RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Welcome home Brother

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Welcome home Brother Mar 19 Juil - 15:52


   
Welcome home Brother

Cela faisait plusieurs heures qu'il souriait aux anges, ravie d'avoir su tromper l'ennuie auprès de sa sulfureuse vampirette des temps modernes. Kol adorait son existence actuelle, et ce depuis qu'il avait arraché le cœur de cet abruti congénital qui, autrefois, appréciait sans doute se délecter des formes sur lesquelles ses yeux s'attardaient depuis une poignée de minutes. Lunettes de soleil sur le nez, chemise blanche aux manches retroussées, jeans ordinaire, le cadet d'une fratrie décimée au quatre vents, depuis que sa sœur et Elijah avaient eu en tête de regagner la Nouvelle Orléans pour tenter, une fois n'étant pas coutume, de résonner Niklaus, savourait ce que la solitude -sans le célibat- avait à lui offrir chaque jour depuis que Stewars et lui avaient la résidence pour eux seuls. Le soleil réchauffait la terre de ses rayons, une légère brise jouait dans les bruns d'herbe fraîchement coupés du jardin, et la musique résonnait depuis l'intérieur de l'immense battisse -unique chose que le clébard de la fratrie avait fait de bien ici bas-. La flemmardise n'était pas son dada autrefois, mais depuis qu'il connaissait l'amour de sa vie, celle pour qui il soulèverait des montagnes, serait peut-être même prêt à redevenir humain si tel était le souhait de sa belle, Mikaelson appréciait à s'y adonner un certain laps de temps. Comme ici, alors qu'il lui avait ancré un club de golf entre les mains les secondes précédentes, pendant que Cassandra s'amusait à l'un des jeux favoris des Américains remanié à leur sauce. Les règles étaient simples et furent rapidement listées à la vue d'une horrible croûte, disposée dans le grand salon, que Niklaus avait absolument tenu à voir encadrer ici, à la vue de tous et toutes, avant de faire ses valises pour une nation où jadis il régnait comme un empereur sur la France.

Cette horreur le soûlait depuis maintenant plusieurs semaines, cependant il n'avait encore trouvé la meilleure idée pour s'en débarrasser une fois pour toute, en somme une manière amusante de détruire une des rares choses que son chien de frère appréciait. Il n'avait guère trouvé oui, cependant, en croisant les prunelles malicieuses de sa belle le matin même au cœur de cette pièce, un éclair de génie semblait les avoir tous deux traversé au point d'en décrocher rapidement le tableau qui, après quelques installations sommaires ordonnées à la clique de sbires humains dont ils s'étaient entourés pour ne jamais manquer de rien, s'était retrouvé pendu, branlant au bout d'une corde, à la branche d'un chêne, prêt à jouer les cibles pour palier à l'ennuie des amants terribles. Les verre doucement incliné pour mieux dessiner ses courbes du bout des cils, un sourire étira ses traits juvéniles tandis qu'elle cambrait l'échine et tapait puissamment la balle qui, en un sifflement exquis, fit mouche dans la toile déjà comblée de trous. Amusé, tandis qu'il entendait un sourire migrer sur les pétales charnus de sa moitié, Kol balança ses verres fumés dans les premières mains à proximité, s'approcha d'elle à une vitesse fulgurante puis se planta dans son dos. Le menton au creux de son épaule, les mains premièrement sur ses hanches, il mordit son lobe d'oreille et émit un rictus en se délectant des quelques frissons qu'il faisait joyeusement jaillir de son épiderme parfait.

-Plus fort....... Siffla-t-il d'un ton suave et joueur, les doigts dévalant les courbes de son trésor pour, doucement, alors qu'elle les imaginait sans doute atteindre un point bien plus sensible que celui qu'il convoitait, agripper les deux paumes qu'elle avait ancré contre le manche du club. la balle, frappe la plus fort honey, déchire cette satanée toile qui te file la nausée. Sourit-il à son oreille avant d'accompagner l'élan prochain de son bras, puis lui offrir de sa force afin de voir le projectile siffler dans les airs et, enfin, fendre plus amplement les restants de ce que ce bâtard aurait appelé œuvre d'art. Joli coup mon cœur. Rit-il en glissant les lèvres contre sa jugulaire, la dévorant d'un baiser exquis alarmant ses papilles au parfum qui s'y déposait allégrement sans même se soucier des pantins alentours. Sans cesser de la charmer, il lui déroba le club et le lança avec force, l'entendant terminer sa course dans les restes de la toile dont la chute lui revint avec plaisance aux tympans. La musique vint adoucir alors son ouïe, tout comme les inspirations plus lourdes de sa sulfureuse rouquine qu'il quitta doucement pour revenir contempler, sans pour autant trop s'éloigner d'elle, leur nouvelle œuvre. C'est mieux comme ça, trop peu de chose décor le jardin, hormis ces stupides satues.... Enfin quelque chose à nous. Rit-il avant de croiser son regard puis, sans la prévenir, agripper sa nuque à deux paumes pour rapidement ramener ses lèvres aux siennes.

Ses courbes folles se heurtèrent aux siennes, lui insufflant un désir propre à leur race, intense et rauque de par les ressenties qu'un tel rapprochement pouvait générer chez les vampires. Cassie n'était pas n'importe qui pour lui, elle était celle qu'il avait choisi, celle qu'il avait dérobé pour mieux la libérer, celle a qui il avait ouvert les yeux pour qu'elle demeurer la femme qu'elle désirait être, elle était son amour, celui de toute une vie, celui de toute une éternité qu'il imaginait comblé d'étreintes, de rires, de baisers, de sang et de sexe, tout cela à profusion et sans jamais s'en lasser. Tandis que sa langue lissait la sienne, que l'écho de leur pétales électrisait sa peau et le moindre de ses nerfs, l'Originel esquissa un sourire qui l'invita à poursuivre ce débat ailleurs que sous les yeux, pourtant ahuris et sans conscience, de leurs marionnettes attitrées. En un clignement d'yeux, le couple passa les différentes portes de la demeure, les laissant béantes sous leur passage, et bientôt, le dos tendu de sa partenaire fit trembler le mur, emplit de cadres stupides, d'un atelier dans lequel, lorsque le loup était encore présent, il avait interdiction de pénétrer. Toiles, chevalets, palettes et autres pinceaux s'écrasèrent au sol au rythme fougueux de leur étreinte plus charnelle. Ses lèvres parcourraient les siennes en une vitesse qu'elle seule pouvait suivre et cadencer davantage, elle quittaient ses jumelles humides parfois pour se repaître du sel enivrant de sa peau, quant à ses mains, elle s'entichèrent de son corsage qui, en un rictus de sa part, ne fut plus que lambeaux inutiles étendues à leurs pieds. Les écrins de soie flanchèrent à leur tour sous la force de l'enfant terrible qu'il était, lui délivrant ainsi les seins nus, durs et fiers, de celle à laquelle il désirait une fois de plus s'unir pour lui prouver ô combien il l'adulait. Sa langue y serpenta, lui délivrant les soupirs impatients de celle qui, tout comme lui, se fichait bien des frusques qui le couvraient au point de l'en déposséder avec fièvre, repoussé par sa maîtresse adorée, les reins de Kol heurtèrent l'établi tandis que celui-ci affichait un sourire carnassier comblé de désir à l'égard de cette aguicheuse vision. Lui rendant alors la pareil, alors que la pièce était mise à sac sans même qu'ils s'en soucient, Kol agrippa sa jupe et la lui arracha pour mieux en ramener les fibres à ses traits tandis qu'elle feintait l'offuscation la plus parfaite. Sa belle revint couvrir son corps, offrir ses courbes nues ou presque à celui qu'elle avait délesté des étoffes l'empêchant de s'en rendre ivre. Cette sensation était pleine, parfaite, enivrante comme aucune autre connue jusqu'à lors, simplement car ses propres sentiments lui pétaient aux traits, l'envahissaient à l'en rendre plus présent auprès d'elle, plus mâle sans jamais craindre de la blesser. Sans attendre, Kol agrippa ses hanches et inversa, aussi vite que le lui permettait ses dons, leurs positions. Cassandra demeura donc soumise sans véritablement l'être, offerte à son amant en pleine soif de son corps, la silhouette contrastée sur ce bois et ces croquis sans intérêt qu'il dévala du bout des lèvres pour mieux s'insinuer entre ses cuisses. Le creux de ses mains revint presser son ventre et, en un sourire plus vile encore, ses lèvres fondirent à son épaule tandis qu'il prenait possession de ce corps gracile. La sensation était tel que sa nature l'invita à l'amplifier encore, d'une manière que peu pouvait comprendre ou même apprécier, mais d'une façon qu'il savait faire jubiler l'être sublime pour lequel ses hanches allaient et venaient déjà. Les veines saillirent alors sous son regard injecté de sang et ses crocs vinrent se greffer à l'épiderme épicé de sa promise. Le sang combla sa gorge, et le soupir qu'elle lui souffla au creux de l'oreille l'invita à cesser pour mieux s'attarder à ses courbes, à ses lèvres, à sa poitrine offerte au tressaut du plaisir qu'il ressentait lui même jusqu'à ce que mort s'en suive..... […] La pièce était sans dessus dessous, leurs corps encore entrelacés, là, au sol avec un unique plaid pour couvrir cette pudeur divine qui, même s'ils étaient hypnotisés, était formellement interdite aux regards des sbires de la résidence.

-Qui se lève pour ordonner aux larbins de virer tout ce qu'on à cassé ? Sourit-il contre l'épaule de sa belle avant de subitement redresser les yeux sur la paire de mocassin qui pointait au seuil d'une pièce où, autrefois, il n'avait droit d'accéder. Elijah, content de te voir.... Navré pour le bordel on se demandait justement qui allait se charger de nous en débarrasser. Sourit-il, heureux de revoir son frère sans pour autant se redresser pour préserver la pudeur de sa bien aimée.
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Mikaelson

avatar
Messages : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire Originel
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Mar 19 Juil - 21:43

   

-Welcome home Brother-



Nouvelle Orléans…

- Go ! Souffla t-il en un dernier sourire échangé avec elle.

Les boucles blondes de Rebekah virevoltèrent dans l’air, il suivit des yeux sa silhouette vacillante, les pans de sa tunique s’agiter sous sa hâte, et ses semelles grimper, aussi rapidement qu’elle le pouvait, les marches de l’escalier en colimaçon. Puis, elle disparu par la porte de l’étage, alors, pour s’assurer qu’elle ne rencontrait aucun problème, il continua de tracer auditivement son avancée. A bout de souffle, sa sœur courrait les différents corridors, enjambait le matériel laissé à l’abandon, poussait violemment les battants, et bientôt, Elijah entendit un sourire gorgé de rire s’échapper de ses pétales, lorsqu’elle foula enfin le seuil de l’entrée de cet asile où elle retrouvait sa liberté après des siècles a en avoir été privé. Cette fois, il était arrivé à temps, il avait pu empêcher Niklaus de poignarder sa poitrine, afin de la plonger pour une durée indéterminée dans un nouveau sommeil. Il s’agissait d’un mauvais coup des sorcières de cette ville, tout deux avaient été enfermé en ces lieux, ligotés à des lits, dans l’unique but d’inviter de viles révélations au sein de leurs esprits, et comme il en était coutume, à la fin de ce mauvais jeu, après la fuite des nécromanciennes les ayant détaché, son demi frère avait prit en grippe leur benjamine. Malgré l’épuisement du sort duquel ils avaient été victimes pendant des jours, temps où il s’était activé à les retrouver, rien n’avait eut raison de la hargne de l’hybride, qui n’avait plus eut qu’une idée en tête, infligé des maux sans pareil à celle qu’il voyait désormais comme une proie à punir. Et le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour y parvenir, n’était autre que la condamner de nouveau dans son cercueil, chose qu’il ne lui avait laissé l’opportunité de faire, en rivant la dague destinée à la blondinette dans le cœur du monstre, sur lequel son regard se baissait.

Mikaelson n’avait plus qu’à tourner les talons, le laisser dans cet état, endormit contre ce sol humide et poussiéreux d’un lieu en ruine, pourtant il ne le fit pas, pour l’unique et bonne raison, qu’il désirait être celui qui retirerait le poignard. Ainsi, il pourrait lire les expressions de son visage, cette lueur au sein de ses prunelles, et le mettre en garde quant à ce qu’il risquait à l’avenir, s’il tentait quoique ce soit à l’encontre de sa famille. Initialement, ils avaient rejoint cette ville pour y retrouver la paix d’autant, celle qu’ils avaient quelques siècles avant que leur père ne les y débusque, ils souhaitaient s’éloigner de toutes sources de problèmes, mais au final, ils n’avaient fait que combattre les hostilités, toutes en partie provoquées par l’hybride. Klaus avait toujours été fervent de puissance et de pouvoir, ce point, il ne l’avait jamais ignoré, seulement, il avait mit ceci sur le compte du rejet dont il avait souvent souffert de la part de Mikael. Cependant, cette énième tentative de corrompre leur fratrie en s’attaquant à elle, n’avait fait qu’amplifier la colère du vampire protecteur qu’il était. C’était la goute de trop, le vase était désormais plein, et il était temps pour eux de prendre un nouveau départ, en laissant dans leurs dos, la source de tous leurs déboires. Ce départ, l’Originel y réfléchissait secrètement depuis de longues semaines, et aujourd’hui, il savait qu’aucun remord ne viendrait l’assaillir quant à l’abandon qu’essuierait son demi frère. Quelques heures s’écoulèrent, où il fit preuve d’une immense patience, pour permettre à Rebekah de fuir la Nouvelle Orléans, creusant de cette façon une distance conséquente entre cette ville, son agresseur et elle. Lorsque qu’il jugea le moment opportun, Elijah s’approcha de la dépouille cendreuse, tira les pans de son pantalon afin de s’accroupir, puis, saisit cette dague qu’il retira doucement de sa poitrine. En une poignée de seconde, la bête allongée reprit ses teintes humaines, se redressa au même rythme que lui, mais avec des expressions quelque peu abasourdies.  

- Surprit mon frère ? Interrogea t-il en un rictus alors qu’il voyait aisément la haine grandir dans ses prunelles.

- OU EST ELLE ?!!!!!!!!!!!! Feula t-il en postillonnant, les poings serrés comme à l’accoutumée, pour tenter de l’intimider.

- Loin…. Très loin et elle ne reviendra plus. Le rire que Niklaus laissa entendre ne l’impressionna guère.

- Tu crois ça…. Alors pourquoi m’avoir réveillé ?

- Parce que contrairement à toi, je suis un homme d’honneur. Indiqua t-il avant de sourire en coin. Père avait raison tu n’es qu’une… Il ne put terminer sa phrase, que déjà son frère se ruait sur lui, cependant, loin de se démonter, loin de lui passer ses caprices d’enfant gâté, en pleine course vers le mur, il échangea leur position, et le dos de l’hybride cogna brutalement la paroi.

- Comment oses tu !!!!! Hurla t-il en se décollant de la cloison pour s’approcher. JE SUIS LE… Là, ses paumes poussèrent brutalement ses épaules pour le repousser.

- Tu n’es pas un roi, tu n’es rien du tout, même plus mon frère ! Siffla t-il. La surprise de ses mots était plus que lisibles sur les traits de ce qu’il voyait dorénavant comme le batard d’une famille, qu’il avait brisé et désuni. Immédiatement, il leva son index pour le mettre en garde, qu’il sache à quoi s’en tenir pour l’avenir. Ne t’approches plus de MA famille Niklaus. Si tu viens à t’attaquer à Kol, à Rebekah ou à toutes personnes qui me tient à cœur, tu subiras les conséquences de tes actes passés et futurs. Et je te prie de croire que par amour pour eux, je n’hésiterais pas une seconde à m’allier à qui tu sais, et dont le nom te fait frémir, à savoir MON père, pour t’anéantir quel qu’en soit le prix à payer, du moment que mon frère et ma sœur demeurent libres et heureux.

Mystic Falls…

Rebekah lui avait donné des nouvelles des vacances amplement méritées qu’elle s’était accordée, et dont elle profitait pour visiter des villes qu’elle n’avait eut autrefois l’opportunité de fouler. Tout allait bien dans le meilleur des mondes, le chapitre Klaus clos et derrière eux, plus rien ne retenait Elijah en Nouvelle Orléans. Il avait donc plié bagage pour rentrer au bercail auprès de son petit frère, que leur sœur rejoindrait à son tour, dès son périple terminé. Au sein de la courre, le vampire se figea une poignée de secondes en glissant ses paumes en poche, afin de scruter la devanture de la demeure, mais également, pour savourer cet instant inédit, signe de renouveau pour leur fratrie. Désormais, il escomptait à couler des jours paisibles, loin des ennuis, loin des histoires sans queue ni tête, que la présence de l’hybride leur avait trop souvent apporté à son gout. Dans la vie, on récoltait ce que l’on semait, Niklaus en payait aujourd’hui les pots cassés, d’autant plus, qu’en y regardant de plus près, il avait été le premier à bafouer leur promesse « pour toujours et à jamais » en les poignardant tour à tour, et ce, durant des siècles. Certes, le grand optimiste qu’il était, avait mit du temps à l’admettre, sans doute aveuglé par les liens du sang, chers à son coeur, qui les unissaient, mais maintenant, ses yeux étaient bel et bien grands ouverts. Tranquillement, il grimpa les marches du perron, foula le hall de l’entrée, puis le salon, où une trace laissé par une toile auparavant accrochée attira son attention. Suspicieux, un rictus aux coins des lèvres, il jeta son dévolu sur le jardin, au sein duquel se trouvaient quelques humains, sans aucun doute sous l’hypnose de son cadet, mais surtout, l’œuvre d’art ruinée dans l’herbe. Rieur, il huma l’air pour capturer la fragrance de Kol, celle-ci le mena jusqu’à l’atelier si apprécié de leur demi frère, et c’est là, qu’il trouva le couple de tourtereaux allongé contre le sol jonché de débris.

-Elijah, content de te voir.... Navré pour le bordel on se demandait justement qui allait se charger de nous en débarrasser.

- Kol… Souffla t-il en un grand sourire. Cassie est toujours de la partie à ce que je vois. Rit il légèrement avant de scruter le désordre. Concernant ta requête je te laisse t’en débrouiller, j’ai…. Là, il lissa ses lèvres rieuses. un déménagement pressant a orchestrer. Si vous souhaitez vous joindre à moi, ayez au moins la décence de vous couvrir. Indiqua t-il pour fuir dans la chambre de Niklaus dont la porte s’ouvrit sous un coup brutale de semelle. Rapidement, il s’avança vers la fenêtre, l’ouvrit, dénota en contrebas la benne qu’il avait commandé avant son arrivée, retira sa veste, retroussa ses manches, et s’empressa d’empoigner les moindres affaires de cette pièce pour les jeter, avec perte et fracas, dans la courre. Ce que ça fait du bien un peu de sang neuf ! S’exclama t-il en observant le matériel abimé par la chute. J’ai le plaisir de t’annoncer que Klaus ne reviendra plus, à moins qu’il ne veuille repartir la queue entre les jambes. Quant à notre sœur elle est en vacances, aux dernières nouvelles en France, mais à destination d’autre villes avant de rentrer. Informa t-il en saisissant les fringues dans l’armoire dont le parfum l’invita à grimacer. En marchant en direction du vitrage, en dénotant une présence à proximité, à laquelle il ne porta pas le regard pour le moment, il lui quémanda. Kol veux tu bien nous débarrasser de… Pointant l’objet en question, ses prunelles se braquèrent sur cette fameuse ombre, et il ne termina pas sa phrase. Finn… Murmura t-il. Que nous vaut l’honneur de ta présence ici ? Questionna t-il subitement sur ses gardes sans le démonter pour autant.  
Code by AMIANTE




-Elijah Mikaelson-

Revenir en haut Aller en bas
Finn Mikaelson

avatar
Messages : 3
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Ven 22 Juil - 21:12


Welcome home brother
  ft. Kol Cassie & Elijah



« For better & for worse »
Il ne savait dire encore s'il avait apprécié autant l'aimer que la haïr au point de lui nuire copieusement, c'était une question qui ne le quitterait pour ainsi dire jamais, simplement car au delà de l'avoir sorti de ses gonds, cette femme, qu'il voyait mouvoir ses lèvres, d'où son prénom était hurlé comme on cri son désespoir afin de tenter de trouver nouvelle accroche pour s'éviter une chute mortelle, avait été et demeurait encore et toujours celle lui ayant donné la vie... Ses grands yeux le suppliaient presque de faire cesser les incantations qu'elle psalmodiait depuis qu'il lui en avait donné l'ordre, presque oui car, pour avoir connu ses projets, ce qu'elle escomptait faire mais surtout grâce à ce lien indiscutable qui les unirait même au delà des ténèbres, Finn savait parfaitement qu'Esther ne suppliait pas. Elle jouait, endossait un rôle, se montrait douce et bienveillante, comme elle l'était véritablement autrefois, dans le but d'obtenir ce qu'elle désirait. Ici, il s'agissait de cette liberté longuement recherchée, cette liberté qui lui échappait totalement, et sans doute pour de nombreux siècles ou même l'éternité, sous les rimes qu'une sorcière chantait pour lui.

Mikaelson l'avait entendu lui conter combien il était primordiale de réussir cette fois, combien elle serait heureuse que de savoir le monde, la vie et l'univers, à l'abri des créations qu'elle n'aurait jamais du engendrer. Créations dont il faisait partie et qu'il avait pour ordre d'anéantir jusqu'à ce qu'elle puisse entonner un sort les maintenant indéfiniment de l'autre côté. Alors qu'il imaginait avoir droit à son éternel repos, l'aîné de la famille voyait ses ambitions éclater une fois encore pour les beaux yeux de celle à qui, elle le disait d'elle même, il était incapable de refuser quoi que ce fut, cependant la mort, la souffrance rencontrée lorsque le pieu de chêne blanc avait traversé son cœur, restaient gravées en lui au point de ne plus désirer réitérer la chose. Ce soir là, en retrait de la ville, au cœur d'un ossuaire abandonné, Finn observait sa mère pour la dernière fois tandis qu'une nécromancienne, hypnotisée des jours plus tôt, répétait des mots qui la privaient de ses pouvoirs. Vulnérable, incapable d'agir contre lui, ni même contre cette inconnue qui bientôt ne se souviendrait plus de rien, Esther lui ordonnait de cesser tandis qu'il s'approchait d'elle. Lentement, il glissa les paumes aux tempes de celle qu'il aurait du continuer à aimer comme un fils, déposa les lèvres contre son front puis recula en un sourire qu'elle ne lui avait jamais connu.

-Ce n'est pas ce que tu es Finn, tu n'es pas comme eux, tu étais mon fils. Supplia-t-elle encore en tentant de pénétrer son regard impassible. Finn... je t'en conjure ne fais pas ça, tu ne trouveras plus la paix, tu deviendrais comme eux.

-Vous avez l'air si convaincu de me connaître mère, c'est pathétique en un sens. Un rictus fila ses lèvres tandis que ses doigts tentaient d'imprimer, une dernière fois, la douceur des boucles qui s'y enroulaient. Vous savez simplement de moi ce que vous souhaitiez que je sois, ce que j'ai été jusqu'à goûter aux supplices et tourments les plus désagréables et tout ça pour quoi ? Pour régler l'une de vos erreurs passées, une chose qui, malgré tout ce que vous pouvez en dire ou en pensez aujourd'hui, vous a bel et bien traversée l'esprit dans l'unique but de préserver une famille qui désormais vous plairez davantage morte et enterrée, qu'est ce qui ne tourne pas rond chez vous ?

-Tu fais la plus grosse erreur de ta vie mon fils. Son regard changeait désormais, elle savait le perdre, même l'avoir totalement perdu. Si tu fuis les limbes tu ne reverras plus jamais Sage et je ferai en sorte qu'elle ne quitte jamais cet endroit pour poursuivre cet stupide histoire d'amour auprès de toi, elle se morfondra, se torturera et...

-Me torturer vous même, en me quémandant d'achever mes frères et sœur ne vous fait donc ni chaud ni froid . !! La coupa-t-il sèchement. non.... Après tout Finn est si serviable qu'il aidera sa chère petite maman à mettre un terme à ce qui jadis n'était pas une erreur mais une nécessité au point d'aller à l'encontre des mises en garde d'une sorcière bien plus capable qu'elle !!!! Quand elle entrouvrit à nouveau les lèvres, Finn glissa les pouces contre ses joues. J'ai l'opportunité de me rapprocher de ceux que j'ai poignardé dans le dos par votre faute, d'avoir une chance de vivre ce que je n'ai pas pu vivre car celui que vous désiriez protéger plus que tout autrefois, simplement car il n'était pas véritablement de notre famille, vous a déçu. C'est lui que vous devez punir, pas Kol, Elijah, Rebekah ou moi, mais Niklaus..... Vous refusez simplement de l'admettre, d'admettre que ce bâtard est à l'origine des tourments de ceux qui l'ont vu comme un fils, un frère.

-Je t'interdis de parler ainsi Finn.

-Pourquoi, parce que vous reprenez en pleine face le fait que vous avez été infidèle mère ? Ou peut-être que vous avez effrontément dissimulé cela à l'homme qui vous aimez ? Là, elle redressa la paume mais avant que cette dernière ne heurte sa joue, un craquement s'en suivit.

Son corps rejoignit la terre et s'embrasa sous les derniers vers de la sorcière près d'eux. D'autres rimes s'élevèrent alors, celles là même que lui avait appris Esther dans le cas où elle n'aurait pas eu l'énergie nécessaire pour bloquer sa famille, achevée de sang froid par leur frère, de l'autre côté. A trop lui avoir fait confiance, à trop l'avoir conditionné, Finn avait retourné sa veste pour vivre son éternité, cette seconde chance, comme il l'entendait et sans que plus jamais une mère, chagriné par les erreurs d'un fils qu'il ne voyait plus comme son frère depuis des lustres, ne pusse atteindre cette famille qu'ils avaient longuement désiré souder pour toujours et à jamais.

Présentement...

La vie reprenait son cour, désormais l'épée de Damoclès qu'ils avaient tous au dessus du crâne, y comprit les quelques buveurs de sang engendrés par les soins de sa fratrie, couleraient des jours paisibles sans avoir à imagier que cette folle-dingue aliénée reviendrait achever le boulot entamé des années plus tôt. Un sourire de coin aux lèvres, Finn arriva aux abords d'une propriété où, autrefois, il avait tenté de se jouer d'eux, eux qui, très certainement, se trouvaient encore à l'intérieur à imaginer que jamais, car la honte le rongerait éternellement, leur frère aîné n'oserait quitter le voile pour les revoir. Aujourd'hui, et bien que certains regrets avaient jouer de leur amertume en lui, l'ayant ainsi fait changer de cap en tout dernier lieu, Finn ne ressentait aucune honte, ni plus de rancœur, au contraire, une tendre liberté, ce renouveau fier et étincelant, semblait lui offrir l'assurance qu'il n'avait jamais osé prendre à bras le corps pour affirmer ses choix, ses désirs et ses aspirations. A allure humaine, l'Originel arpenta l'allée entourée de buis et gravit les quelques marches de marbre pour sourciller quant à l’entrebâillement de porte. Naturellement, et imaginant que depuis la tentative de leur mère le clan avait peut-être pris soin de confier la propriété à un humain, il repoussa le battant du bout de sa chaussure jusqu'à sourire en ne rencontrant aucune barrière au passage. Un  pas, puis deux, l'invitèrent dans la hall où quelques souvenirs revenaient le saisir avec une nostalgie qu'il trouvait ironique, des images qui s'évaporèrent à l'instant où ses billes émeraudes croisèrent l'ambre de celles d'une jeune femme dont la chevelure lui rappela rapidement la jeune créature qu'il avait abandonné pour s'offrir droit à une résurrection pleine et sans plus d'attache autre que celle qu'il désirait reconquérir aujourd'hui. L'odeur qu'elle portait l'invita au rictus tandis qu'il évoluait en quelques pas sur le marbre impeccable des lieux, cependant, et bien qu'il avait connu nombreuses personnes dans l'entourage de ses frères et sœur, Finn n'avait jamais rencontré cette vampire.

-Bonjour, Souffla-t-il. Le jouet de Kol je présume ? Les traits et mots qu'elle lui servit l'invitèrent à rire puis à s'approcher plus rapidement d'elle, si près qu'il heurta presque sa poitrine. Non, peut-être mieux que ça, le caractère semble concorder avec le sien.... Où est-il ? Sans attendre sa réponse, il entendit alors des voix familières dans la chambre de L'hybride qu'il n'espérait plus revoir ici, esquissa un sourire à la demoiselle puis s'évada dans les corridors jusqu'à ancrer l'épaule à l'encadrement de porte. Kol et Elijah s'activaient au grand ménage de printemps et joyeusement les biens de Niklaus, en quelques conseils du plus âgé des deux, rejoignaient la fenêtre ouverte pour mieux mourir contre la taule de ce qui devait être une benne. Amusé, il ne bougea pas d'un cil jusqu'à entendre son frère quémander à leur cadet de se débarrasser de........ Lui. Je gêne à peine arrivé ? Interrogea-t-il en un rictus. Décroisant les bras Mikaelson fit un pas dans leur direction sous le regard plus sombre du jeunot de la fratrie puis celui surpris du frère sans doute plus compréhensif qu'il ne le serait peut-être jamais. Là, un presse papier, assez lourd, siffla dans l'air vers ses traits jusqu'à rejoindre la paume qui vint l'intercepter. Sans encore en dire davantage, Finn rouvrit les doigts puis observa l'objet pour mieux le renvoyer dans la direction du plus impulsif de ses frères sans pour autant le viser. Le sujet siffla certainement à son oreille, passa par la fenêtre, et rejoignit les autres horreurs dans le font du bac à déchets en contrebas. J'me doutais bien que l'accueil ne serait pas le plus chaleureux du monde, j'aurai peut-être du m'assurer d'avoir la petite rousse à mon flanc pour m'éviter un jet de pierres ? Sourire malsain aux lèvres Finn rit une minute en remarquant la colère qui grondait sur le faciès de Kol. Ce n'est donc pas un jouet, je note...... Et Elijah, oui je suis de retour mais pas pour vous jouer un mauvais tour, plutôt pour vous offrir de bonnes, Là, il s'installa dans le fauteuil club de la pièce, les pieds croisés contre le rebord du lit. très bonnes nouvelles.... Où est Rebekah ?

(c) made by panic!attack




Finn Mikaelson
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Sam 23 Juil - 23:07




"Welcome home Brother"
Edena

L’entreprise Stewars basée à quelques lieux de Mystic Falls…. Voila donc ce qui avait fait la fortune de son défunt époux durant des siècles et ce qui était maintenant son empire. Ce royaume était plus que prospère, il renflouait chaque mois son compte bancaire de millier de dollars, se transformant annuellement en jolis millions, qu’elle dépensait sans compter tant elle n’en manquerait jamais. Le patrimoine que Gregory lui avait laissé à son dernier soupir était certes conséquent, mais Cassandra n’était pas de ces jeunes femmes stupides, qui préféraient flamber et profiter, sans garder un œil constant aux chiffres d’une société, lui permettant de conserver un train de vie confortablement luxueux. Au contraire, elle avait parfaitement à l’esprit qu’elle en était désormais l’impératrice, et bien qu’elle avait nommé quelqu’un à sa tête pour gérer en son absence, afin de ne pas perdre un temps considérable à travailler, comme appréciait étrangement le faire l’antiquité, elle n’en était pas moins impliquée. La preuve en elle-même… La veille de ce jour ensoleillé, elle s’y était rendue, avait poussé avec fracas les portes de son nouveau donjon, fait tinter ses magnifiques louboutin au sein des corridors, puis après quelques minutes à avoir fait entendre les octaves de sa voix entre les murs de son bureau, avait procédé au licenciement d’une centaine de personnes, presque un service complet, qu’elle jugeait incompétentes et inutiles, ou encore, dont elle ne pouvait tout bonnement pas saquer les traits. Aujourd’hui, elle n’avait plus à correspondre à l’image que lui dictait, sous l’asservissement dont elle était victime, son gentillet mari, désormais elle était libre d’agir à sa guise, libre de penser par elle-même, libre d’être la pire salope et garde sur terre, et tout ça, elle le devait à celui contre lequel ses yeux se posèrent une poignée de seconde, alors qu’elle détenait entre ses paumes un club de golf, mais également son cœur qu’elle ne viendrait jamais brisé tant il lui était cher. Le défi du jour était très simple, il fallait détruire cette horrible toile qu’affectionnait le chien de la famille Mikaelson, et c’est sous un certain amusement qu’elle se prêtait au jeu, en envoyant quelques balles, à hauteur de sa rapidité et de sa force, en pleine peinture. Pas peu fière de ses coups, qu’elle scrutait avec fierté en souriant, subitement un coup de vent balaya ses boucles, s’en suivit une nuée de frissons engourdissant son être, au contact de son menton se logeant à la place qui serait toujours sienne, puis, ses paumes se greffant à ses hanches, et enfin, cette morsure divine au lobe de son oreille, lui rapportant l’écho de son souffle… Kol venait de la rejoindre.

-Plus fort....... Lissant sa lèvre inférieure, Cassie préféra savourer sa présence près d’elle, scruta du coin de l’œil ses phalanges contre sa silhouette, venant emprisonner le manche qu’elle tenait encore. la balle, frappe la plus fort honey, déchire cette satanée toile qui te file la nausée. Aussitôt demandé, aussitôt réalisée, leurs capacités couplées, la balle fut frappée avec plus d’intensité que l’œuvre d’art ne pu y résister. A peine perforée, elle se déchira sous son regard conquis, désormais branlante au bout de sa corde. Joli coup mon cœur.

- Je te remercie Sweety. Souffla t-elle en un sourire, qu’elle vint d’ores et déjà mordiller, aux baisers de ses pétales contre cette veine sensible. Captivée par ses charmes, elle lui délaissa le club, ce dernier terminant le travail en ébranlant les restes d’une croute sans importance, qui désormais parsemait l’herbe de ses débris.

-C'est mieux comme ça, trop peu de chose décore le jardin, hormis ces stupides statues.... Enfin quelque chose à nous.

Son regard croisa le sien et là ce fut la fin… Ses paumes s’agrippèrent à ses vêtements qu’elle ne rêvait plus que de voir disparaitre, qu’elle n’avait plus qu’un désir outre celui de s’unir à lui, comme en témoignait ses lèvres qui dévoraient les siennes, les arracher afin d’entendre cet écho significatif, ces déchirures transformant ses frusques en lambeaux, lui permettant ensuite d’accéder à sa peau qu’elle couvrirait comme on cajole un trésor. Kol était désormais son monde, cet univers qu’ils entachaient de sang et comblaient d’éclats de rires, il avait fait céder cette bulle malsaine au sein de laquelle elle évoluait, fait éclater cette carapace oppressante qui renfermait ses courbes, celles là même qui se réchauffaient contre sa stature divine en traversant battants et corridors, fait sauter ses œillères afin qu’elle découvre que tout n’était que poudre à ses yeux. L’histoire aurait pu s’achever là, chacun aurait pu repartir tranquillement de leurs côtés, cependant, ce vertige qu’elle ressentait auprès de lui lors de leurs premiers instants, lui était bien réel, toujours présent tandis que son dos cognait lourdement l’un des murs de la résidence, et agrémenté de sentiments qu’elle ne pouvait ignorer mais dont elle souhaitait s’abreuver jusqu’à s’y noyer, comme présentement alors que l’antre de Niklaus s’effondrait sous leurs amusements. Son cœur ne battait plus depuis des siècles, mais pourtant, sa poitrine se soulevait sous l’effet qu’il produisait en elle, en un baiser, une caresse, un regard, un sourire, puis un corsage ruiner par ses phalanges qu’elle idolâtrait, tant elles savaient faire naitre de plaisir en elle. Fondant telle la glace qu’elle devenait aux creux de ses paumes, à l’humidité de sa langue qui courrait la rondeur de seins lui étant offert, Cassie n’en demeurait que plus femme mais pas moins joueuse, lacérant ses étoffes dont la mélodie fit pleuvoir frissons et soupirs, elle le repoussa brusquement en un sourire identique partagé. Bientôt, sa ceinture ne fut plus qu’un lointain souvenir, les boutons de son pantalon cédèrent sous la pression omniprésente de l’ivresse qui la gagnait, et alors qu’elle atteignait ce qu’elle convoitait le plus sur cette terre, une moue offensée et offusquée s’afficha contre ses traits en contemplant les vestiges d’une dentelle qui rejoindrait poubelle.

- Mord moi si tu peux… Lui souffla t-elle provocante et aguicheuse telle qu’il la connaissait et l’aimait. Rapidement, elle emprisonna sa nuque d’une paume, vint couvrir sa gorge de baisers langoureux, de morsures sans qu’une goute de sang ne maquille encore son épiderme, derme qu’elle magnétisa afin de lui insuffler sa fièvre, en savourant les notes sulfureuses de son parfum plus intense, jusqu’aux reliefs des muscles de son ange aux ailes plus sombres de jours en jours. Virile, bestiale et sauvage, sans jamais la blessée, leurs places furent échangées sous le sourire comblé de la rouquine, qui, malgré la soumission de sa silhouette, se sentait plus reine qu’esclave quant aux roses sensuelles qui la dévalaient, pour mieux revenir ensuite étourdir la soi de son épaule, tandis qu’il s’appropriait son être en un gémissement unique qu’elle servit à son oreille. Brulante, habitée par le malin, ses hanches entamèrent leur danse enchanteresses, afin d’exacerber leurs sens, d’accroitre le plaisir qui les animait. Et enfin, ses crocs percèrent l’opaline de sa peau, sous les tressauts de sa poitrine et des émotions aussi exquises qu’exaltantes, enrouant sa trachée qui prochainement, avant que la faucheuse charnelle ne la saisisse, gouterait à son tour aux aromes de son hémoglobine…. […] Tranquillement allongée contre lui, les yeux clos afin de profiter des derniers instants, avant qu’un nouveau jeu ne les obnubile, elle termina par les ouvrir en entendant le timbre plaisant de sa voix retentir.

-Qui se lève pour ordonner aux larbins de virer tout ce qu'on à cassé ? Levant brièvement la tête pour contempler les dégâts, prête à répondre elle arqua grandement d’un sourcil aux grincements du plancher, indiquant l’arrivée d’un individu ayant l’audace de les déranger. Elijah, Immédiatement en voyant son portrait, la nuque de la belle revint embrasser le sol, tandis qu’elle roulait des yeux. Visiblement c’était la fin des vacances, en sa présence tout portait à croire que le chien serait également de retour, ce qui n’indiquait rien de bon, et allait les forcer à dégainer à nouveau les armes pour s’assurer de ne pas être victime de l’un de ses coups bas dont il avait le secret. content de te voir.... Navré pour le bordel on se demandait justement qui allait se charger de nous en débarrasser.

- Kol… Cassie est toujours de la partie à ce que je vois. Sourire suffisant aux lèvres, elle se redressa sur les coudes, et se contenta de prononcer son prénom pour le saluer. Concernant ta requête je te laisse t’en débrouiller, j’ai…. un déménagement pressant a orchestrer. Si vous souhaitez vous joindre à moi, ayez au moins la décence de vous couvrir. A cette information, la rouquine arqua davantage d’un sourcil en tournant le regard à celui de sa terreur.

- Pas de chien… Rantanplan serait il enfin au chenil… Ricana t-elle en imaginant ce déchet affublé d’un collier et d’une laisse. Le laissant rejoindre son frère, Cassie s’enroula du plaid puis quitta en un coup de vent la pièce pour aller se revêtir. Cependant, avant d’aller les retrouver en plein amusement, car elle entendait parfaitement les fracas des meubles jetés visiblement par la fenêtre de la chambre qu’occupait auparavant le batard du clan, elle entreprit d’aller savourer une lichette de sang, mais à peine eut elle posé le pied dans le hall de l’entrée, que ses prunelles croisèrent celles étrangères d’un homme qui la scrutait.  

-Bonjour,

- Au revoir… Souffla t-elle en l’observant.

-Le jouet de Kol je présume ? Regard noir lui étant adressé, tant elle détestait qu’on l’affuble d’un tel surnom, elle n’en esquissa pas moins un sourire carnassier.

- Un mort en sursis je présume ? Reprit elle ses mots jusqu’à le voir planter devant elle à quelques millimètres de sa poitrine à l’en faire évaluer cette faible distance, puis revenir ancrer ses billes aux siennes, telle une mise en garde quant aux gestes qu’il pouvait faire.

-Non, peut-être mieux que ça, le caractère semble concorder avec le sien.... Où est-il ? Pas un mot ne quitta ses lèvres, les voix des deux hommes à l’étage suffisaient à lui indiquer la réponse, et à peine eut il disparu qu’elle se mit à siffler comme un serpent dans sa barbe.

- C’est qui ce con encore ? Grogna t-elle en partant en quête d’un poignet. Cependant, en traversant l’une des pièces, peu utilisée par les habitants, elle se stoppa et plissa des paupières. Elle n’avait jamais vraiment fait attention à ce portrait de famille, ce cliché d’une soirée mondaine organisée ici quelques mois ou années plus tôt, et en s’approchant pour mieux le dépeindre, elle obtenu l’identité du vampire ayant rejoint les deux frangins. Ni une ni deux, elle abandonna son idée première et fila à l’étage les retrouver, capturant les derniers mots d’un traitre.

- Oui je suis de retour mais pas pour vous jouer un mauvais tour, plutôt pour vous offrir de bonnes, Epaule appuyée contre un mur à l’extérieure de la pièce sans qu’on ne puisse la voir, elle émit un rictus. très bonnes nouvelles.... Où est Rebekah ? Là, le mode garce enclenché, elle apparut dans la chambre en esquissant un grand sourire.

- T’es venu faire ton coming out Finn ? Interrogea t-elle en arquant grandement d’un sourcil. On s’en doutait déjà… Souffla t-elle en cajolant sa canine. T'es donc le fameux frère qui adore tant les jupons de maman, d’ailleurs je trouve ça un peu incestueux mais qu’importe, et qui a tenté de faire un génocide familiale… Entonna t-elle en claquant sa langue dans sa bouche tout en allant rejoindre sa moitié. Tu veux savoir où est Rebekah, afin d’être certain de faire d’une pierre plusieurs coups ? Elle grimaça faussement désolée en croisant les bras sous sa poitrine. Navré pour toi c’est raté elle n’est pas là. Etant donné que nous n'avons pas besoin d'un nouveau chien... On te rappellera…


code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Dim 24 Juil - 17:56


   
Welcome home Brother

-Kol… Un sourire légèrement perfide étira les lèvres du concerné. Pour le moment, Dieu seul savait ce que son frère aîné, le dernier qui restait présent dans son cœur, au delà d'un traître sans nom qu'il ne désirerait revoir franchir le seuil de cette demeure pour rien au monde, venait faire ici, alors autant lui laisser le bénéfice du doute. Cependant, quand il s'adressa à Cassie, qu'il la vit se redresser pour prononcer son prénom en guise de salutations, Kol demeura bien plus attentif encore. Et si Klaus s'apprêtait à passer le perron lui aussi ? Non, c'était impensable, si impensable qu'il fléchit les genoux, reposant les avants bras sur ces derniers en concentrant son ouïe au delà de la voix conseillère de son frère pour s'assurer qu'aucun infecte Hybride Originel ne rôdait dans les parages. j’ai… Sans encore être sûr de lui, Mikaelson revint néanmoins considérer son aîné en un sourire qu'on ne lui connaissait que trop. un déménagement pressant à orchestrer. Si vous souhaitez vous joindre à moi, ayez au moins la décence de vous couvrir. Les yeux braqués sur la silhouette qui s'éloignait dans le corridor, le cadet plissa les paupières pour mieux ré-ancrer le dos au parquet.

-Pas de chien… Rantanplan serait il enfin au chenil… C'était bien ce qu'il escomptait, après tout voir rôder ce bâtard ici ne lui faisait guère envie, pas même pour faire plaisir à son adorable petite sœur qui, aussi persuasive serait-elle, ne lui ferait jamais avaler que Niklaus avait droit, tout comme chaque membre de leur famille, à la rédemption. En un sourire de coin, il fixa sa belle puis l'attira rapidement à lui, lui offrant droit de le surplomber pour mieux mordiller, une dernière fois, la pointe d'un de ses seins que le plaid découvrit sans pudeur.

-J'vais vérifier ça, j'espère qu'il ne vient pas uniquement pour ramener des caleçons propres à cet abruti. Rit-il. Sans attendre, Kol échangea leur position, baisa furtivement ses pétales roses puis renfila le peu de vêtements qu'elle n'avait pas ruiné. Jeans sur les jambes, sans ceinture car cette dernière n'était plus qu'une sangle informe, chemise ouverte sur le dos car les pressions jonchaient le sol, le jeune Originel se prit à rire une minute jusqu'à gagner le domaine où, de part l'odeur de clebs persistante, il n'avait jamais mis les pieds. Dis moi, tu viens faire ses courses ou..... Un objet en paume, chose dont le style lui remémora étrangement les vestiges décoratifs du manoir Stewars lorsque le père pantoufle était encore de ce monde, une grimace étira ses traits juvéniles. me dire bonjour ?

-J’ai le plaisir de t’annoncer que Klaus ne reviendra plus, à moins qu’il ne veuille repartir la queue entre les jambes. Quant à notre sœur elle est en vacances, aux dernières nouvelles en France, mais à destination d’autre villes avant de rentrer. Sourcil arqué, Kol émit un rictus, plus encore en voyant, sans encore avoir bougé, les quelques fripes de ce con de loup traverser la pièce et la fenêtre ouverte. Silencieux, surpris par ce revirement soudain, Mikaelson s'approcha des baies béantes et observa rapidement le contrebas. Une benne acceuillait les biens de ce qui n'était déjà plus membre de sa fratrie depuis des années, du moins à son regard. Là l'amusement le gagna, Elijah s'était donc rendu compte que de raisonner ce débile profond était une cause perdue ? La statuette encore entre les doigts, Kol se hissa sur l'appuie de fenêtre et y allongea ses jambes croisées, prêt à en quémander davantage à l'aîné pour, son plus grand bonheur, devenait un homme bien plus intéressant que ce qu'il était déjà présentement, la pointe de sarcasme en plus. Kol veux tu bien nous débarrasser de… Jetant un œil vers l'endroit que son index pointé, le reste de sa phrase l'invita néanmoins à détourner celui-ci vers le seuil de la pièce où, sous ses prunelles subitement plus sombres, le jeune homme dépeignit l'un de ceux qu'il jugeait n'avoir aucun droit ici bas. Que nous vaut l’honneur de ta présence ici ?

-Je gêne à peine arrivé ? Le voyant approcher, le cadet resserra le presse papier entre ses phalanges, la haine et le mépris ne faisant qu'un tour dans le creux de ses veines déjà prête à laisser parler ses plus bas instincts. En guise de réponse, tandis que la vois d'Elijah retentissait de nouveau, Kol reprit au pied de la lettre la première demande de son seul et unique frère présent et, d'un geste vif, sans quitter son perchoir, envoya le sujet de bronze droit dans le faciès de Finn qui, malheureusement, rattrapa l'arme au vol afin de mieux lui faire rejoindre la benne. Ce truc n'était passé qu'à un cheveu de lui, terminant d'attiser la colère que sa seule présence faisait bouillir en lui. J'me doutais bien que l'accueil ne serait pas le plus chaleureux du monde, j'aurai peut-être du m'assurer d'avoir la petite rousse à mon flanc pour m'éviter un jet de pierres ? Là, ce qu'il vit comme une menace le fit rugir plus encore.

-Je dois me débarrasser de toi, je suis obéissant, mais pas envers n'importe qui ou... ici quoi. Siffla-t-il sèchement. D'ailleurs on t'a posé une question, réponds y traître.

-Ce n'est donc pas un jouet, je note...... Et Elijah, oui je suis de retour mais pas pour vous jouer un mauvais tour, plutôt pour vous offrir de bonnes, Comme un Pacha, Finn prit place dans l'un des sièges disponibles tandis qu'il redressait les yeux vers sa belle qui rejoignait cette réunion improvisée. très bonnes nouvelles.... Où est Rebekah ?

-T’es venu faire ton coming out Finn ? Cette pic fit migrer un sourire malsain sur les pétales du plus jeune du lot. On s’en doutait déjà… T'es donc le fameux frère qui adore tant les jupons de maman, d’ailleurs je trouve ça un peu incestueux mais qu’importe, et qui a tenté de faire un génocide familiale… Rapidement, Kol se redressa tandis qu'elle s’approchait de lui et répondait à la dernière interrogation de ce frère ayant attenté aux jours des derniers membres d'une famille étant cher à son cœur mort. Tu veux savoir où est Rebekah, afin d’être certain de faire d’une pierre plusieurs coups ? Navré pour toi c’est raté elle n’est pas là. Étant donné que nous n'avons pas besoin d'un nouveau chien... On te rappellera…

Le sourire qu'afficha Finn estompa le sien, d'après son attitude dédaigneuse, chose qu'il dépeignait pour la première fois d'ailleurs, ce parasite n'escomptait guère abdiquer si facilement, il avait même l'air plutôt sûr de son coup, certain d'obtenir droit à la place qu'il avait perdu des années plus tôt en suivant leur garce de mère comme son ombre.

-Si tu cherches à t'suicider à nouveau, pour ton information... Siffla-t-il en le toisant d'un air noir. Père a disparut avec le pieu il y a des lustres, tu devrais aller le supplier de mettre fin à ton nouveau calvaire que d'être en vie parmi ceux que tu préférerais voir mort Finn. Sec, peu enclin à lui offrir le bénéfice qu'il offrait toujours à Rebekah et Elijah, Kol se tue néanmoins lorsque la voit de ce dernier retentit. Là, une pierre rejoignit les doigts de l'aîné qu'il considérait comme tel même s'il n'avait jamais eu pleinement ce rôle dans leur fratrie, pierre qui l'invita à se tendre de part l'ignorance qui en émanait encore. Si c'est un p'tit cadeau d'Esther la mégère tu peux te le foutre où j'pense, là où est sa place pour servir au mieux ces conneries de projets assassins. Tires toi vite d'ici où la prochaine fois j'te raterai pas Finn.
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Mikaelson

avatar
Messages : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire Originel
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Lun 25 Juil - 20:00

   

-Welcome home Brother-



En revenant près de son petit frère, en permettant à sa sœur de regagner sa liberté, et en tournant les talons à la Nouvelle Orléans mais plus particulièrement à Niklaus qu’il avait épaulé durant des années avec l’espoir de revoir ce qu’il n’avait vu depuis des siècles, à savoir une famille unie et soudée, Elijah ne s’était surement pas attendu à faire face à celui que Kol nommait le traitre de la famille. Son alliance avec Esther visant à mettre un terme à leurs existences qu’elle jugeait être une erreur, qu’elle avait pourtant commise en étant pleinement consciente de ses actes et à ce dont elle donnait naissance, leur avait fait beaucoup de tord. Ces interminables coups bas entre eux, le jeune homme en était épuisé, il n’aspirait plus qu’à une chose, si ce n’est deux, retrouver la trace d’Hayley qu’elle puisse être en sécurité avec son enfant, ainsi que savourer une vie plaisante, sans plus devoir tenir perpétuellement des armes aux creux de ses paumes. Cependant, l’arrivée de l’ainé de leur fratrie ne semblait coïncider avec ses espérances, comme s’il devait payer encore et encore, le prix de travers qu’il n’avait malheureusement accomplit de son propre chef.  

-Je gêne à peine arrivé ? Les traits naturellement neutres, il resta néanmoins sur ses gardes, les sens à l’affut, certain de voir apparaitre d’un instant à l’autre, une femme qu’il ne souhaitait plus revoir de son vivant, tant elle n’avait plus l’étoffe de cette mère qu’ils avaient aimé et respecté autrefois.

- Tout dépend les raisons de… L’objet que son cadet possédait entre ses doigts traversa la pièce pour rejoindre ceux de Finn, qui ne tarda pas à répondre à l’attaque Kol, en le renvoyant dans sa direction avant qu’il ne finisse au fond de la benne. ta visite… Soupira t-il en pressant l’arrête de son nez.

-J'me doutais bien que l'accueil ne serait pas le plus chaleureux du monde, j'aurai peut-être du m'assurer d'avoir la petite rousse à mon flanc pour m'éviter un jet de pierres ? Un rictus quitta ses lèvres, étrangement, il avait l’impression d’avoir remonté le temps, d’être revenu à leur ère humaine, où, deux frères que beaucoup si ce n’est tout opposait, reprenaient le fil de leurs incessantes querelles. Comme il s’y attendait, le plus jeune ne tarda pas à mordre face à ce qu’il entrevoyait surement telle une menace en faveur de sa compagne, qu’une poignée de secondes, il tenta de localiser au sein de la maison, pour s’assurer qu’elle ne se trouvait pas entre les griffes d’Esther ou quelconque sbires qu’elle aurait pu envoyer avec son fils favoris. Elijah n’avait jamais tenu rigueur à ce dernier d’être proche d’elle, après tout, on ne pouvait contrôler les affinités entres individus, cependant, il n’avait jamais comprit les motivations de Finn. S’il détestait à ce point être un vampire, pourquoi ne s’était il pas donné la mort, en respectant la volonté que de vivre de ses frères et sœurs, qui eux, n’auraient jamais entreprit de le tuer pour exaucer le vœu de l’unique coupable. C’était elle qu’il aurait du blâmer, à elle qu’il aurait du s’en prendre, car elle était la responsable de sa nature vampire, et non pas le restant d’un clan séparé par la force des choses.

-Je dois me débarrasser de toi, je suis obéissant, mais pas envers n'importe qui ou... ici quoi. D'ailleurs on t'a posé une question, réponds y traître.

-Ce n'est donc pas un jouet, je note...... Et Elijah, oui je suis de retour mais pas pour vous jouer un mauvais tour, plutôt pour vous offrir de bonnes, très bonnes nouvelles.... Où est Rebekah ? En l’entendant évoqué une sœur dont il semblait s’être fiché durant des années, Mikaelson eut l’impression de sentir son cœur, pourtant mort, s’emballer d’inquiétude quant à l’absence de la benjamine qu’il espérait bel et bien à des kilomètres, et par conséquent en sécurité, de leur foyer.

-T’es venu faire ton coming out Finn ? Un sourire amusé glissa contre ses pétales. Pas de moquerie mais d’amusement, car il constatait cette ressemblance frappante entre les deux tourtereaux, mais également, les particularités faisant de Cassie l’être aimé d’un garçon à qui on n’avait compté jusqu’à lors que des aventures sanglantes, en ne soupçonnant pas qu’il était capable de nourrir des sentiments envers une seule jeune femme. On s’en doutait déjà… T'es donc le fameux frère qui adore tant les jupons de maman, d’ailleurs je trouve ça un peu incestueux mais qu’importe, et qui a tenté de faire un génocide familiale… Tu veux savoir où est Rebekah, afin d’être certain de faire d’une pierre plusieurs coups ? Navré pour toi c’est raté elle n’est pas là. Étant donné que nous n'avons pas besoin d'un nouveau chien... On te rappellera…

- Je te présente Cassie. Plaisanta t-il en espérant atténuer les tensions qu’il sentait grandir au sein de cette pièce. Lui qui venait simplement le cœur gonflé de légèreté vider cet antre pour faire disparaitre toutes traces d’un frère n’en étant plus un à ses yeux, voyait son petit instant de bonheur s’essouffler, et appréhendait désormais le début d’une guerre sans merci, opposant encore les membres de sa famille.

-Si tu cherches à t'suicider à nouveau, pour ton information... Père a disparut avec le pieu il y a des lustres, tu devrais aller le supplier de mettre fin à ton nouveau calvaire que d'être en vie parmi ceux que tu préférerais voir mort Finn. Afin d’abréger au mieux les prémices d’une dispute, mais surtout, de connaitre enfin les motivations de son frère ainé, Elijah laissa entendre le timbre de sa voix.

- Quelles sont donc ces fameuses bonnes nouvelles Finn ? Interrogea t-il en rattrapant presque aussitôt ce qu’il jeta dans sa direction. Phalanges repliées contre l’objet, il le sonda un moment, sans encore analyser l’élément aux rebords ronds, qu’il apparentait à une pierre, et ce fut exactement ce qu’il découvrit en ouvrant sa paume, à l’en faire arquer d’un sourcil. Souvenirs de vacances ?

-Si c'est un p'tit cadeau d'Esther la mégère tu peux te le foutre où j'pense, là où est sa place pour servir au mieux ces conneries de projets assassins. Tires toi vite d'ici où la prochaine fois j'te raterai pas Finn.

- Je te suis attentif… De quoi s’agit il ? Questionna t-il suspicieux, s’attendant à tout, surtout à un énième mensonge dissimulant un tour de leur mère afin de mettre à bien ses nouveaux plans, certainement inchangé depuis les années. Elijha l’écouta donc, narrer une histoire aussi surprenante qu’intéressante, malheureusement, malgré ses dires prônant les pouvoirs de cette roche magique, un doute, somme tout naturel vu les antécédents, persista quant à la véracité de ses dires. Lorsqu’il eut terminé, il laissa un moment de silence passer, puis, reprit la parole. La première chose que m’a dite père en m’apprenant le maniement de l’épée fut la suivante : Soit proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis. Souffla t-il en un bref coup d’œil à la pierre avant de revenir considérer son frère. Aujourd’hui, je n’ai pas la prétention de te traiter en tant que tel, car il ne serait pas juste de ma part, vu les nombreuses chances que j’ai offerte à Klaus, de t’en priver d’une dernière à ton tour, si vraiment tu es en quête de rédemption. Indiqua t-il en lissant ses lèvres. Cependant, je vais corriger une erreur que j’ai commise auprès de lui, celle de te mettre en garde comme j’aurai du le faire avant de lui tourner le dos il y’a quelques jours. Dit il en se faisant extrêmement sérieux mais aucunement menaçant. S’il est fait du mal à Kol, Rebekah, Cassie ou toute autre personne nous étant chères, je ferai de ta vie un véritable enfer, si ce n’est supplice en me tenant aux côtés de notre père. Qu’importe le prix que je devrai payer pour cette alliance, je te prie de croire que tu embrasseras la mort tel que tu l’as longuement souhaité, mais elle demeura moins douce que tes songes auprès d’Esther. Le prévint il en levant devant son regard la pierre. En attendant, j’imagine que tu ne m’en voudra pas, quant à nos précédentes querelles, de faire authentifier cette pierre avant de te faire pleinement confiance. A cet instant, Elijah n’avait aucune idée de la manière dont il s’y prendrait, après tout, personne n’avait l’identité de l’ancre protégeant les limbes, tant elle était gardée secrète depuis sa création. De plus, il ignorait que son cadet avait vent de sa présence en ville de cette sorcière ayant échafaudé cet endroit mystérieux, et que sans connaitre ses traits, il savait qu’elle était amie avec Salvatore, car elle n’était autre que celle ayant affublé la rouquine à son flanc, d’une pierre dont il ignorait encore l’existence. Bienvenue à la maison Finn. Murmura t-il souriant en empochant l’objet qu’il lui confiait. Nous étions entrain de nous séparer d’encombrants… Libre à toi de te joindre à nous.
Code by AMIANTE




-Elijah Mikaelson-

Revenir en haut Aller en bas
Finn Mikaelson

avatar
Messages : 3
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Mer 27 Juil - 8:12


Welcome home brother
  ft. Kol Cassie & Elijah



« For better & for worse »
-T’es venu faire ton coming out Finn ? Le parfum du vampire rencontré plus tôt envahie la pièce à en retenir son attention. On s’en doutait déjà… Il ne savait ni son prénom, ni les motivations de sa présence ici au delà du fait de fricoter avec le cadet de la famille, cependant, d'après l'odeur similaire à la sienne qui englobait la résidence, ou les quelques pièces où il avait évolué depuis son arrivée, cette fille n'était pas là d'hier....  Attentif, bien que son attitude et ses paroles furent aussi sèches que des grains de sable contre une peau trop fragile, Finn sonda alors ses prunelles. T'es donc le fameux frère qui adore tant les jupons de maman, d’ailleurs je trouve ça un peu incestueux mais qu’importe, et qui a tenté de faire un génocide familiale… Tu veux savoir où est Rebekah, afin d’être certain de faire d’une pierre plusieurs coups ? Sa façon de s'exprimer l'invitait à sourire, elle était bien au courant, semblait avoir retenu par chœur l'histoire et les déboires d'une fratrie à laquelle elle s'était greffée, cependant elle ne demeurait encore qu'une étrangère dont l'opinion ne lui importait que peu, après tout seul le pardon des siens, ce qui serait somme toute difficile à obtenir, lui faisait envie. Navré pour toi c’est raté elle n’est pas là. Étant donné que nous n'avons pas besoin d'un nouveau chien... On te rappellera…

Piquante la petite rousse, un trait de caractère qu'il n'avait donc pas amplifié plus tôt, elle était simplement elle même, carnassière et cinglante, ce qui avait très certainement motivé Kol à lui porter autant d'intérêt en comparaison aux autres jeunes femmes ayant eu droit à un regard de sa part avant de terminer comme elles avaient vu le jour : en poussière. Cassie, d'après ce que son frère venait de lui apprendre sans en ajouter davantage, le fixait sans une once de douceur dans les prunelles cependant, et même s'il ne doutait pas qu'elle fusse au moins aussi rusée que la créature auprès de laquelle elle était campée, Finn gardait encore ce sourire énigmatique aux lèvres.

-Si tu cherches à t'suicider à nouveau, pour ton information... Père a disparut avec le pieu il y a des lustres, tu devrais aller le supplier de mettre fin à ton nouveau calvaire que d'être en vie parmi ceux que tu préférerais voir morts Finn. Siffla une nouvelle fois la perfidie malsaine d'un cadet qui, autrefois, était doux comme un agneau.

-Quelles sont donc ces fameuses bonnes nouvelles Finn ? Là, un rictus fila ses pétales encore clos. Réfléchir, apaiser, tamponner, c'était bien là le Elijah qu'il avait toujours connu, le seul ici bas à désirer savoir avant d'imaginer mettre un terme à une existence, le seul assez curieux, et sans nul doute censé comme nul autre, pour tenter de dénouer ce qui s'apparentait mieux à une querelle hiérarchique qu'à une conversation gorgée de bon sens. Sans encore répondre, Mikaelson plongea les phalanges dans la doublure de sa veste afin d'en extirper la pierre qu'il espérait lui accorder une certaine rédemption auprès de ceux qu'il n'aurait jamais du trahir. Un simple morceau de roche, sans valeur financière contrairement au coût sentimentale qu'elle aurait pour eux, en somme, au delà de cet aspect ordinaire, polie par les offices du temps et du ciel, ce cailloux emprisonnait l'âme et l’enveloppe de leur mère au delà d'une frontière que l'un d'entre eux -avant lui- avait franchi quelques mois plus tôt, en témoignait le regard sombre qu'il sentait presque le transpercer de part en part comme s'il n'était qu'un parasite sans aucun lien avec la famille à laquelle ils appartenaient pourtant tous deux. D'un geste vif, il envoya ce bijou précieux entre les paumes d'Elijah dont la voix ne tarda plus à revenir cajoler ses tympans. Souvenirs de vacances ? La réaction du cadet l'invita à sourciller, comment pouvait-il le croire si prévisible ? Après tout, s'il avait dans l'idée, comme l'avait dit plus tôt la dénommée Cassie, de les achever tous, n'aurait-il pas trouvé plus judicieux de leur dissimuler sa présence avant de passer aux actes ? Bien sûr que si. Se montrer, pour faire planer une certaine angoisse dans les âmes vouées à la mort, était plutôt la manière d'agir de Niklaus, pas la sienne. Je te suis attentif… De quoi s’agit il ?

-Un minimum de bon sens dans cette atmosphère pesante.... Je reconnais bien l'un de mes frères sur ce point. Sourit-il en dépeignant rapidement Cassie et Kol. L'impulsivité n'a jamais rien apporter de bon, il n'y qu'à voir où en est Niklaus en ce moment même, Là, son regard balaya la pièce tandis que la gestuelle d'une de ses mains appuyait des dires pour, ensuite, mieux revenir soutenir son menton. Mais peu importe, venons en directement aux faits. Ce que tu tiens dans les mains Elijah n'est rien d'autre que l'objet capable de sceller un sortilège. Je ne suis pas à l'origine de cette idée, après tout mère l'a fait avant nous, je n'ai fait que retourner ça contre elle, avec l'aide d'une nécromancienne qui, à l'heure actuelle, a du rejoindre un endroit dans lequel il sera certainement difficile de la trouver. Un sourire étira la commissure de ses lèvres. J'ai donc usé du même stratagème qu'elle, grâce à la pierre de lune, elle bridait le côté loup de Klaus il y a plus de mille ans, ici je me suis simplement servie de ses propres intentions contre elle dans le but de gagner une liberté à laquelle je n'ai jamais véritablement goûté. Esther avait l'intention de vous éliminer, comme lors de sa dernière résurrection, mais cette fois, et parce qu'il semble aisé de quitter l'autre côté, la sorcière qu'elle est désirait nous priver d'un billet de retour, en sommes nous aurions croupis une éternité dans l'au delà sans moyen de revenir dans le royaume des vivants, contraints et forcés de reformer une famille qui, soyons honnête, auprès d'elle et de ce chien de Klaus, n'a aucune réelle valeur sinon celle qu'elle pense lui accorder. Cette pierre est donc la preuve de ma bonne foi envers vous tous.

Kol demeura silencieux, comme s'il retournait ces informations pour mieux y décoder la coup pas -ici inexistant- qui s'y dissimulait. Personne ne dit mot, pas même la demoiselle dont la chevelure lui remémorait celle de la bergère qu'il ne reverrait jamais plus pour préférer enfin avoir droit à une existence, même si elle n'était celle à laquelle il aspirait lorsqu'il n'était encore qu'un humain sans pouvoir quelconque. Les yeux braqués sur elle une seconde, Finn plissa le front, préférant égoïstement oublier Sage que d'avoir à regretter ses actes la concernant. Le passé devait demeurer passé désormais, et ce qu'on ne pouvait changer devait-être apprivoisé dans le but d'avancer sans plus régresser. Jadis il n'avait jamais apprécié devenir un monstre, ce qui l'avait sans nul doute conforté dans des choix qui, malgré tout, n'étaient que le reflets de ceux de leur mère, elle avait simplement profité de ce profond malaise dans le but d'obtenir gain de cause, elle avait profité de lui sans jamais se soucier de ce que lui désirait vraiment...

-La première chose que m’a dite père en m’apprenant le maniement de l’épée fut la suivante : Sois proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis. Perdu dans ses pensée, Finn revint à lui. Aujourd’hui, je n’ai pas la prétention de te traiter en tant que tel, car il ne serait pas juste de ma part, vu les nombreuses chances que j’ai offerte à Klaus, de t’en priver d’une dernière à ton tour, si vraiment tu es en quête de rédemption. Cependant, je vais corriger une erreur que j’ai commise auprès de lui, celle de te mettre en garde comme j’aurai du le faire avant de lui tourner le dos il y’a quelques jours. Sans avoir eu à poser la question, Finn obtenait réponse quant à l'absence de Klaus en ces lieux, d'où l’intérêt certain que semblaient avoir ses frères à benner ce qui appartenait à celui ayant trahi leur famille sans but précis que celui de gagner en puissance et valeur à leurs yeux. S’il est fait du mal à Kol, Rebekah, Cassie ou toute autre personne nous étant chères, je ferai de ta vie un véritable enfer, si ce n’est supplice en me tenant aux côtés de notre père. Qu’importe le prix que je devrai payer pour cette alliance, je te prie de croire que tu embrasseras la mort tel que tu l’as longuement souhaité, mais elle demeura moins douce que tes songes auprès d’Esther. Les choses étaient claires, et malgré son changement d'attitude aussi soudain que bref, Finn était assez réfléchis pour ne pas pousser EliJah dans cette optique, après tout à quoi bon revenir, tenter d'apprivoiser ce qu'il avait toujours détesté afin de se rapprocher des siens, si c'était pour souffrir de nouveau ? En attendant, j’imagine que tu ne m’en voudras pas, quant à nos précédentes querelles, de faire authentifier cette pierre avant de te faire pleinement confiance.

-Si tu doutes de moi, ce qui est légitime étant donné mes dernières actions à votre encontre, alors fais la estimer par qui tu voudras. Lui accorda-t-il sans une once de rancune. Tout il advient que la menace que notre mère était encore n'est plus, elle est bloquée de l'autre côté sans aucune autre alternative que d'attendre la fin des temps.

-Bienvenue à la maison Finn. Un autre sourire flirta contre ses lèvres tandis que son regard revenait toiser les deux autres vampires de la pièce. Il ne s'attendait pas à pareils mots de leur part, après tout Kol n'était plus le jeune garçonnet innocent de l'époque et, de ce qu'il se remémorait de leurs ententes passées, le cadet n'avait toujours eu de véritable estime que pour celui qui, malgré sa place hiérarchique dans la famille, aurait du être l'aîné. Nous étions entrain de nous séparer d’encombrants… Libre à toi de te joindre à nous.

-Enterrons la hache de guerre par la même occasion. Reprit-il en se redressant sur ses pieds. Cette chose n'a créé que trop de discorde, il me semble judicieux de nous en débarrasser, comme de tout ce qui nous rappelle une chose essentielle, Klaus a eu sa chance, il l'a piétiné au profit de stupides désirs impérieux, et il a perdu le peu d'estime que certains d'entre nous avaient encore à son égard.... Continua il en tendant sa main vers Kol, et Cassie même si cette dernière n'était encore que peu importante pour lui, après tout, l'avenir saurait lui donner une place sans nul doute très importante dans le cœur mort et rédempteur du plus âgé des frères Mikaelson. pour toujours.... Et à jamais. Ces mots n'étaient pas anodins, il s'agissait de leur promesse autrefois, promesse que Niklaus avait bafoué en mentant, en les poignardant, promesse qui, sans doute, fut aussi à l'origine du mal-être de l'aîné qui n'imaginait voir sa famille à nouveau unie qu'une fois libérée du maléfice infligé par leur propre mère.

(c) made by panic!attack




Finn Mikaelson
©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Cassie Stewars

avatar
Messages : 145
Age : 29

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Mer 27 Juil - 20:15




"Welcome home Brother"
Edena

- Je te présente Cassie. Un immense sourire triompha contre ses pétales que sa langue vint chatouiller, simplement parce qu’un futile petit jouet, tel qu’il l’avait nommé précédemment, n’avait premièrement pas le moins du monde un prénom aussi sexy et classe que le sien, puis secondement, une quelconque importance pour qu’on le retienne de la sorte. Les rangs rétablit, elle hissa son popotin sur la première commode à disposition afin d’assister à ce qu’elle était certaine de voir, rien d’autre qu’une scène de ménage entres frangins. Après tout, de ce qu’elle constatait présentement et de ce qu’elle avait entendu auparavant, Finn n’était pas des plus attendus encore moins le bienvenu au sein de cette demeure, et pour cause, ce dernier avait tenté de tuer son entourage en se liguant avec cette très chère Esther, sorcière et emmerdeuse à ses heures perdues. Autant dire que la rouquine s’attendait à voir des objets voler, des corps s’encastrer dans les murs, et surtout, son petit ami terriblement sexy en rogne.

-Si tu cherches à t'suicider à nouveau, pour ton information... Père a disparut avec le pieu il y a des lustres, tu devrais aller le supplier de mettre fin à ton nouveau calvaire que d'être en vie parmi ceux que tu préférerais voir mort Finn. A son grand dam, la voix de la raison mit fin au début d’un affront qui se voulait pourtant prometteur, en témoignaient la rancune amer que Kol crachait, et le regard particulier avec lequel ce parasite lui répondait. Les phalanges d’Elijah réceptionnèrent une pierre, qui à coup sur, transpirait la magie, quant à savoir à quoi celle-ci servait, elle n’avait plus qu’à attendre que l’infâme traitre d’une fratrie sympathique, si on retirait le batard de l’équation, n’entrouvre la bouche à ce sujet. Si c'est un p'tit cadeau d'Esther la mégère tu peux te le foutre où j'pense, là où est sa place pour servir au mieux ces conneries de projets assassins. Tires toi vite d'ici où la prochaine fois j'te raterai pas Finn. Encore une fois, le sage s’exprima pour atténuer les discordes naissantes entre le plus vieux et le plus jeune des frangins Mikaelson.

-Un minimum de bon sens dans cette atmosphère pesante.... Je reconnais bien l'un de mes frères sur ce point. En guise de riposte à cette pseudo attaque verbale, n’ayant aucune véritable valeur ou quelconque importance, un soupir effronté, accompagné d’un roulement de prunelles, fila sa gorge tant l’exaspération la possédait.  Elle le sentait au plus profond de son être, son discours allait être d’un ennui mortel, elle aurait du appeler sa copine Kat afin qu’elle la rejoigne, au moins elles auraient mangé des pops corn en se marrant et en commentant, comme elles s’activaient à le faire, en secret, depuis quelques semaines suite à l’état de santé moins pimpant qu’autrefois de la jolie Petrova. L'impulsivité n'a jamais rien apporter de bon, il n'y qu'à voir où en est Niklaus en ce moment même.

- Oh par pitié épargne nous tes leçons moralisatrices t’es hyper mal placé pour en faire… et puis… pour ta gouverne la diplomatie non plus… la preuve… Là, elle se stoppa net, feintant avec perfection la stupéfaction, pour mieux revenir le piquer. J’allais parler des guerres mais… Petite grimace sur les traits, un sourire malicieux termina par les illuminer. Tu l’ignores t’as passé les trois quart de ton temps au fond d’un cercueil ou-ps…

-Venons en directement aux faits. Ce que tu tiens dans les mains Elijah n'est rien d'autre que l'objet capable de sceller un sortilège. Je ne suis pas à l'origine de cette idée, après tout mère l'a fait avant nous, je n'ai fait que retourner ça contre elle, avec l'aide d'une nécromancienne qui, à l'heure actuelle, a du rejoindre un endroit dans lequel il sera certainement difficile de la trouver. Brièvement elle échangea un regard avec son acolyte. Il allait tourner autour du pot, elle en était certaine, aussi sur que l’élocution ressemblerait au mec, à savoir chiante comme la pluie qu’elle avait vu un millier de fois tomber pour ne plus en savourer la mélodie. J'ai donc usé du même stratagème qu'elle, grâce à la pierre de lune, elle bridait le côté loup de Klaus il y a plus de mille ans, ici je me suis simplement servie de ses propres intentions contre elle dans le but de gagner une liberté à laquelle je n'ai jamais véritablement goûté. Esther avait l'intention de vous éliminer, comme lors de sa dernière résurrection, mais cette fois, et parce qu'il semble aisé de quitter l'autre côté, la sorcière qu'elle est désirait nous priver d'un billet de retour, en sommes nous aurions croupis une éternité dans l'au delà sans moyen de revenir dans le royaume des vivants, contraints et forcés de reformer une famille qui, soyons honnête, auprès d'elle et de ce chien de Klaus, n'a aucune réelle valeur sinon celle qu'elle pense lui accorder. Cette pierre est donc la preuve de ma bonne foi envers vous tous. Un rictus se fit immédiatement la malle à propos de ce cailloux, qu’il avait peut être simplement ramassé sur le chemin du retour, après tout, rien ne leur certifiait ces dires. Il pouvait tout aussi bien s’agir d’un nouveau mauvais tour, pour attendrir le cœur de sa famille, qu’il viendrait ensuite poignarder dans le dos, comme il l’avait visiblement toujours fait. Pourquoi donc changer une équipe qui gagne ?

-La première chose que m’a dite père en m’apprenant le maniement de l’épée fut la suivante : Sois proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis. Aujourd’hui, je n’ai pas la prétention de te traiter en tant que tel, car il ne serait pas juste de ma part, vu les nombreuses chances que j’ai offerte à Klaus, de t’en priver d’une dernière à ton tour, si vraiment tu es en quête de rédemption. Cependant, je vais corriger une erreur que j’ai commise auprès de lui, celle de te mettre en garde comme j’aurai du le faire avant de lui tourner le dos il y’a quelques jours. A cette révélation, la jeune femme arqua d’un sourcil, il s’était enfin rendu compte qu’il perdait son temps avec un nuisible sans intérêt, et qu’il avait meilleur temps de rejoindre sa véritable famille, qui elle, ne lui ferait jamais défaut au profit d’un quelconque pouvoir ou autre place de roi du monde. L’hybride n’était qu’un petit serpent qui ne cessait de se mordre la queue continuellement, tant il répétait les mêmes erreurs depuis des décennies, en ayant la certitude que ses proches le suivraient jusqu’à la nuit des temps. Il en avait bien profité, mais toute bonne chose avait une fin, et ce dernier venait de se péter la gueule, se mangeant les marches au bas du trône sur lequel il avait tenté de grimper sans y parvenir. Pour Cassandra, ce type n’était qu’une grosse blague, se croyait au dessus de tout et surtout de tout le monde, au point d’être le contraire de ce qu’il avait sans doute rêvé enfant, à savoir aimé, chérit et adulé. Aujourd’hui, il était le mec le plus détesté de la planète, et pour quelqu’un qui prétendait n’avoir peur de rien ni de personne, monsieur ne brillait pas devant son beau père, en témoignait ces nombreuses années de cavale où tremblant comme les feuilles d’un arbre en automne, il le fuyait. S’il est fait du mal à Kol, Rebekah, Cassie ou toute autre personne nous étant chères, je ferai de ta vie un véritable enfer, si ce n’est supplice en me tenant aux côtés de notre père. Qu’importe le prix que je devrai payer pour cette alliance, je te prie de croire que tu embrasseras la mort tel que tu l’as longuement souhaité, mais elle demeura moins douce que tes songes auprès d’Esther. En attendant, j’imagine que tu ne m’en voudras pas, quant à nos précédentes querelles, de faire authentifier cette pierre avant de te faire pleinement confiance.

-Si tu doutes de moi, ce qui est légitime étant donné mes dernières actions à votre encontre, alors fais la estimer par qui tu voudras. Tout il advient que la menace que notre mère était encore n'est plus, elle est bloquée de l'autre côté sans aucune autre alternative que d'attendre la fin des temps.

-Bienvenue à la maison Finn. Encore juchée sur son piédestal, les paumes logées à ses hanches, elle pencha doucement la tête sur le côté en observant Elijah puis Kol, en une attitude qui voulait tout dire.

- Il est sérieux ? Soupira t-elle exaspérée par la gentillesse dont il faisait preuve, alors que, si ça n’avait tenu qu’à elle, elle lui aurait rivé son pied au cul pour le faire déguerpir aussi sec. Cependant, n’étant aucunement une membre officielle de cette famille, ce brun nullement son frangin, Stewars n’avait à s’opposer à cette décision, et si vraiment sa présence le chagrinait, n’avait qu’à regagner son manoir pour y couler de meilleurs jours, en emportant bien évidement dans ses bagages son précieux trésor. Néanmoins, elle pouvait quelque peu comprendre ce désir profond qu’éprouvait le costard cravate, que de reformer son clan originel, car lorsqu’elle était humaine et encore parfois aujourd’hui sans le piper, elle ressentait ce manque qu’avait laissé ses parents à leurs décès en sa poitrine. La rouquine n’avait jamais véritablement eut d’entourage, son père était décédé très tôt, sa mère l’avait suivit quelques années plus tard, alors qu’elle n’était âgée que de quinze ans. A son époque, les enfants n’étaient que très peu pris sous des ailes protectrices d’un Etat, s’ils ne voulaient pas mourir de faim ils se devaient de travailler, et c’était exactement ce qu’elle avait fait avant de rencontrer Gregory Stewars, l’empaffé l’ayant ensorcelé.  

-Enterrons la hache de guerre par la même occasion. Cette chose n'a créé que trop de discorde, il me semble judicieux de nous en débarrasser, comme de tout ce qui nous rappelle une chose essentielle, Klaus a eu sa chance, il l'a piétiné au profit de stupides désirs impérieux, et il a perdu le peu d'estime que certains d'entre nous avaient encore à son égard.... Dédaigneusement elle baissa le regard sur la paume qu’il lui tendait. pour toujours.... Et à jamais.

- Rohhhh…. Soupira t-elle en basculant brièvement la nuque en arrière pour ensuite glisser sa paume au cœur de la sienne. Je t’aime pas beaucoup mais j’veux bien faire un minuscule effort. Là, elle pressa brusquement ses doigts sans lui faire mal, le tirant en avant pour ancrer son regard au sien. Cependant, je garde mes jolis yeux dans le dos, alors, si tu me fais un coup de pute Finn… Sourit elle grandement en plissant du nez. J’serais pas aussi sympa qu’Elijah ou Rebekah. Bienvenue chez les vampires. Conclut elle en relâchant sa main. Donc tout doit disparaitre ? Interrogea t-elle subitement intéressée. Chouette ! S’écria t-elle heureuse en quittant son perchoir pour rouler sa langue dans sa bouche afin de siffler son jouet gracieusement offert par son chéri. LEA !!!!! Héla t-elle en empoignant des bibelots et autres objets de valeurs qu’elle colla sur le drap dont elle replia les pans sous le regard intrigué d’Elijah. Si ça t’éclate de tout lancer par la fenêtre fais donc ! Dit elle en haussant des épaules. Moi je préfère encore organiser un petit parcours dans le jardin, genre kermesse, tire à la carabine, lancée de conserve, jet de caillasse avec une fronde, peut être même jeté d’humain, bref, ce qui me passera par la tête, mais j’ai déjà joué au golf ce matin ! Souffla t-elle en un sourire amusé tandis qu’elle collait le tout dans les bras de la jeune fille.


code by © Lancy Orca de http://www.artsoul.fr/




-Cassie Stewars-


Revenir en haut Aller en bas
Kol Mikaelson

avatar
Messages : 80
MessageSujet: Re: Welcome home Brother Dim 28 Aoû - 19:36


   
Welcome home brother

-Je te suis attentif… De quoi s’agit il ? C'était parti pour écouter, ou pas, après tout il n'avait nul besoin de tendre l'oreille pour savoir que ce qui quitterait la bouche d'un traître ne serait en rien palpitant cependant, ses premières pics, visant à rabaisser les plus impulsifs de la pièce, furent immédiatement remises à leur place par une voix bien plus agréable que ne le serait jamais aucune autre à ses tympans.

-Oh par pitié épargne nous tes leçons moralisatrices t’es hyper mal placé pour en faire… et puis… pour ta gouverne la diplomatie non plus… la preuve…  Cette appartée de Cassie l'invita à fendiller les lèvres en un regard entendu à celui auquel elle dédiait ses sages paroles. J’allais parler des guerres mais…  Tu l’ignores t’as passé les trois quart de ton temps au fond d’un cercueil ou-ps...

Amusé que sa sulfureuse vampire pusse ainsi se démarquer là où il aurait été aisé de lui démontrer qu'elle n'avait aucun lien de sang, ni de mot à dire, Kol ne réprima nullement son sourire satisfait, préférant alors ancrer une main à la taille de sa divine créature sanguinaire pour ensuite laisser son dos heurter le mur voisin, une de ses oreilles demeurant somme toute attentive à ce que débitait Finn dans l'unique but, l'imaginait-il pour ne lui vouer aucune confiance, amadouer le plus sensé de leur frère. Visiblement ce bout de caillasse, peu importait sa provenance, était là l'assurance même que leur « adorable et bien aimée » maman ne leur nuirait plus jamais. De gros mensonges sans nul doute, après tout l'aîné de la fratrie n'avait toujours eu d'yeux que pour Esther, pourquoi Diable changerait-il son fusil d'épaule après avoir quitté le voile ? Voile qui, très certainement et d'après lui, n'empêchait plus non plus cette furieuse sorcière de revenir achever ce qu'elle avait orchestré des années plus tôt avant que son fidèle petit pion ne se fasse lâchement, mais par bonheur pour le restant de la famille Mikaelson, exécuter par ce bon Matt Donovan. A cette pensée, Kol ne sut réprimer un rictus, cette nuit là le petit serveur avait été touché par la grâce, d'autres en revanche, il n'avait été que l'ombre d'un Guignol facile à influencer et à manipuler, lui ayant rendu de joyeux services quant à sa vengeance auprès de Gilbert.

-La première chose que m’a dite père en m’apprenant le maniement de l’épée fut la suivante : Soit proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis. La tournure des choses penchait en sa faveur, du moins c'est là ce qu'imaginait le cadet, semblant décrire le mot ennemi -présent dans la réponse de son frère- comme la manière que ce dernier avait d'entrevoir ce qui demeurait somme toute un membre de leur famille. Aujourd’hui, je n’ai pas la prétention de te traiter en tant que tel, car il ne serait pas juste de ma part, vu les nombreuses chances que j’ai offerte à Klaus, de t’en priver d’une dernière à ton tour, si vraiment tu es en quête de rédemption. Mais là, en revanche, Kol roula des yeux. Cependant, je vais corriger une erreur que j’ai commise auprès de lui, celle de te mettre en garde comme j’aurai du le faire avant de lui tourner le dos il y’a quelques jours.  S’il est fait du mal à Kol, Rebekah, Cassie ou toute autre personne nous étant chères, je ferai de ta vie un véritable enfer, si ce n’est supplice en me tenant aux côtés de notre père. Qu’importe le prix que je devrai payer pour cette alliance, je te prie de croire que tu embrasseras la mort tel que tu l’as longuement souhaité, mais elle demeura moins douce que tes songes auprès d’Esther. Elijah avait donc envoyé paître le chien de prairie incapable d'être loyal envers les siens, mais il escomptait offrir le bénéfice du doute au patin face à eux... Suspicieux, le cadet sourcilla, fouinant alors dans ses plus anciens souvenirs pour y trouver ce qui aurait pu inviter leur frère à ainsi faire preuve d'indulgence auprès de Finn, laissant ainsi la conversation s'achever sans qu'il n'y prenne plus attention. Rien ne lui vint, sans doute car il n'avait jamais pu apprécier véritablement le plus sérieux, trop sans doute, de leurs frères, celui qui gardait un abris dans les jupes de leur mère au point de lui rapporter la moindre chose concernant le plus jeune qui, à l'époque, n'était encore qu'un gosse friand de vivre. Bienvenue à la maison Finn. Nous étions entrain de nous séparer d’encombrants… Libre à toi de te joindre à nous. A l'instant, Mikaelson revint à lui, prenant conscience de l'invitation qu'Elijah donnait à ce traître pour vaquer librement dans une demeure qui leur appartenait à eux, eux les membres fidèles d'une fratrie décimée depuis des années sans qu'on s'y soit penché plus tôt.

-Il est sérieux ? Pas un mot ne quitta ses lèvres, il lui semblait que l'acide engorgeait ses papilles, parler, répondre, équivaudrait donc à faire saigner celui qu'il toisait d'un regard amer et sombre, celui qui, malgré tout ce qu'il avait fait, obtenait droit à la rédemption que lui seul ne lui aurait jamais accordé. Ce dernier se redressa alors puis fit quelques pas vers eux, lui l'intrus, le vilain petit canard qui ne désirait encore lui faire confiance car la rancœur était profondément ancrée en lui et qu'il lui était impossible d'en faire fie.

-Enterrons la hache de guerre par la même occasion. Cette chose n'a créé que trop de discorde, il me semble judicieux de nous en débarrasser, comme de tout ce qui nous rappelle une chose essentielle, Klaus a eu sa chance, il l'a piétiné au profit de stupides désirs impérieux, et il a perdu le peu d'estime que certains d'entre nous avaient encore à son égard... Cette main tendue, Kol n'avait aucunement l'intention de la saisir jusqu'à l'entendre prononcer ce qu'ils s'étaient jurés autrefois. pour toujours.... Et à jamais. Cassie elle, dont le cœur était bien présent même s'il n'apparaissait que peu, glissa les doigts aux creux de ceux de Finn puis, le regard de ce dernier revint le toiser alors qu'elle lui délivrait ses dernières recommandations et mises en garde pour s'intéresser aux babioles, qui prenaient la direction des ordures, en hélant son sbire attitré.

-T'imagines quand même pas que j'vais te serrer la main, ou pire encore te prendre dans mes bras ? Ricana-t-il alors que Lea débarquait pour servir de brouette vivante à la femme qu'il aimerait jusqu'à ce que l'éternité ne soit plus qu'une autre vie bien différente de celle qu'il vivait actuellement. Là, un rictus quitta ses lèvres, Kol décroisa les bras puis flanqua son épaule dans le membre encore tendu de son frère avant de faire volte face, marchant à reculons, en écartant les bras. Un accord c'est suffisant, mais les caresses de chien ramènent des puces c'est bien connu, j'vais simplement m'éviter une énième déception. Lui glissa-t-il en un sourire avant d'agripper sa paume, brusquement et sans prévenir, pour le ramener à lui avec force et détermination. Je me méfie de toi, je me méfierai toujours de toi, je ne te porte pas du tout en estime, tu n'es rien, ne l'oublie pas et bon séjour mon frère. Lâcha-t-il au creux de son oreille avant de lui sourire, d'emporter quelques babioles, d'embrasser le cou de sa belle en un dernier regard sombre à l'encontre du traître des lieux, puis de disparaître sur les traces de cette dernière. Joins toi à la fiesta de Cassie Elijah, tu es le bienvenu. Lança-t-il dans les couloirs en s'éloignant de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Welcome home Brother

Revenir en haut Aller en bas

Welcome home Brother

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Résidence Mikaelson-