RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Under your skin - Cassie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Under your skin - Cassie Ven 15 Nov - 15:19



Under your skin
Ces dernières semaines étaient d'un ennui mortel, pas l'ombre d'une petit Gilbert dans le coin, ni même d'un Salvatore totalement dénué d'émotion, rien, absolument rien ne venait distraire le cadet Mikaelson qui commençait à sévèrement ronger son frein, lui qui d'ordinaire savait s'amuser à juste titre, à coup d'hypnose, de crocs et de retournement de situation à son propre avantage, devait avouer qu'il n'y avait pas tant de chose plaisante à faire dans cette ville si on avait pas le partenaire, du moins la proie, adéquat. Son plan vengeur était pourtant en action, il en récolterait les fruits bien assez tôt mais tout de même, cela tardait à venir. Certes ce cher Rémi faisait quelques victimes ça et là mais rien n'avait encore éclabousser les visages torturés de ses proches, Jeremy n'en savait rien, Jenna et ce prof d'histoire non plus, uniquement Stefan et Damon, les très appréciés Rodriguez issus de la lignée de son bâtard de demi-frère semblaient avoir contempler ce Double Petrova, dernière génération, en pleine crise existentiel. En y songeant, alors qu'il parcourrait les quartiers résidentiels de cette adorable Mystic-Falls, subitement l'Originel pointa du doigt une cause qui pouvait, sans grande surprise, être à l'origine même du peu de résultat qu'il escomptait chez sa première cible : Stefan Salvatore, l'éventreur en personne devait camoufler les actes de son ex petite copine pour éviter aux membres gravitant autour d'elle d'en pâtir. Un rictus mauvais logé au coin des lèvres, Kol, écouteurs sur les oreilles offrant un titre agréable, veste noire ouverte sur un tee shirt manche longue brun, fit un tour rapide des possibilités qui s'offraient à son esprit afin que ses désirs se réalisent plus tôt. Il fallait donc rencontrer le cadet des Salvatore et faire en sorte qu'il n'agisse plus au profit de Gilbert, après tout elle avait trahis celui-ci, l'avait humilié pour s'enticher de son frère, joué avec les sentiments soit disant profonds qu'il devait ressentir à son égard, alors pourquoi continuait-il à l'aider? Le sourire de Kol s'agrandit tandis qu'il marchait sans réel but, Stefan et lui seraient bientôt de très grands amis, inséparables, si toutefois il parvenait à lui retourner la cervelle car le vampire avait beau être plus jeune que lui, physiquement et mentalement mais il n'en restait pas moins le plus posé et réfléchi des deux frangins.

Satisfait des tas de pensées lugubres qui se montaient secrètement dans sa tête, subitement Kol croisa la silhouette d'un homme sur un porche, affairé à la lecture du journal dans un fauteuil à bascule, un peignoir de soi contre le corps et tasse de café en main. Pas de tintement de cœur, aucun souffle, il s'agissait d'un vampire fondu dans la masse de stupides petits humains de la ville. "Encore un" pensa-t-il tandis qu'il continuait son chemin sur le trottoir pour rejoindre la résidence familiale en ce début d'après midi morne mais, quelque chose le fit tiquer sans qu'il ne sut dire quoi, cet homme-ci, aussi calme, posé, serein et typique aristo était-il, souleva la curiosité de Mikaelson lorsqu'il sentit une fragrance déjà humé, provenant de cette personne. L'odeur particulière de Cassie Stewars, rien d'autre que cette sulfureuse compagne d'un des soirs de la semaine précédente, lui saisissait subtilement l'odorat à lui en rappeler le songe agréable qu'elle avait été poussé à lui délivrer. Ses lèvres contre les siennes, ses canines plongées dans sa jugulaire, ses mains contre son bas ventre, ses cheveux soyeux glissant sur sa peau, tout cela lui revenait en tête, même si ce fut le fruit de son imagination débordante, à lui en lover un sourire plaisant, créant quelques ridules divines au coin de son regard, sur ses lèvres rieuses. Voilà donc la demeure de l'esclave roux aux courbes spectrales et.... son tendre époux. Sans bouger d'un pouce, Mikaelson décrivit ce dernier des pieds à la tête, tendre... plutôt moue comme une chique et aussi intéressant que le journal intime de sa sœurette, autant dire ennuyeux à mourir, tant sur le point physique que sur cette première attitude qu'il contemplait. Père castor, Kol ne s'était décidément pas trompé de beaucoup, hormis la queue plate, tout chez ce Gregory invitait à l'imaginer raconter des contes aux enfants défavorisés dont Elijah plaidait la cause. Stewars avait une chance inouïe, un grand père, un père et un mari, trois en un, une aubaine pour la frivole buveuse de sang qu'elle semblait être, pas étonnant qu'elle se sente brider. Amusé par la scène au ralenti devant lui, il hocha poliment le menton lorsque le père Stewars redressa le visage dans sa direction, finalement cette journée avait peut-être mal démarré mais, au moins, il se coucherait moins con ce soir et rêverait sans doute des ébats peu évolués de ce couple très mal assorti.

Vers quinze heures, il se retrouvait dans le jardin immense de leur habitation, Elijah absent pour un gala de plus, sa mère on se savait où et il s'en contre fichait, Klaus sans doute à la recherche de son égo surdimensionné, il avait croisé rapidement Rebekah dans le salon mais sans s'attarder, sa soeur boudait et bien soit, il n'allait surement pas lui offrir un épaule pour geindre, elle voulait redevenir humaine et, sans tact, le cadet lui avait servi qu'elle en avait l'étoffe. "Gémir, pleurer, se plaindre... tu ferai une parfaite Elena Gilbert dans ton genre." Lui avait-il servit avant d'éviter le premier coussin qu'elle lui avait lancé. Rieur, il s'était donc éclipsé dans les jardins, batte de baseball contre l'épaule, balle dans l'autre main, celle-ci qu'il faisait sauter contre sa paume pour tromper l'ennui et lunette de soleil contre le nez pour rejoindre l'un de ses nouveaux larbins. Léa Cliford, nul autre que la jolie blondinette rencontré lors de sa soirée sanguinaire, en compagnie de Rémi sans famille, à la fac un mois plus tôt. Désormais cette fille était un vampire et pas n'importe lequel, asservie, l'étudiante exécutait ses moindres désirs, preuve indéniable que malgré sa mort, elle avait au moins nourri une attirance envers l'Originel à l'origine de son trépas. "Encore avec ta batte Kol, t'en as pas marre?" Rala-t-elle, tandis qu'il fixait ses yeux par delà les verres fumées. "Non, et t'aime ça, alors vas tu iras me récupérer la balle, où qu'elle soit projetée, j'ai pas envie de cavaler aujourd'hui." La demoiselle opina du chef en bonne marionnette et attendit qu'il tape sa première balle qu'elle s'empressa, en un courant d'air rapide, d'aller récupérer pour lui tendre jusqu'à ce que la sonnette du hall lui parvienne aux oreilles. "Va ouvrir!" Ordonna-t-il, la tige de fer contre le cou, Lea fit la moue et avança vers la demeure. "Avec plus d'entrain j'te pris, si je voulais décevoir les hôtes j'enverrai Becky..." Lui servit-il, après avoir user de vitesse pour lui barrer le passage. Mesquin comme à l'accoutumé, Kol posa l'extrémité de la batte sur la poitrine de son esclave. "On jouera à autre chose plus tard, maintenant dégage et va ouvrir cette porte." Satisfait, Mikaelson reprit son petit jeu seul, tapant la balle, usant de rapidité pour la rattraper avant qu'elle ne rencontre le sol puis, revenant près de la terrasse après avoir récupéré son dernier projectile, il esquissa un sourire adorable, ses yeux, toujours dissimulés derrière les lunettes sombres, ne ratant rien du spectacle devant lui. "Cassie Stewars..." Sourit-il, jetant balle et batte dans les bras de Lea aux côtés de la rouquine. Kol releva les manches de son top et gravit les deux premières marches de l'escalier menant au balcon, ancra le coude contre la rambarde et la dépeignit. "J'me souviens de notre nuit passée comme d'une chose gourmande." Attitude désinvolte et nonchalant comme d'ordinaire, il arqua les sourcils lorsqu'elle répondit. "J'suis passé devant chez toi ce matin... J'adore ton mari, surtout son peignoir, c'est trop..." Kol gravit les dernières marches et passa les lèvres près de son oreille. "Atypique." termina-t-il avant de rire et de se diriger vers la table où un humain était assis sagement. Mikealson lui saisit le poignet et y planta les crocs avant de retirer ses lunettes et de s'assoir nochalement dans le premier fauteuil luxueux du salon de jardin, bras écartés sur le dossier. "J't'en prie sert toi, y en a plein d'autres ici, des domestiques que mon frère ainé affectionne, un de moins, deux, même trois, il fera pas la différence." Sourit-il, passant la langue sur sa lèvre inférieure.
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Ven 15 Nov - 22:11




"Under Your Skin"
Edena

La journée débutait, le froid s’installait doucement sur la petite ville mais ceci ne dérangeait en rien la vampire qu’elle était. Bientôt les rues seront décorées de guirlandes, sapins et autre fanfreluches pour les fêtes de fin d’années. Le marché de Noel ouvrira ses portes, et un troupeau d’humain au sang plus que divin se pavanera joyeusement sans qu’elle ne puisse y planter un croc en présence de son époux. Cette période de l’année ravivait toujours, un souvenir délectable pour la rouquine, lorsqu’elle était allée près de l’Alaska. Ce songe bercé de sang de cris de terreur et de souffrance, lui donnait l’eau à la bouche, sa langue caressant ses crocs qui se manifestaient. Une tasse de café en main, une nuisette violine ultra courte, Cassie se baladait dans le grand manoir de son époux. Là où certaines pièces n’étaient mêmes pas utilisée, et où quelques souvenirs de sa période sanguinaire trônaient sans que Gregory ne s’en doute. Montant au travers des étages, jetant un rapide regard par l’une des fenêtres, constatant qu’il était en pleine lecture, un sourire poupin s’afficha sur ses traits. Sautant avec délicatesse et sans un bruit, elle attrapa une petite clé dissimulée sous un livre ancien, contant les histoires rocambolesque d’un chevalier servant. Trempant ses lèvres dans ce nectar noir et peu intéressant, elle glissa la clé dans la fente d’une porte, prêtant l’oreille afin de ne pas être dérangée. Quand elle y pénétra, il faisait sombre, mais elle poussa un soupir de satisfaction, ouvrant les rideaux pour contempler des tableaux cachés par des draps aussi blanc que la neige qui ne tarderait plus à tomber dans les jours à venir. Ses doigts glissèrent sur l’un d’entre eux à l’en faire tomber sur le sol. Cassie avait une main créatrice, tout ce qu’elle touchait, elle en faisait une véritable œuvre d’art, bien loin de celle que les mirettes de son époux contemplaient en contrebas. Celles-ci avaient une particularité, elles étaient toutes peinte de rouge, une couleur qui avec le temps passait. Un bras croisé sur sa poitrine, l’autre tenant sa tasse à proximité de ses lèvres, elle scrutait de ses yeux étincelants le portrait d’une de ses victimes, peinte avec son propre sang. Hélène, cette grotesque petite humaine, l’avait piqué à vif, lors d’une course anodine dans un magasin. Hôtesse de caisse superficielle et prétentieuse, sa manière hautaine d’avoir osé titiller le vampire qu’elle était lui avait valu une mort certaine. La brunette avait fini ligoté dans les cachots en contrebas, torturée, affamée, la rouquine l’avait gardé ainsi en vie durant quelques jours, s’amusant de ses cris, se sustentant de son sang, avant de l’amener dans cette pièce shootée à la morphine afin de la rendre docile. L’hypnose étant un don n’infligeant pas de vraies souffrances comme elle les souhaitait. Et puis elle l’avait déposé sur le lit, ouvrant ses veines, et récoltant son sang afin que sa mort soit lente, assez pour qu’elle puisse la peindre avec son sang avant de la regarder s’éteindre, et finir enterré dans le jardin voisin. Nostalgique de cette époque où son mari n’était plus dans sa vie, elle referma la porte, cacha à nouveau la clé et redescendit les étages pour se vêtir. Enfilant ses luxueux bas pour les accrocher à ses jarretelles son regard se tourna un instant sur l’extérieur, sentant l’odeur de son époux toujours installé sur son fauteuil à se délecter d’un silence morose à son gout. La fenêtre entre ouverte, elle enfila sa jupe noire bi matière, avant de refermer sa poitrine dans un soutient gorge rouge vif parsemé de dentelle. Stewars n’allait pas s’embêter avec une quelconque chemise, la veste de tailleur ferait parfaitement l’affaire. C’est en saisissant le cintre qu’une odeur connu vint la tirer du placard pour se dresser devant la fenêtre. Kol Mikaelson, passait dans la rue, scrutant avec attention son mari sans même la voir. Un instant elle fronça des sourcils, posant sa main sur sa hanche alors qu’elle écartait doucement le voilage. Coïncidence ou fait volontaire, elle n’en savait rien, mais son mari devait rester dans l’ignorance de sa petite soirée. Enfilant sa veste, se munissant de ses escarpins, elle finit par rejoindre son mari dans la cuisine. Celui-ci devait partir pour la nuit dans une ville voisine, pour une affaire concernant leur entreprise lucrative, leur permettant de s’offrir des choses dont beaucoup rêverait sur papier glacé.

Un verre de vin en main, alors qu’elle piochait quelques tomates cerise dans un bol, Cassie le vit descendre avec sa valise, l’embrassant avant de quitter le domaine dans la voiture qu’il affectionnait plus que de raison. Poussant un soupir, elle scruta un instant l’écran de son téléphone, pas de nouvelles de Rachel, celle-ci semblait avoir écouté les paroles de son époux. Elle se retrouvait donc seule, sans rien à faire de palpitant pour la journée, sans l’ombre d’une activité à exécuter. Bien sur elle aurait pu aller au cinéma, faire tout ce qu’un humain lambda adorait mais ce n’était pas son genre. Si elle entrait dans un de ses lieux c’était avec un but précis. Soudain l’apparition de Mikaelson lui sauta en plein visage, devait elle se méfier de lui ? Serait-il assez impétueux pour vendre la mèche ? Ou pire la faire chanter d’une quelconque façon ? Croquant une des tomates, ses ongles martelaient le marbre du bar, songeant à ses propos sur l’asservissement. Quelle débilité, elle était une femme mariée quoi de plus normale que d’écouter son compagnon. Néanmoins le fait qu’il soit passé devant chez elle, la faisait beaucoup douté quand à sa discrétion. Ayant besoin de réponse, elle attrapa son sac à main dans l’entrée, et comme à l’accoutumée, déposa un goute de parfum au creux de son cou avant de sortir. Les reflets du soleil éblouissaient sa chevelure de feu, et c’est sans mal qu’elle trouva un taxi pour se rendre à la résidence bien connu de tous les membres de leur rang. Quand elle fut devant, son hypnose joua de ses tours afin de ne pas payer la course, manquerait plus que ça ! Bien que Gregory déteste ce type d’agissement il n’était pas là pour en découdre. Montant les quelques marches elle pressa la sonnette et attendit patiemment qu’on daigne lui ouvrir ce qui tardait à venir et qui fit naitre son impatience. Une jeune femme, de leur trempe, semblant peureuse à souhait l’accueillit pour la diriger vers son destinateur. Elle l’aperçu dans les jardins entrain de rattraper une balle ce qui l’amusa un instant, avant de migrer un sourire mystérieux sur son visage alors qu’il la remarquait, lançant ses affaires à la blondinette à ses côtés, elle semblait être son pantin, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

"Cassie Stewars..."

- Bonjour Kol…

"J'me souviens de notre nuit passée comme d'une chose gourmande."

Un petit rictus amusé quitta sa gorge alors qu’elle arquait un sourcil une moue songeuse bien mimée.

- Hum tient donc, ce n’est pas ainsi que je m’en souviens, sans doute n’étais je pas dans le bon camp.

Dit elle avec un sourire alors qu’elle attendait qu’il ne daigne la rejoindre. La belle vampire lui avait octroyé un songe à un moment inopportun, peu conventionnel ce qu’elle avait pu lui faire voir, mais tellement réjouissant de son point de vu. Lorsque Gregory était mort du moins elle le pensait, elle avait souvent joué de ce petit stratagème afin d’agacer les hommes vampires qu’elle côtoyait. Beaucoup raffolait de ses courbes, de cet air angélique qui pouvait prendre possession de ses traits et surtout de sa facette machiavélique et garce qui l’habitait.  Une seule personne en ce monde la détestait plus que tout, au point de souhaiter la voir disparaitre, Gregory. Pour l’instant elle réussissait à lui donner satisfaction sans pour autant l’avoir enterré, et s’en divertissait dès que son dos était tourné. Après tout qui le lui dirait ?

"J'suis passé devant chez toi ce matin... J'adore ton mari, surtout son peignoir, c'est trop...  Atypique."

Un sourire en coin sur les lèvres alors que ses lèvres eurent approchés ses oreilles, Stewars ne papillonna pas d’un cil. Au moins il était honnête, et ne se cachait nullement d’avoir pu faire la rencontre même de loin de celui qui partageait sa vie. Elle tourna la tête avant de sentir une odeur de sang l’enivrer, forte et tenace, elle serra une seconde la lanière de son sac avant de le voir s’installer sur un fauteuil.

"J't'en prie sert toi, y en a plein d'autres ici, des domestiques que mon frère ainé affectionne, un de moins, deux, même trois, il fera pas la différence."

- Je vois que monsieur est grand prince.

Dit elle en laissant son doigt passer sur la plaie ensanglantée avant de le sucer avec sensualité comme on le ferait avec de la crème chantilly tout en rivant son regard dans le sien. Provocante bien que sa tenue fut plus conventionnelle sans être pour autant dépourvu d’une touche sexy.

- J’ai connu meilleur humain.

S’empressa t-elle d’ajouter avant de fixer les jardins un instant, avant de poser son regard sur la blondinette qui ne bougeait pas de place, tenant encore la batte et la balle aux creux de ses bras. Cassie pencha la tête, s’avançant vers elle, lui tournant autour, alors que son menton était rivé vers le bas comme une parfaite esclave. Un petit rictus quitta sa gorge, alors qu’un sourire l’animait.

- C’est donc à ça que tu t’adonnes en journée ? Jouer à la balle comme un petit animal de compagnie ? Comme c’est adorable, je n’aurais jamais pensé ça de toi mon mignon.

Conclut-elle avec son sourire sadique et d'une manière provocante subtile. Elle était loin d’avoir peur de lui, il pouvait la tuer d’un claquement de doigt et elle en était parfaitement consciente. Cependant, elle foulait le monde depuis deux cent cinquante ans, des choses elle en avait vu, et si son heure arrivait alors elle sourirait comme à son habitude. Jamais Stewars ne tremblera devant quiconque à part peut être son époux mais pour le moment ce jour n’était pas arrivé, et n’arriverait surement pas en connaissant son caractère. Et puis ce semblait être un petit jeu auquel il aimait s'adonner tout comme elle pourquoi s'en priver? Son doigt fila sur le menton de la jeune femme pour redresser son regard dans le sien.

- Hum j’ai compris… T’as pas d’amis, c’est pour ça que tu t’amuses à asservir tous les petits humains que tu croises… juste par ennui comme c’est touchant. A moins que ce soit à des fins charnelles ?  Ca doit être ça car tu prends un malin plaisir à engendrer des femmes, sans doute un fantasme irréalisé… Car pour l’instant je ne vois pas le côté amusant de la chose… Ah oui ! Normal ! Tu as cassé mon jouet en moins d’une minute au bar avant que je ne puisse en « jouir » comme tu me l’avais promis !

Dit elle en tournant son regard étincelant dans le sien, un sourire amusé se dessinant sur ses traits. Ses talons résonnèrent sur le carrelage de la terrasse, et elle s’installa à ses côtés ses jambes se croisant, son coude rejoignant le dossier du fauteuil, son poing se rivant à sa tempe.

- Dis-moi mon mignon pourquoi tu étais devant chez moi ce matin ? J’espère qu’il s’agit là d’une coïncidence et non pas d’une curiosité malsaine sur la personne de Gregory… Ou d’une quelconque constatation sur un pseudo asservissement auquel je ne suis nullement menottée.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Dim 17 Nov - 2:27



Under your skin
Une fois encore il la tentait auprès d'un humain et la rouquine préférait la jouer subtile. Bien qu'elle gouta au nectar de vie d'un des laqués de son frère, Kol retint plus son attitude, elle ne se nourrissait toujours pas mais se donnait en spectacle, jouant de regards éloquents et d'une note de sensualité pour saisir une perle de ce liquide délicieux sur le poignet de l'humain et sucer le doigt qui y avait trempé. Kol se contenta de sourire, qu'avait-elle en tête? Se rapprocher de lui, obtenir une quelconque chose en tentant de le séduire sans pour autant y parvenir? Mikaelson était peut être resté figé dans sa dix-neuvième année, mais il n'en était pas moins très pointilleux, et loin des jeunes ayant physiquement son age, coté charmes et séductions et ce que lui offrait Stewars, en usant et abusant de dédain et de sex-appeal faussement niais, ne lui faisait ni chaud ni froid, s'il la tolérait en ce domaine s'était uniquement car elle l'amusait et que ses courbes valaient le coup d’œil, rien de plus rien de moins. S'étalant d'avantage dans l'assise du sofa, il passa les pieds par delà l'accoudoir et la regardait faire, féline, prédatrice, cependant elle ne faisait rien qui irait à l'encontre de ce que son cher mari lui avait sans nul doute inculqué d'un simple regard amoureux et, lorsqu'elle approcha Lea, Mikaelson lâcha un rictus qui en disait long sur ce qu'il attendait réellement d'elle mais elle n'en fit rien, une fois encore, et préféra lui offrir de ses pics qu'elle pensait incisifs mais qui, en réalité, le faisaient rire à défaut de le vexer. "C’est donc à ça que tu t’adonnes en journée ? Jouer à la balle comme un petit animal de compagnie ? Comme c’est adorable, je n’aurais jamais pensé ça de toi mon mignon." Mielleux et cynique Kol arqua les sourcils en un sourire moqueur. "Hum j’ai compris… T’as pas d’amis, c’est pour ça que tu t’amuses à asservir tous les petits humains que tu croises… juste par ennui comme c’est touchant. A moins que ce soit à des fins charnelles ?  Ça doit être ça car tu prends un malin plaisir à engendrer des femmes, sans doute un fantasme irréalisé… Car pour l’instant je ne vois pas le côté amusant de la chose… Ah oui ! Normal ! Tu as cassé mon jouet en moins d’une minute au bar avant que je ne puisse en « jouir » comme tu me l’avais promis !" Sans grande surprise, la belle s'adonnait à une tirade fort amusante, savait-elle au moins qu'elle tendait le bâton pour se faire battre? Kol en doutait mais il ne bouderait pas le plaisir de la ramener sur les mêmes rails qu'elle lui faisait prendre depuis qu'elle avait ouvert ses lèvres gourmandes.

Il ne releva pas pour l'instant, préférant la laisser prendre ses marques dans un lieu tout à fait étranger à ses jolies prunelles noisettes, lorsqu'elle en termina avec Lea, toujours statufiée sur la terrasse, Cassie daigna enfin se joindre à lui sur le sofa extérieur, coude au dossier et poing manucuré retenant son menton gracile, dédaigneuse, moqueuse mais, surtout, curieuse des mots qu'il lui avait servi précédemment. "Dis-moi mon mignon pourquoi tu étais devant chez moi ce matin ? J’espère qu’il s’agit là d’une coïncidence et non pas d’une curiosité malsaine sur la personne de Gregory… Ou d’une quelconque constatation sur un pseudo asservissement auquel je ne suis nullement menottée." Kol bascula les jambes au dessus du bras de fauteuil pour les reposer au sol et y ancrer les coudes, ricaner était de mise, que croyait-elle, qu'il n'avait qu'elle en tête et n'avait que ça à faire de ses journées que d'aller balancer une femme infidèle aux demandes de son époux? "Dans l'ordre donc... Concernant mes "amis" je te retourne la chose, dans ta superbe demeure avec qui vis-tu? ... Uhm" Kol claqua la langue et fit mine de se reprendre en quelques plissements d'yeux purement moqueurs. "Ah, ton cher petit mari... soit dit au passage il à l'air très... intérressant, vois tu en passant devant chez toi j'ai cru avoir remonter le temps." Elle n'y allait pas de main morte et lui non plus mais, à contrario de sa personne, lui savait où la piquer, l'homme en peignoir était un sujet tabou d'après ce qu'il avait retenu de sa soirée passée en la compagnie de cette délicieuse amie. "Ensuite, pour ce qui est de ma présence devant ta résidence, sache que j'ai mieux à faire que de me préoccuper de l'existence d'une fille qui, pour le moment, ne m'a donné aucune satisfaction hormis un songe à la place d'actes torrides." Mikaelson se releva et s'approcha de Lea dont le sourire s'élargissait déjà. "Es-tu si mauvaise qu'il te faille faire rêvasser tes partenaires pour ne pas qu'ils te trouvent maladroite? ou pire encore, totalement mauvaise?" Il rit, dégagea les cheveux blonds du cou de son larbin et déposa le menton contre son épaule en une moue faussement boudeuse à l'égard de son hôte. "Comme tu l'as dit toi même, je n'ai rien d'mieux à faire que d'jouer à la balle et d'engendrer ce genre de créature qui, entre deux coups de battes, me sert autrement..." Sans pudeur, il passa une main contre les côtes de Cliford et la serra d'avantage contre son torse tandis qu'elle hoquetait de plaisir puis, l'embrassa sans aucune attention envers la rousse, hormis un regard malicieux qu'il lui servit lorsqu'il relâcha les lèvres de sa progéniture. "...après si tu es si attentive à mon existence, j't'en prie chérie..." Reprit-il les bras écartés, un sourire divin et un regard lubrique au visage. "donne vraiment de ta personne et non pas des pensées presque réelles." Kol fit signe à son pantin de déguerpir et il invita Cassie à rentrer.

Ils parcoururent la maison, ne croisant que quelques humains sur leur passage et l'Originel poussa la porte battante menant à la cuisine où une multitude de sbires, soit vampires, hybrides ou humains, s'affairait à préparer ce qu'il leur avait demandé deux heures plus tôt. La famille n'était pas présente alors autant en profiter un maximum sans avoir à quitter le logement. Souriant, il s'empara d'une bouteille de vin, de la réserve de son frère, la déboucha et se rinça la gorge directement au goulot avant de la loger contre la poitrine de Cassie et de piocher une olive dans un récipient sur le comptoir. "Et toi, qu'est-ce que tu viens faire ici? Tu as subitement voulu plaider ma cause maître Stewars?" Sourit-il, accoudé contre le meuble, les traits plissés en une malice particulière qui ajoutait de charmes à son visage juvénile. "Tu allais bosser? vu ta tenue, je paris que tu travaille pour le "barreau"" Cette boutade le fit rire, si elle comprenait elle le prendrait peut-être mal mais qui s'en fichait? "T'avais rien de mieux que les rideaux du salon ma belle? J't'ai connu moins couverte... Un costume de none t'irait mieux." Tandis qu'il riait, subitement son regard se teinta d'une lueur cynique, tel un môme habité par le malin, lorsque sa sœur l'observa depuis le couloir vers lequel l'arche menait. "Becky, t'as des fringues pour mon invitée?" Alors que la blonde soupirait et roulait des yeux, il s'avança rapidement vers l'entrée de la pièce. "T'as raison, elle risque de flotter au niveau des fesses et d'être trop serrée plus haut!" Il recula vivement pour éviter le bouquin qu'elle lui envoyait au visage depuis les escaliers et se tourna vers Stewars. "J'ai invité quelques personnes pour ce soir, rien de géant, musique, alcool et sang... Tu veux rester?" Interrogea-t-il, croquant une nouvelle olive en un clin d’œil éloquent. "Qui sait, peut-être même qu'on pourra pousser le vice jusqu'à ajouter sexe à la description de cette sauterie."
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Dim 17 Nov - 22:15




"Under Your Skin"
Edena

Cassie s’était peu être montrée tranchante, piquante et désinvolte face à lui, mais elle savait qu’il y répondrait sans se faire prier. Ce petit jeu l’amusait, elle avait à faire à un adversaire de taille, qui ne se démontait pas face au minois de la rouquine, et ici elle pouvait montrer son véritable visage sans avoir peur du quand dira t-on. Dire qu’elle n’aimait pas ça serait un pur mensonge, le fait qu’on lui tienne tête, qu’on cherche à la remettre en place sans la ménager était jouissif. Un amusement peut être malsain mais qui pourrait la juger ? Personne hormis peut être des petits esprits trop sensibles ! Ses perpétuelles attaques sur son époux ne l’atteignaient nullement, elle arborait son charmant sourire tout en le regardant d’un œil attentif. Gregory était certes son point sensible mais ce qu’on pouvait penser ou dire de lui pour lui infliger colère ou peine n’était que superflus du moment que ses agressions étaient relatés de la bouche d’un homme. Seule une femme pourrait obtenir ses foudres, tant sa jalousie et sa possession l’enchainaient à cet amour les liant. Mikaelson continuait de la piquer avec son attitude sereine, nonchalante et ses propos cinglants.

"Ensuite, pour ce qui est de ma présence devant ta résidence, sache que j'ai mieux à faire que de me préoccuper de l'existence d'une fille qui, pour le moment, ne m'a donné aucune satisfaction hormis un songe à la place d'actes torrides. Es-tu si mauvaise qu'il te faille faire rêvasser tes partenaires pour ne pas qu'ils te trouvent maladroite? ou pire encore, totalement mauvaise?"

Un rire quitta sa gore, il la provoquait sans prendre de pincette, pensait il qu’elle allait vouloir lui démontrer le contraire parce qu’il l’attaquait. Elle n’avait aucun compte à rendre à quiconque, encore moins quelques chose à prouver. Cassie comprit donc ce qu’il voulait d’elle et ce qu’il n’obtiendrait pas de si tôt voir même jamais, elle, son être, sa bestialité débordante et son corps à en faire pâlir plus d’une.

- Mon mignon sache que tes attaques ne te donneront jamais satisfaction… Vois plutôt mon songe comme l’image de ce que tu n’obtiendras jamais de mon vivant si je puis dire.

Ses assauts répétitifs ne la déstabilisaient nullement, pas même lorsqu’il s’employa à baiser les lèvres de sa petite poupée blonde. Au contraire, cette manière d’être et d’agir lui plaisait grandement. Ce jeune homme ne portait aucune attention à tous ces trucs conventionnels que chérissait son époux et s’efforçait à redonner à Cassie qui les avait longuement mis au placard durant un siècle. Elle trouvait ça d’un chiant et surtout peu amusant, mais en sa présence elle s’activait à être la femme qu’il rêvait de retrouver. Mais il fallait l’admettre chasser le naturel il revient au galop, dès qu’il avait franchit le seuil de Mystic Falls, Cassie était redevenue ce qu’il détestait tant. Une garce dépourvue de tous sentiments envers la race humaine, les prenant pour des pantins tout juste bon à l’amuser à apaiser sa soif brulante. Peut importe si ses écarts lui revenaient aux oreilles, Gregory n’avait d’yeux que pour elle, et ce serait sa parole contre la leur, la sienne ayant plus d’importance au regard du légendaire vampire.

"...Après si tu es si attentive à mon existence, j't'en prie chérie… donne vraiment de ta personne et non pas des pensées presque réelles."

Stewars se releva de son fauteuil, tirant les pans de sa jupe qui étaient remontés et arbora un grand sourire avant de feinter un soupir de déception.

- Humm parais que l’espoir fait vivre d’après ces niais d’humains !

Elle le suivit au travers de la maison, humains, hybrides, et quelques vampires erraient dans les pièces comme de parfait petits esclaves. Elle ne prêta que peu d’attention à eux, comme à son habitude seule sa petite personne comptait en l’absence de son mari. Cassie était devenue espiègle, égoïste et bien trop maligne pour certaines de leur espèce. Quand elle voulait quelque chose que ce soit de la manière douce ou forte elle l’obtenait au péril de sa vie. Entrant dans une cuisine, elle ne prit pas la peine de la contempler bien plus attentif aux gestes de ce vampire devant elle. Non pas qu’il l’intriguait ou l’attirait, elle le voyait plutôt comme un amusement qui elle le savait finirait par la lasser comme toute personne ayant traversé sa vie. Et pourtant elle était loin de se douter que cet homme était tout le contraire de ce qu’elle pensait en ce jour. Elle roula des yeux quand il riva à sa poitrine une bouteille de vin aussi hors de prix que celle trônant dans son manoir, elle la déposa sur le comptoir sans même en boire une gorgée.

"Et toi, qu'est-ce que tu viens faire ici? Tu as subitement voulu plaider ma cause maître Stewars? Tu allais bosser? vu ta tenue, je paris que tu travaille pour le "barreau""

- Tout dépend de quel barreau tu parles Kol. J’aimerais pouvoir flatter ton égo en disant que tu me manquais mais j’étais juste curieuse sur ton passage devant chez moi.

Dit elle en un sourire avant de faire glisser ses doigts sur le comptoir lançant un petit regard aux personnes dans la cuisine obnubilé par leur travail.

"T'avais rien de mieux que les rideaux du salon ma belle? J't'ai connu moins couverte... Un costume de none t'irait mieux. Becky, t'as des fringues pour mon invitée? T'as raison, elle risque de flotter au niveau des fesses et d'être trop serrée plus haut!"

Le regard de Cassie se posa sur la blondinette qui envoyait un bouquin au visage de son frère qu’elle réceptionna entre ses phalanges pour le poser sur le comptoir non pas sans lire le titre. « Twilight » un sourire amusé et un petit rire quitta sa gorge. L’amour entre une humaine et un vampire, c’était vraiment désolant de voir une des leurs s’adonner à une telle lecture voir même grotesque. Cependant elle n’en pipa mot, préférant reporter son regard sur un tout autre vampire que l’immonde Edward Cullen qui il faut l’avouer ne ressembler en rien à l’un des leurs.

"J'ai invité quelques personnes pour ce soir, rien de géant, musique, alcool et sang... Tu veux rester?"

- Hum je croyais que t’en avais rien à faire de moi ?

Dit elle en passant à ses côtés en rivant son regard au sien, un sourire mutin sur le visage, alors que sa langue caressait la pointe de ses crocs sous leur peau.

"Qui sait, peut-être même qu'on pourra pousser le vice jusqu'à ajouter sexe à la description de cette sauterie."

- T’es tenace mon mignon…

Son doigt caressa les pourtours de sa mâchoire avant qu’elle n’empoigne son sac pour quitter la résidence sans même daigner répondre à son invitation, pour reprendre ses occupations. Des obligations que lui avait demandées son époux concernant leur firme, quelques sourires charmeurs afin de faire céder en moins de deux un fournisseur trop gourmand quant à ses tarifs. Fin de journée elle retrouvait enfin le jet de sa douche songeant à ce qu’elle pourrait faire de sa soirée, Gregory étant absent autant en profiter pour quelques activités peu appréciées de celui-ci. Discothèque, bar, beaucoup de chose tournaient dans sa tête, jusqu’à ce qu’elle songe plus sérieusement à se rendre à la petite sauterie de Mikaelson. Après tout qu’avait-elle à perdre ? Rien à part peut être un peu de son temps si celle si s’avérait ennuyante elle mettrait les voiles aussi vite qu’elle ne serait arrivée. Traversant le couloir sans une serviette, laissant l’eau couler le long de ses courbes, elle usa de sa vitesse pour filer dans les divers couloirs jusqu’à son dressing, où elle arriva aussi sec qu’une none. Mordillant sa lèvre, elle caressait les tissus délicats de ses robes, avant de fermer les yeux et de s’amuser à un jeu complètement débile lorsqu’on avait aucune idée de quoi porter. « Plouf plouf » et elle choppa un cintre une robe de satin noire, décolleté jusqu’au nombril, un sourire illumina ses traits. Se parant d’escarpins vertigineux, déposant une touche de parfum, elle scruta une dernière fois son maquillage dans le miroir de l’entrée avant de chopper une veste et de filer jusqu’à la petite soirée.

La musique éclatait déjà dans la rue, les rires des convives également, dont certains fumaient sur le perron un verre en plastique en main. D’une démarche féline elle monta les quelques marches sous le regard attentifs de quelques hommes sans même qu’elle ne leur porte de l’attention et entra dans la bâtisse, où une foule de petit gens s’adonnait à un amusement pour l’instant peu communicatif pour elle. Poussant un long soupir sans aucun sourire sur le visage, elle scruta un court moment toutes les pimbeches écervelées de la soirée, toute aussi siliconées que les poupées des magasines. Désolant spectacle alors qu’elle continuait d’avancer dans la demeure entendant déjà les remarques sur son apparence toute plus flatteuse les unes que les autres, ou d’autre la jalousant. D’ailleurs quand elle entendu un petit « salope » à son attention, Cassie eut un grand sourire et tourna son regard vers une petite brune, lui accordant un sourire genre « t’es loin du compte bébé ». Ne s’attardant pas plus sur son cas tant son faciès pourrait scintiller comme une boulle à facette au musée des horreurs, elle laissa son regard planer sur la grande salle où tous s’amusait. Voyant Kol au loin entourer de femme ce qui la fit sourire un instant avant de sentir un humain s’approcher d’elle, lui adressant un sourire charmeur et des yeux se perdant dans son décolleté, sa langue caressant ses lèvres avant qu’il ne remonte son regard dans le sien.  Pas de verveine ? Tentant ! Une seconde lui suffit à ancrer son regard au sien, tenant sa main pour chopper un verre vide.

- Trésor, rend moi service, ouvre toi les veines et remplit ce verre de ton sang avant de me l’apporter… Oh et tient prend ça !

Dit elle en retirant sa veste et lui collant dans les bras pour entrer dans la salle, ses courbes ondulant avec saveur tandis qu’elle contemplait les jeux tous plus stupide les uns des autres. Quelques minutes suffirent à son petit humain pour lui apporter son nectar savoureux, et elle fila dans les autres pièces de la maison qui ne semblaient pas interdite vu la populace comblant les couloirs. Le vent souffla un instant dans ses cheveux signe qu’elle était proche d’une fenêtre ouverte, mais ce froid ne la dérangeait nullement. Bifurquant dans un énième couloir à croire que cette maison était un labyrinthe sans fin, elle trouva enfin un endroit vide, sans ses humains ridicules qui s’amusaient en compagnie des vampires. Qu’on puisse leur trouver un quelconque intérêt autre que leur sang lui donnait allégrement la nausée. La musique s’infiltrait dans ses oreilles, alors qu’elle s’arrêtait pour contempler un tableau immonde de Picasso. Visiblement un des Mikaelson ressemblait trait pour trait à son époux, elle mettrait son cœur en jeu pour miser sur Elijah. Un courant d’air se fit sentir dans sa nuque et elle perçu une présence dans son dos, des lèvres s’immisçant près de ses oreilles alors que des mains se posaient sur ses hanches. Levant les yeux au ciel elle entendit enfin la voix de ce vampire collant.

- Ca te dis de t’amuser un peu ?

Un rire quitta sa gorge, alors qu’elle se retournait pour fixer les traits du vieux vampire face à elle. Immonde, même une paroisse n’aurait pas voulu de lui. Son verre de sang pratiquement terminé en main, elle pencha la tête sur le côté son côté garce reprenant le dessus.

- Jouer oui, mais avec toi sans façon.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Lun 18 Nov - 23:37



Under your skin
Elle ne voulait pas rester ici soit, alors qu'elle moisisse dans son manoir et s'enferme dans son donjon afin que son cher et te... affligeant prince daigne grimper le long de sa chevelure feu pour l'emprisonner d'avantage qu'elle ne l'était déjà. Kol sourit lorsqu'elle passa les doigts contre sa mâchoire, lui faire penser qu'elle tenait les rennes était un délice sans nom auquel il s'était plu à jouer aux côtés de feu "Sweet Elena" alias Rémi, et dont il reprenait les cartes sans bouder son plaisir. Cassie Stewars, mélange de monstre, d'atouts opulents, de courbes gourmandes et de mots piquants qu'il aimait entendre afin de pouvoir la transpercer à son tour. Le regard rivé sur ses reins, lorsqu'elle traversa la pièce, puis le hall avant de passer la porte, Kol ne cessa de sourire, elle reviendrait un jour ou l'autre ou, encore, irait-il la surprendre au réveil un beau jour lorsque la corde qu'elle avait enserré au cou lui lâcherait du lest. Nonchalant comme d'ordinaire, il se redressa et s'enfila une rasade de la bouteille puis une olive, il était temps de se préparer dans deux heures à peine ses premiers invités fouleraient le marbre des pièces de la battisse, il s'amuserait sans nul doute mais au delà de ça, l'Originel pensait d'avantage à reconstituer ce qu'Elena s'était hasardée à lui retirer : une lignée vieille de plus de mille ans.

Vêtu d'un jean, d'une chemise blanche débraillée par dessus celui-ci, boutonné uniquement de trois pressions, Mikaelson plia les manches à ses coudes tandis qu'il traversait la foule dans le salon immense. Maintes personnes étaient présentes, tous humains pour la plupart mais certains vampires, voulant s'attirer les bonnes grâces de la célèbre famille, avaient fait le déplacement. L'alcool coulait à flot, la musique déferlaient dans l’entièreté de la résidence, les filles dansaient en tenue affriolantes et, surtout, les coeurs et veines battaient la chamade. Tous de jolis bouteille sur échasses vertigineuses, que ce fut bottes ou talon aiguille, qui ne demandaient qu'à être débouchée ou encore satisfaite, peut-être les deux à la fois, pensa-t-il en croisant les sourires des humaines qui, sans le savoir constituées le buffet principal de la sauterie organisée sur le pouce. Rebekah discutait avec un des leurs, un vampire capable de tout, y compris de passer sur sa frangine dans le but d'obtenir les faveurs précieuses de leur ainé, savait-il au moins que ce n'était pas agissant de la sorte qu'Elijah reconsidérerait sa requête? Souriant, le regard malicieux, Kol saisit un flacon de whisky qu'il vida avant de se faire tirer le bras par une main chaude, fine et assez parfumée pour terminer rivé dans le fauteuil près de l'âtre en flammes. "L'hôte de la soirée veut-il planer?" Interrogea une grande brune dont le regard aguicheur le fit arquer les sourcils. Les yeux rivés dans les siens, Kol décrivit ses courbes avec lassitude, encore une faible chose qui pensait se rendre intéressante en usant de drogues en tout genre, pathétique. "Ça dépend comment tu t'y prend chérie." Sourit-il abusivement tandis qu'elle enjambait ses cuisses, et passait ses boucles sur l'épaule opposée à celle près des lèvres de l'Originel. Sans plus en dire, elle tira la langue et il plissa les yeux amusé quant à la gélule rose qui trônait sur ses papilles. La brunette riva sa main libre à la nuque du vampire, empoigna ses mèches et tira son visage vers l'arrière en joignant ses lèvres aux siennes dans un baiser dont il ne se rappellerait plus le gout une fois terminé. Elle ne l'intéressait pas, celle-ci ne serait qu'un encas pour les nouveaux nés qu'il comptait créer cette nuit, songeur, reprenant possession de son faciès, Kol baissa le menton, et croqua la pastille qui, de toute évidence, ne lui ferait rien hormis lui laisser une saveur de fraise et de poudre amère en bouche. Rictus à la commissure, il fixa l'entrée, la tonne de gens devant lui bougeait assez pour qu'il puisse avoir vu sur le dernier arrivé, un retardataire qui élargit le sourire à ses lèvres en un air plaisant. Une rousse sulfureuse venait de faire son entrée, entourée de filles lui même, il préféra sustenter ses prunelles sur la tenue affriolante d'une convive qu'il n'attendait plus de si tôt et plissa le front. "Si on passait à la vitesse supérieur beau gosse?" Souffla la junkie, lui mordillant l'oreille à l'en faire grimacer. Sans tact, il riva les paumes à ses épaules et la recula rapidement. "Je veux Darling!" Un sourire malsain s'empara de ses traits et, sans douceur, il la vira de ses genoux en une vitesse folle et sentit l'odeur du sang, elle venait de s'ouvrir les lèvres contre le rebord de la cheminée et se redressait avec mal alors qu'il était déjà au bas de l'escalier et ses amies affairées autour d'elle.

Kol sourit, Stewars n'était pas loin, son parfum emplissait l'air et, dans peu de temps, il tomberait nez à nez avec elle afin de la piquer sans vergogne. Elle parlait plus qu'elle n'agissait ou, encore, avait-elle désiré se sublimer avant de fendre la foule? Peu importait ses raisons, sa lubie gourmande était présente et la fête allait enfin être palpitante. Il se guida à la fragrance de son sang, l'odeur de ses cheveux et de sa peau et ne mit pas longtemps à entendre le frôlement significatif de ses cuisses entre elles lorsqu'elle ondulait allégrement. Le bureau de Klaus, là où il entreposait ses croutes immondes qu'il nommait art et où le piano, duquel le bâtard jouait parfois, attendait sagement que des phalanges habiles viennent le dépoussiérer. Un froncement de sourcils plus tard, il prêta l'oreille sans aucun mal et comprit qu'elle n'était pas seule dans la pièce, un parfum épicé lui revenait au nez comme le signe évident qu'un autre vampire se trouvait dans le bureau en compagnie de la rouquine d'ailleurs la voix rauque du spécimen ne tarda plus à se faire entendre. "Çà te dis te t'amuser un peu?" Un rictus fit tressaillir le thorax de l'Originel qui usa de vitesse afin d'atteindre l'encadrement de porte et voir l'échange entre les deux buveurs de sang. "Jouer oui, mais avec toi sans façon." Déclara sans surprise la jeune invitée aux courbes folles. Depuis sa place Kol voyait le dos du prédateur, ni plus ni moins que Tyson Williams, réputé pour ses crimes plutôt salace, le genre de vampire qui, se sachant plus puissant que la moyenne, en profiter pour forcer humaines et semblables à le satisfaire autrement que par le sang et consentement. Attentif, il le vit s'approcher d'elle et, du haut de ces sept cent ans, la plaqua fiévreusement contre le bois de la bibliothèque, une paume oppressante rivée à la gorge fine et blanche de sa victime. "Personne ne t'entendra, tu peux crier mais tu vas obéir de grès ou de force petite garce." Siffla-t-il en un coup de langue animal sur la joue rosée de la cible. La rouquine se débattait mais en vain, son agresseur ne mit pas longtemps avant de dresser le bras en l'air, dans le but de prendre un élan morbide, pour tenter de lui transpercer la poitrine, comme il en avait la réputation, et lui saisir le cœur tandis qu'il opérerait.

Kol sourit, un sourire cynique, comblé de hargne, il n'avait pas invité ce type et ne voulait pas le voir trainer chez lui. Rapide comme un courant d'air, il saisit le coude de Tyson et lui brisa net. L'intrus feula sa douleur et, sans attendre plus, toujours logé dans son dos, Kol lui arracha le membre qu'il jeta au feu avant de lui traverser le torse, sentant l'air sur le sang combla son poing il remarqua le regard de Cassie sur son poignet lorsqu'il repoussa vivement les restes de l'ennemi, dont il serrait fermement l'organe mort, vers l'immense cheminée enflammée de la pièce. Raide mort, un trou béant à la place du cœur, Williams finissait rôti dans les flammes et ne subsisterait de lui qu'un sale souvenir dans l'esprit de la rouquine sur qui Kol redressait son regard cynique. Mis à part l'hémoglobine sur son poing, aucune trace de lutte ne persistait, sourire aux lèvres, il balança enfin le palpitant figé au feu sans jamais quitter les prunelles noisettes de sa jeune amie. "J'suis content d'te voir chérie... tu m'aurais atrocement manqué si ton confrère t'avais fini." Toujours aussi serein alors qu'il venait de mettre à mort l'un des plus vieux vampire de ce monde, Kol empoigna l'un des chiffons dont se servait Niklaus pour peindre et essuya ses paumes en un ritucs lorsqu'il fixa son tatouage "Take Heart", c'était donc celà qu'avait retenu la sulfureuse rousse. "Pitié dis moi que tu t'interresse pas à tout ça, si tu veux j'ai mieux dans le genre chiant." Mikaelson prit un air malicieux et s'approcha d'elle, les jambes entre les siennes, les lèvres frôlant sa mâchoire en un souffle désireux et une main glissant sur son poignet qu'il tira subitement pour quitter la pièce. "L'antre du père Fourras ça t'dis?" Sur place, Kol fouilla les meubles, sortit le meilleur champagne de son frère, déboucha sans mal les goulot et s'ouvrit le creux de la main à l'aide du coupe papier d'argent. "Alors, qu'est-ce qui t'a fait changé d'avis? Père castor n'a pas voulu te sortir? Pire encore, il a osé te repousser ou ne t'a pas satisfait comme tu l'espérais." Ouvrant de grand yeux avant de sourire de façon charmante, Kol fit couler de son fluide vitale dans les quelques bouteilles. "Tu connais le jeu de la bouteille?" Susurra-t-il à son oreille, à peine revenu vers elle en une vitesse folle, avant de partir à reculons, deux magnum aux mains en un sourire malveillant annonçant la couleur quant au reste de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Mar 19 Nov - 1:50




"Under Your Skin"
Edena

Son regard se posa sur celui de vampire face à elle, qui la collait allégrement. Cassie n’aurait su expliquer ce qui lui intimait qu’elle allait se faire bouffer toute crue. La lueur salace dans ses iris injectés de sang, son attitude aspirant à la violence, ou tout simplement sa voix rauque et ordonnée comme celle d’une capitaine d’armée. Un léger froid dans le dos, elle ne se démonta pas pour autant, manquerait plus qu’elle passe pour une de ses trainées incapable de se défendre. Même si ici elle était en face d’un vampire, elle ne rendrait pas les armes, jamais plutôt se faire arracher sur le champ que de passer pour une faible pleurnicharde. Malgré la hauteur de ses talons, il faisait au moins une voir deux bonnes têtes de plus qu’elle, et la surplombait comme une ombre menaçante. Elle aurait pu user de sa vitesse afin de s’évaporer dans les pièces de la maison ou trouver refuge dans son domicile, mais elle n’en eut pas l’opportunité, qu’il rivait sa main à sa gorge la plaqua fermement contre un mur. Stewars aurait pu se mettre à hurler afin qu’on vienne l’aider, mais elle ne le fit pas, ce n’était pas du tout son genre de demander de l’aide, et cette facette d’elle pourrait probablement mener à sa perte. Les menaces qu’il portait à son encontre était du déjà vu pour la rouquine, mais elle s’en était toujours tiré indemne. Elle ne saurait expliquer pourquoi nombreux vampires lui tournaient autour comme des abeilles après du miel. Etait ce le fantasme de la rouquine, son corps, ses vêtements ou tout simplement l’attitude provocant qu’elle pouvait avoir ? Elle poussa un gémissement de dégout en sentant l’odeur de son haleine alors qu’il léchait allégrement son visage avec sa langue, et riva immédiatement sa paume afin de se débarrasser de sa salive. Il semblait exceller dans les rapports charnels forcés était il si dépourvu de sex appeal pour obliger une femme vampire à se soumettre à ses envies peu catholique ? S’activant à se débattre sans pour autant geindre comme les écervelées qu’elle se plaisait a détester, elle jeta un rapide regard à sa main qui se levait comme si il allait empoigner quelque chose. Immédiatement la rouquine se raidit au creux de ses bras, son cœur était dans sa ligne de mir. Elle n’avait jamais eu peur de mourir, mais là tout de même, crever dans une pièce avec un vampire salace entouré d’œuvre d’art comme elle les détestait elle valait mieux que ça ! Son genou se riva à son entrejambe mais la douleur paraissait minime pour qu’il n’en soit inquiété, ses traits vampiriques apparaissant déjà sous la colère qu’il faisait naitre en elle à contrario de la peur. Soudain le visage qu’il arbora était différent de celui qu’il lui montrait quelques secondes plus tôt, elle arqua d’un sourcil, avant de river son regard sur le trou béant en son sein, puis une main ensanglanté, où en son poignet trônait une petite fantaisie dont Stewars raffolait. Un tatouage, d’un cœur avec le verbe « prendre », le visage du détenteur fini par être dévoilé lorsque le corps de son assaillant tombait au sol. Kol Mikaelson, elle poussa un petit soupir en un sourire, pourquoi n’était elle pas étonnée.

"J'suis content d'te voir chérie... tu m'aurais atrocement manqué si ton confrère t'avais fini."

- Epargne moi tes mensonges mon mignon.

Dit elle en posant un instant son regard sur leur semblable qui se consumait dans la cheminée, avant de le poser sur elle-même, laissant ses paumes passer sur ses bras comme pour se défaire une seconde d’une étreinte peu reluisante sur son corps. Poussant un soupir, cette soirée était décidément à la hauteur de ses songes, ennuyante et dépourvu d’amusement. Seuls des humains stupides et quelques vampires peu fréquentables visiblement arpentaient les couloirs de cette maison. Son regard remonta et se posa à nouveau sur son tatouage dont la signification était à plusieurs tranchants.

"Pitié dis moi que tu t'intéresse pas à tout ça, si tu veux j'ai mieux dans le genre chiant."

- Oh si j’adore les œuvres d’arts, Monnaie, De Vinci, Picasso des hommes… Tellement ennuyant.

Ajouta t-elle de manière sarcastique alors qu’il s’invitait entre ses jambes, mimant un moment sensuel qui la fit sourire sachant pertinemment qu’elle ne s’offrirait pas à lui. Elle roula des yeux en voyant son petit stratagème pour la faire succomber, les hommes tous les mêmes à vouloir l’inaccessible. Elle hoqueta un instant quand il tira son poignet sans même la ménager, ça elle ne s’y attendait pas. La trainant avec lui, tandis qu’elle sortait de la pièce des horreurs.

"L'antre du père Fourras ça t'dis?"

- Du moment qu’il ne s’agit pas de ta chambre !

Un sourire mutin s’afficha sur ses traits alors qu’elle fixait les bouteilles sous ses yeux. Champagne ! Regardant avec attention son petit manège, s’ouvrant la paume pour faire couler son sang à l’intérieur des bouteilles. Un petit rictus quitta ses lèvres, les humains étaient donc là pour ça. Encore et toujours son besoin d’asservissement à assouvir. Avait il une vie si ennuyante qu’il veuille la combler avec autant de vampire tel que la petite blondinette de la matinée. Celle qu’il avait embrasser sous ses yeux comme pour lui transmettre un message ou tout simplement la mettre mal à l’aise alors qu’elle s’en contrefichait ?

"Alors, qu'est-ce qui t'a fait changé d'avis? Père castor n'a pas voulu te sortir? Pire encore, il a osé te repousser ou ne t'a pas satisfait comme tu l'espérais."

- Encore et toujours mon époux, je vais finir par croire que tu l’idolâtre Kol, ou tout simplement que tu l’envie. Dit elle avec un beau sourire Pour ta curiosité maladive, Gregory est en déplacement et ne rentrera que demain ou dans la nuit… Alors j’en ai profité pour voir quelle genre de petite fête te mettait tant en émoi ce matin.

"Tu connais le jeu de la bouteille?"

Cassie le regarda en coin quand il passa à ses cotés avant de marcher à reculons pour retourner à sa soirée. Vif par sa nature il percuta sa poitrine lorsqu’il se retourna, son regard s’ancra au sien, alors qu’elle posait l’index sur son torse, en un sourire malicieux. Attrapant les pans de sa chemise, Cassie le poussa de toutes ses forces contre le mur à en faire tomber un portrait de famille se brisant sur le sol. Attitude féline, regard de braise, sa langue passant avec subtilité contre sa lèvre, elle colla son corps au sien. Son décolleté sous son nez, ses prunelles le détaillant alors que ses mains passaient sous le tissu de sa chemise, caressant ses hanches alors que son regard remontait dans le sien, ses lèvres effleurant les siennes, alors que son divin parfum semblait subjuguer son partenaire. Ses index se glissèrent sous le tissu de son jeans, le rapprochant d’elle, alors que ses lèvres frôlaient les siennes sans pour autant l’embrasser, ses iris imbibés de désir.

**Les bouteilles éclatèrent sur le sol, alors qu’elle faisait glisser les bretelles de sa robe sans pour autant dévoiler sa poitrine dans sa totalité, juste une parcelle de peau de quoi le mettre en émoi. Agrippant ses lèvres entre les siennes pour un baiser torride, alors que ses crocs perçaient les siennes pour faire couler son sang sur leurs langues qui s’enflammaient entre elles. Sa jambe remontant à sa hanche, laissant ses sublimes jarretelles se dévoiler sous son regard vicieux, alors que les mains de Kol remontaient ses hanches en un délice. La belle laissant son buste tomber en arrière alors que déjà il perçait sa peau opaline de ses crocs sous un gémissement de satisfaction. Les yeux clos de Stewars se rouvrit sur ceux de Kol l’intimant à la satisfaire comme jamais, alors qu’elle lui arrachait sa ceinture, tandis qu’il constatait au touché de ses doigts la dentelle de ses sous vêtements. Leurs lèvres s’unirent à nouveau alors que ses jambes encerclaient sa taille, sa poitrine se pressant contre lui alors qu’il baisait la naissance de celle-ci, commençant à faire tomber le vêtement dans l’espoir de se sustenter gustativement et visuellement de ses seins.**

Un baiser se posa à la commissure de ses lèvres, alors que le regard de Cassie était doux mais à la fois rieur face à ce nouveau songe.

- Vois ça comme un merci de ma part pour ton geste…

Dit elle en se détachant de lui pour retourner auprès des humains ennuyant de cette soirée. Quelques minutes plus tôt Stewars était dans l’optique de quitter cette soirée chaotique mais sa curiosité quant à son petit jeu l’intriguait. Sa main se posa sur la rambarde de l’escalier, les dévalant avec glamour tandis que certains la scrutaient avec une envie non dissimulée de tout ce qu’ils rêvaient déjà de lui faire, sans pour autant en avoir l’opportunité. Les minutes avaient filé et la fête battait son plein, Cassie s’amusait enfin à se jouer des humains, hypnose sang, une soirée comme elle les aimait sans personne pour lui interdire quoique ce soit. Le sang au sein des bouteilles comblait la trachée de certains d’entre eux, où Kol se complaisait à les transformer de manières toujours différentes. Amusée par son petit manège, elle y participa sans se faire prier pour une fois, assouvissant cette soiffe dévorante que son mari lui infligeait à son grand désarroi. Pourquoi n’était il pas comme Kol ? Comprenant entièrement les lubies de la rouquine et les satisfaisant sans y voir là une offense en la race humaine. Lui avait comprit qu’ils étaient maitre en ces lieux et que ces pauvres choses étaient à leur merci. La musique grondait dans la demeure, les paroles chantant un feu incandescent, que la température grimpait et c’était le cas. Vidant un verre de champagne, elle passa aux côtés de Mikaelson affairé à une tâche et l’attrapa par la ceinture pour l’entrainer avec lui. Se retournant vivement, collant son corps gracile contre le sien, alors qu’elle se laissait porter par les notes de cette musique. Son corps ondulant contre le sien avec classe sans en oublier son attitude garce, alors que son regard s’ancrait au sien. Son sourire était véritable, démontrant à quel point la soirée la comblait dans ses attentes. La fièvre montait en son sein, alors qu’elle rivait sa main à la chevelure d’un humain au visage d’ange. Des prunelles bleu comme il était rare d’en constater, beaucoup se serait rétracté, mais pas elle. La rivant entre eux, le regard de Stewars l’intimait à la suivre dans son entreprise. Ses crocs perçant sa peau pour en sentir le gout divin de son sang au sein de sa jugulaire, alors que Kol se chargeait de sa gorge. Le sang coulait sur sa peau halée, et afin de ne pas en perdre une miette, la langue de Cassie caressait celle-ci, avant de rencontrer celle de Kol qui semblait avoir eu le même penchant. Son regard se posa dans le sien, et étrangement elle n’eut pas envie de le gifler, ou de l’envoyer sur les roses, avalant difficilement sa salive. Elle retira ses lèvres, lui laissant le corps de la jeune femme avant de lui adresser un sourire en coin et de fendre la foule pour d’autres activités.

La soirée touchait à sa fin, l’aube se levait doucement, les convives, du moins certains quittaient la demeure sans se souvenir du massacre de cette nuit, d’autres étaient allongés mort, ou en pleine mutation, et quelque un l’achevait à la gorge d’un humain. Cassie enjamba le corps d’un d’eux, retrouvant sa veste qu’elle prit avec délicatesse, l’enfilant avant de descendre quelques marches et de tomber sur Kol près du billard. Elle se dirigea vers lui alors qu’il envoyait une boule dans un trou, un sourire sur le visage, elle fit glisser un de ses doigts sur ses hanches avant de le laisser filer sur le bois du billard.

- Le lieu de départ…

Dit elle avec une petite ironie, après tout c’était autour de ce jeu qu’elle avait fait sa connaissance, dans ce bar miteux que semblait adorer les humains. Son regard se perdit un instant sur l’horloge, il était tard, elle se demandait si Gregory était arrivé chez eux, auquel cas il lui demanderait des comptes quand à son retour tardif, mais à l’instant même elle s’en fichait. Elle avait passé une soirée délicieuse et c’était avec une moue nostalgique qu’elle allait devoir partir. Plongeant son regard dans le sien alors qu’elle faisait le tour de ce jeu qu’elle avait affectionné durant une période. Son doigt longeait les lignes sur le bois avec lenteur alors qu’elle le rejoignait et qu’il ancrait ses reins au billard tout en la regardant. Son doigt fila sur sa paume, remontant le long de son bras jusqu'à sa jugulaire alors qu’elle lui faisait face. Son regard pétillait mais en aucun cas il n’était moqueur, lui prenant délicatement la queue de billard des doigts, elle l’empoigna et la fit passer sous le bras gauche de Kol, alors que son corps épousait le sien, alors qu’elle se penchait l’obligeant en un regard à en faire autant. Son autre bras passant sous le bras droit du vampire, l’enveloppant dans une étreinte, son souffle dirigé vers son cou, alors que son regard se rivait sur une des boules, qu’elle envoya d’un geste habile avec la queue entre ses doigts dans un des trous. Un sourire doux sur le visage et un petit rictus, elle laissa tomber la queue de billard sur la table, redressant du buste, plongeant à nouveau son regard dans le sien. Quand il se redressa ses lèvres étaient proches des siennes, et son attitude de garce chevronnée s’était évaporée laissant place à la femme qu’elle était. Sa poitrine se souleva un instant, alors qu’elle sentait sa main se river dans ses cheveux, et les siennes glisser sur son buste.

**Leurs lèvres s’épousèrent, laissant éclater l’envie qui les contenait tout deux depuis le début de la soirée, ou du moins depuis que leurs langues s’étaient rencontrés sur la peau opaline de leur victime. Les paumes de Cassie se rivèrent à son buste le poussant avec force pour lui arracher sa chemise, ses lèvres glissant avec gourmandise sur son torse, sa langue formant un chemin vers l’objet de sa convoitise alors que ses mains s’activaient à lui retirer sa ceinture avec envie. Ses mains caressant sa bosse, alors qu’elle perçait sa peau de ses crocs afin de se délecter de son sang coulant sur son torse idyllique. Quand il se redressa pour empoigner ses cheveux et l’intimer à un baiser bestiale, sa cuisse remonta à sa taille, et il ancra sa main sous son genoux, tandis qu’il la soulevait contre lui. La rivant contre cette table de jeu, s’invitant entre ses cuisses, alors qu’elle ondulait afin d’attiser son désir, sa main se posa à sa gorge comme pour la maintenir contre le billard, un soupir divin quittant les lèvres de la rouquine qui fermait les paupières. Frémissante, tremblante au creux de ses mains qui dévalaient ses cuisses, faisant remonter le tissu de sa robe à son abdomen, dévoilant ses dentelles. Un gémissement quitta ses lèvres quand elle sentit ses mains habilles remonter sous sa robe pour dévaler sur sa poitrine. Le bruit de la déchirure de sa robe perça le silence de la pièce alors que son corps à moitié nu s’offrait à lui, que leurs lèvres s’épousaient à nouveau, que leur entrejambe se rencontraient sans jamais se lier à cause des vêtements les séparant. Le désir était à son paradoxisme, la chaleur comblait leur organes et leurs corps s’appelaient mutuellement à un échange sensuel et sauvage.**

D’une vitesse effrénée, Cassie rejoignit l’encadrement de la porte, alors qu’il clignait des yeux sortant d’un énième songe. Aucune mauvaise attitude ne venait l’habiter, comme démunit par les événements se déroulant. Ses mains englobaient le bois de l’encadrement, sa tempe déposée également contre celui-ci, Cassie un sourire simple sur le visage le fixait sans prononcer un mot. Sa poitrine se souleva un instant comme si elle manquait d’air, son regard se perdant sur le mur avant de se reposer sur lui. Son visage était comme torturée par sa présence. Un sourire doux pris possession de ses traits.

- Dommage que tu ne te sois pas trouver à Mystic Falls il y a 225 ans…

Dit elle d’une voix douce et dépourvu de tout sarcasme. Un petit rictus quitta sa gorge. Elle avait grandit ici dans le passé, possédait une petite maison où elle avait connu Gregory avant de perdre la ville dans la grange juxtaposant celle-ci. En cette nuit d’hiver il l’avait ramené à la vie, à une vie vampirique et fit d’elle son épouse par les siècles. Elle était âgée de 25 ans quand sa vie eut pris une autre tournure que celle d’un humain.

- Bonsoir Kol.

Elle attrapa son sac et se retourna pour buter contre son torse. Ses yeux noisettes remontèrent dans les siens, hoquetant un instant de surprise.

code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Mar 19 Nov - 14:32



Under your skin
Gregory absent... Il ne rentrerait que le lendemain ou dans la nuit, cette phrase, bien qu'elle la pensait innocente et simple réponse à sa demande, fit sourire Kol qui, avant même de passer le seuil du bureau, afin de retourner à ses invités, fit volte face et percuta la poitrine de Cassie derrière lui. Sourire éloquent, regard amusé où quelques ridules ajoutaient de malice à son faciès juvénile, Mikaelson, un magnum de Champagne dans chaque main, écarta légèrement les bras et la toisa comme s'il s'agissait d'une faible chose sans aucune défense. Se plairait-il à lui rendre une petite visite à l'aube lorsqu'elle aurait quitté sa demeure? Songeur, de lourdes et suaves pensées s'invitant au creux de son esprit si créatif, l'Originel sourit d'avantage lorsque l'index de la sulfureuse glissa le long de sa peau dévoilée par le peu de pressions boutonnées. "Serais-tu entrain de faiblir Stewars?" Amusé, il la laissa faire pas moins sans évalué chacun de ses geste et attitudes, une véritable chaudière, un félin désirant sa proie comme nul autre convoitise déjà savouré. Elle tira les pans de sa chemise et le repoussa rapidement contre la paroi voisine, un cadre glissa le long du mur et se brisa à leurs pieds. Kol ne lâchait pas les bouteilles et préférait voir jusqu'où son désir de lui plaire, ou de lui apparaitre insaisissable, l'amènerait. La glace de ses doigts s'invita contre son épiderme, ses hanches précisément, et Mikaelson passa la langue contre sa lèvre inférieure sans jamais quitter son regard noisette, une flamme particulière semblait y naître, une flamme dévorante qui s'infiltrait jusqu'au bout de ses ongles qu'elle promenait entre sa peau et le tissu rugueux de son jean. Elle s'approchait dangereusement et s'il avait été un tant soit peu frustré, Kol se serait volontiers plu à inverser les rôles, la plaquer brutalement contre le mur puis sceller ses lèvres aux siennes à l'en faire saigner de plaisir douloureux. Une lueur étrange s'invita en lui, comme un voile dont l'opacité tentait à s'effacer au plus elle œuvrait, sans y tenir, il lâcha les deux récipients qui éclatèrent sur le parquet, parsemant les jambes finement dorée de la succube qui redoublait d'effort afin de donner vie à un instant qui n'était guère réel. La scène semblait pourtant véritable d'une langueur à faire pâlir même le plus aguerrit des séducteurs, elle offrait de ses caresses, de ses lèvres et sa chaleur était presque saisissable tant elle s'infiltrait en lui. Lui contre elle, il savourait les dentelles de ses dessous sans vraiment le vivre, elle baisait ses lèvres avec ardeur pour l'inviter à un acte intense, dont elle ne soupçonnait guère les délices brutaux et l'issue, s'offrant à lui en un songe qui prit fin sur sa voix tremblante après qu'elle eut presser la commissure de sa bouche à l'aide de cette pulpe gourmande. "Vois ça comme un merci de ma part pour ton geste…" Un rictus blasé quitta la gorge de Kol, dont les bouteilles n'avaient jamais quitté les doigts. "Frustre toi encore... j'aime quand tu t'fais envie sans faiblir, ça prouve ô combien tu te brule les ailes chérie." Sussura-t-il à son oreille, la pointe de sa langue frôlant sa tempe pour ensuite filer à la fête.

Sans l'attendre, Kol descendit les marches, souriant quant aux pensées étranges qu'il générait chez elle, des songes, encore et toujours, alors que des actes auraient été plus révélateur de ses intensions peu avouables à son sujet. Elle brimait encore ses envies premières, bafouait ses instincts bestiaux et pour quelle raison? Toujours la même, un vampire ennuyeux qui pourtant n'était pas présent. Mikaelson lui lâchait du lest et elle ne le saisissait que d'une part, le sang, pourquoi ne pas aller plus loin après tout personne n'irait clamer à son antiquité qu'elle se laissait aller à la débauche, personne ne la connaissait ici à part lui, et, le concernant, Kol avait d'autres choses à faire de ses journées et nuits que d'aller se vanter auprès d'un semblable moue comme une guimauve laissait trop longtemps au soleil. Un dernier regard sur elle, il fendit la foule et hypnotisa quelques uns des convives afin qu'il boivent le fameux liquide piégé et le passent à leurs partenaires. Tuant ça et là, brisant des nuques, vidant certain de leur sang, il continuait à songer à la rouquine qui vivotait de son côté, l'asservissement chez elle était puissant mais il parvenait à la faire céder petit à petit, sa coquille se fendillait et, lorsqu'elle serait mure comme un fruit au nectar sucré, il s'empresserait de river les mains aux contours des fêlures et de les ouvrir comme on arrachait la chaire des os d'une proie. Elle lui plaisait, ce qui devait être un petit jeu sans conséquence pour lui, devenait un besoin vitale, celui de la piquer, de lui cramer les ailes et de faire d'elle une âme consentante aux désirs de luxure malsaine qu'il envisageait. Aucune vampire, humaine ou sorcière n'avaient tenu sous ses mains, aucune d'entre elles n'avaient été aussi fougueuse que l'air ambiant semblait se consumer autour de lui quand il bafouait leur corps pour sentir le plaisir l'envahir aucune sauf elle... Elle qui ne lui avait encore rien donnait, hormis quelques flashs et frôlements, mais qui se montrait envieuse, prête à tout pour satisfaire les besoins sauvages d'un homme, si elle était aussi tenace que dans les images qu'elle se plaisait à lui montrer, alors ça valait la peine de la briser jusqu'à ce qu'elle cède, une unique fois dont il ressortirait peut-être déçu mais, lorsqu'on ne tentait rien on avait rien et Kol aimait tester, connaître et savourer de nouvelles choses. Au même titre qu'Elijah aimait la droiture, la littérature et le bon vin, que Klaus adorait le pouvoir, l'art et se faire craindre, le cadet lui, aimait jouer et surtout se satisfaire de quelques façons que se fut. Subitement, tandis qu'il observait les premiers nez se jeter sur la junkie, il fut contraint de se rapprocher d'un corps dont le visage, qu'il saisissait en tournant le menton, le fit sourire. Lui manquait-il à ce point pour qu'elle ondule de la sorte contre son corps, peu importait ses motivations, Kol ne la laissa pas à son reste et riva vivement la main à sa nuque dont il tira quelques mèches afin de lui infliger une subtile douleur. Elle imita ce même geste auprès d'une humaine, l'approchant vivement d'eux, le regard de braise, pour révéler ses crocs et veinure afin de percer la peau sucrée de l'étudiante qui se raidit alors qu'il se laissait aller à sa gorge. Stewars le surprenait sur ce point, elle mûrissait d'heure en heure et celle qu'il avait connu au Grill ne serait plus qu'un lointain souvenir à la fin de cette nuit sanglante. Le sang de l'inconnue était divin mais ce qui le fut d'avantage, en lui en loger une joute dans les entrailles, fut cette humidité délicieuse qui caressa l'extrémité de sa langue qu'il passait avec gourmandise sur la peau de son repas. La langue de la rouquine qui rouvrit les yeux sur le sourire grandissant de Kol, raidit soudainement, elle cessa de se nourrir et repoussa le corps mort dans ses bras. Mikaelson émit un rictus et lâcha prise sur la petite blonde qui rejoignit le sol. Les humains présents étaient tous sous contrôle, aucun n'avait peur, certains mourraient pour de bon, d'autres se réveilleraient d'ici peu et d'autres encore s'offraient à l'immortalité en dévorant les veines de leurs confrères. Une soirée comme les adorait l'Originel, mais celle-ci avait un goût de victoire grâce à cette vampire aux courbes d'enfer.

La nuit passa ainsi, entre morsure, ivresse, charmes et autres jeux purement sadique, l'aube pointerait le bout de son nez d'ici peu, il devait être aux alentours des quatre heures et Kol terminait auprès du billard, affairé à jouer seul, tandis que quelques monstres quittaient les lieux. La demeure se vidait et un sourire malsain saisit les lèvres de l'hôte qui imaginait déjà la réaction de certains bébés lorsque leur peau cramerait au soleil. Quelques uns passeraient l'arme à gauche, les plus abrutis d'entre eux, d'autres se préserveraient et ne sortiraient que la nuit venue, la sélection naturelle en somme. Il reprit son activité, la queue de bois entre les doigts, la boule touchée se dirigeant vers le trou jusqu'à sentir des phalanges connues frôler ses hanches, le parfum ne le trompait pas, les bruits significatifs de ses cuisses, galbées par le nylon noir, s'échauffant quant à ses pas félins non plus. Il garda néanmoins la pause redressant simplement des yeux rieurs vers celle qui faisait le tour du jeu en quelques caresses que le bois comme si la table était la silhouette puissante d'un mâle. "Le lieu de départ…" Il arqua les sourcils, se redressa, paumes contre l'extrémité de la tige de bois qu'il posait au sol devant lui afin d'ancrer le menton contre ses phalanges. "Exact, ça pourrait être aussi celui d'un autre souvenir..." Sourit-il malicieux. Kol appuya les reins contre les rebords de la table sans bouger d'un pouce, évaluant l'attitude de sa partenaire, ce qu'elle serait capable de répondre à sa perche mais elle n'en fit rien. Les lèvres entrouvertes sans qu'un mot ne les quitte, elle termina sa ronde auprès de lui puis son index fila contre le dos de sa main, son bras et sa jugulaire tout à fait sereine. Ses yeux brillaient, Kol la sentait se libérer peu à peu mais ne fit rien, préférant jauger ses gestes et savoir si cela n'était qu'un jeu de plus ou la révélation qu'il attendait depuis leur rencontre sanguinaire. Jamais il ne se soumettait, jamais il ne le ferait mais ici, alors qu'elle s'emparait de la queue, la lui passait sous le bras et pressait son être contre son corps inerte, Mikaelson voyait ça comme un test, elle jouait et lui observait comme d'ordinaire, il n'agirait qu'en second plan lorsque les cartes et les réponses seraient entre ses mains expertes. Les boules s'entrechoquèrent son un coup de la belle qui revint saisir son regard en un regard lubrique, Kol y répondit en une moue charmante mais teintée de malveillance, elle ne savait pas à qui elle avait affaire, sa réputation le précédait certes, mais elle n'avait pu qu'imaginer ses actions charnelles et pas vraiment savoir ce dont il était capable, elle se plaisait à l'imaginer alors que lui avait vu quelques parties de son corps qu'elle ne pouvait que lui rendre à l'identique de ce qu'elle était véritablement.

Une nouvelle fois un acte dénué de pudeur se révéla, les paupières closes, sachant pourtant que rien n'était réel, Kol décrivit la scène qu'elle lui intimait pas la simple puissance de ses pensées salaces. Il voyait aisément ses courbes dénudées et gardait précieusement celles-ci à l'esprit, sa façon de bouger, sa façon de l'embrasser avec ardeur, ses gestes, ses ondulations, ses soupirs presque douloureux tant elle l'enviait. La manière dont elle l'imaginait le fit rire intérieurement, elle s'infligeait elle même un supplice terrible et n'était qu'à des kilomètres de ce qu'il était en réalité concernant ses actes vicieux. Kol rouvrit les yeux sur elle, sur son regard lubrique et les souffles entrecoupaient que lui avait octroyait ce nouveau songe, elle n'était pas folle, il était bien capable de ces quelques actes pensés qu'elle imaginait d'elle même mais, la véritable valeur des choses étaient au delà encore et ça, il ne lui révélerait que si elle se donnait pas avant, ni jamais si elle ne cédait pas. "Dommage que tu ne te sois pas trouver à Mystic Falls il y a 225 ans…" Soupira-t-elle, désormais appuyée contre l'encadrement de l'arche. "Bonsoir Kol." Lubrique, il la sentait subitement à un cheveux de lui offrir son âme et son corps sur un plateau et avant qu'elle s'éclipse, Kol se retrouva devant elle en un courant d'air vif. "225 ans vraiment? Et qu'est-ce qui aurait changé, hormis le fait que tu serais peut-être morte ou asservie à un autre? Moi par exemple?" Sourire cynique qu visage, les yeux plissés, Kol sondait son regard avec intensité tandis qu'il la faisait reculer jusqu'au piano de la pièce en avançant lentement. Lorsqu'elle il buta, il passa les deux paumes à ses hanches sans les touchers et les ancra contre les touches dont la mélodie grave résonna. L'Originel la soumit à son corps, la laissant presque se coucher sur la laque de l'instrument tout comme elle l'avait fait précédemment sur le billard. "Je t'aurai peut-être tué... je pourrai le faire pour oser jouer de la sorte avec moi Cassie." Souffla-t-il contre sa joue alors qu'il serrait désormais sa gorge, invita ses ongles dans la finesse de sa peau pour en faire couler le sang dont il observa le chemin fuyant vers le creux de ses seins. "Je pourrai t'arracher la tête mais..." Alors qu'il lui semblait voir un semblant de peur dans ses yeux, Kol baissa le menton sur ce filet rougeâtre qui terminait sa course au nombril et lécha le filigrane pourpre jusqu'à ses doigts. Son sang était une merveille qui lui fit faire une moue boudeuse. "Comme tu l'dis si bien je n'ai pas la chance de ton mari et lui ne sait pas la chance que j'ai que tu puisses vouloir autant c'que je suis au point de désirer qu'il soit comme moi..." Sans la prévenir, les crocs de Kol saillirent et il les planta sans vergogne à sa carotide avant de la quittait pour saisir ses lèvres entre les siennes. Vivement sa main emprisonna la nuque de Stewars et lui tira les cheveux vers l'arrière pour qu'elle se soumette et soit contrainte d'entrouvrir les lèvres. Le poids plume du corps de la rouquine fit gronder les notes du piano alors qu'il caressait sa langue, la baisait sans pudeur mais avec acharnement et langueur fiévreuse avant de le mordre la pulpe à lui électriser les membres en une douleur véritablement plaisante. Mikaelson se redressa, la lâcha et reprit la queue sans un regard pour elle, uniquement un sourire satisfait. "Dors bien chérie." Délivra-t-il en percutant une boule.
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie Mar 19 Nov - 17:22




"Under Your Skin"
Edena

L’amusement qui l’avait comblé toute la soirée n’était plus de mise, quelque chose la rendait différente. Apaisant sa désinvolture, son cynisme, son côté malsain et machiavélique, tout ceci enfermé au placard après en avoir allégrement usé tout du long de la soirée. Son regard dans le sien, alors qu’elle allait partir, elle se mit à marcher à reculons comme porter par un courant d’air, ou alors lui imposait il sans même lui en avoir intimé l’ordre. Elle ne releva point à son sadisme, alors qu’il la piquait à vif, non pas qu’elle n’avait pas la répartie nécessaire pour le contrer au contraire, mais ici, Stewars n’en ressentait nullement l’envie, comme si le moment était inopportun, comme si elle en avait trop usé pour ressortir cette carte magique qui lui ouvrait bien des portes. Elle butta contre le pied d’un instrument de musique comblant l’espace du salon, entendant les notes démesurées se perdre dans la demeure, alors qu’il ancrait les paumes aux touches. Les rôles s’inversaient, et c’est son corps qui fut incité à se plier sous sa stature, sans même avoir à la toucher, alors que son dos rejoignait le bois laqué du piano. Son corps se rapprochait du sien sans jamais la toucher, et quand elle sentit son souffle sur sa joue, elle hoqueta un instant, avant d’avaler sa salive. Incapable de le repousser, Cassie était perdue, elle ne savait pas si c’était sa propre tête qui lui en empêchait ou si quelque chose lui était infligée sans même qu’elle ne s’en soit rendu compte.

"Je t'aurai peut-être tué... je pourrai le faire pour oser jouer de la sorte avec moi Cassie."

Sa main se pressait sur sa gorge, alors que ses iris dévoraient les siennes, sentant ses ongles ancrer sa peau, alors que l’odeur de son propre sang venait chatouiller ses narines. Stewars ne prononçait mot, ne bougeait d’un cil, immobile le dos cambré contre cet instrument sans se débattre. Un étrange frisson parcouru l’échine de son dos, quelque chose de désagréable et d’enivrant à la fois. Une sensation particulière qu’elle n’avait jamais ressentit et auquel elle ne pourrait expliquer si elle s’en sentait gênée ou comblée.

"Je pourrai t'arracher la tête mais..."

Sa poitrine se souleva lorsque l’oxygène qu’elle avait bloqué combla ses poumons. Une pointe de peur vint s’emparer de ses iris, mais ce n’était pas celle de mourir sous ses doigts. Elle ne pouvait la définir, elle se déversait dans ses veines pour la première fois de son existence. Ce vampire avait le pouvoir de la briser comme un château de sable et pourtant elle ne le craignait nullement, alors pourquoi cet affolement en son sein ? Elle sentait les goutes de son sang rejoindre son nombril, et c’est dans un soupir les lèvres tremblantes, les yeux clos qu’elle sentit sa langue parcourir son buste, passant entre ses seins, remontant à sa gorge pour se stopper.

"Comme tu l'dis si bien je n'ai pas la chance de ton mari et lui ne sait pas la chance que j'ai que tu puisses vouloir autant c'que je suis au point de désirer qu'il soit comme moi..."

Un gémissement quitta sa gorge, la surprenant elle-même, alors qu’elle sentait ses crocs planter dans sa peau, aspirant son propre flux. Ses mains serrèrent les contours du piano, pressant quelques malheureuses touches alors que sa nuque partait en arrière avant de se redresser sous ses lèvres qu’il captura sans qu’elle n’en soit consentante. Haletante sentant sa nuque être emprisonnée, tirer en arrière comme pour la soumettre à la hargne qui l’habitait. Sans la ménager il prenait possession de ses lèvres, les mordants, lui octroyant des tremblements. L’escarpin de Stewars quitta le sol, sa jambe entreprenant de remonter contre lui, alors qu’un de ses mains allait se poser sur son buste, sans rien avoir eu le temps de faire il se redressa et la quitta sans un regard.  

"Dors bien chérie."

De retour au domaine Stewars, Cassie fixa l’intérieur, appelant à tout hasard son mari bien que son odeur ne revenait pas à ses narines, que sa voiture n’était pas garée dans la coure. Elle fit claquer la porte, jetant son sac et sa veste, abandonnant ses escarpins en cours de route alors qu’elle empoignait une bouteille pour se servir un verre. Sa soiffe de sang ne la tiraillait pas, elle avait bu suffisamment pour la soirée, mais elle se sentait étrange. Comme si quelque chose en elle lui criait un message qu’elle était incapable de décrypter. Enquillant son verre, elle fila dans la salle de bain où elle se fit couler un long bain. Quelque bougie parfumée, une cigarette entre les doigts, un verre dans sa main, cheveux relevés où quelque boucle mourraient sur la surface de l’eau, Stewars fixait le plafond sans prononcer un mot. Essayant de comprendre quel type de peur l’avait habité un instant sur ce piano. La peur ce sentiment qu’elle ne connaissait presque pas pour l’avoir refoulé durant des années et puis en tant que solitaire de quoi pourrait elle être effrayé hormis la mort, qu’elle voyait plus comme une fin sonnant le happy end de sa vie. Du moins c’est ce qu’elle pensait encore ou s’efforçait à songer. Après de longues minutes, elle quitta cette eau parfumée à la fraise, enfilant sa petite nuisette légèrement transparente noir, couverte de dentelle violette, très courte pour rejoindre un lit froid, et dépourvu de toute présence. Un instant son regard se perdit sur le faciès de son époux représenté par une photographie déposé sur un meuble. Elle eut un simple sourire en coin en caressant ses traits, avant de s’infiltrer dans ses draps de soie rouge, et de se laisser emporter par le sommeil.


code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Under your skin - Cassie

Revenir en haut Aller en bas

Under your skin - Cassie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Résidence Mikaelson-