RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Lun 6 Jan - 20:01

Game On

Le cœur battant la chamade, les veines chaudes tout autant que son corps fatigué comme il ne l'avait plus été depuis longtemps -trop longtemps même-, la brune filait aussi vite que possible dans ce repère du diable aux odeurs nauséabondes. La moindre feuille frissonnante sous le vent qui se levait, la moindre éclaboussure qu'un caillou faisait dans les marécages boueux lui faisait perdre pieds. Son ouïe était à l’affût d'un simple cri de chouette, d'un simple chant de criquet sans pouvoir distinguer leur différence flagrante. Elle entendait bel et bien mais tout se mélangeait à ses tympans et il lui était impossible de se concentrer sur ceux qui la traquaient sans doute encore. Katherine était perdue pour la première fois de sa vie, du moins pour la seconde depuis qu'elle était devenue un vampire, et alors qu'une branche fine arrachait un léger lambeau de la peau de sa joue, à l'en faire grimacer de douleur, elle déposa l'index et le majeur sur cette plaie piquante pour la sentir et observer son sang sans plus pouvoir humer les arômes de cette odeur qui quelques heures plus tôt lui aurait fait tilt s'il n'avait pas s'agit d'elle. Ses lèvres tremblèrent, lorsqu'elle prit conscience de ce qu'elle était redevenue, elle s'adossa à un arbre dont l'écorce contre son dos la fit plisser le nez tant c'était désagréable. A bout de souffle, consciente qu'il fallait qu'elle respire afin de ne pas en manquer d'avantage, Pierce reprit de longues inspirations qui lui brûlèrent les poumons. Des larmes naissaient sans ses prunelles noisettes ayant perdu de leur éclat, le vent lui arrachait toutes ces brides d'humanité qu'elle ne désirait pourtant jamais revoir en elle, sa course folle l'usait comme elle n'avait plus ressenti de douleur musculaire depuis des siècles et, instinctivement, elle engloba le haut de ses bras à deux paumes lorsque le froid et la brume lui mordirent l'épiderme. Elle était seule dans l'antre du diable, là où on l'avait abandonné à son sort, là où la traquait comme un animal pour la rayer de la surface de cette terre qu'elle désirait pourtant fouler une éternité pour une unique personne : Stefan.

Elle ferma les paupières un instant, une larme dû à sa condition, son état et le froid, quittant ses cils pour mourir au coin de ses lèvres, le sel amer de cette perle lui revenant désagréablement en bouche. Stefan, pourquoi n'était-elle pas venue ici avec lui, pourquoi avait-il fallu qu'elle joue elle même avec le feu en se croyant assez forte pour affronter un homme du quart de son âge ? Les traits de son époux s'offraient à son esprit et elle se languissait de le revoir en sachant pertinemment que tout espoir de le serrer à nouveau contre elle était vain. Katerina fuyait pour gagner du temps, elle fuyait comme elle avait appris à le faire depuis de nombreuses années, mais l'échéance pointait le bout de sa silhouette et ce n'était plus qu'une question de secondes, de minutes ou peut-être d'heures, avant que cette figure décharnée encapuchonnée dans une aube noir vienne la saisir et l'arracher aux bras glacials qu'elle voulait sentir encore autour d'elle. Subitement elle rouvrit les yeux en étouffant un cri dans la paume de sa main, lorsqu'un crocodile s'empara d'un échassier qui s'abreuvait sur la surface opaque de cette eau stagnante, et elle entendit des voix au loin qui la firent reprendre sa course effrénée entre les troncs des arbres couverts de mousse et entourés d'insectes qui lui mordaient la peau sans scrupule. Pierce filait aussi vite que ses jambes sans force le lui permettaient et alors qu'elle tournait le visage, ses boucles fouettant les divers plaies et contusions qu'elle portait aux traits, son pied rencontra une racine et elle s'écroula, sa tête heurtant un rocher qui la plongea dans l'inconscient en lui arrachant ce fluide qu'elle savait redevenu précieux aux yeux de quelques vampires viles et rancuniers.

-Quelques heures plus tôt à Mystic Falls-
Juchée sur un tabouret de bar au grill, la vampire cinq fois centenaire s'entretenait avec une vielle connaissance, un nécromancien qui l'avait aidé autrefois et qui était réapparu après plus de deux siècles d'absence : Dean. Stefan n'était pas au manoir, sans doute avait-il dû allait chasser sans la réveiller le matin même ou vaquer à quelques affaires ne la concernant pas, il n'y avait que Damon et Tatiana dans la demeure, ainsi que ce petit être en constante évolution sur le cœur duquel elle attardait ses tympans parfois. Les temps étaient calmes depuis que la sorcière était entrée dans leurs vies, Elijah n'avait plus aucune rancœur, visiblement Klaus se tiendrait loin d'eux, Kol était en quelques sortes de leurs côtés et Rebeckah, et bien, elle n'était sûrement pas assez bête pour se mettre à dos ses frères qui n'attentaient plus aux jours des Salvatore dont les deux doubles faisaient intégralement partis désormais. Se sustentant d'un verre de vin, riant aux divers anecdotes du grand brun près d'elle, Pierce fut directement plus attentive lorsqu'il évoqua la cure. La belle avala son breuvage pourpre et s'approcha de lui, jetant un rapide coup d’œil aux gens présents pour s'assurer qu'elle était bel et bien l'unique vampire des lieux.

Comment sais-tu qu'il la en sa possession? Interrogea-t-elle curieuse. Le rictus de ce Sicilien lui en intima un, ce sorcier était une source inépuisable de savoir et sa réputation n'avait pas tari avec l'âge certain qu'il arborait. Ne joues pas de mystère avec moi Dean, tu sais combien je peux être persuasive.

Mais je le suis autant que toi... Rit-il en s'approchant de son oreille. Katherine arqua les sourcils et recula. Tu as l'air surprise, pourtant je tiens ça de sources sûres, après si tu ne t’intéresses plus à ce remède, tu donneras le filon à qui bon te semblera.

Il est encore dans cette région infâme? Lorsqu'elle le vit hocher la tête, un rictus fendit le coin des lèvres de Katerina. Cette fois elle touchait au but mais pourquoi désirait-elle cette fiole désormais ? Pour les mêmes raison que lors du sortilège duquel son interlocuteur présent l'avait tiré. Je ne vais pas perdre de temps, après tout ce n'est rien qu'un insecte, s'il ne veut pas me l'offrir je l'obtiendrai autrement... Katherine se redressa, renfila sa veste de cuir sur son bustier noir, lissa le cuir de son slim et fit tinter les talons de ses boots sur le carrelage.

Tu devrais attendre... Stefan ne serait pas de trop. Lança le sorcier pendant qu'elle rejoignait la sortie.

Je saisi la chance que nous désirons tous au manoir, je sais qu'il serait un allié de choix mais le mettre en danger au cœur d'une troupe de vampire asservie à un roi de pacotille non merci. Pierce poussa la porte et s'engouffra dans sa voiture.

Direction la Nouvelle Orléan sous le soleil du début de matinée, elle y serait dans l'après midi et reviendrait avec la cure. La route fut longue, Stefan lui manquait mais il était hors de question de le mêler à cela, elle était assez forte pour gérer, elle avait de nombreuses flèches à son arc et ce n'était pas un insignifiant petit vampire se proclamant roi d'une ville qui allait la faire trembler ou lui résister. Lorsqu'elle arriva sur place, qu'elle parqua son véhicule dans une ruelle, ayant les bonnes informations sur l'endroit où trouver ce buveur de sang, elle quitta l'habitacle et fendit cette foule plus morte que vivante. Des tas de semblables allaient et venaient, quelques humains -faisant sans nul doute office de casses croûtes sans plus d’intérêt- et aucun loups ou sorcières, les légendes se vérifiaient donc et amusaient Pierce qui se retrouvait comme dans le berceau de sa race sans que cette ville ne le soit vraiment. En un sens, elle comprenait qu'Elijah ou même Niklaus affectionnent les lieux, elle même s'y serait plus si toutefois elle n'avait pas préféré les bras de son amour et la bourgade les abritant. Arrivant devant une immense porte de bois rouge -tout ici étant coloré et pétant- elle se vit barrer le chemin par un vampire qui lui ordonnait de se présenter ce qui la fit rouler des yeux. Ce gamin ne devait pas être plus vieux qu'elle, elle aurait la main sur lui s'il se montrait hostile.

Retire ta main si tu ne veux pas finir manchot. Sourit-elle prête à agir avant de sourire plus encore lorsqu'elle vit une troupe de sangs froids s'amasser autour d'eux. Oh, je vois... ton maitre est parfaitement entouré, ce n'est pas l'expérience mais le nombre qui compte. Soit, Katherine fit une moue et croisa les bras sous sa poitrine. Dis à ton « roi », Mimant des guillemets, elle sourit d'avantage. que Madame Salvatore souhaite le rencontrer, s'il ne comprend pas ajoute Pierce, ça devrait suffire. Impérieuse, elle le vit filer et s'adossa au mur voisin, dépeignant les visages qui l'entouraient, jouant mentalement au jeu du « qui est le plus faible ou le plus fort ».

© .JENAA


Dernière édition par Katherine P. Salvatore le Mar 7 Jan - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Lun 6 Jan - 23:42





Marcel coulait des semaines tranquille dans sa ville entouré de ses amis, de sa famille comme il aimait l’appeler. Depuis quelques temps déjà, il avait recueillit auprès de lui une femme dont la race en temps normal lui faisait dresser le poil des bras. Hayley, nul autre que celle qui portait l’enfant de Niklaus, avait trouvé refuge en ces lieux. Pour le moment, il ne pipait mot à quiconque, et personne n’ébruitait sa présence, cependant, il n’avait encore aucune idée de que faire avec elle. La rendre à Niklaus ? La garder près de lui pour une raison inconnue ? En faite c’était le cadet de ses soucis ces derniers temps, il profitait de la vie comme à l’accoutumée, et avait fait savoir que la fiole était entre ses mains. Bien entendu, seul Marcel savait où celle-ci se trouvait, il n’avait indiqué à personne pas même à son bras droit le lieu où elle était protégée. Marcel était peut être un jeune vampire, âgé de plus de deux cent ans, mais il avait grandit auprès des plus vieux, des Originels, ancrant en lui leur enseignement pour ne pas faire de faux pas, comme le faisait continuellement son compère Niklaus. A la force de ses bras, avec son tempérament de feu, il avait réussit à débarrasser la ville des loups garous (ceux étant encore présent se terrant pour ne pas être débusqué et mis à mort), tout comme il avait mis sous sa coupe les sorcières leur interdisant l’exercice de leur magie, sans quoi elle se retrouverait aussi froide qu’un vampire sans avoir le luxe de fouler à nouveau le monde. Sa ville, un repère à vampire, attirait de nombreux curieux, la sureté pour la race à laquelle il appartenait rassurait et lui offrait l’allégeance de ses troupes. Marcel était très clair avec eux, la confiance était de mise, dès qu’une règle était enfreinte ou bafouée, le vampire en question était exécuté, et à de nombreuses reprises il avait prouvé ses dires en tuant de ses mains ses semblables. Ainsi, personne ne venait le chatouiller, tout le monde le respectait et suivait ses paroles comme un religieux suivrait la bible à la lettre.

En cette fabuleuse journée, ensoleillée en Nouvelle Orléans, bien que les températures furent fraiches, Marcel ayant réglé les quelques problèmes, était assit à une table dans son bar. Un verre en main, les pieds rivés sur la banquette face à lui, il lisait tranquillement le journal, prêtant l’oreille à un jeune homme qui chantait une chanson qu’il appréciait particulièrement. Il grimaça à quelques passages en relevant le bout du nez, en entendant les fausses notes, mais Jenkins était tolérant, on apprenait avec le temps. Si sa voix était aussi parfaite aujourd’hui, c’était déjà parce qu’il était talentueux, et surtout parce qu’il s’entrainait hardiment. Le vampire avait toujours adoré la musique, humain il chantait dans les rues, et aujourd’hui au sein de son bar pour les oreilles de ses semblables ou des humains. Reposant son journal, il lia ses mains devant lui, les coudes appuyés sur la table, fermant un instant les yeux pour se concentrer sur le timbre de sa voix, un sourire en coin, alors qu’il entendait le rythme de son cœur battre à tout rompre. Il était possédé par le stress, voila pourquoi il commettait quelques impers. Une vois le hélant le sortit de ses songes, et il dressa son index pour faire taire son semblable, lui intimant du regard d’attendre la fin du morceau qui ne tardait pas à venir. La dernière note retentissant, il se leva et frappa dans ses mains avant de siffler le jeune homme qui descendait ravis et rassuré d’entendre le public l’applaudir. Il porta ensuite son regard sur Gwendoline, son bras droit, une jolie femme rousse plus âgée que lui et qui pourtant lui semblait comme asservit sans qu’il n’y soit pour quelque chose, mais ceci lui servait grandement.

- Une jeune femme veut te voir.

- Qui et pourquoi ?

- Aucune idée, Mike m’a simplement donné son nom… Madame Salvatore…

- Renvoi la je la connais pas… Dit il en s’asseyant reprenant son journal en main.

- Pierce ?

- Fais la entrer

Décréta t-il avec un grand sourire, en connaissant parfaitement l’histoire de Katherine. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il connaissait très bien les Originels, et en avait entendu parler de nombreuses fois. Marcel n’était pas dupe et savait très bien pourquoi elle venait ici, sans doute pour la cure. Il laissa son regard planer sur la pièce remplit de ses petits soldats, avant d’entendre les talons aiguilles de la jeune femme résonner sur le plancher du bar ancien. Lorsqu’elle se trouva devant lui, un sourire grandiose sur les lèvres, le bras sur le dossier de la banquette, Marcel la dépeignit avant d’émettre un rictus.

- Katherina Petrova en chaire et en os… Niklaus m’a beaucoup parlé de toi… Assied toi je t’en prie. Dit il en la regardant lui désignant la banquette face à lui. Salvatore ? T’as encore changé de nom en espérant échapper à Klaus ou tu as réussis à mettre le grappin sur un homme ? Demanda t-il faussement curieux, avant de jeter un œil à Gwendoline installer au bar, reportant son regard sur la brunette Pourquoi veux tu me voir ?



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Mar 7 Jan - 0:40

Game On

Tranquillement posée dos contre le mur, Katerina fixait tantôt ses ongles tantôt ces vampires sans intérêt figés devant elle, certains assis contre le capot d'une voiture, d'autres entrain de fumer, elle sourit faussement à l'un d'eux qui passait la langue sur ses lèvres en la dévorant du regard. Celui qui avait engendré ce dernier aurait dû se couper un bras ce jour là, il n'avait clairement rien pour lui, d'ailleurs qui à part Stefan avait d'estime et de charme à ses prunelles? Damon sans doute, étant lui même lié à elle part le sang et l'alliance qu'elle portait au doigt, Pierce se félicitait de n'avoir aucune attention sur d'autres hommes que son vampire même si, ici -du moins si toutefois son interlocuteur désirait la rencontrer sans qu'elle dusse employer divers subterfuges- elle feinterait de l'intérêt envers ce buveur de sang dont elle avait autrefois entendu parler. Jenkins, un ancien chanteur de rue sans famille d'après ce qu'elle savait, ce que ses oreilles avaient capturé ça et là au grès du temps qui passait, comment avait-il eu tant de poigne, du haut de sa nature première de moins que rien, pour ainsi tenir une ville entière au creux rose de sa paume? En y songeant elle arqua un sourcil et tourna le menton sur le vampire qui avait disparu derrière la porte plus tôt. Celui ci lui fit un unique signe et elle minauda face à son prétendant désagréable au regard. Féline la sulfureuse Salvatore enjamba l'encadrement et suivit le domestique remarquant du coin de l'oeil les deux autres créatures, derrière le battant, les suivre comme si elle attenterait aux jours d'un des pions de ce Marcel. La prenaient-ils pour une débutante? Si vraiment elle avait voulu pénétrer les lieux, ils n'auraient été rien d'autres que de petites punaises sous sa semelle, que croyaient-ils? N'y songeant plus, bien plus focaliser sur ce qu'elle désirait obtenir, la belle se vit ouvrir une porte d'échoppe, un bar au patronyme de papillon qui la fit sourire, ce vampire avait-il l'âme romantique? Le sbire se posta dans un recoin de la pièce, le domaine retenant en sa scène un piano duquel un homme dont le cœur battait la chamade quittait le siège pour un verre, Pierce se vit désigner une banquette par une rousse dont l'âge devait avoisiner le sien. Décidément au plus on gravissait les échelons de ce domaine, au plus la concurrence se faisait rude niveau expérience.

Petrova sourit aux quelques vampires des lieux, uniquement pour jauger l’intérêt qu'ils lui portaient mais tous semblaient attentifs à une unique personne ici bas, un grand homme à la peau café qui l'attendait sur son siège, bras écartés au sommet de ce dernier, en un sourire éclatant aussi blanc que la neige qui avait couvert Mystic Falls ces derniers temps. Katherine arqua un sourcil et croisa les bras devant elle lorsqu'elle fut à sa hauteur, dépeignant l'individu comme il le faisait avec elle, jamais elle n'aurait imaginé ce type ainsi, pour elle il devait être plus gringalet, certainement à allure faiblarde, non pas de cette carrure et attitude pleine de sarcasmes dont elle même savait joué habillement au contact du frère de son époux. Un rictus quitta ses lèvres, il devait la connaître par le biais de Niklaus, cet Originel ne pouvait-il pas tenir sa langue de vipère en sa bouche plutôt que de passer son temps à la décrire comme lui l'entrevoyait, une garce, une traitresse, alors que c'était lui et uniquement lui qui l'avait poussé à fuir tout ce temps.

Katherina Petrova en chaire et en os… Niklaus m’a beaucoup parlé de toi… Assied toi je t’en prie.La belle s'installa sur la banquette qu'il désignait, bras sous sa poitrine, une attitude refermée, il était hors de question de lui accordé trop de valeur et surtout sa fausse confiance aussi rapidement. Salvatore ? T’as encore changé de nom en espérant échapper à Klaus ou tu as réussis à mettre le grappin sur un homme ?

Je vois qu'on se tutoie, moi qui désirez jouer de vouvoiement me voilà franchement déçue... Une moue inversé aux lèvres, Pierce inclina la tête et reprit. Marcel Jenkins, la curiosité est un vilain défaut, ta mère ne te l'as jamais dit? Un sourire mesquin s'empara du coin de sa bouche, elle touchait là où elle savait qu'il comprendrait son savoir quant à son passé, lui savait le sien pourquoi ne devait elle pas connaître à son tour quelques brides douloureuses de son histoire? Elle joua de l'annulaire pour répondre à sa question et sourit. Mariée précisément... je ne fuis plus personne depuis des années, sinon pourquoi m'exposer ainsi uhm?

Pourquoi veux tu me voir ? Elle joignit l'index à ses lèvres et fit mine de réfléchir avant de le pointer de ce même doigt.

Si je disais par pure convenance, ça se faisait de mon temps de saluer le maître incontesté des lieux. Amusée, elle sourit d'avantage et ses yeux brillèrent enfin. Disons que tu as quelque chose qu'il me plairait de détenir, un flacon de rien du tout pour lequel je suis prête à t'offrir un prix certain. Katherine jouait de son charme, il ne lui faisait ni chaud ni froid et elle se savait plus puissante que lui, sans doute une erreur de sa part mais, pour l'instant, elle était convaincue d'avoir le dessus sur ce fameux roi. Que ferait un roi avec cette chose uhm? A quoi te servirait-elle à part attirer sur ton territoire des créatures bien moins coopératives que moi? Tu sais qu'à Mystic Falls quelques chasseurs recherchent ton bien? il leur suffirait de quelques vampires de plus à leur actif, Elle scruta les lieux en délivrant sa phrase comme pour prouver la véracité de ses propos. et dieu sait qu'ici ils ne seraient pas sans, pour que leur marque s'étende et délivre l'endroit où tu la caches... ensuite on essaierai de te l'arracher sans contrepartie.

Impérieuse, Petrova savait qu'elle retenait son attention, elle n'avait aucunement tord si par malheur il refusait son marché, elle connaissait une demoiselle, assez turbulente, qui adorerait passer ses nerfs dans ce repaire de vampires. Pierce était loin d'être bête, nullement niaise, ses années de fuite lui avait appris une chose, toujours avoir d'autres atouts que le premier plan dévoilé et, ici, si Jenkins la renvoyait elle userait de persuasion auprès de Dawn qui ainsi, ferait grandir son tatouage et ficherait la paix à Tatiana et Damon en exécutant la tâche pour laquelle elle était destinée, d'une façon ou d'une autre la première madame Salvatore obtiendrait cette cure, par un marché ou par la force, mais elle serait sienne, ce n'était qu'une simple question de temps.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Mer 8 Jan - 23:50





Marcel eut un sourire quand elle parla de sa mère, celle qui l’avait mise au monde lui était totalement inconnue. Certains pleuraient à vie cette perte, lui non, il s’en fichait, sa famille d’accueil avait été des plus formidable, quand bien même il avait arpenté les rues durant de nombreuses années sa vie de nomade ne lui avait jamais déplu. Elle souhaitait toucher un point sensible, elle s’en mordrait les doigts pour avoir oser sans y parvenir. Le vampire avait très peu connu ses parents, et n’en s’en rappelait nullement, les seuls souvenirs qu’il avait d’eux était la misère les entourant, voila pourquoi il s’était échappé, histoire de voir une autre vie que celle-ci. Quand elle lui fit voir son alliance, il fit une moue souriante, bien madame avait un époux et se pointait sans lui ici, grave erreur de jugement. Elle le prenait sans doute pour un bleu en vu de son jeune âge, visiblement même les plus vieux vampires étaient aussi arrogants que certains nouveaux nés. Etre sur de soit était une bonne chose, mais fallait il encore avoir un plan en tête, ou alors les armes appropriées afin de ne pas passer pour une stupide créature que lui n’était nullement. Après tout, il avait réussit à s’approprier une ville entière et beaucoup l’enviait pour cela.

Si je disais par pure convenance, ça se faisait de mon temps de saluer le maître incontesté des lieux.

- Je dirais que tu es vieux jeu contrairement à ce qu’on m’a rapporté sur toi !

Disons que tu as quelque chose qu'il me plairait de détenir, un flacon de rien du tout pour lequel je suis prête à t'offrir un prix certain.

Marcel se mit à sourire grandement, se grattant rapidement l’arcade du pouce en passant sa langue sur sa lèvre. Nous y voila, elle voulait la cure, les nouvelles s’étaient rependues très vite à son plus grand amusement. Jenkins ne souhaitait nullement lui donner, mais était curieux de savoir ce qu’elle aurait à lui offrir. Après tout, autant l’écouter et qui sait peut être changerait il d’avis, bien que pour le moment têtu comme une mule il ne le ferait nullement. Il feinta d’être intéressé, posant ses avants bras sur la table, joignant ses mains entre elle et la scrutant du regard, la laissant poursuivre.

Que ferait un roi avec cette chose uhm? A quoi te servirait-elle à part attirer sur ton territoire des créatures bien moins coopératives que moi? Tu sais qu'à Mystic Falls quelques chasseurs recherchent ton bien? il leur suffirait de quelques vampires de plus à leur actif, et dieu sait qu'ici ils ne seraient pas sans, pour que leur marque s'étende et délivre l'endroit où tu la caches... ensuite on essaierai de te l'arracher sans contrepartie.

Son torse se mit à tressaillir, et Marcel explosa de rire en la regardant. Elle était vraiment si stupide que ça ou feintait l’être pour la lui jouer à l’envers. Jamais aucun chasseur n’avait mis les pieds ici sans repartir dans une boite de sapin. Ils étaient nombreux beaucoup plus que ce qu’elle pouvait voir dans son bar, et Marcel ne doutait pas que Gwendoline avait déjà sifflé les troupes dans le but de préserver la vie de son maitre. Il secoua de la tête.

- T’es vraiment amusante Katherine… Me prendre pour un bleu celle là on me l’avait jamais faite… Dit il en repliant le journal devant lui et le poussant Ne pas se fier aux apparences voila une chose que ta mère n’a pas eu le temps de t’inculquer visiblement… trop occupée aux mains de Niklaus…

Le dos de Marcel rejoignit le dossier de la banquette, ses jambes allégrement étendue sous la table, alors qu’il tapotait des doigts sur celle-ci en la scrutant. Katherine était fidèle à sa réputation, impétueuse, fière d’elle et surtout bien trop sure de sa puissance. Mais le nombre ne fallait il pas les âges ? Si il n’avait jamais été ennuyer par qui que ce soit pas même les originels c’est qu’il y avait une raison. Ils étaient en surnombre, et tous obéissait à une unique voix, la sienne.

- Tu sais quoi, juste parce que tu as un petit plus que tes précédents n’ont pas, et je ne parle pas de ta beauté, mais bien plus de ton caractère, je suis prêt à écouter ton offre… dis moi pourquoi je te donnerais la cure, alors que comme tu l’a dis je suis un roi ici. Et un roi à toujours ce que d’autre souhaite, d’autant plus que je suis l’unique vampire à savoir où elle se cache… me tuer, enterrerait le secret  à tout jamais… je t’écoute ?

Dit il en écartant les mains devant lui, voulant savoir ce qu’elle était prêt à vendre pour s’octroyer le luxe d’être détentrice de la cure.



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Jeu 9 Jan - 14:01

Game On

Ce vile petit Roi se fichait d'elle, son rire l'agaçait et déjà Katherine sentait son sang chauffer lentement en elle, ce petit insecte ne prenait-il pas ses dires au sérieux, était-il aussi niais que ce qu'elle observait de lui à l'instant? Il imaginait sans doute que les chasseurs étaient bêtes au point d'annoncer leur venue dans sa chère et adorée ville? Non, les traqueurs étaient bien plus viles que ce qu'il devait penser, d'ailleurs pour réagir de la sorte il n'avait jamais dû se retrouver nez à nez avec l'un d'entre eux, attention, un élément doué et non pas en bas âge comme Mini Gilbert, oui, un chasseur de vampires aguerrit dont la marque était bien étalée contre l'épiderme, un être ayant à son actif maintes créatures sanguinaires.... D'après ce qu'elle avait pu entrevoir, le tatouage de Dawn était plus développé que ceux qu'elle avait déjà observé sur d'autre, il y avait aussi ce Kyle Jefferson mais ce dernier n'était pas dans ses petits papiers, hormis le saigner et lui inculquer quelques ordres elle n'aurait rien obtenu de lui en peu de temps et ici, le temps était compté... Pierce était loin d'être bête, visiblement il n'avait aucune intention d'offrir la cure à quiconque avec un sublime sourire et un corps de rêve viendrait lui demander gentiment, non, il désirait surement jauger ses ennemis ou amis rien de plus, sans doute ce Marcel était-il soucieux de sous peser les menaces ou personnes capables de rejoindre ses rangs rien de plus, rien de moins. Elle renfonça le dos dans son siège et esquissa un sourire mesquin, les bras toujours croisés sous sa poitrine et les doigts faisant rouler son alliance contre son annulaire.

T’es vraiment amusante Katherine… Me prendre pour un bleu celle là on me l’avait jamais faite… Elle feinta un sourire abusif, tandis qu'il pousser le journal qu'il lisait plus tôt.

Mais je te rend le compliment, je ne te prend pas pour un bleu, j'expose simplement des faits... Pierce pencha le buste, les yeux rivés dans les siens. Sais-tu au moins que certains chasseurs sont certainement plus intelligents que toi ? Remarquant une coupelle d'olives sur la table, Pierce en piqua une et la croqua en un sourire de plus. La confiance en soit est une chose, en abuser une autre Marcel... je te mets simplement en garde sur ce qui pourrait traverser l'esprit de personnes bien moins éduquées que moi!

Ne pas se fier aux apparences voila une chose que ta mère n’a pas eu le temps de t’inculquer visiblement… trop occupée aux mains de Niklaus… Elle se raidit subitement, ainsi Klaus s'était vanté auprès de ce vampire sans intérêt à l'époque.

Katerina avala le condiment qu'elle avait en bouche et une lueur étrange s'empara de ses prunelles noisettes, ces dernières devenaient sombres, jamais personne ne parlait de ses parents, jamais personne n'osait le faire sans quoi il mourrait sur le champs ou se retrouvait incapable de délivrer le moindre mot ensuite. Cette fois la belle bouillait, ses mains rejoignirent lentement ses boucles qu'elle dégagea derrière une épaule, ne jaugeant plus que lui, lui ce buveur de sang, ce fameux roi de pacotille qu'elle rêvait de briser au moment M, qu'elle désirait voir souffrir et regretter ses dernières paroles. Quelques flashs passés lui traversèrent la tête, le village à feu et à sang, son unique famille morte à cause d'elle, la vengeance de Niklaus avait été sans appel à l'époque, pour ce qu'il désignait comme une trahison de la part du Double Petrova, il avait jugé bon que d'autres qu'elle payent, qu'ils souffrent et ainsi, par le bais de leurs douleurs et de leur mort, que Katerina fusse marquée à jamais... et elle l'était, même si jamais elle n'en laissait paraître l'effet causé, cependant Jenkins venait de voir cette faille, aussi ne doutait-elle plus qu'il en abuserait afin de la faire perdre son sang froid, ce qui venait doucement, surtout lorsqu'elle remarqua cet air sûr en son regard, ce sourire malsain et cette attitude impérieuse, sa patiente avait des limites et il venait de les franchir en un temps record. Katerina n'aurait jamais dû le sous estimer de la sorte, malgré son expérience bien moins étendue qu'elle, Jenkins s'avérait être un ennemi de taille, capable de la faire sortir de ses gonds sans qu'elle ne puisse se maîtriser et songer aux autres spécimens autours d'elle dans ce bar.

Tu sais quoi, juste parce que tu as un petit plus que tes précédents n’ont pas, et je ne parle pas de ta beauté, mais bien plus de ton caractère, je suis prêt à écouter ton offre… La belle Salvatore perdait pied et tentait de se contenir, ses mots ci n'apaisèrent en rien ceux qu'il avait dit plus tôt et déjà son genou vibrait afin de la contraindre à se lever et lui écraser la gorge contre sa paume. Dis moi pourquoi je te donnerai la cure, alors que comme tu l’as dit je suis un roi ici. Et un roi à toujours ce que d’autres souhaitent, d’autant plus que je suis l’unique vampire à savoir où elle se cache… me tuer, enterrerait le secret  à tout jamais… je t’écoute ?

Elle se redressa, s'écarta de la table sous son regard et fit les cent pas devant celle-ci, reprenant un tant soit peu de contenance sans pour autant y parvenir parfaitement, sans crier gare, elle s'approcha du bar derrière lui et arracha le verre de vin des mains du seul et unique humain présent, le bras le tenant levé vers son visage, l'autre toujours sous sa poitrine, puis revint près du vampire sans plus s’asseoir. Au fil de ses phrases, au court du marché qu'elle tentait -vainement et désormais elle en était certaine- de négocier avec lui par le bais d'atouts matériel qu'elle feintait détenir, le nectar pourpre dans le récipient qu'elle avait en paume voguait dans le verre, allait et venait en de subtiles petites vagues et écumes bulleuses sous les yeux intrigués de son interlocuteur. Pierce savait aisément manipuler les gens mais ce qu'elle ignorait encore, était que le buveur de sang face à elle savait tout autant user de subterfuges et celui qui suivrait lui coûterait cher, très cher même.

Des tas de choses pourraient te faire envie... comme détenir ce pieu en chêne blanc non ? Ainsi tu aurais plus de poigne sur Niklaus... Elle feintait et on ne pouvait nullement le déceler, mais l'erreur de la belle fut la suivante.

En un sourire radieux, certaine d'avoir touché l'estime de Jenkins qui lui rendait son sourire, le bras toujours apposé au dossier de son assise, elle remonta le verre à ses lèvres et le pencha doucement pour s'abreuver du vin. Mutine sur le fait, étrangement le breuvage n'avait pas le goût escompté et aussi rapidement qu'elle ne put y remédier, le récipient quitta sa paume et se brisa contre ses boots en mille morceaux. Son corps se comprima sur lui même subitement, un feu immense lui rongeait les entrailles et chaque organes de son corps, elle vacilla une seconde, rattrapant vivement le bord de la banquette où elle était installée plus tôt, doigts sur la gorge, presque paralysée par on ne savait trop quelle chose. Katherine manqua de tomber lorsqu'elle sentit sa broche lui loger une intense chaleur contre la poitrine au moment où un vampire vint lui saisir le bras pour l'obliger à se tenir droite -les jambes cotonneuses tout de même- face à son roi dont le rire faisait douloureusement écho en son crâne déjà pesant. Elle décrivit les bouts de verres pourpres au sol et redressa avec mal les yeux dans le regard sombre de Marcel.

Qu'es.... qu'est-ce qu... que tu m'as... fait, sale... punaise. Parvint-elle à dire non pas sans effort conséquent.

Katherine était paralysée, incapable de se rebiffer, sans nul doute une forte dose de verveine dans le breuvage ou encore la magie, elle n'en savait rien, mais sans pouvoir agir elle ne pouvait que garder les yeux fixes sur lui et sentir son sang pulser avec fureur dans ses tempes. Elle l'avait sous estimé et ce qui découlerait de ce manque de considération serait grave pour elle, une chose à laquelle elle n'avait pas songé une seconde tant cela paraissait absurde pour la créature habile qu'elle était.
© .JENAA


Dernière édition par Katherine P. Salvatore le Jeu 9 Jan - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Jeu 9 Jan - 15:30





Katherine semblait avoir été piqué au vif, ce qui le rendait plus que joyeux. Marcel la dépeignit alors qu’elle faisait les cents pas devant lui, comme pour retrouver un semblant d’attitude face à lui, et ne surtout pas se laisser aller à la violence. Du moins c’est ainsi qu’il voyait les choses, et il faut admettre que ceci agrandissait son sourire, creusant ses fossettes, alors que son regard se baladait sur ses faits et geste, attendant sagement qu’elle daigne lui parler de son arrangement. Elle mettait du temps à ouvrir la bouche, sa réputation en prenait elle un coup, avait il réussit à clouer le bec de la Petrova en cavale ? C’en était flatteur de la voir dans une telle situation, alors que lui était tranquillement installé à attendre de voir ce qu’elle allait lui proposer. Il pencha doucement la tête, passant sa langue sur sa lèvre, alors qu’il jetait un regard à Gwendoline, profitant d’un laps de temps où la brunette ne le regardait pas. La nouvelle Salvatore chipa le verre d’un des clients du bar, et un sourire en coin se forma sur les traits du vampire, croisant le regard de l’humain avant de reposer le sien sur la silhouette de Katherine, qui n’avait encore trempé ses lèvres dans le nectar pourpre.

Des tas de choses pourraient te faire envie... comme détenir ce pieu en chêne blanc non ? Ainsi tu aurais plus de poigne sur Niklaus...

Amusé un grand sourire s’installa sur son visage. Qu’en avait il à faire du pieu de chêne blanc ? Et surtout des Originels, depuis qu’il tenait la ville de sa poigne de fer, aucun d’entre eux n’étaient venu lui quémander ce qui lui appartenait. Autant dire qu’il n’avait nullement peur d’eux. Ici on se fichait de la force on misait sur le nombre, on pouvait être le plus fort, mais face à une centaine de vampire se retrouver bien vite débordé, et c’est là-dessus que Marcel jouait. Il n’était pas aussi crétin que certains aimaient le penser, au contraire, il avait apprit très vite à tirer les épingles du jeu. Et celui entre lui et Katherine prendrait fin très bientôt. La voir boire ce breuvage, et s’en attirer les méfaits, le fit rire aux éclats, alors qu’on entendait parfaitement la porte du bar se verrouiller et ses semblables se lever de leur assise, tandis que la belle semblait en mauvaise posture. Marcel fit un petit hochement de tête à son barman qui brisa la nuque du pauvre humain, dommage sa voix était à tomber, mais ici aucun témoin, aucune langue capable de parler et les trahir n’était toléré.

Qu'es.... qu'est-ce qu... que tu m'as... fait, sale... punaise.

Marcel haussa d’une épaule en une moue malicieuse avant de rire et de se redresser. Marchant en sa direction, écartant les bras en la scrutant de son regard étincelant.

- Bienvenue en Nouvelle Orléans ! Jenkins s’approcha du bar, et pencha le buste pour attraper une petite boite et se saisir du contenu qu’il dissimula dans sa paume. Je te croyais plus joueuse, une adversaire à la hauteur de mes espérances, en faite… t’es plutôt pitoyable ma pauvre Katoche ! Il sourit Que du blabla très peu de action, très peu d’intérêt ! Je me suis ennuyé de ta prestation ! Rit il Tu viens ici dans mon royaume pour me quémander la cure sans avoir quelque chose de potable à m’offrir… hormis un pieu en chêne blanc qui n’est même pas entre tes mains… Tu me prends pour un con ? Demanda t-il en se postant devant elle Tu me parle de chasseur pour m’effrayer ? Sais tu au moins qui je suis ? Sais tu au moins comment ma ville tourne ? Le savoir est la meilleure des armes et non pas ta pseudo beauté et ton intelligence qui te fait affreusement défaut… Tu veux la cure ? Bien !!

Mains derrières le dos, Marcel fit un petit mouvement de tête auprès de ses compères qui attrapèrent Katherine pour lui coller le dos à une table, il se pencha au dessus de son minois, un sourire à tomber au coin des lèvres, alors qu’ils lui ouvraient la bouche. Marcel glissa une capsule sur sa langue et d’un mouvement brusque fit entrechoquer ses dents entres elle pour la faire exploser au sein de sa gorge, la forçant à avaler le liquide. Son attitude fut plus froide, son regard menaçant et sa voix glacial.

- Je suis pas Niklaus Katoche… on me feinte pas… Tu voulais la cure ? La voici, profite en bien… tes minutes sont comptés…

Dit il dans un sourire avant de regarder les quelques semblables présents.

- Jetez là dans le Bayou, laissez lui une dizaine de minute d’avance et traquer la… Si vous en avez marre nul doute que les crocodiles et loups se chargerons du reste… Tous mes vœux de bonheur pour ton mariage Katherine.

Sourit il avant de partir.



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Katherine P. Salvatore

avatar
Messages : 213
Age : 31

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Jeu 9 Jan - 19:13

Game On

Katherine peinait à bien assimilé ce qu'il pouvait dire, le monde devenait flou autour d'elle et la simple vue tournoyante en était douloureuse autant pour ses pupilles qui peinaient à rendre net un visage, que pour sa tête lourde de tambours battant. Son sang filait à une vitesse folle dans ses veines, comme un incendie ravagerait une forêt ici, la forte dose de veine de vénus ingérée ne pouvait être absorbée par son corps pourtant habitué à la prise quotidienne de cette plante. Ses muscles, tendons, organes et lèvres la brulaient, elle ne pouvait plus dire un mot, victime des phrases de Jenkins -aussi tranchantes que des lames- sans pouvoir se défendre que ce fusse oralement ou physiquement. Aux mains de ses sbires qui s'approchaient pour protéger leur maître et parer à toutes éventualités, Pierce tentait d'ancrer tous ses visages en elle afin de leur faire payer si toutefois la mort ne venait pas la saisir aussi vivement qu'elle ne sentirait aucune douleur tant son organisme souffrait déjà suffisamment fort. Marcel revenait vers elle avec un coffret, une petite boite dont elle ne pouvait ôter le regard, que contenait-elle? Une arme de bois qu'il lui planterait dans le cœur sans hésiter? Un autre met capable de la torturer encore? Les sens affolés, la belle sentait chaque parfum des créatures présentes, entendait chaque poitrine tressaillir sous les rires mais tout était flou, presque irréel et pourtant elle vivait vraiment l'instant.

Tu viens ici dans mon royaume pour me quémander la cure sans avoir quelque chose de potable à m’offrir… hormis un pieu en chêne blanc qui n’est même pas entre tes mains… Tu me prends pour un con ? Pierce tenta de redresser le menton, n'ayant rien perdue à sa fierté malgré sa position face à lui. Tu me parle de chasseur pour m’effrayer ? Sais tu au moins qui je suis ? Sais tu au moins comment ma ville tourne ? Le savoir est la meilleure des armes et non pas ta pseudo beauté et ton intelligence qui te fait affreusement défaut… Elle le défia du regard, amer et froide malgré les douleurs bien présentes en elle.

Vas en enfer... Siffla-t-elle malgré ses mâchoires tétanisées.

Tu veux la cure ? Bien !! Il se fichait bien de cette menace vaine, ne comptait plus que ce qu'il avait en tête la concernant.

D'un simple geste de sa part, Jenkins inculqua des ordres à ses laqués, la belle entendait ses semelles écraser les morceaux à ses pieds et grimaçait quant au bruit insoutenable qui en émanait, le moindre son devenait insupportable, tout autant que la pression que ces larbins exerçaient sur le haut de ses bras. Les yeux cherchant une échappatoire qu'elle savait pourtant vaine, Katherine croisa la dépouille de l'humain... aucun témoin, une subite prise de conscience qui fit déglutir Katherina dont la gorge en feu se resserrait d'elle même. Il la rayerait de la surface de la terre à son tour, elle en était certaine, une fin immonde pour elle qui avait échappé durant des siècles à plus puissant que celui qui se tenait droit comme un i et menaçant devant elle. Son corps se vit soulever du parquet et son dos heurta violemment le bois de la table qui lui arracha une énième torsion des lèvres, Marcel approcha encore et se pencha au dessus d'elle, le brun de ses yeux emprisonnant l'ambre des siens. L'un des vampires la força à ouvrir la bouche et enfin elle vit ce qu'il tenait entre ses doigts... les yeux écarquillés, Pierce sentit son sang bouillir de peur, lorsque la capsule termina contre sa langue, elle plissa les paupières fermement comme pour se réveiller d'un cauchemar mais quand l'objet céda entre ses dents qu'il l'obligeait à se rejoindre, que le liquide fila sur ses papilles et dans son œsophage, subitement Pierce sut qu'il était trop tard... Il rit encore tandis que les brulures cessaient mais qu'un autre mal s'emparait d'elle, son flux corporel filait dans chacune de ses veines et artères, gonflait ses organes et ses muscles, réchauffait son corps, des picotements insoutenable -telles des aiguilles vaudou- s'invitaient sous sa peau et semblait la lui percer sans relâche.

Je suis pas Niklaus Katoche… on me feinte pas… Tu voulais la cure ? La voici, profite en bien… tes minutes sont comptés… Lorsqu'il prononça ses mots, qu'elle sentit son organisme fatiguer sans raison, la belle papillonna des cils, espérant ne pas sombrer alors que son esprit et son corps l'y invitaient avec ardeur. Les sbires la relâchèrent pour se tourner vers lui, Pierce se recroquevilla sur elle même, ses genoux glissaient de la table et rejoignaient le carrelage qui lui parut bien plus froid que d'ordinaire, les mains contre sa gorge, elle redressa péniblement le menton vers lui. Tous mes vœux de bonheur pour ton mariage Katherine. Les dernières choses qu'elle vit furent ses bottes s'éloigner d'elle alors que sa tempe rejoignait le lit de verre brisé au sol et qu'elle sombrait sans plus aucun échappatoire.



Au moment présent

Des voix éclataient contre les arbres alentours, des menaces et des indications, ces échos lui firent rouvrir rapidement les yeux et ancrer les mains dans cette terre huileuse dont le dessous de ses ongles s'imprégnaient à l'en ébrécher. La belle sentit encore ce cœur, son propre cœur, il battait subitement si fort qu'elle en imagina mourir une seconde avant de se souvenir de tout, de son réveil devant les vampires qui riaient, de leur air menaçant, de cet instant où l'un d'eux avait saisit la manche de sa veste et que, par miracle sans doute, elle s'était défaite de ce vêtement de cuir et s'était engouffrée dans ces marécages nauséabonds dont une seule odeur lui revenait aux narines alors que jadis elle aurait humé chacun des parfums présents ici. Katherine se redressa, prête à reprendre sa course infernale alors que la nuit avait saisit les bois, que tout était sombre et qu'elle peinait à distinguer la moindre branche devant elle, elle ne pouvait s'en remettre qu'au reflet de la lune sur l'eau vaseuse. Un éclat de voix la fit frémir et elle reprit sa course jusqu'à étouffer un gémissement de douleur entre ses dents et s'adosser au premier tronc qui lui permit de ne pas tomber. Sa cheville lui faisait mal, aussi mal que le bois aurait pu lui infliger de souffrances si elle avait été encore une buveuse de sang. La pluie rythma soudainement son calvaire et s'écrasant sur les feuillages épais de la zone, le froid s'intensifia encore, la gelant sur place et créant de la vapeur d'eau contre sa bouche entrouverte tandis qu'elle inspirait fortement pour pouvoir soutenir la brûlure à sa jambe. Elle se figea contre l'écorce lorsqu'elle entendit encore ses poursuivants, ils n'étaient plus loin, il la cherchait mais dans son malheur, Katerina pouvait louer la pluie, le vent et la faune pour les sons qu'il généraient et qui masquait les battements de son palpitant affolé. Lorsqu'elle plissa les yeux pour se donner du courage -celui de tenir encore et de fuir aussi vite que possible- et qu'elle les rouvrit au bord de ce marécage, elle soupira de soulagement en voyant Tatiana. Plus sereine, elle sourit faiblement, les plaies contre sa tempe et sa joue lui arrachant une larmes dont le sel rouvrit les chairs, et s'approcha d'elle pour lui empoigner la main.

Tatiana aides moi... aide moi je t'en prie. Souffla-t-elle avant que ses doigts traversent ce corps pourtant palpable. Katherine hoqueta, les yeux ronds quant à ce qu'elle voyait mais ne pouvait toucher, imaginant être morte jusqu'à voir que son ancêtre la visualisait sans problème. Tatia, me laisses pas ici, me laisses pas non, non! Supplia-t-elle tandis que l'image de la sorcière s'évaporait sans raison valable.


Pierce déglutit avec peine, le souffle court, le cœur battant la chamade, sa tête lui jouait des tours, sa torpeur la rendait dingue puis, lorsqu'elle perçut ses bourreaux à quelques mètres d'elle, réalisant qu'ils n'était plus ceux l'ayant abandonné ici, son rythme cardiaque rata quelques pulsations... des loups... Automatiquement elle songea à leur force désormais plus précise que la sienne, d'autant plus qu'ils n'était plus qu'à une nuit de leur mutation en bête sauvage. Ils étaient trois, trois lycans qui la briseraient sans hésiter, elle ne pouvait entendre leurs cœurs mais la lueur dans leur regard malsain suffisait... Elle recula jusqu'au tronc, les voyants approcher lentement en des sourires immondes, dépeignant leurs traits se souvenant parfaitement de l'un d'eux, elle l'avait menacé sous ses jours vampires et, désormais, il était bien décidé à lui rendre la monnaie de sa pièce. Pierce buta douloureusement contre l'écorce puis, subitement, l'un des loups disparut à une vitesse folle, alertant les deux autres qui se tournèrent vers une source qu'elle ne voyait nullement surgir. Le vent que cette chose généré lui fouettait le visage, ses boucles volaient autour d'elle et alors elle comprit, si les loups ne la tuaient pas, ce serait les vampires de Marcel qui s'en chargeraient et l'un d'eux était présent sans qu'elle puisse le voir tant il fendait la zone avec habilité et rapidité. Katherine ferma les yeux, incapable de fuir encore, puis, alors qu'elle laissait le tronc derrière lui labourer la peau en s'y laissant aller, subitement deux mains gelées la saisir au coude, si vivement qu'elle en hurla sans pouvoir se contenir, sa gorge s'enserra et elle sentit un torse puissant rencontrer son dos. Elle se débattit tandis que ces bras lui maintenaient les siens contre sa poitrine puis, les phalanges étrangères encerclèrent ses poignets et la tournèrent vivement pour qu'elle puisse voir son bourreau. Pierce ouvrit les yeux et alors qu'elle imaginait la mort la cueillir dans la seconde, elle ne put que poser la tête contre cette veste de cuir.

Damon... à bout de force, son cœur reprenant lentement un rythme plus soft tandis qu'elle l'entendait héler son frère et qu'elle tournait les yeux pour percevoir enfin les traits parfaits de son vampire. Stefan...

Elle ne saisit qu'à moitié ce que les deux Salvatore échangeaient vocalement mais, lorsqu'elle sentit l'aîné cesser toute pression contre elle, qu'elle vit la main de Stefan tendue dans sa direction, Pierce se rua vers lui et logea son visage contre son cou, savourant cet instant comme jamais elle imaginait le temps lui en laisser l'occasion.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana P. Salvatore

avatar
Messages : 137
Emploi/loisirs : Sorcière

We all have something to hide.

Race: Sorcière
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Jeu 9 Jan - 20:38

Assise dans un fauteuil à bascule, un plaid de déposé sur ses jambes, Tatiana fixait son alliance, un sourire doux sur les lèvres, scrutant les pierres scintillants aux reflets du jour. Elle était sienne, son épouse, celle qui portait au sein de son être le petit corps fragile et grandissant de leur tendre fille. Cette bague aurait pu être en plastique, en toc, ou même ne pas triompher à son doigt, seul la promesse qu’ils s’étaient faite était importante à ses yeux. Le matériel ne comptait pas pour elle, juste les sentiments, les preuves d’amour, et dieu sait que Damon en faisait preuve à son égard. Sans même qu’il n’ai eut à le lui dire, Tatiana savait d’où provenait son alliance, et elle l’arborait avec le plus grand honneur, la plus grande fierté, et espérait que de là où elle se tenait, Mikaela serait heureuse pour son fils. Lorsque ses yeux se posèrent sur son ventre, elle n’eut aucun doute à ce sujet, Damon s’animait à chaque fois qu’il posait ses prunelles saphir sur ce rebondit qui grandissait de jour en jour, lorsqu’il entendait son petit cœur battre lui intimant du réconfort quant à l’état de santé de leur précieuse. Tatiana se méfiait grandement des médecins lambda de Mystic Falls, certains étaient sans doute au courant de la présence de vampire, et qui sait peut être de la nature de Damon. Soucieuse de préserver leur fille qui pourrait être vu comme une créature mystérieuse, Stefan et Damon lui avaient parlé d’un médecin et ami qui viendrait s’assurer que tout allait bien, et lui montrerait les jours prochains sa magnifique petite fille. Une doctoresse du nom de Meredith Fell. Confiante envers les vampires de la maison, qui ne prendraient jamais aucun risque quant à la vie de son enfant, Tatiana s’en remettait à eux. Elle caressait de sa paume son ventre arrondit, sans sentir encore ses coups se porter sur elle, mais visiblement ça ne tarderait pas, elle espérait simplement que ce jour venu, Damon serait auprès d’elle pour partager cet instant magique. La petite sorcière ne s’inquiétait pas de l’avancée de sa grossesse, Damon l’avait rassuré, lui avait parlé d’une jeune femme Dylan dont la grossesse éclaire était fulgurante, tout comme de son sorcier et futur époux qu’il contacterait si besoin.

Son regard se posa sur l’horloge, Katherine n’était toujours pas rentrée, et elle avait hâte de la voir. Tatiana avait une demande toute particulière à lui faire. Une demande où elle ne voyait nul autre pour tenir ce rôle. Elle souhaitait accouchée à domicile, loin du corps médical, loin des yeux curieux, comme on le faisait autrefois de son temps. Ne pouvant décemment pas demandé à Stefan ou Damon de tenir ce rôle (d’ailleurs elle n’y avait pas songé une minute), elle souhaitait faire cette demande à celle qui aujourd’hui n’était plus simplement sa descendante, mais aussi sa belle sœur, sa famille. Tatiana appréhendait quelque peu sa réponse, bien qu’elle sentait au fond d’elle, lorsqu’elle croisait le sourire de coin de la première Madame Salvatore du clan, qu’elle se sentait investit dans cette grossesse qui n’était pourtant pas la sienne. Toute deux avaient un passé presque similaire, Tatiana avait été sacrifié pour créer les vampires, Katherine pourchassé pour former les hybrides et rompre le sortilège, mais au-delà de ça, elles s’étaient toutes deux vu arracher leurs enfants dès leur mise au monde. Ce fait, Tatiana ne l’avait jamais oublié, et craintive de voir le schéma se reformer sous ses yeux, elle préférait rester auprès des siens, auprès de ceux dont elle avait confiance pour voir le joli minois de sa princesse venir les saluer. Subitement alors que son regard se posait à l’extérieur du manoir, Tatiana sentit une gêne dans sa respiration, elle apposa doucement sa main sur son palpitant qui commençait à pulser à grande échelle. L’oxygène qui entrait dans ses poumons, la faisait suffoquer et brulait sa gorge, alors qu’elle ne semblait aucunement manquer d’air. Le fauteuil la fit basculer sur le sol, ses genoux tombant sur le parquet, alors qu’elle sentait un liquide chaud dévaler sa joue. Elle porta ses doigts sur celui-ci et hoqueta en voyant du sang. Tatiana ne comprenait pas ce qui lui arrivait, et lorsqu’elle croisa son reflet dans l’un des miroirs de la chambre, elle constata qu’elle n’avait pourtant aucune blessure. Lorsqu’elle ferma les yeux pour reprendre une bouffée d’oxygène, tout se dessina dans son esprit. Katherine aux mains de vampires, son corps reposant sur le parquet d’un lieu qu’elle ne connaissait pas, puis sa course effrénée aux travers des arbres, son palpitant qui bondissait dans sa poitrine, son essoufflement, sa peur tout lui sautait au visage.

- DAMON !!!!!!

Hurla t-elle les yeux clos, sans savoir que l’odeur de son sang l’avait déjà appelé à elle. Lorsqu’elle sentit ses mains se poser sur elle, elle ouvrit subitement les yeux, le voyant déjà chercher la plaie d’où provenait son sang. Haletante, Tatiana tourna son regard sur Stefan et Sean qui entraient dans la pièce.

- Elle est en danger, Katherine, elle est en Nouvelle Orléans… elle va être lâché dans le Bayou !!

Stefan ne mit pas longtemps à disparaitre sans donner aucune directive, comme si tout était déjà en place avec son frère sans que rien ne soit prononcé. Les voitures partirent rapidement en direction de cette ville aux vampires. Tatiana avait déjà entendu parler de cet homme à la peau noir, qui instaurait la peur auprès des personnes de sa trempe, tout comme celle des loups. Son cœur pulsait de crainte pour sa semblable, et au fil des kilomètres avalés, la peau de Tatiana se mettait à saigner sans qu’aucune plaie ne se soit formée. Elle remonta son regard dans celui de Damon qui constatait au même titre qu’elle, ce liquide pourpre montrant les blessures dont était soumise sa descendante. Tatia comprit rapidement, elle était liée à elle, Katherine étant sa descendante, sa magie lui intimait les dangers auxquels elle était en proie. Elle était redevenue humaine, et le lien qui l’unissait à elle, dans un sens unilatéral lui sautait au visage. Quand ils arrivèrent sur place, la nuit était tombée, et les lieux n’inspiraient nullement confiance. Tatiana resta auprès de Sean tandis que les deux vampires de la troupe partaient à toute vitesse pour la retrouver. Elle pressa ses doigts sur son bras, le forçant à s’arrêter.

- Qu’est ce qui se passe ?

- Arrête-toi une seconde…

Tatiana déposa ses mains sur son épaule, et ferma les yeux, murmurant des paroles, afin de se projeter astralement auprès de son double pour lui faire savoir qu’ils arrivaient. Très vite, ils reprirent tout deux le chemin, s’enfonçant au grès des secondes dans cet univers macabre, où une ambiance de terreur régnait. Sean la garait derrière lui, pointant son arbalète et fixant les moindres recoins, avant d’entendre la voix de Damon s’élever. Il venait de la trouver, leur allure humaine, ne leur permit pas se rendre plus vite qu’eux sur les lieux, et les rejoignit quelques minutes plus tard. Quand elle arriva, Tatiana trembla face au spectacle de la brunette aux boucles parfaites dont le corps tremblait. Elle riva sa paume à sa bouche comme pour étouffer un sentiment de douleur et tristesse avant de voir Stefan s’écorcher les veines et comprenant derechef son but.

- NON !!! Elle croisa ses prunelles interrogatives Stefan si tu fais ça tu vas la tuer… Elle ne redeviendra pas vampire elle sera morte…

Elle tira doucement sur les manches de son manteau pour le retirer, et s’approcha de Katherine pour lui déposer sur les épaules afin de la réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Jeu 9 Jan - 22:45

Logé dans la bibliothèque du manoir, l'épaule contre les étagères où milliers de livres avaient pris place au fil des ans, Damon savourait les lignes d'un bouquin étrange, le genre de chose qu'il n'aurait jamais lu s'il était resté le vile vampire égoïste et sans âme ou, encore, cette créature craignant pour le devenir d'une autre qu'il croyait capable de tout surmonter grâce à sa présence auprès d'elle. Un livre narrant les naissances divers et variés dans le monde, une œuvre plutôt récente mais qui au fil des pages le faisait grimacer tant les sujets étaient parfois houleux. Certes ils savait que la gente féminine souffrait lors de ce moment, mais pas à ce point et surtout pas de cette façon, déchirure, perte de conscience, sang à profusion... Lorsqu'il lut ce dernier mot, Salvatore arrondit de grand yeux et referma l'ouvrage à une paume pour l'abandonner sur le bureau voisin et se saisir de son verre... de sang qu'il voyait étrangement d'une autre manière, d'ailleurs pour le finir sans être écœuré, bien que le fluide était divin, il déboucha la flasque à bourbon sur le bar derrière lui et en colla une dose dans ce A+ qu'il remua en un sourire ravi. Damon coulait de beaux jours désormais, plus de crainte permanente, plus de baby-sitting pour petite amie instable, plus de deal foireux avec les Originels, rien, le calme et le divin silence s'offraient à lui, c'en était reposant mais peu habituel pour lui qui passait son temps -encore quelques mois plus tôt- à courir un lièvre inexistant dans le but de le domestiquer sans y parvenir une seule fois, cet animal à grandes oreilles en tout cas était le plus doué des baratineurs qu'il lui eut été donné de rencontrer et il portait le nom de Gilbert. En songeant à elle, lorsque son regard rencontra le coffret de bois où il avait abandonné son Lapis Lazuli, Damon émit un rictus et roula des yeux, s'asseyant dans son fauteuil de ministre, pieds rivés sur le meuble de face un bras en équerre sous sa nuque, vraiment, ne plus l'entendre geindre, pleurer, hurler, criser et briser le manoir était d'un délice que peu pouvait apprécier sans avoir connu le dernier Double Petrova. Il porta son mélange aux lèvres et rouvrit les paupières -humant une odeur qui le débectait et entendant parfaitement un palpitant- sur Dawn qui venait coller son postérieur sur les papiers du bureau, dégager les jambes de Damon de ce dernier pour loger les siennes, ballantes dans le vide, entre celles-ci.

Hannn des bouquins sur les marmots, tu crois encore qu'il est de toi? Grimaça-t-elle en feuilletant nonchalamment le livre.

Tu veux que je te dise un truc? Sourit Salvatore, se redressant et penchant le buste vers elle pour lui faire baisser le dos et pulser le cœur. Tu es misérable... tu ferais bien de te trouver un jouet à ta taille si tu ne veux pas que je m'occupe de toi... Souffla-t-il contre son cou, les veines saillantes sous ses prunelles azurs.

J'attends que ça Damon, tu sais j'ai pas peur de toi. Il émit un rictus et abandonna son verre sur le meuble tandis qu'il l'entendait glisser au sol et se pavanait comme une princesse dans la pièce. Je sais pas pourquoi tu t'leurres, c'est une menteuse et une cati..... Elle ne put terminer sa phrase, la paume de Salvatore lui serrait déjà la gorge et la soulevait de terre, ravi de voir ses bottines battre le vide.

Fermes la !!! Dis toi que tu as de la chance d'avoir ton frère sinon tu serais déjà à nourrir les vers sale petite garce! Il se saisit d'un bouquin en la maintenant, la reposa au sol et lui claqua la couverture sur la poitrine, si fort que son dos rencontra les étagères derrière elle. Fais des recherches à la lettre I,I comme inceste.

Tandis qu'il quittait la pièce, la gamine boudeuse sur les talons, il huma soudainement le sang dans le manoir et pas n'importe lequel, celui de sa sorcière qui le héla aussi vite qu'il eut senti son odeur. En un laps de temps très court, Damon s'infiltra dans le salon et la trouva genoux au sol, yeux clos, du sang s'échappant d'une plaie qu'il ne trouva pas en dégageant ses mèches de cheveux. Il pressa ses épaules, immédiatement son regard inquiet fureta contre elle, sa gorge, sa poitrine, son ventre, rien ne semblait étrange mes pourtant le sang contre ses doigts, tandis qu'il passait les phalanges à sa tempe, lui indiquait le contraire. Sean et Stefan ne tardèrent pas, tout aussi préoccupés que lui, il ne comprenait pas, s'il n'y avait aucune blessure pourquoi son fluide coulait ainsi ? Attentif à sa belle, il l'aida à reprendre assise dans le fauteuil et redressa les iris sur Dawn qui restait logé dans la montée des escaliers en un simple regard de son frère, mais son sourire finissait de lui mettre les nerfs en pelote, il ravala sa haine et se concentra sur sa femme, alerte aux sens de la belle, attentif à son rythme cardiaque comme à celui où sa main passa par habitude pour s'assurer que sa précieuse fille n'était en rien affectée par l'état de sa mère qui revenait doucement à elle.

Elle est en danger, Katherine, elle est en Nouvelle Orléans… elle va être lâché dans le Bayou !! Damon tourna les yeux sur son frère, aucun mot ne quitta sa gorge, déjà le cadet Salvatore filait et il suffit d'un autre regard à l'égard de Sean pour qu'il suive le mouvement.

Tu viens avec nous, hors de question que je te laisse ici avec elle! Déclara-t-il en dépeignant Dawn qui descendait pour plaider son désir de suivre le groupe. Laissant Tatiana s'emparer de son manteau et sortir rejoindre la Camaro, il se posta devant la brune aux yeux bleus et sourit mesquinement. Tu vas m'être utile, et à tous ici présents, t'es ravie non? La voyant arquer un sourcil, Damon lui saisit le bras et la fit traverser les pièces à grande vitesse jusqu'à la jeter dans le cachot du sous sol.

T'es malade ???!! tu sais comme moi ce dont j'suis capable! Hurla-t-elle en se redressant tandis qu'il fermait le battant et y collait le cadenas.

Oh oui je sais combien tes conneries valent leurs pesant de cacahuètes.. Tiens, de l'eau puis... si tu t'ennuis, brises toi la nuque, ça passera plus vite. Sourit-il lui jetant un petit signe de main avant de quitter les lieux pendant qu'elle hurlait à la mort.


Durant le trajet, Salvatore ne pu que constater le sang qui filait sur les membres de son épouse, d'où venait ce fait ? Etait-ce comme un lien avec Katherine qui souffrait pourtant à distance d'elle ? Quoi qu'il en fut, Damon peina à la voir dans cet état bien qu'elle lui assurait ne pas souffrir, la voir saigner le rendait mal et lorsqu'il l'imaginait en proie à la douleur pour mettre au monde leur enfant, il déglutissait avec peine et reprenait une grande inspiration pourtant inutile à sa condition. Son frère n'était pas dans la voiture mais était avec Sean, le chasseur ne pouvait sûrement pas se plaindre de l'attitude loquasse de son frangin, lorsqu'il était préoccupé, Stefan ne pétait pas un mot, autant dire que l'ambiance dans la bagnole de devant devait être drôlement fun -ironie-. Ils arrivèrent sur place dans la nuit, il pleuvait et l'endroit était vraiment à l'image du dessin animé que Tatiana appréciait, sauf qu'ici les souris ne parlaient pas et ne portaient pas de manteau de fourrure et, surtout, les crocodiles devaient être bien moins stupides et beaucoup plus affamés. Damon quitta l'habitacle et inculqua quelques conseil à Sean qui armait son arbalète pour ensuite se poster près de la sorcière puis il embrassa le front de la délicate humaine et suivit son frère dans le bayou à pleine vitesse jusqu'à se stopper à son flanc lorsque Stefan lui indiqua d'écouter attentivement.

Y a quatre cœur... trois à poils et un très humain et surtout en pleine crise d'angoisse. Dit-il le sourcil arqué avant de sourire pour détendre l'atmosphère. Sans doute Katherine qui reprend des forces directement à la source Jugulaire! Ils s'engouffrèrent encore dans les marécages et bientôt virent les lycans, Stefan ne lui annonça rien et se jeta sur le premier venu. Okay, bha je prend celui de droite, merci d'annoncer la couleur frérot. Sur ces bonnes paroles, Damon avança vers le désigné en un air malsain, un rictus de coin s'emparent de ses lèvres, les veines et crocs délivrant leur bonsoir à cet infecte petit loup. Il se rua sur lui aussi vite qu'il ne le vit pas venir et enfoui sa main dans le thorax de ce dernier qui se raidit sans sied. Je te rend service, la pleine lune c'est demain, plus de fracture pour toi veinard! En un sarcasme, Salvatore arrache l'organe battant et poussa le cadavre au sol avant de voir le second loup fondre sur lui avant de se faire happer par la gueule d'un alligator qui bondit hors de l'eau sans se préoccuper du vampire. Les yeux écarquillés, un sourire inversé au visage, le buveur de sang contempla l'ouvrage de mère nature en une moue satisfaite. Mouais... très con ta mort, je dois avouer que ça ferait une fabuleuse VDM.

Il balança le cœur au sac à main et reporta son attention sur le cœur qui battait plus loin, s'en approchant il fut soufflé de voir Pierce. Ces pulsations ne venaient de nul autre personne qu'elle, humaine... elle était redevenue une humaine... Son frère affairé avec d'autres ennemis, Damon s'empara d'elle pour la mettre à l'abri le temps que tout s'estompe et que les tensions retombe, elle se débattit comme une folle, son état était préoccupant et étrange pour lui, il entendait son cœur battre avec fougue mais n'eut aucun mal à la maîtriser en lui encerclant les poignets pour qu'elle se rende compte de qui la tenait ainsi.

Katherine, calmes toi. Elle déposa rapidement sa tête contre sa veste, ses doigts ancrés aux pans de celle-ci tandis qu'il déglutissait, comment avait-elle pu redevenir une simple humaine ? Intrigué, il redressa les yeux sur son frère. Stefan, on a un souci là... La langue passant sur ses lèvres, l'aîné Salvatore vit le regard de son frère quant au sang présent sur le corps de Pierce et fronça les sourcils. Ca va aller ? Parce que c'est bien sympa de s'être taper une danse avec les loups après tant de kilomètres mais pour rien ça me ferait doucement rire vois tu... c'est ta femme, pas un sandwich oublies pas. Lorsque le cadet lui intima qu'il gérait, Damon lâcha la belle et vit Tatiana et Sean arriver, il se logea vivement près d'elle, s'assurant qu'elle n'avait rien.

NON !!! Stefan si tu fais ça tu vas la tuer… Elle ne redeviendra pas vampire elle sera morte… Le grand brun toisa sa belle puis son frère, quelque chose clochait et visiblement sa sorcière savait parfaitement de quoi il en retournait.

Il la laissa néanmoins couvrir Katherine de son manteau et retira sa veste pour la lui remettre sur les épaules avant d'englober son visage à deux paumes, son regard noyé dans le sien, sans un mot de sa part, du moins sans un mot de plus que celui qu'il lui servit en une question : la cure ?, Damon comprit alors qu'il n'y avait rien de plus à faire pour Pierce, elle resterait humaine et vulnérable. Il avala sa salive, enlaça Tatiana et contempla son frère qui peinait sans doute à réaliser qu'un beau jour Katherine ne serait plus près de lui.

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Stefan Salvatore

avatar
Messages : 280
MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana Ven 10 Jan - 0:14


Il s’ennuyait fermement, Katherine n’était pas là, il ne savait pas où elle promenait son magnifique postérieur et ça ne le concernait sans doute pas une seconde, après tout ils avaient chacun leur petit jardin secret. Le bout du nez derrière la fenêtre, Stefan n’avait pas envie de tuer aujourd’hui, non pour une fois il voulait rester sagement dans son manoir, mais que faire pour tuer le temps. Ecouter les singeries de Dawn lui donnerait envie de la tuer elle, Damon était le nez dans les bouquins à croire qu’il était bibliothécaire dans une autre vie, Tatiana basculait doucement dans un fauteuil au salon cajolant la petite puce qui pointerait le bout de son nez. En pensant à elle, Stefan fila en hélant Sean pour rejoindre le grenier, et ouvrir de vieux carton. Sean arriva quelques minutes plus tard, se demandant bien pourquoi Stefan l’avait appelé, et fit une drôle de moue lorsqu’il lui montra une peluche.

- Je joue pas à la poupée tu sais !

Stefan secoua de la tête en riant avant de renverser quelques cartons sur le sol du grenier. Un lieu où il voyait souvent la petite sorcière s’isoler sans vraiment savoir ce qu’elle y faisait enfin bref. Les deux garçons se retrouvèrent entourés de jouets divers, anciens, récents, pour garçon, pour fille, et s’éclataient à faire le tri pour la magnifique petite gamine qui pointerait son nez d’ici quelques temps. Il retrouva un vieux truc tout délavé, tout rongé de partout et hurla de rire en voyant l’œil pendre au bout d’un morceau de fil. Le nounours de Damon lorsqu’il était enfant, alors là Stefan le mettait de côté pour lui filer une nouvelle jeunesse, qui sait la petite y serait peut être attachée. A un moment, Sean ouvrit un carton et sortit des fringues qu’il enfila à une peluche, Stefan arqua d’un sourcil.

- Je doute que ma petite nièce ne s’habille comme une catin quand on voit sa mère et son père.

- C’est à qui ces horreurs ?

- Gilbert…

Quand il le vit grimacer tirer la langue, et autres gestes montrant son dégout, Stefan se tenu les abdominaux pour rire en toute tranquilité.

- Pourquoi vous les garder ?

- Ca peut servir un jour, si on a besoin de fabriquer une poupée vaudou !

Dit il en une moue risible, qui arracha un rire supplémentaire aux deux garçons. Les minutes filaient et les deux gosses s’éclataient comme des petits monstres avec un train en bois, casquette de guichetier sncf d’antan sur le crane, lunette de toutes les couleurs, et autres déguisements humains. Stefan appréciait particulièrement Sean, qui ne le jugeait nullement pour sa nature de vampire, à moins qu’il ne soit pas au courant, il n’en savait rien et n’en pipait mot. Par contre quand il entendait le timbre de voix de Dawn, son odeur et ses jérémiades, Stefan avait le poil qui se hérissait comme un loup.

- Ta sœur… elle colporte toujours autant de ragots sur Tatia ?

- Ouai… Sur le campus il se murmure qu’elle est infidèle… Mais ça se tassera avant qu’elle n’y revienne, tout le monde aura oublié.

- Elle devient invivable, tôt ou tard Damon va se charger d’elle, ou alors Tatia va sortir de ses gongs.

- J’en doute… Elle prend trop sur elle, à sa place je l’aurais déjà baffé depuis longtemps…

Stefan redressa subitement le bout de son nez en direction de la porte songeur, sentant l’odeur du sang de sa belle sœur. Légèrement, sans doute s’était elle coupée, rien de bien méchant du moins pas de quoi lui glacer le sang jusqu’à ce qu’il entende la sorcière hurler le nom de son époux. Vivement, en un courant d’air, il abandonna ses accessoires et se rua en direction du salon où Damon était déjà au chevet de sa bien aimée. Stefan fronça d’un sourcil en voyant du sang sur ses doigts, mais aucune trace d’une quelconque blessure. Leurs regards se croisèrent un instant, attentif à l’état de la brunette dont le cœur hurlait dans sa cage thoracique tandis que Sean apparaissait, intimant à Dawn de rester à l’écart. Lorsqu’il croisa le regard de sa belle sœur, Stefan comprit que quelque chose d’atroce se tramait.

Elle est en danger, Katherine, elle est en Nouvelle Orléans… elle va être lâché dans le Bayou !!

Il hoqueta en entendant la sorcière parler de son épouse, il secoua de la tête, et ne chercha pas à comprendre pourquoi elle était en Nouvelle Orléans sans qu’il ne le sache. Vivement il empoigna sa veste et fila à toute allure près de sa lotus avant d’entendre Sean le héler de les attendre. Ses mâchoires se serraient d’elles même, ses muscles étaient tendus, et la peur le gagnait au fil de sa rage. Elle était en danger, loin de lui, et dieu sait ce qu’elle pouvait subir là bas au milieu du Bayou. Il n’y avait jamais mit les pieds, mais peut était encore en vie pour narrer ce qu’ils avaient pu voir en ces terres. Stefan pressa la troupe, et monta en voiture avec Sean lui ordonnant d’appuyer sur le champignon afin d’arriver au plus vite. Et ce fut une fois la nuit tombée qu’il arriva sur ce lieu mythique et pourtant effrayant pour le commun des mortelles. Tout était glauque et déjà il imaginait le pire pour sa tendre épouse, les nerfs à vifs, il n’attendit même pas Damon pour filer à vive allure aux aguets du moindres bruit, de la moindre fragrance, mais ici aucune note de mandarine. Il se stoppa net, avant de pointer son oreille de l’index.

Y a quatre cœur... trois à poils et un très humain et surtout en pleine crise d'angoisse.

- Je sens pas Katherine…

Sans doute Katherine qui reprend des forces directement à la source Jugulaire!

Stefan passa sa langue sur sa lèvre et se remit à courir à vivre allure, voyant de dos l’un des loups sous forme humaine. Salvatore pressa le pas, et le poussa de toute ses forces, son cœur se plantant dans un morceau de bois, laissant apparaitre un vampire allongé. Il le regarda se relever restant  sur ses gardes.

- C’est ma femme que tu traques ? Qui t’envois ?

Demanda t-il sèchement en serrant les poings, avant d’entendre son rire remplir l’air de la forêt.

- OU EST ELLE ?!

Il ne perdit pas une seconde lorsqu’il comprit qu’il n’obtiendrait aucune réponse, et bondit en direction du vampire, ancrant ses genoux à sa gorge, la serrant fortement alors qu’il tirait son crâne de ses mains. Jusqu’à entendre rompre ses cervicales, sentir l’odeur de son sang qui se rependait sur son jeans et ses mains fraiches, avant de voir la tête être séparée du corps qu’il laissait retomber.

Stefan, on a un souci là...

Vivement il rejoignit son ainé, et se stoppa brusquement en voyant sa poupée dans ses bras. Le sang sur son corps, lui octroyait une boule en pleine gorge, une bombe en pleine poitrine et alors qu’il faisait un pas en avant il s’arrêta, regardant autour de lui, mais Tatiana n’y était pas. Il tourna son regard sur la poitrine de Katherine qui se soulevait, et comprit que ce cœur battant qu’il entendait pulser la chamade provenait de son corps. Stefan secoua de la tête.

Ca va aller ? Parce que c'est bien sympa de s'être taper une danse avec les loups après tant de kilomètres mais pour rien ça me ferait doucement rire vois tu... c'est ta femme, pas un sandwich oublies pas.

Le cadet hocha du bonnet, et réceptionna le corps tremblant de son épouse, la serrant contre lui en prenant soin de ne pas la briser en mille morceaux, déposant ses lèvres sur son front alors qu’il la berçait doucement dans ses bras. Elle était glaciale mais pas comme à l’accoutumé, elle sentait la morsure du froid, ses plaies ne s’étaient pas refermées, et l’odeur de son sang lui pétait au visage, et pourtant jamais il ne la toucherait ainsi. Sa femme, son épouse, sa moitié, sa raison de vivre était redevenue humaine, tout se chamboulait dans sa tête incapable de comprendre comment c’était arrivé ni pourquoi. Vivement il riva ses crocs à son poignet pour le presser contre les lèvres de sa poupée jusqu’à se stopper alors qu’il allait briser sa nuque.

NON !!! Stefan si tu fais ça tu vas la tuer… Elle ne redeviendra pas vampire elle sera morte…

Le visage de Stefan se décomposa, et il scruta les traits de la sorcière avant de poser ses yeux dans ceux de Katherine, Tatiana déposant son manteau sur ses épaules, qu’il pressa contre son corps. Frictionnant son corps afin de lui intimer une nouvelle chaleur afin qu’elle ne tombe pas de froid, Stefan peinait à user de sa parole, il était sous le choc, et ne comprenait pas ce qui se passait. Stefan se mordit les lèvres, pressant ses paupières entre elles, alors qu’il sentait les larmes le gagner sans tomber, tenant contre lui sa raison de vivre.

- Ca va aller… ça va aller ma poupée je suis là… on va trouver une solution… je te le promet…

Il baissa doucement et passa son bras sous ses genoux pour la porter contre elle, logeant sa tête contre sa gorge, alors qu’il fixait derrière lui entendant des bruits qui ne lui donnait guère envie de rester sur place. Il caressa doucement du pouce le bras de sa déesse avant de la regarder.

- Je vais nous sortir de là…

Cette vision de sa poupée aussi mal lui rappelait étrangement Paris, et cette crainte de la perdre à nouveau la gagnait au fil des secondes.



    If you die I will be lost because i love you...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana

Revenir en haut Aller en bas

Game On -Part One with M.Jenkins - Part Two with Stefan, Damon & Tatiana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Old Topics :: Archives-