RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Our Destiny (Damon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Dim 5 Jan - 2:55


Tatiana et Damon enfin partit de la maison, Stefan retrouvait la demeure à allure vampirique, reprenant une cadence humaine en passant la porte de la maison pour se jeter sous une douche afin d’être près lorsque le feu vert serait envoyé. Enfilant son costard noir, sa chemise blanche et son nœud papillon, oui il allait pas se faire trop beau et voler la vedette à son frangin ! Il passa une main dans ses cheveux avant de descendre dans le bureau du manoir, se servant un verre de sang il resta un moment à contempler les flammes dansantes dans l’antre du diable. Passant sa langue sur sa lèvre, Stefan songeait à la tournure des événements. Elena était loin derrière eux, bannit à tout jamais de cette demeure, un acte de propriété au nom de la délicate sorcière qui berçait les jours de toute la famille. Grâce à elle, ils avaient la vie éternelle, grâce à elle son frère était encore en vie et croquait les jours comme il ne l’avait jamais vu faire pas même au bras de celle pour qui ils s’étaient battus de long mois. Elle était son salut, sa joie de vivre, et le comblait de maintes manières, usant d’un naturel déconcertant. Cette sorcière était un miracle en elle-même, et aujourd’hui plus que jamais il comprenait pourquoi les deux Originels s’étaient tant battu pour son cœur. Douce, attentive aux autres, désireuse de leur rendre l’existence plus facile, plus savoureuse, il ne comptait plus les gestes qu’elle avait fait pour leur famille sans jamais rien demandé. Par son bonté hors du commun, il avait pu revoir Lexi, partager un instant magique en sa compagnie et faire la connaissance de celle qui l’avait mise au monde, sans qu’il n’ait pu entendre le son de sa voix, sentir ses bras l’entouré, et lire la fierté sur son visage. Tatiana lui avait offert tant de chose, mais s’il la chérissait autant c’était surtout pour les bienfaits qu’elle exerçait sur son frère. Lorsqu’il était rentré de Paris, le voyant brulé les faires parts de son mariage, une bouteille en main, Stefan avait cru perdre l’une des personnes pour laquelle il foulait encore ce monde. Et bien que son sang était divin pour le boucher qu’il était, à aucun moment il n’avait ressentit l’envie de la tuer, de la gouter comme celle qui la dévorait quand il pensait à Edena. Son cœur mort s’était serré dans sa poitrine quand il l’avait vu descendre les marches de l’escalier, des larmes prisonnières de ses yeux, un sac entre ses paumes. A cet instant, Stefan avait eut peur de perdre à nouveau son ainé, de le voir à nouveau sombrer pour un amour qui le dévorait bien plus que celui qu’il avait ressentit pour Elena. Par pure respect, il n’avait pas prêté l’oreille à leur conversation, il s’était contenté d’attendre assis au bout du lit, les mains jointes un verdict qu’il ne souhaitait pas voir tomber. Et durant un court instant, l’idée même de mettre en pièce celle qui appartenait à leur famille, figée sous la douche de la chambre de son ainé lui avait traversé l’esprit. Stefan appréciait guère les attitudes de Dawn envers le premier double Petrova, et quand bien même elle ressemblait davantage à son frère qu’à lui, à aucun moment le cadet ne se souvenait avoir vu son frère infliger autant de mal à une personne innocente. Il avait bien des défauts, mais n’était jamais allé aussi loin, pas même lorsqu’ils bataillaient pour leur cœur de Gilbert.  Mais lorsque son oreille avait perçu les bruits des baisers qu’ils échangeaient, Stefan avait reprit le cours de son existence un sourire figé aux lèvres en compagnie de son épouse.

(Flash back : Le lendemain au petit déjeuné, silencieux, Stefan regardait Katherine affairée à lire les quelques lignes du journal narrant une de ses victimes dans les contrées voisines, Dawn et Sean activer à se chamailler, alors que lui accoudé au comptoir apercevait la sorcière et Damon entrer sourire aux lèvres dans la cuisine. Quand la nouvelle tomba, Stefan se redressa, les lèvres entrouvertes avant de lancer un regard à son épouse aussi surprise que lui. Dawn s’était brusquement redressé de sa chaise, au point que celle-ci grinça sur le sol à en faire serrer les mâchoires à Stefan.

- ELLE MENT !!! Damon c’est impossible t’es un vampire elle t’a trompé !!

La tasse de café s’était brisée entre ses doigts et aussi vivement qu’il le pu il encercla sa gorge de sa paume, la poussant contre un mur qui s’ébrécha dans son dos à l’en faire pâlir. Lorsque Sean s’était redressé dans l’optique de le calmer, Stefan avait migré son index en sa direction comme pour lui intimer de ne faire aucun geste. Serrant sa gorge fine entre ses doigts alors qu’elle y apposait les paumes comme le dégager, Stefan serrait de ses mâchoires à en faire grincer ses dents. Son regard rivé dans le sien, une rage le gagnant comme jamais, il approcha son visage du sien, alors qu’elle hurlait.

- FERME LA !!! Quand elle s’exécuta il resserra à nouveau sa prise Ferme là où je jure sur mes plus viles instinct Dawn, famille ou non, que je t’arracherais la langue, elle ne t’es nullement indispensable !

Les filigranes sous ses yeux avaient fait leurs apparitions comme pour lui démontrer qu’il ne plaisantait nullement. Après quelques secondes il la relâcha tournant son regard humain sur Tatiana, fixant son ventre et prêtant l’oreille jusqu’à entendre ce fin battement retentir, alors qu’un sourire se dessinait sur ses lèvres. Il ne savait pas encore par quel moyen, elle avait réussit à tomber enceinte de lui, mais jamais elle ne l’aurait trahit, il le sentait au fond de ses veines. Rapidement, et avec toute la joie qui l’habitait, il les avait serré dans ses bras et féliciter comme il se doit. Fin)

Nerveux pour son propre frère qui en cet instant se trouvait avec celle qu’il avait choisi, un genou à terre sans doute, et lui demandant sa main Stefan vidait le reste de son verre en fixant l’écran de son portable. Pas de nouvelle, glissant ses mains en poche une fois débarrasser du verre, il s’impatientait, se languissait de savoir si oui ou non, ce soir la toute dernière Madame Salvatore rejoindrait le clan officiellement. Quand bien même elle refuserait pour des raisons qui lui étaient propres, Stefan sentait à quel point elle l’aimait, et elle ferait toujours partie intégrante de leur famille, non seulement parce que Damon l’avait choisi, mais également parce qu’elle portait son enfant. Son téléphone vibra enfin en poche et Stefan s’activa à lire le message en un sourire. La machine était lancée, et vivement il se rendit dans l’une des pièces de la maison, pour retrouver sa délicieuse épouse. Passant sa langue sur sa lèvre en examinant la tenue enchanteresse qu’elle portait, une robe noire épousant parfaitement ses courbes, où l’une de ses cuisses en ressortait par la fente, octroyant des pensées peu catholiques au vampire. Lorsqu’elle agrippa sa cravate, Stefan colla son bassin au sien, ses mains épousant sa taille alors que ses yeux se sustentait de cette magnifique poupée qu’elle était.

Nous serons seuls ce soir... toi et moi, le manoir à nous et...

Ses lèvres effleuraient les siennes, alors qu’il se perdait dans ses yeux éclatant, avant d’entendre un raclement de gorge et de tourner son visage en direction de son neveu Sean.

Hannn, j'avais oublié que tu avais un neveu.

J'y vais! Stefan hocha de la tête avant de se concentrer à nouveau sur la merveille qu’il tenait entre ses paumes. Et, Kath, je reste là ce soir... alors si tu pouvais éviter de...

Salvatore sourit en voyant sa douce lui balancer un magazine, avant de rire à en entendant ceux de Sean dévalant les escaliers. Lorsqu’elle se retourna vers lui, il ancra à nouveau ses paumes à sa ceinture.

Heureusement que sa sœur n'est pas là, j'aurai volontiers brisé ses rêves pour calmer mes...

- Calmer vos quoi Madame Salvatore ?

Envies peu avouables à votre sujet Monsieur Salvatore. Peux tu ?

Il accepta du menton, prenant délicatement entre ses doigts ce bijou qu’affectionnait tant son aimée. Il laissait un de ses doigts glissé le long de son cou pour dégager sa nuque, faisant passer la chaine qu’il scella avant de mettre en son centre le camée. Ce geste aussi futile soit il, remémorait bien des souvenirs au vampire. Ses semaines passées en sa compagnie alors qu’il était encore humain. Puis ce moment qui avait fait renaitre tous les sentiments qu’il avait emprisonné dans un coffre fort, alors qu’il avait attenté à ses jours. Un sourire naquit sur ses lèvres quand il y repensa. Katherine l’avait sauvé d’une mort qu’il était prêt à se donner pour Elena, tout comme Tatiana avait sauvé Damon d’une mort pour le même motif… Ces deux femmes, ces deux doubles aussi magnifique l’une que l’autre –bien que sa poupée brillait davantage à ses yeux- les avaient sauvé à leur manière.

Je t'aime mon vampire.

- Je t’aime ma poupée

Dit il en baisant le creux de son cou avant d’attraper le cintre où trônait le costard de son frère. Lorsqu’il se retourna, Katherine était devant lui, et un sourire naquit sur ses lèvres alors qu’il les baisait avant de passer à ses côtés.

Tu iras en enfer... tu es trop sexy et tu tentes ma pauvre âme pudibonde.

Il se mit doucement à rire, et se retourna marchant à reculons.

- Vous m’y accompagnerez Madame Salvatore, pour avoir eu raison d’un boucher… Vous êtes époustouflante, les enfers eux même ne brule pas comme vous faite bruler mes entrailles.

Il lui envoya un baiser sans sa main, et quitta le manoir. Rejoignant sa lotus, collant le costard à ses côtés, et filant la route à toute allure pour rejoindre le futur marié. Lorsqu’il arriva sur les lieux, il se mit à sourire, sortant de la voiture, glissant ses mains en poche et s’approchant de lui en un petit air malicieux.

- Tu stresse ? Si tu veux je peux me la jouer à la Damon comme le matin de mon mariage tu te souviens ?

Dit il en riant doucement avant de faire une accolade à son frère et de lui river une tape sur la joue.

- Je suis aussi doué dans les sarcasmes tu sais…

Dans un sourire ravis, Stefan attrapa le costard de son frère et lui donna, le laissant tranquillement s’habiller alors qu’il contemplait l’horizon. Son frère, ce grand dadet qui faisait mine de vomir lorsqu’il était en couple avec Gilbert en les voyant s’embrasser, avait succombé lui aussi. D’abord avec Elena, mais sans savoir réellement pourquoi à l’époque, le cadet n’avait pu se résoudre à la voir porter l’alliance de leur défunte mère. Il ne croyait pas en leur histoire, Elena s’était montrée sous un tout autre visage et elle n’était aucunement une femme comme en avait besoin son ainé, tout comme Katherine d’ailleurs. Damon avait besoin de se sentir utile, de sentir qu’il était là pour protéger les siens, et Tatiana le comblait à la perfection dans son rôle. Il avait besoin de douceur, d’attention, d’entendre des rires provenant de ses éternels sarcasmes, d’avoir confiance en une femme, et surtout de ne pas s’inquiéter à tout bout de champs quant à ses agissements. Ne pas se faire de mauvais sang, quant à se demander dans quel pétrin sa moitié s’était encore fourrée. La première Petrova avait certes rencontré quelques problèmes, mais au grand jamais elle n’avait prit quelconques risques, ce n’était pas dans sa nature, elle tenait beaucoup trop à sa vie, et celle de leur famille pour s’y risquer. Elle était réfléchit, et avait cruellement besoin de son vampire à ses côtés, en somme elle était l’épouse parfaite pour Damon, et la mère idéale pour son enfant à naitre. Stefan tourna un instant son regard sur son frère, un sourire en coin, et s’exprima avec toute la sincérité du monde.

- La bague de maman, lui ira à merveille… C’était à elle qu’elle était destinée, et je suis vraiment heureux que tu lui offres… Maman l’adorerait, elle serait fière de toi…

Stefan s’approcha de lui, frappant ses épaules avant de sourire grandement quant à ce qui se dessinait derrière le dos de son ainé.

- Y’avait pas de raison qu’elle soit là pour m’embrasser au mien et pas au tien...

Dit il en souriant avant de forcer son ainé à se retourner pour contempler leur mère devant eux. Il n’avait pas fait appelle à Tatiana, ne devant en rien savoir ce qui se déroulait en cette soirée avant que son ainé ne lui demande sa main. Alors il avait fait appelle à une toute autre sorcière, sa grande amie Qet. Stefan abandonna son frère pour serrer sa mère dans ses bras déposant un baiser sur son front et échangeant quelques mots avant de les laisser tout deux ensemble.



    If you die I will be lost because i love you...

Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Dim 5 Jan - 19:02

Ses genoux touchèrent le sol et ses mains englobèrent ses joues, Damon ressentit alors le même bien être que lors de ce même geste -qu'elle avait eu à son égard- des semaines plus tôt lorsqu'il était au bord d'un gouffre qu'elle l'avait empêché de rejoindre. Ses lèvres baisèrent les siennes, il ferma les paupières pour savourer ses "oui" qu'elle accompagnait d'étreintes et de baisers qui lui arrachèrent maints sourires d'extase. Tatiana le désirait tout autant que lui la convoitait, au delà d'être près d'elle Salvatore voulait qu'elle soit son épouse, une femme comblée sur laquelle il veillerait jusqu'à ce qu'elle rende son dernier soupir mais il ne pensait pas à ce temps, il préférait voir l'avenir proche et son clan s'agrandir encore en y incluant une divine humaine et bientôt une petite fille qui n'aurait pourtant jamais dû voir le jour sans qu'il ne fusse aussi vivant que la magnifique sorcière contre lui à l'instant. Il érigeait enfin quelque chose de concret et de fort pour une autre personne que lui, il vivait malgré sa mort et s'épanouissait en des uniques regards sur elle en une simple oreille attentive aux deux cœurs battant en elle. L'une de ses mains dévala contre son ventre qu'il effleura du bout d'un doigt, les vibrations subtiles s'offraient à son toucher et il dégagea une mèche de ses cheveux, prisonnières de ses pétales de rose, afin de les embrasser avec mille et une douceurs tout en la redressant à la simple force qui lui était dû. Un bruissement de feuilles les interrompit et il tourna les yeux vers Sean qui venait la chercher comme convenu, sa belle lui fut enlevée en un doux baiser contre le front, leurs doigts s'abandonnant dans le vide avant qu'il fusse seul quelques minutes. Damon referma l'écrin qu'il avait en paume et fila vivement vers l'endroit où il s'unirait à elle.

Sur place, un rictus fendit le coin de ses lèvres tandis qu'il décrivait ce kiosque aux nombreux souvenirs, tout aussi douloureux qu'heureux, désormais il serait le plus bel endroit qu'il aurait foulé en ce monde, celui où son étoile lui dirait oui pour l'aimer et le chérir durant de nombreuses années. Les luminaires paraissait aussi doux qu'une poussière d'or au dessus de son visage, des fleurs -malgré la saison froide- couraient le long des colonnes qu'elles étreignaient en de subtiles senteurs, les criquets chantaient dans la pénombre et la surface plane de l'eau offrait une mélodie sur laquelle il ne s'était jamais attardé jusqu'à lors. La nuit emmitouflait cette place blanche aux paillettes suspendues dans les airs, des lucioles planaient près du lac, les roseaux chuchotaient tendrement, c'était simplement parfait sans être de trop. Sachant les sorcières liées à la nature, Damon avait cru bon de la prendre pour femme dans cet endroit, ce lieu même où jadis il était devenu un vampire et alors qu'à l'époque il avait haï son frère pour l'y avoir poussé, désormais il voyait l'endroit comme un signe de plus, sans cela, sans cet instant passé, il n'aurait jamais pu rencontrer cette merveilleuse jeune fille, il n'aurait jamais pu l'aimer aussi fort qu'il en ressentait les effets dans chacune de ses veines. Les mains en poche, fixant l'homme de foi qui les unirait, il émit un rictus... Son choix concernant ce prêtre était amusant, le même curé qui avait célébré l'union entre Stefan et Katherine, une fois encore, il oublierait les vampires après l'office pourtant il avait une bonne bouille et Damon lui sourit lorsqu'il ouvrit de grands yeux comme pour tenter de se rappeler où il avait déjà vu ce grand brun aux prunelles glaciales.

Tu stresse ? Damon arqua un sourcil et se tourna vers son frère. Si tu veux je peux me la jouer à la Damon comme le matin de mon mariage tu te souviens ? Salvatore ricana et réceptionna la housse qu'il lui apportait.

Moi stresser ? Tsss, j't'en prie Stefan regardes moi bien. Damon écarta les bras, ses doigts trahissant légèrement son vilain petit mensonge.

Je suis aussi doué dans les sarcasmes tu sais…Stefan s'approcha et le serra une minute avant de lui taper la joue en un rire faussement moqueur.

Elle a dit oui... Déglutit-il avant de sourire à son frère.

Il s'éclipsa une minute, retirant chaque vêtements qu'il portait, leur faisant rejoindre le coffre de la Lotus et revêtit sa chemise, son costard et ajusta la cravate de soie grise avant de tirer deux roses blanches sur les colonnes dont une qu'il attacha à sa boutonnière. Stefan avait quémandé l'aide d'une amie pour tout cela son ainé n'avait eu qu'à penser ses choix et désirs afin que tout soit réalisé, de la magie flottait dans l'air ambiant qui étrangement avait pris un peu de degrés, ce qui le fit sourire, ainsi Stefan veillait aussi à ce que celle qui portait sa nièce à venir ne prenne pas froid, le boucher avait bel et bien un cœur et ce dernier n'était pas fait que de roche glacée. Désormais prêt, ses phalanges trahissant son palpitant qui ne pouvait battre, Damon s'approcha de son cadet et tourna la fleur entre ses doigts, un sourire amusé aux lèvres, il n'y avait pas de raison qu'il ait dû en porter une à leur union et que lui n'en écope pas à son tour. Le vampire épingla les pétales et lui tapa doucement la nuque, une habitude qu'ils avaient depuis toujours et qui ne se perdrait plus jamais au fil des siècles, les angoisses étaient loin désormais et ils étaient soudés plus encore qu'à l'époque, l'unique chose pour laquelle il pouvait remercier Elena, en les brisant tour à tour, elle avait fini par les réunir, ce qu'elle n'imaginait pas c'est que les querelles qu'ils avaient autrefois uniquement pour elle se retournerait contre sa personne, maintenant elle n'avait plus aucune place dans leur existence.

C'est niais... mais j'y prend gout. Une moue au visage, il croisa le regard de son frangin et lui plaça l'écrin en paume. Bon sang tu dégorges sur moi ça en devient vraiment bizarre...

La bague de maman, lui ira à merveille… C’était à elle qu’elle était destinée, et je suis vraiment heureux que tu lui offres… Maman l’adorerait, elle serait fière de toi… Les yeux baissés sur l'écrin, un sourire fendit les lèvres du vampire qui arquait les sourcils en le toisant.

Je pense qu'elle la connait, j'imagine qu'on fait pas mal de rencontre de l'autre côté et... Quand il vit Stefan regarder au-dessus de son épaule, Damon fit volte face et son cœur se serra lentement. Mère...

Y’avait pas de raison qu’elle soit là pour m’embrasser au mien et pas au tien...En un sourire, son frère rejoignit ce spectre sublime enveloppé dans des étoffes beige aussi légères que des plumes.

Salvatore resta figé des secondes qui lui semblèrent éternelles, elle était magnifique, toujours aussi belle et d'une douceur qui n'appartenait qu'à elle, son sourire lui en intima un, ses yeux s'humidifièrent au même titre que les siens et elle baisa la joue de son plus jeune enfant pour enfin s'avancer vers son plus grand, déposant la main sur sa mâchoire. Damon ferma les paupières, savourant ce velours qu'il savait éphémère, pour profiter de la tendresse innée de leur mère qui lui semblait disparue depuis trop d'année. Il n'avait que sept ans lorsqu'elle avait rendu son dernier soupir en lui laissant un petit frère qui, lui, ne l'avait connu que sous cette forme fantomatique. Pas un mot ne quitta ses lèvres alors qu'elle souriant à son fils et noyait ses iris dans les siens, ravie comme elle l'avait été lors de sa rencontre avec Stefan, heureuse de voir ses fils comblés, radieuse par leur simple bonheur.

Tu es splendide mon Damon. Michaela était sans nul doute la plus belle des femmes qui lui eut été d'observer, leur père ne l'avait pourtant pas chéri comme il l'aurait du, préférant ses affaires à ce joyaux qu'il négligeait pour du superflus. Elle aussi est délicieuse, mais je ne t'en dirai pas plus, tu la découvriras dans quelques minutes.

Tu, tu vas devenir... tu aurais été... Elle sourit et déposa un index sur ses lèvres.

Nous voyons tout d'où nous sommes et qui croies tu que je veille de là où je me trouve uhm? Un petit rire quitta sa gorge et le vampire sécha une larme qui courait sur les traits spectrale de sa mère. J'ai cru comprendre que vous n'étiez pas d'accord sur les prénoms... parfois je suis curieuse mais rassures toi, Elle tourna le visage vers Stefan et lui tendit la main pour qu'il les rejoigne. Je ne me mêle pas de tout. Sourcillant à la fin de cette phrase, elle rit en leur arrachant leurs sourires malicieux. Soyez heureux, rendez les heureuses et elles vous chériront de tous leurs êtres. Michaela baisa les fronts de ses enfants et recula. Prends soin de ma petite fille Damon, ainsi que toi Stefan, je vous aimes mes deux anges.

Elle disparut dans la nuit, sa lueur laissant quelques lucioles voler vers elle tandis qu'il entendait le moteur de la voiture de Katherine. La première Salvatore quitta son véhicule et les rejoignit, un sourire ravi dédié à Damon puis un autre, plus de rigueur, tendu à son frère qui avançait avec elle vers le kiosque ou l'ainé s'arrêta près du prêtre jusqu'à sentir son sang battre dans ses veines lorsque l'ancienne voiture de son frère s'arrêta derrière quelques arbres lui bouchant la vue. Les secondes filèrent, des secondes qui semblaient interminables tant l'attente le rendait impatient, et, lorsqu'il la vit, aussi merveilleuse qu'un ange dans sa robe de princesse, qu'une mélodie s'empara de la nature, Damon entrouvrit les lèvres pour souffler l'émerveillement qui le possédait. Il ne lui manquait que des ailes, mais le ciel aurait envié l'homme qui la quémandait à son bras et se serait empressé de la lui retirer, une pure divinité s'offrait à lui, il dénota chacun de ses gestes, chacun de ses sourires et regards. Une beauté à couper le souffle avançait, flottait même, sur l'herbe derrière les lucioles qui, comme si elle avait été leur impératrice, l'accompagnaient pour la mener vers l'autel. Lorsqu'il lui saisit la main, qu'il baisa en quelques frissons, Damon redressa les yeux dans les siens tout en l'approchant devant le prêtre. Si mon cœur pouvait battre il se serait arrêté ce soir face à toi... tu es magnifique. Lui susurra-t-il au creux de l'oreille. L'office débuta, une cérémonie intime qu'il renouvellerait auprès d'autres personnes, chères au cœur de sa belle, si toutefois elle le lui demander, ici il voulait simplement garder leur bulle intact, leur clan soudé et délivrer son amour uniquement à elle, à cette magnifique humaine dont il entendait le cœur battre la chamade au fil des dires de l'homme d'église, d'instinct, il s'attarda sur les minuscules battement en elle lorsqu'on lui quémanda ses vœux. Il se tourna vers elle et lui saisit les mains, leurs paumes unies s'apposèrent contre son ventre qu'il sentait vibrer lentement et enfin il puisa la douceur qu'elle portait dans son regard ambré.

Sans toi je ne serai plus là... sans toi je n'aurai pas l'audace de puiser assez de force pour adorer vivre encore malgré la mort, sans toi je ne serai pas ce que je suis ici face à toi. Il attendit que son frère lui tende l'alliance de leur mère et la fit glisser à son doigt. Sans toi Tatiana, je n'aurai jamais su ce qu'aimer représentait vraiment, je t'aimerai par delà le temps, je t'aimerai comme tu le méritais bien avant de me connaître, je te protégerai de qui te voudra du mal. Tu es la plus belle des raisons pour laquelle je désire vivre égoïstement, pour un seul regard, un unique sourire, un unique baiser de ta part, je serai prêt aux pires souffrances... tu m'offres ce que je ne pensais jamais avoir... Sourit-il en berçant lentement leur enfant. Je t'aime Stella.

Damon écouta ses vœux en un sourire immense, un sourire qu'il ne dédiait qu'à elle, puis lorsqu'elle passa cette anneau à son doigts et que l'union fut scellée, Salvatore abandonna l'une de ses mains pour sa hanche et l'autre pour sa joue afin de marquer leur promesse en un baiser durant lequel il recueillit ses larmes de joies.

© .JENAA



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Dim 5 Jan - 21:37

Katherine était une merveille vu des yeux de la sorcière qui pourtant arborait les mêmes traits physique et pourtant on arrivait allégrement à les différencier preuve par elle-même, que leur beauté n’était pas semblable. Tatiana enviait bien souvent sans pour autant la jalouser la confiance dont faisait preuve sa descendante, foulant le monde depuis de nombreuses années alors qu’elle le découvrait. Les mains jointes devant elle, angoissée, stressée, cette demande étant si soudaine et leur union si rapide, ne lui laissait pas le temps de réfléchir qu’elle s’assit devant la coiffeuse, dont le miroir était invisible. Elle ignorait tout de ce qu’elle allait porter, d’où ils allaient s’unir, et de ce qu’il lui réservait. Mais visiblement toute la maison était au garde à vous !

Tu seras parfaite, encore plus que ce que tu penses de moi.

Un fin sourire gagna ses lèvres, la brosse glissant dans ses longs cheveux, la voyant s’activer autour d’elle, comme une abeille autour d’un pot de miel. Tatiana était un peu surprise, bien qu’elle sache à quel point les vampires pouvaient s’avérer rapide. Mais Katherine l’était bien plus que son vampire.

C'est là qu'être un vampire révèle ces avantages, comment croies tu que je me prépare aussi vite uhm ? Ce qui est bien mieux encore c'est... enfin, je ne vais pas te faire rosir.

Les lèvres de Petrova s’entrouvrirent et déjà le rose opéra sur ses joues, alors qu’un fin rire quittait sa gorge. Katherine et elle, avaient rarement l’opportunité de parler ensemble, mais les rares fois où elle s’était retrouvée sous sa coupe, sa descendante s’était toujours occupée d’elle à la perfection. Des frissons gagnaient sa peau quant à la douceur de ses gestes, elle n’avait jamais été chouchoutée comme Katherine le faisait en ce jour. Et au fond d’elle, Tatiana se sentait honorée et la remerciait profondément sans en piper un mot. Elle la regardait faire avec tous ses pinceaux à maquiller, presque subjuguer par sa maitrise alors qu’elle se plantait encore parfois son mascara dans l’œil !

Alors ? Tu n'as pas honte de me retirer l'honneur d'être l'unique femme à porter ce nom tant prisé?

- Si je dis non tu vas me mordre ?

Demanda t-elle en riant doucement en sa compagnie, alors qu’elle cessait de parler pour qu’elle puisse peindre ses lèvres d’une couleur qui semblait à tomber sur la palette. La petite sorcière avait vraiment hâte de se voir dans un miroir, connaissant les gouts de Katherine, elle ne doutait pas un seul instant qu’elle était entrain de la sublimer comme jamais.

J'espère que tu seras aussi heureuse que je le suis, ces vampires aiment combler et être comblé, et Damon l'est je crois.

Katherine effleura doucement son ventre encore plat, et Tatiana lui fit un doux sourire, avant de porter son regard sur lui, pensant déjà à son futur avec cette petite puce auprès d’eux. Elle savait qu’ici elle ne risquerait rien, elle aurait des parents formidables à ses côtés, un oncle et une tante attentifs, et surtout beaucoup d’amour autour d’elle pour grandir sereinement malgré leur nature. Katherine lui demanda de passer derrière le paravent, et de se dévêtir avant de lui apporter sa robe. Les émotions la gagnaient tout doucement au contact du tissu qui glissait sur ses courbes, sans qu’elle ne puisse prendre le temps de scruter les moindres détails, laissant celle qui allait devenir sa belle sœur lasser son corset sans pour autant l’empêcher de respirer, avant de la diriger vers un miroir sur pied où elle pu enfin se contempler. Les lèvres entrouvertes, Tatiana laissait son regard voler sur son apparence, effleurant du bout des doigts les dentelles finement brodées sur cette longue robe blanche à forme de sirène. Le souffle coupé, elle s’observait, les yeux brillant, émerveillée par son propre reflet, contemplant la divine coiffure, dont les boucles était parfaites, quelques perles les rehaussant, et releva doucement les pans de sa robe pour découvrir les splendides escarpins qui lui donnait quelques centimètres de plus. Tatiana n’aurait jamais pu rêver mieux, d’ailleurs, elle n’avait jamais rêve d’avoir un mariage, avoir l’amour de Damon était déjà la plus belle chose qui pouvait lui arriver. Jamais elle n’avait été audacieuse en demandant autant, et pourtant, aujourd’hui elle portait sa fille, et allait devenir son épouse, jusqu’à ce que son dernier souffle soit poussé. Elle pinça ses lèvres entre elles afin d’éviter de laisser couler une larme de joie, et posa son regard sur le collier que Katherine accrochait à son cou. Ses doigts effleurèrent les quelques pierres, avant qu’elle ne pose son regard au travers du miroir.

Quelque chose de prêté et de bleu... de neuf… Et, pour l'ancien, tu as Damon!

Tatiana se mit doucement à rire, elle était beaucoup plus vieille que Damon à elle toute seule elle était la chose la plus ancienne de la maison Salvatore.

Ce collier est âgé, trois en un, bien que Salvatore premier suffisait à faire illusion.

Katherine l’invita à rejoindre le rez de chaussée, mais avant Tatiana se saisit d’un bien auquel elle tenait particulièrement, encore plus en cette soirée où elle allait s’unir à son vampire. Elle rejoignit Sean qui l’attendait dans un smoking mettant son regard en valeur, et alors que sa descendante lui demandait de filer, elle se retourna vers elle, et la pris doucement dans ses bras, faisant apparaitre aux creux de la paume de Katherine l’alliance de Damon.

- Merci Katherine… et je vais essayer de pas pleurer…

Dit elle dans un sourire attrapant le bras que lui tendait Sean pour rejoindre la voiture. Une fois à bord, il se montra tout  à fait adorable, déposant un plaid sur ses épaules et mettant le chauffage pour ne pas qu’elle attrape froid. Le cœur de cette petite poupée pulsait dans sa poitrine à tout rompre, elle allait dire oui à son vampire, à l’homme qu’elle aimait mais n’avait pas encore réfléchit à ses vœux, ils ne seraient pas parfait car elle n’avait pas eu une seconde pour les préparer et se sentait nerveuse. Sean la regarda avec un sourire en tournant son regard sur elle.

- Je suis pas vampire mais je jurerais entendre ton cœur battre.

- Je suis morte de peur… je sais même pas ce que je vais lui dire…

- Parle avec ton cœur… tracasse, du moment que tu dise oui, je doute qu’il prête une grande attention à tes vœux…

Lorsque la voiture s’arrêta, Tatiana reconnu immédiatement les lieux, et un sourire grandit sur son visage, alors que Sean lui tendait sa main. Accrochée à son bras, elle se laissa diriger par celui-ci, ses yeux planant sur le décor aux mille merveilles, qui faisait exploser au sein de ses prunelles une multitude d’étincelle. Les lucioles à ses côtés rendaient l’endroit encore plus idyllique, l’air extérieur n’était pas froid, elle ne sentait pas la morsure du vent qui soufflait un court instant dans ses boucles, comme si l’air était réchauffer pour son propre palpitant. Ses yeux se posaient sur les moindres détails, des luminaires, aux paillettes, jusqu’aux reflets de tout ce spectacle sur le lac, mais lorsqu’elle vit Damon, son vampire, son unique amour, plus rien n’exista. C’était comme si tout devenait plus fade autour d’elle, comparé à sa beauté, mise en valeur dans un costume qu’elle n’aurait jamais cru le voir porté. Tatiana ancra ses prunelles noisette aux océans des siens, et serra l’avant bras de Sean, qui posa sa main sur la sienne en lui adressant un sourire alors qu’elle marchait en sa direction le cœur battant d’amour pour lui. Un doux sourire comblait ses traits, alors qu’elle sentait en elle l’émotion la gagner mais ravalait les quelques larmes qui se formaient à ses yeux sans jamais tomber. Lorsqu’elle arriva devant lui, et que Sean lui offrit sa main qu’il s’empressa de baiser, un long frisson la dévora, alors qu’elle resserrait dans son autre paume le chapelet qu’il lui avait offert.  

Si mon cœur pouvait battre il se serait arrêté ce soir face à toi... tu es magnifique.

Elle fut incapable de prononcer le moindre mot, tant ses lèvres tremblaient, et puis, il n’y avait aucun mots pour décrire à quel point son vampire était magnifique, étincelant au point que son cœur loupait quelques battements. La cérémonie débuta et Tatiana ne pu lâcher du regard son merveilleux vampire, se laissant lentement gagner par les sentiments qu’elle nourrissait pour lui. Plus rien ne comptait à ses yeux, les personnes qu’ils aimaient tout deux étaient présentes souriante, et ils formaient dès à présent un clan soudé. Dawn n’était pas là pour gâcher cet instant magique comme elle avait l’habitude de le faire. Rien, absolument rien ne viendrait perturber leur mariage. Lorsqu’il prit ses mains dans les siennes, Tatiana trembla à son contact, noyant son regard dans le sien et écoutant la moindre parole qu’il était sur le point de formuler.

Sans toi je ne serai plus là... sans toi je n'aurai pas l'audace de puiser assez de force pour adorer vivre encore malgré la mort, sans toi je ne serai pas ce que je suis ici face à toi.

Un sourire dévorait ses lèvres, alors qu’elle sentait la bague glisser le long de son dos, scellant à tout jamais l’amour qu’il lui portait. Tatiana fit preuve d’une grande force pour ne pas sombrer face aux sanglots qui la guettait mais elle ne pu réprimer quelques larmes de joie qui tombaient sur ses joues.

Sans toi Tatiana, je n'aurai jamais su ce qu'aimer représentait vraiment, je t'aimerai par delà le temps, je t'aimerai comme tu le méritais bien avant de me connaître, je te protégerai de qui te voudra du mal. Tu es la plus belle des raisons pour laquelle je désire vivre égoïstement, pour un seul regard, un unique sourire, un unique baiser de ta part, je serai prêt aux pires souffrances... tu m'offres ce que je ne pensais jamais avoir… Je t'aime Stella.

Ses vœux étaient divins, imprégnés d’amour et de sincérité, et la marquerait à tout jamais. Le moindre mot qu’il avait prononcé, se gravait à tout jamais dans son cœur et son esprit, jamais elle ne les oublierait. Elle se tourna vers Katherine qui lui remettait l’alliance qu’elle avait fait apparaitre au creux de sa paume. Elle interrogea discrètement du regard Stefan quant à savoir si l’homme d’église était comme à son propre mariage hypnotisé, et quand elle eut sa réponse, elle fit apparaitre dans son autre paume la pierre qu’elle lui avait offerte lors de leur première rencontre. L’anneau d’or blanc et la pierre flottaient au dessus de ses mains, et fusionnèrent ensemble, la pierre disparaissant pour laisser un unique liseret blanc légèrement rosé. Son regard se porta un court instant sur Sean qui posait sa main sur son cœur en un sourire avant qu’elle ne regarde les yeux de son vampire et le sourire qu’il lui adressait. Cet ensemble, ses deux éléments lui donnèrent du courage, et neutralisa le stress qu’elle ressentait face à lui. Sa poitrine se souleva alors qu’elle tenait au creux de ses doigts son alliance.

- Il y a plus de mille ans ma vie s’est arrêtée pour te donner naissance, pour te donner la chance de vivre éternellement… Et c’est la chose dont je suis le plus fière en te regardant… en regardant l’homme merveilleux que tu es, bon, fort et courageux… et non pas doté d’un cœur de pierre… Je suis revenue à la vie pour jouir de ce qu’on m’avait volé et jusqu’à ce que je te rencontre je n’avais aucune idée du pourquoi j’étais ici, et encore moins l’envie d’y rester… Tu es mon monde Damon, ma vie, ma destinée, mon oxygène, les pulsations de mon cœur, mon ange… Ta force me donne le courage d’aller outre mes peurs, mon reflet dans tes yeux de me relever des moindres épreuves, et ton amour m’a permis de revenir une deuxième fois d’entre les morts, pour te choyer, te chérir et t’aimer chaque jours un peu plus, jusqu’à mon dernier souffle… C’est grâce à toi que je suis humaine… Dit elle en glissant son alliance à son doigt Je t’aime comme je n’ai jamais aimé quiconque, et je t’aimerais toujours Damon même après la mort…

Elle serra l’une de ses mains dans sa paume, la déposant ensuite à sa taille, l’autre rejoignant sa joue alors que leurs lèvres se scellaient sous les applaudissements des invités. Ses larmes tombant lentement sur ses joues avant qu’elle ne se retourne avec lui devant les autres. Stefan fut le premier à venir leur délivrer ses souhaits, il les contempla un long moment sans dire un mot avant de sourire.

- Félicitations, je vous souhaite d’être aussi heureux que je ne le suis avec Katherine. Je serais toujours là pour vous, vous pourrez toujours comptez sur moi. Bienvenue dans notre famille Tatiana…   Dit il en la prenant dans ses bras glissant à son oreille Merci de m’avoir rendu mon frère, et de le rendre aussi heureux… Il déposa un baiser sur son front avant d’enlacer son frère. Soit heureux mon frère, et prend soin de tes femmes…

Stefan se poussa pour laisser place à Sean qui la prenait dans ses bras la serrant doucement contre lui, et lançant un petit regard malicieux à Damon juste pour l’embêter avant de lui souffler à son oreille.

- Tes vœux étaient magnifiques…

Souffla t-il avant de se voir river entre les mains le bouquet de Tatiana qui lui adressait un sourire.

- Normalement c'est les filles qui se battent pour l'avoir...

- T'es le seul célibataire...

Il rit doucement et leurs présenter ses vœux, avant de laisser la place à Katherine. Cette femme avait tellement fait pour elle, qu’un simple merci ne serait jamais suffisant, certes Tatiana lui avait offert la délivrance d’Elijah, et son bonheur avec Stefan, mais comme à son habitude elle ne comptait pas ses gestes envers les autres. Elle la pris doucement dans ses bras la remerciant à nouveau avant qu’elle ne lui tende des papiers à signer. Tatiana arqua d’un sourcil, et s’exécuta sous son regard insistant.

- Qu’est ce que c’est ?



HRP : J'ai glissé les lignes que m'a filé Stefan pour lui éviter un mini post Wink



Tatiana P. Salvatore
«I am alive for you... for us.»

Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Lun 6 Jan - 0:47

Ses vœux lui firent un effet inimaginable, un instant, alors qu'il baisait ses lèvres comme s'il s'agissait de la toute première fois, que le vampire s’ensevelissait sous la vague de chaleur qui émanait d'elle, il aurait désiré que son cœur pulse uniquement pour qu'elle sache, qu'elle soit certaine, qu'elle ne doute jamais de son amour pour elle et de chacune de ces sensations et émotions magistrales et uniques qu'elle faisait jaillir en lui. Tatiana devenait officiellement sa femme cette nuit, il lui ouvrait les portes de son univers où elle était la seule reine, impératrice de son monde qu'elle avait reconstruit, à la simple force de ses bras, de sa tendresse, de sa douceur et de son courage lorsqu'il s'écroulait comme un château de cartes. Il n'entendait presque pas les paumes s'entrechoquant autour d'eux, il n'y avait qu'elle et son regard aussi limpide qu'un or liquéfié quand il rouvrit les paupières pour la contempler comme une déesse, un ange sans aile qui pourtant aurait été canonisée sur le champs si le ciel venait la saisir mais cela n'arriverait pas, pas avant qu'elle ait vécu cette vie, cette seconde chance, qu'il savait importante pour elle, l'humanité n'avait jamais été aussi belle que dans son reflet. Son frère s'approcha d'eux, il saisissait ses mots et y souriait en hochant la tête sans pour autant prendre conscience de l'instant présent, puis vint le tour de Sean, ce dernier plaisantant avec lui sans qu'il ne lui serve de sarcasme, Damon était simplement ému, touché comme il n'aurait pu l'être avec aucune autre. Il s'était épris d'Elena, mais quand bien même pensait-il cet amour intense et insubmersible, il n'égalait en rien ce qu'il éprouvait pour cette jolie et délicate brune à qui Katherine offrait un papier, lié par un ruban rouge, puis un écrin de velours rectangulaire qu'elle logea dans la paume de Damon en un sourire, leur intimant qu'ils n'avaient simplement qu'à découvrir ce cadeau chez elle, dans l'ancien manoir qu'elle habitait avant de rejoindre celui de son époux.


Le moment était passé si vite et pourtant Salvatore s'en souviendrait éternellement, une main au volant del l'ancien bolide de son frère, l'autre sur celle de Tatiana au levier de vitesses, il redressa cette dernière et baisa son alliance avant de poser leurs phalanges entremêlées sur leur fille à venir. Il fixa son abdomen et un sourire dévora le coin de ses lèvres à l'unique entente des battements de son cœur, pulsant l'unisson avec ceux de sa mère puis remonta la main au visage de Tatiana sans jamais libérer ses doigts, épousant en une délicieuse caresse volubile la silhouette fine de sa joue, dévalant sur sa mâchoire, l'arrière de son oreille et une boucle qu'il lissa lentement avant de coller le dos de sa main contre son cœur et de sentir les frissons lui dévorer l'échine. Il se racla la gorge et émit un rictus en contemplant derechef la route jusqu'à bifurquer dans l'immense allée au bout de laquelle une sublime battisse se dessina. Il n'avait jamais mis les pieds ici mais il devait avouer que sa chère belle sœur avait un goût prononcer pour les belles choses, tirant le frein à main, il abandonna les doigts de son humaine et fit preuve d'une vitesse certaine pour lui ouvrir la portière et lui tendre la main, lorsqu'elle la saisit, qu'elle fut les pieds sur terre face à lui, Damon lui sourit et l'invita sous le porche tandis que la neige recommençait à tomber doucement. Il ouvrit l'écrin et en sortit les clefs qu'il passa dans la serrure et ouvrit le battant avant de se tourner vers elle pour l'inciter à révéler le présent de Katherine. Rien d'autre que le titre de propriété des lieux, voilà donc à quoi servirait le plume d'or resté dans la boîte de velours. Damon lui tendit et attendit qu'elle signe pour loger tout cela dans sa veste, passer un bras sous ses genoux et l'autre dans son dos. Madame Salvatore veut-elle bien me faire le grand honneur de m'inviter chez elle? Il sourit et franchit le seuil lorsqu'elle prononça ses mots puis la déposa sur le marbre de cette demeure fastidieuse où divers bougies de toutes tailles, des candélabres et chandeliers luxueux, formaient un chemin vers la montée des escaliers couverte de pétales de roses blanches et d'orchidées. Il lui saisit la main après avoir verrouillé l'entrée et l'accompagna vers l'endroit où menait l'attention particulière de l'épouse de son frère pour entrer dans une chambre aux milles lueurs de nacre. Un lit à baldaquin les attendait, le ciel de voile au dessus de celui-ci était fait d'une étoffe de taffetas et de velours d'ivoire parfait, les draps étaient finement brodés dans une légère soie de même teinte et, sur ceux-ci, un lit de pétales rouges leur offrait douceur et parfum enivrant.

Damon abandonna sa main et remarqua la chêne hi-fi sur pause, Katherine avait songé à des détails qu'il était le seul à désirer et avait parfait le tout, comme si elle avait lu dans ses pensées. Il sourit, passant le bout des doigts sur une table ronde de merisier où elle avait apposé une rose carmin près d'une coupelle de fruit aussi rouge que le sang puis une bouteille d'un met sans alcool qu'il saisit pour en emplir les coupes. Salvatore se tourna, la rose dans une main, le verre de sa belle dans l'autre, il huma malicieusement les pétales et lui livra avant de faire tinter sa flûte contre la sienne. Pas un mot ne quitta ses lèvres, il préférait la laisser s'émerveiller face à ce qu'elle trouvait devant elle, à tout ce qu'il avait demandé à Katherine sans savoir qu'elle le ferait ici et non pas dans leur chambre au manoir. Puis il, sans doute programmé, la musique s'infiltra dans la pièce, un air dont les paroles les représentaient parfaitement. Damon lui retira rose et coupe qu'il abandonna sur le chevet près d'eux, retira sa veste et lui tendit la main. On ouvre le bal... toi et moi uniquement. Sourit-il en invitant ses doigts dans le bas de son dos et son torse contre sa poitrine, le menton logé sur son front, les yeux clos quant aux deux rythmes cardiaques qui s'offraient à lui.

Il baissa le regard dans le sien puis la fit tourner sur elle même, sa traîne dressant une sublime corolle -tout comme ses boucles- autour d'elle jusqu'à emprisonner ses lèvres des siennes lorsqu'il lui fit rejoindre son torse manquant déjà de ses inspirations apaisantes. Salvatore glissa les doigts sous ses cheveux, à sa nuque qu'il retint comme un cristal précieux afin de l'embrasser sans aucune pudeur, laissant loisir à leurs langues de s'effleurer, de se rencontrer et de s'épouser sans crainte de pécher encore, cette fois il ne devait plus y avoir lieu de retenu, elle croyait en un Dieu et il respectait cela même s'il ne s'y adonnait pas, désormais elle était pure au regard d'un tout puissant alors qu'elle l'était depuis toujours pour l'homme des enfers qu'il était. Il baisa ses lèvres avec une pulsion débordante qu'il tentait de freiner, en vain car la température et les pétales de sa belle l'invitait déjà dans les méandres charnelles d'une luxure sans précédent. Chaque partage avec elle, chaque union de leur corps étaient plus intenses à chaque fois et celle-ci serait sûrement l'apothéose jusqu'à lors, elle était sienne désormais et il n'avait plus à craindre pour son âme bien que leur amour ne devait être toléré par ses croyances mais ça n'avait pas de valeur ici. Les doigts encore sous ses boucles filèrent contre les pressions de sa robe, lorsqu'il les retira, une à une, Damon effleura du pouce sa colonne vertébrale, lui même éprit des frissons qu'il lui arrachait, elle s'affairait déjà contre sa chemise et lorsque la finesse délicate de ses phalanges s'invita contre sa peau, qu'elle esquissa du toucher ses muscles bandés, il laissa glisser la robe le long de ses courbes divines et il relâcha ses lèvres suite à une exquise morsure sur l'inférieur. Il recula lentement, la décrivit, les yeux dévorés par les flammes du désir, l'incendie des enfers duquel il venait contemplait un ange qui le désirait ardemment. Les lèvres entrouvertes, vacillant quelques peu, la tête comblait des maintes choses qu'il désirait lui faire, la commissure des lèvres de Damon se fendit en un rictus malicieux, presque sarcastique sans l'être, son légendaire sourire envieux qu'il n'avait eu depuis des lustres lui était offert pour la première fois depuis qu'elle le connaissait. Ses paupières se plissèrent pendant qu'il se sustentait de sa silhouette sublimée par des étoffes de tulle de soie et de satin, il s'attarda sur la rondeur de sa poitrine, suivit son galbe jusqu'au ruban noué de cette guêpière qui marquait parfaitement sa taille. Ses yeux dévalèrent ces monts et merveilles et il contempla ses jambes fuselées, ses cheville encore prisonnières de talons qui ne demandaient qu'à abandonner ses pointes légèrement crispées d'angoisse, elle était sublime et aussi innocente que la poupée qu'il avait étreinte pour la première fois des semaines plus tôt. Damon redressa le menton, le visage légèrement incliné tel un prédateur observant une proie, il ne lui ferait aucun mal, uniquement du bien, mais son attitude redevenait celle qui faisait de lui celui qu'elle avait cherché à retrouver et à aider sans jamais le voir renaître. Ici, en cette unique contemplation, en ces uniques notes de musique et de cœurs émanant d'elle, Damon renaissait des cendres qu'une autre s'était plu à semer aux quatre vent.

Vivement et sans qu'elle ne puisse en sentir la pression, le dos de Tatiana rejoignit les draps et il se redressa entre ses jambes qu'il effleurait à deux paumes sur toute leur longueur pour enfin les débarrasser de ses escarpins. Il baisa une première cheville et laissa la pointe de sa langue tracer un chemin chaud et humide au profil intérieur de ce membre tremblant d'impatience, ses papilles se délectèrent de son odeur et des pulsations de son palpitant qu'il sentait battre dans chacune de ses veines à lui en vibrer contre le derme fin de ses lèvres. Il vint embrasse les dentelles couvrant sa convotise et s'y brûla presque en un sourire mutin tant elle bouillait pour lui, désormais l'ouïe parfaite du vampire s'attardait sur les frémissements de sa peau, le froissement des draps et tissus qu'elle portait encore, et ses cœurs dont l'un tambourinait avec ardeur et plus encore lorsqu'il argippa le sommet du bonnet de son bustier et le tira jusqu'à frôler du bout des doigts cette couronne rose durcie par le désir. Il dévia les lèvres contre sa seconde cuisse et logea les doigts sous cette jarretelle onéreuse, ne la retirant pas, songeant déjà à ce qu'il ferait d'elle au fil de l'échange de leur corps. Son autre main fila sous son genoux et il invita celle-ci sous ses fesses afin de lui retirer les premières dentelles qu'il emprisonna des dents pour la dégager sans aucun mal et revenir épouser ses hanches entre la fraîcheur de ses phalanges déjà plus chaudes grâce au mercure ardent qui grimpait en elle. Damon bouillait, il sentait son propre sang battre en lui et ce jusque dans ses lèvres qu'il déposa contre son ventre en mille baisers tendres pour leur fille avant d'y apposer son front déjà huileux sans pour autant avoir officier encore. Les lèvres entrouvertes et le dos courbé, il soupira comme pour contenir ses ardeurs puis il éloigna lentement les jambes de sa belle et plongea ses lèvres au nectar chaud qu'il faisait naître depuis quelques minutes. Sa langue joua contre elle, contre d'autres pétales que ceux qui laissait entendre son plaisir, d'autres lèvres qu'il électrisait pour la première fois, ses simples soupir caressaient ses tympans et lui arrachait quelques spasmes douloureusement bon au membre qui prenait d'ampleur et de virilité au point d'en sentir la gène d'un étoffe l'emprisonnant encore. Habile, Damon se débarrassa de ce tissu sans abandonner sa belle, lui offrant toujours plus de baisers fiévreux et lorsqu'il sentit quelques battements s'infiltrer contre sa langue, il redressa doucement le visage pour opérer contre son ventre qu'il libérait habilement de son corset. Il dénoua ce nœud et laissa glisser les doigts entre les deux rebords pour inviter sa main contre sa poitrine dont il baisa la naissance avant de presser les lèvres contre son cou et enfin épouser son premier sanctuaire jusqu'à la faire haleter. Tatiana lui ôta la chemise et il agrippa la jartelle avec fièvre pour lui faire plier le genou, les yeux perdus dans les siens, haletant lui même, désireux de la combler sans la blesser, Salvatore déglutit. Sois prudente... je le serai mais... ça sera différent et je sens déjà que tu ne vas pas me retenir... Parvint-il à dire sans sourire. Il profita de son rire pour lé pénétrer et retenir un souffle pourtant inutile, uniquement pour voir l'emprise qu'il avait sur elle sublimer et changer les traits de son visage merveilleux. Damon se figea une seconde et arrondit son dos, saisissant en un regard la cambrure de sa belle qui lui explosa en tête au point de le faire se retirer lentement et revenir saisir son regard pour se fondre derechef en elle, il fit cela plusieurs fois, et un sourire satisfait, ce fameux sourire, combla le coin de ses lèvres et fit naître une lueur charnelles dans ses iris comblés par la beauté de sa femme. Le rythme doux se transforma lentement pour laisser aller son membre plus profondément en elle, pour l'entendre gémir et enfin sceller ses lèvres aux siennes. L'ardeur et la fièvre de la sorcière s'insinua dans ses veines et les pores de sa peau, tant qu'il redressa les bras à la tête de lit pour éviter de presser trop ardemment son corps fragile, le bois craqua sous ses phalanges tandis qu'il soupirait contre son front et ce n'était pourtant que le commencement d'un acte torride comme rarement il en avait vécu...

© .JENAA



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Lun 6 Jan - 2:59

Le papier au ruban, logé au creux de sa paume sans savoir une seconde de quoi il s’agissait, Tatiana quitta les lieux avec son vampire, l’amour de sa vie qui n’était autre qu’aujourd’hui son époux, et le père de sa fille. En voiture, leurs doigts liés, Tatiana fixait son profil avec un doux sourire alors qu’il les apposait contre son ventre, là où se trouvait leur magnifique petite fille aux yeux  de saphir. Elle n’avait encore jamais entendu son cœur à l’instar des membres de la maison, mais quand elle voyait leurs sourires lorsqu’ils prêtaient l’oreille, elle savait que tout allait bien pour elle. Sa fille, son trésor grandissait en elle, se nourrissant de l’amour unissant ses deux parents qui aujourd’hui c’était lié à jamais. Elle ferma les yeux, un sourire tendre sur ses traits lorsqu’elle sentit ses douces caresses sur son visage. Damon était toujours attentif à elle, toujours prévenant et ne lui avait jamais fait de mal et ne lui en ferait jamais. Elle le savait comme elle savait qu’elle l’aimait comme aucun autre, pas même Elijah n’avait pu pénétrer son cœur de la sorte, lui faisant totalement oublié la nature dont il faisait partie. Pour elle, il n’était qu’un homme doux, son homme, l’une de ses deux raisons de vivre en ce monde et se battre. Quelques minutes filèrent et tout deux se retrouvèrent devant une maison qu’elle ne connaissait pas, mais d’après les dires de la brunette aujourd’hui sa belle sœur, il s’agissait de sa maison. Accompagnée jusqu’au porche, la petite poupée magique posa son regard sur ces flocons de neige qu’elle adorait tant contempler avant que son regard ne soit attiré par le bruit d’une clé dans une serrure. Damon lui intima d’un regard de déplier le morceau de papier rester entre ses mains ce qu’elle fit jusqu’à découvrir son nom sur un nouvel acte de propriété, les mettant à l’abri pour la nuit, et peut être pour d’autres jours. Elle secoua un instant de la tête soufflé par toutes ces choses que leur offrait le sulfureux couple que formaient Katherine et Stefan. Elle le signa avant de le rouler entre ses paumes, sentant son vampire la soulever dans ses bras, alors qu’un de ses bras rejoignait sa nuque, ses doigts glissant sur sa mâchoire, son regard perdu dans le sien, avec tout l’émerveillement qu’il lui connaissait.

Madame Salvatore veut-elle bien me faire le grand honneur de m'inviter chez elle?

- C’est avec grand plaisir que je vous invite Monsieur Salvatore à fouler le sol de mon domaine…

Dit elle dans un sourire alors qu’ils passaient ensemble le seuil de la maison, elle contemplant toujours son regard jusqu’à ce qu’elle rejoigne à nouveau le sol, et que ses lèvres ne s’entrouvrent face à ce qui se dessinait sous ses prunelles pétillantes. Elle hoqueta un instant, c’était d’une merveille sans nom, les flammes dansaient dans la montée des escaliers, celle-ci parsemée de pétales de fleurs formant un chemin vers l’étage, qu’elle découvrit en serrant la main de son époux. Elle était soufflée par de telles attentions, la sensation d’être dans un véritable conte de fée, comme elle adorait en regarder au chaud au manoir. Lorsqu’il poussa la porte de la chambre, elle secoua à nouveau la tête, un sourire grandissant sur ses lèvres, alors qu’elle ne loupait aucuns détails des préparatifs à leur attention. Un lit de princesse, dont les étoffes glissant sur le bout de ses doigts annonçaient leur douceur, jusqu’au ciel voilé au dessus de son minois. Tatiana avait l’impression de rêver quelque chose qu’elle n’avait jamais espérer au fond d’elle, fermant un instant les yeux pour sentir toutes les fragrances des pétales mêlés aux bougies qui rendrait l’instant mémorable. Sentant les douceurs de cette magnifique rose qu’il glissait entre ses doigts, avant de faire tinter son verre contre le sien, et gouter au nectar délicieux qui comblait sa gorge. Ses yeux se promenaient partout, mais revenaient toujours à son point central à savoir son mari. L’affublé de ce dénominatif la fit sourire alors qu’elle entendait les premières notes d’une mélodie, et de se voir séparer de ses offrandes.

On ouvre le bal... toi et moi uniquement.

Elle hocha de la tête, sentant sa main se loger dans le bas de son dos, tandis qu’elle posait une paume sur son bras, tenant sa main dans la sienne et le collant contre son palpitant, fermant les yeux alors qu’elle se retrouvait bercée contre lui. Emue, Tatiana était consciente de la chance qu’elle avait aujourd’hui, non pas qu’elle ne l’était pas avant, mais ce jour marquerait à tout jamais son existence. Elle venait de se lier à celui qu’elle aimait, lui offrant sa personne sur un plateau de diamant, dont lui seul pouvait contempler les reflets et gouter les saveurs précieuses qu’elle gardait pour lui. Pour aucun autre Tatiana se livrerait ainsi, il était le centre de son univers, elle était indéniablement attiré à lui, et pourtant à aucun moment il n’avait fait appel à ses dons pour s’attirer ses grâces. Il lui arracha un rire enfantin quand il la fit tourner sur elle-même, les boucles de ses cheveux flottant doucement autour d’elle avant qu’elle ne rejoigne son buste et sente la douceur de ses lèvres caresser les siennes. Ses paumes rejoignirent son visage, tandis qu’il gardait précieusement aux creux des siennes sa nuque fragile, où elle sentait son sang pulser, sous ce baiser qui montait en température, leurs langues s’animant, créant première étincelles d’un futur brasier. Là, au creux de son ventre, Damon faisait naitre à son simple contact, une vague de chaleur intense, où elle était sur de s’y bruler les doigts si elle y apposait ses paumes. Son cœur dansait déjà la chamade au prémisse de leurs caresses, ses mains glissant tendrement contre sa gorge, alors que ses pouces effleurer le col de sa chemise. Ses souffles courts noyés entre maints baisers, octroyés par ses mains qui glissaient sur elle, l’entente des pressions de sa robe cédant sous ses doigts habiles, et l’effleurement de son pouce, ravageant sa peau d’infimes frissons qui remontaient le long de sa nuque. Sans précipitation aucune, elle défit ce qui entourait son cou, les boutons de son gilet et de sa chemise, laissant ses doigts effleurer la fraicheur de sa peau, dessiner les contours de ses muscles durs, sentant son épiderme réagir sous ses petites mains alors qu’il quittait ses lèvres, sa robe glissant le long de ses courbes. L’infime morsure, l’électrisa au point qu’elle riva ses prunelles aux siennes.  Les yeux de Damon la dévorait, et ce simple fait lui infligeait des frissons sans qu’il n’eut à la toucher, elle suivait son regard qui se perdait sur ses courbes, scruta son sourire en coin, ne l’ayant jamais vu la contempler ainsi. Le propre désir qu’elle lui incombait lui sauté au visage pour s’infiltrer dans les moindres pores de sa peau frémissante. Quand il pencha la tête sur le côté, elle en fit de même, observant son torse dénudé, ses dents emprisonnant sa propre lèvre, alors qu’elle se sentait désirer dans son regard comme jamais elle n’avait vu un homme éprit d’elle. Ce sentiment faisait pulser son cœur dans sa poitrine, et lorsqu’elle cligna des yeux, elle retrouva son dos épousant les étoffes du lit. Ses mains caressèrent les siennes, jusqu’à en être privé, alors qu’il se délectait de ses cuisses, son dos se cambrant doucement en un soupir face à cette chaste caresse. Il la libéra de ses escarpins, et la pointe d’un de ses pieds effleura la taille de son époux alors qu’il emprisonnait une de ses chevilles entre ses phalanges pour la baiser, remontant l’intérieur de sa cuisse jusqu’à ses dentelles où son cœur loupa des battements tant il réveillait en elle mille et une émotions toutes aussi divines les unes que les autres. Damon faisait sortir Tatiana de sa coquille, lui infligeant des soubresauts magnétisant, lui volant les premiers soupirs sans avoir même officié, alors qu’une de ses mains rejoignaient ses cheveux ébène. Sa bouche se jouait d’elle comme un pianiste jouait de ses touches, dont une douce mélodie de soupir s’échappait de ses lèvres, sentant son propre sang pulser contre sa gorge, son amour se déversant dans ses veines, à en faire frémir la moindre parcelle de sa peau, ses muscles se contractant sous les délices qu’il lui offrait, avant de rejoindre son ventre qui abritait la plus belle des merveilles qu’on ne pourrait jamais lui offrir. Haletante, sa respiration se saccadant sous la douceur de ses mains venant la délivrer de la dernière étoffe, jusqu’à offrir sa tendresse à sa poitrine, sentant ses lèvres humides se poser dans son cou, alors que son entrejambe épousait sa convoitise en un soubresaut délicieux et torturant à la fois. Les mains de Tatiana glissait sur ses muscles, remontant à ses épaules pour le libérer des étoffes l’empêchant de sa nourrir de sa silhouette. Ses yeux s’émerveillèrent de ses courbes, de ses muscles parfaitement dessinés qui s’offraient à elle sans pudeur, des fins grains de beauté que comptait sa peau, jusqu’à se nourrir de son regard hypnotisant, et de sa voix angélique, n’entendant plus les maints soupires envieux qu’elle laissait filer de ses lèvres où son sang pulsait d’adoration. Fermant un bref instant en sentant son office sur sa jarretière lui serrant la peau sans jamais la blesser, l’obligeant à remonter son genou, tandis qu’elle laisser ses phalanges embrasser les contours de sa mâchoire tremblante.

Sois prudente... je le serai mais... ça sera différent et je sens déjà que tu ne vas pas me retenir...

Tatiana hocha du menton, un doux rire comblant sa gorge avant de laisser place au premier gémissement qu’il lui volait en s’invitant en elle. Le souffle coupé, ses prunelles le contemplait, alors qu’elle sentait son cœur faire vibrer sa poitrine de désir. Damon craignait de la blesser, mais jamais elle n’avait eu peur de s’unir à lui, Tatiana ne jouerait jamais avec le feu, et lui indiquerait toute douleur quitte à le stopper ou refreiner ses ardeurs par le biais de sa magie, d’autant plus qu’elle portait son enfant et ne voulait nullement tenter quelconque risque. Déglutissant quant à la pression qu’il faisait naitre en elle en la laissant se languir de ses actes, les doigts de Tatiana effleuraient son visage avec sensualité, douceur comme si elle pouvait le blesser, comme si il était un morceau de cristal qu’il ne fallait en aucun cas ébrécher. Sa poitrine se soulevait à chaque aller et venu de son membre durcit qui lui arrachait des secondes inestimables de plaisir, jusqu’à sentir ses lèvres humides rejoindre les siennes brulante de désir alors qu'elle soufflait son prénom. La fièvre la gagnait au rythme de son bassin contre ses hanches dont elle ondulait pour en savourer le moindre ressentit. Ses mains se posèrent sur sa taille accompagnant le mouvement de ses hanches alors qu’elle rivait ses lèvres à son cou, pour y déposer de tendres baisers qui descendait à ses épaules. Son visage remontant au sien, leurs fronts s’unissant alors qu’elle entendait les craquements du bois de la tête de lit céder sous les paumes de son vampire. Un sourire en coin, Tatiana riva l’une de ses paumes à son torse et le repoussa doucement, lui faisant rejoindre sa place. Aucune mèche de cheveux ne vint obstruer son visage, sa main se séparant du chapelet enroulé à son poignet devenu trop encombrant, et surtout potentiellement dangereux pour la peau opaline de son époux. Elle le surplomba sans ne plus être unis à lui, ses yeux se baladant sur son visage merveilleux, laissant retomber la tension qui l’habitait afin de faire perdurer leur première nuit en tant que couple marié.

- T’es magnifique mon ange…

Souffla t-elle. La sorcière se pencha doucement sur lui, l’une de ses paumes posée sous son bras, l’autre dégringolant avec lenteur les traits de son visage qu’elle dessinait par admiration. Frôlant le dessin de son nez, esquissant ses lèvres fraiches d’où elle sentait quelques soupirs s’échapper, descendant le long de sa gorge où elle sentait sa pomme d’adam remonter en sa gorge, descendant le long de son torse, où elle traça le moindre de ses muscles avant s’effleurent ses cottes, le bas de son ventre, son regard suivant le chemin de ses phalanges qui remontaient en sens inverse. Son index se rivant sous son menton pour lui faire pencher le visage en arrière, alors que ses lèvres dévoraient sa gorge, et que ses hanches se faisaient pressentes sur les siennes sans jamais lui offrir le cœur de ses jambes. Ses lèvres traçaient leur propre chemin sur son épiderme glacial embrassant ses pectoraux, sa langue glissant entre ses deux muscles pour suivre un chemin imaginaire jusqu’à son abdomen où elle mordit doucement les pommes d’amour inexistantes sur son corps, ses cheveux chatouillant les parcelles de sa peau, alors que ses yeux se fermaient pour embrasser la naissance de ses cuisses puis ce membre durcit par le désir qui habitait son vampire. Sa langue se mêlait à la caresse humide qu’elle lui offrait pour la toute première fois, une offrande où juste ses soupirs et peut être râles de plaisir se feraient entendre, un cadeau où juste lui comptait et non plus son propre plaisir. Bien que l’entendre réagir entrainait la belle dans les méandres de la luxure qu’elle adorait savourer en sa compagnie. Tatiana prenait soin à lui rendre le moindre plaisir, désir, et amour qu’il faisait jaillir en elle, ses mains glissant sur son corps pour ne jamais le laisser sans caresses de leur part, bien que ses lèvres lui en délivrent de toutes autres. Quand elle l’eut décidé, et non pas sous l’emprise de son époux, ses lèvres remontèrent le long de son corps divin qu’elle ne se lasserait jamais de sentir contre elle, ou de simplement contempler de ses yeux, pour retrouver la douceur de ses lèvres, lui délivrant un baiser plein d’envie, ses doigts encerclant quelques mèches de ses cheveux noirs qu’elle laissa glisser à ses phalanges, alors que ses hanches rejoignaient les siennes pour s’unir à nouveau dans un gémissement de complaisance. Son corps huiler d’amour glissait contre le sien, ses hanches ondulantes calmement contre les siennes, alors qu’elle pressait ses lèvres contre les siennes. Habitée par la passion qui la dévorait chaque seconde un peu plus, son corps tremblant entre ses doigts, frémissant d’une flamme invisible, elle posa ses paumes sur son buste, se redressant en quittant ses lèvres, et lorsqu’il suivit le mouvement, elle le repoussa délicatement contre les draps, voulant juste noyer son regard dans le sien, et se nourrir de la complaisance qu’elle générait en lui, par le mouvement de ses hanches qui lui arrachait toujours plus de plaisir. Elle se mordit les lèvres en sentant son plaisir la gagner davantage, sa poitrine se soulevant à la moindre ondulation qu’elle exécutait sur lui, avant de pencher doucement sa tête en arrière, sentant sa main fraiche rejoindre sa nuque, ses propres doigts effleurant son ventre, alors qu’elle gémissait sous la pulpe de ses lèvres qui s’affairait à sa poitrine, remontant le long de son cou pour baiser ses lèvres, là où leur front s’unissait. Tatiana emprisonnée dans ses pulsions donnait des hanches sentant son propre corps se crisper d’ivresse, alors que son regard était ouvert dans le sien, et qu’elle caressait de la pointe de la langue l’entrée de ses lèvres avant de les baiser avec tendresse.

- Je t’aime Damon…



Tatiana P. Salvatore
«I am alive for you... for us.»

Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Lun 6 Jan - 16:26

Damon sentit les échardes de la couche lui entraver les mains, peu de sang coula avant que les plaies se referment comme si elle n'étaient jamais apparues, les mâchoires serrées à craquer, leurs muscles saillant sous sa peau laiteuse, il émit un souffle court qui embrassa le visage poupin sur lequel ses paupières se rouvraient. Lâchant le bois d'une main, il fit dévaler le dos de son index contre sa joue puis ses lèvres qu'il entrouvrit pour y apposer les siennes et savourer le brasier s'emparant d'elle, les papilles magnétisées par le feu qui dévorait sa langue au point de l'en raidir d'avantage contre sa belle. Son bassin remonta vers le sien, soulevant ses reins dans son mouvement s'invitant plus encore elle afin de lui faire ressentir la moindre sensation, aussi subtile fusse-t-elle, qui se voyait déjà décuplée pour le vampire. Un râle de complaisance s'étouffa contre ses lèvres, le plaisir le gagnait, lui ravageait le corps dans son intégralité et les soupirs de Tatia ne faisaient qu'intensifier cet incendie dévastateur en lui. Lorsque sa main fila contre son cou qu'elle cessa de l'embrasser pour l'inviter à échanger leur rôle, Damon s'y laissa tenter sans sourciller, conscient qu'il était fiévreux, plus rien ne semblait atteindre sa réflexion tant il voulait encore se sentir glisser en elle. Tatiana désirait bien plus, que cet acte soit d'une perfection inégalée, qu'il scelle leur promesse précédente et qu'ils s'en souviennent comme s'il s'agissait d'un instant suspendu à tout jamais dans le temps qui filait pourtant trop vite.

Elle le surplomba, sans s'en rendre compte, le thorax de Damon se soulevait, l'impatience le gagnait tandis que ses mains couraient contre ses épaules, dégringolaient le long de ses bras et que ses doigts rejoignirent les siens pour les emprisonner contre ses hanches divines. Son membre caressait son entrejambe sans plus y être uni, d'instinct il pressa sa taille avec une force qu'il estompa rapidement en entendant son cœur battre plus vivement et il redressa les yeux -qu'il avait perdu jusqu'à lors leur contre leurs bassins se frôlant- dans les prunelles dorées de sa sorcière. T’es magnifique mon ange… Son soupir lui en arracha un au point qu'il abandonna ses mains au profit de ses joues pour réunir leurs lèvres en un baiser torride. Il déglutit lorsque ses caresses opérèrent sur lui, qu'il sentait le moindre nerf soubresauter sous sa peau glaciale alors qu'elle dévaler à coup de frôlements d'épiderme et de lèvres la stature bandée de son corps. Sa pomme d'Adam lui remonta en gorge, il emprisonna une boucle fine de ses cheveux et pressa l'oreiller voisin au sien lorsqu'elle baisa la veine de sa cuise la menant à son membre désireux d'elle au point de sentir son sang battre en lui. Elle s'attarda sur sa ceinture abdominale et la main du vampire glissa à sa nuque qu'il pressa doucement comme pour l'inviter à remonter contre lui, il sentait son être céder, il sentait son esprit se fendre et si toutefois elle ne le calmait pas, il serait capable de la blesser. Lorsqu'elle invita le seuil de ses pétales contre sa virilité, Damon contracta le torse et pressa plus encore l'étoffe qu'il tenait au point d'en faire céder le tissu, les plumes volèrent contre lui pendant que la langue de sa belle embraser chacune des veines de ce qu'elle convoitait. Il gémit lui même face au plaisir et pressa ses cheveux entre ses phalanges pour profiter de cette sensation inspirantes, teintée de chaleur et d'un fluide humide et huileux qui l'emprisonnait encore plus dans cette luxure débordante.

Il la sentit abandonner sa tâche, lui offrant quelques secondes de répit alors qu'il ne désirait plus que la posséder encore, il baisa ses lèvres avec fougue lorsqu'elle y invita les siennes, sa nuque prisonnière du creux de sa paume pendant que son autre main s'ancrait dangereusement à sa hanche pour s'abandonner en elle sans attendre. Leurs langues jouaient sur le même rythme qu'il lui imposait, soulevant le poids de son corps sur le sien en soupirant pour elle et recueillant la complainte plaisante de son amour qui lentement tremblait en tentant de retenir les sensations qui lui dévoraient l'organisme. Elle se redressa, paume contre son torse et il accompagna ce geste jusqu'à sentir sa main le presser de rejoindre la couche, elle le calmait alors qu'il se laissait aller à ce qu'il ne devait jamais faire avec elle. Sous la pression intense qu'elle infiltrait en lui, ses veines vampiriques saillirent et il cligna fermement des paupières pour les faire fuir, se contenir et ne pensait qu'au plaisir intense qui la gagnait. Lorsqu'il fut sûr, les gémissements de sa belle ayant raison de lui, il rejoignit son cou en une vitesse surhumaine, le baisa sans pudeur. Sa langue dévala le long de sa poitrine dont il emprisonna une corolle entre ses dents sans lui arracher de souffrance, sa main fut l'écrin de sa nuque qu'elle rejetait en arrière alors qu'il pliait les genoux pour lui offrir une assise d'aisance et surtout plus encore de plaisir puissant. Damon dévora sa mâchoire, son menton puis ses lèvres, les mordant sans douleur, les baptisant de son emprise fougueuse, ses doigts pressait son sein, là où son cœur battait et il rouvrit les yeux sur elle tandis qu'elle pansait sa pulpe en une douceur lingual qui lui fit péter le palpitant sans qu'il batte. Je t’aime Damon… Sa voix défaillait, il emprisonna ses mots en un baiser torturant tant il généré de flux dans son organisme puis, sentant ses entrailles se contracter contre lui, Salvatore échangea leur place en une seconde à peine, pressant sa poitrine contre le haut du lit tandis que son torse épousait les muscles tendus de son dos fragile, il posséda ses doigts des siens et la fit se redresser pour qu'elle encercle la tête du meuble sans jamais quitter ses phalanges. Il la frôla sans glisser en elle, l'apaisant en maints baiser partant de sa hanche, sur ses côtes jusqu'à l'arrière de son oreille, s’enivrant de l'odeur de son sang et des battements fébriles de son cœur. Sa langue fila contre son cou, et dévala cette pente douce, cette cambrure le rendant fou, épousa le creux de sa colone et enfin il baisa sa chute de rein avant de revenir se brûler contre la chaleur transpirante de son entrejambe. Je t'aime comme un dingue Stella... Sourit-il malicieusement à son oreille, capturant son regard du sien plus vile que jamais tandis qu'elle tournait les traits et qu'il s'invitait derechef en elle, les lèvres entrouvertes sur le râle qu'elle lui offrit. Son bassin cambra le sien, l'une ses mains épousa cette taille fine et l'invita sur une cadence plus soutenue qu'elle quémandait, jusqu'à ressentir ses effets sur elle, sentit son membre battre en elle et vibrer aux palpitations de son cœur ardent. Il se retirait sans jamais la quitter vraiment, se fondait en elle sans hésiter, mordant doucement son épaule presque à sang sans pour autant le faire, son être s'embraser contre elle et lorsqu'il la sentit au bord de ce gouffre délicieux qui l'appelait, Damon lui fit vivement rejoindre son corps, face à lui, la possédant vivement pour ne pas laisser fuir son plaisir, ses mains pressèrent ses joues et il la fixa en un sourire carnassier qui ne serait plus offert qu'à elle jusqu'à sentir la jouissance de sa belle l'envahir et lui voler la sienne qu'il laissa couler en des gémissements qu'il scella d'un baiser langoureux inégalé.

L'être en proie au soubresaut, Tatiana rejoignit son coup et il la couvrit des draps pour la serrer et qu'elle puisse s'endormir contre lui. Deux cœurs battaient pour le sien mort, deux cœurs qu'il choieraient au delà des années, pour l'éternité même si la faucheuse avait un rôle à jouer entre eux. Il veilla sa femme une longue partie de la nuit, baisant ses cheveux, humant sa peau, et trouva enfin le sommeil jusqu'au lendemain ou la lueur du jour lui chatouilla les yeux. Salvatore rouvrit les paupières sur elle, elle était magnifique, tout autant que sa fille le serait, sa fille... en y songeant, Damon fit glisser la main contre son ventre qu'il effleura et tira Tatiana de ses rêves en un sourire qu'elle n'avait jamais eu loisir de contempler avant.

Je suis heureux... Répondit-il lorsqu'elle l'interrogea, baisant son épaule avec tendresse. Il sentit le chapelet près de lui et l'emprisonna entre ses doigts, lui déposant sur sa poitrine nue en une moue septique qui la fit rire. Je crois que tu pèches tout de même, mais qu'importe le barbu, j'ai pas l'intention de lui obéir te concernant... Madame Salvatore... Sourit-il malicieusement en ouvrant ses grands yeux bleus à l'ambre des siens.

© .JENAA



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Lun 6 Jan - 21:37

Le baiser qu’ils échangèrent, était d’un magnétisme à en faire rompre toutes les convictions de la brunette dont les hanches ondulaient contre les siennes. Son corps glissait contre le sien, ses bras l’emprisonnant contre elle, alors qu’elle fixait son regard sentant son plaisir grimper atteignant presque son sommet, jusqu’à sentir sa poitrine épouser le bois du lit. Un soupir s’échappait de ses lèvres, alors qu’elle sentait ses mains refermer les siennes, leurs corps désunis, la laissant se languir à nouveau de son être qui lui était si cher. Les douceurs qu’il déposait par le biais de ses lèvres sur sa peau brulante et huilée d’ivresse, la faisait trembler comme jamais, elle sentait chaque frissons se dessiner sur son épiderme, jusqu’à sa poitrine écraser sans douleur, qui se durcissait sous les attentions qu’il lui portait. Les boucles de ses cheveux collaient à sa peau, la cambrure de son dos opérait naturellement contre lui, alors qu’elle fermait les yeux en sentant ses pétales de roses la parcourir au fil des secondes, réchauffant davantage son cœur qui tambourinait dans sa poitrine sous une respiration saccadée de délices. Elle serra des mâchoires quand elle sentit son membre durcit effleurer son entrejambe sans jamais s’unir, une torture délicieuse, qui le faisait succomber au pécher de la chaire sans en rougir.

Je t'aime comme un dingue Stella...

Son cœur loupa un énième battement ou alors une explosion se produit à l’intérieur de celui-ci, tant ses paroles la bouleversait, la rendait encore plus brulante que les minutes précédentes. Elle tourna son regard dans le sien, ses doigts effleurant les courbes de sa mâchoire, alors qu’elle se mordait les lèvres en un sourire, serrant les phalanges resté entre les siennes, pour lui montrer toute l’importance de ses paroles sur sa personne. Quand il s’invita à nouveau en elle, la libérant de la pression qu’il faisait naitre au sein de son bas ventre, elle laissa un gémissement se faire entendre, sa tête basculant en arrière alors qu’elle fermait les yeux comme pour profiter davantage des saveurs inégalées qu’il créait en elle. Sa poitrine se soulevait à chaque aller et venu, et déjà tremblante, elle fut prise de soubresauts qui la faisait s’élever dans une bulle qui ne renfermait qu’eux deux. Les souffles de Damon s’écrasaient sur sa peau, alors qu’elle resserrait des paumes comme pour contenir cette lave brulante qui montait dangereusement dans son cœur, prêt à faire exploser la brunette entre ses doigts. Son corps se raidissait alors qu’elle pressait des paupières comme pour se contrôler sans jamais y arriver, la morsure qu’il exécuta sur son épaule, ne la blessa aucunement mais la fit monter encore plus en température, alors que son corps était comme possédé se cambrant, ondulant contre son bassin, redemandant encore et encore des gourmandises de Damon, jusqu’à se retrouver river contre lui. Ses lèvres entrouvertes, Tatiana fixait le regard azur de son vampire, le laissant descendre sur ses lèvres souriantes avant de se balader sur son torse, pour remonter uniquement à ses billes saphir, où elle s’y perdait. Ses petits bras entouraient son cou, l’une de ses paumes pressaient sa nuque, alors qu’elle sentait ses mains sur ses joues, l’arrête de leurs nez jouaient entres elles, leurs lèvres s’effleuraient sans s’unir jusqu’à ce qu’elle sente les contractions de son abdomen, la faisant déglutir, et capituler d’un plaisir qu’elle n’avait jamais ressentit que dans ses bras. En pleine complaisance, elle recueilli au sein de sa bouche en un tendre baiser, les soupirs, et râle de plaisir de son vampire tout en alliant les siens. A bout de souffle, épuisée, et comblée, elle retrouva les draps, la douceur de son vampire, et cajola sa joue contre sa gorge, tout en scellant ses phalanges à l’une de ses mains. Elle déposa maints baisers sur sa peau, les yeux clos, avant de laisser le sommeil l’emparer. La journée avait été lourde en émotions, en sentiments, et elle était à bout de forces après une nuit aussi mouvementé, mais qui resterait à tout jamais gravé dans sa mémoire. Les moindres sourires, regards, paroles, baisers, caresses, souffles, rien, elle n’oublierait jamais aucun détail de ce moment formidable.

Le lendemain matin, ce ne fut pas la lumière du jour qui la réveilla comme chaque jours, ce ne fut pas le bruit des oiseaux, ou la froideur de son lit déserté par son vampire. Ce ne fut pas les éclats de rires du couple Steferine ou encore les sauts d’humeur de Dawn, ni même ses claquements de porte dans l’optique de réveiller la petite sorcière. Ce ne fut pas non plus sa magnifique boule de boule qui tentait de monter après les draps pour se faire caresser en miaulant. Non ce fut le contact de son vampire caressant tendrement son abdomen où grandissait calmement leur petite fille. Cette petite brunette qu’elle avait pu contempler, où elle avait pu se noyer dans ses yeux, et se satisfaire de sa voix. Sentant cette douceur sur son ventre, elle remonta doucement son menton en direction du merveilleux visage de son mari, lui décernant un de ses doux sourires comme chaque matin qu’on lui accordait à ses côtés. Son index effleura son menton, les courbes de sa mâchoire ses yeux se baladant sur ses traits avant de s’attarder sur le sourire qu’il lui adressait. Un sourire comme elle n’en avait jamais vu possédait ses traits, agrandissant celui qu’elle avait sur son propre visage.

- Qu’est ce qui te fais sourire ainsi ?

Je suis heureux...

- Pas autant que moi…

Dit elle en un sourire avant de frissonner sous son baiser à l’attention de son épaule. Lorsqu’il déposa son chapelet sur sa poitrine et qu’elle vit la moue qu’il arborait elle se mit doucement à rire, saisissant son menton entre ses doigts.

Je crois que tu pèches tout de même, mais qu'importe le barbu, j'ai pas l'intention de lui obéir te concernant... Madame Salvatore...

- Je te demande nullement de le faire !

Rieuse elle embrassa tendrement les lèvres de son vampire, tirant contre elle l’un des draps avant de s’envelopper à l’intérieur et de sortir du lit, en scrutant son regard pour le déposer ensuite sur l’extérieur. Elle poussa doucement le rideau des doigts et regarda l’étendue de neige en contrebas, plus rien ne ressemblait à la veille, tout était couvert de ce manteau blanc et elle voyait le vent souffler dans quelques branches d’arbre, elle fronça un instant des sourcils déposant son chapelet sur la table, avant de se saisir d’une fraise qu’elle fit rejoindre ses lèvres.

- La tempête ne va pas tarder à arriver… dans les jours qui viennent…

Dit elle avant de poser son regard sur le bois du lit craqueler, les quelques plumes tombées au sol, qui la firent doucement rire. Secouant de la tête, elle releva le drap à ses pieds pour ne pas se prendre dedans, et remonta sur le lit, une plume en main qu’elle fit doucement glisser contre le nez de son vampire, dévalant sa gorge, son torse, tout en la suivant du regard.

- Tu ne dois pas avoir peur Damon… Souffla t-elle en remontant son regard dans le sien Tu ne me feras jamais du mal, et quand bien même ça arriverait par inadvertance, je saurais t’arrêter… fais nous confiance...

Tatiana déposa un baiser au centre de son torse avant de lui faire un doux sourire. Elle n’avait pas peur de lui, pas peur qu’il perde le contrôle, car elle se sentait capable de l’arrêter si elle le devait, elle ne prendrait jamais aucun risque la concernant ou les concernant.



Tatiana P. Salvatore
«I am alive for you... for us.»

Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon) Lun 6 Jan - 22:40

Lorsqu'elle tira le drap, l'abandonnant sur cette couche encore chaudement froissée par son corps gracile, Damon appuya le coude sur le matelas et déposa le menton sous son poing serré. Il décrivait ses courbes dissimulées par cette étoffe de satin beige, son imagination débordait déjà, elle l'invitait à la fixer et friser l'impudeur, revoyant ses mains entourant ses hanches parfaitement dessinées, son sein désormais prisonnier d'une soie luxueuse et non plus de ses phalanges, sa gorge où il humait encore les parfums charnels sur lesquels elle s'était endormie. Un sourire de coin se logea à ses traits et il se surpris à mordiller doucement l'intérieur de sa lèvre inférieure, tout en songeant aux délices inavouables de la veille. Il n'oublierait jamais ce moment, comme aucun autre près d'elle, elle avait conquit son âme, son cœur, et devenait l'impératrice de son corps et de ses plus bas instincts, une souveraine capable d'obtenir tout de lui sans jamais en recevoir les souffrances qu'il craignait lui intimer par mégarde. Il fut captivé par le léger déhanché de son bassin lorsqu'elle s'approcha de la fenêtre, la lueur blanchâtre au dehors formait un halo autour d'elle, spectrale en étant bien vivante, son icône, son étoile capable de briller au creux du jour. Il l'aimait et cet amour avait toujours été présent en lui, il avait simplement besoin de jaillir pour l'unique personne capable de lui rentre et cette dernière était là, debout dos à lui, si bien qu'il noyait son regard sur la divine chute de ses reins, imaginant encore ce qu'il avait été capable d'accomplir cette nuit pour elle. Ses yeux filèrent à ses bras où il voyait très nettement le duvet invisible à l'oeil humain se dresser sur sa peau frissonnante, il descendit jusqu'à sa main où il avait passer l'alliance à l'annulaire la veille et fut dévoré par un flash mordant de leurs phalanges serrées contre les plumes qui avaient éclater la veille, ressentant encore cette douce ivresse d'une jouissance passée au sein de ses entrailles.

La tempête ne va pas tarder à arriver… Sa voix manqua de faire choir son menton de sa main tant il songeait et il rouvrit de grand yeux, mimant être à l'écoute alors qu'il s’ensevelissait dans quelques souvenirs de son corps chaleureux au sein duquel il adorait se loger sensuellement. dans les jours qui viennent…

Uhm? Damon constata l'état de la couche et des lieux lorsque le regard de la belle s'y perdit en quelques rires qui lui arrachèrent un rictus. Plumes, oreiller éventré, tête de lit explosé au rebord, en effet il n'y était pas allé de mains morte. Mieux vaut ça que toi. Dit-il en soufflant sur la plume qu'elle lissait contre son nez puis ses lèvres.

Tu ne dois pas avoir peur Damon… Tu ne me feras jamais de mal, et quand bien même ça arriverait par inadvertance, je saurai t’arrêter… fais nous confiance... Il fixa son ventre lorsqu'elle revint près de lui.

Il se redressa vivement -en un éclair-, pour s'agenouiller entre ses jambes encore dans le vide près de la couche. Entouré d'un drap à sa taille, il déposa les mains sur ses hanches et baisa ses lèvres avec tact avant de passer la langue sur les siennes, un laps de temps suffisant pour sa belle qui en profita pour embrasser son cœur. Elle venait de lui offrir une réponse à une demande qu'il peinait à lui faire, malgré l'amour, elle ferait tout pour l’empêcher de la blesser elle et leur fille qu'il cajolait lentement des pouces. Damon invita ses lèvres sur sa clavicule et lissa une boucle de ses cheveux, le menton filant contre sa poitrine prisonnière des draps, baisant leurs ombres pour enfin déposer l'oreille à son abdomen et s'y laisser lentement bercer. Son sourire revint saisir la commissure de sa bouche, leur enfant allait parfaitement bien et alors qu'il s'octroyait un moment de pur douceur auprès de ses femmes, il fut surpris de la légère rondeur qu'avait ce ventre d'ordinaire plat comme le serait celui d'une femme enceinte depuis quelques jours et baisa celui-ci pour redresser le regard dans les prunelles ambres de Tatiana.

Je crois qu'elle sera là beaucoup plus tôt qu'on ne le pense. Lorsqu'elle plissa le nez, Damon la redressa vivement et la plaça devant le miroir, les mains découvrant l'étoffe à son ventre avant de croiser ses yeux dans le reflet. C'était pas comme ça hier, ou alors je deviens gâteux avec l'âge mais j’émets un gros doute mon cœur. Elle sourit en voyant cette rondeur naissante, c'était subtile mais palpable pour eux, ils n'étaient pas à l'origine de ce miracle pour rien. Damon baisa son épaule, y logea son menton et posa les mains sur les siennes, un sourire carnassier et taquin possédant son visage parfait. Que dirais tu d’inaugurer ta nouvelle salle de bain, Stefan m'a parlé d'une douche exquise...uhm? Il sourit et la souleva, abandonnant leurs étoffes contre le sol tandis que le jet coulait déjà et que les premiers souffles de leur nouvelle étreinte embué les miroirs et faïences de la pièce.

© .JENAA



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Our Destiny (Damon)

Revenir en haut Aller en bas

Our Destiny (Damon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Duke University-