gomme brûlante et la pluie. Devant lui, l'un des types hurla tandis que son collègue se tournait pour embrasser le nez de la mustang et rejoindre le macadam à l'arrière de la bagnole que le damné quittait sans prendre le temps du couper le contact. Posé, mais pourtant comblé de rage, Ayden avança à pas lourds vers la première victime qui se tordait de douleur, l'une des jambes complètement disloquée de la hanche. Sans tact, le vampire saisit ce membre et le tira jusqu'au milieu de la voie avant de l'abandonner tandis que les feux d'un poids lourd pointaient leur faisceaux. « Non !!! Putain fais pas ça pitié ! » Supplia-t-il alors que Mattews voyait son partenaire courir vers le club. En une seconde, le temps d'un courant d'air, le vampire se trouva nez à nez avec le type qui affichait une mine morbide avant même d'avoir croisé la mort, Ayden le saisit violemment à la gorge et ancra ses prunelles aux siennes. « Où est-il ? » L'hypnose fonctionna à merveille et le blondinet considéra l'entrée du club où il ne pensait pas le trouver. Matis était-il stupide ou suicidaire ? Peu importait les raisons pour lesquelles il avait opté pour une rencontre en ces lieux, pour le moment, il se devait d'achever les bourreaux d'une petite fille à qui il avait arraché l'unique famille. Ayden pressa l'extrémité de sa cigarette au cœur des lèvres de sa proie et le souleva de terre. « Bouffes la, ensuite prends ton couteau et lacères toi jusqu'à crever ! On s'comprend ? » L'homme de main répéta la phrase.

Mattews le relâcha et pénétra dans le club tandis que les roues du camion, sur les dalles humides, rencontrait le corps du premier type en un bruissement de chairs, tripes et ossements éclatés. Malgré ces deux morts, la haine mauvaise filait encore dans l'organisme de l'ex flic qui descendait les marches du couloir menant à la grande salle où il avait revu Emma des semaines plus tôt. Le visage torturé de la belle lui revint en quelques flashs, des brides de visions d'horreur qu'elle lui avait offert sans le vouloir, ce fait engendrait d'avantage de fièvre meurtrière au sein du chasseur qui arrivait enfin dans l'immense pièce où seul l'Italien, accoudé au bar, l'attendait. « Je me demandais quand tu allais venir. Toutes mes félicitations aux jeunes mariés, Emma a-t-elle apprécié mon présent ? » Ayden serra le poing, malgré l'envie cuisante de mettre un terme à l'existence putride de ce type, il ne fit rien pour le moment, Al' était ici et il devait le savoir en sécurité avant de laisser ses pulsions sanguinaires reprendre le dessus sur son âme. La partie était dangereuse, switcher ainsi avec les émotions était à craindre car en à peine quelques minutes, la soif de sang, la rage et la fureur pouvaient faire disparaître à tout jamais le coté humain d'une créature. Mattews le savait, mais au delà de ça, s'il redevenait un monstre, qu'il devait alors s'éloigner d'Emma qu'il aimait par dessus tout au point de la venger comme il se devait, il savait qu'elle ne craindrait plus cet homme lui ayant fait subir les pires atrocités. Comme serein, Ayden s'adossa au bar sans prendre place sur l'assise que lui réservait l'ennemi. Lentement il considéra les fenêtres donnant sur les étages de cette salle, cherchant un bruit, un battement de cœur, un visage, un indice lui permettant de définir l'endroit où Peters était retenu. Matis continua sa tirade, des mots qui l'invitaient lentement à lui rendre en coups. Enfin il croisa son regard et considéra l'une des chevalières qu'il portait avant d'ouvrir la bouche et de se saisir du verre devant lui, qu'il huma avant de s'en désaltérer. « Je t'ai laissé un p'tit cadeau aussi, en remerciement, deux de tes rats dégueulassent la chaussée, faudrait voir à faire le nécessaire avant qu'les flics se pointent... » Un étrange sourire dévora les commissures du vampire qui reposa le verre contre le bar et frôla, du poignet, la main baguée de son interlocuteur. Une légère brûlure lui offrit la réponse à savoir s'il portait de la veine de vénus ou non, une fois obtenue, les chairs de son bras cicatrisant déjà, Mattews jeta son dévolu sur un couteau qui servait à trancher les agrumes pour les cocktails mais préféra s'entretenir encore avec l'homme qu'il mettrait à mort dans les heures à venir. « Je vais te dire exactement c'qui va se passer. » Assura le vampire, s'emparant d'une cigarette qu'il alluma une fois qu'elle eut rejoint ses lèvres. Tirant une bouffée, dont il laissa la fumée englober le faciès de cette pourriture lui tenant lieu d'interlocuteur, Ayden passa la langue contre sa lèvre inférieure. « Tu crèveras trois fois... tu souffriras... tu supplieras et tu regretteras que ta putain d'mère t'ait pas crever le jour de ta naissance... »



Jane Kelley
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Emma Renzoni

avatar
Messages : 68
Emploi/loisirs : Etudiante

We all have something to hide.

Race: Humaine
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Lun 30 Sep - 21:45

C’était sans doute plus qu’ignoble qu’un homme envoie un hybride dans le but de prendre possession de son diamant. Mais c’était là la première punition qu’il infligeait à Emma, et dieu sait qu’il en avait d’autres dans son esprit de tortionnaire. Elle l’avait trahit, salit en s’offrant à un autre que lui, ainsi elle devrait en payer le prix fort. Matis était un homme de plus conventionnel dans son milieu, il ne laissait personne lui marcher sur les pieds, il se devait d’être respecté, et quel homme serait il si il laissait cette rouquine entacher son nom ? Certains d’entre eux aurait voulu la voir mourir pour la honte qu’elle avait collé sur leur famille, mais Matis lui préférait faire durer le plaisir. Il souhaitait lui offrir la tête de son vampire, qu’elle porte le poids de cette culpabilité, ainsi il l’approcherait comme une biche inoffensive, elle retrouverait la villa, et deviendrait son parfait pantin. Et qui sait, peut être retrouverait elle la raison après maints châtiments qu’ils soient morales ou corporels. Il posa un instant son regard sur sa chevalière qui avait dans le passé entravé la peau délicate de son épouse, jamais Matis n’avait culpabilisé de l’avoir battu. Si les lendemains, mais maintenant que l’alcool n’était plus une dépendance, c’était même un certain plaisir que de l’entendre le supplier comme une victime. Un sentiment de pouvoir s’emparait de ses veines lors de ces moments, elle était à lui et personne pas même un vampire ne pouvait espérer l’avoir dans son lit. Rien que de savoir ce cadavre baisant ce corps qu’il adorait, lui donnait la nausée. Ayden s’accouda dos au bar, alors qu’il dégustait son verre de whisky jusqu’à le reposer sur le comptoir. Il ne prononçait pas un mot, si il espérait un marché c’était mal connaitre Matis.

- J’espère que vous avez bien profité tout les deux car je ne compte pas te laisser ma femme Mattews. Elle l’a juré à la vie à la mort, et j’entend bien lui faire tenir parole, peu importe le prix. Elle laisse un souvenir cuisant une fois qu’elle est passée entre nos mains pas vrai ? Emma est une femme ardente dont tu ne pourras pas assouvir tous les plaisirs…

Matis jeta un regard rapide à un de ses hommes qui se postait près d’une porte, il lui fit un léger hochement de tête pour qu’il se tapisse dans l’ombre. Si Mattews le pensait naïf c’était mal le connaitre. Il avait des yeux rivés sur lui, c’était pas le genre de Matis que de ne pas sortir couvert voyons. Il continua sa tirade sur Emma durant de longues minutes, vantant ses mérites d’épouse jusqu’à arrivée à une finalité.

- Elle devrait s’estimer heureuse d’être tombée sur moi, sans ça elle serait sans doute morte dans un caniveau d’une overdose, et c’est pas son alcoolique de mère qui l’aurait recherché ou qui lui aurait offert des funérailles descentes… Et puis combien d’homme au monde accepterait d’avoir une épouse incapable d’enfanter ?

Bien entendu, Matis terra les raisons de cette impuissance à avoir un enfant. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il en était le fautif. Il tourna son regard sur Ayden et mima un air surpris.

- Oh… Ton épouse ne semble pas t’avoir informé sur le sujet… Les dissimulations et mensonges ne sont pas bons dans un mariage tu sais.

« Je t'ai laissé un p'tit cadeau aussi, en remerciement, deux de tes rats dégueulassent la chaussée, faudrait voir à faire le nécessaire avant qu'les flics se pointent... »

- Les flics ne seront pas un souci, tu as toi-même travaillé dans ce milieu tu sais qu’il est facile pour nous d’en corrompre quelque uns. A ton avis comment on obtient si rapidement des adresses comme celle de ton défunt ami Stanley. D’ailleurs toutes mes condoléances, il semblait être un homme bien, trop bien de mon point de vu. Ne t’en fais pas pour sa fille, je me chargerais de tout, une fois notre histoire terminée.

« Je vais te dire exactement c'qui va se passer. »

Matis regarda une bouteille non loin de lui, avant de porter son regard sur Ayden avec un sourire affreusement poli. Il fit un petit mouvement de main mimant un « Je t’écoute ».

« Tu crèveras trois fois... tu souffriras... tu supplieras et tu regretteras que ta putain d'mère t'ait pas crever le jour de ta naissance... »

Demmarey se mit à rire en secouant de la tête comme amusé par ses propos.

- Trois fois rien que ça… Crois moi, tu n’auras pas ce luxe.. Me prends tu vraiment pour un con Mattews, crois tu vraiment que je suis là entrain de siroter mon verre sans qu’il n’y ai des yeux sur moi. Touche moi essaie et le pauvre Al ressentira les mêmes souffrances tu peux compter la dessus. D’ailleurs pauvre vieux, il faudra songer à lui faire voir un médecin son incontinence est quand même terrifiante.

Dit il en souriant avant de se tourner la main posée sur le bar.

- Tu dois vraiment l’aimer ou peut être pas assez finalement pour ne même pas m’offrir un marché pour sa vie. C’est vrai après tout, si tu meurs, elle se retrouve sans défense, livré à mes propres mains…

Il haussa d’une épaule avec un sourire avant de reprendre.

- Je vais t’en proposer un qui n’aura une durée de réflexion que de 2 minutes… Rends moi mon argent, ma femme, donne moi ta vie, et je laisse Al et tous ces pauvres gens que vous avez côtoyé de près ou de loin en vie. Tic tac tic tac, prend ta décision Mattews.






Emma Renzoni



Revenir en haut Aller en bas
Jane Kelley

avatar
Messages : 102
Emploi/loisirs : Conseillère au lycée de Mystic Falls
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mar 1 Oct - 19:48



Combat final.
Incapable d'enfanter... Alors qu'il n'avait pas relevé à cette information, Ayden ne pouvait qu'y songer au plus l'Italien débitait ces inepties. Emma était incapable de donner la vie donc, un mensonge pour le faire reculer, ou encore la strict vérité? Peu importait la véritable nature de cette phrase, le vampire n'allait sûrement pas tenir rigueur de cette dissimulation de la part de la jolie rousse, mais, au fond de lui, il comprenait désormais ses réactions lorsqu'il avait mentionné l'existence d'un fils qu'il n'avait jamais tenu dans ses bras, hormis lors ce fait étrange devant l'hôtel de ville. Devait-il lui en parler, devait-il remuer une blessure en elle ou encore s'assurer que cet homme, face à lui en l'instant, ayant posé les mains violemment sur son corps fragile, disait bien vrai? Si tel était le cas, jamais la belle n'aborderait un sujet concernant la maternité alors que lui ne faisait que songer au fait qu'il la privait de cela en s’immisçant dans son existence, en acceptant son amour... Pensif un court moment, Mattews préféra s'intéresser à la structure de la salle ensuite, Alan était là, dans ce club mais aucunement il ne pouvait déceler sa présence, hors derrière lui, sans qu'il ne se fut retourné une seconde, le damné sentit la présence d'une tierce personne, il baissa les yeux contre ses doigts gantés et un mince rictus s'empara du coin de ses lèvres. "Me prends tu vraiment pour un con Mattews, crois tu vraiment que je suis là entrain de siroter mon verre sans qu’il n’y ai des yeux sur moi? Touche moi essaies et le pauvre Al' ressentira les mêmes souffrances tu peux compter la dessus. D’ailleurs pauvre vieux, il faudra songer à lui faire voir un médecin son incontinence est quand même terrifiante." Ayden écoutait d'une oreille, l'autre attentive au rythme cardiaque d'un sous fifre sans nul doute posté dans la pénombre, il redressa lentement le menton, se tourna face au bar, les bras croisés sur celui-ci et ancra ses pupilles glaciales à celles du mafieux. "C'est plutôt toi qui sous estime c'que je suis non?..." Ne baissant pas les yeux, Mattews joua des doigts contre la spatule fine qui baignait dans son verre. "... Un type ce tient derrière nous, là dans le recoin près de la scène, j'entends sa respiration, son cœur... Tu penses vraiment qu'il aura le temps de sortir son arme avant de sentir ses vertèbres céder? Discuter avec lui ne lui faisait guère envie mais l'ex flic devait assurer chacun des actes et gestes qu'il commettrait ici bas, le temps filait lentement mais chaque seconde où l'hidalgo ouvrait la bouche était une chance précieuse pour Ayden, dont les tympans sondaient les moindres mouvements dans le bâtiment et le regard perçait chacune des failles du complexe ainsi que celles de son interlocuteur. Visiblement Matis aimait parler et s'écouter, une grave erreur qu'il paierait bien assez tôt comme tous les meurtres et brutalités desquels il était l'auteur sans pour autant s'être sali les mains. "Tu dois vraiment l’aimer ou peut être pas assez finalement pour ne même pas m’offrir un marché pour sa vie. C’est vrai après tout, si tu meurs, elle se retrouve sans défense, livrée à mes propres mains…" Un doux rictus fit tressaillir la poitrine du vampire, qu'attendait ce type? Pensait-il vraiment échapper au sort que lui réservait le pire ennemi qu'il devait compter dans son entourage déjà bien garni? S'attaquer à une créature lunaire, lorsqu'on ne l'était pas soi même, relevait du suicide. Uniquement les chasseurs aguerris avaient une chance et, d'après ce qu'il jaugeait du regard, ce substitue d'humain bien trop sûr de lui, ne faisait guère parti d'un lot de traqueurs quel qu'il fut, il était simplement vantard, menteur, baratineur et surtout totalement dépourvu de cervelle si son intention était d'en réchapper cette nuit. "Je vais t’en proposer un qui n’aura une durée de réflexion que de 2 minutes… Rends moi mon argent, ma femme, donne moi ta vie, et je laisse Al et tous ces pauvres gens que vous avez côtoyé de près ou de loin en vie. Tic tac tic tac, prend ta décision Mattews." Ayden considéra la montre qu'il portait, jouant encore et toujours avec la tige de métal dans son verre. Les secondes passaient, la trotteuse courait sur le cadran, le sourire de l'italien grandissait, sûr de lui, fier de ses mots, certain qu'Ayden concluerait un marché avec lui... C'était décidément mal le connaître...

Lorsque l'aiguille indiqua la fin du chrono le vampire redressa les iris dans les yeux froids et animés par l'amusement de l'humain. "Deux minutes." Lâcha-t-il avant de rapidement sortir le tube de métal de son cocktail et lui faire rejoindre l'aorte du type plus loin qui déja tentait de saisir la crosse de son flingue. Il suffit d'une seconde, d'un geste fluide et vif que le mafieux n'eut le temps d'observer mais suffisamment pour lui indiquer que son unique carte, étant un sbire dont les genoux rejoignaient le sol et les mains la gorge pour éviter au sang de quitter son corps, ne lui serait plus d'aucune utilité. Ayden ne lâchait pas le regard de l'ennemi qui sembla désappointé quelques secondes en fixant la scène que jouait son homme de main. Pas de musique, uniquement l'écho terrible du sang déglutit par celui qui lentement mourrait égorgé sans que le vampire n'ait eut à poser les mains sur lui. Durant ce court laps de temps, le damné sourit tandis que les filigranes violacés saisissaient le dessous de ses prunelles azurs, Matis l'avait sous estimé au point qu'il en vit sa pomme d'Adam remonter avant de se saisir du couteau aiguisé encore dans la chair d'un citron, le leva vivement et finit par l'ancrer aux phalanges de la main que Demarrey tenait encore sur le comptoir. Un geste rapide et il repoussa les doigts sectionnés, ainsi que la chevalière comblée de verveine encerclant le majeur, dans le broyeur qui, de part les bruissements de chair, d'os et de métal lorsque les membres croisèrent les pales, indiqua à son propriétaire qu'il ne reverrait plus jamais ces derniers ni même le bijou qui avait fait couler le sang d'Emma.

Vulnérable devant lui, Matis pouvait bien hurler et se tenir le poignet d'une paume désormais démunie de phalanges, Mattews n'en avait pas terminé avec lui et se redressa de toute sa hauteur, retirant l'un des gants de conduite avant de coller le pied dans le tabouret sur lequel était juché le monstre et faire basculer se dernier contre le dossier qui rejoignait le sol en un vacarme assourdissant. Serein, le vampire enjamba le corps meurtri à ses pieds et s'ouvrit rapidement les veines de l'avant bras avant d'écarter, grâce à sa main couverte de cuir, les mâchoires serrées de ce qui était désormais un jouet attrayant. "Voilà le marché que je te propose, tu vas jouer pour moi et répondre aux questions que je serai susceptible de t'poser, tu as deux secondes pour répondre..." Mattews fit couler du sang de sa propre plaie dans la gorge de l'humain et scella rapidement ses lèvres afin qu'il avale le fluide. "Pas de réponse? je prends donc ça pour un oui..." Le vampire le saisit à la gorge et l'assit sur une chaise au milieu de la scène sous les spots aveuglants, replaçant rapidement le gant à sa paume nue, il baissa les yeux à hauteur de ceux de Demarrey, ses pupilles se dilatant pour l'hypnose. "Tu vas faire tout c'que je vais dire, tu ressentiras tout et bien plus fort que la souffrance réelle... Restes assis!" Ordonna-t-il avant de fouiller le corps du cadavre près de la scène et de revenir avec le canif à cran d'arrêt du sbire qu'il remit entre les dernières phalanges de sa proie pour ensuite lui offrir le téléphone du mort. "Dis à ceux qui retiennent Alan de s'tirer, ordonnes leur... Ensuite, plantes toi cette lame dans le bras à intervalles réguliers... Tu peux laisser parler ta rage, fais toi plaisir." Le jeu commençait et tandis qu'Ayden prenait place face à lui, contre le dossier d'une chaise, les bras croisés, il voyait aisément la fureur terrible dans les iris torturés de sa cible. Malgré l'hypnose et le fait qu'il ne pouvait agir autrement que sous ses conseils, Demarrey était possédé par la rage et la défaite cuisante qui ne faisait pourtant que débuter.



Jane Kelley
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Emma Renzoni

avatar
Messages : 68
Emploi/loisirs : Etudiante

We all have something to hide.

Race: Humaine
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mar 1 Oct - 20:38

Par le biais de ses révélations sur la splendide femme qui jadis était son épouse, Matis savait qu’il instaurerait le doute dans le crane d’Ayden. Emma n’était pas une menteuse en soit, elle n’avait pratiquement jamais rien caché à Matis, sauf sa relation avec cette maudite chose qui n’aurait jamais du voir le jour. Elle craignait ses coups et ses maltraitances, un fait jubilatoire pour l’homme de pouvoir qu’il était. Sa femme lui reviendrait, ou alors elle ne serait plus de ce monde. Il l’avait sortit de ses tourments, lui avait offert une porte de sortie qu’elle avait saisit, elle n’avait plus le droit de le repousser. Il était son sauveur, celui qui lui avait évité un destin tragique, rendant le déchet qu’elle était autrefois en une magnifique poupée de luxe. Elle lui devait sa vie, et pour ça, elle devait lui octroyer la sienne en retour. Pire qu’un amour elle était une véritable obsession pour lui, rendant ses jours et ses nuits enragées par son absence. Matis lui proposa un marché qui n’était pas du tout arrangeant pour la rouquine, mais bien plus pour les personnes les ayant côtoyé durant leur fuite. Il le savait, Ayden n’accepterait jamais de revoir Emma dans les bras de son ex époux, et pourtant, Matis avait la ferme intention de récupérer son du.

"Deux minutes."

Cet instant marquera le début de leur altercation, il venait de tuer l’un de ses hommes. Matis fronça des sourcils mécontent, alors que le jeune Miguel se vidait de son sang dans son club. Encore du sang à laver et un corps à faire disparaitre, décidément ce vampire n’avait pas l’intention de l’arranger. Matis vida le fond de son verre en poussant un soupir lasse de ses façons d’agir déloyales. Oui malgré tout, Matis était un homme loyale, la preuve il n’avait jamais trompé sa femme, ni même les personnes avec qui ils passaient des marchés sauf si ceux si tentaient de le poignarder dans le dos. Une inattention de sa part lui valu l’extraction de ses phalanges et de la bague qu’il portait. Serrant des dents pour ne pas hurler comme une fillette, il ne pu cependant conserver un cri de douleur. C’était humain, personne ne pourrait rester béat devant une telle blessure. Quelques secondes plus tard son corps chuta lourdement sur le carrelage en damier du club.

"Voilà le marché que je te propose, tu vas jouer pour moi et répondre aux questions que je serai susceptible de t'poser, tu as deux secondes pour répondre..."

- Tu peux toujours crever Mattews.

Dit il entre ses dents de façon presque inaudible pour un humain. Son fluide entra sans qu’il ne le veuille dans sa propre gorge, lui retirant le mal de sa main, mais ses doigts ne serraient plus. Brouillé dans le broyeur, Matis devrait vivre avec une main de plastique si toute foi il s’en sortait vivant.

"Pas de réponse? je prends donc ça pour un oui..."

Il finit river sur un des tabourets du comptoir, son regard était haineux, il jeta un rapide coup d’œil à la porte où gisait son homme. Pauvre crétin comment avait il pu être aussi stupide, alors que Matis lui avait sommé de rester dans l’ombre. Vraiment on ne pouvait plus avoir d’homme compétent, c’était un peu comme trouver une femme de ménage digne de ce nom… Ses cris avaient alertés ses hommes en haut. En effet trois se trouvaient devant la porte où Alan était retenu captif, ceux si s’empressaient déjà sans même que Matis ne le sache dans l’escalier, alors que deux autres surveillaient le vieille homme incontinent.

"Tu vas faire tout c'que je vais dire, tu ressentiras tout et bien plus fort que la souffrance réelle... Restes assis!"

L’hypnose, ce truc que les vampires avaient pour tenir les gens comme des marionnettes étaient vraiment décevantes. Matis au moins lui tenait ses hommes de mains fermes, de par le respect qu’il leur conférait. Un sourire s’affichait néanmoins sur ses traits alors qu’il ne ressentait plus aucune douleur. Une téléphone et un canif lui fut délivré.

"Dis à ceux qui retiennent Alan de s'tirer, ordonnes leur... Ensuite, plantes toi cette lame dans le bras à intervalles réguliers... Tu peux laisser parler ta rage, fais toi plaisir."

Matis répéta cette même phrase comme pour l’enregistrer dans son esprit, où une part de lui était consciente qu’il n’agissait pas sous son propre chef. Il pressa une touche et l’un de ses hommes répondit.

- Abandonner Alan et tirer vous du club !

L’italien était rageux, conscient de tout ce qui se passait autour de lui sans rien pouvoir en changer. Ayden apparaissait sous ses traits comme un sous homme, incapable de se défendre comme un humain le ferait. Les vampires tous des saloperies en ce monde. Un instant il se demandait si son Elixir finalement n’était pas sous l’effet de l’hypnose pour s’être amouraché d’un homme si laid sous ses traits vampiriques. Comme il lui avait donné l’autorisation alors qu’il lacérait ses chaires qui se refermaient aussitôt laissant des douleurs incommensurables le prendre aux tripes, Matis serra des dents en même temps qu’il laissa sa rage poser des questions.

- C’est comme ça que tu la tiens hein ? Ton hypnose, tu t’en sers pour pouvoir la baiser à souhait ! Sans ça t’aurais jamais pu t’offrir cette déesse qui il n’y encore pas longtemps ondulait entre mes mains ! Elle ne t’aime pas, c’est juste ta putain d’hypnose qui m’a pris ma femme !!! Putain d’enfoiré, tu seras pas vampire tu ne pourrais pas me buter, t’aurais pas les couilles pour ça car tu serais aussi faible qu’elle sous mes coups…

Son corps saignait puis stoppait les blessures continuellement, c’est à ce moment là qu’il vit ses trois hommes le regarder étrangement. Ils étaient sur le cul de le voir se planter un couteau dans le bras à de nombreuses reprises. L’un d’eux eut enfin l’intelligence d’esprit pour comprendre ce qui se tramait et empoigna l’une des nombreuses bouteilles empli de verveine dans le bar pour la lancer sur le comptoir à proximité de Mattews. Les éclats de verre et du produit firent son office sur le vampire, alors qu’ils dégainaient tous leur arme pour le cribler de balle, évitant toute fois de viser Matis, qui serait hors de lui si une telle chose arrivait.






Emma Renzoni



Revenir en haut Aller en bas
Jane Kelley

avatar
Messages : 102
Emploi/loisirs : Conseillère au lycée de Mystic Falls
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mar 1 Oct - 21:49



Combat final.
Le voir ainsi était délectable, pas parce qu'il aimait faire souffrir mais plutôt car cette raclure subissait, sous ses propres doigts, le torrent de violence qu'il avait fait subir à la femme qu'Ayden aimait au point de se trouver ici, face à lui, afin de le mettre lentement à mort. Le dos posté contre le dosseret d'une chaise, le vampire considéra chaque coups de lame que se portait Matis, les chairs cicatrisaient en quelques bruissements puis se déchiraient de nouveau, en des brides de sang, lorsque l'acier entravait derechef le membre rougi par le fluide. L'italien avait au moins le mérite de serrer les dents, de contenir les cris qui menaçaient, à chaque blessure, de quitter sa gorge tremblante. Les suées couvraient son front, ses traits se déformaient sous la douleur intense que lui prodiguait l'hypnose mais aussi les véritables déchirements qu'il s'octroyait. Au delà de ça, entre deux jeux de lame, l'hidalgo parvint à laisser un flot de rage quitter ses lèvres frémissantes. "C’est comme ça que tu la tiens hein ? Ton hypnose, tu t’en sers pour pouvoir la baiser à souhait ! Sans ça t’aurais jamais pu t’offrir cette déesse qui il n’y a encore pas longtemps ondulait entre mes mains ! Elle ne t’aime pas, c’est juste ta putain d’hypnose qui m’a pris ma femme !!! Putain d’enfoiré, tu serais pas vampire tu ne pourrais pas me buter, t’aurais pas les couilles pour ça car tu serais aussi faible qu’elle sous mes coups…" Ayden se redressa, laissant retomber les bras le long de son corps pour rejoindre l'arrière du comptoir. Un sourire malsain posséda ses lèvres tandis que les veines disparaissaient lentement, le sang avait un effet sur lui, mais une fois habitué à la nouvelle fragrance s'étant offerte à lui, il reprenait des traits humains sans plus être inquiété par sa nature sauvage. Un don acquis au contact de Nora à qui il songea brièvement, si cette dernière apprenait pour les actes ayant lieu ici, il devrait sans doute se confronter à elle et qui savait, peut-être la briser à son tour... "Au risque de te décevoir, non... Emma est consciente de tout, chaque mots, chaque gestes, chaque choses que je lui offre sont véridiques, dénués de haine et d'emprise, elle est libre..." Le vampire fouilla dans les quelques meubles du bar et trouva ce qu'il cherchait : une corde. Ne manquait plus qu'une autre chose, qu'il trouverait très certainement pour avoir jaugé la chevalière en étant munie désormais prisonnière du broyeur. le Damné déposa le lien rugueux contre la surface de bois. "...du moins... elle le sera après cette nuit." Sans relever le regard de la corde, sans se tourner, Ayden entendit distinctement les semelles écraser la moquette à l'entrée de la pièce et fixa, le menton toujours baissé, le regard de Matis. A en juger le temps que mirent les trois cœurs, qu'il entendait vibrer, à réagir, les hommes de main peinaient à comprendre l'attitude de leur Patron. Malheureusement cette inaction de leur part ne dura que de courtes secondes avant qu'un récipient de verre explose contre le bar, et par conséquent le cordage qui s'en imbiba rapidement, dont les éclats brûlant se rivèrent contre le bras nu, la nuque et le visage du damné qui se cloquèrent dangereusement. La souffrance était présente, Ayden serra les poings et les mâchoires afin de se tourner, sans un hurlement, vers les trois sbires dont le cliquetis des armes tintaient à ses tympans. D'un geste brusque il s'empara d'un plateau d'argent sans pour autant s'en servir comme d'un bouclier, les balles traversèrent son organisme et se logèrent dans les bouteilles et verres derrière lui qui explosaient et rythmaient le silence précédent. Chaque douille lui arracha des filets de sang, des brûlures et douleurs désagréables qui l'obligèrent à se maintenir au comptoir afin de ne pas faiblir, les chargeurs se vidaient au plus les projectiles sifflaient et traversaient ses chairs. Les plaies régénéraient mais d'autres revenaient trouer son corps pour enfin épouser les mobiliers dans son dos, subissant sans agir, Mattews pinça les lèvres lorsque l'ultime balle se logea dans le creux de son ventre et n'en ressortit pas. Les hommes pressaient encore leurs gâchettes mais plus rien ne quitta les canons pointés sur sa personne, les yeux ahuris, la haine ainsi que la surprise noyant leur traits dans un océan de frayeur nouvelle, le trio tentait sans succès de tirer, les chargeurs étant vides, ces derniers venaient de sceller leur sort qui s'avérait funeste.

Sans attendre Ayden fit voler le plateau vers l'un des gars, contre sa gorge précisément, les deux autres se jetèrent au sol tandis que la tête de leur collègue sautait comme si l'ustensile avait coupé du beurre. Le crâne s'écrasa devant le nez de l'un des deux alors que le corps faisait encore quelques pas avant de s'effondrer contre les jambes de l'autre qui s'empressait de le faire dégager. Le premier, dont les paupières se rouvraient sur le faciès de feu son acolyte, hurla à la mort avant de se tapir un peu plus loin tandis que les phalanges gantées du vampire lui saisissaient la tignasse. Gêné par le projectile entre ses côtes, le vampire n'en faiblit par pour autant et souleva le tireur afin de lui briser la nuque contre le bar qu'il l'envoya rejoindre. Le craquement fit grimacer l'autre qui sortait sa lame sous les traits morbide du blond s'approchant déjà de lui. « Approches pas... pitié, restes où t'es... » Mattews s'accroupit à hauteur de son visage et en considéra les courbes, un gosse, dix sept ans tout au plus, un gamin qui finit par laisser le contenant de sa vessie tapisser son costard. Ayden lui empoigna le membre duquel il tenait le couteau le fit lâcher prise en une pression peu délicate. « Vas voir le vieux que vous gardez ici, dis lui d'attendre... ensuite tires toi de là et remets jamais plus ta petite gueule de con dans les embrouilles de c'genre. Un mot sur ce qui a lieu ici, à qui que ce soit... je te retrouve... on s'comprend ? » Hypnotisé le jeune homme opina du chef et fila sans demander son reste. Ayden se redressa, grimace aux visage tandis que la balle nageait encore entre ses côtes, revenant lentement vers le bar, il usa du canif du gosse, se charcuta les chairs et fini par lover deux doigts en celles-ci pour enfin se débarrasser du projectile. L'ex flic serra le poing sur la balle et saisit le cordage trempé de verveine et s'approcha de Matis, lentement, à pas sûrs, la plaie à son flanc se régénérant lentement. Le vampire entoura la corde au cou du mafieux puis aux poignets qu'il tenait devant lui. « Arrêtes ! » Ordonna-t-il pour qu'il cesse de se meurtrir. Obéissant, l'hidalgo se vit enserré par le cordage, uniquement ses jambes pourraient le porter, du moins, si Ayden le souhaitait, ce qui n'était visiblement pas le cas lorsqu'il ancra deux doigts aux dents de l'humain et le traîna au centre de la scène avant de se baisser et de lui saisir la nuque. « Réponds maintenant... pourquoi lui avoir fait tant de mal, pourquoi avoir fait de sa vie un enfer ? » Il répondit tandis que les membres du vampire tremblaient de fureur, que les crocs filaient sous ses lèvres tant il peinait à contenir la haine qu'il éprouvait envers ce que cet enfoiré avait fait à son humaine. « t'es un lâche, une pourriture, un déchet... tu veux savoir quelque chose ? Emma n'a jamais été aussi vivante depuis qu'elle t'a quitté... » Alors qu'il allait répondre, Mattews lui brisa les vertèbres d'un geste vif. Mort provisoirement, dans peu de temps il reprendrait conscience et la veine de vénus, dont le cordage était imbibé, ferait son effet.



Jane Kelley
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Emma Renzoni

avatar
Messages : 68
Emploi/loisirs : Etudiante

We all have something to hide.

Race: Humaine
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mar 1 Oct - 23:29

D’après ses dires, sa femme n’était pas victime d’une certaine hypnose, elle était elle-même. Un fait inconsidérable pour le mafieux qui ne comprenait clairement pas pourquoi sa femme était devenue nécrophile ! Impensable, et répugnant de l’imaginer entrain de se faire baiser par un mort. Emma, son élixir, son diamant entrain de gémir de plaisir dans ses bras, lui donnait des nausées, et lui arrachait des grimaces, tout comme une rage en son ventre. Il continuait de se lacérer continuellement, l’entendant parler de son épouse, comme si elle lui appartenait désormais. Jamais ! Jamais Matis ne laisserait tomber sa possession, elle était sa poupée à lui, pas à un autre. Il posa son regard sur la corde sur le comptoir, il allait lui demander de se pendre ? Matis ne savait rien de ce qui allait se passer, juste qu’il allait à priori mourir trois fois. Ses hommes finirent enfin par montrer le bout de leur nez et de viser leur ennemie. Des balles volaient partout, et Matis était rivé à sa chaise continuant son office sans pouvoir bouger. Des éclats de verre, de l’alcool, des morceaux de bois du bar, tout valsait dans les airs alors que ce crevard de vampire restait sur ses jambes. Matis serrait des dents ça le rendait fou, encore plus quand une balle perdu vint traverser son genou. Il hurla un flot d’insultes envers ses trois crétins qui étaient censés assurer sa sécurité et non pas le prendre pour cible. Des termes tels que « connards, incompétents » ect vola dans les airs parmi les bruits des balles. Puis ce fut le silence, Ayden se débarrassait de ses hommes comme une ménagère le ferait avec des mouches. Il laissa juste le plus jeune en vie, et déjà sa rage grandissait.

- Je savais qu’il ne fallait pas que j’embauche cet abruti, je vais le tuer !!! Tout comme je crèverais Emma si je sors d’ici !!! Crois moi je la ferais souffrir avant de lui arracher le cœur qu’elle t’a offert !!!!

La corde humide vint caresser le tour de sa gorge, Matis ricana, alors il allait l’étrangler ? Le visage du mort était fermé, il semblait emplit d’une rage terrible, lui demandant d’arrêter de se mutiler. Chose qu’il cessa immédiatement, regardant un instant ses chaires refermées. Il fit un sourire en le regardant lui mettre la corde autour des mains.

- Ma femme sait quel homme tu es ? Que tu tues des innocents pour ta propre cause ? Hum… Emma n’a jamais aimé les effusions de sang, je suis sur qu’elle ne sait pas quel monstre t’habite. Et le jour où elle s’en rendra compte elle te quittera aussi sec… alors autant me la rendre maintenant.

Il chuta à nouveau sur le sol, et sentit la main de Mattews le tirer par les dents. Ce qui fut assez douloureux et intolérable. Il mourrait d’envie de lui faire la peau mais ils n’étaient pas sur un pied d’égalité, c’était facile pour le vampire de s’en prendre à un humain.

« Réponds maintenant... pourquoi lui avoir fait tant de mal, pourquoi avoir fait de sa vie un enfer ? »

- Un enfer ? Tu plaisantes j’espère ? Je l’ai sortit de sa putain de caravane de merde, je lui ai retiré ces foutues aiguilles des bras, elle a tout eut, tout ! Bijoux, vêtement, voyages, elle ne manquait de rien !!! Elle est ma femme j’ai le droit de vie ou de mort sur elle !!! Jamais elle ne sera tienne Mattews tu m’entends jamais tu ne pourras effacer mon visage de ses souvenirs !!!

« t'es un lâche, une pourriture, un déchet... tu veux savoir quelque chose ? Emma n'a jamais été aussi vivante depuis qu'elle t'a quitté... »

Ce fut le trou noir, pendant de longues minutes Matis était sans vie, perdu dans une sphère béante où tout tournait autour de lui. Ses muscles lui faisaient un mal de chien, et plus rien ne semblait être normale. Quand ses yeux s’ouvrirent, une douleur immense se fit sentir où la corde l’entourait. Matis serra des dents, sentant les brulures sur son être, alors qu’il se débarrassait en se brulant la seule main qui lui restait de valide, les chaires. Quand il eut réussit il posa ses paumes à même le sol, un truc clochait, sa gorge le brulait et subitement le sang frais des cadavres à proximités l’attirait. Il sentait de drôle de chose pointer leur nez dans sa bouche et c’est en passant la langue dessus qu’il comprit. Il releva son regard sur Mattews.

- Espèce d’enfoiré !!!

Il venait de faire de lui, le même être. Une créature lunaire comme semblait les apprécié Emma. La soif le tiraillait, il n’était plus conscient de ses mouvements, tant qu’il se rua sur le premier cadavre pour le vider de son sang. Il entendait un cœur battre, celui d’Alan à l’étage. Matis riva son dos au mur alors qu’il était assit et fixa Mattews tout en se mettant à rire aux éclats. Il secoua de la tête avant de l’applaudir… Laissant quelques minutes passer.

- Mes félicitations, t’es encore plus con que Alan… me transformer… Ma femme va encore plus m’adorer sous ce jour, et si j’arrive à la récupérer, elle souffrira encore plus… A moins que je ne lui offre le vie éternelle tout comme tu viens de le faire… Son corps bandant à tout jamais mien.

Matis riait avant de se redresser le long du mur, tirant sur sa veste qui était pliée à quelques endroit comme pour reprendre bonne forme. L’hypnose de ce vampire n’aurait plus aucun impact sur lui, une bonne chose en soit. Il fouilla dans sa veste et pris une cigarette entre ses dents pour l’allumer. Il rejeta la fumée de cigarette avant de le regarder.

- Comment est le sang de ma femme? Ne me dis pas que tu ne l’as jamais gouté… Tôt ou tard ta nature reprendra le dessus et tu la videras sans doute de son sang… Hum tuer Emma comme ton compagne est décédée… Du déjà vu.. c’est triste.

Il jeta un regard à sa cigarette qu’il faisait tourner entre ses doigts avec un sourire carnassier sur ses lèvres. Il la jeta, avant de hausser des épaules.

- Je boirais bien un peu de sang frais pas toi ?

Dit il avant de se ruer dans les étages pour aller surprendre Alan dans un des bureaux où Ayden lui avait demandé de rester.






Emma Renzoni



Revenir en haut Aller en bas
Jane Kelley

avatar
Messages : 102
Emploi/loisirs : Conseillère au lycée de Mystic Falls
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mer 2 Oct - 19:17



Combat final.
Son sang faisait lentement effet, Ayden savait la manœuvre dangereuse, le fait d'engendrer un humain ne lui était jamais venu à l'esprit mais, ici, la fureur et la soif de vengeance bien présente en lui ne lui laissait guère d'autre choix, s'il voulait pouvoir le torturer autant que ce rat avait fait subir à sa belle, il n'y avait d'autre chemin qu'une damnation provisoire. Serein, Mattews scrutait le corps sur la scène, n'importe qui aurait pu croire l'Italien mort pour de bon, hors, il n'en était rien, au fil des minutes qui passaient, le blond entendait parfaitement la régénération des cellules dans l'organisme de la dépouille, il mettait peu de temps à se remettre, une chose qui le ravissait sans pour autant qu'il n'affiche un sourire. Le vampire le haïssait, le maudissait au point de ne plus maîtriser ses gestes et sa hargne lorsqu'il le tenait entre ses doigts, il aurait pu l'achever sans user d'hypnose, sans même lui faire avaler de son sang, mais les perspectives d'un décès trop rapide et sans souffrance ne l'attisaient nullement. Ayden voulait qu'il paye, qu'il subisse et même si pour cela il devait, une fois encore, s'attirer les foudres de la sorcière dont il avait déjà abandonné la cause en se débarrassant de la liste, alors il attendrait celle-ci de pied ferme. Une simple pensée néfaste envers Emma de la part de la blonde et le damné ne prendrait pas de gant, il la mettrait à mort quitte à devoir rendre l'âme à son tour. Personne ne devait menacer la jolie rousse, personne sous peine de subir le courroux psychotique du vampire qui l'aimait. Les bras croisés sur le torse, Ayden ne quittait pas des yeux le déchet qui revenait lentement à lui tandis que son épiderme, ficelé par la corde imbibée de verveine liquide, brûlait vivement au contact des liens. Des nuages de fumée, aux odeurs de chair grillée, voletaient au dessus du nouveau né qui se débarrassait avec mal du cordage lui incombant une souffrance qu'il n'avait pu connaître sous ses jours humains. "Espèce d'enfoiré!!!" Les traits neutres, Ayden écarta les paumes d'un geste innocent. "J'pensais que tu serais ravi d'être à armes égales... même si c'est provisoire." L'hidalgo se débarrassa des liens torturant et colla son dos au fond de la scène, déjà son air changeait, preuve irréfutable que le feu de gorge s'emparait vivement de lui. Les veines et les crocs saillirent sur son faciès déjà peu flatteur, de plus la haine ne l'avait pas quitté et rendait son image à mille lieu de la classe qu'il aimait arborer en permanence.

Le vampire avança lentement vers lui, rapidement ce dernier se rua sur la dépouille d'un des ses hommes pour assouvir sa soif nouvelle, hors ce ne serait pas suffisant, Ayden était passé par ce cap et il savait que les souffrances qu'octroyait la trachée en pleine mutation étaient terribles, mesquines au point qu'il semblait que jamais ce feu ne cesserait malgré les corps vidés. Matis parvint enfin à se redresser, les lèvres maculées de nectar carmin, et applaudit comme il le pouvait avec ses membres manquant, son rire perça les tympans de l'ex flic qui n'affichait toujours aucune émotion. "Mes félicitations, t’es encore plus con que Alan… me transformer… Ma femme va encore plus m’adorer sous ce jour, et si j’arrive à la récupérer, elle souffrira encore plus… A moins que je ne lui offre le vie éternelle tout comme tu viens de le faire… Son corps bandant à tout jamais mien." L'épaule collé à l'arche menant aux étages, Ayden redressa les yeux sur le visage dénaturé du mafieux, un rictus à la commissure des lèvres. Qu'imaginait cet homme réellement? Sans nul doute rien de ce que Mattews prévoyait à son encontre, il lui avait promis trois morts, il ne mentait jamais mais, cette chose semblait avoir quitté l'esprit de Demarrey qui, désormais, songeait d'avantage au soit disant "don" que venait de lui offrir le vampire. Il en oubliait les effets secondaires, la soif, les souffrances nouvelles que pouvait connaître son corps, les émotions et sensations exacerbées, uniquement le pouvoir semblait retenir son attention... Le sourire d'Ayden s'agrandit, cette raclure n'avait pas songé un instant qu'il venait de lui faire la pire des offrandes car, lorsqu'il souffrirait, cette fois, les douleurs seraient bien plus intenables que lorsqu'il se plantait la lame dans le bras. "Comment est le sang de ma femme? Ne me dis pas que tu ne l’as jamais goûté… Tôt ou tard ta nature reprendra le dessus et tu la videras sans doute de son sang… Hum tuer Emma comme ta compagne est décédée… Du déjà vu.. c’est triste." Ce crétin continuait à débiter des flots de merde à la seconde, c'était affligeant de voir à quel point il ne comprenait pas et n'imaginait pas une minute mourir ce soir, voilà qui était pathétique. Emma, ce nom prononcé entre les lèvres de ce type était comme un joyau prisonnier dans la pire des crasses, le simple fait qu'il parle d'elle faisait monter la rage dans le corps du blondinet qui serrait et desserrait les poings, offrant uniquement aux oreilles de son interlocuteur le bruissement du cuir contre ses doigts. Lui faire quelques trous dans le derme à l'aide de la cigarette qu'il fumait été tentant, alléchant même, mais bien moins que ce que prévoyait Ayden. Demarrey se débarrassa de la tige fumante et reprit un tant soit peu de prestance, il tentait d'impressionner Mattews, chose qui ne fonctionnait absolument pas du moins, pas tant que les battements d'un cœur, qu'il savait être celui de Peters, ne tintèrent pas à ses tympans. Lorsque cette mélodie cardiaque inonda son esprit et qu'il vit distinctement la lueur sauvage dans les prunelles du nouveau né, Ayden se raidit, prêt à agir. "Tu crèveras avant... pour la seconde fois." Assura-t-il sachant tout de même que cela n’arrêterait pas l'assoiffé. " Je boirai bien un peu de sang frais pas toi ?" Le mafieux usa de vitesse et gravit les marches menant aux étages, le damné lui emboîta le pas en se fiant à l'odeur de tabac et la fragrance particulière qu'il laissait derrière lui. Le pister était un jeu d'enfant mais le temps et, surtout, la vie d'Al' étaient en jeu.

Vif, agile et conscient de chacun des gestes, chemins et pensées, qu’empruntait son ennemi, Ayden le suivit et pénétra dans la salle où il avait cessé de courir. Sans attendre, constatant que Peters saignait déjà sans même que le mafieux n'ait encore touché sa gorge qu'il maintenait fermement, les pieds du vieux dans le vide au dessus du sol, Ayden se rua sur eux, poussa brutalement son ami qui s'écrasa contre une armoire dont le bois et les vitres cédèrent en un vacarme tonitruant. Les éclats de verre se logèrent dans le corps des deux créatures tandis que Peters retombait, faible et livide, aux pieds du meuble. "Tires toi!!!" Vociféra le chasseur tandis qu'il recevait une lame dans les côtes, Matis surplombait son corps dont les reins butaient douloureusement contre la balustrade, donnant vue sur la piste en contrebas, hors de la pièce. Les chairs et muscles d'Ayden s'ouvrirent à plusieurs reprises, il peinait à régénérer rapidement par manque de sang et, avec mal, il ancra sa main à la mâchoire de Demarrey qui jouissait d'avoir le dessus pour enfin l'achever. Plus faible qu'à son arrivée, Mattews serra les dents et empoigna la main valide de l'ennemi, le martelant de coups de poignard, pour lui briser le pouce. Le mafieux étouffa un cri jusqu'à hurler lorsqu'un fait étrange, dont Ayden ne pouvait encore constater l'origine, le figea au point de le faire vaciller. De nouveau libre de ses mouvements, le damné vit le corps mutilé de Peters rouler péniblement contre un mur, ses doigts relâchant un pieu de fortune dont l'extrémité était jonchée de sang, le sang de Matis dont le mocassin était troué. "Buttes moi c'connard Gamin..." Peina-t-il à souffler. Revenant à lui, Ayden saisit la nuque et le menton de l'Italien et lui brisa les os pour la seconde fois. A bout de souffle, dont il n'avait pourtant nul besoin, Ayden recula afin de laisser la dépouille rejoindre le sol, Mattews faiblissait et savait qu'il ne fallait plus tarder sous peine de voir Peters mourir. "Plantes le Ayden!!!!" D'un geste fébrile, Al' repoussa du pied le morceau de bois dont il s'était servi. Le vampire attendit de longues minutes, attentif aux pulsations du cœur du vieux garagiste, il devait faire vite. "Bordel, tues le! M'regardes pas, j'vais pas crever... T'entends Gamin ?! c'est c'qu'il veut qu'tu m'sauves pour t'achever dans l'dos!!! Butes cette merde, envoies le en enfer." Derrière lui, tandis qu'il jaugeait du regard les blessures ignobles de Peters, l'ex flic entendit les raclements de gorge de l'hidalgo qui reprenait conscience à grand coups d'inspiration. Un dernier regard d'Alan lui intima d'agir, Mattews s'empara du pieu et l'enfonça près du cœur du mort en sursit, arrêtant l'arme à quelques cheveux de l'organe tandis que le type se tortillait de douleur et offrait ses dernières paroles infectes. "... C'est terminé... trois morts, je mens jamais!" Les mâchoires crispées, Ayden traversa enfin le palpitant de Matis dont le tint prit lentement de nuances cendreuses.



Jane Kelley
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Emma Renzoni

avatar
Messages : 68
Emploi/loisirs : Etudiante

We all have something to hide.

Race: Humaine
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mer 2 Oct - 20:49

La soif de sang le tenait, tout comme celle d’une vengeance cuisante contre l’homme qui lui avait pris son épouse. Il lui disait être à armes égales, mais ce n’était qu’un leurre. Matis n’aurait jamais en un claquement de doigt, la dextérité de ce vampire, le contrôle qu’il avait acquis au fil des années. Non Matis, n’était pas sur le même pied d’égalité, déjà il lui manquait ses phalanges pour pouvoir faire usage de diverses armes qui pourraient se présenter à lui, et la rage qu’il avait à son encontre, le mettait dans le flou le plus total. Vaincre et récupérer ce qui lui appartenait était tellement présent en lui qu’il manquait de réflexion, ou tout du moins, le nouvel être qu’il était, possédé par de nouvelle envie, le terrassait sans même qu’il s’en rende compte. Les marches furent gravies en quelques secondes, la porte du bureau poussée dans un fracas, avant qu’il ne serre la gorge fragile du vieil homme. Son regard injecté de sang, ses crocs pointant dans sa bouche, Matis n’avait plus qu’une envie, sans même réellement s’en rendre compte, mordre, boire, et anéantir, la vie humaine de ce pauvre gars. Rien ne se déroula comme il l’espérait, sa proie lui échappa des mains par l’intervention de Mattews, un combat s’enclencha entre eux, et durant quelques secondes, alors que le vampire hésitait, Matis pris l’avantage. Un sourire, un air jubilatoire se peignant sur ses traits, alors que déjà il imaginait sa rousse à nouveau dans ses bras. Une douleur atroce, le fit lâcher prise, et il mourut pour la seconde fois. Cette nuit de vengeance, semblait animer les deux êtres lunaires, leur volonté de prendre la vie de l’autre était présente, et tout ça pour l’unique regard d’Emma. Matis l’avait aimé, et l’aimait encore, il était incapable de dire pourquoi, du jour au lendemain, il s’était mit à la cogner alors qu’elle était toujours resté un ange avec lui. Regrettait-il ? Non, pas le moins du monde, il avait changé, il était un autre homme, et pour rien au monde, il ne voulait redevenir l’homme doux qu’il était. Pourquoi ? Simplement parce qu’il montrait aucune faiblesse à ses ennemies, pas même la vie de sa femme qu’il chérissait au plus au point. La récupérer était sa priorité, sans elle à ses côtés, tout était impossible bien qu’il ne montrait rien. Elle était sa femme, le resterait à tout jamais, et il lui était inconcevable de la laisser partir, son propre bonheur comptait bien plus que celui de cette femme qu’il aimait appeler Elixir. Il revint enfin à la vie, mais sans même s’y être préparé, il sentait en son être, un pieu performé les premières couches de son corps. Mattews le fixait avec une rage, une cruauté que Matis connaissait bien trop pour l’avoir dans son regard. Passant sa langue sur sa lèvre, il savait qu’il ne pourrait rien faire, il allait mourir, mais comme tout condamné il lui offrit ses dernières paroles, d’un ton amusé.

- Je ne serais peut être plus là physiquement, mais dans sa tête, le moindre élément lui rappellera ma présence. Un éclat de voix, un morceau de verre se brisant, des coups de feu ou même l’odeur du sang. Je suis encré en elle Mattews, et ça tu ne pourras pas l’effacer… Chaque fois que tu toucheras sa peau, à la moindre secondes que tu passeras avec elle, tu pourra commettre des gestes, formulés des mots, qui lui balancerons mon visage en pleine gueule. Jamais elle ne sera apaisée, jamais elle ne pourra vivre sans y repenser, car j’ai pris soin de la marquer au fer rouge. Chaque nuit, elle se réveillera en sueur, se remémorant mon corps brulant possédant le sien si fragile… Jamais tu ne pourras m’effacer.

"... C'est terminé... trois morts, je mens jamais!"

Serrant des dents, il sentit le pieu entrer encore plus dans ses chairs, jusqu’à ce qu’il perfore son cœur déjà mort. Son corps se raidit, et le regard de Matis resta encré à celui de Mattews, tout comme son sourire en coin sur son visage. Matis venait de rendre son dernier hommage. Emma était à présent libre de toute emprise venant de cet homme, une nouvelle vie s’offrait à elle, mais elle était encore loin de s’en douter.


Elle l’avait supplié de ne pas s’y rendre, apeuré par le fait qu’il était trop en colère, bercé par les sentiments qui le gagnaient suite aux événements de cette journée. Un faux pas de sa part, et son cauchemars recommençait, elle serait loin de lui, et à nouveau sous le couvert de Matis. Elle le savait plus fort par sa nature, mais aimante, elle ne pouvait s’empêcher de mourir de peur quant au destin qui les attendait. Les larmes roulant sur ses joues, Emma l’avait regardé quitter leur foyer pour aller faire la peau au démon qui hantait sa vie et ses nuits. Un long moment elle resta immobile en fixant la porte, espérant qu’il allait la repasser pour remettre à plus tard son exécution, mais il ne se produit rien. Les minutes s’écoulèrent et Emma tourna son regard sur cette petite fille dont elle ignorait beaucoup de chose, son chien était à ses pieds, comme pour protéger ce petit être qu’il ne connaissait pas. Attentive un instant à ses tremblements, Emma s’en approcha doucement pour river ses genoux sur le tapis devant elle. La petite obnubilée par cet être à poil, ne relevait pas son regard sur Emma comme terrifiée. Elle passa quelques minutes à être silencieuse, avant de rompre ce moment, en parlant du chien, donnant son nom provisoire comme pour gagner la confiance de ce petit être qu’elle n’osait toucher de peur de la faire crier. Plus tard, tendant une main vers elle qu’elle saisit, elle s’activa à lui faire prendre un bain pour la débarrasser de ce sang séché sur sa fine peau d’enfant. Edgar du haut de ses trois pommes, ne les quittait pas, alors qu’elle vêtu l’enfant d’un de ses tee shirt, dépourvu de tous vêtements enfantins. Lui offrant un chocolat chaud, avant de la mettre dans leur propre lit, couvrant son petit corps des couvertures et s’allongeant à ses côtés, Edgar couché sur les draps du lit. Emma caressa doucement les cheveux de la même couleur qu’elle, regardant cette enfant s’endormir, alors que ses pensées se tournaient vers son ange. Pas un seul instant Emma ne sombra dans le sommeil, elle restait éveillée, jetant des regards au réveil à ses côtés, son cœur palpitant en elle, comme une horloge. La nuit s’écoulait et toujours aucun signe de lui, son regard rivé sur la baie vitrée, où les lumières de la nuit s’estompaient pour laisser place au début du jour levant. Un instant elle se perdit à contempler cet anneau signe de leur amour et de leur lien marital, puis elle entendit le glissement d’une fenêtre. Emma se redressa, poussant les draps alors que son chien bayait sans effectuer un seul aboiement. Sur la pointe des pieds et avec lenteur, Emma quittait la chambre sans un bruit, se dirigeant vers le salon, où son ange était debout en compagnie de Alan. Son cœur pulsa de soulagement, bien que le sang sur leurs vêtements la rendait ivre d’une peur cuisante. Avalant avec difficulté sa salive, elle finit par se river dans les bras de son ange, fermant les yeux et le serrant dans ses bras, sans prononcé un mot durant un long moment.

- Tu vas bien ?

Lui chuchota t-elle avant de river sa main le long de sa mâchoire comme pour s’assurer qu’il n’était pas blessé. Elle savait qu’il guérissait de lui-même et pourtant la peur la terrassait avant qu’elle ne pose son regard sur Al, lui accordant un hochement de tête. Elle ne pensait pas le revoir de si tôt, son regard se posa dans le bleu de celui qui était aujourd’hui son époux, plein d’interrogations qu’elle ne pouvait prononcer.  






Emma Renzoni



Revenir en haut Aller en bas
Jane Kelley

avatar
Messages : 102
Emploi/loisirs : Conseillère au lycée de Mystic Falls
MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden) Mer 2 Oct - 22:30



Combat final.
Fini... La fin d'une traque ayant duré de longs mois, des jours et nuits entiers durant lesquels Emma frémissait à chaque son, chaque claquement de porte, chaque bruit se rappelant au bon souvenir de l'homme, désormais mort, qui reposait à ses pieds. De longues minutes Ayden laissa les paumes appuyées contre le bois rivé au cœur d'un être qui ne reviendrait plus jamais d'entre les morts, de longues secondes durant lesquelles il mit tout le poids de son corps, toute la puissance qui lui était due, contre cette arme de fortune qui lui avait permis de libérer sa femme d'un lourd tourment. Les derniers mots qui avaient quitté ces lèvres figées d'un rictus, nageaient encore en son esprit tandis qu'il fixait les prunelles vides de lueur du cadavre. Sans mot, la haine le possédant encore, Mattews laissa ses mains rejoindre le cou glacial du mafieux et serra, serra encore et encore, les muscles tremblants, les mâchoires crispées et durcies par la fureur, les filigranes bleutés saillaient contre son épiderme et les crocs saignaient ses propres lèvres, tant que son propre fluide macula de quelques gouttes le faciès du cadavre. Il exerçait une pression hargneuse, teintée de rage, de haine, de psychose et paranoïa intense ne l'ayant plus habité depuis qu'il avait été sevré, sous ses doigts, les os de Matis craquaient, se broyaient et ce jusqu'à ce qu'en un geste vif, il releva les bras et la tête de la dépouille s'arracha du cou pour rouler contre le garde corps et, lentement, chuter dans le vide pour s'écraser sur la piste du bas. Ayden rejoignit le sol, les genoux pliés sur lesquels reposaient ses bras, il fixa le corps sans tête et inspira uniquement pour reprendre un tant soit peu de contrôle. Jamais il n'avait fait preuve d'autant de fureur, jamais il n'avait tant laissé parler sa soif de vengeance...

Passant une main tremblante contre ses traits, ceux-ci redevenant lentement à image humaine, subitement le sang d'Alan lui saisit l'odorat, le vieux avait besoin de lui et vite, sans quoi il tirerait sa révérence pensant qu'Ayden lui tenait encore rigueur d'actes dont il n'était pourtant pas l'auteur. Le rythme cardiaque de Peters faiblissait, une cause urgente faisant se redresser le vampire qui vint s'accroupir près de ce père de substitution dont le dos épousait, en quelques traînées de fluide vital, le mur de la pièce où il avait été retenu et sans doute torturé. Ayden déposa une main à l'arrière du crâne de son ami, les iris considérant chaque plaies qui s'avéraient mortelles au fil des secondes qui passaient, les paupières closes, Alan respirait encore mais son pouls faiblissait dangereusement. Le front plissé, le garagiste toussa et cracha du sang avant de reprendre une goulée d'air qui siffla dans sa trachée, il rouvrit ensuite les yeux pour offrir un piteux sourire à son protégé. "...Tu l'as eu... il est..." Mattews fronça les sourcils quant à ce qui surviendrait bientôt. Alan lui avait déjà donné ses directives si quelque chose venait à lui arriver. Pas de sang de vampire Gamin, j'veux m'éteindre et rejoindre Abie et June... même si ta petite gueule de play-boy me manquera, j'serai toujours là." Ces mots passaient en boucle dans le crâne du blondinet qui resserra son emprise bienveillante sur Peters. "Il est mort oui." La voix du damné tremblait sans qu'il puisse y remédier, perdre Alan était comme abandonner les nouveaux espoirs qu'il fondait en Emma, l'enfant de Stanley et en cet homme qui lentement se mourait. Le vieux sourit et hocha la tête, la joie comblant ses traits tannés, usés et blessés. "Bien......bien..." D'une main faiblarde, qu'il redressa pour l'ancrer à la joue du vampire, Al tenta de se redresser mais l'ex flic l'en empêcha. "J't'ai jamais menti Gamin... sauf il y quelques secondes,........j'vais y rester. Lorsque les prunelles du vampire s'humidifièrent et qu'un rictus quitta sa gorge, Alan pressa la main contre cette peau gelée. "... j't'aime Gamin,... mon Gamin... tu pourrais être mon vieux et... pourtant, j'te vois comme mon fils... Prends soin d'elle, d'toi et pardonnes moi pour tout ça." Son cœur faiblit encore, ses paupières se scellèrent et doucement la faucheuse venait quémander son âme. Ayden sentit une larme quitter son oeil et mourir au coin de ses lèvres, sans attendre, il pressa la peau de son poignet et déposa deux doigts, imbibés de sang, sur le seuil de la bouche de celui qu'il ne voulait pas laisser partir. "...Toi pardonnes moi pour ça..." Mattews se redressa et emporta le corps dans ses bras.

Il avait rejoint la mustang après avoir récupéré une dernière chose, Alan dormait sur le siège passager, il dormait oui, son pouls redevenait sain, sa peau reprenait des couleurs de vie et ses respirations, ainsi que l'absence des blessures sur son épiderme, indiquaient au vampire que le sang avait eu l'effet escompté. Peters lui en voudrait, c'était couru d'avance mais ça en valait la peine, au moins autant que d'avoir sauvé Emma ce soir pluvieux, de s’être attaché à elle au point d'en venir à une chose qu'il n'aurait jamais pu imaginer : L'amour. Malgré ses actes en cette nuit orageuse, nuit qui prenait fin sur les premières lueurs du jour, Ayden avait prouvé son humanité comme aucune créature lunaire n'avait du le faire, il avait faibli à sa tâche, manquant de mourir, uniquement pour sauver un homme qu'il appréciait plus encore qu'un simple ami... Alan était un père, le père que Mattews n'avait jamais connu de son vivant, l'unique visage, l'unique homme qui avait été, était et serait encore cette attache paternelle. Les yeux rivés sur la route, Ayden laissa un œil traîner contre le corps du vieux, il reprenait lentement conscience lorsque le vampire passait l'entrée de la ville, bientôt il rejoindrait celle pour qui tout cela avait pris fin, celle qu'il aimait à s'en tailler les veines pour qu'elle vive. Peters posa une main contre son front. « Bon sang Gamin j'avais dit jamais... C'que j'ai mal au crâne bordel ! » Le blondinet laissa échapper un rictus en tournant le volant vers la résidence où l'attendait le trésor enfin libre comme l'air. « T'es un sacré p'tit con... »[/b] Le damné parka le véhicule et coupa le contact. « Arrêtes! » Alan souffla en une grimace atterrée. « Ouais c'est ça... J't'avais dit jamais, tête de gnou, buté comme un âne en plus d'être un vampire, bordel de merde j't'e jure que si j'deviens comme toi j'te fais la tête au carré. » Mattews rit et quitta l'habitacle pour venir lui ouvrir la portière. « J'te jure que ça valait la peine... plus t'entendre râler j'pouvais pas mais y a autre chose... » Peters sortit de la bagnole et ouvrit la bouche, un « quoiiiii ? » quitta sa gorge tandis que le chasseur le saisissait afin de gravir rapidement la façade, de balcons en balcons, aussi rapidement que son énergie le lui permettait encore, pour terminer sur la terrasse de l'appartement. « Nom d'un borgne Ayden tu veux m'faire dégobiller ? » L'ex flic lui intima de faire silence et lui pointa du doigt la vitre de la chambre ou son trésor, l'enfant et le chien étaient encore. Le garagiste chercha les lorgnons dans sa poche qu'il remit sur son nez après les avoir grossièrement essuyé. Un sourire de gosse s'empara de ses traits et il riva un coude dans les cotes du vampire qui ouvrait la baie pour les faire rejoindre le salon.

Les bruits de pieds nus, rapides et légers, sur la moquette firent se tourner le chasseur qui réceptionnait déjà le corps frémissant de sa belle contre le sien. Il la souleva de terre, serrant son dos comme jamais il ne l'avait encore fait. Emma, chaque actes de cette nuit, aussi sanglants et comblés de haine fussent-ils, étaient pour elle, il l'aimait à s'en tuer, à en tuer... Ayden l'aimait aussi fort que le sang battant vivement dans ses veines en l'instant, il sentait les pulsations de son cœur, ce tambour lui fit un bien fou dont il semblait avoir manqué cruellement lorsqu'il mettait fin à son calvaire, son parfum l'enivrait, l'intimait au calme qui l'avait quitté lorsque cet hybride avait posé les mains sur elle. De longues minutes filèrent ainsi, sans qu'ils n'eussent à échanger un mot, ils se retrouvaient comme après des mois d'absence, se retrouvaient sous le signe de la liberté dont elle n'avait pas encore connaissance. Mattews huma ses cheveux à trembler d'amour et de bien être, sa belle était vivante, libre et aucune autre emprise ne viendrait la déranger désormais. « Tu vas bien ? » S'assura-t-elle d'un filet de voix cristallin qui le fit sourire, ses doigts effleurant délicatement sa mâchoire. Ayden la reposa lentement au sol et repoussa délicatement son corps afin de noyer ses yeux dans le jade des siens, comme d'ordinaire, il repoussa les mèches l'empêchant de la contempler, elle était magnifique, bien plus encore que depuis qu'il avait posé le regard sur elle. Un trésor, son trésor jusqu'à ce qu'elle en décide autrement ou que la mort vienne les saisir. Sans un mot il hocha la tête et considéra Al' à qui elle offrait un maigre sourire. « Madame Mattews... J'ferai mieux de vous laisser. » Ayden lui saisit le bras, son autre main serrant doucement les phalanges de sa femme. « Y a une chambre dans le couloir, une salle de bain la jouxte, penses pas à te tirer sinon je te joue « hypnose » en exclusivité... Reposes toi t'en as besoin ! » Peters ronchonna mais ne put s'empêcher de grimacer un sourire, un fait rare chez lui, néanmoins il ne bougonna pas longtemps avant de s'éclipser. Ayden et Emma se retrouvèrent seuls, le vampire la contempla et vint ancrer son corps au sien, usant de vitesse, de ce peu d’énergie qui lui restait encore, pour la faire rejoindre un mur, sans bruit, afin de l'embrasser à perdre haleine tandis qu'une larme mourait contre la joue de la jeune femme sans qu'il ne puisse la retenir. Le baiser était comblé de l'amour qu'il lui portait, des émotions et sensations décuplées qu'elle avait fait jaillir en lui lorsqu'il avait senti ses lèvres pour la toute première fois. Fébrilement, il cessa cette étreinte sans défaut et posa le front contre le sien. « Je t'aime tellement... » Soupira-t-il en déposant la chevalière, récupérée dans le broyeur, dans la paume chaude de son épouse dont il replia les phalanges. « Prépares ce qu'il faut, on va passer la nuit ici pour ne pas réveiller Rose, je t'abandonne quelques minutes... » Lorsqu'elle ouvrit la bouche, Ayden déposa l'index contre celles-ci. « ...simplement pour retirer tout ça, je reviens. » Il ancra la main à sa joue et baisa son front pour enfin rejoindre la salle d'eau.



Jane Kelley
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le combat final (Ayden)

Revenir en haut Aller en bas

Le combat final (Ayden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Manoir SalvatoreReste du monde-