RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Years pass, the flame stays (PV Marcel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Dim 26 Jan - 21:28


Years pass, the flame stays
Rebekah Mikaelson



Le moteur de la voiture ronronnait, la radio passait « The A Team de Ed Sheeran », le vent rentrait dans la belle décapotable  secouant les cheveux longs blonds et soyeux de Rebekah. Le soleil était présent et le ciel était bleu, d’un bleu plutôt rare pour un hiver, mais tout ça n’avait aucune importance pour la belle blonde. Pourtant il fut une époque ou elle adorait regarder le ciel depuis son balcon, c’était à la nouvelle Orléans, il s’emblait toujours si bleu, si paisible si beau. Pourtant il y avait des journées de pluie et de vent mais le temps semblait toujours clair.

C’était un endroit où la famille originelle avait réussie a se reconstruire ne serait ce qu’un peu. Bien sur Klaus avait toujours la fâcheuse habitude de tuer tous ceux qui avait eu le malheur d’aimer Rebekah, il disait toujours qu’aucun d’eux n’était fait pour elle, jusqu’aux jours ou quelqu’un a réussit à passer cette règle. C’était dans les année 1800, Klaus avait réussie à ouvrir son cœur et a aimer un jeune garçon bâtard. il l’avait élevé et traité comme son propre fils, et comme il n’avait pas de nom il le nomma Marcellus en l’honneur de mars et du dieu de la guerre. Rebekah avait donné des cours d’escrime à Marcel puis le petit garçon est devenu grand et finalement quelque chose était né entre eux, ils étaient tombés amoureux.

Rebekah n’avait jamais connu  personne qu’il l’avait aimé assez fort pour ne pas l’abandonner aux premières menaces de Klaus, il était courageux fort têtu, mignon attachant, loyal et surtout il avait de l’honneur. Elle avait un immense respect et beaucoup d’amour pour ce jeune homme, Mais il s’est avérer qu’elle avait tord. Klaus répétait souvent que le jugement de Rebekah était faussé et qu’elle tombait très souvent amoureuse, pourtant s’il ne tuait  pas tous ceux qu’elle aimait, elle serait peut-être en couple depuis des siècles déjà.  jour Marcel était passé outre les menaces de Klaus et avait risqué d’embrasser la belle originelle, mais Klaus l’avait vu, paniquée la belle blonde essaya de calmer la rage de son frère, lui rappelant tout l’amour qu’il avait donné à Marcel, celle ci avait cru calmer sa rage, mais ce ne fut qu’illusion… elle fut poignarder par klaus . 50 ans plus tard Klaus l’avait réveillé et lui avait apprit que Marcel avait choisit de devenir vampire plutôt que de vivre une vie de simple humain avec elle. La musique était finie laissant place a celle du poussin piou qu’y sortit  immédiatement Rebekah de ses souvenirs sinistres.

Elle arrêta immédiatement la radio ne supportant pas cette musique, de toute manière elle était arrivée à destination. Elle avait apprit par le toutou de compagnie de Klaus, Jude avait réussit a obtenir une information sérieuse sur le remède que Rebekah avait réussi a lui extirper avec évidement une très grande délicatesse comme a son habitude.

Quelqu'un à la nouvelle Orléans ce venterait d’avoir le remède en sa possession, sur le coup Rebekah pensait à un idiot voulant perdre la vie, mais quand elle entendit le nom elle changea vite d’avis, il s’appelait Marcel. Voilà pourquoi elle avait prit la voiture en destination de la nouvelle Orléans. Bien que l’envie n’y était pas, elle avait beaucoup de rancœur et de haine pour la trahison que lui avait faite Marcel, mais elle était surtout blessée car elle avait aimé Marcel et crut en lui comme jamais auparavant et comme jamais plus elle ne pourrait dorénavant. à clef. Marchant doucement mais d’un pas assuré elle regarda de ses beaux yeux bleus le Black Butterfly Cafe. Elle n’avait pas obtenu une autre adresse où rencontrer Marcel mais bon c’était plutôt pratique ici elle ne serait pas tenter de lui arracher la tête vu qu’il y avait du monde… quoi que ce n’était pas ça qui pouvait l’arrêter ! Rebekah rentra dans le Bar regardant tout autour d’elle et apercevant une jolie brune qui lavait les tables, une serveuse. Rebekah souffla et essaya d’être le plus adorable possible

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger, auriez-vous la grande délicatesse de me dire ou je pourrais trouver Marcel ?

Même si Rebekah pouvait être une vraie peste elle savait quand même ce qu’étaient les bonnes manières. La Servante la regarda avec de grands yeux ronds puis elle sembla attirée par un autre regard juste derrière Rebekah. La Belle blonde se retourna donc pour voir de qui il s’agissait, c’était Marcel, un peu sous le choc de le revoir elle ne dit pas un mot pendant plusieurs minutes, il avait toujours cette allure forte et ce regard sure de lui, il était réellement beau aussi beau qu’un dieu de la guerre.  Puis finalement elle prit un air froid et détaché sans aucune émotion

- Bonjour Marcel, il faut qu’on parle toi et moi.








FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Lun 27 Jan - 0:36





Les semaines étaient longues, très longues, Marcel se demandait quand est ce que quelqu’un allait enfin venir chercher Hayley. Il trouvait ça étrange que personne ne pointe le bout de son nez pour la récupérer, elle et sa fille encore au chaud dans son ventre. Il était obligé de veiller sur elle, de lui octroyer un bien être qui parfois il doit l’admettre lui laissait un gout amer. Marcel avait toujours détesté les loups, ils étaient les premiers ennemis des vampires, et c’est pourquoi il les avait bannis de sa ville. Hayley était une rare exception, elle portait l’enfant de Niklaus, et ne voulait pas s’attirer des ennuis. Il n’avait nullement peur de cet Originel égocentrique, non il n’avait juste pas envie de le voir trainer dans SA ville, se pavaner comme dieu le tout puissant alors qu’il fallait rester logique. Ici tous respectait Marcel, lui vouait une fidélité sans faille, et partageait la même envie de pas voir le bâtard de chien ramener sa fraise pour s’octroyer un bien qui n’était nullement le sien et commander la famille qu’il s’était créer. Le nombre primait sur la force autant dire qu’aucun des Originels ne ferait le poids face aux nombres de vampires se dressant sur leur chemin. Néanmoins, si un jour il se radinait en ville sans chercher les problèmes, Marcel serait ravit de l’accueillir. Il n’avait aucune animosité envers eux, surtout pas avec leur passé commun. Souvent Marcel y songeait et une pointe de nostalgie se faisait sentir. Aujourd’hui il était un vampire, il l’avait désiré pour une unique raison qu’il n’avait jamais exprimé et qu’il gardait secret au fond de lui. En ce jour magnifique sur la Nouvelle Orléans, Marcel avait ressentit le besoin urgent de prendre l’air. La raison ? Hayley et ses petits caprices de femme enceinte qui l’avait fait briser un plateau en argent tellement sa patience atteignait parfois ses limites. Le vampire était conciliant, patient, mais quand il voyait ses petites manières, son attitude avec les siens qui ne faisait que la tolérer parce qu’il en avait décidé ainsi, il lui prenait l’envie de la renvoyer en colissimo à la fratrie ou de demander une pension alimentaire pour payer une nourrice qu’il n’était nullement. Agacé il claque la porte de ses appartements situés au dernier étage du bar qu’il détenait et partit faire un petit tour en ville.

Sur le chemin du retour, mains en poche, Marcel scrutait les horizons avant de tourner le regard sur la route s’offrant à lui. Une décapotable attira son regard, surtout la chevelure blonde qui virevoltait au grès du vent. Il fronça des sourcils, et sprinta pour suivre sans savoir réellement pourquoi cette voiture, jusqu’à se stopper de l’autre côté de la route face à son bar. Camouflé entre les arbres du parc, il dénota la silhouette gracile et féminine de la jeune femme avant que ses lèvres ne s’entrouvrent, un flot de souvenirs embrumant son esprit. Elle était là, en chaire et en os, vivante… Rebekah son nom sonnait comme une douce mélodie, la plus belle qu’il n’aurait jamais pu entendre. Cette femme, cette douceur avait fait pulser son cœur d’humain, il l’avait aimé, au point de se lever contre Niklaus qui était contre leur idylle. Marcel aurait pu mourir sous ses mains pour cette rébellion, mais un jour alors qu’il était devenu vampire, alors qu’il allait la rejoindre elle avait disparu. Ils avaient tous quitter la Nouvelle Orléans leur père aux trousses et jamais plus il ne l’avait revu. Son cœur ne pouvait aujourd’hui plus battre, mais il sentit une fissure se rouvrir, il ferma un instant les yeux pensant la rêver avant de les rouvrirent et la voir entrer dans son QG. Marcel passa sa langue sur sa lèvre, fit les cents pas sur le trottoir en scrutant la porte menant à sa personne. Pourquoi revenait-elle après des années d’absence, des années sans lui donner de nouvelles. Longtemps il avait espérer revoir son visage, revoir son regard pétillant, ses lèvres adorable se fendre en un sourire qu’il ferait naitre, le timbre de sa voix auquel il se suspendrait sans demander son reste, mais jamais elle n’était venu. Durant des années, des siècles il avait tendu l’oreille pour s’assurer qu’elle était toujours en vie, et quand bien même, le fait de la savoir encore de ce monde l’avait toujours réconforté, la voir ici le faisait défaillir. Le regard dur planté sur la porte, une sorte de rancœur quant à sa présence qu’il avait trop souvent souhaiter avant de se rendre à l’évidence que cette partie de sa vie était terminée, il traversa la route et poussa la porte avec fracas. Bien décidé à savoir ce qu’elle voulait de lui aujourd’hui, il serra des poings des mâchoires, une attitude froide et un regard méchant se posa sur son dos. Mais lorsqu’elle se retourna, tout ceci s’estompa et ne resta plus que l’homme qu’elle avait connu. Ses lèvres se fendirent en un sourire adorable sur ses lèvres, son regard se plantant dans le sien, alors qu’il se tenait à quelques centimètres d’elle, les bras le long du corps. L’attitude sur la défensive qu’elle arborait était à l’identique de ce qu’il avait connu autrefois, mais Marcel mieux que quiconque savait ce qui se cachait en cette poupée.

- Bonjour Marcel, il faut qu’on parle toi et moi.

-  Bonjour Rebekah… Toujours aussi charmante à ce que je vois… même pas un petit comment ça va Marcel ?… je suis affreusement déçu…

Dit il en passant à ses côtés, son regard ancré au sien, alors que son épaule frôlait la sienne. Marcel fit un signe de tête à la serveuse pour qu’elle décampe plus loin, le bar était calme. Quelque uns de ses amis, hommes ou famille se trouvaient autour du bar et la fixaient avec méfiance jusqu’à ce qu’il leur intime en un regard que tout allait bien. Ceux si reprirent leur amusement, tout en gardant un œil constant sur Marcel qui bifurquait derrière le bar pour attraper une bouteille.

- Des années de silence et tu veux parler… Laisse moi deviner… Dit il en un sourire en faisant mine de réfléchir Tu viens aussi pour la cure… Comme Katherine Pierce oh pardon Salvatore, et comme bien d’autres vampires avant toi…. Il lui servit un verre, et s’en servit un Je me doutais bien en te voyant au volant de ta voiture que tu ne venais pas dire bonjour… à moins que tu ne vienne enfin chercher la chienne de ton frère oups sa compagne... Hayley...



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Ven 31 Jan - 21:33


Years pass, the flame stays
Rebekah Mikaelson



- Bonjour Rebekah… Toujours aussi charmante à ce que je vois… même pas un petit comment ça va Marcel ?… je suis affreusement déçue…

Cette phrase était dite avec humour, mais on pouvait ressentir comme un petit pic à l’intérieur. Rebekah connaissait bien Marcel, et ce ton sur de lui et moqueur voulait dire qu’il lui en voulait. Mais pourquoi ? Elle n’avait rien fait ELLE ! Après tout c’était lui qui avait choisis de suivre Nicklaus et de l’abandonner… repenser a cela rendit triste Rebekah et l’espace d’un instant elle baissa la tête. Il passa à côté d’elle frôlant son épaule et Rebekah ne pu s’empêcher de humer son parfum fermant les yeux un instant pour savourer ce moment. Mais la belle blonde retrouva très vite son regard froid en entendant la phrase qui suivie

- Des années de silence et tu veux parler… Laisse moi deviner…Tu viens aussi pour la cure… Comme Katherine Pierce oh pardon Salvatore, et comme bien d’autres vampires avant toi….

Ce petit sourire fier et sur de lui et ce ton arrogant avait le don d’énerver Rebekah, pourtant elle savait faire la même chose. Il lui servit un verre et continua de parler

-Je me doutais bien en te voyant au volant de ta voiture que tu ne venais pas dire bonjour… à moins que tu ne viennes enfin chercher la chienne de ton frère oups sa compagne... Hayley...

Rebekah sourit un moment et baissa la tête rigolant légèrement comme elle le faisait avant, elle était heureuse, il était en forme et il avait l’air d’aller bien et rien que cela lui faisait très plaisir.
Elle décida donc de ne pas laisser ces émotions du passé sortir de son cœur pourtant mort. Récupérant un regard fort et de son ton moqueur et arrogant elle finit par lui répondre

-Tu n’as pas changé, toujours aussi moqueur. C’est vrai tu n’as pas eu de mes nouvelles, mais j’imagine que tu as survécue, regarde tu es devenu roi de la nouvelle Orléans ! Et tu es en forme en plus de cela, j’imagine que Klaus serait très fier de toi. Ou devrais-je dire celui pour lequel tu t’es transformé ?

Cette fois c’était elle qui lui lancait des piques, ou plutôt un coup de couteau là où ça fait mal, enfin si tenté que ça puisse l’atteindre ce qu’elle doutait

-En effet je suis la pour la cure, et j’ai le malheur de voir que la reine des pouf Petrova est arrivé avant moi. J’ose au moins espéré que tu ne lui a pas donné parce que sinon elle ne risque pas de profiter longtemps de ça vie de misérable humaine.

Elle le regarda une étincelle de rage dans le regard. Rebekah voulait plus que tous redevenir humaine, re- gouté a ces petites choses qui normalement ne sont pas sensées toucher les vampires. Mais ressentir le vent sur son visage la chaleur le froid toutes ces choses qui touche les humain et qui sont insignifiante pour les vampires… tous ça elle le voulait ! Et elle espérait que malgré leur passé il arriverait comme avant a comprendre tout ce qu’elle  ressentirait

- Et pour ce qui est de la porteuse de fœtus de mon frère je ne savais pas qu’elle était la. Remarque on m’avait dit que tu flirtais avec une jolie brune enceinte, j’aurais du me douter, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre défendu. J’irais la récupérer après tout, il ne faut pas qu’elle ait un trop plein d’émotion négatif ou de stress et je m’y connais avec toi elle risque de faire une fausse couche.
Quoi que tu n’oserais jamais rien faire de mal a Hayley, après tous ta fidélité pour mon frère t’en empêche, c’est bien pour lui que tu m’as abandonné.


Elle était peut-être un peut dure mais elle lui en voulait de l’avoir abandonné, et elle voulait qu’il ressente toute son amertume.


-Il y aurait-il moyen de ce parler sans tes vampire garde du corps? je me sens observer.


Dit-elle en regardant les personnes autour d'elle froidement au point que certain en détournée le regard. [/color]






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Sam 1 Fév - 1:33





L’attitude de Marcel n’était peu être pas aussi chaleureuse qu’il l’avait imaginé, quand le reflet de la belle blonde venait hanter ses pensées. Dire qu’il n’avait jamais songé à l’amour qui les avait lié, à ce gout amer de n’avoir pu lui dire au revoir, serait mentir, mais jamais il ne lui dévoilerait, du moins pas dans l’immédiat. Rebekah n’avait pas changé, malgré son attitude froide, elle était toujours l’ange blonde aux yeux enchanteurs et au sourire à faire fondre un glacier. Marcel l’avait côtoyé de nombreuses années, il savait que tout n’était qu’une façade, il suffisait de gratter pour y découvrir une femme somptueuse, une femme que peu avait pu apercevoir comme lui l’avait pu. Le petit rire qu’elle laissait glisser entre ses lèvres légèrement rosée d’artifice, le fit sourire intérieurement, mais il n’en restait pas moins impassible physiquement. Son sourire demeurait, mais il ne lui montrerait pas combien sa présence le chamboulait autant s’arracher le cœur sur place de ses propres mains que de s’agenouiller devant une femme qui l’avait abandonné alors qu’il était prêt à maints sacrifices pour elle. L’amour rendait aveugle et il l’avait clairement comprit sans doute pour ça qu’il ne s’amourachait plus d’autres femmes.

-Tu n’as pas changé, toujours aussi moqueur. C’est vrai tu n’as pas eu de mes nouvelles, mais j’imagine que tu as survécue, regarde tu es devenu roi de la nouvelle Orléans ! Et tu es en forme en plus de cela, j’imagine que Klaus serait très fier de toi. Ou devrais-je dire celui pour lequel tu t’es transformé ?

Un rire quitta sa gorge alors qu’il passait sa langue sur ses lèvres. Elle se fourvoyait lourdement. Rebekah toujours sur qu’on ne l’aimait pas, ou du moins ne voulant pas l’accepter se berçait d’excuses saugrenues, et lamentables. Marcel ne s’était pas transformé pour les beaux yeux de Niklaus, certes il avait porté cet homme dans son cœur durant de longues années, mais le savoir à deux doigts de débarquer ici pour s’octroyer le fruit de son travail durant des années n’était pas réjouissant.

-En effet je suis la pour la cure, et j’ai le malheur de voir que la reine des pouf Petrova est arrivé avant moi. J’ose au moins espéré que tu ne lui a pas donné parce que sinon elle ne risque pas de profiter longtemps de ça vie de misérable humaine.

Marcel aurait pu répliquer, dire tout de suite la vérité, mais cette pointe de rage dans ses yeux le faisait sourire grandement alors qu’il portait son verre à ses lèvres pour en boire une gorgée qu’il fit doucement glisser dans sa trachée. Il pinça ensuite les lèvres en plantant son regard dans le sien, sans piper mot, la laissant croire ce qu’elle voulait pour le moment.

- Et pour ce qui est de la porteuse de fœtus de mon frère je ne savais pas qu’elle était la. Remarque on m’avait dit que tu flirtais avec une jolie brune enceinte, j’aurais du me douter, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre défendu. J’irais la récupérer après tout, il ne faut pas qu’elle ait un trop plein d’émotion négatif ou de stress et je m’y connais avec toi elle risque de faire une fausse couche. Quoi que tu n’oserais jamais rien faire de mal a Hayley, après tous ta fidélité pour mon frère t’en empêche, c’est bien pour lui que tu m’as abandonné.

Il poussa un long soupir en secouant la tête sans perdre son sourire, sa langue tapant amèrement dans sa bouche. Non pis quoi encore coucher avec un chien de talus très peu pour lui, vraiment si il trouvait celui à l’origine des rumeurs il mettrait fin à ses jours sur le champ sans préavis. Et avant qu’elle ne prononce le moindre mot, il lui coupa la parole.

- Je te coupe tout de suite Rebekah, je ne flirte pas avec elle, je ne couche pas non plus avec elle, elle est juste là en attendant qu’un des vôtres ne daignent enfin venir la récupéré. Je l’ai trouvé perdu au milieu des bois, me suppliant de ne pas la laisser alors qu’elle était en danger, je savais qui elle était, et crois moi l’idée de la tuer comme tous les autres loups m’a effleuré l’esprit. Cependant son enfant n’a rien demandé alors j’ai préféré me montrer courtois, j’imaginais qu’Elijah allait venir la récupérer, vu qu’il était en ville récemment. Je n’attends que ça qu’elle débarrasse le plancher j’ai bien d’autre chose à faire que du baby sitting pour une femme capricieuse et vulgaire. En ce qui concerne ton frère qu’on soit sur la même longueur d’onde je n’ai que faire de ses dires, de ses volontés il n’est pas mon maitre ! Je suis franchement déçu que tu penses que je tomberais aussi bas pour m’envoyer en l’air avec une femme comme elle quand on regarde avec qui j’ai passé mes nuits par le passé !

Cette fois, elle lui laissait un gout amer en bouche. Comment pouvait-elle croire qu’il avait pu se laisser charmer par une louve, une femme comme Hayley. Hautaine, capricieuse, vulgaire sans aucune classe, alors qu’il avait eu bien mieux par le passé comme la belle Originel devant lui. Marcel se sentait froissé, presque vexé qu’elle pense ça de lui, elle qui l’avait vu sous un jour que nul autre n’avait pu toucher. Il tourna un instant sur Gwendoline sa second qui s’approchait de lui en scrutant Rebekah.

-Il y aurait-il moyen de ce parler sans tes vampire garde du corps? je me sens observer.

Un rictus quitta ses lèvres, et il hocha la tête, faisant signe à Gwen d’embarquer tout le monde. La rouquine à ses côtés fit un signe de tête, laissant son doigt filer contre le bras du vampire avant de s’éclipser, le bar se vidant petit à petit pour ne laisser plus qu’eux. Les yeux perdus sur le bar, il fini par les remonter dans les prunelles pétillantes de la blondinette, un sourire illumina à nouveau son visage, effaçant la rage qu’elle avait fait naitre en lui.

- Tu veux parler, okay mais à une condition !

Dit il en faisant le tour du bar, abandonnant sa veste, gardant son tee shirt noir, son jeans de la même couleur alors que sa lèvre passait sur sa lèvre, scrutant la blondinette alors qu’il se dirigeait vers la scène. Mystérieux, le regard malicieux, il disparu derrière un paravent quelques minutes, avant de revenir lentement en souriant sur la piste de danse non loin du bar. Il lui tendit la main alors qu’une musique se mit à retentir.

- Danse avec moi et je répondrais à toutes tes questions… c’est ma condition…

Quand la main de Rebekah rencontra enfin la sienne, il la fit tourner sur elle-même avant de la tirer brusquement contre lui, son regard plongé dans le sien un sourire au coin des lèvres alors qu’il la dépeignait adorablement. Il riva une main au creux de ses reins, tenant la main de la belle dans l’autre, alors qu’il dansait au rythme de cette mélodie qu’il appréciait. Sans jamais la quitter des yeux, il la fit onduler des hanches, la fit tourner par moment en même temps que lui dansait contre elle. Chacune des courbes de la belle ondulait, ses vêtements se froissant sous ses gestes, ses cheveux fendaient l’air quand il la faisait tourner, ses yeux rencontraient les siens, une once de sensualité comme ils savaient le faire à leur manière fini par les imprégner. Marcel sourire aux lèvres n’avait plus d’yeux que pour elle, un moment il joignit ses paumes aux siennes les relevant au dessus de sa tête, pour les quitter les laissant glisser le long de ses bras de ses cottes, sentant la douceur du tissus contre sa peau, ancrant l’une d’elle dans son dos alors qu’il saisissait à tout vitesse le dessous de son genoux pour la faire se cambre dans le vide, lui la surplombant. La mélodie délivra ses dernières notes, et il la redressa lentement contre lui, avant de prendre ses mains et d’y déposer un baiser, un regard rieur et un sourire divin sur le visage. Il la contourna, frôlant son épaule, prenant la bouteille et les verres qu’il avait abandonnés quelques minutes plus tôt et prit place à une table.

- Katherine n’a pas eu la cure… elle est venu, elle a joué, elle a perdu… je l’ai piégé… Je lui ai fais prendre une cure factice, elle est redevenue humaine temporairement… avec tous les inconvénients que ça inclus.

Dit il un sourire amusé repensant ce jour où elle était venue se pavaner dans son bar. Se prenant pour la reine mère, croyant que son âge allait égaler son génie, et surtout le nombre primait sur la force ici. Il entendait encore ses gémissements, son cœur affolé battre dans sa poitrine lorsqu’il l’avait abandonné à la traque dans les bayous.  

- Si tu veux Hayley je l’ai enfermé à l’étage, j’en avais marre de l’entendre se plaindre, j’ai jamais connu une femme aussi ennuyante, je me demande bien ce que ton frère lui a trouvé…

Il servit deux verres, puis fit glisser le sien autre ses paumes en la regardant. Ses yeux noyés dans les siens, le sourire de Marcel s’effaça laissant place à l’homme sincère qu’elle avait connu autrefois. Il ne lui avait jamais mentit, et elle le savait. Cet instant où son regard se baladait dans le sien, où le temps se suspendait, lui fit passer la langue sur les lèvres, fuyant son regard une seconde sur la table pour le laisser à nouveau dans ses prunelles

- J’ai pas demandé à être un vampire pour lui Rebekah. Ton frère n’a rien à voir avec ma décision. Si je l’ai fais… c’était pour toi… Parce que je t’aimais et que je ne voulais jamais te perdre… passer l’éternité avec toi… parce que t’étais la seule femme que j’ai jamais aimé…  Klaus était contre notre relation, mais il m’a tout de même transformé en pensant que je te laisserais tomber… c’est ce que je lui ai fais croire, mais c’était pas du tout mon but… Je me fichais qu’il m’arrache le cœur, je me fichais de sa volonté, j’étais prêt à m’enfuir avec toi pour te garder… Il se gratta doucement l’arcade son regard perdu sur son verre J’ai du rester loin de toi quelques jours pour m’acclimater à ma nouvelle nature, et quand je suis monté dans ta chambre pour te retrouver, tu avais plié bagage. Niklaus t’avait emmené car Mikael était à vos trousses. Je t’ai cherché… longtemps… sans jamais te trouver… Chaque fois je touchais au but, mais à chaque fois j’arrivais trop tard, vous étiez déjà partit. Au bout de quelques années, j’ai cessé mes recherches, pensant que tu viendra en Nouvelle Orléans… les années, les siècles ont passé et j’ai construis mon empire… en te gardant comme un souvenir…

Marcel resta silencieux un moment, tapant le bout de son index contre la table avant de reprendre fière allure, et ne pas laisser les émotions le submerger. C’était lointain, c’était le passé et pourtant quand il remonta son regard sur elle, sa beauté lui pétait en plein visage. Un sourire combla ses traits et il bu une gorgée de son verre.

Si tu veux la cure je te la donnerais… parce que c’est toi…  Sans jamais rien te demander… mais je veux savoir ce que tu vas en faire…



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Sam 1 Fév - 20:39


Years pass, the flame stays
Rebekah Mikaelson



Elle avait réussi pendant un moment à le mettre en colère. Lui, avait réussi à lui donner l’impression que son cœur avait recommencé à battre et qu'on l'avait a nouveau brisé rien qu’en entendant la phrase:

-Je suis franchement déçu que tu penses que je tomberais aussi bas pour m’envoyer en l’air avec une femme comme elle quand on regarde avec qui j’ai passé mes nuits par le passé !

Elle avait fait semblant de n’avoir rien entendu tandis qu'il avait fait sortir ces vampires la laissant songer à ce qu'elle avait entendu. Cette réflexion lui avait fait regretter pendant un moment ce qu’elle lui avait dit. Elle s'en voulait de l'avoir blesser. Elle détestait cette impression de lui avoir fait du mal et toutes les personnes ayant eu à faire a elle avant Marcel savent qu’elle ne regrettait jamais ces mots. Mais c’était Marcel, c’était différent. Il était différent des autres. C'était lui qui lui rappelait qu’elle avait était réellement aimé. C'était celui qui lui avait donné l’impression que sa vie comptait réellement et que toutes les années qu’elle avait passé à vivre sans aucun but réel valait la peine puisqu'elle l’avait rencontré. Mais tout cela avait était détruis…le jour ou Nicklaus lui avait dit que Marcel ne viendrais pas car il voulait vivre une vie de vampires sans eux. Rebekah but une gorger de ce qu’il y avait dans le verre, c’était du bourbon, elle se calma pour ne pas laisser ses émotion la gagner et vu que les vampires commencèrent à partir.

- Tu veux parler, okay mais à une condition !

La belle blonde leva un sourcil d’un air interrogatif. Marcel était un joueur et ce sourire ne voulait rien dire de bon ! Il enleva sa veste et se dirigea vers la scène. Il disparu derrière un paravent quelques minutes, avant de revenir lentement en souriant sur la piste de danse non loin du bar. Il tendit la main à Rebekah et la musique se mit à retentir, mais pas n’importe quelle musique, en traduisant les paroles on pouvait par la même occasion comprendre ce qu’avait ressenti Marcel. Rebekah portait un débardeur bleu foncer et un mini short, ça tombait à pic c’était plus pratique pour bouger et sur cette musique c’était bien ce qu’il fallait faire. Elle se dirigea aussi vers la scène et prit la main de Marcel avec assurance et sans émotion, il la fit tourner sur elle même et d’un coup elle se trouva contre lui son regard plongé dans les yeux bleu de la belle blonde faisant disparaitre l’assurance et le mur glacée qu’elle avait. Il mit une main au creux des reins de Rebekah et de l’autre lui prit ma main, et là elle ne put retenir un soupir, tout ses souvenir remontait et le temps d’une danse elle libéra tous ses sentiments aussi. Ils dansèrent au rythme de cette mélodie, laissant parler son leurs corps. Elle bougeait et suivait les mouvements de son partenaire ondulant doucement des hanches, toujours plus proche de lui jusqu'à ce qu’ils finissent par se coller et se décoller uniquement quand il la faisait tourner. Elle pouvait de nouveau ressentir son torse contre sa poitrine et toucher de ses doigts fin ses bras musclés, elle ne cachait plus rien à ce moment précis et elle se mit à sourire, oui à sourire d’un sourire doux, sincère et vrai elle était heureuse comme elle l’avait été quand ils s’étaient rencontré. Marcel posa sa main sur son dos alors qu’il saisissait à tout vitesse le dessous du genou de Rebekah pour la faire se cambre dans le vide, lui la surplombant. Puis la chanson s’arrêta et emporta en même temps les sentiments qu’ils avaient libéré. Il la redressa lentement contre lui pris ses mains y déposa un baiser, et tous était redevenue comme avant, les deux vampires avait retrouvé leurs bouclier. Rebekah suivie Marcel et s’assit à la table qu’il avait choisit encore un peu chamboulée par les émotions de l’instant d’avant.

- Katherine n’a pas eu la cure… elle est venu, elle a joué, elle a perdu… je l’ai piégé… Je lui ai fais prendre une cure factice, elle est redevenue humaine temporairement… avec tous les inconvénients que ça inclus.

Tout à coup Rebekah se rappela pourquoi elle était là et un grand sourire illumina son visage en sachant que Katherine n’avais pas eu la bonne cure, elle n’écouta même plus Marcel quand il commença à parler de Hayley, mais soudain il récupéra son attention.

- J’ai pas demandé à être un vampire pour lui Rebekah. Ton frère n’a rien à voir avec ma décision. Si je l’ai fait… c’était pour toi… Parce que je t’aimais et que je ne voulais jamais te perdre… passer l’éternité avec toi… parce que t’étais la seule femme que j’ai jamais aimé… Klaus était contre notre relation, mais il m’a tout de même transformé en pensant que je te laisserais tomber… c’est ce que je lui ai fait croire, mais c’était pas du tout mon but… Je me fichais qu’il m’arrache le cœur, je me fichais de sa volonté, j’étais prêt à m’enfuir avec toi pour te garder.

Rebekah ne put rien dire, elle ne savait plus quoi dire….

- J’ai du rester loin de toi quelques jours pour m’acclimater à ma nouvelle nature, et quand je suis monté dans ta chambre pour te retrouver, tu avais plié bagage. Niklaus t’avait emmené car Mikael était à vos trousses. Je t’ai cherché… longtemps… sans jamais te trouver… Chaque fois je touchais au but, mais à chaque fois j’arrivais trop tard, vous étiez déjà partit. Au bout de quelques années, j’ai cessé mes recherches, pensant que tu viendras en Nouvelle Orléans… les années, les siècles ont passé et j’ai construis mon empire… en te gardant comme un souvenir…


Plus personne ne parler il avait même fini par détourner le regard et pourtant Klaus ljui avait apprit a ne jamais détourner le regard devant personne.

-Si tu veux la cure je te la donnerais… parce que c’est toi… Sans jamais rien te demander… mais je veux savoir ce que tu vas en faire…

Il avait relevé le regard sur elle, mais Rebekah avait eu les larmes aux yeux après avoir entendu ce qu’il lui avait dit. Elle se leva donc brusquement lui tournant le dos un instant pour calmer ces émotion, elle put récupérer ces mots mais elle n’était pas prête à se retourner.

-Il m'a dit, que tu avais choisit d’être vampire plutôt que de vivre une vie humaine avec moi. Tu sais, moi je t’aurais transformé…J’ai attendue longtemps très longtemps dans ma chambre espérant que tu finisses par y rentrer mais…Bref, le soir ou j’ai du partir, je lui est demandé ou tu étais je voulais que tu viennes tu faisais partie de moi et peu importe ce qui avait pu se passer ça n’avait rien changé javait continué d’espérer. Mais il m'a dit que tu étais partie pour vivre ta vie de vampire loin de nous que ce qui t’avais tenue à cœur en temps qu’humain était resté dans ta vie humaine alors je suis partie. J’ai pourtant écouté tous ces moments ou on me parlait de toi, on me disait que tu allais bien alors j’allais bien.

Sa voix tremblait maintenant, elle en était devenue rouge et elle perdait le contrôle de soit ce qui normalement n’arrivait qu’avec sa famille. Alors elle essaya de ce retournée et de parler d’autre chose osant le regarder droit dans les yeux.

-Si je veux la cure c’est pour récupérer ce que tu as abandonnée, je veux redevenir humaine récupérer ce que j’ai perdue tous ce que les humains aiment ce qui leur tiennent à cœur ou bien ce qui leur manquerait si il était dans mon cas. Quand on a vécue pendant des siècles on oublie tout ça, mais je me rappelle quand même que j’aimais ce que je vivais, peu importait combien ma vie était compliqué ou bien combien on devait se cacher des loup garous. J’aimais vivre, maintenant se battre pour vivre n’est plus aussi plaisant qu’avant. Si réellement tu m’as aimée un jour alors rend moi tous ça. Je t’attendrais dans un hôtel si réellement tu veux me la donner sinon je viendrais la prendre de force. Je demanderais a quelqu’un de venir chercher Hayley.

Elle partie sans même un regard mais elle eu même pas le temps de poser ça main sur la poignet qu’elle fus plaquer par terre.







FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Lun 3 Fév - 21:53





Pour la première fois en de nombreuses années, Marcel venait d’exprimer ce qu’il avait ressentit. Ce qui c’était réellement passé à cette période, le but de sa transformation et les conséquences qui en avaient découlé. Jamais il n’en avait parlé car l’unique personne qui le connaissait comme un livre ouvert était sous ses yeux. Rebekah avait toujours connu les moindres détails de sa vie, ses moindres frasques, ses moindres maux, et il en étant quasiment de même en retour. Mais à son départ, le vampire s’était refermé sur lui-même, conservant au fond de son cœur mort, les émotions qui l’avaient submergé lors de son départ. Il avait ressentit de la tristesse, il s’était retrouvé perdu face à une nature qu’il avait pourtant côtoyé au quotidien, mais elle n’était plus là pour le guider, plus là pour l’écouter et faire de son monde un royaume comme il l’avait longuement rêvé. Klaus n’était qu’une ombre au tableau qui ne craignait nullement, et qu’il n’avait d’ailleurs pas revu depuis bien des années. Lorsqu’il releva le regard sur elle, quelque chose de différent émana de la blondinette, une attitude moins fière, comme touchée par les mots qu’il venait de prononcé. Brusquement elle se redressa, lui tournant le dos, comme si elle était incapable de le regarder dans les yeux. Marcel fronça d’un sourcil prêt à se redresser pour lui faire face, mais se résigna lorsque le timbre de sa voix fit échos dans son bar.

-Il m'a dit, que tu avais choisit d’être vampire plutôt que de vivre une vie humaine avec moi. Tu sais, moi je t’aurais transformé…J’ai attendue longtemps très longtemps dans ma chambre espérant que tu finisses par y rentrer mais…Bref, le soir ou j’ai du partir, je lui est demandé ou tu étais je voulais que tu viennes tu faisais partie de moi et peu importe ce qui avait pu se passer ça n’avait rien changé javait continué d’espérer. Mais il m'a dit que tu étais partie pour vivre ta vie de vampire loin de nous que ce qui t’avais tenue à cœur en temps qu’humain était resté dans ta vie humaine alors je suis partie. J’ai pourtant écouté tous ces moments ou on me parlait de toi, on me disait que tu allais bien alors j’allais bien.

- Il t’a mentit Rebekah, pour t’éloigner de moi…

Marcel n’était pas vraiment surpris par les manigances de Niklaus, et il s’en voulait de ne pas s’être douté de la frottée. L’Originel ne tenait que trop rarement parole, une chose qu’il n’avait jamais comprit, il se servait des gens dans son propre intérêt et avait toujours enfermé sa cadette dans une prison dorée, où elle n’avait aucunement le luxe d’agir librement. Jamais Klaus n’accepterait de la voir redevenir humaine, car elle lui claquerait entre les doigts, car elle était une des rares encore à ses cotés malgré ses frasques sanglantes. Niklaus avait peur de n’avoir plus aucune famille, mais s’il agissait différemment, les choses seraient surement moins catastrophiques qu’elles ne l’étaient aujourd’hui.  Le vampire de la Nouvelle Orléans, chassa rapidement cet homme de ses pensées, pour se concentrer uniquement sur la voix tremblante de Rebekah, qui réussissait à faire trembler ses propres muscles. C’était inné, dès qu’elle faiblissait, il le sentait aux creux de ses veines, et chacun de ses membres tremblaient de frustration quant à l’état dans lequel elle se mettait.

-Si je veux la cure c’est pour récupérer ce que tu as abandonnée, je veux redevenir humaine récupérer ce que j’ai perdue tous ce que les humains aiment ce qui leur tiennent à cœur ou bien ce qui leur manquerait si il était dans mon cas. Quand on a vécue pendant des siècles on oublie tout ça, mais je me rappelle quand même que j’aimais ce que je vivais, peu importait combien ma vie était compliqué ou bien combien on devait se cacher des loups garous. J’aimais vivre, maintenant se battre pour vivre n’est plus aussi plaisant qu’avant. Si réellement tu m’as aimée un jour alors rend moi tous ça. Je t’attendrais dans un hôtel si réellement tu veux me la donner sinon je viendrais la prendre de force. Je demanderais a quelqu’un de venir chercher Hayley.

Sans même le regarder, Rebekah entama des pas en direction de la sortie. Elle n’avait nullement le besoin de lui indiquer où elle se trouvait, Marcel avait des yeux et des oreilles partout et elle semblait l’avoir parfaitement comprit. Il la laissa libre de ses mouvements, mais quand elle ne fut plus dans son champs de vision, que ses pas lui revenaient aux oreilles comme un nouveau départ réveillant maintes choses endormit en lui, sa gorge se serra, au même titre que ses doigts qui fendillaient le verre. Marcel appuya ses avants bras contre la table de bois, ses oreilles toujours suspendu sur le résonnement de ses talons, et il ferma un instant les yeux. Des images de son passé firent surface, le bruit des épées s’entrechoquant, les rires de Rebekah, son visage magnifique souriant comme il ne l’avait plus vu depuis longtemps. Un cocktail molotov d’images passées ressurgissaient et le rendait fébrile, alors qu’il tournait son regard sur elle, prête à passer le seuil de la porte. Vivement il repoussa la table dans un fracas, et se rua sur elle, empoignant son bras pour la tirer contre lui, alors que le dos de la belle rejoignait le sol. Marcel avait mis sa main entre le plancher et la peau de son dos pour éviter qu’elle ne se blesse. Son torse se souleva, alors qu’il plantait ses yeux dans les siens, pinçant ses lèvres entres elles, le surplombant de toute sa stature.

- Tu n’as rien perdu en devenant vampire Rebekah… T’as juste pas su faire. Je suis vampire et pourtant j’agis toujours comme un humain, je m’amuse toujours comme avant. J’apprécie les petites choses, j’aime passer du temps à jouer comme autrefois. La seule chose qui a changé est mon alimentation, ma vie éternelle et le fait de ne pas pouvoir construire une famille. Famille que je me suis créer avec eux, pour combler un manque. Je suis heureux car j’ai décidé d’agir plutôt que de rester passif et à la botte de ton frère… Lui ne s’amuse qu’autour de sa petite personne.

Vivement il la releva contre lui, plantant son regard très sérieux dans le sien, prenant une voix plus douce, alors qu’il posait une de ses paumes sur l’une de ses joues. Il pencha doucement son visage vers elle pour être à sa hauteur, alors que son autre main était posé à sa hanche.

- Histoire d’être sure de ce que tu veux, et que tu ne le regretteras pas après… Laisse-moi 48h pour te montrer à quel point une vie vampire peut être fantastique. Si après ça tu veux toujours redevenir humaine alors je te l’apporterais. Mais tu dois être avertis, personne ne connait les conséquences de la cure sur un vampire de plus de mille ans comme toi… Mais quoique tu choisisses, je t’aiderais.

Il caressa doucement sa joue de son pouce, avant de déposer un baiser sur ses lèvres et de se reculer.

- Si ça te va, rejoins moi ce soir ici à 23h… Dit il en un sourire charmant avant de froncer d’un sourcil Oh et sache que la cure n’est pas ici mais à l’abris, alors même de force personne ne peut me l’arracher car elle est planqué quelque part où je suis le seul à pouvoir entrer… Et que j’ai de la veine de vénus dans le sang pour éviter que tu joues avec tes jolies yeux… Lâcha t-il amusé.



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Sam 8 Fév - 21:35


Years pass, the flame stays
Rebekah Mikaelson



Rebekah n’avait pas bien comprit ce qui lui était arrivé, plaqué contre le beau torse de Marcel n’ayant même pas touché réellement le sol car comme le bon gentleman qu’il était il avait mit sa main, oubliant qu’elle était un vampire et que donc elle n’aurait pas souffert.

- Tu n’as rien perdu en devenant vampire Rebekah… T’as juste pas su faire. Je suis vampire et pourtant j’agis toujours comme un humain, je m’amuse toujours comme avant. J’apprécie les petites choses, j’aime passer du temps à jouer comme autrefois. La seule chose qui a changé est mon alimentation, ma vie éternelle et le fait de ne pas pouvoir construire une famille. Famille que je me suis créé avec eux, pour combler un manque. Je suis heureux car j’ai décidé d’agir plutôt que de rester passif et à la botte de ton frère… Lui ne s’amuse qu’autour de sa petite personne.

La jolie blonde se mise à sourire, rien n’était comme avant. Elle avait entendu bien des histoires parlant d’un homme dur et froid interdisant aux sorcières d’utiliser la magie, un roi aux règles dures et dont personne ne peut échapper. Un homme avide de pouvoir, qui peut aller jusqu'à humilier pour que l’on respecte son autorité. Bien sur beaucoup de ses proches l’aimaient vraiment et étaient fidèles à lui, elle ignorait encore leurs raisons.

Mais elle savait qu’avant il n’aurait jamais fait la moitié de tout ce qu’il a fait. Et pourtant quand elle le regardait droit dans les yeux et qu’elle sentait de nouveau son souffle sur sa peau…elle pouvait revoir celui d’avant, comme si il n’avait jamais disparu, comme si  tout au fond il y avait encore le jeune fou et plein d’espoir prêt a tout pour être avec elle.

Doucement il la releva contre lui ne relâchant pas son regard sur elle, désormais Rebekah était sur ses genoux collé à son torse, l’une des mains du jeune homme était sur la joue de Rebekah l’autre sur sa hanche. Elle sentit à nouveau les mains fortes de Marcel sur elle et c’était quelque chose qui lui donna un frisson

- Histoire d’être sure de ce que tu veux, et que tu ne le regretteras pas après… Laisse moi 48h pour te montrer à quel point une vie vampire peut être fantastique. Si après ça tu veux toujours redevenir humaine alors je te l’apporterai. Mais tu dois être averti, personne ne connait les conséquences de la cure sur un vampire de plus de mille ans comme toi… Mais quoique tu choisisses, je t’aiderai.

Caressant la joue de la jolie blonde il embrassa tendrement ses lèvres l’empêchant de répondre quoi que ce soit. Elle aurait voulue refuser demander directement le remède s’enfuir pour ne pas replonger dans des souvenirs pour ne pas être de nouveau déçu.

Mais c’était trop tard, elle ressentait déjà l’envie de rester dans ses bras à tout jamais. Cette sensation cette impression que sa vie valait enfin quelque chose, ça faisait bien longtemps et ça lui faisait plaisir, elle ne voulait pas s’en passer.

- Si ça te va, rejoins-moi ce soir ici à 23h…

Il relâcha doucement son étreinte sur elle mais Rebekah ressentit  tout de même qu’il voulait qu’elle reste.

-Oh et sache que la cure n’est pas ici mais à l’abri, alors même de force personne ne peut me l’arracher car elle est planquée quelque part où je suis le seul à pouvoir entrer… Et que j’ai de la veine de vénus dans le sang pour éviter que tu joues avec tes jolis yeux…

La jolie blonde se mise à rire tendrement elle ne savait pas vraiment quoi répondre. Non elle ne renoncerait pas à son humanité. Mais elle voulait profiter de ces moments avec lui, après tous ces derniers instants en vampire elle voulait les passer avec lui. Elle le fixa dans les yeux, il y avait a l’intérieur de ce regard la tendresse, de la douceur et une joie immense de le revoir. Elle espérait qu’il puisse lire à l’intérieur « tu m’as manqué »  elle se leva d’un coup et se dirigea devant la porte

-je viendrai, mais je ne te donne que jusqu'à demain soir pour me persuader, au-delà de ça, tu me donne le remède. Même si je sais que je ne changerai pas d’avis…

Elle partit suite à cette phrase cette fois elle n’avait pas était retenu. Elle attendait que les heures passent,  se promenant encore et encore mais jamais les heures n’avaient passées si lentement. Finalement l’heure arriva bientôt, elle rentra à l’hôtel prenant une douche, se parfumant, se séchant les cheveux, se maquillant. Elle sentait l’odeur des fleurs, et elle était aussi belle que le soleil. Sa robe noire tombait sur ses cuisses. Elle était enfin prête, elle partit donc vers le bar et quand elle ouvrit la porte tout était rempli, des personnes buvaient, dansaient et riaient. Mais Rebekah pouvait l’entendre au son des cœurs  qui ne battaient pas, la plus part était des vampires. Elle cherchait du regard Marcel mais elle ne le trouva pas finalement elle entendit une voix chuchoter à son oreille, c’était celle de Marcel.






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo St. John

avatar
Messages : 37

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Ven 21 Fév - 1:12





Elle partit, et le reste de la journée suivit son cours. Marcel traita quelques impératifs concernant son bar et quelques broutilles avec certaines sorcières. Autant dire que la journée passa très rapidement, sans pour autant ne pas penser à elle. Rebekah, il ne l’avait pas vu depuis de nombreuses années, et quand bien même le temps s’était écoulé sans leur demander leur avis, elle n’avait pas changé. Elle était toujours angélique à ses yeux, malgré le petit côté hautain qu’elle se donnait pour faire preuve d’assurance devant les gens. Marcel la savait aussi fragile qu’une fleur sauvage, à la moindre égratignure, elle pouvait perdre ses pétales, et se laisser mourir jusqu’à la racine. Aucune alliance n’était à déplorer à ses phalanges, autant dire qu’elle n’avait toujours pas scellé sa vie à celle d’un autre, et d’un sens, il en était heureux. C’était égoïste certes, mais il n’aurait certainement pas eu le privilège de sortir en sa compagnie le soir venu, elle aurait été  retrouver les bras aimant d’un homme qui il en était sur ne savait pas la rose précieuse qu’il avait entre les paumes. La soirée arrivait, et Marcel dans ses appartements se préparait tranquillement, chemise blanche retroussée aux coudes, jeans noirs et chaussure de ville, il fixa un instant l’extérieur, scrutant son royaume. Oui le sien et pas celui d’un autre. Marcel avait battit de ses mains ce qu’il avait aujourd’hui et il ne laisserait quiconque le lui voler sans prendre les armes. Tout comme sa famille était prête à le faire au besoin. La neige avait cessé de tomber depuis quelque jours, et laissait place à de doux jours, mais, étant un vampire, les températures ne le dérangeait pas le moins du monde. Il fini par dévaler les escaliers pour retrouver la foule de son bar, ancrant l’épaule à l’encadrement de la porte et balaya la salle des yeux puis la pendule. Elle n’était pas encore arrivée, mais il la savait ponctuel, ce n’était pas le genre de Rebekah de se faire attendre, à moins qu’elle n’ai changé, chose dont il doutait. Les minutes filèrent et son parfum de fleurs lui revint aux narines, un sourire se peignant sur son visage, alors qu’il tournait le regard sur elle. Spectrale dans sa robe noire, les pans de celle-ci glissant contre ses jambes divines, ses chevilles fines enfermées dans des escarpins qui sublimait son apparence, mais clairement elle n’avait besoin d’aucun artifice pour briller à ses yeux. Marcel se déplaça dans la pièce, préférant les coins d’ombre pour qu’elle ne le repère pas et se colla dans son dos. Passant sa langue sur sa lèvre, il approcha ses lèvres de son oreille.

- C’est pour moi que tu t’es faite aussi ravissante ?

Demanda t-il un grand sourire aux lèvres, avant de la voir se retourner. Il glissa ses mains en poche la contemplant avant de lui tendre la paume.

- Suis moi on reste pas ici…

Il entremêla ses doigts aux siens, la trainant avec lui à la sortie du bar, sans lui indiquer où ils allaient. Marcel traversa le parc en sa compagnie, avant de la faire tourner sur elle-même, la collant à son torse, baissant le regard sur elle, glissant ses mains contre ses bras pour qu’elle encercle son cou. Il jeta un rapide regard autour de lui avant d’ancrer ses mains à ses hanches et de l’entrainer avec lui à toute vitesse. Terminant leur course sur un ponton près du lac, un bateau était apprêté pour eux, et il monta les premières marches avant de lui tendre sa main pour qu’elle ne le rejoigne, hochant de la tête quant aux personnes présentes, qui jetaient l’ancre pour les faire naviguer sur les flots. Il abandonna un instant la belle blonde près d’une barre où une table était dressée quelques guirlandes illuminant le lieu de leur soirée à bord du navire. Il revint deux coupes de champagne aux mains lui en tendant une avant de faire tinter son verre.

- A tes derniers jours humaines…

Il bu une gorgée avant de se sustenter de la vue, tout était calme, paisible, pas un chat à l’horizon juste eux deux comme autrefois. Il tourna son regard sur elle, un sourire tendre sur le visage, alors que la brise s’infiltrait dans les cheveux de la jolie poupée à ses côtés, l’obligeant à emprisonner une mèche qui obstruait son regard entre ses doigts.

- Je ne veux pas que tu redeviennes humaine… Souffla t-il en passant sa langue sur sa lèvre Rebekah, en mille ans tu as une liste d’ennemie à en défrayer la chronique, dès que ça se saura, tu seras une cible vulnérable pour eux… Quand bien même tu retrouves un cœur pulsant au sein de ton corps, ta vie sera éphémère, tu vieillira, on te perdra… et j'ai nullement envie de te perdre à nouveau... Il baissa un instant le regard Mais si c’est vraiment ce que tu veux alors je respecterais ton choix… Il fouilla dans sa poche et ressortit une boite noir enveloppé d’un ruban rose qu’il lui tendit Elle est à toi… A l’intérieur se trouvait la cure tant convoitée.



Lorenzo St. John
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel) Lun 3 Mar - 17:41


Years pass, the flame stays
Rebekah Mikaelson




- C’est pour moi que tu t’es faite aussi ravissante ?

Chuchota-il à l’oreille de Rebekah, celle-ci se retourna regardant le beau jeune homme pendant un instant. Il lui tendit la main et elle la lui prit dans un doux sourire. Néanmoins le bouclier de la belle blonde avait refait son apparition

-Ne prend pas tes rêves pour une réalité, tes anciennes conquêtes étaient peut-être comme ça mais moi je suis toujours ravissante

Elle dit ça d’un ton sure d’elle presque arrogant mais c’était surtout pour dire qu’elle aimait se faire jolie naturellement.

- Suis moi on reste pas ici…

Il entremêla ses doigts aux siens et Rebekah eu l’impression d’être retournée dans le passé, comme si tout était redevenu comme avant comme si rien ne s’était passé, que rien n’avait gâché leur histoire, elle se laissa entrainer à la sortie du bar fixant la main de marcel qui serrait la sienne et qui fit naitre en elle un frisson qui monta tout le long du dos de la magnifique blonde. Elle ne savait pas où ils allaient et d’ailleurs elle n’y réfléchissait même pas, elle se remémorait les moments du passé laissant renaitre en elle ses sentiments d’avant. Soudain Marcel la fit tourner  sur elle-même, la collant à son torse musclé, leurs regards ce croisèrent pour ne plus se lâcher et laissant marcel guider ses mains Rebekah encercla le cou de celui qui donnait comme un nouveau battement de cœur. Il l’entraina à toute vitesse sur un ponton près du lac, un bateau était là tout prêt et Rebekah ne pu s’empêcher de sourire, il avait vraiment des gouts de luxe, ce qui collait parfaitement avec ceux de Rebekah.  Peut-être même qu’il était la personne qui connaissait mieux que personne ce qui lui plairait ou le contraire. Il monta les premières marches et comme le beau gentleman qu’il est il lui tendit a nouveau sa main et à nouveau elle la prit, il y avait des passagers qui jetèrent l’ancre pour faire naviguer le bateau, Marcel avait réellement tout prévu,  ce qui n’étonna pas du tout la jeune femme, il avait toujours été prévoyant et n’hésitait jamais à faire tout ce qu’il pouvait pour plaire à la douce originelle.

Il guida la belle blonde près d’une barre où une table était dressée, quelques guirlandes illuminant le lieu donnant un aspect féérique à la soirée, Marcel partit un moment pendant qu’elle admirait la scène. Il revint avec deux coupes de champagne aux mains lui en tendant que la jolie blonde attrapa tintant son verre contre celui de Marcel.

- A tes derniers jours humains…

Rebekah eu la gorge nouée par ces mots, elle était venue pour une raison…le remède ! Mais soudain en le voyant elle avait oublié ce but, il l’avait soudain réveillé du rêve enchanteur où il l’avait entrainé. Elle regarda la beauté du paysage, réfléchissant un long moment, dans le fond tout ça n’était là que pour une soirée, ce n’était qu’un doux rêve et quand tout s’arrêterait tout redeviendrait comme avant, chacun reprendrait leur route et finalement ils finiraient par ne plus se voir.

Soudain regonflée à bloc elle avait retrouvé son envie d’avoir le remède et plus rien ne la ferait douter et lorsqu’il  tourna son regard sur elle le sourire aux lèvres elle ne laissa plus ses émotions la rattraper. Elle renferma au fond d’elle cette envie de revivre quelque chose avec un Marcel.  Le doux vent faisait flotter les beaux cheveux blonds de Rebekah une mèche venant cacher les beaux yeux bleus de l’originel Marcel emprisonna cette dernière.

- Je ne veux pas que tu redeviennes humaine… Souffla t-il en passant sa langue sur sa lèvre Rebekah, en mille ans tu as une liste d’ennemis à en défrayer la chronique, dès que ça se saura, tu seras une cible vulnérable pour eux… Quand bien même tu retrouves un cœur pulsant au sein de ton corps, ta vie sera éphémère, tu vieilliras, on te perdra… et je n’ai nullement envie de te perdre à nouveau... Il baissa ses beaux yeux noirs un instant, sa dernière phrase avait fait frissonner Rebekah la faisant de nouveau douter et soudain toutes ses résolutions de l’instant d’avant étaient revenues. La seule chose qu’elle savait par dessus tout c’était qu’elle voulait la fiole…et Marcel ! Mais si c’est vraiment ce que tu veux alors je respecterai ton choix… Il fouilla dans sa poche et ressortit une boite noire enveloppée d’un ruban rose qu’il lui tendit Elle est à toi…

Soudain ses doutes avaient disparus, elle prit la boite dans sa main et ne put s’empêcher de sourire et de regarder la boite comme une enfant devant un cadeau de noël. Elle en avait même oublié la présence de Marcel. Mais soudain elle releva les yeux et il était là. Les deux choses dont elle avait rêvé étaient là entre ses mains…alors soudain elle décida d’avoir les deux le temps d’une soirée. Elle s’approcha doucement de Marcel caressant tendrement sa joue .

-Il est possible quand prenant cette fiole je donne une chance à ceux qui me détestent de me tuer, et peut-être que toi et moi on ne pourra donc jamais avoir d’avenir éternel. Mais en étant immortels on a pu ressentir ce que c'était de pouvoir avoir tous ce dont on rêvait sans avoir a réellement ce battre, et la vie est devenue une vie de luxure et de soif de sang mais sa n'est rien comparé a une vie humaine, et je suis prête a risquer ma vie pour ressentir a nouveau ce que c'est d’être humaine, la chaleur du soleil sur ma peau le vent dans mes cheveux je veux ressentir ça a nouveau, parce que même si j'ai l'air vivante a tes yeux, je suis morte le jour ou je suis devenue vampire et ce remède me donne la chance de revivre. Alors même si ce n'est que de courte durée même si quelqu'un voudra forcement de me tuer je sais qu'au fond tous ça en vaut la peine.

Rebekah ne lâcher pas du regard Marcel espérant qu'il comprenne ce qu'elle essayer avec maladresse d'exprimer.

-Et en ce qui nous concerne...Marcel, tu as donnés ton humanité pour vivre l’éternité à mes cotés puis nous avons était séparés à cause de mon frère et avons vécut 1000 ans chacun de notre coté, et sans savoir réellement pourquoi on a tenue. J'ai vécut ces année a me dire que ma raison de vivre était mes frères et a remarquer avec déchirement que le temps détruisait même cela, et donc me détruisait moi. Et quand j’ai su que je pouvais redevenir humaine, c'était comme une bouffé d'air, comme un espoir! une nouvel chance. Alors peu importe ce que je risque, je veux vivre ce moment de joie aussi petit soit-il, ce sont parfois les plus cours qui font les plus beaux. On pense que l'éternité peut réunir deux avenir éternellement, mais c'est faux. On passe simplement l'éternité a ce battre pour que cela reste éternelle et je suis fatiguer de me battre.

La jolie blonde se mis à sourire d’un sourire angélique qu’elle n’avait pas eu depuis qu’elle s’était cru abandonné par Marcel. Elle approcha son visage de Marcel

-Mais je t’ai laissé 24h, et même si tu as perdu…j’aimerais vraiment passer ce dernier jour de vampire avec toi. puis-qu'aprés tous, ma vie de vampire aurait du t’appartenir.

Elle frôla les lèvres du jeune homme passant sa main sous sa chemise pour caresser son torse musclé de ça main fraiche. La belle originel lança un regard joueur a Marcel, tous en ce mordant la lèvre ce qui lui donna un air encore plus coquin. Bien sur ce n’était pas raisonnable mais Rebekah n’était pas raisonnable et elle ne le deviendrait jamais ! Elle voulait vivre a fond ce dernier instant a ces coter…espérant pourtant au fond-elle même qu’il serait aussi la pour ça vie mortelle.






FICHE PAR ROMANE DE ARTSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Years pass, the flame stays (PV Marcel)

Revenir en haut Aller en bas

Years pass, the flame stays (PV Marcel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Old Topics :: Archives-