RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Saturday in family (Peyton, Adam, Cara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Adam Mcfly

avatar
Messages : 105
Emploi/loisirs : Propriétaire d'une discothèque

We all have something to hide.

Race:
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Saturday in family (Peyton, Adam, Cara) Sam 22 Fév - 21:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le jeu battait son plein, les questions fusaient, les réponses bonnes ou mauvaises également, mais Adam restait avec cette attitude nonchalante qui semblait agacée plus que de raison le père de Cara. Il allait pas changer pour lui faire plaisir, il restait lui-même qu’on l’aime lui était bien égale, même si ici pour la blondinette il était prêt à faire des efforts, mais que faire devant un homme qui vous détestait sans même vous connaitre. Cartes en mains, le dos collé au dossier de chaise, il scrutait tour à tour les personnes qui parlaient sans intervenir, préférant rester tranquillement dans son coin, et répondre quand on lui demandait. Une question sur les plantes fut posée à l’attention de Jack qui sur de lui répondit à lui en loger un sourire de coin amusé. Des orties… ça aurait presque pu être ça, cette plante ayant de nombreuses propriétés, mais déjà elle se fumait pas, et elle se consommait encore moins dans des plats culinaires. Paul hurla de rire, à en faire tressaillir son torse, sans pourtant laisser son engouement ressortir.

- Je vais faire une attaque c’est pas possible ! Des orties j’aurais tout entendu dans ma vie… Je suis sur toi tu sais sans regarder le jardin, après tout t’as fais dans le pharmaceutique réponse monsieur muscle ?

- L’aloé Vera.  

On a notre champion !

Ça fait donc trois à zéro, désolée Jack...

J'me rattraperai, il n'y a que les cons qui ne se trompent pas !

En somme, il se faisait traiter de con par un mec qui ne connaissait rien de lui, ni sa nature, ni son passé, et se contentait de ce qu’il lisait dans des encyclopédies narrant des récits mensonger pour la plupart, et qu’il prenait pour argent comptant. Soit ! Si il  pensait l’énerver ainsi, et le faire sortir de ses gongs c’était vraiment mal le connaitre. Adam était un homme très calme, très posé, qui pouvait ignorer complètement les insultes et attaque qu’on lui infligeait sans sourciller. Tant que ça ne touchait que lui, il jouait l’ignorance et ça lui allait parfaitement. Rose, cette femme qui d’après ce qu’il avait entendu au détour d’une conversation, étant une sexologue, et ceci expliquait son tempérament très ouvert sur le sujet. Elle déposa des tasses dont l’odeur le fit tiquer un instant jusqu’à voir son petit clin d’œil et lui rendre un sourire. Ils étaient adorables, pas un coup bas, pas une phrase pour le vendre, ils se contentaient de le voir comme un humain lambda, sans se préoccuper de sa nature, une première pour lui.

Alors, quelle est l'intrique du film nommé Sleepy Hollow ?

- Le cavalier sans tête… Dit il avant d’entre le sifflement de Jack.

Bien, voyons voir... Ha, il a vogué en mer durant de longues années, privé de sa femme et de son enfant restés sur terre, il a survécu à bon nombre de légendes aujourd'hui contées en cour d'histoire... Cet homme s'est même attaché au mât de son navire afin de ne pas être tenté par le chant céleste des femmes de l'océan, qui est-il ?

- Ulysse…

Passant sa langue sur sa lèvre il tourna le regard sur Jack qui se mettait en mode boudage, clôturant ainsi la partie de trivial poursuite. Paul continuait de se marrer à s’en époumoner, jusqu’au moment où il entendit son cœur louper des battements, s’accélérer plus que de raison au point qu’il ne relève le nez de sa tasse aux fruits rouges, et le scruta, le blondinet s’exilant dans la maison. Adam passa son bras sur le dossier de Cara, sans jeter un regard aux messages qu’elle écrivait, ça ne le concernait sans doute pas, et elle avait encore ses libertés. Suivant les diverses discutions sans pour autant y prendre part, Adam fixa un instant Peyton, dont le regard était perdu sur une bougie qui s’alluma, il arqua d’un sourcil avant de croiser ses prunelles et qu’elle ne fuit à l’intérieur. Une sorcière en plus, autant dire que Cara avait des armes anti vampires dans sa famille, pourtant ça ne l’effrayait guère, des migraines il en avait déjà mangé de nombreuses, et avec le temps, l’âge la force, on se relevait mieux chaque jour.

Adam… Vampire…

Entendit il au point de tourner son regard dans la maison et de croiser le sourire de Paul. Visiblement, il comprenait qu’Adam savait pour leur petit secret, du moins il déduisait que s’en était un, car à aucun moment de la journée, quelqu’un ne s’était inquiété de l’état de la future mère et aucune questions n’avaient été posé. Il ne dirait rien, ça ne le concernait pas, et il n’était personne pour vendre la mèche. Il prêta un instant l’oreille, pour savoir ce qui se disait sur lui et comprit qu’il était le premier vampire qu’elle devait croiser, et Paul semblait désireux qu’elle les reconnaisse et à juste titre. Le repas touchait à sa fin, Adam et Cara se levèrent dans l’optique de dire au revoir.

Enchantée de vous avoir rencontré vous deux !

- De même Peyton au plaisir…

Au faite Jack vous dormez où ?

Oh, on a remarqué un petit hôtel sympa près des bois, on va y passer les quelques nuits avant de reprendre le chemin de notre belle France.

T’as réservé au moins, car y’a le festival de la patate en ville autant dire que les hôtels, auberges et maisons d’hôtes sont déjà complète depuis belles lurettes… hann mais monsieur prévoyant n’a même pas songé à ça !

- J’ai une chambre d’amis si vous le souhaitez, vous y êtes les bienvenus.

T’es suicidaire mon gars… Il remonta son regard sur Paul et lui sourit, lui seul entendait ses mots.

Bien, je ne vais pas dire non ça serait mal poli, sachez que j'ai un chat Mcfly, il a ses habitudes tout comme j'ai les miennes... Adam émit un rictus main en poche en le regardant.

- Tout comme j’ai les miennes à mon domicile…

Rétorqua t-il pour lui faire comprendre qu’il venait sur son terrain, et qu’il n’en serait nullement le roi, mais avec toute la politesse du monde bien sur. Adam remercia les parents de Paul pour leur accueil et leur hospitalité avant de serrer la main du grand blond et d’entrainer Cara avec lui. Marchant le long du sentier il passa son bras autour de sn cou baisant sa tempe en un sourire.

- Tu vois ça aurait pu être pire, j’aurais pu finir embrocher sur une pic en bois.

Dit il avec un sourire avant de monter dans sa voiture, attendant que Jack ne daigne se mettre au volant pour les suivre. Jetant quelques regards dans le rétroviseur pour s’assurer de ne pas les perdre en cours de chemin, Adam et la troupe arrivèrent enfin devant le bâtiment, et finir dans le parking souterrain. Tous montèrent dans l’ascenseur avant d’enfin mettre un pied dans son appartement baigné des dernières lueurs du soleil. Il laissa Cara prendre les devant et montrer l’appartement et la chambre d’amis à ses parents, lui se contentant de préparer un apéritif sur la terrasse et de se griller une cigarette avant de voir Dina pointer le bout de son nez lui proposant un coup de main.

- Non c’est gentil, vous êtes mes invités, contentez vous de profiter !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
DC de Marcel Jenkins
Couleur de rp : Beige
Merci à Cassie pour cette sublime signature
Revenir en haut Aller en bas
Cara Sullivan

avatar
Messages : 55
Emploi/loisirs : Etudiante
MessageSujet: Re: Saturday in family (Peyton, Adam, Cara) Sam 22 Fév - 22:39


La journée filait sous les bonnes réponses d'Adam et celles tout à fait fausses de son père, Cara riait aux éclats avec le blondinet de la famille, le coup monté était parfait, à eux deux ils étaient comme des petits diables capables de tout pour faire ronchonner son père qui, il fallait l'avouer, tirait une tête de six pieds de long quasiment tout le temps. Les rires fusèrent d'avantage lorsque le mot "orties" fut prononcé par son père, cette fois c'était le comble, tout le monde autour de la table savait son secret, même Adam, mais qu'il ait eu l'audace de se prendre en couverture "ex fleuriste" en y connaissant rien, et en étant persuadé que toute la famille y croyait dur comme fer, finissait d'achever la smala qui pleurait littéralement de rire. Quand il parla des Cons, Carene lui lança un regard noir mais ce fut le fameux mot magique de maman qui tempéra le bonhomme puis les questions reprirent sous les esclaffes de Paul et Bernie qui viraient au rouge tomate et dont les sanglots de joie mourraient dans leur tasse de verveine... Verveine, lorsqu'elle vit le thé que déposait sa tante devant son petit ami, elle mâchouilla sa joue jusqu'à voir le clin d’œil de Rose et soupirer de soulagement, pas d'impair et même si elle ne savait pas encore, ni pourquoi, ni comment, étaient au courant les Lewis pour la nature d'Adam, elle louait le ciel qu'il en fusse ainsi.

De nouvelles réponses aux questions de Peyton la firent jubiler et cela continua jusqu'à murer Jack dans un silence qui apaisa les oreilles de la fratrie quand, subitement, Paul se redressa et qu'elle le fixa longuement. Il était blême, blanc comme un linge, autant dire que son cœur usait la corde plus qu'il ne devait et elle ne put s'empêcher de mordiller sa lèvre inférieure tandis que les plus âgés se levaient pour parcourir le jardin et que Peyton restait près d'eux. Son portable vibra, un message de Sam pour savoir si son Week-end en amoureux c'était bien terminé, elle sourit et se contenta d'un oui subtile, avec deux circonflexes histoire de la laisser un peu sur sa faim. Elle n'allait rien lui dire concernant Adam mais simplement qu'ils avaient passé un cap ensemble et formaient un petit couple, rien de plus, en même temps, elle ne savait pas du tout que son amie était déjà au courant. Les deux jeunes filles discutèrent un moment jusqu'à voir une ronde se former près de la véranda, l'heure des au revoir, ses parents allaient sûrement rester en ville un petit trio de jour et elle les reverrait. La blondinette rangea son téléphone et suivit Adam pour rejoindre Peyton, Paul et les deux couples de l'ancienne école.

Enchantée de vous avoir rencontré vous deux ! Son sourire était adorable et elle n'avait qu'une chose à leur souhaiter à Paul et elle, qu'il obtienne sa greffe tant espérée.

De même Peyton au plaisir…

Je m'avance pas trop si je dis qu'on se reverra sûrement, chez moi, au resto ou ailleurs... Elle sourit à son petit ami et passa la main dans son dos avant d'entendre son oncle discuter avec papa et Paul en rajouter une couche sur la fête de la patate, chose qui la fit rire autant que le cousin. Y a une place pour lui sur l'un des chars, vu le nez qu'il a, de plus papa tu vérifieras, une grosse patate a failli exploser le pare-brise de ta location ! Morts de rire avec Paul, les cousin-cousine s'embrassèrent et la jeune fille bisa son oncle et sa tante.

J’ai une chambre d’amis si vous le souhaitez, vous y êtes les bienvenus. Les yeux ronds, Carene le fixa de sa petite taille.

Bien, je ne vais pas dire non ça serait mal poli, sachez que j'ai un chat Mcfly, il a ses habitudes tout comme j'ai les miennes... Il recommençait à se la jouer cornichon du siècle.

Tout comme j’ai les miennes à mon domicile… Jubiler, voilà ce que fit Cara en voyant la trogne que son père tirait en entendant ça.

Des bye bye plus tard, les deux Sullivan et le jeune couple filaient dans l'allée sous les rires de Paul quand Jack vérifia pour la fameuse patate dans son pare-brise. Carene fixa Paul une dernière fois et rit en voyant son paternel grattouiller la vitre comme s'il y avait un éclat. La journée ne faisait que commencer pourtant, car Adam les avait convié chez lui et autant dire que le père serait plus que tatillons sur tout, même s'il n'y avait pas un grain de poussière ou une connerie qui traînait, il chercherait la petite bête afin de pousser Adam dans ses retranchements. Elle avala sa salive une seconde avant de sentir le baiser qu'il déposa sur sa tempe après avoir logé son bras autour de sa nuque, il était certes un vampire mais il avait une sagesse que peu pouvait se vanter d'avoir, même pas son père.

Tu vois ça aurait pu être pire, j’aurais pu finir embroché sur une pic en bois. Souffla-t-il en un sourire à faire fondre.

Attends, tu as toi même tendu le bâton pour te faire battre là, ils dorment chez toi, alors ma mère pas de soucis c'est une souris, mais lui... Cara mordit sa lèvre et secoua la paume comme si ça allait chauffer tandis qu'elle montait en voiture et attachait sa ceinture. puis c'est pas tout, tu as pas encore vu Laguigne ! Quand il arqua un sourcil en démarrant pour ensuite prendre la route, elle fit de grands yeux pour lui mimer le bestiaux. Le fameux Sacré de Birmanie de mon père, un chat vile, mesquin et sadique, je t'assure Adam, attends toi à véritablement rencontrer Satan dans cette boule de poils insensible


Des éclats de rire plus tard, le quatuor passait enfin les portes du domaine superbe de Mcfly, ce dernier la laissa libre de faire visiter leur chambre à ses parents et elle s'y activa, l'oeil rivé sur la cage maudite, plongée dans la pénombre, où elle voyait les grands yeux océans et glacials du félin qui semblait lui dire « Je te vois Carene. ». Un frisson dévala le long de sa colonne tandis que son père déposait les valises sur le lit puis la cagette qu'elle redoutait le voir ouvrir. Laguigne était une sale bête, il n'aimait que son père et faisait tout pour rendre la vie impossible à quiconque n'était pas de la famille quand il lui ouvrit la grille et qu'il fila entre les jambes de la jeune fille qui le siffla pour qu'il déguerpisse, elle arqua un sourcils puis rit pour elle même à s'imaginer la tête que ferait l'animal si Adam lui montrait son véritable visage. Il se pensait prédateur ici, tout comme son père se pensait chef, et bien ce félin se mettait la griffe dans l’œil car il allait se mesurer à plus puissante et dangereux que lui s'il cherchait à faire de cet appartement son domaine. Carene referma la porte derrière son père, puis chaque battant de l'étage afin d'éviter à ce sale petit égoïste à poils sombre de fiche le bazar et descendit les marches pour rejoindre la terrasse où sa mère était déjà logé avec le jeune homme pour qui son cœur battait. Jack, mains en poches, fit le tour en une moue boudeuse, il n'avait rien à dire mais sa fille le connaissait, il remuait dans sa caboche, cherchant quoi dire ou faire pour tester Adam vers qui elle revenait et baisait la joue avant de loger un biscuit dans sa bouche tandis qu'il leur servait des verres.

Votre appartement est superbe Adam. Elle goûta le cocktail et subitement Cara rit en l'entendant gémir comme si elle se faisait plaisir. Hum, ce cocktail, il est à se damner, serait-ce indiscret de demander la recette ?

J'ai cru que t'allais filer un orgasme à ma mère en un breuvage... Susurra-t-elle à l'oreille d'Adam avant de boire à son tour et d'imiter les éclats de voix de sa mère. Elle a raison, c'est délicieux. Jack boudait encore et, subitement, il s'anima en recpetionnant le chat qui pointait son nez. Voilà le monstre pervers et égoïste. Siffla-t-elle avant de sourire niaisement à son père qui faisait faire des signes de pattes à sa saleté de bestiole.

Laguigne, je te présente Adam Mcfly... Mcfly, voici Laguigne, le petit frère de Caramel et Pamcake. Dina se racla la gorge et colla le poing devant sa bouche tandis que la petite Sullivan manquait de s'étouffer en riant quand son père redressa le nez vers Adam qui ne répondait pas. Les animaux sentent quand les gens les aiment pas, il vous dit bonjour et vous non... il conclut donc que vous êtes l'ennemi et qu'il est en territoire hostile.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cara Sullivan
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Adam Mcfly

avatar
Messages : 105
Emploi/loisirs : Propriétaire d'une discothèque

We all have something to hide.

Race:
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Saturday in family (Peyton, Adam, Cara) Sam 22 Fév - 23:48


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Votre appartement est superbe Adam.

- Je vous remercie.

Hum, ce cocktail, il est à se damner, serait-ce indiscret de demander la recette ?

- Non bien sur je vous la donnerais.

Adam sourit aux propos que Cara lui glissa à l’oreille, avant de la voir gouter et le mettre sur un piédestal pour un simple cocktail qu’un débutant réussirait sans aucune fausse note. Une paume ancrée sur la rambarde, sa cigarette fumante entre les doigts, Mcfly considéra un instant Jack qui pénétrait la terrasse avec son chat, pour un peu en vue de son attitude à gratter le sommet du crâne de la bestiole, il avait presque l’impression de voir le docteur d’enfer de Goldmember remplaçant mini moi par un chat aux yeux perçants.

Laguigne, je te présente Adam Mcfly... Mcfly, voici Laguigne, le petit frère de Caramel et Pamcake.

Mcfly ne pipa mot, n’étant que trop peu habitué à devoir saluer un chat, encore moins de voir son propriétaire le faire de la sorte. Il tira sur son bâton de nicotine en souriant avant de l’écraser dans un cendrier et de se redresser de sa stature en fixant la bête.

Les animaux sentent quand les gens les aiment pas, il vous dit bonjour et vous non... il conclut donc que vous êtes l'ennemi et qu'il est en territoire hostile.

Il eut envie de rire mais ne laissa rien voir préférant sourire, avant de s’excuser une seconde et filer de la terrasse pour fouiller un placard. Faisant tomber des petites croquettes dans un bol en verre, une autre coupelle d’eau minéral, et revint en choppant un coussin. Il voulait l’agacer bien, autant jouer de la provoc comme lui, tout en gardant le sourire et entrant dans son jeu. Il fit tomber le coussin rouge soyeux au sol, et déposa les deux coupelles au sol avant de se redresser et scruter Jack en un sourire. Oui Adam aussi avait eu un chat, qui était mort de vieillesse au bout de dix huit années.

- Voila problème réglé, il se sentira comme chez lui, c’est de l’eau minéral je voudrais pas qu’il ai des crampes d’estomac avec le calcaire de l’eau municipale. Toutes mes excuse Laguine !

Dit il en passant son index sous le menton poilu du principal intéressé avant de prendre place sur un transat et papoter avec la mère de Cara, Jack préférant encore et toujours l’analyser. Ca ne le mettait nullement mal à l’aise et il profita du reste de la journée pour agir comme il agirait avec n’importe qui. Petit diner tranquille, une fin de soirée paisible et tous partirent se coucher. Adam allongé dans les draps, un bras derrière la nuque, Cara contre lui, fixant le plafond, l’oreille à l’affut attendant d’entendre leur souffle lourd, endormit pour qu’il puisse lui-même se nourrir. Soudainement des pas lui firent baisser le regard sur la porte close de sa chambre, des pas lourds pour un homme de la Cia. Jack n’avait pas l’intention de retourner se coucher, il le savait car il entendant ses doigts lacer le ruban de son peignoir. Un sourire en coin sur les lèvres, ayant envie de rire rien que de l’imaginer lunette sur le coin du nez entrain de fouiller dans son appartement à la recherche d’un quelconque indice pouvant lui porter préjudice et le discrédité devant sa gamine. Il garda l’oreille sur ses perpétuels mouvements, le dressing y passa dans son intégralité, la salle de bain, la salle de sport, puis il descendit les escaliers fouillant les placards du salon, s’attaquant à la cuisine, avant qu’un bip n’interpelle Adam. Il tentait de forcer le coffre, vivement il se redressa pour ne pas réveiller Cara, remontant les draps à son épaule, et descendit sans un bruit, scrutant un instant le félin qui le regardait en baillant. Il s’en approcha, entendant la bestiole soufflée, alors qu’il se baissait à son niveau et laissait ses filigranes saillirent sous ses yeux, et ses crocs percer ses gencives Il souffla comme lui et la bête à quatre pattes se carapata aussi vite qu’elle le pu. Il se retint de rire, descendant les escaliers, short et tee shirt sur le dos, ancrant une épaule au mur, fixant Jack avec une carte de crédit qui tentait de faire céder la porte.

- Je peux vous aider Jack ? Le vieux se retourna, lunette sur le nez, glissant ses mains en poche

- Mcfly vous….

- Les papiers de mon entreprise, quelques souvenirs très précieux pour moi, photo, bijoux de ma défunte mère. Les brevets de mes firmes, ainsi que quelques formules tops secrètes des nouveaux médicaments qui feront leur arrivée sur le marché. Cara a omit de vous dire que je n’avais pas qu’une discothèque mais aussi de nombreuses parts dans des sociétés pharmaceutiques… la concurrence est rude et je mise sur la prudence. Vous souhaitez peut être vérifier ?

Jack se racla la gorge, effectuant un non de la tête avant de marcher dans sa direction passant à ses côtés dans l’optique de remonter dans sa chambre.

- J’allais me servir une tisane vous en voulez une ?

Il opina du menton, et Adam fila dans la cuisine pour préparer les boissons en allumant les spots de la hotte. Il s’assit sur un tabouret faisant glisser la tasse jusqu’aux paumes de Jack qui le dépeignant comme un rat à mettre en cage. Mcfly sourit et brisa le silence froid qui planait.

- Je vous demande pas de m’aimer… à dire vrai que vous me détestiez ou non je m’en fiche un peu… C’est plus pour Cara que ça m’embête. Vous voir agir ainsi avec moi la fait souffrir et j’suis sur que c’est loin d’être votre désir. Mais d’un sens je vous comprend, sans doute que j’agirais pareil si j’avais une fille… à une différence près… j’aurais confiance en elle… en ses choix Lorsque Jack ouvrit les lèvres Adam le scruta Laissez moi finir, j’écouterais vos objections après… Cara est une fille super, j’en suis conscient, et je suis encore plus conscient de la chance que j’ai d’être avec elle. Je veux que son bonheur, qu’elle réussisse ses études et exerce le métier dont elle rêve, j'suis pas là pour lui mettre des freins. Son bonheur est ma priorité, et elle est libre de ses agissements… Elle le sera toujours… et même si je suis pas le parfait petit gendre que vous aspiriez pour elle, réfléchissez... Vous préférez quoi? Un homme aux bonnes intentions avec elle, ou un petit con matcho, sans une once de culture pour la faire s'élever, et qui la traitera mal?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
DC de Marcel Jenkins
Couleur de rp : Beige
Merci à Cassie pour cette sublime signature
Revenir en haut Aller en bas
Cara Sullivan

avatar
Messages : 55
Emploi/loisirs : Etudiante
MessageSujet: Re: Saturday in family (Peyton, Adam, Cara) Dim 23 Fév - 0:57


Ce Mcfly était trop bien pour être honnête, déjà les réponses parfaites au Quiz (encore un truc qui lui restait en travers de la gorge), ensuite sa manie de se retenir de rire pour ne blesser personne, même pas lui, sa façon de parler, trop poli pour ne rien dissimuler, et enfin le coup de son Laguigne... Alors là, autant dire que Jack avait comme un os de poulet coincé dans le fond du gosier. Silencieux durant le reste de la journée, le début de soirée, le repas et ce jusqu'à rejoindre leur chambre avec Dina, une dernière caresse à Laguigne qui restait bien sagement sur le coussin, là aussi trop moelleux pour ne rien cacher de sournois, le père Sullivan ôta ses vêtements, enfila son pyjama bleu pâle à rayures noires et se coucha auprès de sa femme qui, elle, ne voyait pas l'étrangeté de ce gamin dix fois trop grand pour son Caramel. Il bafouillait dans sa barbe en retirant ses pantoufles, grommelait en s'asseyant sur le lit et se parlait à lui seul quand il glissa sous les draps. Dina le pria de se calmer, assurant que ce Adam était adorable et bien mieux que le peu de garçon que leur fille avait ramené chez eux. Jack roula des yeux, la langue pointant légèrement en dehors de ses lèvres en un rictus moqueur qu'il garda pour lui tout en remontant les draps jusqu'à son menton.

Il attendit sagement, tel le lion tapis dans la brousse pour traquer une gazelle éloignée du troupeau, et, lorsqu'il entendit sa femme se livrer au sommeil, il s'éclipsa de la chambre en toute discrétion après avoir enfilé sa tenue de camouflage, ici un peignoir de pilou à carreaux rouge et noir, dont il serra la ceinture comme il serrait sa boucle de cuir autrefois. Stylo bille spécial en main, un gadget que lui avaient offert ses collègues à son pot de départ à la retraite, Jack sortit de la chambre et cliqua sur le bouchon du plume qui diffusa un faisceau lumineux qui ne réveillerait personne. Il croisa son chat et lui fit signe de se taire en un index sur les lèvres, sait-on jamais si la bestiole avait décidé de parler subitement ou de se prendre pour un perroquet, puis fouina d'abord l'étage, sans un bruit (du moins qu'il pensait). Rien dans la grande salle de bain commune, rien dans le dressing, il descendit donc et s'attaqua aux placards et tiroirs du bas en un soupir qui lui fit placer la main contre un mur, le poing sur la hanche, agacé comme pas deux.

Il cache bien un truc, même un petit... personne est parfait bon sang. Chuchota-t-il jusqu'à sentir son index s'enfoncer dans un creux dans la parois. Immédiatement il pinça les lèvres, plissa nez et sourcils puis sortit sa langue en un sourire cynique. Haaa, c'est derrière ce mur que tu dissimules tes secrets mon petit cochon, alors voyons voir... Sullivan tenta d'ouvrir sans grand succès et vit le sac de sa femme sur le sofa, il farfouilla dans celui-ci et en retira une carte de crédit qu'il logea entre les deux murs. Bon sang de...

Je peux vous aider Jack ? Il éteignit vivement la lampe, et glissa les mains dans ses poches en se retournant vers le gendre.

Mcfly vous….

S'en suivit la liste de qui se trouvait derrière le mur, encore une chose qu'il ne pouvait pas lui reprocher, lui même avait un coffre fort derrière le portrait géant de la famille sur lequel il avait fait ajouter Laguigne par la suite.

Cara a omis de vous dire que je n’avais pas qu’une discothèque mais aussi de nombreuses parts dans des sociétés pharmaceutiques… la concurrence est rude et je mise sur la prudence. Vous souhaitez peut être vérifier ? Interrogea-t-il tandis qu'il remontait ses lunettes et se raclait la gorge.

Non... non, non... Répondit-il en secouant la tête, avançant vers les marches pour rejoindre son lit aussi bredouille qu'un pécheur en mal de poissons.

Mcfly lui proposa une tisane, enfin ça devenait intéressant pour le vieil agent sur la touche qu'il était, il y vit comme une sorte de bonus temps afin de le scruter sur toutes les coutures, aussi accepta-t-il et le suivit jusqu'à la cuisine, réceptionnant la tasse que le grand sifflet faisait glisser jusqu'à ses doigts. Même face au thé, Jack porta le mug à ses narines et renifla avant d'y tremper les lèvres, on ne savait jamais à qui on avait à faire, enfin, de là à ce que le petit ami de votre fille vous empoisonne il y avait de quoi voir venir. Méfiant Jack l'avait toujours été, ce n'était un secret pour personne mais bien plus comme une facette qui restait ancrée en lui depuis qu'il avait fait parti de la CIA. Là bas on se méfiait de tout et pas qu'un peu...

Je vous demande pas de m’aimer… à dire vrai que vous me détestiez ou non je m’en fiche un peu… C’est plus pour Cara que ça m’embête. Vous voir agir ainsi avec moi la fait souffrir et j’suis sûr que c’est loin d’être votre désir. Mais d’un sens je vous comprend, sans doute que j’agirais pareil si j’avais une fille… à une différence près… j’aurais confiance en elle… en ses choix. Un air intrigué au nez, Jack le dépeignit avec insistance, clairement ce gosse n'avait rien à se reprocher et c'était simplement lui qui faisait une fixette mais, alors qu'il ouvrit la bouche et que le jeune homme lui demanda d'être libre de continuer, Sullivan l'y invita, impatient de savoir si, oui ou non, il pouvait laisser sa petite fille entre les mains d'un homme tel que lui Cara est une fille super, j’en suis conscient, et je suis encore plus conscient de la chance que j’ai d’être avec elle. Je veux que son bonheur, qu’elle réussisse ses études et exerce le métier dont elle rêve, j'suis pas là pour lui mettre des freins. Son bonheur est ma priorité, et elle est libre de ses agissements… Elle le sera toujours… et même si je suis pas le parfait petit gendre que vous aspiriez pour elle, réfléchissez... Vous préférez quoi ? Un homme aux bonnes intentions avec elle, ou un petit con macho, sans une once de culture pour la faire s'élever, et qui la traitera mal ? Sullivan soupira, but sa tasse et se redressa avant de lui taper sur l'épaule et le toiser par dessus ses lunettes.

Vous voyez quand vous voulez... Bonne nuit Adam. Dit-il avant de croiser sa fille qui descendait les marches avec le chat dans les bras. Laguigne, mais où étais tu passé ? Ses pupilles sont dilatées... on dirait qu'il a vu un fantôme, sans doute l'espace ici il n'a pas ses repaires... Ma chérie, tu remercieras Adam pour la tisane. Sourit-il en lui baisant le front tandis qu'elle arrondissait les yeux.

Carene se tourna sur son père qui gravissait l'escalier, puis avança vers la cuisine ou Adam lui sourit lorsqu'elle y entra. Un immense sourire se figea sur ses lèvres lorsqu'elle pointa le plafond de l'index, décrivant la chambre au dessus d'eux.

Tu l'as hypnotisé ou quoi ? Un rictus quitta les lèvres de son vampire et elle se servit un verre d'eau qu'elle but les reins ancrés au plan de travail. Je sais pas ce que tu lui as dis, ou ce que tu lui as donné comme thé mais il est ravi... Ça fait des lustres que je ne l'ai pas vu comme ça. Carene lui sourit, sauta sur le plan de travail, ou elle s'assit, et tira ses mains vers elle, les siennes logées à son cou tandis qu'elle baisait ses lèvres puis plongeait le regard dans le sien. Et Laguigne ? Tu lui as fait le coup des gros yeux ? Elle rit avant de frôler son nez du sien, plus sereine qu'en début de journée. Merci d'être toi Adam... t'es un super petit ami, pour un vampire... Termina-t-elle en un murmure à son oreille dont elle mordilla le lobe.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cara Sullivan
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Saturday in family (Peyton, Adam, Cara)

Revenir en haut Aller en bas

Saturday in family (Peyton, Adam, Cara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Maison Lewis-