RPG
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Jeu 13 Juin - 13:37






La maison au bord du lac ... Plus jeune la famille Gilbert se réunissait dans cette petite maison de vacances lorsque l'occasion de présentait afin de partager des instants uniques loin de tous les troubles que représentait Mystic Falls: le travail, les cours, tout semblait très loin lorsqu'ils venaient dans ce lieu calme et paisible en tous points. La dernière fois qu'Elena s'y était rendue, c'était afin d'aider son petit frère à contenir sa haine envers les vampires, lui le chasseur avisé et elle la pauvre humaine qui ne pouvait que le soutenir moralement. Et puis il y avait eut Stefan aussi, beaucoup de souvenirs de leur couple résidaient en ces lieux, des moments romantiques, heureux que la belle se refusait à ressasser. Désormais il ne restait plus rien de ce charmant vampire qui avait fait battre son cœur, plus aucun sentiments mis à part une profonde tristesse quant à ce qu'il était devenu par sa faute. Assise près du nouvel élu de son cœur, la jeune femme voyait peu à peu la maisonnette se dessiner devant ses yeux tandis qu'ils slalomaient sur le chemin terreux encadré d'une forêt des plus dense. C'était lui qui avait eut l'idée de passer le weekend ensemble, juste eux contre le monde. Cette idée l'avait immédiatement enjouée après les passages à vide dont elle fut victime: complots, disputes et sorties alcoolisées devenaient son pain quotidien et cela commençait réellement à la lasser. Ce dont elle avait besoin, c'était de calme et de repos afin de retrouver le Damon qu'elle aimait. Rares étaient devenus les moments passés ensemble, et l'idée même de l'avoir rien que pour elle deux jours entiers lui redonnait le sourire.

Le soleil matinal éclairait de sa couleur orangée l'immensité d'eau qui bordait la bâtisse. Enfin il se parqua devant le parterre d'herbe et ce fut la petite Gilbert qui sortit la première, détendant ses membres engourdis par le trajet trop long à son gout. Tout sourire elle posa ses mains sur les hanches et observa le magnifique endroit: les oiseaux entonnaient leurs chansons journalières, le vent faisait bruisser les feuilles des nombreux arbres et le clapotis des vaguelettes sur la surface du lac lui faisaient déjà beaucoup de bien au moral. Après la mot de ses parents, la belle avait hérité de cet endroit qu'elle partageait avec Jeremy lorsque ce dernier ressentait le besoin de s'isoler de ses problèmes divers et variés. Enfin elle entendit la portière de Damon claquer et se retourna, le visage radieux. Certes il continuait ses petits complots de son côté mais elle l'aimait éperdument et comptait bien profiter de cet instant tranquille pour lui tirer les vers du nez avec tact. "Que j'aime cet endroit" dit-elle en se dirigeant vers le coffre où se trouvait son sac. Le mettant en bandoulière sur son épaule droite elle sortit les clés de sa poche et ouvrit la porte en bois qui grinça légèrement "Après vous monsieur Salvatore" lança-t-elle afin que ce dernier ne reste pas bloqué à la porte sans possibilité d'entré. Là dessus le couple s'engouffra dans le demeure qui pinça le cœur le jeune femme à la vue des nombreuses photos dont une qu'elle préférait faire disparaître immédiatement. Elena posa son bagage sur le sofa face à la cheminée et marcha en direction du petit cadre posé sur le rebord de cette dernière: une photo heureuse de Stefan et elle, un lointain souvenir qui n'avait plus lieu d'être. La jolie brune le prit dans ses mains, observant leurs visages rayonnants avant de jeter sans vergogne le vestige d'un amour passé dans la poubelle non loin. 

Puis elle se retourna et sursauta en voyant Damon face à elle, son regard azure rivé sur elle. Sans jamais se défaire de ce magnifique sourire, Elena posa ses bras autour de son cou et pressa son corps contre le sien, déposant un doux baiser sur ses lèvres "nous avons deux jours devant nous ... une idée de ce que l'on pourrait faire tous les deux?" demanda-t-elle, sournoisement. La jeune femme était aux anges dans un lieu qui lui était familier en compagnie de celui qu'elle aimait, que demander de plus? Elle s’apprêtait à passer un moment des plus agréables et bien que l'éternité lui tendait les bras elle voulait rattraper le temps perdu de ces dernières semaines avec son vampire, son âme sœur, son amour. La petite Gilbert appréciait beaucoup l'initiative de ce dernier quant à ce weekend en tête en tête, mais ce qu'elle ne savait en revanche, c'était qu'une idée bien précise était encré dans son esprit, une idée qui allait beaucoup la surprendre ...


Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Jeu 13 Juin - 14:17


De la verdure à perte de vue, conifères, arbres centenaires -voir plus âgés- fougères et mousse, recouvraient les deux bordures de route sur laquelle, la Chevrolet convertible filait en direction d'un lieu que Salvatore n'avait pu voir qu'une fois : La maison du lac des Gilbert. La première et dernière fois qu'il s'était rendu là bas, c'était suite à un appel de son frère pour qu'il lui apporte la dague et ainsi, qu'Elena puisse enfoncer cette dernière dans le cœur d'un des Mikaelson, malheureusement ce n'était pas le plus à craindre. Depuis, ce vampire de plus de mille ans, avait été maintes fois ressuscité et tué, une vieille histoire qui n'amusait plus notre beau brun depuis bien longtemps désormais. Cette fois, il laissait les soucis quotidiens s'évader et céder place à des moments plus paisibles avec sa jeune moitié, du moins paisible était vite dit lorsqu'on savait ce qu'il avait derrière la tête. Damon avait insisté pour être seul avec elle, depuis maintenant une bonne semaine, la jeune fille se sentait délaissée au profit des manigances de son vampire, ce qui n'était pas ce qu'il voulait, lui qui lui avait demandé de le suivre éternellement ne pouvait décemment pas l'abandonner pour élaborer un plan en vue d'éliminer Klaus, non, elle n'avait pas tort : n'étant plus humaine, sa fragilité n'était plus aussi pesante. Il avait tout de même fallu quelques jours à Salvatore pour qu'il entendre raison et se décide à faire ce qu'il allait faire, c'est donc avec un immense sourire -et quelques magouilles bien dissimulées- qu'il avait demandé à Elena ne lui consacrer son week end et la jeune femme avait décidé de l'amener ici.

Le chemin de gravillons craqua doucement sous les pneus du véhicule lorsqu'il stoppa sa course devant la demeure de chêne. Autour de la bicoque, se trouvait un lac charmant, un bois immense et le chant des piafs donnait à ces lieux un ton romantique, soudain, Damon comprit mieux pourquoi Stefan avait adoré, malgré l'apparition soudaine d'Elijah, passer du temps avec elle ici. Cette pensée lui arracha une grimace tandis que la brunette quittait la voiture pour admirer sa seconde habitation. Sans un mot, Salvatore s'extirpa de l'habitacle et claqua la portière considérant, les yeux plissés par les rayons du soleil matinale, l'endroit qui serait le lieu de bien des souvenirs. "Que j'aime cet endroit" Ravalant sa jalousie maladive concernant les instants qu'elle avait pu passer avec son frère ici, Damon esquissa un sourire tout en lui ouvrant le coffre de la bagnole, les fesses posées sur l'encadrement de ce dernier, toujours aussi perdu dans cet océan de pensées peu orthodoxes. Il laissa échapper un "Hum..." innocent, histoire de ne pas paraitre trop renfermé, empoigna ensuite les deux sacs qui restaient et suivit la jeune fille sur le seuil. Immédiatement en franchissant la porte, Elena l'y invita et se dirigea dans le salon après avoir déposé son attirail de fille. Comment pouvait-on prendre autant d'affaires futiles pour deux jours? Damon n'y comprendrait jamais rien, des habitudes de filles en somme. Avec un calme olympien, déposant à son tour les bagages emportés, il dépeignit les lieux avec attention. Sur les murs, des tas de photos des parents adoptifs de la jeune fille, de son frère, des choses qu'on pouvait trouver sur chaque murs de maisons de familles aimantes, rien de bien folichon, mais cet endroit apaisa Salvatore car enfin, Elena lui dévoilait une partie d'elle qu'il ne connaissait pas, elle lui ouvrait les portes de sa vie.

Alors qu'il prenait enfin ses aises dans la demeure, soudain il entendit la jeune fille se muer dans un triste mutisme, sans un mot, Damon se logea derrière elle, fixant avec peu d'entrain le cadre doré qu'elle tenait entre ses mains : Stefan et elle. Un sentiment de regret se logea alors dans l'être du vampire, l'aimait-elle encore? Le fait qu'elle soit tel que lui désormais n'avait-il pas changé les sentiments qu'elle éprouvait pour son frère à l'époque? Même si Damon en avait toujours voulu à ce dernier pour ce qu'il l'avait obligé à faire, il n'avouait pourtant pas qu'il lui manquait, mais c'était bel et bien le cas, le Stefan de cette photographie lui manquait terriblement. Comme blasée de cette époque, Elena balança le cadre dans la corbeille à cendres près de la cheminée et fit volte face, les yeux rivés dans l'acier liquide de ceux de son petit ami. Surprise, elle ne dit rien et, comme pour le rassurer sur ses sentiments, entoura des mains la nuque fraiche et puissante du beau brun avant de l'embrasser tendrement.

"Nous avons deux jours devant nous ... une idée de ce que l'on pourrait faire tous les deux?" Un air mutin se logea sur son visage enfantin tandis que Damon gardait de sa neutralité avant de sentir doucement la chaleur au bas ventre de la belle s’insuffler en lui. Là, il se dérida quelque peu. Déposant un baiser dans le cou de la jeune fille, il lui saisit le poignet et la plaqua dos contre son torse."Te faire oublier les mauvais souvenirs de ces lieux..." Souffla-t-il. "Te faire l'amour comme un damné, des heures et des heures... Tu aimerais ça?" Ce murmure pouvait lui donner la chaire de poule tant il était suave et emplit de désir, elle répondit et Damon la repositionna face à lui. "Si tu es capable de subir ce que j'te prévois alors on fera ça oui... En revanche si tu t'endors tant pis!" Cette dernière phrase, le vampire la ponctua d'un pincement de lèvres en écarquillant les yeux. Lâchant ensuite la demoiselle, il se dirigea vers le plus gros des sacs laissés sur le seuil et glissa la fermeture éclair avant de saisir un objet contondant qu'il envoya dans la direction d'Elena. "On va faire un truc que Stefan ne t'a jamais fait faire... Alors partante?"



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Jeu 13 Juin - 20:26




Elena haussa un sourcil interrogateur lorsque son vampire adoré mit une condition à leurs effusions d'amour qu'elle attendait avec ferveur. Tout en la lâchant Damon se retourna en direction de ses sacs et se mit à fouiller activement, la gratifiant d'un regard amusé face à l'attente de sa belle. Plongée dans son incertitude, les bras croisés, elle l'observa jusqu'à ce que finalement il lui balance un objet avant de lui affirmer non sans un sourire en coin qu'il lui ferait faire ce que jamais Stefan ne lui avait fait faire auparavant. Faisant bouger l'arme entre ses mains, la belle la regarda sous tous les angles avant de la soupeser puis de parfaitement la prendre en main. Ainsi c'était de cela qu'il était question, elle qui pensait pouvoir lambiner auprès de son cher et tendre se voyait obligée de s'entraîner avec les même armes qu'Alaric lui avait fournis étant humaine: d'ailleurs ce devait certainement être les mêmes. "Un entrainement? Maintenant? On vient à peine d'arriver Damon ..." Dit-elle en le fixant, accablée par ce qui l'attendait. Puis la jolie brune se mit à sourire, un sourire carnassier qui signifiait qu'elle daignait bien se prendre au jeu "mais ne viens pas te plaindre si je te fais mal!". Là dessus elle quitta la maisonnette avec la vitesse caractéristique des vampires et se planta à l’orée des bois, le regard défiant. Autrefois celui qu'elle considérait comme son père lui avait appris qu'une arme n'était autre que le prolongement du bras, mais cela était-il encore valable maintenant qu'elle était devenue une vampire? Ses réflexes devenaient certes plus rapides, mais cela changeait-il la donne par rapport à son entrainement en tant qu'humaine? Pour le savoir, il n'y avait pas trente milles solutions: elle devait défier le beau vampire avec tout ce qu'elle avait dans le ventre. 

En plus de se souvenir de ce que lui avait inculqué Alaric, Elena devait mettre à profits ses nouvelles qualités vampiriques, c'est à dire vitesse, force et agilité. Telle une redoutable guerrière face à une proie aussi dangereuse que puissante, la belle se posta en position d'attaque, les pieds parfaitement positionnés sur le sol recouvert d'herbe. Son visage était totalement fermé, hermétique à toutes émotions, seul son but lui importait: prouver à Damon qu'elle était toute aussi capable que lui de se défendre. Soudain ce dernier lança les hostilités, balançant un pieu en bois que la jeune femme n'eut aucun mal à rattraper avant qu'il ne percute son ventre. Ni une ni deux elle le lui renvoya avec une force et une précision qui l'étonnaient, comment arrivait-elle a faire cela à mains nues? L'heure des questions n'ayant pas encore sonné, Elena se rua vers la gauche, évitant ainsi un coup de la part de son vampire qui semblait s'en donner à cœur joie. Dans sa fuite, la petite Gilbert réfléchissait à un plan d'attaque, une façon de faire tourner les choses en sa faveur ... D'un bond elle sauta dans un arbre, debout la main posée sur l'une des branches "alors mon ange, on se fatigue?" demanda-t-elle avant de disparaître. Courir ainsi pouvait durer des heures: aucun point de côté, aucun essoufflement, mais ce n'était en rien une solution. Dès lors la belle fit volte face et courut aussi vite que possible en direction de Damon, le plaquant par terre. Ses yeux rivés dans les siens elle fit mine de lui déposer un baiser sur ses lèvres mais au lieu de cela elle lui donna un coup de genoux dans les côtes avant de rejoindre la maison: l'énerver était le meilleur moyens de voir jusqu'où elle pouvait tenir.

Comme escompté le jeune homme ne tarda pas à la rejoindre, tous deux se faisant face à une distance de deux ou trois mètres. "Sans rancune?" demanda-t-elle avant de prendre son visage de vampire. Damon lui infligea un coup sur son bras nu qui la fit grogner mais portée par son élan Elena ne se stoppa guère et contourna l'ainé Salvatore avant de lui placer son arme sous le cou, satisfaite. Sans crier gare la jolie brune planta ses crocs dans son cou, sentant le flux vital de son bien aimé se répandre dans tout son être: une façon agréable de lui montrer qu'elle savait prendre les devants. Cependant ce dernier ne semblait pas avoir dit son dernier mot et en un instant elle se retrouva dos à terre, surplombée par cette beauté fatale pour qui elle se languissait. "J'imagine que c'est le moment où tu portes le coup fatal?" dit-elle, certaine que la partie n'était pas terminée.




Dernière édition par Elena Gilbert le Jeu 13 Juin - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Jeu 13 Juin - 21:41


Damon comprit soudain le double sens de ses propos et sourit d'amusement, c'était bien digne de sa personne, ainsi faire miroiter des choses qui n'avaient tout bonnement aucun rapport entre elles. De nouveau droit comme un "i", face à la demoiselle qui auscultait son nouvel attirail, il allait enfin savoir si oui ou non il avait eu tort d'ainsi la sous estimer. Ça ne tarda pas d'ailleurs, car en un courant d'air typique de l'hyper propulsion propre aux vampires, -pas moins sans avoir rechigné avant- la jeune femme lui faussa compagnie pour l'attendre aux abords de la forêt. Un sourire significatif se logea sur les lèvres de Damon qui n'attendit pas plus et se saisit d'un pieu, tout ce qu'il y avait de plus banal, pour l'affronter sans la ménager. Il fallait qu'il sache, il devait savoir si il pouvait lui donner ce rôle qu'elle désirait tant, si elle pliait face à lui, alors qu'en serait-il face à un Originel ou encore un hybride? En imaginant la jeune femme aux prises avec Klaus, la rage monta plus que de raison en lui, sans mesurer son geste, Salvatore envoya, à vitesse folle, l'arme de bois qu'il tenait en main. Le pieu siffla dans les airs et termina sa course rapide dans la paume droite de sa belle, ce qui le fit sourciller, il avait certes mal jugé la jeune fille, mais ce n'était qu'un début quant à ce qui allait suivre.

Déstabilisé face à la dextérité de la brunette, Damon en oublia presque ce pourquoi ils étaient venus ici et lui laissa assez de temps pour lui renvoyer l'arme, qu'il eut juste le temps d'esquiver en inclinant la tête, pour que celle-ci se fixe avec force dans les demis rondins qui constituaient la structure de la demeure. Soufflé par la force d'Elena, le vampire considéra alors ce qui aurait bien pu le transpercer et rit un instant, revenant à elle, mais dans cette fraction de seconde inattentive, elle avait filé, simplement le bruissement des feuilles lui indiqua alors où elle s'était planquée. "Alors mon ange, on se fatigue?" Immédiatement, Salvatore releva le menton dans la direction que lui indiquait le timbre de sa voix. Elle jouait et semblait y prendre plaisir, une chose qu'il ne pouvait pourtant pas concevoir, du moins pas pour l'instant, si elle se retrouvait face à un ennemi, quel qu'il soit, elle devrait considérer ses moindres actions et non pas jouer avec sa proie, mais, voyant qu'elle ne ronchonnait pas, contrairement à ce qu'il aurait pu penser, Damon allait la laisser faire pour le moment et lui prouvait qu'elle n'était pas au meilleur de ses performances, lorsqu'elle aurait le malheur de baisser cette faible garde. Sans répondre, il continua dans sa lancée, se rua contre l'arbre qu'il escalada sans mal, cependant, Elena l'avait encore une fois devancé, elle le percuta avec une force herculéenne puis le surplomba, sûre d'elle et féline comme jamais, lui faisant miroiter un baiser factice qui se termina en une douleur intense au flanc alors qu'il n'avait pu gouter aux pétales délicats de la jeune femme. Une fois encore elle disparut, dans la demeure cette fois, tandis que lui reprenait son souffle, elle ne ménageait pas ses coups mais Salvatore n'était toujours pas satisfait, essayait-elle de le préserver? Ce n'était pas ce qu'il désirait bon sang!

Se redressant, faisant mine de dépoussiérer sa chemise sombre, impérieux, le beau vampire la fixa, depuis sa position. Vif comme l'éclair il se rapprocha jusqu'au hall d'entrée, ils étaient là, tout deux face à face à se toiser avec une lueur propre à chacun dans le regard, dans celui de la jeune fille on pouvait y lire la satisfaction d'avoir soumis son "ange" comme elle l'avait dit. Mais, dans les iris glaciales de Damon, il en était tout autre, lui avait la hargne, visualisant devant lui, une toute autre personne que la jeune fille qu'il protégerait contre vents et marées. "Sans rancune?" Ca y était, elle venait de baisser sa garde, chose à ne jamais faire, ce n'était pas un jeu qu'il lui proposait mais bel et bien un combat duquel il voulait qu'elle sorte vainqueur et non pas battu pour ensuite s'adonner à des choses plus plaisantes. Les mains rivées sur les joues de son homme, Damon la fixa avec fièvre, pas celle du désir, non, bien celle de la rage. Immédiatement et sans la ménager, ni même retenir sa force, Salvatore lui colla le poing sur l'avant bras pour lui faire lâcher prise, avait-il cassé l'os? Pas forcément puisque rien n'avait sembler craquer sous le choc, surprise sans être pour autant affectée, la jeune fille lui planta alors les crocs dans le cou, encore un geste qui ne tuerait pas un originel ni même un hybride et que dire d'un simple vampire? La douleur ne le fit pas gronder, il aimait qu'elle s'abreuve de son fluide, mais pas ici, pas maintenant pour lui insuffler l'envie de passer à autre chose!

Subitement brutale, Damon la repoussa quitte à s'arracher quelques lambeaux de chair car elle buvait encore, le sang dégoulinait de ses lèvres et un filet rougeâtre macula rapidement le tissu sombre de la chemise de son vampire. A son tour, vivement comme le lui permettait sa condition, Damon envoya sa paume dans la poitrine de la belle, le souffle coupé, Elena vacilla sous le choc avant qu'il ne lui encastre, sans tact aucun, le dos contre le parquet. Un léger nuage de poussières les entoura tandis qu'il la fixait comme un tueur observait la proie à sa merci. "J'imagine que c'est le moment où tu portes le coup fatal?" Damon ne rit pas, ne sourcilla pas le moins du monde, dans son regard, la belle aurait pu y lire toute la haine qu'il portait envers Klaus, à ce que cette saloperie avait fait subir à celle qu'il menaçait à l'instant, combien il aurait été facile de le tuer pour lui s'il avait s'agit de lui, et non d'elle, entre ses mains. Dans un mouvement fluide et aussi rapide qu'elle n'eut que le temps d'esquisser un sourire de complaisance, Damon empoigna l'arme de bois dans la poche arrière de son jean et la lui planta dans les côtes. Le sang fusa de lui même sous le cris de douleur de la jeune fille, il fallait cela pour qu'elle comprenne, il devait le faire et attendait alors sa réaction. Lui ne la ménagerait pas, l'Originel ne le ferait pas, l'hybride, le loup et le vampire non plus, il ne jouait pas, il n'avait rien de Stefan et Alaric avait déjà mis en garde cette élève peu concentrée. Pour éviter de lui infliger plus de souffrance, Damon retira sèchement le pieu de la blessure qui se referma presque aussitôt puis, fronça les sourcils tout en se redressant, l'emportant dans son geste pour la remettre sur pieds.

"Si tu veux avoir une chance!" Tonna-t-il sans retenu, il ne criait pas mais le ton de sa voix était rauque et sec, comme lorsqu'il avait quelque chose d'important à lui dire. "Alors bats toi, ne t'amuses pas à parler ou narguer ton ennemi, ça ne le rendrait que plus hargneux et il te tuera sans aucun soucis parce que tu auras passé plus de temps à imaginer ta prochaine réplique, qu'à anticiper ses coups!" Ouvrant ensuite le sac encore plein, près de celui des armes que Rick lui avait prêté, Damon sortit une poche de sang et la lui envoya sans aucune douceur. "J'attends mieux de toi! Alors si tu veux passer des moments plus sympas, évites de te prendre pour Buffy et donnes toi à fond Elena." Le regard sombre, Damon dévia les yeux sur la tâche de sang sur le top de la jeune fille puis revint alors sonder ses iris. "Tu veux être considérée comme une tueuse et pas comme une gosse fragile??? Alors j't'en prie..." Conclut-il en écartant les bras, les yeux ronds comme des billes. "Prouves moi que tu peux le faire, s'il faut me cribler de bois vas y, mais on arrêtera pas le temps que tu ne m'auras pas immobilisé, maintenant reprends des forces et recommences!"



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Ven 14 Juin - 13:51




Sa chaire semblait se décomposer lorsque, sans crier gare, Damon lui planta un pieu entre les deux côtes. La douleur fut intense, terrible, à couper le souffle si tant est qu'elle en avait encore. Les dents serrées pour ne pas hurler, Elena riva ses yeux rougit par la haine à ceux de son assaillant qui prenait cet entrainement beaucoup trop au sérieux. Quelques secondes plus tard l'objet de sa torture physique lui fut enlevé et la plaie se referma aussi lentement que la douleur s’effaçait. Immédiatement la belle se remit sur pieds, posant une main sur l'endroit troué de son top: comment avait-il osé lui infliger un tel châtiment alors qu'il clamait haut et fort l'aimer? S'entraîner était une chose mais blesser volontairement la personne de son cœur en était une autre, et cela la jeune femme n'était pas prête de l'oublier de si tôt. Ce petit jeu tournait au vinaigre, elle était écœurée par le comportement de son vampire tandis que ce dernier la sermonnait tout en lui balançant une poche de sang. En temps normal Elena se serait jetée dessus pour s'abreuver du liquide précieux, cette hémoglobine qui lui faisait tourner la tête mais sa rage était telle qu'elle n'eut pour seule réaction que de la balancer au visage de Damon, le sien toujours figé en redoutable prédatrice qu'elle était. Puis elle s'empara du tisonnier posé contre la cheminée et s'approcha de lui de sa démarche féline sans jamais le quitter des yeux ne serait-ce qu'une seconde. Lui infliger de telles douleurs était inacceptable, jamais Stefan n'avait posé la main sur elle d'une telle façon et cela ne la rendit que plus morose encore. Une déferlante de sentiments et de sensations s'emparaient de son être mêlant doute, haine, amour et tristesse vis à vis de celui qui se dressait devant elle. "Tu veux de la douleur Damon? Tu veux que je te montre à quel point je peux être aussi mauvaise que Katherine? Une prédatrice?" demanda-t-elle en jouant avec son arme doucement comme pour lui faire comprendre ses intentions. "alors tu n'es pas tombé sur la bonne personne". Là dessus elle balança la tige de fer à l'autre bout de la pièce sans pour autant changer sa position, elle lui faisait face et se sentait trahis au plus profond d'elle-même. "Je ne te blesserai pas, je ne te ferai jamais de mal contrairement à toi. Je suis prête à apprendre ce qu'il me reste à apprendre, je suis prête à m'entraîner mais pas de cette façon, pas si cela signifie devoir porter un coup quel qu'il soit sur toi. Je ne suis pas ce genre de personne, tu te trompes à mon sujet Damon." La belle retint ses larmes et continua d'une voix assurée "j'en ai fini pour aujourd'hui alors tu peux me planter un couteau dans le dos si ça te chante mais je ne toucherai pas à un seul de tes cheveux, jamais! Et tu sais pourquoi? parce que JE T'AIME et qu'il m'est tout simplement impossible de torturer volontairement ceux qui me sont cher ... tu devrais le savoir depuis le temps. Stefan lui au moins ne m'a jamais forcé à me prendre à ce petit jeu mesquin, et c'est tant mieux! Il y a d'autres façon d'apprendre que par la torture." C'en était trop pour la jolie brune qui ne supportait plus l'idée de devoir affronter celui qu'elle aimait dans un combat trop brutal à son gout. Il voulait qu'elle se batte comme s'il s'agissait de Klaus en personne? La croyait-il capable de ne plus ressentir cet amour qui la consumait même lors d'un entrainement? Si tel était le cas alors le magnifique vampire se fourvoyait. "Tu n'es pas Klaus, je ne peux tout simplement pas faire comme si tu étais lui parce que tu n'es PAS lui. Ce genre d'entraînement ne mènera à rien avec moi Damon, tu perds ton temps". Sur ses mots Elena se retourna en direction de la porte d'entrée, une boule douloureuse nouant son estomac. Puis tout en marchant elle lui lui intima "avec ou sans toi, je trouverai cette essence de vie dont vous parlez tant. Tu n'es pas le seul à avoir des informations dessus et n'oublie pas que désormais j'entends beaucoup mieux que lorsque j'étais humaine. Si tu ne me laisse pas vous aider alors je ferais équipe avec quelqu'un d'autre mais ne crois pas pouvoir me mettre à l'écart bien longtemps".

Sans même un regard en arrière la jeune femme sortit de la maisonnette, plus remontée et attristée que jamais. Ce weekend dont elle rêvait tant n'était enfaite qu'un leurre, une douloureuse chimère que son vampire ne semblait pas partager. Ces derniers temps la belle avait besoin de tendresse, elle avait besoin de compter pour quelqu'un or elle n'avait plus ce sentiment depuis cette fatidique dispute à l'hôtel de Ville. Aussi idiots que soient ses doutes, Elena avait l'impression que Damon se jouait d'elle, que cet amour qui les avaient consumé lors de sa transformation s'envolait en un nuage de fumée. Puis elle observa sa bague alors qu'elle marchait en direction du ponton menant au lac: il lui suffirait simplement de l'enlever et de la balancer dans cette eau trouble pour que tout se termine, pour que justice soit faite et que la vie reprenne son cour normal. Elle avait accepté cette nature détestable pour lui, elle avait tout fait pour lui et s'en retrouvait avec un pieu dans le ventre. Doucement elle caressant sa peau désormais lisse où Damon avait porté le coup ... comment avait-il pu? Une larme perla sur sa joue, une unique larme, la dernière très certainement. A quoi bon continuer à se plier en quatre si c'était pour au final ne récolter que des représailles et des sermons de la part de tous? Morte, elle n'aurait pas eu à faire face à ce sentiment d'abandon. Un léger sourire se peint sur ses lèvres lorsqu'elle posa les yeux sur l'immensité d'eau, le paysage était fabuleux bordé d'arbres à perte de vue et de collines verdoyantes, un endroit propice pour une fin. Assise sur le rebord de bois, les pieds dans le vide, Elena continua à observer sa bague de jour et se remémora chaque souvenir passé ici: ses parents, son frère, Stefan ... Elle les garderaient à jamais encrés en elle et c'est les yeux fermés qu'elle commença à se défaire de ce bijoux qui ne lui apportait que malheur. La jeune Gilbert avait cru voir une éternité de rêve se dresser devant elle, mais c'était bel et bien le malheur décuplé de façon désagréable qui lui tendait les bras. Son humanité prenait le dessus sur ses instincts de prédatrice, rendant chaque sentiments beaucoup plus fort ... trop fort. Elle était à bout et ne voyait plus de solutions face à son désarroi.


Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Ven 14 Juin - 14:52


Damon n'avait tout bonnement pas mesuré les conséquences de ses actes, du moins c'est ce que n'importe qui aurait pu penser en le voyant là, aussi haineux que possible face à celle qu'il aimait. Les yeux glacials, il écouta alors les jérémiades d'Elena, en un point elle avait saisit une chose, on ne lui ferait pas de cadeau et s'attendait à ce qu'elle soit à la hauteur si elle voulait affronter Klaus un jour ou l'autre, elle l'avait entendu oui, mais de là à s'exécuter il y avait encore du travail. Tandis qu'elle hurlait qu'elle ne le blesserait pas, qu'elle refusait de lui faire subir ce que Katherine avait pu lui faire, Salvatore songea alors au temps jadis, lorsqu'elle était encore humaine et quand Alaric tentait de l'endurcir. Saltzman n'avait pas eu la tâche facile et Damon s'en rendait compte à l'instant précis, pourtant elle en avait gagné en maturité et en ténacité, au point même de poignarder Stefan alors qu'elle lui livrait un amour incommensurable. Et, ici, malgré l'amour qu'elle portait à son vampire, elle était incapable de le faire, incapable de devenir puissante au point de lui ôter la vie si, par malheur, un jour il venait à s'en prendre à elle sous hypnose ou que sais-je encore. Ce sentiment l'envahit, il doutait, depuis maintenant plus d'un mois, Salvatore doutait qu'elle puisse survivre, qu'elle puisse se défendre s'il venait à disparaître, mais comme à son habitude, il avait préféré garder cela en lui et jouer "les p"tits cons" arrogants, plus fort et plus doué que tout le monde. Malgré la rancœur de la jeune femme, qu'il put lire dans son regard, elle ne laissa couler aucune larme, un signe d'endurcissement notable qui, par delà la tristesse qu'il éprouvait suite à son geste, lui mit du baume au cœur. Elle murissait vite contrairement à ce qu'elle pouvait croire, elle était aveugle en imaginant qu'elle ne valait rien, et lui avait été fou de penser qu'elle n'était bonne qu'à mettre en retrait.

"Avec ou sans toi, je trouverai cette essence de vie dont vous parlez tant. Tu n'es pas le seul à avoir des informations dessus et n'oublie pas que désormais j'entends beaucoup mieux que lorsque j'étais humaine. Si tu ne me laisse pas vous aider alors je ferais équipe avec quelqu'un d'autre mais ne crois pas pouvoir me mettre à l'écart bien longtemps". Dit-elle avant de quitter la maison. Damon resta muet, à quoi bon la raisonner alors qu'elle le pensait capable de la tuer, de la briser ou encore de la torturer comme aurait pu le faire Klaus? Ce n'était pas ce qu'il désirait en venant ici, il voulait qu'elle se batte, qu'elle lutte et prenne enfin conscience de sa nouvelle nature, elle n'avait plus à craindre les choses stupides de l'humanité, plus de maladie, plus de vieillesse, uniquement les faits surnaturels pouvaient l'atteindre, et pourtant ces derniers étaient bien plus dangereux que les problèmes humains... Cependant, l'attitude de la belle démontra à Damon qu'elle gardait encore cette part d'elle même, celle qu'il fallait qu'elle conserve à tout prix pour ne pas devenir un monstre assoiffée de sang et de vengeance. Lui l'avait récupéré après des années de rage, ainsi voilà pourquoi il n'avait jamais tué Petrova, le faire lui aurait rendu son statu de monstre et il en aurait été différent de celui qui faisait face à Elena en cet instant. C'eétait elle qui l'avait fait changé, elle aussi qui avait fait changer Stefan, mais malgré ce qu'elle pouvait penser, Damon savait que c'était la seule chose à faire ce jour là pour qu'elle prenne conscience de ce qu'elle était, de ce que lui était prêt à faire pour sa survie, ce n'était certes pas romantique et bien douloureux, mais les ennemis ne s'étaient jamais faits anéantir à coup d'amour dégoulinant! Quelques choses au delà de l'amour qu'ils se portaient les liaient : la force, la puissance, le caractère, la loyauté, ce n'était pas qu'une question de sentiments, ils étaient semblables bien qu'elle se refusait encore à y croire.

Seul dans le salon, Damon balança contre les briques de la cheminée, la poche de sang qu'elle avait refusé, le plastique épais se perça sous le choc et le liquide tapissa mur et parquet. Furieux, il l'était oui, mais contre lui, jamais il n'aurait fait cela, jamais sauf si c'était pour la convaincre d'abandonner la tentative de suivre le plan suicidaire de son vampire. Il avait donc eu ce qu'il voulait, elle abandonnait et se contenterait de chercher cette fichue fiole par d'autres moyens, ainsi il ne lui nuirait pas en étant près d'elle, oui c'était tout aussi dangereux, mais elle devrait se débrouiller seule si par malheur il lui arrivait quelque chose. Damon savait ses jours comptés depuis la réapparition de certains ennemis, il savait que s'il n'était pas prudent, on le tuerait sans sommation, des tas de personnes rancunières voudraient le voir crever, le voir souffrir même, et le seul moyen d'obtenir ce dernier résultat, était de s'en prendre à la jeune femme, actuellement sur le ponton, qu'il fixait par delà la fenêtre. La blessure qu'il venait de lui faire n'était autre que pour la préparer au fait qu'elle souffrirait à l'avenir, qu'elle souffrirait qu'il puisse ne plus être là, qu'elle devrait pourtant survivre, ce pieu enfoncé dans sa chair lui rappellerait alors combien il souhaitait qu'elle survive et se batte quoi qu'il puisse arriver et ce même s'il venait à être exterminer. Comme à son habitude, Damon avait agit sans prendre le temps de parler, mais face à une femme telle qu'Elena, les mots n'avaient pas autant d'impact qu'une attitude, il avait appris ça à ses dépends lorsqu'il l'avait embrassé la première fois pour savoir si oui ou non elle en serait affectée, lorsqu'il l'avait menacé aussi, apprenant ainsi que ses rancœurs la touchaient bien plus que celles de Stefan... Il avait su grâce à tout cela qu'elle le portait en estime, qu'elle l'aimait bien qu'elle n'avait laissé échappé aucun mot...

Perdu dans ses songes, les yeux toujours fixes sur cette silhouette fine figée sur le ponton, Damon sourcilla lorsqu'une fumée blanchâtre émana du corps de la jeune Gilbert. Pas de doute possible, il avait donc été trop loin et ce qui pouvait en découler de négatif venait de se produire, elle se laissait bruler au soleil. Rapidement, aussi vite qu'il le pouvait, dans une rage terrible envers ce geste et surtout envers lui, Damon arriva à sa hauteur et la saisit par le poignet avant de foncer, elle contre son torse, à l'ombre d'un arbre ou il lui fit heurter le tronc, le regard froid au possible. "Qu'est-ce qui t'prends!!!!!" Hurla-t-il, ne se rendant même pas compte que les sanglots donnaient un autre ton à sa voix. "Tu veux mourir? Tu veux que j'te tue, dis le ça sera moins douloureux que de savoir que tu as mis fin à tes jours à cause de moi!!!!!!" Damon tonnait comme jamais, et, lui pressant le corps contre l'écorce, les doigts rivés au menton de la jeune fille pour qu'elle puisse le fixer sans se défiler, soudain, une larme coula de son œil droit et s'écrasa sur le bras de la belle. "Ne fais pas ça.... Je voulais que tu comprennes, mais pas que tu penses l'inverse de ce que j'ai dit!" Toujours en transe, il relâcha alors son étreinte violente et l'abandonna, les larmes lui rongeaient les yeux, il n'en versait pourtant jamais, elle ne devait pas voir cette faiblesse chez lui, il n'était pas Stefan, elle l'aimait fort et puissant pas à l'image d'un faible... Incapable de reprendre ses esprits, il fit volte face, la même lueur, qu'il avait eu une fois qu'il lui avait planté ce fichu pieux, dans les iris. Rapidement, d'un pas déterminé, il revint vers elle, et pressa ses lèvres contre les siennes en un baiser qui aurait pu ravager tout sur son passage, jamais il ne l'avait embrassé ainsi, jamais il n'avait eu si peur de la perdre à cause de son orgueil. Le vent se leva comme pour tinter cet acte de tendresse, il ne rouvrit pourtant pas les paupières à la suite de cette embrassade de supplication et murmura alors. "Je ne voulais pas te faire de mal, pourtant tu as saisi une infime partie de ce que je voulais te faire comprendre, mais ne fais pas ça Elena... Je t'aime comme un dingue alors, s'il te plait, ne me retire pas la seule chose plaisante que j'ai enfin en ce monde!"



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Ven 14 Juin - 22:17




Une fraction de seconde après qu'Elena ait enlevé sa bague dans l'ultime optique de la jeter au fond de ce lac qui l'avait vu grandir, la belle se retrouva plaquée à un tronc d'arbre, protégée par le feuillage dense créant ainsi une barrière au soleil qui l'aurait sans aucun doute consumé en un rien de temps. Hébétée, elle regarda Damon qui la tenait fermement tout en replaçant correctement son bijou à son doigt fin et tremblant. Une larme s'échappa de ce regard azuré qu'elle adorait tant, et alors qu'il lui hurlait dessus plus par peur que par haine, sa voix se mit à trembler, rendant terriblement honteuse la jeune femme qui une fois encore avait agit de façon plus qu'idiote. Se laissant aller à ses sentiments humains décuplés elle n'avait pensé qu'à elle, à son malheur, sa tristesse sans faire entrer dans l'équation les gens qu'elle aimait et surtout ceux qui l'aimaient. Petit à petit ses brûlure bénignes disparurent pour lui rendre son teint naturellement halé et sa peau de pêche si douce au touché. Si son vampire n'avait pas été là, la belle ne serait maintenant plus qu'un tas de cendres tout comme l'avait été Isobel lors de ce terrible jour au cimetière ... mais était-ce une bonne chose? Voir Damon dans cet état lui fendait l'âme, la faisant lâcher une larme tant la souffrance de l'amour de sa vie la touchait. Cependant elle ne lui pardonnait pas pour autant ce qu'il venait de lui faire subir et de ce fait la jolie brune se mit à se débattre comme une tigresse: il jouait encore, et cela elle n'en pouvait plus. L'aimait-il vraiment où s'amusait-il comme un chien le ferait avec un chaton? Elena souffrait plus que jamais, confuse au plus haut point elle ne voulait plus faire face aux difficultés de la vie, elle n'en avait plus la force et le doute qui s'était insinué en elle depuis plusieurs semaines la fatiguait. "Lâche moi Damon!" Hurla-t-elle avant qu'il ne la coupe net, la rendant absolument muette "Tu veux mourir? Tu veux que j'te tue, dis le ça sera moins douloureux que de savoir que tu as mis fin à tes jours à cause de moi!!!!!!". Immédiatement elle cessa de se mouvoir, laissant ses bras baller le long de son corps, le menton fermement tenu entre les mains de l'ainé Salvatore dont les yeux étaient emplit d'une tristesse si profonde et si intense qu'il en laissa échapper une larme: c'était la deuxième fois qu'elle le voyait pleurer aujourd'hui. Une boule se forma dans sa gorge, intense mélange de tristesse et d'appréhension quant à la suite des évènements. Elena aimait Damon à en mourir, la preuve, mais elle n'avait jamais pensé que ce qu'il ressentait pour elle était tout aussi fort, voir plus. Tout ce temps elle avait douté de sa sincérité à cause de ses nombreuses cachoteries et complots, elle s'était mis en tête qu'elle ne comptait plus et s'était ni plus ni moins comportée comme une enfant trop gâtée. Son corps pressé contre le tronc à l'écorce désagréablement rugueuse, la belle continua à fixer les deux lagons sans ciller "Ne fais pas ça ... Je voulais que tu comprennes, mais pas que tu penses l'inverse de ce que j'ai dit!" dit-il finalement avant de défaire son étreinte de fer. "Que je comprenne quoi Damon?" se mit-elle à crier à son tour "que je comprenne à quel point il est douloureux de se prendre un pieu dans le ventre?! A quel point il est désagréable de voir de la haine et du mépris dans les yeux de la personne que l'on aime? A quel point il est difficile de se voir mettre à l'écart tout le temps et d'être considérée comme une moins que rien?! Je ne suis pas un jouet, si tu veux de moi alors il faut que tu comprennes que je ne VEUX plus être protégée par qui que ce soit et que j'en ai assez de tous tes secrets!" Reprenant son calme, la jeune femme ferma un instant les yeux avant de continuer d'une voix plus douce "tout je ce que je voulais c'était passer un weekend avec toi, un moment juste tous les deux sans personne pour venir nous déranger. Je voulais juste ... juste avoir l'impression de compter même pour deux jours. On ferait mieux de rentrer, inutile de se voiler la face en restant ici."

Ses mots pouvaient sembler cassants mais là n'était pas son intention. Tout ce que désirait Elena c'était oublier cette horrible journée et rentrer chez elle pour se cloîtrer dans sa chambre. Bien que tous deux amoureux, le couple était en crise et la jolie brune ne savait aucunement comment faire face à ce genre de situation. Jamais elle ne s'était disputée aussi fort avec quelqu'un et aller se faire pardonner pour une chose dont elle n'était pas la cause lui était tout bonnement impossible. Désemparée elle se dirigea vers la maison de vacance lorsque Damon fit volte face et se rua dans sa direction pour l'embrasser avec une fougue que jamais elle n'avait ressenti aussi bien de son vivant que de son non vivant. Les mains du vampire encadraient son visage auxquelles vinrent se lier les siennes, continuant à l'embrasser comme si sa vie en dépendait. Jamais elle ne voulait perdre cet homme pour qui son être s'embrasait, pour qui elle donnerait sa vie sans broncher: jamais. Une fois le baiser diablement enivrant terminé, Elena posa son front sur celui de son bien aimé, sentant son souffle sur sa peau qui ne faisait qu'en redemander. Ses pulsions avaient quelque chose d'enivrant, de bestial, d'incontrôlable que la jeune femme avait encore du mal à assimiler. Humaine, elle n'avait jamais ressenti autant de désir en permanence pour une personne, or là malgré leur dispute, son corps entier réclamait celui de Damon. "Je ne voulais pas te faire de mal, pourtant tu as saisi une infime partie de ce que je voulais te faire comprendre, mais ne fais pas ça Elena... Je t'aime comme un dingue alors, s'il te plait, ne me retire pas la seule chose plaisante que j'ai enfin en ce monde!". Cette révélation lui fit esquisser un sourire de bonheur, cela faisait trop longtemps qu'elle n'avait pas entendu son vampire lui dire ces simples mots - Je t'aime -. Aussi étrange que cela puisse paraître, Elena se détendit immédiatement, oubliant presque toute la haine qu'elle avait ressenti plus tôt, comme si sa nouvelle nature pouvait lui permettre de passer d'une chose à une autre sans aucun problème contrairement à lorsqu'elle était humaine. Ne voyant plus que Damon, les yeux grand ouverts, la belle lui caressa la joue de ses mains froides avant de se perdre dans sa crinière d'ébène "Je sais Damon, je sais ..." ne cessait-elle de répéter pour le rassurer. "Je t'aime plus que tout au monde, plus que ma propre vie" continua-t-elle à murmurer avant de reposer ses lèvres sur celles appétissantes du bel homme.

Sans plus aucune retenue, Elena rapprocha son corps de celui de son amant, s'agrippant à ses cheveux tout en l'embrassant avec un amour inconditionnel et plus puissant que tout. Leurs langues se laissèrent aller à une danse improvisée alors que la jeune femme fit entrer l'homme de sa vie dans la petite maison. Avec la vitesse propre aux vampires, elle le plaqua contre un mur, embrassant sa joue, sa mâchoire, son cou puissant dont ses crocs éraflèrent l'épiderme - signe de l’excitation qui montait en elle - pour descendre jusqu'au col de son haut, humant chaque parcelle de cette peau désormais aussi glaciale que la sienne. Le corps pressé contre celui du beau vampire, la jolie brune au regard brillant pu aisément sentir l'objet de son désir se durcir contre son bas ventre brûlant de l'accueillir. Entre souffle fort et gémissements, la petite Gilbert n'avait plus rien de prude et romantique et se laissait plus facilement aller aux plaisirs charnels. Sa cuisse relevée par la main assurée de Damon, le rapprochement se fit encore plus fort: Elle le voulait tellement! Il était sien et elle était sienne, un couple vampirique que jamais personne ne pourra séparer. Soudain la source de ce désir consumant la fit basculer à l'autre bout de la pièce, dans le sofa familial qui dominait le palier. Ni une ni deux Elena se mit à califourchon sur lui, valsant entre embrassades sulfureuses, caresses tendres et ondulation des hanches. Plus charmeuse que jamais, la belle savait ce qu'elle voulait, et elle n'était pas prête d'abandonner la partie de si tôt. "Je t'aime, je t'aime tellement" gémit-elle dans son oreille avant de lui mordre avec délicatesse le lobe, sa main posée sur son torse encore recouvert de ce tissu qui bientôt ne serait plus.


Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Sam 15 Juin - 21:12


Les émotions propres aux vampires, là était toute la différence, alors que pour un être humain tout à fait banal il aurait été difficile de passer à autre chose suite à ce genre de cas, ici, Elena laissa s'envoler le dernier souci pour se noyer dans les yeux de son buveur de sang. Doucement, le fluide vitale de Damon pulsa au creux de ses veines, toujours plus fort à la cadence des doigts de sa belle dans ses cheveux, l'angoisse de la perdre le contenait encore, il avait failli la tuer, du moins la tenter à se donner la mort à cause d'un geste qu'il n'aurait jamais du faire. En un "je t'aime" doux et tendre, la magnifique brune apposa ses lèvres sur celles de son amant. C'en était grisant, troublant et terriblement brulant, cette fois l'étreinte n'avait plus de retenue. Leurs langues se frôlaient, se liaient, valsaient l'une avec l'autre et leurs lèvres s'épousaient au fil d'un baiser suave et fiévreux qui se termina, après une invitation express au sein de la maison, contre la paroi de lambris la plus proche. Sauvage et indomptable, voilà ce qu'était la jeune Gilbert lorsque le désir consumait son corps au point de perdre le contrôle de son esprit, elle ne songeait déjà plus alors que Salvatore, conscient de ses gestes, prudent, prévenant et maitre de son corps, soulevait la jambe toujours couverte du jean, de sa superbe moitié. Là, la main sur le plat de sa cuisse, effleurant les zones sensibles à en crever, ses doigts dégringolèrent sans retenue aucune au creux de son genoux pour presser plus fort, ne lui procurant pourtant aucune douleur, juste pour qu'elle sente à son tour, combien lui la voulait. Damon poussa encore la jeune femme contre lui, contre l'objet fier de son désir d'elle, elle pouvait s'en complaire contre son ventre là où toute cette fièvre délectable se déversait lentement, préparant son corps à accueillir celui du bellâtre face à elle. Ce n'était plus qu'une question de minutes ou de secondes, mais le temps lui même venait de se suspendre lorsqu'elle l'avait embrassé de cette façon torride, ils avaient l'éternité et malgré ce détail, ces baisers langoureux semblaient leur faire perdre patience, comme si les heures à venir étaient comptées.

Salvatore reprit alors la main, elle gémissait déjà sur ses lèvres, lui délivrant son souffle sucré en offrande, une donation visant à l'atteindre dans ses bas instincts de prédateur, pas ceux du crime mais celui de la luxure, du romantisme et de la bestialité qui habitait le vampire, la tentation semblait lui bruler les doigts à chaque fois qu'il électrisait la peau de la belle. Elle quitta ensuite le premier sanctuaire pour sustenter ses lèvres de son cou, sa mâchoire et l'entièreté de son être, cette enveloppe charnelle qui lui faisait tant envie. C'est là qu'il agit, empoignant fermement les bras de la belle, juste au dessus des coudes, pour la faire rejoindre le sofa avec lui dans une vivacité qui n'était possible que pour ceux de leur espèce. Féline et totalement possédée par son désir, Elena le chevaucha comme elle l'avait déjà fait, ils portaient encore tous deux leurs vêtements, ce n'était pourtant plus qu'une question de secondes avant qu'il puisse enfin dévorer des yeux les courbes fines et charmeuses, qu'il effleurait actuellement avec une passion débordante. Tendre et amoureuse, Elena laissa échapper quelques je t'aime étouffés entre deux gémissements d'impatience et, un sourire de coin se riva aux lèvres de son aimé lorsqu'elle lui mordit le lobe de l'oreille. Créer le désir, la voir se consumer telle une cigarette abandonnée le faisait jubiler alors que lui même tentait de rester humble et de ne pas prendre le dessus trop vite.

Fiévreusement, les doigts libres du vampire filèrent sous les pans du top de la jeune femme, dans son dos, ils galopèrent sur sa colonne vertébrale un court instant, révélant alors des frissons divins sur cet épiderme délicat qu'il lui prit soudain l'envie de baiser sans retenue. Il était ivre, fou d'amour pour elle, un amour incommensurable, intolérable aux yeux de certains mais qu'importe, elle était sienne, il la voulait là de suite. Sans plus attendre, Salvatore, riva sa main puissante à la nuque de la belle, appréciant avec un délice sans égale les mèches de cette chevelure soyeuse, ce derme de miel sous ses lèvres, il sentait désormais le sang d'Elena se mouvoir dans sa jugulaire, ses hanches se donnaient contre ce qu'elle s'impatientait de sentir en son sein. Sans crier gare, il la repoussa contre la cheminée d'abord, lui arrachant sans tact le top fichu qu'elle portait encore, lui se vit débarrassé de sa chemise et déjà, la ceinture et le jean de sa déesse disparaissaient à leurs tours. La main fébrile, chaude et assurée, Damon effleura l'un de ses seins, premièrement sur les dentelles de ce qui lui restait de tissu, puis son index s'invita au creux de la lingerie, lui dérobant encore de plaisir. Il ne s’arrêterait pas là, car, la seconde qui suivit ce geste, soupirant contre ses lèvres pulpeuses, en un clin d’œil et vif comme l'éclair, Salvatore l'amena à l'étage, l'ayant à plusieurs reprises rivé contre les murs sur leur passage pour l'embrasser avec fougue et panache.

Leur nouveau lieu d'échange fut cette minuscule salle de bain, étroite, elle créait un cocon parfait qui pourtant n’atténuait en rien leur bestialité. C'était encore plus oppressant que la première fois où il avait gouté à cette femme, le serait-ce à chaque fois? Y songeant, il cessa de l'embrasser et la fixa, l'acier de ses iris liquéfié par le désir. Puissamment, Damon l'assit contre la vasque, collant son dos au miroir qui, sous le choc et leur force surhumaine, se fissura de part en part. Elena gémit, signe d'une impatience de plus en plus pesante pour elle, immédiatement le vampire s'empara de ce souffle perdu, tandis que le restant de ses frusques fut abandonné avec vivacité. Il baladait encore ses doigts contre les flancs de sa belle, encrant parfois ses ongles sur cette peau pourtant si fragile, ne contrôlant plus son désir, il pouvait être brutale mais elle ne semblait pas s'en plaindre, si toutefois elle évoquait le moindre mot de douleur, il cesserait immédiatement et s'attendrirait. Jamais elle n'avait dû connaitre cela, jamais lui même n'avait été si possédé, si envouté de la sorte, il n'était plus qu'un pantin dirigeait pas ce plaisir désireux de la dévorer sur place, de se satisfaire d'elle tout en lui arrachant enfin la jouissance libératrice qu'elle attendait tant de lui. Quittant de nouveau les lèvres bouillantes de son aimée, Damon lui mordit l'épaule, ses crocs se déployèrent avec tact, uniquement pour lui éviter la douleur puis, il gouta au fluide enivrant de la jeune Gilbert et ce alors que sa main libre filait entre les cuisses de la jeune femme, là où elle suppliait qu'il la caresse.

Salvatore lui retira l'ultime étoffe, celle qui le séparait du sanctuaire d'Elena, cette fois, il hésita, ou plutôt, joua un instant avec elle tandis qu'elle pouvait sentir à son tour, la virilité de son amant la réclamer de tout son être. Une fois encore, Damon se redressa et cette fois la colla avec force dans la douche, activant l'eau chaude qui vint ruisseler sur leurs corps nus, une première pour elle, une première pour lui car la jeune femme qui lui faisait face, n'était pas n'importe quelle fille, elle était LA fille, cette beauté qu'il avait tant attendu et tant voulu aimer. Toujours aussi vif, après l'avoir fixé fiévreusement, Damon lui plaqua la poitrine contre la vitre opaque et pressa son corps au sien. "Je t'aime comme un dingue Elena..." Souffla-t-il, le corps huileux d'eau brulante qui tapissait de vapeur la pièce étriquée. Sur ces derniers mots, il l'embrassa au creux du cou, puis revint la presser contre son torse, cette fois face à lui, uniquement pour qu'il puisse lui voler ce regard subjugué lorsqu'il la posséda enfin...



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Lun 17 Juin - 12:02




Gemissante, Elena se laissait aller aux mains expertes de son vampire qui explorait avec hardeur sa peau qui, à chaque caresse, s'enflammait un peu plus. Cette sensation de bien être extrême s'insinuait de plus en plus dans son bas ventre tandis que les deux amants se laissaient aller à des baisers torrides, emplis de leur envie de ne faire plus qu'un, de s'abandonner à des jeux peu catholiques dont aucune fatigue ne résulterait. Passant ses mains fraîches sur le torse parfaitement sculpté de l'homme qu'elle aimait, la belle vit un rictus se peindre sur le visage fiévreux de celui qui ne cessait pas pour autant son exploration délectable. Son top vola sur le sol, laissant apparaître son soutien gorge en dentelle que le jeune homme palpa sans retenue, caressant chaque point sensible chez toutes femmes qui se respecte. Puis ce fut sa langue douce et humide qui vint caresser le creux de ses seins tandis que la ceinture de la brunette se faisait littéralement arrachée, tout comme celle de Damon qui vint rejoindre le sol quelque peu poussiéreux. Tous deux étaient en transe, ne désirant plus que voir le corps nu de l'être aimé: se déshabiller n'était désormais qu'une formalité à laquelle ils devaient se plier avant de pouvoir atteindre le septième ciel et se débarrasser de toutes ces pulsions qui les tuaient à petit feu. Prête à s'abandonner corps et âme, l'élu de son cœur avec la force et la vitesse digne de sa nature surnaturelle la plaqua contre le mur près des escaliers, continuant à embrasser chacune de ses courbes pour finalement lui faire monter les escaliers non sans se plaquer mutuellement l'un l'autre contre les rondins de bois afin de continuer leurs préliminaires à se damner. Elena n'avait plus aucune appréhension, plus aucune crainte bien au contraire! Sachant parfaitement ce qu'elle devait faire, la jeune femme passa une main délicate dans l'entrejambe du vampire qui lui démontra sa satisfaction en faisant apparaître ses crocs saillants: les mêmes que les siens. L'objet de son désir qui bientôt s'insinuerait en elle était de plus en plus épais sous ses doigts et avec un sourire malicieux qu'elle n'avait jusque là jamais eu lors d'ébats amoureux elle fit dégringoler la chemise maculé de sang de son cher et tendre, observant avec envie ce corps, ces muscles qui roulaient sous sa peau pâle à chacun de ses mouvements. Leurs embrassades étaient torrides, pleines de fougue et d'entrain alors que la petite Gilbert se laisser aller à embrasser chaque contour des formes Damon.

Dans un élan d'extase, tous deux se réfugièrent dans la petite salle de bain du premier étage où la magnifique brune au regard brillant d'amour et de passion s'installa sans se faire prier sur la vasque, les jambes écartées, désireuse de sentir une fois encore les doux échanges que lui procurait Damon. Cette expérience des plus bestiales n'avait plus rien à voir avec la douce façon de faire à laquelle ils s'étaient abandonné la première fois au manoir. Maintenant qu'elle était plus puissante et plus déchainée qu'une diablesse, Elena savait prendre le dessus et alors qu'elle se liquéfiait de l'intérieur, touchant et embrassant l’épiderme à l'odeur enivrante de son vampire adoré, ce dernier la plaqua une nouvelle fois avec plus de force encore, brisant le miroir dans son dos. Aucune douleur ne se fit sentir, rien hormis cette envie irréversible de se fondre en lui. En un éclair elle défit le pantalon du vampire, puis le sien, ne laissant maintenant plus qu'un fin tissu entre eux qui très rapidement fut lui aussi arraché avec vivacité. Les mains du jeune homme vinrent se plaquer dans son dos, griffant le dessus de sa peau dorée alors qu'elle vacillait, se rapprochant du membre durcit de son amant qu'elle prit entre ses mains joueuses. Elena l'avait compris, l'échange de sang entre deux êtres de la nuit était quelque chose de suprême, d'intense qui renforçait les liens d'un couple et rendait les ébats encore plus agréables et bestiaux que jamais. D'humeur coquine, elle fit apparaitre ses crocs et gouta au flux vital au gout exquis de Damon avant de retourner se perdre sur ses lèvres qui l'embrassèrent de façon intense. Tous deux étaient haletants bien que sans souffle, et lorsque leur regard se croisa, une intense électricité s'empara de son âme. Son amant se laissa lui aussi aller aux délicieuses morsures vampiriques tout en caressant l’intimité de sa belle qui se tordait en de lourds gémissements tout en empoignant d'une main les cheveux d'ébène de celui qui lui procurait plus de plaisir qu'elle n'en avait reçu durant sa vie humaine. Lui aussi semblait appréciait le petit jeu auquel elle s'adonnait avec son objet viril, ils étaient ivre l'un de l'autre, ivre d'amour et surtout ivre de fusionner en un feu d'artifice de sensations exquises, un concerto de hurlement gutturaux digne des prouesses qu'étaient capable d'accomplir de être de leur espèce.

Avec vivacité Damon empoigna sa belle et la plaqua contre le carrelage de la douche, allumant l'eau qui vint les mouiller en une lourde pluie chaude. Les gouttes ruisselaient sur la longue crinière brune de la jeune femme qui dévorait des yeux le corps en tous points excitant de son compagnon. Ses crocs rétractés elle l'embrassa avec tout l'amour qu'elle avait pour lui, sentant son corps dégoulinant de liquide transparent se coller au sien. La retournant, plaquant son ventre et sa poitrine contre la vitre qui les séparait désormais du reste de la salle de bain, la jolie brune sentit le désir que pouvait ressentir le vampire à son égard et tout en lui susurrant des mots d'amour qui la faisait fondre de bonheur, Elena se retourna et le plaqua à son tour contre l'une des paroi de la douche, unique endroit frais dans ce petit réceptacle humide et embué. L'attente n'était plus de mise, leurs morsures respectives s'étaient déjà régénérée et tout en posant son front sur celui brûlant de Damon, la jeune femme entoura son cou puissant de ses bras et enroula ses jambes autour de son bassin, embrassant celui qu'elle avait toujours refusé d'aimer par peur de faire souffrir le cadet Salvatore. Depuis toujours elle avait gardé pour elle ce sentiment qui pourtant était bien présent et maintenant qu'ils s'appartenaient elle ne comptait pas y aller de main morte. En un gémissement digne de ce nom elle et lui ne firent plus qu'un, se déhanchant au rythme de ses soupirs. Ses lèvres se posèrent sur son cou délicieux, ses épaules alléchantes pour finalement une fois encore se laisser aller au plaisir que procurait l'échange de sang sacré. Cette position confortable ne dura cela dit qu'un temps car après avoir atteint la jouissante suprême la petit Gilbert se remit sur pieds, haletante, et posa ses deux mains sur le carrelage, faisant dos à Damon qui ne se fit pas prier pour une nouvelle fois se fondre en elle. La chaleur ambiante se mêlait avec la délicieuse odeur de l'amour auquel ils s'abandonnaient sans aucune retenue. Jamais Elena ne se serait cru capable de tant de dévergondage et pourtant cela lui plaisait, elle aimait apprendre de nouvelles choses, de nouvelles façons de satisfaire son vampire, mais alors qu'elle gémissait de satisfaction, de joie et de désir consumant un bruit dans le bas leur fit cesser net cette effusion d'amour. La belle se retourna, le regard grave puis l'embrassa avant de tourner la tête vers la sortie de douche. Aucun doute, quelqu'un était entré. "Nous ne sommes pas seuls ..." chuchota-t-elle en fronçant les sourcils. Bon sang, ne seraient-ils donc jamais tranquille? Le sort s'acharnait sur eux à chaque fois, comme une vile malédiction planant sur leur tête ...


Revenir en haut Aller en bas
Damon Salvatore

avatar
Messages : 400
Age : 31
Emploi/loisirs : Amateur de sang humain

We all have something to hide.

Race: Vampire
Couleur RP:
Tell me more:
MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson] Lun 17 Juin - 19:44


La buée envahissait leur espace, les gouttes translucides perlaient sur leur épiderme déjà ruisselant de plaisir. Damon ne la ménageait pas le moins du monde, c'était ce que semblait réclamer sa partenaire qui, à plusieurs reprises, planta ses crocs dans ce derme froid mais fiévreux de jouissance imminente. La main rivée sous le genoux délicat de la jeune femme, Salvatore s'adossa contre la paroi glissante lorsqu'elle l'y plaqua avec puissance. Un carreau de porcelaine céda sous le choc, laissant alors une légère blessure sur l'omoplate de son vampire qu'elle pansa immédiatement en un coup de langue divin. Avec une brutalité modérée, le beau brun plaqua son corps contre celui de la belle, s'emparant enfin d'elle. Un souffle court les tira d'un silence trop long, chacun se sustentait de l'autre avec une plaisance inégalée jusqu'à lors, Damon sentait la chaleur d'Elena l'inviter à la plus douce des choses en ce monde, pourtant péché d'après l'église, mais eux n'en avaient cure, ils se donnaient corps et âmes à leur partenaire sans plus penser à l'univers dont ils faisaient parti. Salvatore caressait chaque parcelle du palais de sa belle visant à satisfaire le sien, tout autant qu'il prenait soin de lui intimer ce délice qu'elle espérait depuis maintenant une bonne heure. Aucune fatigue, aucun signe de faiblesse, être un buveur de sang avait clairement des avantages grisants. Les vas et viens devinrent plus endiablé encore tandis qu'il la retenait sans mal et qu'elle s’agrippait tantôt à son cou, tantôt ses épaules, y plantant les griffes pour lui prouver à quelle point elle adorait ça. Car c'était bel et bien une toute autre femme ici, elle prenait conscience de sa nature et des cadeaux que celle-ci lui offrait, plus sauvage que jamais, plus chatte encore que n'importe quelle bombe sexuelle, elle était parfaite et Damon ne cessait de s'éblouir en la fixant, s'extasiant sur ses courbes qui ondulaient contre lui, tentant de lui arracher mains plaisirs dont elle n'aurait jamais soupçonné l'existence.

Son bassin continua à lui offrir ce qu'elle voulait, parfois il diminuait la cadence en un sourire sadique uniquement pour la faire revenir à la charge et le réclamer plus fort et plus rapidement en elle, ce à coup de gémissements délectables qu'elle faisait mourir dans le creux de son oreille. C'en était torride, ravageur, cet acte soufflait tout sur son passage comme une bourrasque violente visant à ne laisser qu'eux sur terre. Abruptement, n'ayant plus aucune crainte de lui faire mal, Salvatore la repoussa alors dos contre le mur de face, l'eau coulait dès lors sur sa poitrine nue et dure comme de la roche, un plaisir visuel qui continuait à faire grimper le mercure du beau brun qui ne se priva plus pour faire galoper sa langue sur ses clavicules et ses dômes couronnés d'un rose alléchant. Pinçant parfois ces derniers dans l'unique but de la rendre totalement possédée par le démon de la luxure qui la consumait peu à peu. Il la sentait venir, se laissant lui aussi aller au plaisir ultime, c'était inimaginable, à l'image d'un torrent de lave qui remontait en lui pour bruler sa belle qui ne retenait pas ses râles. Rapidement, pour lui éviter la blessure, Salvatore riva l'une de ses mains sur le pommeau de douche, serrant aussi fort ce dernier qu'il se brisa net et un geyser d'eau finit de les rincer, dans sa jouissance, il riva ses crocs à la jugulaire d'Elena, s'abreuvant de son fluide avec envie, laissant ses propres soupir s'étouffer contre sa peau dorée. L'air semblait leur manquer alors qu'ils n'en étaient plus nécessiteux. Damon laissa couler le nectar de vie de sa moitié au cœur de sa gorge et redressa le visage pour planter ses yeux dans les siens, l'embrassant avec une tendresse infinie, elle put sans doute gouter à son propre sang mais qu'importe, les ravages de l'amour qu'il venait de connaître étaient la seule importance. Le cœur figé du vampire sembla pulser l'espace d'un instant, sans doute un mouvement de muscle rien de plus mais ce point le fit sourire, comme s'il fut possible que la jeune femme qu'il aimait soit capable de faire renaître de ses cendres cet organe mort depuis plus d'un siècle. Un rictus logé aux lèvres, il se laissa guider de nouveau contre la paroi, considérant les dégâts de plomberie occasionnés.

"Il fallait me le dire si tu envisageais faire raser cet endroit." Arquant les sourcils, Damon apposa les mains contre les hanches d'Elena qui elle appuyait ses paumes sur le carrelage ruisselant d'eau face à lui.

Dans son regard, il pouvait lire le "Encore, satisfait moi jusqu'à plus soif!", il n'allait pas se faire prier d'avantage, bien qu'un mot sortant de ses lèvres pulpeuses aurait été de l'or en barre à l'instant précis. Étant vampire, plus aucune pause ne devait être tenue entre deux actes, ils pouvaient donc aisément reprendre après quelques minutes uniquement, une chance pour cette race car cette dernière était réputée pour être friande de délices charnels. Sans attendre plus, Damon dénota avec fièvre cette cambrure ravageuse face à lui, l'eau qui découlait sur la rigole formée par sa colonne donnait des allures de cascades sublimes à la jeune femme. S'approchant d'elle, il lui effleura d'abord le cou de son menton, léchant la veine qu'il avait sucé plus tôt, continuant sur son épaule la faisant haleter d'impatience jusqu'à revenir en son sein et continuer une nouvelle fois en vue de décupler cette première jouissance jamais égalée jusqu'à lors. Pourtant consumé par le corps de sa belle, donnant des reins pour entendre encore ses gémissements de plaisir, soudain la belle, ainsi que lui, semblèrent ouïr un bruit étrange au rez de chaussé. Immédiatement, malgré l'envie de reprendre, Damon la laissa se redresser et tendit l'oreille.

"Nous ne sommes pas seuls..." Murmura-t-elle. Salvatore coupa le robinet, l'eau continuait à se déverser de part la fuite mais beaucoup moins, puis il quitta la cabine de douche ne prenant même pas le temps de s'éponger avant de renfiler son jean.

"J'pense pas que ça soit le plombier!" Plaisanta-t-il le regard tout de même à l'affut du moindre geste suspect dans le couloir. Prudent, il sortit de la salle d'eau et descendit les marches aussi silencieusement que lui permettait sa condition de vampire et là, les yeux ronds comme des billes, derrière la porte d'entrée grande ouverte, il reconnu une raclure qu'il ne voulait pourtant plus jamais revoir vivante."Désolé Bekah, mais j'fais pas dans le trio, vas te trouver un autre male à hypnotiser!"



Damon Salvatore

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson]

Revenir en haut Aller en bas

Day time for a training [Damon Salvatore & Rebekah Mikaelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Vampire Diaries Perfume of blood -RPG- :: Old Topics :: Archives-