RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Our Destiny (Damon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Our Destiny (Damon) Jeu 2 Jan - 23:26

Une nuit de plus à la faculté, Tatiana avait du mal à prendre ses marques dans cette masse d’étudiants tous plus fou les uns que les autres. Elle avait une petite chambre sur le campus, bien qu’elle préférait rentrer aussi souvent que possible au manoir pour être près de son vampire, de Katherine et Stefan et de sa petite Mila dont ils avaient promis de s’occuper. Sans eux auprès d’elle, elle se sentait un peu démunit, un peu triste, et quand bien même elle les avait au téléphone, leurs voix ne remplaçaient pas leur présence. Tatiana avait fini par capituler, Damon voulait qu’elle vive la vie dont elle rêvait qu’elle ne se mette aucun frein, et qu’elle exerce cette profession qui lui tenait à cœur. Il s’était accroché à la vie, alors qu’il était sur le point de la rendre, elle lui devait bien ça, et étrangement, quand elle était en cours, stylo en main, bloc note sous le nez, elle s’émerveillait de tout ce qu’elle apprenait. Tant qu’elle était occupée tout allait bien mais dès qu’elle se posait dans son lit, dans cette chambre froide où elle entendait les ébats nocturne de sa voisine de chambre, elle n’avait qu’une envie, retrouver les bras glaciales et protecteur de Damon. Assise sur le bord de la fenêtre, Tatiana souriait et parlait à son vampire adoré, riant à ses sarcasmes, écoutant les nouvelles de la maison, envoyant une multitude de baisers à Katherina, un peu moins à Stefan qui indiquait vouloir bouffer son chat pour l’embêter, mais davantage à son amour. La conversation allait prendre fin, Tatiana était attendue, et son cœur était lourd, mais ici, il ne pouvait entendre ses pulsations alors elle tenta de garder la tête hors de l’eau de sourire en ligne et d’essuyer cette larme qui coulait le long de sa joue.

- Tu me manques Damon… Prend soin de toi et… je t’aime…

Souffla t-elle avant de devoir raccrocher, gardant un instant son téléphone contre sa poitrine. Elle poussa un long soupir et se redressa pour chopper son sac qu’elle mit en bandoulière avec sa pochette de cours à l’intérieur, éteignit les lumières et verrouilla la porte de sa chambre. Vêtue d’une robe pull rouge, des collants couleurs chairs et des bottes à talons que lui avait offert Katherine, Tatiana riva une mèche de ses cheveux derrière l’oreille, caressant la boucle à son extrémité comme le faisant souvent Damon lorsqu’il était près d’elle. Elle n’avait pas pris de manteau se rendant dans une sororité à quelques pas d’où elle dormait. Max Tempelton, le quaterback qu’elle avait rencontré le jour où elle était venu s’inscrire était son partenaire pour un exposé. Elle ne l’avait pas choisi, elle avait été obligé de travailler avec lui, et afin d’avancer un maximum, il l’avait convié dans la maison abritant les Beta pour travailler sur le sujet. Lorsqu’elle arriva sur les lieux, elle arqua d’un sourcil en entendant de la musique résonner, des rires, des cris et surtout en voyant bon nombre d’étudiant avec des verres d’alcool en main. En entrant dans la maison, elle fut encore plus soufflée en voyant les jeunes s’amuser, et non pas entrain de bosser comme il le lui avait promit. Quand elle arriva dans le salon, elle sentit une main se poser sur sa hanche et elle se retourna brusquement.

- Te voila enfin je t’attendais avec impatience Tatia !

- On devait travailler Max…

- J’ai mentis… pour que tu viennes, si je t’avais dis qu’on organisait une petite fête tu serais jamais venu, et j’avais très envie de te voir.

- Je vais rentrer… Dit elle en faisant un pas avant de voir son bras se dresser devant elle.

- S’il te plait reste… juste pour un verre, c’est mon anniversaire…

La tête qu’il fit, eut raison d’elle, ce qu’elle ignorait c’est qu’il feintait à la perfection. Elle poussa un petit soupir et hocha de la tête avant de le voir filer ravi vers la cuisine. Tatiana se retourna et regarda les personnes présentes avant de sentir une personne pesante derrière son dos. Sachant pertinemment de qui il s’agissait elle ne se retourna pas, la voyant se dresser devant elle. Allure de peste, les lèvres pincées, dans sa mini jupe et son décolleté plus que provoquant. La jeune femme la détaillait de la tête au pied comme un nuisible à abattre, et Tatiana savait très bien que c’est ce qu’elle désirait au plus profond d’elle-même.

- Qu’est ce que tu me veux encore… t’as passé ta journée à me persécuter.

- Je me demande encore ce qu’il te trouve tu es si… banale… Sans doute parce que tu ressembles à son ancien amour… en plus sage. T’as rien d’amusante, il finira par se lasser… et je serais là pour le cueillir ! Clama t-elle en un clin d’œil. T’as vraiment rien pour toi et je me demande quelle tête va faire Damon quand il va savoir que sa petite Stella fricotte avec le quaterback !

- Je ne fais rien avec lui, ne va pas lui raconter des mensonges ou…

- Ou quoi ? Tu vas me taper dessus avec tes petits poings ?

- Dawn, laisse la tranquille.

- Plus de mille ans et elle sait toujours pas s’amuser, Damon est fun, elle est elle… fade… pff il ouvrira bien un jour les yeux et là je profitera… le grand canyon m’attend !

Ria t-elle en parlant d’ébat plus que douteux avec son vampire avant de passer à ses côtés et de la pousser avec son épaule d’une telle violence que Sean la rattrapa par le bras.

- L’écoute pas Tatiana, Dawn est jalouse… Tu veux que je te ramène ?

- Non… j’ai accepté de boire un verre pour l’anniversaire de Max.

- Son quoi ? On fête le début des examens, pas son anniversaire.

Tatiana déglutit elle s’était encore fait rouler. Dire non n’était pas vraiment dans sa nature, Sean ouvrait la bouche mais se retrouva rapidement agripper par une meute en transe qui s’adonnait à une danse qu’elle ne connaissait pas du tout. Elle partit du salon, pour se rendre dans la cuisine, où elle rencontra Max qui lui donnait son verre.

- Max, tu…

Elle n’eut le temps de finir sa phrase qu’il posait son index sur ses lèvres lui demandant de l’attendre qu’il revenait tout de suite. Tatiana poussa un soupir, et tourna les talons, verre en main pour rejoindre l’extérieur, elle voulait partir, et aller à la bibliothèque pour étudier. Elle se fit bousculer par deux jeunes filles qui s’excusèrent avant de filer dans la maison. Elle regarda ses doigts trempés par le soda, et pressa sa langue dessus avant de retirer les quelques goutes, elle ne pouvait pas user de sa magie ici en public. Elle descendit les marches du perron, vidant le reste de son verre d’une traite avant de le jeter dans ce qui semblait être une poubelle. Le long de la route, la petite sorcière croisa une patrouille de surveillance, et bifurqua sur le chemin menant à l’antre des livres. Il n’y avait pas un bruit, pas un chat, pas même une feuille morte qui volait dans les airs, elle était toute seule, frottant un instant ses bras mordu par le froid extérieur. Subitement, la route sembla se déformer sous ses prunelles, elle ferma les paupières un instant les rouvrit mais c’était de pire en pire. Tout semblait bouger au ralentit, Tatiana passa sa main sur son front, sentant une terrible chaleur la gagner. La lueur des lampadaires l’éblouissait, grandissait, rapetissait, elle ne voyait plus rien après la pointe de sa chaussure et encore. Elle sentait son corps faiblir, se dérober presque sous ses pas, à tel point qu’elle se rattrapa à la pointe d’une barrière blanche. Les lèvres entrouvertes, avalant sa salive, sentant une soif immense lui bruler la gorge, elle avançait en se tenant. Soudainement un bras passa à sa taille, et elle se sentit quelque peu maintenu pour marcher.

- C’est pas bien de filer en douce ma belle…

- Max je me sens pas bien…

- Ouai je sais, je vais m’occuper de toi t’inquiète…

Le bras autour de son cou, la tête tanguant en avant en arrière, ses yeux peinant à s’ouvrir pour fixer le moindre point, la pointe de ses bottes glissaient au contact du sol. Elle sentit subitement des flashes de lumières mordre sa peau, quand elle demanda où elle se trouvait, il lui répondit qu’ils étaient près du stade. C’était pas du tout le chemin de sa chambre, mais elle était incapable de marcher toute seule, et incapable de faire quoique ce soit. Ne sachant toujours pas pourquoi elle était dans un état pareil, elle n’avait pourtant pas bu, et rien mangé de la journée tant elle avait couru partout entre les différents cours. Son dos rejoignit le sol humide, et froid, sentant au bout de ses doigts de la neige, elle chercha à se redresser et sentit le poids de Max se poser sur elle. L’écrasant à lui couper le souffle, elle sentait ses mains remonter le long de ses jambes, caressant ses cuisses, remontant le long de sa taille, attrapant les extrémités de ses dentelles, alors qu’elle peinait à le repousser, sentant l’odeur de l’alcool lui revenir dans les narines alors qu’il baisait sa gorge, sa mâchoire ses lèvres. Tellement affaiblit Tatiana était incapable de réfléchir, de formuler le moindre sort afin de se débarrasser de ce garçon devenu trop entreprenant. S’invitant entre ses jambes, elle entendit la déchirure de sa robe, sentant ses mains galoper sur son buste avant de remonter ses mains au dessus de sa tête étant prisonnier de ce sportif. La couture de son pantalon était oppressante à son entrejambe tout comme cette main qui tirait son décolleté à l’en faire céder. Et puis soudainement, le bruit d’un verre explosant se fit entendre, il se recula en poussant un cri, et Tatiana roula sur le côté, rampant en s’écorchant les genoux sur le macadam sous les gradins, avant de sentir des bras l’attraper qu’elle repoussa.

- Tatiana c’est Ted n’ai pas peur …

Elle hocha de la tête, le laissant passer ses bras sous ses genoux alors qu’elle le tenait au cou, la soulevant et l’emportant avec lui on ne sait où. Rapidement elle entendit le verrou d’une porte, et retrouva la douceur d’un lit, sentant sa tête frapper comme si elle allait exploser, Tatiana se tenu les tempes alors qu’il revenait éponger son front avec une serviette fraiche. Lui déposant le coin d’un verre d’eau vers les lèvres pour qu’elle puisse boire.

- Il… il y a quelqu’un que tu veux que je… prévienne ?

- Damon… appelle Damon avec… avec mon portable…

Dit elle la tête contre l’oreiller, alors qu’il fouilla son sac pour prendre son téléphone. Au même moment, il entendit frapper à sa porte de chambre, et posa son index sur la bouche de Tatiana pour qu’elle ne fasse aucun bruit. La porte s’ouvrit brutalement avant de se refermer dans un claquement, faisant trembler Tatiana dans le lit. Quand il sentit la main de l’homme qu’il ne connaissait pas le toucher, ses pieds décollant du sol, il poussa un cri aigue en se débattant avant de lui infliger une migraine pour qu’il le relâche. Ted choppa un balai et le brandi devant lui, les franges caressant le visage de l’homme aux yeux bleus.

- N’approchez pas ! Laissez là tranquille !!! Je vous laisserez pas faire !!!

Un instant il s’arrêta, regarda le fond d’écran de Tatiana puis l’homme devant lui.

- Vous êtes lui ? Dit il en pointant la photo Damon ?

- Damon… Souffla Tatiana qui tentait de se redresser sentant ses muscles la lacher. Je sais pas ce qui m’arrive… Paniqua t-elle, les larmes coulant une par une sur ses joues.

- Faut l’amener loin d’ici, il va revenir…

Un poing s’écrasant sur la porte, fit raidir Ted qui tenait encore son balai entre ses phalanges. Il fixa la porte derrière ses grandes lunettes, et sa chemise à fleur, cherchant une idée.

- OUVRE LA PORTE MOSBY JE SAIS QUE T’ES AVEC ELLE !!!!

- On est pas là !!!
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Ven 3 Jan - 1:56

La route filait sous les roues de la Chevrolet, le temps était clément, pas de pluie, pas ne neige ni de givre, rien ne pouvait lui tomber sur le coin du nez, dans peu de temps il la surprendrait en pleine lecture ou étude, peut-être même qu'il se coucherait près d'elle, au dessus des draps et lui servirait son petit "bouh" qui la ferait sursauter avant qu'elle se blottisse contre lui, gommant en une simple caresse les meurtrissures de son absence. Un rictus logé au coin des lèvres, Salvatore se sustentait d'une poche de sang, histoire de ne pas se retrouver en manque dans ce repaire d'humains inconscients. Il ne jouait plus les ombres et préférait la voir vivre ses rêves plutôt que de l'emprisonner dans une cage dorée dans laquelle elle se débattrait, Elena fut celle qui y avait goûté, trop pesant sur elle, cherchant constamment à aller contre ses volontés -pourtant rocambolesques et dangereuses pour elle comme pour son entourage- il aurait dû la laisser savourer les quelques douleurs qu'elle s'incombait elle même à se jeter ainsi dans la gueule du loup, elle aurait peut-être compris et se serait prise à changer... Non... voilà qu'il imaginait Elena dotée du même caractère, de l'intelligence et de la douceur de sa sorcière, c'en devenait drôle, lui qui pensait n'être capable de se relever de telle situation voyait le changement opérer de lui même et ce grâce à une humaine délicate, son humaine, celle qu'il semblait avoir tant attendu sans jamais la trouver jusqu'à lors. Les yeux rivés sur la route orangée de part le coucher de soleil, il termina son "verre" et logea la poche vide dans la boite à gants, remarquant que son cellulaire vibrait sur un appel quotidien, attendu comme chaque jour à la même heure. Stella clignotait sur le blackberry et il sourit, enclenchant une cassette dans le vieux lecteur de sa voiture, un sourire charmant aux lèvres qu'elle devait aisément imaginer depuis son appuie de fenêtre où il la savait logé. Pile à l'heure... comment vas tu amour? Lorsqu'il entendit sa voix, Damon plissa les yeux, malgré la joie qu'elle mettait dans son timbre, il entendait les vibrations de celui-ci, les sanglots la gagnaient mais, lorsqu'il augmenta le volume du son de l'habitacle, et que la voix de Stefan retentit tout comme l'écho de la pendule sonnant les 19h, il lui arracha un rictus qui lui fit fendre d'avantage les lèvres. Ils parlèrent de tout et de rien, jusqu'à terminer la conversation, lui baissant la radio pour faire mine de s'être isolé.

Tu me manques Damon… Un large sourire prit d'assaut ses lèvres, téléphone dans une main, l'autre rivée au volant, il le pressa d'avantage comme pour imaginer la surprise qu'il lui ferait d'ici quelques minutes, déjà l'université se présentait à lui. Prend soin de toi et… je t’aime…

Moi plus que toi... je t'aime Stella, demain je viens te chercher, un long week end de repos t'attend. Dit-il en parquant la voiture sur le campus où il trouverait son bâtiment. Le temps passe plus vite qu'on le pense parfois, à demain.

Le vampire raccrocha, tira le frein à main et coupa le moteur pour s'extirper de la voiture, tee shirt blanc, veste de cuir sur le dos et jean foncé, il claqua la portière et se dirigea dans les allées sombres que la nuit venait d'envelopper dans son manteau. La surprendre était une envie qu'il avait depuis quelques temps déjà, elle lui manquait terriblement, bien plus qu'il ne l'aurait imaginé d'ailleurs mais alors qu'autrefois c'était pour une question de conscience, désormais elle lui insufflait une forte dose d'amour dont il nécessitait à outrance au point de s'ennuyer ferme au manoir. Baiser ses lèvres et sentir son corps chaud et pulsant contre le sien le faisait languir comme un enfant face à une gourmandise alléchante, il la désirait depuis son départ et l'enviait chaque jour, autant qu'elle fusse loin de lui qu'aussi proche que possible, une caractéristique dû à son espèce qui, parfois, lui tiraillait l'être au point d'imaginer ne songer qu'à cela mais c'était bien au delà. Le sexe sans sentiment ne restait qu'un genre de mise à niveau, un besoin et rien d'autre mais, avec elle, avec elle qu'il aimait comme un dingue et plus encore à chaque seconde au point de ne jamais la brimer et de la regarder vivre avec plaisance, avec elle, faire l'amour était d'une saveur hors norme. Salvatore arriva dans le couloir menant à sa chambre mais aucune lueur, ni aucun son, ne parvenait de ses quartiers et lorsqu'il vit la blondinette du studio voisin au sien, il tourna le regard vers elle, la ride du lion déjà bien visible entre ses sourcils.

Ho Damon ! si tu cherches Tatiana elle est chez les Beta, j'sais pas pourquoi, c'est clairement pas son truc ces soirées là d'habitude. Elle inclina la tête et dévia le regard une seconde pour déverrouiller sa chambre. Tu veux... Surprise, ses cheveux volèrent sous un courant d'air et elle haussa les épaules, il avait déjà disparu.

Inquiet, sachant pertinemment quelle soirée elle avait rejoint sans le savoir peut-être, Salvatore s'activa tel un courant d'air devant la résidence et remarqua les quelques jeunes ivres morts sous le porche, il prêta l'oreille sans rentrer et huma l'air un moment, son cœur ne lui parvenait pas, uniquement le rire de Dawn le fit grimacer et il évita de mettre les pieds dans cette baraque de malheur sans quoi cette fille -nièce par obligation- lui tiendrait la grappe et lui ferait perdre son temps. Pourquoi sa sorcière avait-elle mis les pieds ici? La première soirée du genre où il l'avait amené ne lui avait pas laissé un joli souvenir, aussi imaginait-il qu'elle n'y retournerait pas et surtout pas seule. Le poing serré, il relâcha les phalanges et vit Sean par delà le battant ouvert, immédiatement le chasseur sortit et s'activa à sa hauteur, perdu, paumé, le teint livide, ce qui ne rassura pas du tout le ténébreux vampire qui sentait déjà les veines pointer sous ses prunelles azurées. Mort de trouille, Sean leva les paumes comme pour s'innocenter, il ne le toucherait pas mais ce qu'il lui disait lui coller les nerfs et ce n'était bon signe pour personne, Standford ne savait pas où elle était et l'avait simplement vu sortir. Tu cherches, tu la trouves tu appels, je la trouve et je te le dis mais j'espère pour toi qu'elle va bien. siffla-t-il sans laisser le temps à son interlocuteur de répondre, Damon sprintait déjà dans le campus, se guidant aux sons et au parfum de la sorcière jusqu'à sentir une brûlure contre son thorax, la pierre... Immédiatement il la sortit et se dirigea de lui même vers le lieu où elle le menait, à vitesse folle, sans prendre garde aux jeunes déchets étalés sur les trottoirs ou fontaines qu'il croisait, ivres morts, ils ne sentirait qu'un courant d'air et ne se rappelleraient de rien le lendemain. La rage comblant ses veines, son propre sang pulsant au sein de ses vaisseaux et organes, sentant même son cœur s'oppresser au plus l'opale lui brûlait la paume à en fumer, Damon s'arrêta net devant une porte de chambre close, il pressa vivement la poignet et s'infiltra dans la pièce, laissant claquer le battant derrière lui, ne visualisant qu'elle sur ce lit, ses vêtements déchirés et ce type près d'elle.

T'es mort! Feula-t-il, tous crocs dehors, les yeux rougis par la haine et les veines gonflées à leur paroxysme sur sa peau livide.

Damon lui pressa la gorge et le souleva tandis que ce gamin tentait de lui arracher les doigts de son cou, lâchant un cri strident qui ne le fit nullement sourciller. Subitement alors qu'il serrait sans hésiter, qu'il sentait le pouls de cet humain faiblir, une migraine atroce lui assaillit le crâne au point de le faire lâcher et se maintenir les tempes. une multitudes de vaisseaux claquaient dans sa tête et la douleur le fit siffler entre ses dents.

N’approchez pas ! Laissez là tranquille !!! Je vous laisserez pas faire !!!

Salvatore secoua la tête lorsque la souffrance le quitta et redressa le nez sur les franges du balais que cette andouille brandissait vers lui. Là, y avait un sacré problème, la pierre rougissait encore et pourtant le gosse n'y était pour rien et, lorsqu'il dépeignit le spécimen qui lui rivait la mope d'un balais dans la gueule, il se dit que peut-être ce gamin n'y était pour rien quant à la belle étendue sur son lit.

T'as rien d'mieux qu'un balais? tu l'tiens à l'envers tête d'ampoule! Lâcha-t-il, se redressant pour approcher sa sorcière en piteux état.

Vous êtes lui ? Salvatore roula des yeux, passant la main sur le front de Tatiana. Damon ?

Non j'suis le pape et j’attends ma sœur... Oui Damon, espèce de crétin t'as failli me dégommer la cervelle. Pesta-t-il, adorable comme d'ordinaire lorsque ça concernait l'état de sa belle.

Damon… Je sais pas ce qui m’arrive… Quand elle tenta de se redresser, il la rattrapa rapidement, grâce à ses dons, et la rallongea doucement dans le lit.

Du calme, je suis là... tu as bu quelque chose ou pris un truc étrange? Attentif, tentant de comprendre, il passa la langue sur ses lèvres et lui saisit le poignet. Écoutes, je vais devoir faire quelque chose que je n'aime pas, mais uniquement pour savoir ce qui t'as fichu dans cet état Stella, tu m'fais confiance? Elle opina du chef avec mal et il perça doucement sa peau, son sang avait un goût étrange qui ne lui disait rien qui vaille. Salvatore retira sa veste qu'il déposa sur elle et se redressa pour faire face à l'étudiant. T'étais avec elle? Il ne répondit pas et, lorsque Damon s'approcha par peur sans doute, ce qui n'était autre qu'un sorcier lui colla un tas d'images désagréables au creux de l'esprit, tant qu'il ne put contenir l'apparition des stigmates propres à sa nature. On va nul part, toi tu restes là! Vociféra-t-il, les mâchoires tremblantes quand à ce qu'il ressentait, suite à l'empressement du gosse.

OUVRE LA PORTE MOSBY JE SAIS QUE T’ES AVEC ELLE !!!!

Salvatore tourna simplement les yeux vers la porte, et, en un clin d’œil celle-ci volait sous un coup de pied et écrasait le quaterback, déjà rencontré lors de l'inscription, contre le mur derrière lui. Damon enjamba les morceaux de bois, il les écrasa sous son poids, prenant le temps de dépeindre cette enflure, prenant le temps d'imaginer ce qui allait suivre, s'imaginant déjà avec son cœur pulsant au creux de sa main. Le dénommé Max, d'après ce qu'il entendait de la bouche du gosse, se tenait le nez, il saignait et le vampire ne cachait rien de ses traits monstrueux. Il le souleva d'une main, le brun lui tenant le poignet à deux paumes pour tenter de se libérer, le visage virant du bleu ou rouge jusqu'à ce qu'il le balance dans la longueur du couloir et, durant ce vol plané, le rejoigne pour lui plaquer la main au torse et lui défoncer le dos contre le parquet qui se fendilla sur toute sa surface.

Tu sens ça? Susurra-t-il à quelques centimètres de ses lèvres, les doigts logés contre son cœur qui battait à tout rompre.

Je... on... voulait juste se marrer. Salvatore perça lentement la peau de son torse, par dessus le tee shirt qui s'imprégnait doucement de sang tandis que le type hurlait à la mort. Putain pité, je le ferai plus.... je le ferai plus.

Sadique comme rarement, comblé d'une haine incommensurable, Damon riva les crocs à sa gorge jusqu'à entendre une voix derrière lui. Visiblement le sorcier ne voulait pas qu'on tue un être humain, alors soit, il le lâcha et écarta les paumes comme s'il se rendait, un sourire inversé au visage les lèvres maculées de sang au même titre que son tee shirt blanc. Il avança lentement vers le jeune homme qui le suppliait de ne pas tuer l'autre et, lorsque Salvatore sentit l'ennemi dans son dos, il s'ouvrit les veines et lui colla son propre sang en bouche avant de lui briser la nuque. Max retomba mollement au sol et Salvatore, menton baissé vers son œuvre, saisit un des lambeaux de la porte pour lui river dans le cœur avant de croiser les yeux de celui qui avait aidé Tatia.

Satisfait ? Servit-il sarcastiquement, les yeux grands ouverts.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Ven 3 Jan - 12:59

La terre semblait tanguer autour d’elle, comme si son corps était balloté contre la coque d’un bateau. Sa gorge brulait, ses yeux pleuraient sans pouvoir s’arrêter, et son corps tremblait sans aucune raison apparente. Elle était plongée comme dans un monde où tout était étrange, incompréhensible, ses oreilles n’entendaient presque plus, ou déformaient la moindre phrase, ses yeux sautaient des pixels, ne lui permettant pas d’identifier les personnes présentes avec elle, ses forces la lâchait, elle devenait un véritable poids mort, incapable de réfléchir, de raisonner par elle-même. Mais lorsqu’il fut près d’elle, lorsqu’elle sentit la fraicheur de sa main contre son front, qu’il fut assez proche pour qu’elle se concentre sur sa voix, Tatiana ferma les yeux et loua le ciel de l’avoir fait venir aussi vite. Perdue, désorientée, elle s’en remettait à lui, afin qu’il la tire d’un monde dont les dangerosités étaient plus grandes et plus perverses qu’elle ne l’aurait jamais imaginé. Quand il perça la peau de son poignet elle ne ressentit aucune douleur tant ses membres étaient engourdit, et ne demanda rien, elle avait assez confiance en lui, pour savoir qu’il ne lui ferait jamais de mal, que chacun de ses gestes sur elle étaient mesurés et qu’il avait une bonne raison d’agir ainsi. Loin de se douter de ce don elle venait d’être en proie, elle serra aux creux de ses paumes la veste de cuir de son vampire, fermant les yeux, se recroquevillant sur elle, se détendant bien que tout semblait tourner autour d’elle à lui infliger une migraine diabolique. Elle entendait ses propres battements de cœur, l’ouverture de ses poumons sous l’oxygène, la circulation de son sang, le gonflement de ses veines dans ses mains qu’elle serrait fort, mais quand il la quitta, elle eut bon se concentrer sur sa voix, elle en entendit simplement le timbre sans pouvoir discerner un seul mot prononcé. Le vacarme autour d’elle lui brulait le cerveau, obligée de river ses mains sur ses oreilles, plisser des yeux pour atténuer ce tapement provoqué par des cris du moins c’est ce qu’elle pensait percevoir. Les larmes coulaient sur ses joues comme pour essayer de soulager ses maux, son sacrifice paraissait bien plus doux que ce qu’elle vivait en ce moment même.

- Je veux que ça s’arrête…

Souffla t-elle en enfonçant la pointe de ses doigts contre ses tempes, son corps se raidissant, alors qu’elle se sentait déjà manipuler sans pouvoir résister. Mais lorsque la fragrance de sa peau mélangée à celle de son parfum vint combler ses narines, Tatiana encercla le cou de son vampire, longeant sa tête contre sa gorge, conservant les yeux clos. Personne ne pourrait l’atteindre, tant qu’il serait prêt d’elle. Instantanément tous ses maux semblèrent disparaitre au contact de l’homme qu’elle aimait, sa main se posa sur son cœur mort, qu’elle frôla avec son pouce, incapable de connaitre le geste qu’il venait d’exécuter pour ses beaux yeux. Elle sentait son corps être emporter, le nez camouflé sous sa veste alors que le froid extérieur dévorait déjà sa peau, et qu’elle entendait la voix de Ted résonner en une multitude de mots qu’elle n’arrivait à décrypter.

- Vous… vous l’avez… mais… comment je vais faire, vous pouvez pas le laisser devant ma porte !

Ted n’était pas vraiment habitué à ce genre de chose, et même si il était troublé par la mort de cet humain, ou vampire, ce qui l’inquiétait davantage était de finir en prison. Il y avait un cadavre devant sa porte, il n’avait plus de porte, et il ne savait pas du tout comment s’y prendre. Il suivait Damon à grande enjambée, manquant de s’emmêler les pinceaux à de multiples reprises, avant de se planter devant lui, les poings serrés une allure sure de lui, qui disparu au fil de ses tremblements face au regard perçant du démon face à lui.

- S’il vous plait… dite moi ce que je dois faire…

- Je m’en charge… Rentrez…

Son ventre se tordait dans tous les sens, et que dire de sa tête qui était incapable de fonctionner correctement. Même endormit, Tatiana sentait les effets de cette drogue dans ses songes. Tout était flou, les personnages fictifs, les lieux, et cette éternelle course effrénée qu’elle exécutait sous l’emprise de cette substance. Elle entendait leurs rires, le bruit des cannettes de bière roulant sur le sol, sentait la pluie tomber et imprégné ses vêtements, ses propres cheveux collant sa peau. Elle s’entendait à bout de souffle, se voyait courir entre les ruelles désertes, voyant les ombres de ses pourchassant se dessiner sur les murs, avant de se redresser vivement dans le lit en se débattant jusqu’à sentir ses bras l’emprisonner délicatement, sa voix l’enrôler, et la douceur de ses lèvres la bercer. Déglutissant, Tatiana fixa un instant la pièce, elle n’était plus à l’université, elle était auprès de lui, dans leurs draps, et la nuit était à son paroxysme. Comment était elle arrivée ici ? Quel jour était-on ? Elle baissa un instant son regard sur son propre corps, elle était dans une douce nuisette marine qu’elle ne se souvenait pas avoir enfilé. Elle s’extirpa momentanément du lit pour aller se passer de l’eau sur le visage, avant de contempler son reflet dans le miroir, et de fixer la moindre parcelle de son corps, jusqu’à tomber sur ses genoux écorchés. Qu’avait elle fait ? Pourquoi n’avait-elle aucun souvenir après son départ des Beta… Reposant la serviette sur le pendoir, elle glissa jusqu’au lit retrouvant la plénitude de ses bras, épuisée, elle fini par se rendormir contre lui sans plus aucune agitation. Le lendemain matin, elle ne prononça aucun mot durant son petit déjeuner, Dawn et Sean étaient aussi de retour au manoir, et le sourire étincelant de sa nièce l’insupportait comme jamais. Tatiana n’avait jamais détester quelqu’un, elle avait toujours trouvé du bon même en présence du pire vampire, du pire sorcier, du pire loup garou, mais ici, plus le temps passait moins elle trouvait d’excuse à son attitude. Elle la supportait déjà toute la semaine à l’université, et le weekend au manoir, autant dire qu’elle avait l’impression d’étouffer, sentant sa gorge se presser alors qu’elle était devant son chocolat encore intact, entendant ses anecdotes qui ne semblaient pas intéresser tout le monde, du moins elle s’était certain. Et malgré toute la politesse qu’on lui connaissait, Tatiana se leva déposa son chocolat dans l’évier et quitta la pièce sans un mot, remontant à l’étage pour couler dans un bain de mousse, où ses yeux se perdaient sur leur lit. Elle ferma un long moment les yeux avant de sentir ses doigts effleurer ses joues, alors qu’elle ravalait sa salive, un sourire en coin dévorant ses lèvres.

- Damon… j’ai… je me souviens plus de rien… Dit elle en ouvrant son regard de biche sur lui, alors qu’il s’accroupissait Je sais même pas comment je suis arrivée ici… je devais juste aller travailler avec Max, mais quand je suis arrivée là bas, il était entrain de faire la fête… j’ai vu Dawn, Sean, Max m’a donné un soda et j’ai juste quitté la maison pour aller réviser à la bibliothèque, et… plus rien… je me souviens de rien… Qu’est ce qui m’est arrivé ?

Demanda t-elle en posant doucement son front contre le sien pour fermer les yeux ensuite, sa main tenant la sienne qu’elle posa contre son cœur comme le bien le plus précieux. Elle respira un instant son odeur réconfortante, sentant son cœur pulsé pour lui, alors qu’elle l’écoutait parler. Il était son univers, le seul remède à ses maux, le seul à savoir comment agir, comment la manier pour lui faire retrouver son doux sourire, le seul à comprendre en un regard, en une parole ou en un geste ce dont elle avait besoin, ce qu’elle cachait au fond d’elle. Enveloppée dans une serviette, et porter contre son vampire elle rejoignit la chambre où elle se vêtit pour sortir. Contre lui encore un instant, ses pieds ne touchant pas le sol, sa main posée dans sa nuque, sa tête cajolée contre son cou.

- Je t’aime mon ange.

Quand elle se retrouva seule, intriguée, elle chercha un instant des yeux sa tenue de la veille mais ne la retrouvait pas. Vêtue d’une robe grise, ses bottes et son long manteau elle rejoignit la maison des sorcières avec son vampire, poussant la porte et entendant déjà les chuchotements de ses sœurs qui lui octroyèrent un sourire en coin, avant qu’elle ne retire son écharpe pour s’enfoncer dans la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Ven 3 Jan - 16:24

Direction la voiture, Tatia dan ses bras, Damon se fichait éperdument de ce qu'il avait fait, ce type n'était rien pour lui, il valait rien et quand bien même son visage était l'emblème phare de l'équipe de cette université, désormais les coachs n'auraient plus qu'à recruter un autre petit con et si celui-ci s'adonnait au même jeu avec sa sorcière -comme quiconque d'ailleurs- il referait le même geste et ce indéfiniment si c'était la seule manière de la protéger. Salvatore avait tué des innocents, cela le rongeait encore mais en ce qui concernait de telle personne, il n'en avait rien à secouer et s'en lavait les mains, pas un remord ne venait le tirailler, pas un sauf peut-être celui de l'avoir pas assez fait souffrir. Les images de sa belle aux mains de cet enflure le faisaient encore grimacer alors qu'il avançait à grands pas sur le parking pluvieux, il redressa doucement Stella contre son torse, sa veste encore sur elle, son visage poupin endormi taché du sang qu'il avait arraché à son bourreau, elle n'avait plus rien à faire ici, n'y reviendrait peut-être pas s'il ne trouvait pas comment la protéger sans y être et il songeait déjà à divers choses comme sans doute "engager" un précepteur capable de lui enseigner ce qu'elle désirait, ainsi elle ne serait plus constamment la proie d'insectes insignifiants à ses yeux. Il entendait le gamin dans son dos, ne se retournait même pas pour l'écouter, plus rien ne comptait sauf celle qu'il retint lorsque cet apprenti Merlin se logea devant lui, poings serrés jusqu'à se ramollir lorsque le regard glacial de Damon plongea dans le sien.

"Dégages de là!" Ordonna-t-il, lui repoussant l'épaule assez fort pour le faire vaciller et passer.

"S’il vous plaît…" Salvatore inspira fortement et roula des yeux. Il ouvrit la portière passager et installa la délicate humaine sur le cuir avant de faire le tour de la voiture et se faire stopper -une fois de plus- par ce sorcier. "dites moi ce que je dois faire…"

"Tires toi, baragouines un sort... Harry Potter, c'est bien ton boulot non? Alors secoue ta baguette magique et la bonne." Tandis que ce gamin se raidissait devant lui et que Damon le faisait reculer contre le coffre de sa voiture, une main tatouée se logea sur l'épaule du vampire. "Tiens, super nany j'me demande encore à quoi tu servais ce soir."

"Je m’en charge… Rentrez…" Les yeux rivés dans les pupilles du brun face à lui, Damon le repoussa plus loin de la voiture et s'invita dans l'habitacle. "Je suis désolé Damon!" Lâcha-t-il dépité avant de reculer vivement lorsqu'il fit crisser les pneus de la camaro jusqu'à eux, le sorcier se retrouvant le cul dans une flaque.

"Je le serai aussi si ta sœur subissait ça, sans que j'y prête attention." Siffla-t-il par la vitre conducteur. "On se voit demain..."


Lorsqu'ils furent au manoir, la belle incapable de se mouvoir Damon fila directement dans leur chambre sous le regard interrogatif de son frère, il ne dit mot, préférant virer les quelques marques que Tatiana portait encore, ses vêtement déchirés qu'il jeta dans la cheminée, pour la vêtit d'une nuisette marine, puis ses écorchures aux genoux. Muet, il l'allongea doucement sur le lit et empoigna désinfectant et compresse afin de retirer les petits graviers logés dans ses plaies puis la couvrit des draps. Des heures passèrent sans qu'elle ne reprenne conscience, il la veilla d'abord sur le fauteuil, un verre de sang en main, les prunelles froides au possible ancrées sur son corps fragile. Ce type, désormais de l'autre côté, l'avait drogué, comment ? Il n'en savait encore rien et préférerait ne pas lui en parler si elle ne se souvenait pas, il la laisserait en paix pour ne lui filer aucune autre torpeur, qu'elle vive était sa priorité, le reste n'avait pas d'importance, il l'aimait et peu importait ce qu'il devrait faire pour l'épargner, elle n'avait pas de prix à ses yeux, elle était inestimable, sa vie valait bien le sang de certaines personnes peu scrupuleuse, il tuerait encore s'il fallait et ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Amer, les muscles de ses mâchoires tendues, il finit par retirer ses vêtements, enfiler un pantalon ample et s'inviter sous les draps, elle vint naturellement s'y blottir faisant lentement remonter la pomme d'Adam en sa gorge. Elle n'avait rien demandé, ne se collait pas dans des situations sa surpassant et pourtant le mal tournait autour d'elle, si les humains s'y mettaient en plus de ça, autant dire que la sérénité qu'il avait à ses côtés ne seraient pas aussi douce que ce qu'il désirait lui offrir. Damon ne ferma pas l’œil, attentif à ses souffles et les battements de son cœur et lorsqu'elle se redressa en pleine nuit, il se contenta de glisser la main sur sa nuque, la berça et baisa son front pour ensuite la laisser rejoindre la salle de bain sans un mot avant de la loger contre lui lorsqu'elle revint se coucher. Une nuit longue durant laquelle il songea à ce qu'il devait faire, la suivre comme son ombre n'était pas de rigueur, elle avait une vie à vivre, une seconde chance, ce n'était pas dans le but de se sentir constamment observé mais s'il fallait ça pour que jamais elle ne change et que jamais elle ne souffre, alors il y veillerait et tacherait de le faire sans l'oppresser. Il se leva le premier, passa sous la douche et enfila une chemise sombre ainsi qu'un jean avant de se retrouver en tête à tête avec Sean dans le bureau, Katherine et Stefan avaient dû sortir pour on ne savait quelle raison mais cela ne l'importait pas, Salvatore fouillait déjà quelques grimoires, jetant ceux inutiles au sol jusqu'à entendre le chasseur blond entrer dans la pièce.

"Damon... j'ai pas vu venir hier, Dawn l'a charrié et ensuite je l'ai perdu du vu." Ce gosse n'était pas responsable, Salvatore aurait dû se douter qu'il manquait d'expérience et n'était pas aussi apte que lui à surveiller les arrières de sa tendre humaine. "Mais, si..." Salvatore redressa le nez et tendit l'oreille en un haussement de sourcil.

"Ta sœur... il va falloir que tu la canalises et rapidement." Répondit-il en entendant des brides de conversations dans la cuisine. "Sinon j'm'en charge compris?" Écoutant les bruits de pas légers sur la moquette du couloir voisin à la pièce, le vampire s'approcha du seuil et vit passer sa belle, livide et préoccupée puis croisa le sourire de la peste brune.

"Oh Damon, ravie de te voir enfin." Lorsqu'elle s'approcha, Salvatore tira vivement Sean par le bras et le colla devant sa frangine qui fit la moue.

"Maintenant!" Sur ces bonnes paroles, il fila dans leur chambre et s'approcha de la belle qui baignait dans la mousse, automatique son index fila sur les contours ronds de sa joue. "Hey, comment te sens tu?"

"Damon… j’ai… je me souviens plus de rien…" Il s'accroupit face à elle, baisant son front avec délicatesse, ses mains en unique écrin autour de ce visage adorable. "Je sais même pas comment je suis arrivée ici… je devais juste aller travailler avec Max, mais quand je suis arrivée là bas, il était entrain de faire la fête… j’ai vu Dawn, Sean, Max m’a donné un soda et j’ai juste quitté la maison pour aller réviser à la bibliothèque, et… plus rien… je me souviens de rien… Qu’est ce qui m’est arrivé ?" Il soupira et attrapa la première serviette qu'il trouva.

"Tu as avalé de la drogue... si tu te souviens de rien c'est à cause de ça, une substance dans ton verre." Il ne pouvait rien lui cacher, et la tromper aurait comme fendiller son propre cœur sur lequel elle encerclait leur doigts avant de tirer sa main jusqu'au sien dont il s'attendrit au rythme des battements plus paisibles que la veille. "Viens là." Susurra-t-il, la soulevant sans le moindre mal, l'affublant de la serviette avant de la porter contre lui, sa tête logée à son cou et ses doigts comblant son palpitant mort de tendresse. "Il y a un sorcier... un gosse brun, lunettes... un genre de tête d'ampoule, qui t'as aidé, maintenant," Dit il en la reposant lentement pour qu'elle se vêtisse. "J'aimerai que tu ne fasses confiance qu'à Sean, restes autant que possible avec lui, si tu doutes sur qui que ce soit, quoi que ce soit, vois avec lui." La belle enfila ses vêtements et il posa les yeux sur l'extérieur, préoccupé par le petit merlin de la veille. "J'vais t'amener dans votre musée de la sorcière, tu interrogeras les... enfin tu leur demandera si tu peux faire confiance à ce gosse." Damon se tourna et esquissa un faible sourire lorsqu'elle pendit les bras à son cou, que ses propres phalanges rencontrèrent ses hanches au point de le rendre fiévreux comme aucune autre ne l'avait fait.

"Je t’aime mon ange." Il avança lentement le visage, l'inclinant doucement pour baiser ses lèvres avec infinie douceur, sans la brusquer, sans la diriger dans un endroit qu'elle devait ne pas vouloir rejoindre après sa nuit désagréable.

"Je suis loin d'être un ange..." Souffla-t-il contre ses pétales de roses enivrants. "Mais ça ne m'empêche pas de t'aimer Stella."


Quelques minutes plus tard, Salvatore parquait la Camaro près des bois où les ruines se dressaient devant eux, dans une heure voir moins, il saurait si la magicien de la veille était de confiance et s'il ne l'avait pas dupé à son tour. Il n'en avait pas l'air mais, depuis quelques temps, l'expression l'habit de fait pas le moine se vérifiait souvent pour l'aîné Salvatore qui avait restreint son cercles de confiance uniquement à son clan et peu de connaissance dont Paul, les Gates ou encore Sean... En ce qui concernait Dawn, elle n'avait nullement droit à obtenir ce lien avec lui, elle était encore loin d'être mure et réfléchissait peu, d'ailleurs Stefan ne cessait de lui dire combien elle lui ressemblait lorsqu'il était revenu quatre ans plus tôt. Tatiana passa le seuil de la demeure et lui vérifia que ses grandes amies -ironie- n'avait pas revu son forfait passage à la baisse mais, visiblement tout allait bien, il entra donc et se logea dans un coin de pénombre de la pièce, juste au cas où les esprits ne supporteraient pas ses sarcasmes pensés et attendit que la belle brune revienne, l'invitant à procéder sans peur.

"Vas y...  t'en fais pas, si tu me brûles je me roulerai par terre, je suis plus à ça près." Sourit-il pour lui donner du courage, s'approchant d'elle et lissant l'extrémité de ses boucles jusqu'à entendre murmurer et dresser les paumes devant lui tel le criminel qui se rendait. "D'accord, okay, je la laisse tranquille, mais un truc les momies, si vous lui faites du mal je brûle votre tipi et adios l'abri, Capish?"

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Ven 3 Jan - 21:18

Le but de Tatiana en ces lieux était de savoir si le fameux jeune homme que Damon lui avait décrit comme étant Ted Mosby était une personne de confiance, un sorcier usant de la même magie qu’elle, ou un être lupin qui n’hésiterait pas une seconde à la poignarder. Si l’on écoutait l’avis de la sorcière, elle seule penserait qu’il était un bon garçon. Ted était un étudiant des plus discrets, atypique dans sa manière de procéder à chaque ouverture de cours, mettant ses feuilles bien droites devant lui, alignant ses stylos, et déposant sa montre à ses côtés. Elle l’avait vu faire à plusieurs reprises, partageant quelques cours en sa compagnie, et une chose l’avait frappé, il ne prononçait pas un mot hormis des excuses lorsqu’il bousculait quelqu’un voir même quand on le bousculait. Néanmoins, depuis qu’elle était revenue parmi vivant, la petite sorcière pu voir de ses prunelles à quel point les gens avaient changé, à quel point ils étaient fourbes et parfois mal attentionnés. Revenant près de Damon, sa veste étant déposée sur une chaise poussiéreuse, elle tira les pans de son écharpe en le contemplant.

"Vas y...  t'en fais pas, si tu me brûles je me roulerai par terre, je suis plus à ça près."

Tatiana pencha doucement la tête alors qu’il lissait ses boucles et le regarda très sérieusement. Elle n’usait jamais de sa magie en sa présence, sa peur de le blesser était bien trop grande et pour le moment elle n’avait aucune utilité à jouer de ses pouvoirs près de lui. Aucun danger ne planait au dessus d’eux, du moins plus maintenant.

- J’ai déjà peur de mettre le feu au chat quand je fais apparaitre son biberon alors imagine avec toi…

Souffla t-elle avant d’entendre ses sœurs murmurées alors qu’il gardait cette boucle entre les doigts. Elle arqua d’un sourcil et remonta le menton vers le plafond, comme pour leur demander de se calmer, elle parlait une langue très ancienne, et Tatiana en comprenait le moindre mot, cependant quelques murmures lui étaient comme inaudible comme si on lui cachait quelque chose, peut être se faisait elle tout simplement des films après les dures journées qu’elle avait passé loin de lui.

"D'accord, okay, je la laisse tranquille, mais un truc les momies, si vous lui faites du mal je brûle votre tipi et adios l'abri, Capish?"

Un petit sourire amusé s’éprit de ses traits, et elle se dirigea au centre de la pièce, qui s’illuminait de bougies alors que les anciens volets abimés par le temps, cassés aux extrémités claquèrent contre les vitres avant de se stopper pour se fermer. Plongée dans l’obscurité, hormis la lumière des cierges, elle se mit tranquillement à genoux, sortant son grimoire devant elle, qui s’ouvrit à l’effleurement de sa paume sur une page bien précise. Les pages étaient jaunie par le temps, mais en aucun cas abimé, elle avait toujours pris soin de lui, et le gardait à l’œil constamment pour éviter qu’un sorcier peu scrupuleux ne lui dérobe. Elle jeta un dernier regard à Damon et ferma les yeux, fredonnant des mots dans cette langue morte et plus enseignée depuis des années, voir des siècles, sentant les flammes des bâtons de cire s’élever au plus elle récitait. La vie de Ted, se dessina doucement sous ses yeux, sa naissance, sa solitudes, les moqueries qu’il avait essuyé, son arrivée à l’université, ses projets, ses envies, sa personnalité, tout ce qui faisait qu’il était celui qu’il était aujourd’hui. Rien à signaler, et ses sœurs le lui confirmaient par la force de la pensée. Il n’était pas une menace au contraire, il était presque comme un allié, une personne qui allait faire partie du cercle de Tatiana bien qu’elle ignore encore comment vu qu’il ne parlait que très peu et qu’elle était tout autant timide. Ses yeux s’ouvrirent et elle leva le menton en direction de son vampire, lui adressant un beau sourire.

- On a rien à craindre… c’est un gentil sorcier…

Tatiana ferma d’une main son grimoire et sentit un souffle fouetter soudainement son visage, à tel point qu’elle releva ses yeux vers la fenêtre, ses sœurs continuaient de parler entres elles, vivement, elle sentait presque des désaccords, puis de la tension et tout ceci la concernait. Elle lâcha son grimoire, redressant son minois sur le lustre du plafond qui se mettait étrangement à danser au dessus de sa tête, ses yeux vagabondèrent autour d’elle, alors que les voix s’intensifiaient sans jamais qu’elle n’entende parfaitement ce qu’il se disait.

- Il se passe quelque chose…

Souffla t-elle en voyant l’incendie des flambeaux prendre plus d’ampleur, et elle n’y était pour rien. Le vent s’infiltrait peu à peu dans la pièce, les murmures s’accentuaient, flottaient tout autour d’elle, au point que ses oreilles se mirent à bourdonner, les volets claquèrent à nouveau, et Tatiana eut l’impression que la maison se mettait à trembler, que le sol allait s’effondrer. A genoux contre le sol, le poids de son corps le rejoignit dans son intégralité, ses boucles embrassant la poussière des lieux, et ses yeux se fermant pour ne plus s’ouvrir bien que sa respiration et son cœur fut calme. Elle venait de perdre connaissance.

Le soleil brillait à son zénith, l’herbe était verdoyante et les températures des plus douces, les oiseaux chantaient entre les branches des arbres, Tatiana se trouvait au volant d’une voiture à l’arrêt devant le manoir. Elle fixa longuement la porte avant de la voir s’ouvrir, au même titre que sa portière. Baissant les yeux sur son propre corps, elle contempla un instant sa tenue. Une robe sur fond noir au imprimé orangé et bleuté, montrant la naissance de sa poitrine, ses jambes nues étaient galbées par de magnifique cuissarde de velours sombre, le tout dans une blouse blanche où un badge était accroché. « Tatiana Petrova : Vétérinaire », elle fronça d’un sourcil retirant une peluche sur celui-ci avant de remettre une mèche de ses cheveux entre une pince à chignon, ses cheveux étaient bouclés et relevé à la perfection, elle croisa son reflet dans l’une des vitres de la portière, son maquillage accentuait la couleur noisette de ses yeux. Elle se retourna vivement en entendant des pas écraser les graviers de l’allée.

- Maman !!!  

Elle écarquilla un instant les yeux avant de voir ce petit minois enlacer ses jambes, relevant son divin visage vers le sien. Les cheveux brun bouclés de cette enfant, de son enfant flottaient au grès du vent, et ses yeux d’un bleu à coupé le souffle, elle les connaissait, les adorait, et les voyait en la personne de Damon qui sortait à son tour de la maison un sourire aux lèvres, un linge de cuisine posé sur son épaule, avançant doucement près d’elle, alors que les phalanges de Tatiana rejoignaient les boucles adorables et douce de sa fille.

- Maman viens voir Pinky elle a fait des trous dans la terre ! Elle est guérit !

Soufflée par ce qui se dessinait sous ses yeux, Tatiana n’eut à aucun moment le temps de prononcer un mot à son vampire qu’elle se faisait déjà entrainer par le petite choupi dont le nom résonnant de la voix de son père était à couper le souffle. Elles arrivèrent devant un petit enclos, haut de quelques centimètres où une petite lapine mâchouillait des feuilles de salade. Tatiana s’accroupit contemplant les couleurs de cet animal et réceptionnant sa fille contre son corps qui lui chuchotait des mots adorables à l’oreille. Un rire quitta sa gorge, et elle se redressa alors que la petite attrapait un cerf volant pour courir dans le jardin afin de le faire voler. Elle ferma les yeux, un sourire comblant ses lèvres en sentant la main de son vampire se poser dans le bas de son dos. Elle tourna son regard sur lui, épousant ses lèvres avec les siennes, contemplant son sourire divin qui se communiquait à elle comme un pur délice. Lorsqu’elle posa sa paume sur son avant bras, quelque chose la frappa, sa peau était aussi chaude que la sienne, et un pansement était présent à l’extrémité de son doigt. Interloquée, Tatiana remonta son regard sur son corps et se colla délicatement à lui pour y apposer son oreille, entendant les battements de son palpitant.

- Damon… ton cœur bat mon ange…

Dit elle en redressant son visage vers le sien. Damon était humain, tout comme elle, tout comme leur enfant qui courrait après le vent, ses rires revenant à ses oreilles comme une mélodie enivrante… Les dernières images, sensations de ce qu’elle vécu furent atroces. Elle entendait son propre cri de terreur, de douleur, de peur et de désespoir se perdre dans les airs. Leurs cœurs ne battaient plus, leur respiration ne se faisait plus entendre, elle les avait perdu, tout le deux, elle était seule hurlant sa peine, ses larmes coulant comme la lave d’un volcan, suppliant qu’on leur rende ses deux êtres chers à son cœur, vendant sa vie au ciel pour qu’ils prennent eux même vie.

Un hurlement de terreur et de tristesse résonna contre les murs de la maison aux sorcières, la gorge remplit de sanglots, Tatiana hoqueta, reprenant conscience, en étant agenouillée sur le sol, ses mains tenant sa poitrine meurtrit par le chagrin.

- RENDEZ LES MOI !!!!

Ses paupières se pressaient en laissant échapper des larmes avant de s’ouvrir sur le sol, sur les pages de son grimoire. Et quand elle vit le reflet de son vampire face à elle, tremblante elle rejoignit son corps, ses bras encerclant son cou le serrant doucement contre elle, alors qu’une de ses mains caressait ses cheveux.

- Je t’ai vu mourir…

Tatiana le garda contre elle un moment avant de se reculer, ancrant ses paumes à son visage, plongeant son regard dans le sien, admirant ses yeux bleutés à la perfection, lâchant un soupir de soulagement entre ses lèvres de le voir en vie, et froid devant elle. Comme s’assurer à nouveau qu’elle n’était pas encore dans un monde autre que celui auquel elle appartenait elle approcha son visage du sien, embrassant ses lèvres avec délicatesse, alors que sa paume rejoignait son cœur mort.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Sam 4 Jan - 0:16

Il ne l'avait jamais vu user de magie, même lorsqu'elle s'y adonnait il restait en retrait comme pour préserver son jardin secret, comme pour laisser une infime barrière entre leurs deux natures n'étant pourtant pas compatible d'après ce que tous disaient. Des tas de choses étaient censées éloigner les buveurs de sang et les nécromanciens, cependant qu'auraient été des légendes sans exceptions? Des règles où loi sans transgressions? Chaque règlement avait ses failles et ce n'était pas d'hier, ici, la faille dans le cœur de Damon était cette magnifique sorcière et, pour elle, sans nul doute était-il la sienne... Il ne se morfondait pas quant à ce choix, d'ailleurs il n'avait pas vraiment choisi de l'aimer, c'était simplement naturel, inné, comme s'ils furent destinés depuis toujours et la magie y était pour beaucoup. Il était conscient que sans la levée du voile et sans son retour dans un monde qu'elle n'avait foulé que dix sept ans jadis, il n'aurait jamais pu vivre pareils sensations, c'en était transcendant et, alors qu'il gardait un œil sur elle, bras croisé sur le thorax dans un des recoins de la pièce écaillée par les siècles, Damon comprenait d'avantage ce lien unique entre Gates et la jeune Jefferson, eux non plus ne l'avait pas choisi, c'était simplement l'évidence même de l'amour, rien de plus rien de moins.

La belle opéra en silence, laissant la magie qui comblait ses veines jaillir hors des pores de sa peau délicate, les bougies brûlèrent d'avantage, le temps se couvrit lentement au dehors, il savait que cela pompait beaucoup d’énergie et n'était présent que pour pouvoir veiller sur elle si elle nécessitait du repos suite à son office, il n'interviendrait pas si tout se passait pour le mieux. Il n'était pas dans les dossiers des esprits qu'il entendait psalmodier autour de lui pour l'une des premières fois, habituellement il ne les percevait pas mais, ici, c'était comme si ses sorcières mortes désiraient lui faire quelque chose, connaître quelque chose, comme si elles étaient face à lui, sans qu'il puisse les voir et dépeindre leurs traits, à se chuchoter les marches à suivre le concernant. Salvatore ne parlait pas ce dialecte mais il était loin d'être nié, aussi son regard fureta le long du plafond, n'écoutant presque pas ce que Tatiana délivrait concernant ce jeune sorcier de la veille, quelque chose se passait, il le sentait, le sentait aussi fort que cette sensation d'engourdissement se logeant dans ses veines au point de le clouer sur place et le raidir alors qu'elle s'inquiétait à son tour, que la bicoque tremblait, que la poussière du lustre filaient en pellicule fine sur le parquet usé. Lorsque la belle s’effondra, Damon sentit le poids de son corps et une force inexpliquée le maintenir sur place, comme si une main puissante pressait son torse, là où jadis battait son cœur, au point de faire monter dangereusement le sang à cet organe pourtant figé. La douleur était palpable et malgré ça, il ne pensait qu'à elle, uniquement à elle. Qu'est ce que vous lui avez fait? Vociféra-t-il tant qu'il pu encore, ses os roulaient sous sa peau, sous ses muscles qui eux se tendaient à l'en faire hurler et révulser ses yeux. Le poids invisible appuya plus encore sur lui et ses genoux rejoignirent le sol jusqu'à ce que des phalanges, qu'il ne voyait nullement, lui saisirent brutalement le menton et lui relevèrent le visage vers le plafond où quelques spectres laissaient entrevoir leurs traits fantomatiques. La souffrance le possédait et pourtant il fronça les sourcils, jamais il n'avait vu cela, jamais il n'avait pu percevoir ces esprits torturés et, ici, les nécromanciennes le toisaient avec une flamme étrange dans leurs regards blancs sans aucun aspect humain.

Tu vas devoir faire un choix, vis ce qu'elle vit, vis ce qui vous ait offert et choisis... Cette voix d'outre tombe lui fit l'effet d'une bombe en plein cœur, son palpitant battit avec force, il entendait ces échos au creux de ses tympans, sentait une étrange chaleur l'envahir sans pouvoir agir. Ses yeux fixèrent cette image, ce genre de vision qui n'avait pourtant lieu que dans son esprit. Une enfant, de long cheveux bouclés, deux grands yeux bleus qu'il suivit jusqu'à l'entrée du manoir pour la voir elancer une jeune femme qu'elle nommait comme sa mère... Tatiana, radieuse, plus encore que ce qu'il connaissait d'elle, son regard teinté d'amour incommensurable dans le sien alors qu'il se voyait, hors de son propre corps, sortir de la résidence pour l'embrasser et laisser aller cette enfant vers les jardins, qu'elle lui tirait la main en le pressant par son dénominatif... Papa... Le Salvatore spectrale -lui même- hoqueta en sentant ce petit être le traverser comme s'il n'était pas présent, se voyant lui même évoluer près d'elle, fixant cette joie intense sur ses propres traits, ceux de son humaine et de... leur fille. Il n'entendit pas son prénom lorsque son double le souffla mais sentit les sensations pures et électrisantes lorsque Tatiana baisa ses lèvres avec douceurs, il sentit son cœur battre avec ardeur, dans chacune de ses veines, chacun de ses muscles, cette sensations n'était pourtant qu'un leur, cette vision pareillement mais il s'éprenait de l'enfant alors qu'il ne l'avait jamais vu de sa vie. Subitement, ce qui devait être son âme -le double qu'il était au dehors de son corps d'humain- rejoignit sa personne à l'instant même où la belle s'empressait contre son cœur, le choyait comme s'il n'était pas normal qu'il batte. Salvatore vivait l'instant comme il avait déjà eu lieu, comme s'il savait que les secondes étaient comptaient mais il était incapable d'agir autrement que comme le désirait son alter-ego au pulsations cardiaques bien réel. Il n'entendit qu'un bruissement de feuillage près de celle qu'ils hélèrent comme leur fille, il ne vit plus que du sang, un geyser de fluide grenat lorsqu'un homme sans visage lui arracha le cœur et le laissa retomber mollement au sol. Il sentit la rage puissante en lui, lui saisirent le ventre, lui tordre les entrailles et le pousser à agir, ce fut la dernière fois qu'il sentit les doigts de Tatiana, son contact divin, ne subsista plus que cette lame froide, aussi froide qu'il l'était encore autrefois, traverser son abdomen, puis cette détonation morbide, quant un canon fut apposé à sa tempe, qui lui fit reprendre conscience en haletant.

Salvatore retomba paume en avant, les ongles saignant contre le parquet, redressant péniblement le menton, ses lèvres comblaient au goût du sang -son propre sang-, sur le corps encore figé de la sorcière. Il ne pouvait toujours pas s'approcher, la douleur de la scène le clouait au sol et la magie lui interdisait de la rejoindre pour s'assurer qu'elle allait bien. Il sentait les blessures du songe lui tiraillait l'être, son fluide quittait son corps au point de l'affaiblir comme jamais il ne l'avait été, il sentait encore son cœur battre mais plus lentement. Celui-ci cessa de pulser, le froid l'envahit de nouveau, il entendit encore cette voix et redressa péniblement les yeux vers ces visages menaçants.

Ton désir d'être comme elle te tend les bras... ton désir de la rendre heureuse... voici ce qu'elle souhaite, que tu lui donnes un enfant, que tu redeviennes un être de chair et de sang chaud, que ton cœur batte... Incapable de répondre, la pression sur son corps cessait peu à peu sans pour autant le laisser aller s'enquérir de celle qu'il aimait. Tu as vu son visage, tu sais qu'elle sera heureuse, prends la cure et tu obtiendras tout cela... L'avenir seul compte Damon, uniquement son bonheur compte, pas le tiens et tu le sais.

La... la fille? Parvint-il à laisser échapper, fixant les visages qui s'interrogeaient entre eux, comme s'il n'avait pas du voir toute la scène et ne retenir que la joie dans ce songe. elle...

Si tu ne vois que son bonheur, elle vivra... tu la sauveras, elle sera sauve, tout comme Tatiana... mais tu devras mourir pour qu'elles subsistent. Il déglutit, et lâcha un rictus. Pourquoi ris-tu ? Tu aurais une enfant, tu ferais perdurer une lignée disparue depuis longtemps lorsque ton frère et toi êtes morts... c'est ton vœux non ? Saches qu'il faut une part de vérité pour que nous puissions te faire voir ton avenir...

Non! Les visages s'interrogèrent de nouveau et l'un d'eux brilla d'avantage comme pour l'inciter à répéter. S'il faut que je la laisse ici, seule pour avoir ce que je désire alors non, je ne veux pas... mort je ne pourrai plus la protéger, mort je ne serai plus d'aucune aide pour elle, alors s'il faut oublier un rêve pour qu'elle vive, je désire uniquement ce que j'ai déjà. Les sorcières disparurent lorsque Tatiana se redressa en de vives inspirations sans doute douloureuse. Les chaînes invisibles qui le retenaient cédèrent et il s'empressa vers elle tandis qu'elle hurler qu'on les lui rende. Stella je suis là... hé mon cœur, ma belle... je suis là... tout va bien.

Je t’ai vu mourir… Il déglutit, et entrouvrit les lèvres, les mains logées à son visage, les yeux plongés dans les siens larmoyants.

Tout va bien... c'est rien. Sourit-il, la soulevant doucement contre lui, baisant ses lèvres comme s'il manquait cruellement de temps, comme si les minutes lui étaient dès à présent comptées. Respires.... tu vois, je suis là, jamais je te laisserai... Promit-il en essuyant ses larmes, la redressant au delà du sol pour l'inviter à le sentir contre elle.

Un moment hors du temps durant lequel un étrange phénomène combla l'air, les murmures autour d'eux avaient disparu, ne subsistaient plus qu'eux sans plus de présence magique. Damon déposa le menton contre son front et inspira son parfum, s’enivra d'elle aussi fort qu'il le put, les yeux clos pour savourer la douceur de son être et chaque battement de son cœur d'humaine. Sans le sentir, sans le préméditer, l'une des ses mains combla sa joue et il baisa son front, son nez puis s'invita contre ses lèvres, l'autre paume invitée sur sa taille, pressant sa hanche, la massant tendrement comme pour lui offrir les mêmes sensations qu'elle faisait éclater en lui. L'endroit ne comptait plus, il manquait simplement d'elle, quel que fut la place, quel que fut le temps, Salvatore ne désirait plus qu'une chose, la chérir et la choyer comme le joyau qu'elle était à ses yeux. Leurs lèvres se cherchèrent de longues minutes, hésitant quant à cette pièce, cet endroit sacré pour elle où il n'avait clairement aucun droit sur sa personne pourtant l'instinct était plus vif, l'ardeur pesant au creux de son ventre qui durcissait au fil des secondes le séparant encore d'un baiser qui tardait à venir. Il fit glisser une main sur sa poitrine, pressant lentement celle-ci pour se délecter des pulsations intense de son cœur et invita enfin son sanctuaire contre le sien, l'entrouvrant afin de sustenter sa langue contre la sienne, de baiser cette pulpe avec une fièvre intense qui lui fit river la main à son dos et  la soulever sans force. Ses doigts logés à sa joue filèrent sous ses cheveux et il pressa sa nuque pour dévorer plus encore ses lèvres, les embrasser sans pudeur, avec cette ardeur prenante, cette pression mordante qui s'infiltrait dans l’entièreté de ses membre à lui en loger des spasmes de désir inégalé. Rapidement et saisit ses hanches à deux mains et lui fit rejoindre sa taille, ses bras entouraient déjà son cou et jamais il ne relâcha l'intensité de leurs lèvres scellées, Damon recula vivement contre le mur derrière lui, son dos le heurta tandis qu'il pressait ses cuisses et invitait ses doigts sous sa jupe, sentant la température brûlante qu'il convoitait lui baiser les doigts et les humidifier de plaisir. Sans patience, il retira sa veste et la laissa s'affairer contre sa chemise, lui même la débarrassant de sa robe avant de la loger -en une vitesse fulgurante, derrière le sofa ou il tira ce double rideau de velours pourpre sur lequel il déposa lentement son corps, baisant son ventre nu cette fois, léchant subtilement la ligne menant de son antre à ses seins qu'il délivra de leurs écrins de soie. Agenouillé entre ses jambes, Salvatore encercla l'une de ses chevilles et lui retira son étoffe de cuir, il imita ce geste sur l'autre, sentant les pressions de son jean sauter une à une pendant qu'il se libérait des dernières étoffes leur couvrant, sa chemise termina sous la nuque de Tatiana, il caressa ses seins, la couvant d'un regard amoureux, les lèvres entrouvertes pour laisser échapper les premiers soupirs impatients qui le gagnaient et il lui imposa le poids de son buste pour embrasser le dos de son lobe. Son sang battait au même titre que le sien, ses veines battaient tout autant que les siennes. Lorsqu'ils furent nus, son poins rejoignit le parquet qu'il ébrécha, mieux valait le sol qu'elle. Il était tant possédé, tant désireux d'elle, qu'il lui était impossible de contenir quelques empressements plus brutaux qu'il ne devait jamais avoir sur le corps divin qu'il sentait contre le sien. Ses mains dévalèrent contre ses côtes et il lui redressa le bassin, glissant sa paume à ses reins, baisant sa gorge à en faire péter chacune de ses convictions, baisant ses clavicules en y traçant un chemin de la pointe de langue pour enchanter les couronnes rosées de ses seins parfaits. Damon déposa le front entre eux, transpirant déjà de plaisir sans pour autant s'inviter en elle, il souffla contre sa peau, le givre de son propre épiderme faisant éclater quelques frissons sous ses lèvres qui frôlaient désormais les courbes délicieuse de sa poitrine. Les phalanges de sa main libre filèrent à ses lèvres et il soupira d'avantage lorsqu'il sentit l'humidité de ses lèvres, sa langue contre ses doigts, il abandonna celle-ci pour le creux de son genoux, leurs intimités se frôlant avec fougue, Damon effleura l'arrière de sa cuisse du dos de la main, puis pressa cette dernière à la naissance de ses fesses pour la faire lentement remonter tandis qu'il la pénétrait avec douceur et qu'il redressait les yeux dans les siens, qu'il visualisait chaque empreinte de plaisir qu'il ancrait chez elle en une simple invitation de son corps aux creux du sien. Il serra les dents, retenant des pulsions qui la blesseraient sans doute, du moins c'est ce qu'il imaginait mais lorsqu'il se retira lentement, fermant un court instant les paupières pour les rouvrir lorsqu'il glissa derechef dans ce palais aussi chaud que plaisant, le vampire ne put réprimer un soupir qu'il étouffa contre ses lèvres bouillantes avant de les relâcher et de lui offrir ses reins pour seule accroche. Le dos courbé, Sa paume huileuse contre la chute de sa colonne, il la redressa contre lui et saisit ses mains qu'il pressa en gardant de douceur. Je t'aime... Glissat-il entre deux baiser fiévreux tandis qu'elle ondulait contre lui et qu'il lui imposait un rythme plus ardent qu'elle quémandait en mouvement de hanches. Il aurait dû la calmer, pourtant il ne dit mot et s'activa à la combler sans hésiter, en de simples regards et caresses, la belle lui insufflait qu'elle ne souffrirait pas, aussi la repoussa-t-il vivement contre ce velours, et appuya sur son ventre pour d'avantage se sentir entrer en elle au point de lui arracher les mêmes râles que les siens. Ses mâchoires se tendirent, elle pouvait voir chaque muscle se tendre pour elle, pour son plaisir, pour la jouissance qu'elle faisait grimper en flèche chez lui, il la sentait venir au plus ses hanches ondulaient au plus son propre bassin épouser le sien, il empoigna sa main qu'il logea sur son abdomen plat et la pressa lorsqu'il la sentit s'offrir à l'obligeant à cambrer le dos pour sentir chaque sensations de cette apogée qui lui arrachait ce délice engourdissant. Damon déposa le front contre le sien, haletant tout autant qu'elle, le corps tout aussi huileux que le sien, se laissant aller au plus délicieux des péchés, un sourire de coin déjà offert à la belle dont il baisa les lèvres à ne plus pouvoir s'en défaire tant il l'aimait...

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Sam 4 Jan - 1:37

Elle retrouva enfin le contact de son vampire, apeuré par ce qu’elle venait de voir, de son sang coulant, de sa mort imminente, de cette peur et tristesse qui la comblait, effaçant le bonheur qu’elle avait touché du bout des doigts au début. Elle ne voulait pas le perdre, elle refusait de le voir mourir, elle le voulait à ses côtés à tout jamais, entendre ses sarcasmes, son rictus légendaire, et sa voix divine souffler à ses oreilles les mots doux qu’il lui énumérait depuis de nombreuses semaines.

Tout va bien... c'est rien… Respires.... tu vois, je suis là, jamais je te laisserai...

Damon la redressa, son menton à son front, alors qu’elle fermait les yeux, bercée dans ses bras protecteurs, respirant son odeur pour s’apaiser, son cœur bondissant encore dans sa poitrine mais se calmant doucement à son contact. Le baiser qu’il déposa contre son front, une marque de fabrique de la famille, lui rendait son petit sourire en coin, il était en vie, de chaire et de sang devant elle, bien que son cœur était figé à tout jamais, elle s’en fichait, elle voulait juste se nourrir de son regard, de ses caresses, de son regard azur où elle se perdait déjà alors qu’un autre baiser contentait son nez, avant qu’elle ne sente ses lèvres à proximité des siennes. Son yeux brillèrent dans les siens, alors qu’elle sentait sa main la presser contre lui, l’une de ses paumes cajolant du pouce sa nuque, l’autre rivée à son avant bras, Tatiana imprimait chacun des gestes qu’il avait sur son corps. Sa poitrine se souleva, quand elle sentit sa main la caresser au travers des vêtements, faisant jaillir le manque dont elle souffrait loin de lui, et parfois même avec lui avant d’en être apaisé. Ses lèvres s’entrouvrirent, alors que ses yeux ne quittaient pas les siens, sa main glissant sur son avant bras à sa taille, où elle pressa ses phalanges avec l’envie d’arracher cette chemise sombre qui lui cachait un délice sans nom pour ses prunelles. Son cœur martelait sa poitrine pour une tout autre raison, le désir qu’il faisait exploser en elle, l’envie de sentir son corps embrasser le sien, ses lèvres dessinés ses muscles comme un peintre offrant les dernières touches à une toile d’une inestimable, parce que c’est ainsi qu’elle voyait sa vie avec lui. Des frissons comblaient chaque extrémité de sa peau tandis que leurs lèvres se cherchaient sans jamais se joindre, comme deux enfants contenant par peur leur envie dévorante de s’unir. Jamais Tatiana n’aurait offensé ses sœurs, mais ici, elle s’enfermait dans un océan de complaisance où plus rien hormis le plaisir qu’elle sentirait jaillir des muscles de son vampire compterait. Leurs lèvres se joignirent enfin, leurs langues se mêlaient l’une à l’autre, alors qu’elle se sentait voler dans ses bras, les yeux clos, une paume rivée à sa joue, l’embrassant comme si sa vie allait s’achever, comme si on allait lui arracher son unique joie en ce monde. Prise de soubresauts, ses soupirs se propageant comme de la poussière magique d’une fée, elle pressa ses paupières closes, et hoqueta en sentant la rapidité dont il faisait preuve, sentant ses doigts parcourir les courbes de ses abysses où l’air était lourd et humide d’une envie dévorante. Elle serra ses cuisses contre sa taille, possédée d’un empressement qu’elle contrôlait pourtant à chacun de leur moment charnel afin de ne pas faire exploser les ardeurs de Damon, trop soucieux de la blesser, mais ici, rien n’arrivait à la calmer, à tel point que lorsqu’elle le vit se débarrasser de sa veste, elle attrapa les extrémités de sa chemise pour en faire sauter les boutons qui rejoignait le sol au même titre que sa robe. Ses lèvres se pressaient contre le sien, dévorant sa jugulaire, le parsemant de tendresse à ses épaules, alors que ses doigts filaient le long de ses muscles dont elle sentait le moindre dôme. Rapidement elle rejoignit l’unique meuble qui leur servirait de couche, ses doigts glissant dans ses cheveux noirs alors qu’elle sentait les délices de ses lèvres, de sa langue parcourir son corps, la défaire des tissus, libérant ses jambes de leur prison, alors qu’il reposait sa tête contre sa chemise. Leurs corps nus se rencontraient, se cherchaient, s’appelaient sans jamais s’unir alors qu’elle gémissait en sentant ses lèvres la dévorer comme jamais, ses doigts s’ancrant à sa peau sans que jamais elle ne le blesse, se cambrant sous ses caresses, sentant son souffle sur son épiderme. Brûlante d’envie, de désir, de sensualité, il semblait que sa propre chaleur s’imprégnait sur la peau délicate de son vampire contre elle. Frissonnante, l’intérieur de ses cuisses glissaient le long de sa taille démontrant son impatience alors qu’elle sentait les douceurs humides qu’il offrait à sa poitrine, ses phalanges rejoignant l’ouverture de ses lèvres, qu’elle baisa, la pointe de sa langue se délectant du gout de son être faisant détonner une vague de frissons qui la fit se cambrer davantage. Ses hanches cherchant à s’unir à les siennes sans pour autant y parvenir, tandis que la main de son ange dégringolait contre son derme, caressant la naissance de ses fesses, l’entrainant à se soulever davantage et lui arrachant le premier gémissement qui fit trembler son corps sous ses doigts. Son regard se perdit dans l’océan des siens, sa poitrine se soulevait sous la pression qu’il lui infligeait, son l’attente qu’il faisait grandir en se retirant. Se languissant de ses caresses, de ses reins, Tatiana tremblait contre lui, comme de magnifiques convulsions qui la reprirent davantage quand il s’invita à nouveau, joignant ses lèvres aux siennes, sentant son râle se mélanger à son gémissement, le dos de ses mains caressant ses bras, avant qu’il ne les agrippe pour la redresser contre lui.

Je t'aime...

Le front collé au sien, ses mains prisonnières des siennes, Tatiana fixa son regard, ses hanches se libérant de leur envie contre les siennes, alors qu’elle baisait comme jamais ses lèvres, sa langue se mêlant à la sienne avant de retomber dans son cou, qu’elle mordit délicatement, son propre cœur devant sans doute pulser au sein de ses pétales de rose, au point qu’elle sentait ses battements lui revenir en bouche. L’arrête de leurs nez se caressait alors qu’elle fermait des yeux, sa tête penchant doucement en arrière pour laisser échapper le plaisir que lui offraient ses hanches collées au sienne. Rejoignant à nouveau son front, son regard dans le sien comme hypnotisé par la beauté dont il était possédé, Tatiana suivait le rythme effréné qu’il lui incombait, sa poitrine durcit se soulevait contre son torse, une larme fila de ses yeux tant le moment était pesant en délice, en amour, libérateur, lui communiquant l’amour qu’il faisait éclater dans ses veines, son cœur, sa jugulaire, dans chacun des pores de sa peau. Elle l’aimait, elle vivait pour lui, transpirant de leur bonheur mutuel, des joies qu’il lui offrait sans même s’en rendre compte. Damon était sa friandise, celle qu’un gamin regardait au travers d’une vitrine sans pouvoir se l’offrir, et une fois en sa possession, subjugué par son gout, par le plaisir ressentit, et puis un jour il la croquerait à pleine dent non pas sans délice afin de sentir cette explosion de saveur, ce sentiment de ivresse, entrainant une sensation de manque, une dépendance. Ce jour était déjà arrivé pour Tatiana et Damon était sa dépendance, sa drogue, et aucunement elle ne voudrait en être sevrée. Son dos rejoignit à nouveau les étoffes, ses reins s’activaient à la combler comme une reine, elle sentit chacun de ses muscles se tendre sous ses doigts, tout comme les siens, son antre s’enserrait contre son membre, alors qu’il lui imposait de se cambrer encore plus afin de ressentir davantage de sensation, du plaisir qu’elle sentait explosé et couler en elle dans un gémissement de complaisance. Tremblante, haletante, le souffle saccadé, ses yeux se perdirent dans les siens, alors que leurs fronts se rejoignaient, les mains de Tatiana glissaient en de tendre caresses contre sa peau, s’enivrant des souffles qu’elle sentait sur son visage.

- Je t’aime… plus qu’hier… mais moins que demain…

Souffla t-elle avant de ressentir à nouveaux ses frissons prendre possession de sa peau lorsque leurs lèvres s’embrasèrent à nouveau sans plus se lâcher.

Les jours, les semaines s’étaient écoulés, et Tatiana avait reprit les chemins de la faculté. Au début elle était angoissée, terrifiée à l’idée de remettre un pied là bas, mais le courage de son vampire lui suffit à lui en fournir. Elle avait écouté ses souhaits, se rapprochant de Sean qu’elle ne connaissait au début pas trop. Ayant bien trop à faire avec sa peste de petite sœur, qui s’amusait toujours autant à l’ennuyer mais le faisait avec plus de discrétion afin de ne pas se réprimander. Elle arpentait ainsi, les sentiers de ce campus souvent en sa compagnie, et elle s’était rendue compte à quel point il était l’opposé de Dawn, il était posé, calme, attentif, et vraiment drôle. Une amitié, une confiance et une sincérité grandit entre eux, elle trouva en lui, une personne digne vers qui se tourner en cas de besoin, et Tatiana lui rendait la pareille. Bossant ensemble même si les sujets traités étaient bien différent mais au moins ils avaient la présence de l’autre, bien que parfois, ils se retrouvaient embêter par la brunette qui adorait la faire tourner en bourrique. Pourtant à aucun moment Tatiana n’avait usé d’impolitesse à son égard contrairement à elle. Elle était une nièce de Damon, un membre de la famille Salvatore et elle s’efforçait de garder la plénitude qui avait gagné le manoir pour son vampire, pour Katherine et Stefan. Depuis une bonne semaine, Tatiana se sentait étrange, pas étonnant avec les maladies dont étaient victimes bon nombre d’étudiants. Rejetant souvent ses repas, ayant la tête qui tourne et se sentant souvent épuisée, la petite sorcière songea rapidement à un virus qu’elle avait choppé. Mais plus les jours passaient, plus elle s’interrogeait, surtout lorsqu’elle posa un soir ses yeux sur son calendrier. Quelque chose clochait, et cette chose elle la croyait impossible et pourtant, malgré sa certitude, elle se rendit dans une pharmacie, cachant son achat dans sa valise avant de retrouver son vampire sur le parking de l’université pour rentrer à Mystic Falls.

Le lendemain matin, encore dans sa tenue de nuit, un chocolat en main dans la cuisine, elle contemplait l’extérieur entendant les bavarderies de Dawn au téléphone avec l’une de ses compères. Un instant elle entendit parler d’elle, elle ne se gênait nullement pour faire des allusions d’une future relation avec son petit ami. Damon était partit en ville, il avait dieu sait quoi à faire, qui ne la concernait nullement. Elle le laissait vaquer à ses occupations sans poser de questions, s’il lui prenait l’envie de lui en parler il le ferait. Alors qu’elle avalait la première gorgée de sa boisson, une sensation âcre se fit sentir dans sa gorge, elle ferma les yeux abandonna sa tasse et remonta en courant les escaliers pour rendre le peu de chose qu’elle avait mangé dans les toilettes. Les minutes filèrent et elle se rinçait la bouche, une brosse moussante se chargeant d’effacer le gout désagréable. Tatiana contempla son reflet avant de tourner son regard sur sa valise et d’abandonner son occupation pour chopper le sac de pharmacie. Test de grossesse en main, déposé aux cotés d’une des vasques de la salle d’eau, Tatiana regardait tantôt son reflet tantôt ce morceau de plastique blanc. Un trait horizontal était dessiné, et le second à la verticale ne tarda pas à se tracer à son tour. La sorcière secoua de la tête, prenant l’objet entre ses mains et relisant une seconde fois la notice. C’était impossible, Damon était un vampire, autrement dit stérile et pourtant… il était clairement affiché le résultat. Secouant du menton, elle en fit un second, faisant disparaitre le premier mais le résultat resta identique… Tatiana attendait un enfant. Les lèvres entrouvertes, elle marcha lentement vers le lit, ancrant son genou au matelas, scrutant le résultat. Puis des pas rapides lui firent tourner le visage, et elle riva le test sous son oreiller voyant Dawn débarquer en petite tenue comme elle adorait se balader sous les yeux de Damon et se jeta sur son lit, le matelas faisant rebondir Tatia.

- Humm j’adore mon futur lit ! Dit elle en se redressant sur un coude fixant Tatiana Qu’est ce qu’elle a la petite STELLA pour faire une petite moue à vomir ?

Tatia ne prononça mot, et quand elle vit Dawn s’étendre sur la couche jusqu’à rivée ses mains sous l’oreiller, elle se tendit. Dawn arqua d’un sourcil et ressortit son test de grossesse avant de mourir de rire en se redressant sur le sol. Tatiana se releva et s’approcha d’elle pour essayer de lui retirer l’objet entre ses mains, alors que Dawn entrait dans LEUR salle de bain.

- T’es enceinte ? Pas croyable !

- Dawn… rend moi ça…

- Je le savais t’as couché avec le quaterback !!! Et maintenant t’es grillée, Damon va te détester, jamais il ne te le pardonnera.

- J’ai rien fais avec Max !

- Peu importe avec qui tu la fais, tu es une sorcière lui un vampire, c’est donc impossible qu’il soit le père… Tatiana Petrova une salope !

Dit elle en se trémoussant comme un vers de terre dans la salle de bain. Tatiana s’approcha et voulu lui reprendre son test, et le grabuge qu’elles faisaient toute les deux ne passait pas inaperçu à l’oreille d’un vampire. Elle fini par lui faire lâcher le test de grossesse qui tomba dans l’une des vasques et lorsqu’un des vampires de la maison pénétra dans la pièce elle usa de sa magie pour le faire disparaitre. Stefan les regardait, son épaule ancré à l’encadrement de la porte, les bras croisés sur sa poitrine, les lèvres et le visage fermé alors qu’il scrutait un instant Dawn puis Tatiana.

- Y’a un problème ?

- Non Stef y’a rien, juste que Tatia en oublie les bienséances qu’on lui enseignait à sa vieille époque !

Dawn haussa des épaules joyeuses avant de filer de la pièce. Tatiana baissa le menton, les dos rivés au plan de vasque alors qu’il s’approchait d’elle. Il lui releva doucement le menton avant d’ancrer son regard dans le sien.

- T’es sur que ça va ? Elle se contenta d’hocher du bonnet Tatiana tu devrais parler de Dawn à Damon.

- Non… je préfère pas… il a assez à penser, et j’ai pas envie… qu’il croit que je m’attire des ennuis comme elle le faisait…

- Tu n’es et tu ne seras jamais comme elle Tatiana… tu veux que je me charge de Dawn ?

- Ca va aller… t’en fais pas…

S’empressa t-elle de dire en un faible sourire alors qu’il la scrutait. Stefan hocha de la tête, déposant un baiser sur son front avant de tourner les talons, la regardant une dernière fois avant de filer de la chambre. Tatiana ferma les yeux faisant réapparaitre au creux de sa paume l’objet blanc à la croix rose, elle le posa sur le bord des vasques et retira ses vêtements pour entrer sous la douche. Immobile, les cheveux relevés, elle laissa la pluie se déverser sur elle, les paumes rivées à ses épaules, alors que ses larmes tombaient en silence. Dawn marquait un point, jamais il n’allait la croire, et pourtant aussi étrange que ça pouvait le paraitre, aussi impossible que ce le fut, elle portait son enfant. En fermant les yeux, sentant l’eau cajoler ses joues, elle ressentit presque ce petit être à l’intérieur d’elle, c’était réel, et en aucun cas Tatiana ne lui avait été infidèle. Elle l’aimait, d’un amour inconditionnel comme elle n’en n’avait jamais ressentit pas même avec les deux Originels, il était sa vie, son avenir, son monde, son souffle, ses espoirs, sa force, son moteur, son propre cœur. Ses sanglots comblaient le silence de la pièce, et elle sentait ses propres peurs l’envelopper d’une étoffe d’épines, poignardant son cœur lourdement. Loin d’elle l’idée de mettre un terme à cette grossesse, cet enfant était le fruit de son amour pour son vampire, mais lui, comment réagirait il en l’apprenant. Elle se souvenait de cette fois sous la douche où sa poitrine avait épousé les parois, tandis que ses reins s’activaient à faire naitre un plaisir en son sein, il l’avait lui-même prononcer, « risque zéro de te faire un enfant ». Tatiana n’arrivait pas à comprendre ce miracle de la vie, comment était il survenu, pourquoi ? Les minutes s’écoulèrent et elle retourna dans sa chambre, vêtue d’une robe blanche, de collant opaque noire, de ses bottes, ses cheveux lâchés, touchant du bout des doigts son chapelet avant de voir Dawn tout sourire toujours dans sa nuisette provocante lui tendant une valise.

- Je t’ai rendu service pour une fois… il voudra plus de toi donc je t’évite de faire tes valise… oh et pour ton chat, je te le lancerais par la fenêtre si Damon l’a pas mis en pièce avant. Dit elle en explosant de rire devant la porte de chambre.

- Il se passe quoi ?

- Elle a trompé Damon !

- C’est faux je l’ai pas trompé ! Dit elle de lourdes larmes tombants de ses yeux.

- Ca change rien il te croira pas… Je vais prendre possession de ma nouvelle salle de bain… bon voyage Tatiana heureuse de t’avoir battu !

- DAWN !!!

Elle partit en chatonnant pour aller dans cette salle de bain dont elle venait tout juste de sortir. Tatiana regarda ce sac à ses pieds, et éclata en sanglots silencieusement, sentant les bras de Sean la saisir doucement pour la réconforter contre lui. Il ne comprenait pas ce qui se passait, et la recula doucement, se baissant au niveau de son regard.

- Tatiana dis moi ce qui se passe que je puisse t’aider…

La petite sorcière fit un non de la tête, le visage déformé par ses larmes, et la douleur qui naissait dans son cœur. Elle passa le revers de sa main sous ses yeux pour essuyer la moindre perle saline, et agrippa son sac pour descendre les escaliers sous le regard médusé du chasseur et celui de Stefan qu’elle croisa dans un couloir. Son sac possédant le peu d’affaire qu’elle avait, était dans ses mains, alors qu’elle fixait les flammes dévorées par la cheminée, Tatiana entendit la voiture de son vampire se garer devant le manoir, puis la porte d’entrée s’ouvrir, et ensuite ses pas se diriger vers elle. Elle se retourna doucement sur lui, voyant déjà son regard la fixer, son visage déformé par l’inquiétude de ses larmes, puis sur le sac qu’elle portait. Quand il avança dans sa direction elle fit un pas en arrière lâchant son sac à ses côtés. Ce geste aussi futile soit il, le fit se stopper et la regarder, alors qu’elle répétait inlassablement dans sa tête la façon la plus douce de lui annoncer.

- Il faut que je te parle Damon.

Sa voix était remplit de sanglots, mais aucune larme ne tombait, elles étaient prisonnières de ses yeux. Elle fit un nouveau pas en arrière, baissant le menton sur le tapis, avant de prendre une bouffée d’air et de relever son regard au sien, se sustentant de ses yeux océans qu’elle n’aurait sans nul doute plus l’honneur de contempler au point de s’y noyer.

- Je sais pas comment ça a pu se produire, c’est pourtant impossible, mais je t’ai jamais mentit, je t’ai jamais rien caché, j’ai toujours été honnête envers toi parce que je t’aime… je t’aime tellement Damon…

Son cœur pulsait dans sa poitrine comme jamais, l’angoisse la gagnait au point qu’elle se raidissait d’elle-même devant lui, ses bras le long du corps elle prit une nouvelle inspiration, peinant à faire sortir cette vérité.

- Je… je porte… Elle ferma un instant les yeux et les rouvrit Je porte ton enfant… En voyant les traits de ses sourcils elle trembla d’elle-même Je te mens pas… écoute… écoute son cœur… Dit elle en posant ses deux paumes sur son ventre C’est le tien Damon, je t’ai jamais trompé… je te le jure…

Tatiana examinait avec peur les traits de son visage magnifique, appréhendant sa réaction alors que son attitude ne lui laissait aucun aperçu sur ce qu’il allait faire. Le silence s’installa, et il était comme de milliers de poignards venant couper son cœur avant d’y enfoncer doucement les lames. Long, lourd et épuisant, elle ne savait combien de temps s’écoula entre ses dernières paroles et celles qu’elle allait prononcer, mais il fut interminable. Ses lèvres tremblaient, les larmes dans ses yeux également, et que dire de son état face à lui. Elle était perdue, paniquée à l’idée de perdre cet homme formidable qu’elle aimait à s’en faire saigner elle-même les veines s’il le fallait. Une larme fila enfin de ses yeux alors qu’elle ne lâchait pas les siens du regard.

- Damon… dis quelque chose… même si tu me hurle dessus ou me demandes de partir…. Parle moi… je t’en prie…


HRP : J'ai eu autorisation de Stefan pour le faire apparaitre dans mon post Wink
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Sam 4 Jan - 22:16

Une étrange sensation s'était logée en lui lors de leur visite dans le musée des esprits, son cœur avait battu, il l'avait parfaitement senti pulser dans son thorax, avait ressenti ses poumons s'emplir d'air et constaté la température de sa peau sur celle de Tatiana, elles étaient semblables. Ce n'était qu'un tour de passe passe des magiciennes qui ne le portaient pas en estime, elles désiraient lui faire passer quelques épreuves torturantes pour le mettre en garde concernant l'inestimable sorcière dont il tenait la vie entre ses mains, le moindre faux pas Salvatore le paierait très cher, s'il ne se punissait pas lui même avant de subir la frappe spirituelle de ces nécromanciennes redoutables et amères, et il en avait pleinement conscience mais rien ne lui arriverait, rien ne viendrait la troubler s'il restait en vie aussi longtemps qu'elle foulerait ce monde. Ce qu'il avait vu -du moins ce que ces esprits avaient désiré lui offrir- n'était qu'un moment à venir si toutefois il mettait la main sur la cure et redevenait humain pour lui dédier l'existence qu'il souhaitait pour elle, il aurait eu une enfant, une magnifique petite fille qu'il avait vu mourir sous ses yeux avant de lui même s’effondrer.

Au volant de la convertible, subitement une brûlure intense lui chatouilla le cœur, ce n'était pas l'opale qu'il avait posé sur le tableau de bord devant lui mais bel et bien l'organe qui se serrait en repensant à cette scène horriblement désagréable et sanglante. Sa fille, celle qu'il n'aurait jamais suite à son choix, était morte devant lui et bien que cette chose n'arriverait jamais, lorsqu'on avait poignardé cette enfant sublime ce fut comme si on l'avait tué lui même. Les sourcils froncés, il baissa le menton sur sa chemise sombre et passa la main entre la boutonnière et sa peau, à l'endroit où il avait battu quelques jours plus tôt, pour apaiser une blessure invisible. Les traits rongés par une souffrance qu'il n'aurait dû ressentir, il serra les mâchoires et redressa le nez sur le pont qui se présentait à lui. Salvatore leva le pied et décéléra lentement pour ensuite tirer le frein à main et s'extirper de l'habitacle. Le vent s'infiltrait sous les pans de sa chemise, lui caressait le visage sans lui infliger quelconque tremblement et il avança vers la balustrade rouillée contemplant l'eau un long moment tandis que sa main jouait dans sa poche sur les contours rond d'un bijou dont il n'avait plus besoin. Le vampire sortit l'anneau de son jean et les lueurs des diamants brillèrent sous les rayons du soleil d'hiver, le front plissé, il contempla ce souvenir d'une fille dont il ne voulait pourtant se remémorer que sa phase humaine, un côté d'elle qui avait sombré, tout comme son cœur généreux, lorsqu'elle avait muté. Je t'en prie, ne fais pas ça Damon... je vais mourir Étrangement, lorsqu'il entendit ces mots au creux de son esprit, Salvatore émit un rictus et fixa le vide à ses côtés comme si la jeune vampire avait été présente. Tu n'as plus aucune valeur pour moi. Un poids quitta son être lorsqu'il lâcha la bague qu'il ne regarda même pas couler dans le fleuve en contrebas. C'était terminé depuis bien longtemps mais ce geste lui ôta chacun des souvenirs douloureux qu'il avait d'elle mais, si toutefois elle osait revenir, il aurait son cœur à vider du venin dont elle l'avait rempli et il valait mieux pour elle qu'elle soit plus forte sans quoi une énième tentative de suicide de sa part ne le chagrinerait pas le moins du monde, qu'elle meurt si tel était son choix, désormais il n'interviendrait plus pour elle, elle n'était plus rien et ne serait jamais plus qu'une grave erreur à ses yeux.

Une demie heure plus tard, Damon garait la voiture dans l'allée, son ouïe -tiraillait dès l'entrée des roues dans l'allée- à l'affût des pas et agissements dans le manoir qu'il rejoignait l'air préoccupait, Dawn faisait encore des siennes et il savait ce qui lui restait à faire. Cette gamine était une épine dans la paume de Tatiana tout autant que dans la sienne et visiblement son frère ne parvenait pas à calmer ses ardeurs alors soit, Salvatore s'en chargerait lui même et elle risquait de s'en rappelait à vie. Amer, il foula le seuil et claqua la porte derrière lui, redressant le regard sur sa sorcière qui descendait les marches, des sanglots plein les yeux, une valise en main. Immédiatement ses entrailles lui jouèrent des tours, le brûlèrent au même titre que son palpitant qui se serrait vivement. Il fixa les prunelles de son frère qui filait ailleurs, lui faisant un signe qui décrivait Dawn sans qu'il n'ait eu à dire un mot, et il serra les poings avant d'avancer pour frôler l'épaule de son humaine au bas des marches, observant déjà le couloir du haut, prêtant l'oreille à ce que cette peste manigançait encore. Damon se tourna vers Tatiana et s'approcha jusqu'à la voir reculer et lâcher son sac, il sourcilla sans dire un mot, préoccupait par son état, interrogatif quant à ce qu'elle faisait et sa façon d'agir face à lui. Elle n'était pas elle même, un simple regard posé sur elle lui indiquait que quelque chose la brisait sans qu'il puisse en connaître la raison, était-ce lui ? Avait-elle des doutes ?

Il faut que je te parle Damon. Elle fila vers la cheminée et il tenta une fois encore de s'approcher mais son attitude l'en empêcha. Salvatore avala sa salive, si elle partait que ferait-il ? A qui servirait-il s'il ne l'avait plus près de lui ? Je sais pas comment ça a pu se produire, c’est pourtant impossible, mais je t’ai jamais menti je t’ai jamais rien caché, j’ai toujours été honnête envers toi parce que je t’aime… je t’aime tellement Damon…

Stoïque, il riva les yeux une seconde vers la montée des marches et tourna derechef le menton vers elle, elle sombrait sans qu'il ne sache la raison qui la mettait dans un tel état, pourquoi diable lui parlait-elle de mensonge alors que même lorsque Klaus était venu ici, qu'elle ne l'avait pas laissé entré mais préféré parler avec lui au dehors, elle avait été honnête bien qu'elle savait qu'il n'appréciait nullement cet Originel -ni aucun autre d'ailleurs, Elijah faisant exception quant au vieux marché passé avec lui qui pourtant n'avait plus lieu d'être ces derniers temps-, Tatiana avait toujours été franche, loyale et aimante, alors pourquoi tant de sanglots comblaient sa voix lorsqu'elle lui disait qu'elle l'aimait ? Un instant, songeant aux vampires Mikaelson, il imagina que son amour pour deux d'entre eux l'avait convaincu de faire machine arrière et de l'abandonner pour les bras de l'un d'eux, Niklaus avait pu lui faire peur, l'obliger à le rejoindre en menaçant les têtes de ce manoir... Le buveur de sang blêmit subitement, sentant son âme se tordre en lui au point d'y loger une souffrance incontrôlable qui éclaterait lorsqu'elle prononcerait des mots qu'il désirait pourtant entendre pour se rendre à l'évidence qu'il s'était une fois de plus trompé, qu'il avait cru possible un amour clairement contre nature qu'il ne méritait pas. Salvatore baissa les yeux vers les bûches qui crépitaient, ses phalanges pliées fortement contre ses paumes à lui en blanchir la peau plus que d'ordinaire.

Je… je porte… Je porte ton enfant… Il leva le regard et plongea les yeux dans les siens, les lèvres entrouvertes, figé sur ce corps qu'il avait tant de fois serré sans imaginer cette chose possible une seule seconde.

C'est impossible... Souffla-t-il sans qu'elle ne puisse entendre, sa tête lui jouant des tours au point qu'il ne pouvait réagir et comprendre la véracité de ses propos.

Je te mens pas… écoute… écoute son cœur… Elle s'approcha vivement et saisit ses paumes qu'elle déposa contre son ventre sans stigmate. C’est le tien Damon, je t’ai jamais trompé… je te le jure…

Il entendit ces pulsations, aussi futiles étaient elles, il les entendait parfaitement et les sentait vibrer sous ses doigts sans y croire, l'enfant des jours précédents, cette petite fille était là, en elle sans qu'il ne fut capable de savoir pourquoi, il ne pouvait pas donner vie, il avait simplement le pouvoir d'engendrer des créatures sanguinaires mais aucunement le don de donner la vie en s'unissant à une humaine. Il recula, s'éloigna d'elle, les phalanges rivées sous ses yeux, imaginant le sale tour que lui jouaient encore ces ectoplasmes sans cœur, cherchant le truc alors qu'il savait au fond de lui qu'il n'y en avait aucun, elle était enceinte... elle portait la vie... Damon se retourna et ferma les yeux, le menton vers le plafond comme pour mieux penser, tout ce qu'il avait ressenti lorsqu'il s'unissait à elle était parfaitement réel, mais pourquoi ? Pourquoi lui offrir une chose qu'il avait consciemment refuser pour la seule protection de celle qu'il aimait à en mettre à feu et a sang le monde pour qu'elle vive si cela lui était ordonné ?

Damon… dis quelque chose… même si tu me hurle dessus ou me demandes de partir… Il baissa le visage et rouvrit les yeux puis se tourna lentement vers elle, fixant son abdomen sur lequel son ouïe était attentive. Ce cœur battait encore et accompagnait les pulsations plus vive de celle qui portait ce miracle en elle. Parles moi… je t’en prie…

Qu'elle parte... Il n'y songea pas une seconde mais il était prisonnier d'un univers étrange, il était persuadé vivre un second songe, duquel il émergerait avec douleur, déjà les souvenirs du premiers lui nouaient la gorge au point de lui arracher un souffle douloureux qu'il emprisonna entre ses dents scellées. Son enfant... il entendait la vie évoluer en elle, en son étoile qu'il chérissait au delà de l'amour lui même, jamais il n'aurait pu songer être père depuis sa transformation, jamais cela n'aurait dû arriver et pourtant c'était bel et bien l'instant présent qui se déroulait devant lui. La chaleur intense du feu et les sons alentours étaient bien trop réels pour qu'il s'agisse d'une vision maligne, Tatiana allait donner la vie d'ici quelques temps à leur enfant, son enfant, sa fille qu'il pensait ne plus jamais revoir ailleurs qu'en rêve. Sans mot, il avança rapidement vers elle tandis qu'elle fermait les yeux pour recevoir des réprimandes et accusations qu'il n'aurait jamais à son égard, dans son élan, Damon redressa les paumes et les logea à ses joues tempérées, écrasant ses lèvres contre les siennes avec une passion débordante, un amour infini et une tendresse innée, avec toutes les émotions puissantes et savoureuses qu'elle logeait en lui et plus encore lorsqu'il sentit sa poitrine épouser son torse, qu'il pouvait entendre le cœur de cet être en devenir pulser doucement en son sein. Ce baiser scella son amour pour elle alors qu'il venait d'enterrer celle qui l'avait achevé, il scellait une promesse intense que de l'aimer, la protéger et de veiller au jour d'un enfant qu'il n'aurait jamais cru avoir. L'une de ses mains quitta sa joue et se logea à sa taille, son pouce effleurant la naissance de son ventre tandis que son front rejoignait le sien et qu'il ouvrait ses yeux au cœur des siens.

Je n'ai jamais douté de toi, je ne douterai jamais de toi Stella. Souffla-t-il, reculant légèrement pour la dépeindre tendrement. Je t'aime, j'ai confiance en toi, peut-importe si ça nous était impossible, elle est là... et je l'aime déjà...


[...]

Quelques jours filèrent, un soir alors que le manoir était vide de toute présence, la belle logée contre lui dans le sofa près du feu, Damon lui embrassa les cheveux sans plus songer au passé. L'avenir lui tendait les bras et, entre deux soupirs de la jeune fille, ils évoquèrent quelques prénoms qui le firent tous grimacer, il avait vu leur enfant, elle était magnifique et l'affubler d'un nom banale ne lui faisait pas envie, aussi, lorsqu'elle en sortit un dernier, qu'elle vit son air perplexe et la moue terrible qu'il tirait, Damon lui déposa doucement la tête sur l'assise, se redressa et enfila sa veste, lui tendant son manteau alors qu'elle le fixait en un air interrogateur. Une fois vêtue, il la tira dans les bois, la soulevant sa mal contre lui pour rejoindre la clairière au ravin, là où elle l'avait empêché de se tuer, des lucioles brillaient et il ne douta pas qu'elle serait séduite en rouvrant les paupières tandis qu'il logeait le menton à son cou, dans son dos, ses mains jouant de caresses tendres contre son ventre. Lorsqu'elle se tourna, il encercla ses boucles à deux paumes et les lissa en un sourire de coin, mystérieux comme il l'était jadis, ses hanches bougeaient lentement contre elle, tandis qu'il faisait mine de la mordre au cou, appréciant ses rires et sourires pour qui il tuerait volontiers puis, ses mains se logèrent sous son menton et il l'embrassa du bout des lèvres avant de passer la langue sur sa pulpe inférieure.

Laisses moi m'infiltrer dans ta tête... Lorsqu'il vit son froncement de nez, Damon leva les yeux au ciel comme pour lui démontrer -sans méchanceté mais avec une pointe d'humour- qu'elle ne connaissait rien aux créatures dont son sang avait engendré l'espèce. Je peux hypnotiser, faire preuve de rapidité, de force mais aussi insinuer des songes ou rappeler des choses... Un sourire inversé au visage il termina. ce qui, au passage, sera pratique lorsque tu perdras la boule en vieillissant. Lorsqu'elle lui tapa le torse, il emprisonna sa main et logea celle-ci à son cœur avant de l'interroger du regard. Tu permets?

Quand elle accepta, Damon lui intima de fermer les yeux, une main contre son visage poupin. Ce qu'elle put voir était simplement ce qui suivrait, cependant le mystère entourant le vampire il souhaitait être sûr avant de le faire vraiment, ainsi il éviterait tout mal aise et serait certain de ne rien empresser. Il pressa ses paumes dans les siennes et les abandonna un instant pour n'en saisir que l'annulaire auquel il fit glisser une bague chère à son cœur et lui saisit la main avant de sortir de son esprit et la laisser rouvrir les yeux. Salvatore contempla son regard et son sourire.

Je n'ai fait cela qu'une fois avant toi, ça ne s'est pas terminé comme je l'imaginais mais en un sens... je peux m'estimer heureux car tu es là. Dit-il avant de rouler des yeux et d'ancrer un genoux au sol comme on le faisait à l'époque de la jeune femme, il sortit l'écrin et l'ouvrit devant elle. J'ai l'air stupide, c'est kitch mais... Stella, épouses moi... Avant qu'elle n'ouvre la bouche il lui indiqua de se taire une seconde. Ce soir, épouses moi Tatiana.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Dim 5 Jan - 0:34

Tatiana se tenait devant lui, attendant la sentence, imaginant déjà les hurlements qu’il allait poussé à son encontre, les mots tranchants qu’il prononcerait, son regard d’ordinaire magnifique à contempler devenir si dure, si froid qu’elle en tremblait d’avance. Sa réaction, son geste de recul ne lui indiquait rien de bon, Dawn avait elle raison ? Allait il la repousser, voir en elle une infidèle qu’elle n’était clairement pas ? Malgré les buches qui ravageait la cheminée, l’ambiance était froide, lourde, comme si une tempête allait exploser, mais que le silence préparait le terrain où elle serait victime d’un cataclysme. Ses bras le long de son corps tremblant sans qu’elle ne bouge d’un pas pour le rejoindre, Tatiana pinçait ses lèvres entre elle, ravalant ses sanglots pour ne pas faire de bruit, alors que tout parlait pour elle. Son cœur martelait sa poitrine lui infligeant une douleur atroce, celle de la perte imminente de l’homme qu’elle aimait, un amour qu’elle n’avait jamais ressentit pour quiconque et qu’elle ne ressentirait jamais plus. Lorsqu’il se retourna lentement sur sa silhouette, elle hoqueta en voyant son regard se porter sur son ventre, elle n’arrivait pas à discerner ses émotions, ni aucun de ses ressentis comme elle avait pu le faire lorsqu’ils s’étaient vu pour la première fois au bord de cette falaise. C’était comme si une barrière s’était construite entre eux, elle n’entendait plus le crépitement des flammes, uniquement les rires de Dawn dans sa tête, sa propre souffrance revenir à ses oreilles. Quand elle le vit s’avancer vers elle à vive allure, elle prit une inspiration pour se donner du courage en fermant les yeux, se préparant à affronter ce qu’elle n’aurait jamais cru voir se dessiner. Ses paumes rejoignaient son visage, et ses lèvres s’écrasèrent sur les siennes, sous le coup de l’émotion, le cœur de la petite sorcière bondit dans sa poitrine, loupant un battement alors qu’elle ressentait la passion dévorant son vampire s’infiltrer dans les pores de sa peau. Sa poitrine se soulevait comme si elle manquait d’oxygène mais il n’en était rien, elle était soufflée par sa réaction, par l’amour puissant qu’elle ressentait pour lui. Elle se redressa sur la pointe de ses pieds, l’une de ses paumes se pressant dans sa nuque, l’autre dans le bas de son dos afin de se coller à lui, et lui prouver en de simples gestes, et un simple baiser, à quel point elle l’aimait comme si tout allait s’effondrer d’une minute à l’autre, comme si c’était sa dernière chance. L’une des mains de son vampire, glissa de sa joue à sa taille, son pouce caressant son ventre qui abritait leur enfant, le fruit de leur amour, de la passion les dévorant, de cette chose unique que tout deux partageaient ensemble. Elle profita un instant de son front contre le sien, les yeux toujours clos, alors que son souffle était saccadé avant de se perdre dans l’océan magique de Damon.

Je n'ai jamais douté de toi, je ne douterai jamais de toi Stella. Elle pinça ses lèvres entre elles, hochant de la tête, une larme roulant sur sa joue Je t'aime, j'ai confiance en toi, peut-importe si ça nous était impossible, elle est là... et je l'aime déjà...

Un doux sourire migra sur les traits de Tatiana, elle, il parlait de leur fille, de ce petit ange brun aux yeux aussi brillant que ceux de son père. Cet être magnifique qu’ils aimaient déjà à s’en faire péter les veines, à en arracher des cœurs si l’ombre d’une menace planait au dessus de son minois.

Un soir, au coin du feu, celui-ci étant l’unique source de lumière de la pièce, Tatiana se sentait apaisée, allongée dans les bras de son vampire, sa tête posée contre son torse, alors qu’elle sentait ses baisers sur ses cheveux, lui donnant de fins sourires adorables au coin des lèvres. Aucune tristesse ne l’habitait, pas même le stress qu’elle ressentait bien souvent au manoir, car Dawn n’était pas là en ce jour. Elle ignorait où elle se trouvait et pour tout avouer elle s’en fichait éperdument, elle était tranquille avec Damon et rien ne viendrait perturber ce moment de tendresse entre eux où ils réfléchissaient déjà à un prénom. La tâche semblait simple quand on voyait les couples s’y atteler, mais lorsque c’était son tour, tout était différent. Ce miracle qu’elle portait ne pouvait pas avoir un nom des plus communs, il devait être à la hauteur de cette enfant, à la hauteur de sa beauté. Tatiana énumérait des prénoms sans grande conviction et quand elle regardait la petite moue de Damon celle-ci la faisait sourire. Ninon, Calie, Mia, furent les derniers qu’elle souffla avant de le voir se relever et déposer doucement sa tête sur l’assise. La petite sorcière le suivit du regard, le voyant revenir dans sa veste de cuir et lui tendre son manteau. Elle fronça des sourcils, scrutant un instant l’heure affichée sur l’horloge, avant d’attraper l’étoffe. Lorsqu’il la porta contre lui, elle ferma les yeux et camoufla son visage dans son cou, riant doucement en sentant son corps prendre de la vitesse avant de les ouvrir sur un endroit qu’elle connaissait parfaitement. C’était ici qu’elle l’avait vu pour la première fois, à cet endroit même qu’elle l’avait sauvé d’une mort qu’il cherchait à s’infliger pour un amour perdu, un amour à l’attention de son double. Les lucioles brillaient à quelques endroits et ses yeux s’émerveillaient de la nature les environnant, de la splendeur des lieux où elle n’était jamais revenue, sentant les caresses qu’il offrait à leur fille, son menton logé contre son épaule. Elle ferma un instant les yeux, profitant de ce moment avant de se retourner sur lui. Contemplant son sourire en coin, ses yeux malicieux, et sentant ses hanches berçant les siennes, alors qu’elle riait doucement, les yeux pétillants juste pour lui.

- Qu’est ce qu’on fait ici ?

Laisses moi m'infiltrer dans ta tête...

Tatiana plissa du nez, fronça des sourcils sans comprendre ce qu’il lui demandait vraiment. Comment et pourquoi voudrait il s’infiltrer dans sa tête. Quand elle le vit lever la tête vers les étoiles, elle ne pu s’empêcher de sourire en penchant doucement son minois.

Je peux hypnotiser, faire preuve de rapidité, de force mais aussi insinuer des songes ou rappeler des choses… ce qui, au passage, sera pratique lorsque tu perdras la boule en vieillissant.

Une moue faussement offusquée se traça sur son visage alors qu’elle lui rivait une tape sur le torse. Elle savait qu’elle vieillirait et que lui resterait intact, mais pour l’instant elle ne voulait guère songer à ce moment, où elle aurait perdu de sa beauté d’antan, où elle prendrait des rides, des cheveux blancs et serait peut être malade… à ce moment où elle l’abandonnerait tout en l’aimant comme jamais.

Tu permets?

Elle hocha de la tête et ferma les yeux comme il le lui fit comprendre. La seule chose qu’elle vit les yeux clos fut son vampire, prendre sa main en la scrutant et faisant glisser une bague à son annulaire. Une bague magnifique comme elle n’en avait jamais vu, un sourire naquit sur ses lèvres alors qu’elle n’avait pas encore rouvert les yeux. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, un sourire splendide sur son visage, elle regarda un instant la main qu’il tenait au creux de la sienne, ne comprenant pas vraiment pourquoi il lui avait fait voir ce songe. Damon ou le mystère incarné, était face à elle, en la scrutant attentivement.  

Je n'ai fait cela qu'une fois avant toi, ça ne s'est pas terminé comme je l'imaginais mais en un sens... je peux m'estimer heureux car tu es là.

Tatiana le regarda en arquant d’un sourcil face à se roulement d’yeux, ne comprenant pas vraiment où il voulait en venir. Elle savait quelques anecdotes de son histoire avec Elena mais n’avait jamais posé de questions à son sujet, préférant le laisser tranquille, et se confier s’il en ressentait le besoin. Quand elle le fit s’affaisser sur lui-même, ancrant un genou au sol, le cœur de Tatiana bondit sous ses yeux ronds. La paume de sa main libre rejoignit ses lèvres, alors qu’elle l’observait le cœur pulsant en une danse effrénée dans sa poitrine.

J'ai l'air stupide, c'est kitch mais... Stella, épouses moi...

Damon Salvatore avoir l’air stupide ou exécuter quelques chose de kitch ? Jamais impossible tout ce qu’il faisait émerveillait toujours sa sorcière, et là alors qu’elle allait ouvrir les lèvres, il lui intima de se taire. L’émotion la gagnait déjà, elle sentait son cœur chantonner d’amour, son corps trembloter face à cette surprise, ses yeux se rivant dans les siens, avant de se poser sur cette bague magnifique qui lui filait la chaire de poule. Elle qui pensait le perdre quelques jours plus tôt le voyait aujourd’hui agenouillé devant elle à lui offrir son cœur, un avenir avec lui, une promesse d’être là à chaque instant de son existence, lui demandant sa main et son cœur.

Ce soir, épouses moi Tatiana.

La sorcière hoqueta, alors que sa poitrine se soulevait, hochant du bonnet alors que les larmes quittaient déjà ses yeux pétillants dans les siens. Alors qu’un immense sourire se dessinait sur son visage, alors qu’elle hochait grandement son minois pour dire oui. Incapable de prononcer un mot, elle se laissa doucement tomber sur les genoux, posant sa paume contre la nuque de son vampire, picorant ses lèvres sans jamais quitter ses yeux.

- Oui… Un baiser Oui… Un autre baiser OUI !!! Dit elle en riant Je t’aime et je veux t’épouser !

Elle ferma les yeux englobant son visage adorable entre ses paumes, se collant à lui pour dévorer ses lèvres comme si elle manquait d’elles. Elle se recula doucement contemplant son visage, ses yeux d’un bleu intense, alors que l’arrête de leurs nez se chatouillaient, avant de tourner son regard en entendant la branche d’un arbre céder sous un poids. Elle vit Sean les regarder hésitant à avancer.

- J’arrive trop tôt ? Tatiana arqua d’un sourcil Faut que tu me suives… Dit il dans un sourire.

Tatiana regarda son vampire qui lui intimait d’y aller, et elle déposa un dernier baiser sur ses lèvres avant de se redresser et de rejoindre Sean avec le sourire. Un trajet en voiture plus tard, elle se retrouva devant le manoir qu’elle avait quitté quelques minutes plus tôt. Elle entra à l’intérieur, retirant son manteau avant de se retourner vers Sean l’interrogeant quant à la marche à suivre. Il lui pointa l’escalier en un sourire doux, et Tatiana gravit les marches, rencontrant Katherine dans un encadrement de porte. Les lèvres entrouvertes, elle laissa son regard glisser sur elle, elle était splendide. Une longue robe noire, fendue, mettait ses courbes démoniaques en valeur, Tatiana la regardait le regard pétillant comme si elle avait sous les yeux, la plus belle merveille du monde.

- Katherine… t’es… wahou… y’a pas de mot…

Souffla t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Dim 5 Jan - 2:09

Our Destiny

Damon faisait désormais dans la surprise, pas de doute quant au fait que son frère déteignait sur lui ce qui en soit ravissait Katerina qui n'avait pour seul désir que de les voir réuni comme lorsqu'elle les avait connu. La petite niaise était bel et bien évincée dans la course au cœur du ténébreux Salvatore et Tatiana avait remporté ce Graal tant convoité le jour où elle l'avait sauvé d'un sombre destin. D'abord septique et froide à son égard, Pierce avait revu son jugement en apprenant ce que ce petit bout de femme, aux reflets parfaits de son minois, avait fait pour Stefan et elle, désormais elle lui offrait sa confiance et veillait -sans le laissait paraitre- sur cette ancêtre cher aux prunelles glacials de Damon. Tatiana pouvait compter sur elle sans même que sa descendante n'ait eu à le lui dire, c'était comme naturel, comme évident alors que lorsqu'il s'agissait d'une quelconque alliance avec Elena, la belle pensait d'avantage à lui briser son fragile petit cou que de devoir être son pilier. Fort heureusement Gilbert n'était pas réapparue et si elle pouvait disparaitre, quelle que soit la façon dont elle le ferait, Katherine se sentirait sans doute plus sereine sans pour autant jamais avoir angoissé face à ce vampire insignifiant. Elle avait gâché la chance dissimulée que lui avait tendu Petrova en la transmutant, preuve indéniable pour la brunette que certains ne méritaient pas qu'on se retourne sur eux, et elle était sans nul doute la plus grande preuve à offrir aux personnes doutant que quelques humains n'étaient bons à rien dans la vie comme dans la mort.

Quittant le paravent de leur chambre, Katherine se logea devant le miroir, lissa les pans de sa robe noir, en ajustant le voile qui dessinait parfaitement son cou et pinça les boucles à ses oreilles, de petites perles qu'elle recouvrit de ses boucles. Satisfaite de son image, elle se percha sur ses talons et redressa une mèche de ses cheveux grâce au peigne que lui avait offert son vampire et se tourna sur lui, le sourcil arqué, l'air intéressée d'une enfant devant son héros fiché au minois, lorsqu'il pénétra la pièce dans son costume. Elle esquissa un sourire, mutine comme toujours, la belle fit quelques pas vers lui et lissa sa cravate qu'elle tira vers elle pour rejoindre ses lèvres et s'y pendre sans pudeur, avant de reculer et d'ajuster le nœud en se pinçant les lèvres.

Nous serons seuls ce soir... toi et moi, le manoir à nous et... Elle leva un sourcil lorsqu'elle vit Sean devant la porte ouverte, il se raclait la gorge comme pour attirer l'attention. Hannn, j'avais oublié que tu avais un neveu. Soupira-t-elle avant de couvrir ses lèvres de baume parfumé.

J'y vais! Il fila et Katherine, encore devant le miroir sur pieds tourna la tête lorsqu'il recula pour saisir ses iris noisettes. Et, Kath, je reste là ce soir... alors si tu pouvais éviter de... Lorsqu'il fit allusion à ses ardeurs, Pierce saisit un magazine sans intérêt et lui jeta au visage tandis qu'il riait aux éclats.

Heureusement que sa sœur n'est pas là, j'aurai volontiers brisé ses rêves pour calmer mes... Elle se tourna vers lui et sourit. envies peu avouables à votre sujet Monsieur Salvatore. Peux tu ? Interrogea-t-elle la chaîne de son camée filant de sa paume ouverte. Petrova se plaça devant le miroir les yeux perdus dans le siens pendant qu'il accrochait son bijou. Je t'aime mon vampire. Sourit-elle en un regard teinté de flammes.. Lorsqu'il saisit la housse -contenant le nécessaire de son frère- et tourna le dos, elle fut devant lui en une fraction de seconde. Tu iras en enfer... tu es trop sexy et tu tentes ma pauvre âme pudibonde. Elle rit et le laissa filer pas moins sans incliner la tête, un bras contre l'encadrement de porte, afin de se délecter de son corps parfait.

Quelques minutes filèrent, des secondes durant lesquelles Katerina déposa le nécessaire sur sa coiffeuse et sortit la robe choisie pour la sorcière de son écrin de velours, elle la pendit derrière le paravent et attendit sagement. Ses pensées filèrent à l'enfant qui viendrait au monde dans quelques temps, personne ne savait comment cela fut possible mais tout il advenait que sa futur belle sœur et ancêtre portait un Salvatore en elle, du moins une, d'après ce qu'avait évoqué l'aîné de la famille. Une petite fille donc, une autre Petrova et sorcière sans nul doute étant donné la nature de sa chère mère, verrait le jour dans les mois avenir et elle qui n'avait pu jouir de la tendresse de sa propre chair, savait combien Tatiana devait attendre cette rencontre inespérée, elle avait eu une enfant jadis, qui à son tour avait fait perdurer la lignée des Petrova mais cette dernière était morte sans même avoir connu sa mère, tout comme Katherine savait sa descendante directe disparue depuis des lustres. Mélancolique un instant, elle se prit à imaginer comment avait vécu cet être qu'elle n'avait eu qu'une minute contre son cœur et se prit à caresser ce ventre qui, jadis, avait abrité ce que la sorcière dissimulait tendrement dans ses entrailles. Pierce n'aurait jamais plus d'enfant, bien qu'elle aimait Stefan et qu'il l'aimait en retour, elle savait cela impossible et même si ce le fut un jour, elle n'avait d'yeux que pour son vampire et n'avait plus la fibre maternelle depuis des siècles. Elle fut tirée de ses songes par la porte d'entrée du bas, les pas du chasseur et de l'humaine ainsi que les battements de leurs cœurs, debout dans la chambre, elle caressa la peluche blanche au sang chaud qui avait élu domicile sur son lit sans qu'elle n'y prête attention et redressa les prunelles sur son double.

Katherine… t’es… wahou… y’a pas de mot… Pierce sourit et arqua un sourcil en la conviant à s’asseoir devant la coiffeuse, meuble duquel elle avait dissimulé le miroir pour l'effet de surprise.

Tu seras parfaite, encore plus que ce que tu penses de moi. Dit-elle en brossant doucement ses cheveux qu'elle parfit à coup de cire et de laque, les ajustant comme s'il s'agissait des siens, y allant de vitesse parfois ce qui surpris la douce sorcière. C'est là qu'être un vampire révèle ces avantages, comment croies tu que je me prépare aussi vite uhm ? Ce qui est bien mieux encore c'est... enfin, je ne vais pas te faire rosir. Mutine, Katerina continua d'opérer sur elle et la maquilla telle une poupée, comme elle l'aurait sans doute fait avec son enfant si on ne l'avait pas arraché à elle et ensuite traquée pour que jamais elle ne songe à la retrouver. Alors ? Tu n'as pas honte de me retirer l'honneur d'être l'unique femme à porter ce nom tant prisé? Elle rit et peignit ses lèvres avant de terminer par le blush. J'espère que tu seras aussi heureuse que je le suis, ces vampires aiment combler et être comblé, et Damon l'est je crois. Termina-t-elle en frôlant le ventre de la brunette qui lui octroya quelques frissons.

Pierce lui demanda de se relever et de passer derrière le paravent, ses mots, ses esclaffes et ses rires la firent sourire, elle rencontrait sa robe et s'empressait de l'enfiler, laissant ses vêtements rejoindre le sol, son cœur battant la chamade au point que Katerina l'entendait tambouriner dans ses tympans. Lorsqu'elle revint devant elle, Petrova ajusta le bustier et en laça le corset sans trop la serrer, elle était parfaite et ne manquait plus que les dernières touches importantes. Pierce la tourna vers le miroir sur pied et la laissa se contempler puis, elle ouvrit sa boîte à bijou, où la danseuse fit son office, en sortit un collier bleu qu'elle accrocha à son cou avant de la dépeindre comme une toile de maitre.

Quelque chose de prêté et de bleu... de neuf... Elle décrit la robe. Et, pour l'ancien, tu as Damon! Elle fit une moue et déposa les mains sur ses épaules. Ce collier est âgé, trois en un, bien que Salvatore premier suffisait à faire illusion. Un rictus au coin des lèvres, elle l'accompagna jusqu'au bas des marches puis sur le seuil ou Sean l'attendait près de l'ancienne voiture de Stefan, une attention de son vampire à l'égard de ce nouveau couple. Ton cavalier t'attend, je vous rejoins au plus vite, ne pleur pas sinon ton mascara va couler ma belle. Katherine la laissa partir et rejoignit sa voiture.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon)

Revenir en haut Aller en bas

Our Destiny (Damon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Duke University-